Aller au contenu
Le Web des Cheminots

[Prototypes BB 69000 / CC 70000] Sujet Officiel


Messages recommandés

Hello !

Dans des reportages j'ai vu qu'il y avait eu des BB69000 (dérivées des 67000) et 2 CC70000 (toujours d'aspect des 67000) qui avaient été construites.

J'ai lu que le 70002 avait eu un accident et avait donc été découpée, mais qu'en est-il de la 70001 ? Passée à la trappe aussi ?

Par contre je n'ai trouvé nullepart de trace des BB69000, pas celles au long capot, mais des (ou 1) prototype(s) qui ressemblaient au BB67000.

Il y aurait des infos sur ces prototypes ? Ont-ils été détruits ? remodifiés pour devenir des machines de série ? Dans des musées ?

Merci

David

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Hello !

Dans des reportages j'ai vu qu'il y avait eu des BB69000 (dérivées des 67000) et 2 CC70000 (toujours d'aspect des 67000) qui avaient été construites.

J'ai lu que le 70002 avait eu un accident et avait donc été découpée, mais qu'en est-il de la 70001 ? Passée à la trappe aussi ?

Par contre je n'ai trouvé nullepart de trace des BB69000, pas celles au long capot, mais des (ou 1) prototype(s) qui ressemblaient au BB67000.

Il y aurait des infos sur ces prototypes ? Ont-ils été détruits ? remodifiés pour devenir des machines de série ? Dans des musées ?

Merci

David

Toutes ces locs sont démolies depuis longtemps..... petit état de leur carrière:

BB 69001: mise en service le 13/01/64 à Chalindrey, radiation le 23/01/84

BB 69002: mise en service le 02/04/64 à Chalindrey, radiation le 23/01/84

CC 70001: mise en service le 16/12/65 à Chalindrey, radiation le 14/11/83, 1.224.531 km parcourus

CC 70002: mise en service le 01/07/66 à Chalindrey, radiation le 20/11/73, 613.145 km parcourus.

Je crois qu'un bogie de la CC 70001 est exposé à Mulhouse à la Cité du train....

Modifié par CRL COOL
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité technicentre

Hello !

Dans des reportages j'ai vu qu'il y avait eu des BB69000 (dérivées des 67000) et 2 CC70000 (toujours d'aspect des 67000) qui avaient été construites.

J'ai lu que le 70002 avait eu un accident et avait donc été découpée, mais qu'en est-il de la 70001 ? Passée à la trappe aussi ?

Par contre je n'ai trouvé nullepart de trace des BB69000, pas celles au long capot, mais des (ou 1) prototype(s) qui ressemblaient au BB67000.

Il y aurait des infos sur ces prototypes ? Ont-ils été détruits ? remodifiés pour devenir des machines de série ? Dans des musées ?

Merci

David

BB 69000 équipées de 2 bogies à entrainement hydraulique-un diesel par bogie: Jamais été très au point et trop peu puissantes: elles n'ont quasiment jamais connu l'exploitation. Très fragiles aussi.

CC70001et 2: équipées de 2 moteurs diesels, un faisant tourner le rotor de l'alternateur dans un sens, le duexième faisant tourner le stator dans l'autre sens. Aucune des 2 machines n'a pût être mis au point car il fallait synchroniser les deux moteurs pour bien fonctionner... La 70 001 a très tôt pris feu et été ferraillée. La 2 a tournée sur Vittel et Contrexéville avant d'avoir une avarie dûe à un moteur électrique et encore minurepour la loco. Elle a été arrêtée car toute seule, donc coutant cher à entretenir et il fallait des conducteurs autorisés à le faire... Sinon bogies moteurs communs avec ceux ceux des 40100. La 70001 était équipée d'un changement de rapport à l'arrêt et la 2 d'un changement de vitesse en route, comme sur les 40100, il n'a jamais été utilisé. Le bogie a donné, en descendance, celui des 72000...

Pour tout ces prototypes, il a été préfèré de rester à des puissances moyennes mais avec marche en UM possibles (67000, 68000, 68500, 66000). Seules les 72000 ont été de fortes puissances avec le 80 001 (belphégor) obtenu après cannibalisation par les CFTA des 2 prototypes à turbine à gaz renault. Lui aussi a été ferraillé après avoir fini sa vie chez Déquesne et Giral.

Les 69000 et 70000 ne sont donc pas des ancètres de 67000 même si il y a eu des pièces en commun et un air de ressemblance mais des prototypes de locs diesel de grande puissance ayant donné les 72000 come seule dessendance...

Modifié par technicentre
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 10 mois plus tard...

Hello !

