Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Comment l'état respecte les patrons ....!


Invité Gnafron 1er

Messages recommandés

Invité MarcM

Les mauvaises manières de l’Etat-patron à Lyon

ECONOMIE -

Le mail est arrivé le 15 avril, à 9 heures. Jean-Louis Michel, patron d’une entreprise de travaux publics, devait signer à 10 h 30 à la préfecture du Rhône un document lançant un chantier de plus de 150 millions d’euros pour la construction du pôle régional de gendarmerie en Rhône-Alpes. Trois ans de travail, des dizaines de bâtiments, des centaines de logements, des commerces, des hangars. De 400 à 600 emplois étaient prévus pour réunir deux casernes et des centaines de gendarmes à Sathonay-Camp, dans la banlieue nord de Lyon. Précieux en plein plan de relance économique. Mais, à 9 heures, il a reçu un simple mail de la préfecture qui l’informait que la signature était ajournée. Puis on lui a dit que le projet était annulé, pour des raisons financières. Les entreprises en restent effondrées, et les élus locaux, de droite comme à gauche, atterrés. «Ce n’est pas une affaire de politique, dit Pierre Abadie, maire sans étiquette de Sathonay-Camp. Moi, je suis de sensibilité de droite, mais je ne peux pas accepter qu’on raye d’un trait de plume un projet sur lequel nous travaillions depuis six ans.»...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Les mauvaises manières de l'Etat-patron à Lyon

ECONOMIE -

Le mail est arrivé le 15 avril, à 9 heures. Jean-Louis Michel, patron d'une entreprise de travaux publics, devait signer à 10 h 30 à la préfecture du Rhône un document lançant un chantier de plus de 150 millions d'euros pour la construction du pôle régional de gendarmerie en Rhône-Alpes. Trois ans de travail, des dizaines de bâtiments, des centaines de logements, des commerces, des hangars. De 400 à 600 emplois étaient prévus pour réunir deux casernes et des centaines de gendarmes à Sathonay-Camp, dans la banlieue nord de Lyon. Précieux en plein plan de relance économique. Mais, à 9 heures, il a reçu un simple mail de la préfecture qui l'informait que la signature était ajournée. Puis on lui a dit que le projet était annulé, pour des raisons financières. Les entreprises en restent effondrées, et les élus locaux, de droite comme à gauche, atterrés. «Ce n'est pas une affaire de politique, dit Pierre Abadie, maire sans étiquette de Sathonay-Camp. Moi, je suis de sensibilité de droite, mais je ne peux pas accepter qu'on raye d'un trait de plume un projet sur lequel nous travaillions depuis six ans.»...

salut

SCANDALEUX .....!

....mais pas étonnant !!

L'état utilise les méthodes de certaines boites privées bien qu'il s'en défende.....et dénonce les contrats sans compensations..!

De plus c 'est un très mauvais payeur...demandez aux sous traitants qui bossent pour l'armée l'administration etc....

Bref encore un couac de plus ! mdrmdr

En substance, faites ce que je dis, qu'il disait, ne faites pas ce que je fais.....

kenavo

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Entre l'Intérieur et la Chancellerie, le courant passe ... mdrmdr Que va en penser Monsieur le Ministre de la Super-relance Patrick Devedjian ?

Modifié par michael02
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité MarcM

salut

SCANDALEUX .....!

....mais pas étonnant !!

L'état utilise les méthodes de certaines boites privées bien qu'il s'en défende.....et dénonce les contrats sans compensations..!

De plus c 'est un très mauvais payeur...demandez aux sous traitants qui bossent pour l'armée l'administration etc....

Bref encore un couac de plus ! okok

En substance, faites ce que je dis, qu'il disait, ne faites pas ce que je fais.....

kenavo

Le prochain coup , le patron va se gaffer ...car j'imagine qu'il avait déjà dû prévoir des embauches (par exemple CDD ) et donc derrière il va devoir annuler...Il est bien dans le caca ....!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité MarcM

Le prochain coup , le patron va se gaffer ...car j'imagine qu'il avait déjà dû prévoir des embauches (par exemple CDD ) et donc derrière il va devoir annuler...Il est bien dans le caca ....!

J'ajouterais que si il a fait des promesses d'embauche ...il va avoir droit aux tribunaux ...Pas clean !Pas !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

J'ajouterais que si il a fait des promesses d'embauche ...il va avoir droit aux tribunaux ...Pas clean !Pas !

salut

là je crois que tu t'avance un peu vite.

une promesse d'embauche donne lieu à un contrat....qui lui même est assujetti à une période d'essais.durant cette période le contrat peut être rompue du jour au lendemain par l'une ou l'autre des deux parties, sans motivation, en respectant le délais de prévenance(si celui ci est précisé) le délais de prévenance lorsqu'il est stipulé au contrat, varie en fonction de la durée de la période d'éssais.

Qui plus est, si le contrat est un cdd pour surcroit d'activité, celui ci peut être rompu suite à l'annulation du surcroit, d'une activité devenue caduque, avant m^me d'avoir commencée.

Dans ce cas les tribunaux ne sauraient condamner l'employeur....(voir la jurisprudence à ce sujet).

bref aprés on peut toujours tenter une procédure individuelle, mais pour gagner quoi et combien ?.....

bye

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité MarcM

salut

là je crois que tu t'avance un peu vite.

une promesse d'embauche donne lieu à un contrat....qui lui même est assujetti à une période d'essais.durant cette période le contrat peut être rompue du jour au lendemain par l'une ou l'autre des deux parties, sans motivation, en respectant le délais de prévenance(si celui ci est précisé) le délais de prévenance lorsqu'il est stipulé au contrat, varie en fonction de la durée de la période d'éssais.

Qui plus est, si le contrat est un cdd pour surcroit d'activité, celui ci peut être rompu suite à l'annulation du surcroit, d'une activité devenue caduque, avant m^me d'avoir commencée.

Dans ce cas les tribunaux ne sauraient condamner l'employeur....(voir la jurisprudence à ce sujet).

bref aprés on peut toujours tenter une procédure individuelle, mais pour gagner quoi et combien ?.....

bye

Je ne m'avance pas du tout .....La jurisprudence est plutôt conséquente ...!

Il suffit qu'il soit expliqué que le (ou la ) salarié(e) a subi un préjudice ...Et hop ...pas !

Exemple :

- Dans cette boite , la promesse était un CDD de 10 mois

- le salarié a refusé un autre CDD de 8 mois car 10 mois c'était mieux

- Or le 2 éme poste est pourvu après qu'il ait l'info sur le 1er boulot......

Le tolier peut casquer .....si le salarié a tous les éléments pour le prouver ;

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...