Aller au contenu
Le Web des Cheminots

une POMPE A FRIC DE LA CGT !


LELILLOIS

Messages recommandés

<H1 class=title>“Une pompe à fric de la CGT !”</H1>

Une plainte vient d’être déposée contre le secrétaire CGT du comité d’entreprise des TCL. Interview de Bruno Serpaggi, du syndicat CFTC à l’origine de cette procédure.

Pourquoi vous avez porté plainte contre le secrétaire du comité d’entreprise ?

Bruno Serpaggi : Parce que l’élu CFTC qui siège au comité d’entreprise a été écarté de toutes les commissions par Jean-Raphaël Diaz, le secrétaire du CE. Ce qui était totalement illégal.

C’est une vengeance ?

Pas du tout. Mais cette décision nous a confirmé que la gestion du CE manquait totalement de transparence. D’ailleurs, on avait déjà des soupçons sur l’attribution d’un marché qui portait sur la rénovation d’appartements du comité d’entreprise situés à Port-Barcarès. D’après nos informations, ce marché aurait été accordé à une entreprise appartenant au beau-frère de Jean-Raphaël Diaz et nous avons demandé les devis pour vérifier. On voulait aussi s’assurer que l’entreprise qui a décroché le contrat proposait vraiment des prix plus intéressants que ses concurrents. Mais on n’a jamais eu de réponse.

Pourquoi ce manque de transparence ?

Parce que Jean-Raphaël Diaz se sent intouchable. D’autant plus que le comité d’entreprise des TCL est géré depuis 1946 par la CGT qui a toujours été la principale organisation syndicale. Du coup personne n’a jamais osé lui demander des comptes.

L’élu CFTC n’a pas accès aux comptes ?

Si, mais jamais dans leur intégralité. On ne sait pas combien sont payés les salariés du CE par exemple... Et on vient seulement d’apprendre que le CE disposait de 832 000 euros de trésorerie. Ce qui est énorme quand on sait que le CE gère un budget de 2,6 millions d’euros.

C’est plutôt une bonne chose que le CE ait une bonne trésorerie !

Oui, mais si le comité d’entreprise est si riche, pourquoi les salariés des TCL ont si peu d’avantages ? Pas de chèques-restaurant, pas de chèque-vacances... Et chaque année, seulement 350 salariés sur 4 000 peuvent profiter des appartements et des mobil-homes que possède le CE. En plus, on ne sait pas selon quels critères ces appartements sont attribués. Et j’aimerais bien avoir une liste des personnes qui sont parties en vacances grâce au CE depuis cinq ans. D’ailleurs en juillet dernier, nous avons demandé des précisions, en vain.

Mais alors à quoi sert cette trésorerie de 832 000 euros ?

C’est ce que j’aimerais bien savoir. Mais pour moi, cet argent ne profite qu’à la CGT puisque c’est elle qui gère les comptes. Et quand, entre 2001 et 2003, c’est FO qui a pris en main la gestion des comptes, comme par hasard, une partie des documents comptables avaient disparu... Malheureusement, à l’époque, le syndicat FO n’a pas commandé d’audit.

Vous ne saviez pas que les salariés du CE étaient payés 3 700 euros par mois pour un mi-temps ?

Non. D’ailleurs, on ne connaît toujours pas le nombre de salariés qui travaillent au CE. Mais c’est bien pour ça qu’on demande des explications précises. Car pour moi, ce comité d’entreprise ressemble à celui de l’EDF, c’est-à-dire une pompe à fric au service de la CGT. Et j’espère que cette affaire va intéresser la brigade financière. Car l’argent du comité d’entreprise des TCL doit revenir aux salariés des TCL.

La direction des TCL a réagi ?

C’est le directeur général de Kéolis à Lyon qui gère les TCL qui est président du CE. Mais il a toujours tout délégué à Jean-Raphaël Diaz et à la CGT qui est le principal syndicat aux TCL. En fait, pour Kéolis, c'est un moyen d’acheter la paix sociale. Un peu comme si la direction de Kéolis disait à la CGT : “Je ne m'occupe pas des comptes du CE, vous faites ce que vous voulez. Mais en échange, vous me laissez gérer l’entreprise tranquillement.”

