Aller au contenu
Le Web des Cheminots

MGO V12 ASHR


Invité Fabr

Messages recommandés

Je recherche tout document explicatif, schémas, relatifs à ce celebrissime moteur...

Mon ami... n'a strictement rien pu faire.

Merci par avance

Fabrice

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 3 semaines plus tard...
  • 5 semaines plus tard...

Salut Fabr

J'ai bossé pas mal sur MGO V12 sur 63500 et MGO V16 sur 66000 a TSP . A tu trouvé ta doc ? Que veut tu savoir au juste? Je peux me renseigner auprès de mon ancienne équipe peut être.

A+

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

C'est sympa... j'ai trouvé quelques trucs en provenance de l'apprentissage, où l'on decortique une locomotive: la 63000 et 63500. okok

Mais non numérisé, et le proprio a du le réembarquer....

Sur le net, franchement pas grand chose.... Puis MGO, passé AGO, est devenu Wartsila...

SP tu connais aussi ? ( Pascal ) :blush:

Concernant la doc, je suis toujours preneur, bien entendu... Mais sur le forum LR, il est précisé la recente commande à 4 mares d'une serie modifiée de 63500 pour Infra V. Va y avoir epluchage des récentes radiées, et la dispo d'un V12 va devenir ultra difficile pendant quelques dizaines de mois...

:cool:

Fabrice

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité technicentre

C'est sympa... j'ai trouvé quelques trucs en provenance de l'apprentissage, où l'on decortique une locomotive: la 63000 et 63500. okok

:blink:

Fabrice

Attention, si je me rappelle bien, 63000 et 63500 n'ont pas le même moulin: sulzer pour les 63000 et mgo de la 63401 à 423 et 63500. Moyen que j'utilise pour repèrer les 63500: A l'accélèration, 2 fumées noires alors qu'une seule pour les 63000. Le MGO est dérivé d'un moteur d'origine américaine construit sous licence, le V12 Ascri de Poyaud. Ce moteur est dérivé de celui qui était monté sur les liberty ships de la 2e guerre mondiale mais turbo compressé et descendu en cylindrée et remonté en pression (mais là je n'en suis pas sur). Grosso modo, les moteur a été mis au gabarit disponible dans la caisse. Petite info, le même moteur est encore monté en version atmosphèrique dans les pousseurs de la Seine (c'est à dire sans turbos). Par contre, je ne connais pas leur caractèristiques en cylindrée, puissance ou même pression de fonctionnement. Je sais juste qu'ils ont encore les moteurs d'origine car tournant aux environs de 750 tr/mn alors que les nôtres tournent plus vite (1500 tr:mn pour les A12 Scri du train forum).

Par contre, le sulzer n'avait rien à voir, car je crois qu'il ne doit plus en rester en service SNCF. Et là, par contre, je n'ai pas d'info si ce n'est que la SNCF a acheté des péniches pour récupérer des pièces de rechange et fait ferraillé les coques des bateaux (si je ne me trompe pas de moteur diesel).

Est-ce que ça vous avance dans votre discussion?

Modifié par technicentre
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le MGO est dérivé d'un moteur d'origine américaine construit sous licence, le V12 Ascri de Poyaud.

A contrario, il me semble avoir lu que le MGO était dérivé du Renault 517. Peut-être une double filiation ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Attention, si je me rappelle bien, 63000 et 63500 n'ont pas le même moulin: sulzer pour les 63000 et mgo de la 63401 à 423 et 63500. Moyen que j'utilise pour repèrer les 63500: A l'accélèration, 2 fumées noires alors qu'une seule pour les 63000. Le MGO est dérivé d'un moteur d'origine américaine construit sous licence, le V12 Ascri de Poyaud. Ce moteur est dérivé de celui qui était monté sur les liberty ships de la 2e guerre mondiale mais turbo compressé et descendu en cylindrée et remonté en pression (mais là je n'en suis pas sur). Grosso modo, les moteur a été mis au gabarit disponible dans la caisse. Petite info, le même moteur est encore monté en version atmosphèrique dans les pousseurs de la Seine (c'est à dire sans turbos). Par contre, je ne connais pas leur caractèristiques en cylindrée, puissance ou même pression de fonctionnement. Je sais juste qu'ils ont encore les moteurs d'origine car tournant aux environs de 750 tr/mn alors que les nôtres tournent plus vite (1500 tr:mn pour les A12 Scri du train forum).

Par contre, le sulzer n'avait rien à voir, car je crois qu'il ne doit plus en rester en service SNCF. Et là, par contre, je n'ai pas d'info si ce n'est que la SNCF a acheté des péniches pour récupérer des pièces de rechange et fait ferraillé les coques des bateaux (si je ne me trompe pas de moteur diesel).

Est-ce que ça vous avance dans votre discussion?

La doc apprentissage fait cas commun du chassis, bogies, freinage, et le distinguo MGO (assez complet) et Sulzer (plus succint)... 2 ou 3 tomes... lotrela .

On retrouve la philosophie de celui axé conducteur, ainsi que bon nombres de schémas. Bien entendu beaucoup plus poussé dans une optique maintenance.

C'est la meilleure doc actuellement trouvé.

Reste la spécifique du MGO....

