Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Le summum........!


Invité Gnafron 1er

Messages recommandés

Lettre ouverte aux adhérents de la CGT Dalkia et de la

Fédération CGT de la Construction… aux militants syndicaux sans distinction d’étiquette

(Paris, le 2 mars 2009)

Le CGT-E Dalkia France

Chers camarades,

La direction de Dalkia et la CGT (Fédération de la Construction et Dalkia) ont saisi le Tribunal d’Instance de Lille pour contester

une nouvelle fois la validité des mandats nationaux du CGT-E. L’audience initialement fixée au 17 février a été renvoyée. Dalkia

nous réclame 25 000 € et la CGT pas moins de 168 000 €[/color] (dommages et intérêts et article 700 cumulés). La direction est dans

son rôle patronal quand elle s’attaque aux libertés syndicales, par contre les travailleurs doivent s’unir pour défendre leurs libertés

mises à mal chez Dalkia.

Or que nous montre la réalité quotidienne de l’entreprise ? Beaucoup et de plus en plus nombreux font le constat que la direction

de la CGT ne soutient plus les revendications fondamentales des salariés et étouffe même les luttes. En cela, inévitablement, elle

a trouvé un terrain d’entente avec le patronat de Dalkia. La direction CGT a déserté la lutte contre le capital. Malheureusement et

nul ne peut le nier, ses dirigeants font corps avec la direction pour faire payer les syndicalistes restés fideles au syndicalisme de

classe et de masse forgé par Benoît Frachon et nos camarades aînés. Ils espèrent obtenir la condamnation solidaire du CGT-E et

de ses délégués nationaux à la somme exorbitante de 168 000 euros.

Aussi, parce que les noms de certains d’entre vous apparaissent dans cette procédure, nous avons décidé de nous adresser

fraternellement à vous et à l’ensemble des adhérents et militants de base, par le biais de cette lettre ouverte, afin de vous alerter

sur les pratiques scandaleuses des responsables de la CGT Dalkia et de certains bureaucrates de la Construction CGT et de vous

éclairer sur les véritables enjeux qui se cachent derrière le harcèlement judiciaire que nous subissons depuis 4 ans.

Pour atteindre leur but, ces derniers n’auraient pas hésité pas à se livrer à de véritables escroqueries aux jugements en se

prévalant de pouvoirs de représenter les structures de la CGT sans mandat ou sur des documents discutables.

Pourquoi la Fédération de la Construction a t’elle exclut les militants de combat de la CGT Dalkia ?

En voici la genèse. En avril 2002, la direction de Veolia, dont Dalkia est la filiale-Energie, invite la CGT à une rencontre qualifiée

de secrète dans un salon d’un grand hôtel des Champs-Elysées. La délégation CGT est composée de membres du comité de

groupe, issus des fédérations entrant dans le champ d’activité de Veolia Environnement. Le bureau confédéral étant représenté

par l’animateur multicartes de l’association Audience, dont le but est de collecter des fonds pour le compte de la CGT. Veolia

lance un scoop : recomposer le champ syndical autour d’une CGT mutée (aménageant les directives patronales) ainsi hissée au

rang de partenaire privilégié. Les militants de Dalkia, surpris et écoeurés qualifièrent l’attitude patronale de manoeuvres pour

liquider le syndicalisme indépendant et de classe, et la rencontre comme étant la preuve de la trahison de certains responsables

CGT de leurs mandats confiés par la base.

C’est dans ce contexte délétère qu’en janvier 2004, les Dalkia se désaffilient de la Construction au profit de la Fédération de

l’Energie, conformément à l’article 8 des statuts de la CGT. Cette décision est motivée par l’évolution du champ professionnel

autour des activités de service liées à l’énergie, après l’entrée d’EDF dans le capital de la société en 1999. Cependant, une partie

de la CGT Dalkia Nord s’y oppose avec, à sa tête, le secrétaire du comité d’établissement, soupçonné de consommer une partie

du budget de fonctionnement du comité d’établissement pour les seuls frais des élus, alors qu’il existe dans cette région, un

accord syndical autorisant les élus et mandatés à utiliser leurs véhicules de service (ainsi que la carte essence) et, octroyant aux

syndicats, une dotation annuelle de 2000 € et 6000 € à répartir en fonction des résultats électoraux.