Propos recueillis par Emmanuel Derville

3 700 euros par mois à mi-temps

Le comité d’entreprise des TCL est sans doute l’employeur le plus généreux de France. En effet, en 2006, il a déboursé plus de 251 000 euros pour rémunérer les quatre salariés employés au siège du CE, dans le 3e arrondissement. C’est en tout cas ce qui ressort des comptes 2006 du comité d’entreprise que Lyon Mag s’est procurés. Du coup, chaque salarié touche environ 62 800 euros par an, ce qui représente un salaire brut, incluant les congés payés et différentes primes, d’environ 3 700 euros par mois ! Trois fois le smic. Alors qu'aux TCL un conducteur de métro avec dix ans d’ancienneté gagne 1 400 euros net par mois. Etonnant. En revanche, les quatre autres salariés du CE qui sont employés sur d’autres sites touchent un salaire normal : entre 600 et 800 euros brut par mois.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Voici le lien : “Une pompe à fric de la CGT !”

Et la réponse :

Comité d’entreprise des TCL : la CGT contre-attaque

“Une volonté de nuire à nos organisations”, “une divulgation de ragots”, “des mensonges”... Dans un communiqué daté du 4 mars, la CGT des TCL dément les informations publiées dans le numéro de février de Lyon Mag’. Bruno Serpaggi, du syndicat CFTC, dénonçait dans une interview le manque de transparence dans la gestion du CE par la CGT, mais aussi l’existence d’une trésorerie de 832 000 euros alors que les salariés des TCL ont peu d’avantages : pas de chèque-restaurant ni de chèque-vacances... Avant de soupçonner le comité d’entreprise d’être "une pompe à fric" de la CGT.

Dans son communiqué, la CGT rejette ses accusations et annonce qu’elle va demander un audit de ses comptes : “Mr Serpaggi déclare au journaliste que le comité d’entreprise est la pompe à fric de la CGT. Accusations fausses et totalement gratuites de sa part ! L’examen approfondi des comptes, qui a été voté lors de la plénière du CE, le prouvera et lavera la CGT de toute accusation.” La CGT s’en prend aussi à la CFTC : “C’est la première fois dans notre entreprise que les responsables d’une organisation syndicale vont aussi loin dans l’expression de leur haine, de leur rancœur et de leur malveillance afin de diffamer des militants.”

Du coup, la CGT annonce qu’elle va “entamer une action au pénal pour diffamation.”

Modifié par Jay17
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

<H1 class=title>"Une pompe à fric de la CGT !"</H1>

Une plainte vient d'être déposée contre le secrétaire CGT du comité d'entreprise des TCL. Interview de Bruno Serpaggi, du syndicat CFTC à l'origine de cette procédure.

Pourquoi vous avez porté plainte contre le secrétaire du comité d'entreprise ?

Bruno Serpaggi : Parce que l'élu CFTC qui siège au comité d'entreprise a été écarté de toutes les commissions par Jean-Raphaël Diaz, le secrétaire du CE. Ce qui était totalement illégal.

C'est une vengeance ?

Pas du tout. Mais cette décision nous a confirmé que la gestion du CE manquait totalement de transparence. D'ailleurs, on avait déjà des soupçons sur l'attribution d'un marché qui portait sur la rénovation d'appartements du comité d'entreprise situés à Port-Barcarès. D'après nos informations, ce marché aurait été accordé à une entreprise appartenant au beau-frère de Jean-Raphaël Diaz et nous avons demandé les devis pour vérifier. On voulait aussi s'assurer que l'entreprise qui a décroché le contrat proposait vraiment des prix plus intéressants que ses concurrents. Mais on n'a jamais eu de réponse.

Pourquoi ce manque de transparence ?

Parce que Jean-Raphaël Diaz se sent intouchable. D'autant plus que le comité d'entreprise des TCL est géré depuis 1946 par la CGT qui a toujours été la principale organisation syndicale. Du coup personne n'a jamais osé lui demander des comptes.

