Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Julien Alliot

Membre
  • Compteur de contenus

    17
  • Inscription

  • Dernière visite

Infos Personnelles

  • Ville
    Saint-Émilion, Paris

Infos Métier

  • Métier & Lieu
    Journaliste

Visiteurs récents du profil

1 317 visualisations du profil
  1. Comparer la Chine (un pays) à l'Europe (une trentaine de pays) n'a pas beaucoup de sens. Fustiger en quelques mots le TGV c'est facile quand on vit dans un tout petit pays où les villes sont les unes sur les autres. En France, en Espagne, en Italie, les gens n'ont plus envie de rouler en train classique sur plusieurs centaines de kilomètres, il suffit de voir l'exaspération des Auvergnats ou des Normands voyageant souvent à Paris quand on leur dit que les LGV promises sont remises aux calendes grecques. Comparer le prix de l'avion et du train, ok, mais en ayant l'honnêteté de choisir les
  2. Je parlais de la discussion sur le fait de pouvoir passer un weekend à Berlin et de l'opposition entre partisans du train de nuit et ceux de l'avion, pas du train de nuit en général ! J'en ai suffisamment pris dans ma vie pour savoir ô combien c'était pratique !
  3. Les trains de nuit sont (étaient) bien subventionnés aussi ! Chacun fait comme il veut (peut) et puis voilà ! Votre discussion très parisienne omet un élément crucial : en avion, on joint Berlin en moins de 2 heures depuis la plupart des métropoles françaises. Bordeaux-Berlin ou Nice-Berlin, c'est à partir de 30 €. Pas vérifié mais j'imagine que de Nantes, Lyon ou Toulouse, c'est kif kif. En train, il faut payer le TGV ou l'IC pour aller à Paris, changer de gare en métro, bus ou taxi, etc. Et donc pour un weekend à Berlin, quitter le boulot le vendredi après-midi, rentrer le lun
  4. Non, non. Je me souviens très bien, dans le Paris-Nice que je prenais souvent. Une nuit je me réveille, j'étais pour une fois sur la couchette intermédiaire (en général je choisissais en haut) un type était en train de fouiner dans le compartiment à la lueur de son téléphone. Je lui demande ce qu'il fait il répond "euh j'ai dû me tromper de compartiment" et est vite sorti. Une autre fois, quelqu'un s'était fait piquer son sac, probablement par des gens qui montaient lors du premier arrêt à Toulon, se baladaient un peu dans les couloirs et descendaient aux Arcs. Je ne dis pas que c'était fréque
  5. Mais si, justement, les blogs, les forums, les réseaux sociaux, sont une forme moderne de café du commerce ! L'envie de donner un sentiment, un ressenti, rapporter ce que j'ai entendu (pas besoin que l'enquête soit terminée pour savoir par des membres de l'association des victimes ce qu'il s'en dessine). Et dire que si les conducteurs avaient roulé moins vite il n'y aurait pas eu d'accident est une évidence... physique ! Et comme je ne suis absolument pas en train d'écrire un article de presse et ne suis d'ailleurs pas journaliste traitant des transports mais de sujets bien différent
  6. Bien sûr que les conducteurs des récents accidents dramatiques (Puisseguin, Doubs, Rochefort) ont leur part de responsabilité. À Puisseguin (j'ai vu la fumée de ma fenêtre et je connais personnellement des victimes) s'il était allé moins vite, il n'aurait pas tapé le camion en travers, il aurait freiné à temps. Pareil à Rochefort. Et dans le Doubs, s'il n'avait pas roulé comme un cacou sur une route givrée, il n'aurait pas glissé. La vitesse est bien le problème : on veut faire rouler des cars le plus vite possible pour rivaliser avec les autos et les trains, alors qu'un car ça s'arrê