En avril 2004, les états-majors fédéraux (Construction et Energie) foulent au pied la démocratie syndicale. Ils se dotent de

pouvoirs spéciaux pour annuler unilatéralement l’affiliation des Dalkia à la fédération de l’Energie et leur imposer des rapports de

subordination à l’image d’une entreprise capitaliste. On veut faire taire les éléments combatifs !...

En novembre 2004, dans la foulée de cette injonction, la Direction de Dalkia informe les militants qu’ils sont démis de tous leurs

mandats syndicaux, à l’exception de ceux du Nord. Ce coup de force est précédé d’une campagne abjecte de ragots et de propos

calomnieux les accusant d’être des « fractionnistes et des voleurs ».

Le 5 novembre 2004, à leur corps défendant, les « exclus » créent le CGT-E comme outil alternatif pour continuer le syndicalisme

de lutte au sein de Dalkia et plus largement au sein du groupe Veolia.

Coïncidence fortuite ou non, depuis cette date, de nombreuses pages de publicité vantant les mérites de Veolia et de Dalkia

inondent les revues de la fédération CGT de la Construction… En parallèle, ces soi-disant syndicalistes engagent plusieurs

plaintes en pénal contre le CGT-E, contre des travailleurs ! Dans l’entreprise, ces mêmes responsables, devenus jaunes se

lancent dans un partenariat morbide avec la Direction. Ils multiplient les gages d’intégration en approuvant les sanctions

disciplinaires infligées aux militants CGT-E de même qu’ils sont partie prenante dans le licenciement d’Evelyne Gaillet, aujourd’hui

réintégrée. Ils n’ont plus pour mission que d’entraver ou saboter les actions revendicatives sur les salaires, l’emploi, les conditions

de travail initiées et impulsées par le CGT-E. Les nouveaux responsables de la CGT valident les contre-réformes de la direction

en signant des accords scélérats.

A la demande de la Direction de l’entreprise, la CGT devenue jaune organise ostensiblement un front syndical uni (FO, CGC,

CFDT, CFTC, UNSA-SLEC), non pour réclamer des hausses de salaires, mais pour contrer la représentativité du CGT-E !

Plus de 34 procédures ont été engagées à Lille, Lyon, Tours, Paris; Bordeaux, Libourne, Vanves, Metz, Poitiers, etc. C’est ainsi

que le 3 décembre 2008, le Tribunal d’instance de Lille a annulé les mandats nationaux du CGT-E et prononcé contre lui et ses 3

délégués nationaux une lourde sanction pécuniaire de 16 000 €. Le manque d’impartialité de cette décision semble transparaître

notamment à travers cette condamnation financière pour « procédure abusive », pourtant initiée par Dalkia et la CGT, où nous ne

faisions que nous défendre. Le CGT-E se pourvoit en cassation.

Comment expliquer l’acharnement des dirigeants de la fédération CGT de la Construction, pourtant extérieurs à

l’entreprise, à vouloir « bouffer du CGT-E » ?