L'élu CFTC n'a pas accès aux comptes ?

Si, mais jamais dans leur intégralité. On ne sait pas combien sont payés les salariés du CE par exemple... Et on vient seulement d'apprendre que le CE disposait de 832 000 euros de trésorerie. Ce qui est énorme quand on sait que le CE gère un budget de 2,6 millions d'euros.

C'est plutôt une bonne chose que le CE ait une bonne trésorerie !

Oui, mais si le comité d'entreprise est si riche, pourquoi les salariés des TCL ont si peu d'avantages ? Pas de chèques-restaurant, pas de chèque-vacances... Et chaque année, seulement 350 salariés sur 4 000 peuvent profiter des appartements et des mobil-homes que possède le CE. En plus, on ne sait pas selon quels critères ces appartements sont attribués. Et j'aimerais bien avoir une liste des personnes qui sont parties en vacances grâce au CE depuis cinq ans. D'ailleurs en juillet dernier, nous avons demandé des précisions, en vain.

Mais alors à quoi sert cette trésorerie de 832 000 euros ?

C'est ce que j'aimerais bien savoir. Mais pour moi, cet argent ne profite qu'à la CGT puisque c'est elle qui gère les comptes. Et quand, entre 2001 et 2003, c'est FO qui a pris en main la gestion des comptes, comme par hasard, une partie des documents comptables avaient disparu... Malheureusement, à l'époque, le syndicat FO n'a pas commandé d'audit.

Vous ne saviez pas que les salariés du CE étaient payés 3 700 euros par mois pour un mi-temps ?

Non. D'ailleurs, on ne connaît toujours pas le nombre de salariés qui travaillent au CE. Mais c'est bien pour ça qu'on demande des explications précises. Car pour moi, ce comité d'entreprise ressemble à celui de l'EDF, c'est-à-dire une pompe à fric au service de la CGT. Et j'espère que cette affaire va intéresser la brigade financière. Car l'argent du comité d'entreprise des TCL doit revenir aux salariés des TCL.

La direction des TCL a réagi ?

C'est le directeur général de Kéolis à Lyon qui gère les TCL qui est président du CE. Mais il a toujours tout délégué à Jean-Raphaël Diaz et à la CGT qui est le principal syndicat aux TCL. En fait, pour Kéolis, c'est un moyen d'acheter la paix sociale. Un peu comme si la direction de Kéolis disait à la CGT : "Je ne m'occupe pas des comptes du CE, vous faites ce que vous voulez. Mais en échange, vous me laissez gérer l'entreprise tranquillement."

Propos recueillis par Emmanuel Derville

3 700 euros par mois à mi-temps

Le comité d'entreprise des TCL est sans doute l'employeur le plus généreux de France. En effet, en 2006, il a déboursé plus de 251 000 euros pour rémunérer les quatre salariés employés au siège du CE, dans le 3e arrondissement. C'est en tout cas ce qui ressort des comptes 2006 du comité d'entreprise que Lyon Mag s'est procurés. Du coup, chaque salarié touche environ 62 800 euros par an, ce qui représente un salaire brut, incluant les congés payés et différentes primes, d'environ 3 700 euros par mois ! Trois fois le smic. Alors qu'aux TCL un conducteur de métro avec dix ans d'ancienneté gagne 1 400 euros net par mois. Etonnant. En revanche, les quatre autres salariés du CE qui sont employés sur d'autres sites touchent un salaire normal : entre 600 et 800 euros brut par mois.

Il va sans doute qu'il y a certainement un problème, mais avant d'avancer de telles choses ( qui paraissent grosses ) , il faudrait des preuves, car même derrière un clavier et un écran la diffamation existe quand on nome les gens par leurs noms. Vouloir à tout pris descendre la CGT c'est une chose, voir un sport national pour certains, mais faitent le en finesse ou fermez vos gueules lotrela ( ne pas mettre les comportements individuels sur le compte de l'OS cgt, beaucoup de militants intègres ne se laisseront pas insultés de la sorte ).