Dans un reportage j'ai vu passer une BB69000 tirée des BB67000 et A1AA1A 68000. Quelqu'un en sait plus sur ce prototype ? Pourquoi ce n'est resté qu'un prototype ? Ou ça et quand elle a roulé, etc ...

Et si vous avez des photos éventuellement...

Merci

David

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Hello !

Dans un reportage j'ai vu passer une BB69000 tirée des BB67000 et A1AA1A 68000. Quelqu'un en sait plus sur ce prototype ? Pourquoi ce n'est resté qu'un prototype ? Ou ça et quand elle a roulé, etc ...

Et si vous avez des photos éventuellement...

Merci

David

Il y en a eu deux.... BB69001 et 69002, affectées à Chalindrey et elles ont tournées sur la ligne 4 (Paris Mulhouse) entre janvier 1964 et janvier 1984, date de leur radiation.... Extérieurement, elles ressemblaient à une 67000, mais sysmétriques style "poste2" des 67000 avec les flèches....

Je n'ai aucune photo sous la main par contre....

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

j'ai trouvé ça .

A la même époque on a aussi les CC 70000 http://wiki.cheminots.net/index.php/CC_70000

Salut. J’ai vu, étant gamin, à Belfort une 70000, c’était un engin impressionnant pour sa longueur.

Il me semble qu’il y avait 2 moteurs qui entraînait un alternateur, un moteur qui faisait tourner le Stator et l’autre le rotor inversement.

Il y avait eu 2 prototypes, mais le 70002 a un moteur qui a explosé.

Il y a sûrement dans ce forum des personne plus renseigné que moi.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Les 4 protos 69000 et 70000 utilisaient chacun deux moteurs SEMT-Pielstick 16PA4 identiques à ceux des 67000.

Sur les 69000, chaque moteur entrainait par un arbre à cardans une transmission Voith-Creusot logée dans un bogie dérivé de celui des 67000.

Avec 4800 chevaux pour 84 tonnes, ces machines ont détenu à l'époque le record du monde de la puissance massique. Mais cette caracteristique combinée à un effort de traction important engendrait des patinages.

De plus, la transmission hydraulique manquait de finesse, rendant délicates les manoeuvres d'accostage.

Cette brutalité et leur inaptitude au chauffage train les ont condamnées.

Sur les 70000, comme celà a déjà été dit, un moteur entrainait le rotor d'un alternateur, l'autre le stator.

Cette technique nécessitait une synchronisation parfaite des vitesses des moteurs, toute différence réduisant notablement le rendement. Elle demandait aussi un parfait alignement moteur 1-alternateur-moteur 2 sous peine d'usure accélèrée des paliers de villebrequin.

Le lancement des diesels était un exercice redouté : après le démarrage du premier moteur, les batteries étaient souvent à plat pour lancer le second, et l'alternateur ne débitait que si ses rotor et stator tournaient.

Cette particularité faisait qu'en cas de panne d'un des moteurs en cours de route, la DDS s'imposait. Un comble pour un engin bimoteur.

La double réduction des bogies dérivés de ceux des 40100 donnait une grande polyvalence à ces machines. Sur la 70002, le changement de régime pouvait s'effectuer en roulant grâce à une commande hydraulique, mais le système manquait de fiabilité.

La 70002 fut arrêtée en 1973 après l'incendie de son alternateur.

Les 69001, 69002 et 70001 ont été réformées au début des années 80.

D'après Nicolas Schou dans "Ferrovissime" n°9, 10/2008.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Exact, c'était un stator qui n'était pas statique, mais en rotation...

L'appellation "scientifique" était alternateur bi-rotor, à voir l'impressionnant documentaire à l'adresse ci-dessous :

http://www.dailymotion.com/video/xc4pck_sncf-archives-les-cc-70000_tech ://http://www.dailymotion.com/video/xc...-cc-70000_tech

controleursncf:blush:lotrela

Yannick

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

(...) La 70002 fut arrêtée en 1973 après l'incendie de son alternateur.

Les 69001, 69002 et 70001 ont été réformées au début des années 80.

Les carrières détaillées de chaque machine:

BB 69001 : mise en service 13/01/64, radiation 23/01/84.

BB 69002 : mise en service 02/04/64, radiation 23/01/84.

CC 70001 : mise en service 16/12/65, radiation 14/11/83 avec 1.224.531 km parcourus. Radiée suite à sortie du pignon du moteur diesel HS.

CC 70002 : mise en service 01/07/66, radiation 20/11/73 avec 613.145 km parcourus. Radiée suite à avarie de l'alternateur.