Pour mémoire, dans les années 1970, la Fédération CGT de la Construction comptait prés de 120 000 adhérents et seulement 4

permanents nationaux. Aujourd’hui, il y a un peu moins de 10 000 adhérents et près de 30 permanents. Cela atteste, chacun en

conviendra, d’une dérive bureaucratique, peut-être d’un nouveau moyen de « faire carrière ». Ce constat pose la question du

financement de cette fédération moribonde. Existe-il des emplois « fictifs », des mises à disposition accordées par des groupes

monopolistes comme Veolia, Vinci, Suez, Forclum, Bouygues…, un financement public de formations syndicales « bidon» et de la

publicité ? Cette manne occulte n’a-t-elle pas eu raison de son indépendance ? N’est-ce pas une source de financement visant à

créer un syndicat-maison « sage » et aligné ? Sinon, comment sont pris en charge les frais des dizaines de militants investis dans

les instances nationales, régionales, départementales et paritaires ; comment sont payés les 2800 € de salaire de base mensuel

des permanents (hors primes et frais)? Les répressions et les exclusions dont sont victimes de nombreux militants et syndicats

combattifs (Elyo, Vinci, Dalkia, Forclum, Cegelec, Sec, etc.) témoignent de l’inquiétant naufrage de cette fédération.

C’est dans ce contexte nauséabond que certains dirigeants inventent ce qui pourrait ressembler à une forme de « corruption »

syndicale, piétinant toutes les règles déontologiques tacites du syndicalisme qui impose une certaine éthique aux militants. Ces

dirigeants bureaucrates veulent de l’argent (cotisations, publicité, formations « bidon », dommages et intérêt et article 700 contre

les travailleurs)… Il suffit de regarder leur train de vie, et leurs comportements pour comprendre que leur seul objectif est de

préserver leur statut de « salariés protégés » de toutes vicissitudes professionnelles et économiques et défendre ainsi une

véritable rente de situation.

Pourquoi la direction et la CGT-jaune de Dalkia, s’acharnent-elles à contester, systématiquement, le CGT-E ?

Les raisons de cet acharnement politique et judiciaire sont à rechercher dans la stratégie du groupe Veolia, dont la situation

économique et financière se tend dangereusement. Aussi, pour protéger les intérêts de ses actionnaires et poursuivre sans heurts

ses restructurations dangereuses pour les personnels, aujourd’hui plus qu’hier, Veolia a besoin de syndicats d’accompagnement

bien intégrés à ses politiques managériales. Direction et syndicalisme d’accompagnement sont unis pour combattre sans

concession le syndicalisme de lutte, indépendant, incarné ici par le CGT-E. Ainsi, profitant de la crise économique, Veolia impose

aux salariés un plan d’économie de plus de 600 millions € articulé essentiellement autour de la réduction de la masse salariale et

de l’allongement de la durée du travail et de carrière.

La violence des attaques contre le CGT-E, dont se rendent complices la CGT-jaune et les autres syndicats connus comme étant

de véritables rouages de l’entreprise, témoigne non seulement du degré de trahison de leurs dirigeants, mais aussi de leur

détermination à éliminer tous leurs opposants, précisément afin que le « plan d’économies » avec toutes les régressions qu’il

comporte, puisse être imposé pour la satisfaction du patronat. La direction de la CGT Dalkia atteste également de son adhésion à

la politique d’aménagement du système capitaliste.

Chers camarades, malgré les coups, vous pouvez compter sur nous pour ne pas être détournés de notre mission syndicale au

service des travailleurs de l’entreprise. Aujourd’hui, l’urgence est de bâtir l’action convergente des salariés et de la jeunesse, de

défendre nos salaires, nos emplois, nos conditions de travail et notre retraite. L’urgence est de défendre les militants syndicaux

sincères et honnêtes et les organisations syndicales menacées par la dérive de leurs directions et de refuser que des syndicalistes

s’attaquent aux côtés des patrons à d’autres syndicalistes ! S’en prendre au CGT-E et à ses militants, c’est restaurer le droit divin

patronal ; c’est participer à l’accélération de la liquidation de nos acquis sociaux dans le groupe ; c’est porter atteinte aux libertés

individuelles, au droit d’expression et au droit de syndiquer dans les entreprises…

Chers camarades, vous ne pouvez accepter sans réagir cette idylle honteuse entre la CGT et la direction de Dalkia. Le CGT-E

vous demande de vous désolidariser de la compromission à laquelle se livrent les bureaucrates carriéristes de la CGT. Le CGT-E

vous appelle à témoigner à ses militants votre soutien et votre encouragement pour que vive le syndicalisme de lutte, indépendant

dans l’entreprise, pour que vive l’unité des salariés, pour que nous puissions porter ensemble et unis nos revendications légitimes.

