Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Sernam:Bruxelles veut récupérer 642 millions


Invité Gnafron 1er

Messages recommandés

Invité Gnafron 1er

Bruxelles veut récupérer 642 millions d'euros d'aides versées à

Cette décision de la Commission européenne pourrait compromettre le projet de reprise du transporteur, en redressement judiciaire, par Geodis.

La Commission européenne a imposé vendredi que l'Etat français récupère 642 millions d'euros d'aides illégales versées au transporteur Sernam, en redressement judiciaire, une décision qui pourrait remettre en cause l'offre de reprise de Geodis.

Le directeur général de Geodis (filiale de la SNCF), Pierre Blayau, avait en effet indiqué jeudi que la condition de son offre de reprise était de ne pas être débiteur des aides dont le remboursement serait exigé par Bruxelles. L'offre de Geodis porte sur 850 emplois sur 1 600.

Consultée par l'AFP, la direction de Geodis n'a pas souhaité réagir dans l'immédiat. Les candidats à la reprise ont jusqu'à ce vendredi pour déposer leurs offres auprès du tribunal de commerce de Nanterre, dans les Hauts-de-Seine.

La Commission explique dans un communiqué qu'après une enquête approfondie, elle a conclu que «les conditions encadrant son autorisation d'une aide à la restructuration de 503 millions d'euros en faveur de Sernam n'ont pas été respectées et que l'aide est donc incompatible avec les règles de l'UE relatives aux aides d'Etat».

L'enquête a également révélé que «la privatisation de Sernam a donné lieu à de nouvelles aides pour près de 100 millions d'euros», qui «s'ajoutent aux 41 millions d'euros d'aides jugées incompatibles dans une précédente décision d'octobre 2004 et qui n'ont pas été récupérés à ce jour».

«Avantage économique»

Selon la Commission, «toutes ces subventions ont conféré un avantage économique indu à Sernam par rapport à ses concurrents» et constituent donc une distorsion de concurrence.

Le ministre français des Transports, Thierry Mariani, avait rencontré fin février à Bruxelles le commissaire à la Concurrence, Joaquin Almunia, pour plaider la cause de Sernam.

Ancienne filiale de la SNCF et spécialiste de la messagerie et du transport express, Sernam a été privatisé en 2005 et, en 2006, a accueilli dans son capital la société d'investissements Butler Capital Partners (BCP), actuellement actionnaire à 80,32%. Le reste est aux mains des dirigeants.

Mais ses importantes difficultés financières depuis plusieurs années ont contraint le tribunal de commerce de Nanterre à placer le groupe le 31 janvier en redressement judiciaire, avec une période d'observation de six mois.

Deux autres noms de repreneurs circulaient ces derniers jours, selon les syndicats : le groupe Heppner et la société d'investissements Caravelle, propriétaire de Ducros Express et d'une partie du groupe de transport et de logistique Mory. La direction de Heppner a toutefois indiqué qu'elle ne déposerait pas d'offre vendredi.

(AFP)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Salut ,

Pas cité dans les médias :

Tous le médias citent la possible reprise par une filiale du groupe SNCF , le SERMAN qui se trouve en sérieuse difficulté .

Or ce service de messagerie se trouvait à 100% intégré à la SNCF , et c'est si je me souviens bien , une des premières

branches qui ont été coupées de l'entreprise ferroviaire française à la fin des années 1970 ou début 1980 .

Depuis il ya eu bon nombre de tranferts de charge .

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité necroshine

Voila, les 1600 salariés et leur famille peuvent crever la gueule ouverte !!!!! :Smiley_55:

On a environ 5000 personnes sur le carreau,

il est clair qu'en temps de crise, il faut mieux laisser ses personnes sans avenir.....

A gerber tout ca !!!!!

PS / UMP unis dans cette débacle !!!!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Voila, les 1600 salariés et leur famille peuvent crever la gueule ouverte !!!!! :Smiley_55:

Comme par hasard cette liquidation intervient alors que le gouvernement et le MEDEF font tout pour dissuader de licencier avant le 6 mai, et Sarko ne va pas lever le petit doigt.

Normal, il s'agit d'enfoirés de cheminots, de preneurs d'otages, de la lie de la société... :Smiley_55:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Comme par hasard cette liquidation intervient alors que le gouvernement et le MEDEF font tout pour dissuader de licencier avant le 6 mai, et Sarko ne va pas lever le petit doigt.

Normal, il s'agit d'enfoirés de cheminots, de preneurs d'otages, de la lie de la société... :Smiley_55:

Cheminots ?????

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Les gens du SERNAM se décrivent comme tels, non ?

Je ne nie pas qu'il y a peut-etre encore des agents SNCF qui y sont détachés, mais En 2002, le Sernam devient une société anonyme. En 2005, il est privatisé s'appelant ainsi SERNAM 'sans article'.

Son capital est détenu à 55 % par le fonds d'investissement Butler Capital Partners ; le reste est partagé entre son PDG (Philippe Chevalier) et 83 « managers » (cadres ?).

http://fr.wikipedia.org/wiki/Sernam

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

C'était une arnaque et Bruxelles a raison, ne pas se tromper de cible.

C'est un peu comme si vous voulez vendre une vieille Laguna estimée à 1000€ et que vous vous portez acquéreur pour 2000€ à la condition qu'un garagiste WV laisse dans la boite à gant une enveloppe avec 3000€ en billets.

Pour les emplois, ne vous inquiétez pas, le plan de reprise prévoyez déjà au minimum la moitié de licenciement (au prix fort pour l'Etat)

Regardez bien les chiffres, pour une société privée, on aboutit à +750 000€ par emploi soit-disant sauvegardé (pour 6 mois?).

Ne vous laissez pas attrendrir par le nom SERNAM.

C'est comme CIWLT, TEE, ...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité necroshine

Je rappelle : 1600 licenciements, mais ces gens la ont : conjoint et enfants....

Donc quand je dis 5000 personnes sur le carreau, je ne suis pas loin....

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité TRAM21

il me semble bien qu'une des conditions imposées par Bruxelles pour le recapitalisation de la SERNAM était de de se recentrer sur le transport ferroviaire...

alors que le SERNAM 200 a été jeté aux oubliettes, et que les trains du SERNAM ne sont plus que des souvenirs... ou bien des wagons en HO sur une étagère !

quelque part, Bruxelles a raison de mettre le doigt où ça fait mal !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité Lao She

Et Butler le fonds d'investissement français dans tout ça, cela fait 5 ans qu'il exploite le SERNAM, curieux que personne ne lui demande rien !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...