Les 4 machines ont fait toute leur carrière à Chalindrey, parcourant inlassablement la ligne 4 et ses antennes. La 69001 a fait quelques essais du coté de Grenoble au tout début de sa carrière.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité TRAM21

ces prototypes avaient tous le même moteur V 16 PA 4, que les 67000, quoique légèrement détarés sur les 69000...

ils étaient tous munis d'un câblot de télécommande de fourgon chaudière, comme les 72000 à l'origine.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité technicentre

CITATION(Ae 8/14 @ 08/04/2010 13:36) (...) La 70002 fut arrêtée en 1973 après l'incendie de son alternateur.

Les 69001, 69002 et 70001 ont été réformées au début des années 80.

Les carrières détaillées de chaque machine:

BB 69001 : mise en service 13/01/64, radiation 23/01/84.

BB 69002 : mise en service 02/04/64, radiation 23/01/84.

CC 70001 : mise en service 16/12/65, radiation 14/11/83 avec 1.224.531 km parcourus. Radiée suite à sortie du pignon du moteur diesel HS.

CC 70002 : mise en service 01/07/66, radiation 20/11/73 avec 613.145 km parcourus. Radiée suite à avarie de l'alternateur.

Les 4 machines ont fait toute leur carrière à Chalindrey, parcourant inlassablement la ligne 4 et ses antennes. La 69001 a fait quelques essais du coté de Grenoble au tout début de sa carrière.

C'est marrant, pour l'avarie de la 70 001, j'ai toujours entendu dire que ce qui avait rendu l'âme, c'était un moteur de traction qui avait fondu un palier... Comme il ne restait que celle là et qu'elle coutait pas mal cher en formation et autorisation de conducteurs, elle n'était plus rentable. Pourtant, elle avait des moteurs en commun avec les 40100 dont elle avait piqué l'ensemble essieux/bogies... Quand au système de changement de régime en route, d'après ce que je sais, personne ne s'est risqué à essayer le truc en marche et en charge... Dommage que cet incident ait arrêté cet engin qui avait semble-t-il trouvé une utilité et un usage qui l'a fait regretter pas mal de temps: C'est elle qui a sorti les trains très lourds de flotte de Vittel et Contrexéville. Elle semblait avoir finalement trouvé une certaine solidité, pour cet usage très particulier...Pour la 70 002, il me semble bien que c'est un moteur de traction qui a défrettté, bloquant le bogie et foutant le feu à pas mal de choses dans le groupe électrogène...

Par contre, les 69000 n'ont jamais pût être mises au point réellement car les convertisseurs hydrauliques chauffaient à tout rompre, entre autres problèmes... Il leur fût préfèré des UM de 67000 des différentes séries, certes moins puissantes mais plus simples et plus solides.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 6 années plus tard...

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...

L'extension "AdBlock" anti-pub... on en parle ?

Vous avez installé un outil pour bloquer la publicité sur internet...hors c'est la publicité qui permet à cheminots.net d'exister et de vous permettre d'avoir la meilleure expérience utilisateur possible.

Alors pourquoi ne pas désactiver votre bloqueur de pub pour ce site et ainsi participer à sa pérennité ?

Si vous ne souhaitez pas désactiver Adblock, vous pouvez quand même accéder au site,
et on vous souhaite une bonne visite !

 

Comment désactiver Adblock pour cheminots.net ?

Repérez l'icône Adblock sur votre navigateur internet (Mozilla Firefox, Google Chrome etc.). 
Généralement elle se situe à droite de la barre d'adresse, ou tout en bas à droite de la fenêtre.
adblock.png.b5362a440eebda16ea382664cb9b629f.png

Cliquez sur l'icône puis.. (en fonction du navigateur) :

Mozilla Firefox 
Cliquez sur « Désactiver partout ».

Google Chrome et autres 
Cliquez sur « Ne rien bloquer sur les pages de ce domaine » ou décochez « Activé pour ce site ».

 

Si je n'arrive pas à désactiver Adblock...

Si vous ne trouvez pas le bouton Adblock ou si vous n'arrivez pas à désactiver Adblock, vous pouvez essayer de désinstaller complètement le logiciel dans les options de votre navigateur web:

Mozilla Firefox 
Cliquez sur Firefox, puis Modules complémentaires. Dans Extensions, désactivez/désinstallez Adblock.

Google Chrome 
Cliquez sur la clé à outil en haut à droite, puis Outils et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

Apple Safari 
Cliquez Safari, puis Préférences et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

 

FREEBOX
Se connecter à l’interface de gestion mafreebox.freebox.fr puis « Connexion Internet > Configuration > Blocage de la publicité »
Désactiver l’option et cliquer sur Modifier.

Antivirus
Certains antivirus bloquent les bannières, essayez en le désactivant. Si c'est lui qui bloque les pubs, vous pouvez désactiver cette fonctionnalité, ou mettre le site cheminots.net en liste blanche.