Adressez votre soutien au CGT-E par mail : solidaritecgtedalkia@gmail.com

courrier: CGT-E c/o Bendris - 1 avenue du général Dodds 75012 Paris

Dénoncez la trahison des bureaucrates de la CGT Construction (texte à reproduire avec nom – syndicat – signature)

« Non à la compromission de la CGT avec le patronat de Dalkia ! Arrêt de toutes les procédures judiciaires

contre le CGT-E et ses militants ! Solidarité avec le CGT-E Dalkia France ! »

· Par mail : construction@cgt.fr - par courrier : FD Construction CGT – case 413 - 263 rue de Paris 93514 Montreuil Cedex

Merci d’adresser copie de vos messages à : solidaritecgtedalkia@gmail.com

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Tu fais fort Marc ce soir, je " totoproclame grand chef de la CGT U ". okok

ça me gave .Certains se croit trop merveilleux et sans reproche ...sauf qu'ils ne savent pas tout ce qui se passe chez eux !

Donc , balayons mais sans mettre la poussières sous le tapis , !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

ça me gave .Certains se croit trop merveilleux et sans reproche ...sauf qu'ils ne savent pas tout ce qui se passe chez eux !

Donc , balayons mais sans mettre la poussières sous le tapis , !

Bien d'accord. J'tais envoyé un petit MP sur le sujet.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

il suffit d'aller sur le site de ou va la cgt

c'est pas nouveau.................

Salut Antoine, même si je t'accorde que se n'est pas l'endroit pour parler de sauce interne, c'est pas nouveau, mais que fait t'on? On est de plus en plus à savoir ce qu'il se passe, ça nous ( la base ) détruit aussi, non?

Cordialement

Laurent

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

bigbisous analyse parfaite, heu! sans vouloir me vanter, j'aurais presque pu l'écrire. lapleunicheuse

je rajouterais que la cgt cheminot n'a pas explosée à la suite de ce mouvement grace à sa structure " de site ", il est difficile de quiter une structure locale, dans laquelle c'est un peu " comme en famille " avec de vrais camarades ( voir de vrais amitiées profondes ) donc plus prompt à recevoir " la bonne parole .

la CFDT avait explosée en son temps à cause de ses structure " régionales " avec des militants éparpillés tout autour, et non réunis en structure locales et laissés seuls face à leur libre arbitre.

Ce n'est que mon avis, et il est certainement éloigné de toutes réalités.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

un petit complément d'informations:

concernant la cgt de dalkia

depuis quelque temps déjà ils ne sont plus affiliés à la cgt mais à SUD-énergie(ils s'appellent toujours cgt....)

http://www.cgtedalkia.com/pageidf1.html

C'est un bel exemple d'action interstyndicale qui se concrétise dans la communication

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Tout ceci pourrait être interressant si l'on n'y voyait les grosses ficelles des "manoeuvres" pour les elections qui approchent...

J'ai beaucoup apprecié la notion Patronale de restriction des libertés syndicales, comme si de fait, celà serait une condition sine quanone de développement des entreprises. Bien au contraire, un syndicalisme conscient des réalités économiques est un partenaire de premier choix, au même titre qu'une bonne banque...

Mais parmi ce schéma idéal se glissent les opportunistes, qu'ils soient Patronaux, Banquiers, d'Encadrement, ou issus de la Base. Ils vont chacun à leur niveau utiliser toutes les ressources à leur disposition pour bien profiter...à leur seule fin.

La vision sociétale n'est pas l'apanage unique d'une quelconque categorie sociale, ou plutôt de ceux qui s'en revendiquent..mais bien la vision globale de TOUS les acteurs qui "essaient" de la forger.