Pour le prochain plan Infra de 4 mares, suis sûr de mon info.......dur, pour les pièces.. :blink:

Fabrice

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

D'après "Autorails de France" et quelques lointains souvenirs de lecture :

Après avoir mis au point les V12 Renault dans les années 30, Georges Fréderic Grosshans et Jacques Ollier (le G et le O de MGO) ont créé après guerre le bureau d'études de moteurs diesel BUDI d'où sortiront les moteurs MGO et Poyaud.

Le M représentait la société de prospection pétrolière MAREP qui contribua à l'essor de BUDI en lui commandant des groupes électrogènes et des motopompes pour ses champs pétrolifères.

Le MGO, fabriqué sous licence par la SACM, dérivait du Renault 517; le 6 cylindres Poyaud PD, fabriqué par la SSCM, dérivait du Renault 6 C 140 des AEK et des "unifiés 150 ch".

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité technicentre

D'après "Autorails de France" et quelques lointains souvenirs de lecture :

Après avoir mis au point les V12 Renault dans les années 30, Georges Fréderic Grosshans et Jacques Ollier (le G et le O de MGO) ont créé après guerre le bureau d'études de moteurs diesel BUDI d'où sortiront les moteurs MGO et Poyaud.

Le M représentait la société de prospection pétrolière MAREP qui contribua à l'essor de BUDI en lui commandant des groupes électrogènes et des motopompes pour ses champs pétrolifères.

Le MGO, fabriqué sous licence par la SACM, dérivait du Renault 517; le 6 cylindres Poyaud PD, fabriqué par la SSCM, dérivait du Renault 6 C 140 des AEK et des "unifiés 150 ch".

Je ne connaissais pas cette histoire qui peut se rapprocher de la mienne dans le sens qu'à l'époque, il n'y avait pas beaucoup de matières premières alors que le matériel de surplus militaire était abondant. Que les abaques de telle ou telle étude de moteur est été utilisées, cela me semble plus qu'évident... Surtout que l'on ne pouvait que retomber sur les mêmes solutions puisqu'il n'y avait pas d'avancées technologiques marquantes...

Je viens de vérifier et je suis tombé sur un article sur Wikipédia qui reprend les grandes lignes de ce que tu as dit sur la génèse de ces moteurs (je sais wikipédia est sujet à caution)... Par contre, je me suis rappellé que la découverte du gaz d'Aquitaine, était dut en grande partie à des entreprises d'origine américaines... Surgères, berceau historique de Poyaud n'est pas bien loin (qui s'est appelé aussi SSCM ou Socièté Surgèrienne de Constuction Mécanique).

Qu'on parte d'une ou l'autre des hypothèses, on arrive pas à éliminer l'autre et les 2 ensembles fonctionnent encore... Même le "bureau d'étude des moteurs diesel budi" possède des origines made in USA et a donné naissance à la SACM...

Le Renault 517 étant LE seul diesel d'avant guerre réellement utilisable, que le bureau d'étude est parti de cette épure pour l'améliorer surtout que la RNUR ne souhaitait plus trop aller dans cette direction d'après ce que je viens de trouver... Les ricains auraient amené du pognon au nom du plan marshall et les restes d'industrie française fait le reste...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...

L'extension "AdBlock" anti-pub... on en parle ?

Vous avez installé un outil pour bloquer la publicité sur internet...hors c'est la publicité qui permet à cheminots.net d'exister et de vous permettre d'avoir la meilleure expérience utilisateur possible.

Alors pourquoi ne pas désactiver votre bloqueur de pub pour ce site et ainsi participer à sa pérennité ?

Si vous ne souhaitez pas désactiver Adblock, vous pouvez quand même accéder au site,
et on vous souhaite une bonne visite !

 

Comment désactiver Adblock pour cheminots.net ?

Repérez l'icône Adblock sur votre navigateur internet (Mozilla Firefox, Google Chrome etc.). 
Généralement elle se situe à droite de la barre d'adresse, ou tout en bas à droite de la fenêtre.
adblock.png.b5362a440eebda16ea382664cb9b629f.png

Cliquez sur l'icône puis.. (en fonction du navigateur) :

Mozilla Firefox 
Cliquez sur « Désactiver partout ».

Google Chrome et autres 
Cliquez sur « Ne rien bloquer sur les pages de ce domaine » ou décochez « Activé pour ce site ».

 

Si je n'arrive pas à désactiver Adblock...

Si vous ne trouvez pas le bouton Adblock ou si vous n'arrivez pas à désactiver Adblock, vous pouvez essayer de désinstaller complètement le logiciel dans les options de votre navigateur web:

Mozilla Firefox 
Cliquez sur Firefox, puis Modules complémentaires. Dans Extensions, désactivez/désinstallez Adblock.

Google Chrome 
Cliquez sur la clé à outil en haut à droite, puis Outils et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

Apple Safari 
Cliquez Safari, puis Préférences et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

 

FREEBOX
Se connecter à l’interface de gestion mafreebox.freebox.fr puis « Connexion Internet > Configuration > Blocage de la publicité »
Désactiver l’option et cliquer sur Modifier.

Antivirus
Certains antivirus bloquent les bannières, essayez en le désactivant. Si c'est lui qui bloque les pubs, vous pouvez désactiver cette fonctionnalité, ou mettre le site cheminots.net en liste blanche.