Tant qu'a faire, essayez de prouver aussi les dérives financières organisées par une partie du grand patronat. Mais faut avoir un peu de couilles? non?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il va sans doute qu'il y a certainement un problème, mais avant d'avancer de telles choses ( qui paraissent grosses ) , il faudrait des preuves, car même derrière un clavier et un écran la diffamation existe quand on nome les gens par leurs noms. Vouloir à tout pris descendre la CGT c'est une chose, voir un sport national pour certains, mais faitent le en finesse ou fermez vos gueules lotrela ( ne pas mettre les comportements individuels sur le compte de l'OS cgt, beaucoup de militants intègres ne se laisseront pas insultés de la sorte ).

Tant qu'a faire, essayez de prouver aussi les dérives financières organisées par une partie du grand patronat. Mais faut avoir un peu de couilles? non?

Transmis à Mme Parisot...

Fabrice

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Transmis à Mme Parisot...

Fabrice

Merci Fabr

ëtre militant dans une OS, dans une assos, voir dans un parti ( politique ) est un droit, peut importe le bord politique ou même appolitique, militer pour une cause ( peut importe la quelle ) qui paraîtra toujours injustifiée à une opposition n'est pas une tare, c'est juste exprimer ses convictions, mais certains profiteront toujours de leurs responsabillités ( dans une os, une assos ou d'un parti ) pour abuser de leur collectivité quite à en donner une mauvaise image ( c'est le propre de l'homme ).

Moi en tant que militant de base CGT ( est pas que cgt cheminot ) je refuse d'être assimilé à d'éventuels profiteurs de mon OS ( si il y en a réellement, les on dit discriminatoirs je me méfi ) et refuse de me laisser insulter par des anti CGT primaires donneurs de leçons. A bon entendeur......... lotrela

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Rail cassé : les gens intelligents - il y en a :blush: - ne mettent pas tout le monde dans le même panier !!!!

Mais il faut bien reconnaître que sur Lyon, les CE (Sncf ou Keolis cette fois) font parler d'eux...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Voila le genre de sujet sur lequel on hésite à l'ouvrir.... donc je ne l'ouvre pas .... La justice est saisie, et jusqu'à preuve du contraire les personnes citées sont protégées par le principe de la présomption d'innocence (ce que précise prudemment Lyon Mag le 26 février pour éviter sans doûte d'être poursuivi ....)

"Légalement" le titre de ce sujet devrait se terminer par un ? et non pas un ! .

Modifié par michael02
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Toujours les mêmes qui postent toujours les mêmes ragots....

Quel est ton but? En postant cela sans avoir vérifié quoi que ce soit, penses-tu servir ta cause ou celle de la direction...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il va sans doute qu'il y a certainement un problème, mais avant d'avancer de telles choses ( qui paraissent grosses ) , il faudrait des preuves, car même derrière un clavier et un écran la diffamation existe quand on nome les gens par leurs noms. Vouloir à tout pris descendre la CGT c'est une chose, voir un sport national pour certains, mais faitent le en finesse ou fermez vos gueules :blush: ( ne pas mettre les comportements individuels sur le compte de l'OS cgt, beaucoup de militants intègres ne se laisseront pas insultés de la sorte ).

Tant qu'a faire, essayez de prouver aussi les dérives financières organisées par une partie du grand patronat. Mais faut avoir un peu de couilles? non?

A partir du moment où une plainte est deposée et que le motif de cette plainte est connue je ne pense pas qu'on puisse parler de diffamation au sens juridique, mais ce serait bien d'avoir confirmation d'un homme de loi.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

A partir du moment où une plainte est deposée et que le motif de cette plainte est connue je ne pense pas qu'on puisse parler de diffamation au sens juridique, mais ce serait bien d'avoir confirmation d'un homme de loi.

Tant qu'une personne n'est pas mise en examen pour le motif évoqué, elle peut effectivement se retourner contre quelqu'un qui l'accuse...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

A partir du moment où une plainte est deposée et que le motif de cette plainte est connue je ne pense pas qu'on puisse parler de diffamation au sens juridique, mais ce serait bien d'avoir confirmation d'un homme de loi.