Il est desormais clair qu'avec la mediatisation des excès d'une forme de capitalisme "débridé", nous sommes rendus aux limites de l'individualisme, nuisible à la société dans son ensemble, mais grâce, je le répete, aux seuls opportunistes...

Vouloir ainsi associer l'ensemble du Patronat à tout ceci, c'est une sacré bourde, une populiste confusion, dont je m'interroge sur le but. Le plus plausible, à mon avis: une simple lutte d'influence, et de confier les commandes aux plus extremistes, qui favorisera, par effet riccochet un Patronat retrograde..

Ce fut "tendance", les extremes, depuis l'êre Bush et Al Quaida associés... Pourtant la Democratie peut reprendre le dessus, l'histoire nous le montre, quand les hommes de bonne volonté saurons, de nouveau, se parler..

Fabrice

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

un petit complément d'informations:

concernant la cgt de dalkia

depuis quelque temps déjà ils ne sont plus affiliés à la cgt mais à SUD-énergie(ils s'appellent toujours cgt....)

http://www.cgtedalkia.com/pageidf1.html

Rien n'est planqué ....c'est écrit !

Mais dans un autre post , il est question de cgt passé à l'UNSA

Là , CGT passé à Sud

......sont -ils de trop ? !

Bandaa Bono écrit :

il y a ce site là aussi :

http://www.syndicaliste.fr/spip.php?article342

Je l'ai ajouté à mes favoris !Merci . cartonrouge !

Fabr écrit :

"Tout ceci pourrait être interressant si l'on n'y voyait les grosses ficelles des "manoeuvres" pour les elections qui approchent..."

Si tu parles d'élections pro : je ne suis candidat nul part .....et ne roule pour personne .

Si tu parles d'élection politques : idem .........! !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

La personne harcelée dans son travail ne l'est pas depuis hier mais c'est à une semaine des élections qu'on sort ça. Je pense la même chose de la lettre ouverte du militant FGAAC passé à la CGT. Est-ce bien nécessaire?

Franchement, je préfèrerais voir des propositions des syndicats à un moment où dans l'entreprise on serre méchamment les dents et où tout ce qui avait été obtenu va à vau l'eau. Mais quand on n'a rien à dire, on peut toujours dénigrer son voisin, ça occupe et ça fait diversion...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

La personne harcelée dans son travail ne l'est pas depuis hier mais c'est à une semaine des élections qu'on sort ça. Je pense la même chose de la lettre ouverte du militant FGAAC passé à la CGT. Est-ce bien nécessaire?

Franchement, je préfèrerais voir des propositions des syndicats à un moment où dans l'entreprise on serre méchamment les dents et où tout ce qui avait été obtenu va à vau l'eau. Mais quand on n'a rien à dire, on peut toujours dénigrer son voisin, ça occupe et ça fait diversion...

bigbisousokok , salut Audrey

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

La personne harcelée dans son travail ne l'est pas depuis hier mais c'est à une semaine des élections qu'on sort ça. Je pense la même chose de la lettre ouverte du militant FGAAC passé à la CGT. Est-ce bien nécessaire?

Effectivement , cette affaire ne date pas d'hier mais la personne malade n'a pas chosi la date de son infractus .

Infractus le 4 Mars

Info régigée le 12 Mars

Perso , je l'ai eu (par une collègue )lundi ou Mardi 17/03.....

Posté ici le 18 en soirée !

Donc , perso aucun pas de calcul , je préférerais ce salarié en pleine forme

Franchement, je préfèrerais voir des propositions des syndicats à un moment où dans l'entreprise on serre méchamment les dents et où tout ce qui avait été obtenu va à vau l'eau. Mais quand on n'a rien à dire, on peut toujours dénigrer son voisin, ça occupe et ça fait diversion...

