Jump to content

D3L74

Membre
  • Content Count

    300
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

156 Ardent

About D3L74

  • Rank
    Turbostar
  • Birthday 04/26/1996

Infos Personnelles

  • Ville
    Paris, France // Auckland, Nouvelle-Zélande

Recent Profile Visitors

4206 profile views
  1. Merci pour ta réponse ! Quelqu'un aurait-il le détaile de quelles locomotives y sont s'il vous plait ? Merci !
  2. Bonjour ! Je me pose une question quant aux 15* BB 36000 Akiem qui ne sont louées ni à Thello ni à FOXRail en Hongrie. Sont-elles toutes régulièrement en service commercial ou y en a-t-il certaines qui sont stockées faute d'activité ? Merci beaucoup ! *36002, 008, 014, 016-022, 024-026, 029-030
  3. Soit, mais l’herbe n’est vraiment pas forcément plus verte ailleurs.
  4. Parce que tu penses que la France est le seul pays qui a été et est affecté par tout ça ?
  5. On est sur le point de faire d’Alstom le plus gros groupe ferroviaire, français donc, mais tu trouves le moyen de dire ça ?
  6. Pour l’instant la marque Bombardier reste pour les avions d’affaires (mais combien de temps ?) donc logiquement Alstom n’aura pas le droit d’y toucher.
  7. Il est fort probable qu’Alstom doive céder une ou deux unités de production à un concurrent européen, ce qui ne ferait que transférer des employés Alstom à une autre entreprise plutôt que les mener au licenciement.
  8. Communiqué de presse : Le mémorandum d’entente a été signé entre Alstom, Bombardier Transportation, et la Caisse de depot et placement du Québec.
  9. Communiqué de presse: Alstom confirme être en discussions avec Bombardier.
  10. Je n’ai pas eu vent d’une majeure difficulté financière chez Alstom en ce moment. Si tu as plus d’infos je suis preneur. En tout cas ce sera toujours mieux que la dette de 12.4 milliards de Bombardier. Pour la différence entre les deux cas de figure, ce n’était pas orienté vers toi spécifiquement, j’ai juste cru bon de le rappeler au cas où. En Europe on compte Leo Express et la Deutsche Bahn parmi les clients de CRRC. Il y a aussi déjà des clients aux États-Unis (entre autres).
  11. Les deux "mariages" sont deux choses différentes qui sont trop souvent, à tort, comparées. La fusion d’Alstom et de Siemens était une vraie fusion, à savoir le maintien des deux entreprises à travers leurs activités respectives mais regroupées sous une seule entité Siemens-Alstom, une entreprise franco-allemande car maintenant les deux identités. Ici on parle d’un rachat à proprement parler, à savoir le maintien d’Alstom et de ses activités et la reprise de Bombardier, à savoir la disparition des activités de Bombardier en tant que telles, passant sous le badge d’Alstom restant une seule entreprise française car maintenant une seule identité (comme il a été le cas avec le rachat d’ADtranz par Bombardier (= une seule identité canadienne) ou celui de LHB par Alstom (= une seule identité française). Il s’agit là de la même différence que celle qu’il y a eu entre ces deux rachats et la fusion ASEA/Brown Boveri ayant donné ABB, une entreprise helvético-suédoise ayant maintenu les deux identités. Ce rachat de Bombardier par Alstom est également différent par le fait que quoi qu’il en soit, Bombardier a besoin de se faire racheter, le groupe canadien ayant une dette de 12.4 milliards de dollars à rembourser. C’est un facteur qui vient s’ajouter à la problématique de la concurrence chinoise de CRRC qui était la seule en question lors du projet de fusion Siemens-Alstom. En tout cas j’ai peur de la décision que prendra l’UE à propos du rachat de Bombardier. On risque de perdre encore du terrain face aux chinois si l’UE décide à nouveau de bloquer un projet qui pourrait donner à l’industrie ferroviaire européenne un sévère coup de pied aux fesses pour contrer le mastodonte CRRC qui vend déjà des trains en Europe, sous prétexte que la perte de Bombardier diminuera la concurrence sur le Vieux Continent. M’est avis qu’il est préférable que Bombardier soit racheté 7 milliards par une entreprise européenne tant qu’il est encore temps, car dans tous les cas l’entreprise doit trouver un repreneur. Si le candidat suivant au rachat de l’entreprise canadienne est chinois, lui pourra mettre deux fois cette somme sur la table, et ça risquera de compliquer la situation grandement. À moins que là aussi l’UE dresse son veto. Mais dans tous les cas Bombardier disparaîtra. Alors autant en profiter pour renforcer l’arsenal ferroviaire européen.
  12. Ça avance... https://www.lesechos.fr/industrie-services/tourisme-transport/alstom-aurait-conclu-un-accord-pour-le-rachat-de-bombardier-transport-1172264
×
×
  • Create New...