Il me semble qu'on peut parler de diffamation dès lors qu'il y a atteinte à la notoriété, que les faits soient avérés ou non. En d'autres termes, on n'a pas le droit de faire justice soi-même, pas même par une campagne de dénigrement.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il me semble qu'on peut parler de diffamation dès lors qu'il y a atteinte à la notoriété, que les faits soient avérés ou non. En d'autres termes, on n'a pas le droit de faire justice soi-même, pas même par une campagne de dénigrement.

La Direction pourrait se faire un paquet de fric avec les OS alors ? :Smiley_51: nonmais

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

A partir du moment où une plainte est deposée et que le motif de cette plainte est connue je ne pense pas qu'on puisse parler de diffamation au sens juridique, mais ce serait bien d'avoir confirmation d'un homme de loi.

C'est le tribunal qui décide si il y a diffamation ou non...après avoir examiné le dossiers et les pièces d'instruction , entendu toute les parties...

Avant un éventuel procès procès c'est l'instruction (par un juge d'instruction qui peut décidé d'un non-lieu ou renvoyer devant un tribunal...)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

C'est le tribunal qui décide si il y a diffamation ou non...après avoir examiné le dossiers et les pièces d'instruction , entendu toute les parties...

Avant un éventuel procès procès c'est l'instruction (par un juge d'instruction qui peut décidé d'un non-lieu ou renvoyer devant un tribunal...)

Dom, tu aurais une solide expérience sur le sujet, semble t'il :Smiley_51:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Dom, tu aurais une solide expérience sur le sujet, semble t'il lotrela

Ben ouai, j'en ai plus d'un qui m'a accusé de diffamation...(à la sncf mais pas que là...)

alors j'ai proposé à chaque fois d'aller devant le juge d'instruction et le tribunal pour que celui-ci détermine si il y avait ou non diffamation...

et je ne me suis jamais retrouvé convoquer par qui que ce soit...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir à tous,

Pour assouan, c'est vrai qu'il existe des gens intéligents qui savent faire la part des choses, mais ce qui est le plus insuportable, ce n'est pas tant les propos diffamatoirs ( à tor ou à raison ) mais le dénigrement sectaire afin de nuire.

Pour revenir aux affaires en cours sur les CE, laissons faire la justice si elle est réellement saisie, et je suis currieux du verdicte, après on avisera.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

<H1 class=title>"Une pompe à fric de la CGT !"</H1>

Une plainte vient d'être déposée contre le secrétaire CGT du comité d'entreprise des TCL. Interview de Bruno Serpaggi, du syndicat CFTC à l'origine de cette procédure...

L'article en question de Lyon Mag datant de fin février 2008, c'est un scoop tranquille ...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir ,

MODE PROVOQUE ON :

On a enfin retrouvé une partie des fonds secrets de l'UIMM .

:Smiley_60::Smiley_36:helpsoso:Smiley_39::Smiley_39::Smiley_39::Smiley_39:

mdrmdrmdrmdrmdrmdr ça fait du bien un peu d'humour, et si c'était la cgete qui finançait réellement l' UIMM à l'inssue de notre plein gré, alors triple dose de mdrmdrmdrmdrmdrmdrmdrmdrmdrmdrmdrmdrmdrmdrmdrmdr mdrmdr

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité MarcM

:)okoknonmais ça fait du bien un peu d'humour, et si c'était la cgete qui finançait réellement l' UIMM à l'inssue de notre plein gré, alors triple dose de nonmaisrevoltageslotrelalotrelamdrmdrmdrmdrmdrmdrmdrmdrmdrmdr

et si c'était vrai..........on aurait l'air malin okok

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité MarcM

Salut Marc, pour le coup il ne nous resterais plus qu'à nous les bouffer sans sel et sans poivre. :)okok

marinées comme des anchois ................. okok

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité MarcM

aux poivrons .............. rouges, qu'ils disaient. cestachier

il faut bien qu'il y ait encore quelque chose de rouge ...(même si ce sont des poivrons mdrmdr )

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...