  7. En effet, mais quand il y a le choix entre des moyens de transports plus ou moins dangereux, autant privilégier celui qui l'est le moins. En outre, un accident de voiture fait moins de victimes qu'un accident de car. Enfin, si les conducteurs de bus étaient formés et médicalement suivis comme ceux des trains et des avions, le problème ne se poserait pas. Or ce n'est pas le cas, on laisse la responsabilité d'une cinquantaine de vies à des conducteurs d'autocars qui peuvent s'avérer irresponsables (chauffards, drogués, distraits, téléphoneurs, etc.) ou simplement fatigués, dans
  8. Alors c'est un retour aux sources : le Train Bleu s'arrêtait jadis à Blancarde pour éviter de rebrousser à Saint-Charles. Le problème de cet arrêt supplémentaire, c'est réveil plus matinal dans un sens et bruit anti-dodo plus tard le soir dans l'autre. Mais c'est peut-être une bonne idée !
  9. L'ai pris à Cahors il me semble, un matin d'été il y a trois ou quatre ans. Mais le must c'est le Paris-Nice : pas d'arrêt (commercial) après le départ, jusqu'à Toulon, et idem dans l'autre sens. Quand on regarde les Chaix des années 1970 et avant, l'incroyable offre de trains de nuit, mais aussi de multiples arrêts, pour dormir c'était galère.
  10. Ça doit être l'année où en décembre il a été fusionné avec le Paris-Ventimiglia (limité à Nice ensuite) les 3 nuits creuses (L/M, M/M, M/J) avec arrêt à Valence pour diviser le train en deux (ou le regrouper dans l'autre sens) et changer de loco. Mais c'était un arrêt non commercial, j'imagine pour pouvoir fermer la gare la nuit et affirmer la politique Lunéa (à l'époque) de tranquilité des voyageurs (pas de montée/descente de voyageurs en pleine nuit).
  11. Non non, ça existe toujours, Voyages-SNCF.com propose de faire Paris-Bordeaux par le train de nuit Paris-Toulouse dép. 22.43 jusqu'à Montauban puis le premier TGV Toulouse-Paris, arrivée Bordeaux 8.13. Et l'inverse est possible de même. Je l'ai fait deux fois. Sinon, le Briançon-Paris existe toujours, il n'est jamais passé par Les Aubrais ceci dit (vous confondez avec le Luchon-Paris j'imagine). Son dernier arrêt commercial avant Paris (Austerlitz) est Crest, dans la Drôme. Ensuite il a un arrêt de service à Valence, où on lui accroche les voitures du Nice-Paris, puis un autre arrêt d
  12. C'était le Paris-Madrid, je ne l'ai jamais pris mais comme j'ai de la famille à Madrid, j'ai plusieurs fois accompagné des cousins jusqu'au train, qui partait vers 18h et arrivait vers 9h selon les années. Le Sud-Express était un train de jour (en France) avec correspondance à Irun vers le Portugal. Horaire été 1970 du train 5 Puerta del Sol : Paris Austerlitz 18.05 Bordeaux St Jean 22.18/22.20 Dax 23.30/23.31 Bayonne 0.01/0.03 Hendaye 0.31/1.15 Irun 1.19/1.20 San Sebastian 1.38/1.40 Burgos 5.13/5.35 Madrid Chamartin 9.12 Une voiture-restaurant était ajoutée à Burgos pour le peti
  13. Ah voilà, grâce à la réactivité de Vérane, j'ai trouvé "Plus d'options de réponse" !
  14. Ah oui je confirme... multiples trajets en Pologne du nord au sud et d'est en ouest, ou de Varna à Varsovie, trois jours deux nuits, pour 100 F / pers. à l'époque communiste !
  15. Impossible de répondre au sondage, je réponds 1 à la Q1 et 2 à la Q2 mais rien à la Q3 du coup ça me rejette... Régulièrement Antibes-Paris ou vice-versa depuis 4 ans, en 1è ou en 2è selon les opportunités... Train bien rempli en général, sauf en semaine en plein hiver... Depuis deux ans, terminus Nice au lieu de Ventimiglia, et rame couplée au Paris-Briançon en semaine (séparation à Valence, arrêt non commercial). On y dort plutôt bien, surtout dans le sens Paris-Nice car dès le départ vers 21h30, on est tranquille jusqu'à Toulon au petit matin. Et quand on connaît le matériel, on sai
×
×
  • Créer...