Moi aussi mais ça ne risque pas d'arriver !Moi , j'aimerais un bilan précis des finances du CE et comparer ensuite de quelle somme j'ai vu la couleur ! !

Modifié par MarcM
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

je suis souvent d'accord avec toi..............

mais là tu parles de cgtdelkia affilié à sud depuis au moins deux ans ..........en mélangeant au conflit sur les retraites.............tout en parlant du réformisme de Thibault............

les articles dont tu parles sont certes intéressant mais n'ont aucun lien entre eux............

de plus je connais bien l'histoire de Delkia, c'est encore plus compliqué que toutes les infos que peux donner le site de "ou va la cgt" ou celui de sud énergie.

tu nous as habitué à raisonner plus intelligemment..............................reviens Marc...........

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

je suis souvent d'accord avec toi..............

mais là tu parles de cgtdelkia affilié à sud depuis au moins deux ans

Ont -ils eu d'autres choix ? Pas trop ....

..........en mélangeant au conflit sur les retraites.............tout en parlant du réformisme de Thibault............

les articles dont tu parles sont certes intéressant mais n'ont aucun lien entre eux............

Heu , j'ai dit qu'il y avait un lien ......Je ne crois pas ! !

Perso , c'est 4 infos sans recherhcer à les lier .En mettant le blog dans ma signature , c'est pour indiquer ma source , c'est tout.

de plus je connais bien l'histoire de Delkia, c'est encore plus compliqué que toutes les infos que peux donner le site de "ou va la cgt" ou celui de sud énergie.

tu nous as habitué à raisonner plus intelligemment..............................reviens Marc...........

Toutes ces affaires sont très compliquées .Et chacune est différente ! .Comme l'approche que chacun peut avoir vis à vis des OS selon son parcours

Que veux tu la fatigue après une longue journée de marche ...................;;;

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...

L'extension "AdBlock" anti-pub... on en parle ?

Vous avez installé un outil pour bloquer la publicité sur internet...hors c'est la publicité qui permet à cheminots.net d'exister et de vous permettre d'avoir la meilleure expérience utilisateur possible.

Alors pourquoi ne pas désactiver votre bloqueur de pub pour ce site et ainsi participer à sa pérennité ?

Si vous ne souhaitez pas désactiver Adblock, vous pouvez quand même accéder au site,
et on vous souhaite une bonne visite !

 

Comment désactiver Adblock pour cheminots.net ?

Repérez l'icône Adblock sur votre navigateur internet (Mozilla Firefox, Google Chrome etc.). 
Généralement elle se situe à droite de la barre d'adresse, ou tout en bas à droite de la fenêtre.
adblock.png.b5362a440eebda16ea382664cb9b629f.png

Cliquez sur l'icône puis.. (en fonction du navigateur) :

Mozilla Firefox 
Cliquez sur « Désactiver partout ».

Google Chrome et autres 
Cliquez sur « Ne rien bloquer sur les pages de ce domaine » ou décochez « Activé pour ce site ».

 

Si je n'arrive pas à désactiver Adblock...

Si vous ne trouvez pas le bouton Adblock ou si vous n'arrivez pas à désactiver Adblock, vous pouvez essayer de désinstaller complètement le logiciel dans les options de votre navigateur web:

Mozilla Firefox 
Cliquez sur Firefox, puis Modules complémentaires. Dans Extensions, désactivez/désinstallez Adblock.

Google Chrome 
Cliquez sur la clé à outil en haut à droite, puis Outils et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

Apple Safari 
Cliquez Safari, puis Préférences et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

 

FREEBOX
Se connecter à l’interface de gestion mafreebox.freebox.fr puis « Connexion Internet > Configuration > Blocage de la publicité »
Désactiver l’option et cliquer sur Modifier.

Antivirus
Certains antivirus bloquent les bannières, essayez en le désactivant. Si c'est lui qui bloque les pubs, vous pouvez désactiver cette fonctionnalité, ou mettre le site cheminots.net en liste blanche.