Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Le patron du fret tente de rassurer les syndicats


michel marseille

Messages recommandés

Après les 7 milliards d'euros au développement des infrastructures du fret, annoncé par le ministre de l'Ecologie Jean-Louis Borloo, afin de favoriser le report de la route vers le rail, voici un commentaire de Pierre Blayau, patron de la branche transports:

<H4 class=itemSTitle2>La SNCF compte réorganiser son trafic fret autour d'"entités spécialisées" mais il n'y aura "pas de privatisation"</H4>Alors que la réorganisation du fret se profile, Pierre Blayau le patron de la branche transports et logistique énonce les grands lignes du projet samedi dans une interview au Figaro.

Des cheminots volontaires seraient "détachés" avec "des contreparties sérieuses" dans ces entités, "tout en maintenant leurs droits" et statut fait-il valoir.

"Les cheminots qui le souhaitent pourraient travailler, le temps d'une mission, dans des conditions qui les rapprochent de celles des autres entreprises ferroviaires avec lesquelles nous avons été mis en concurrence", ajoute-t-il.

Pas si simple car si M. Blayau affirme que la SNCF est et restera une entreprise publique, il reconnait que celle-ci envisage de créer, "par étapes et si cela est indispensable", "trois à cinq filiales qui seront des opérateurs portuaires ou des sociétés spécialisées".

Quant à l'activité du wagon isolé (activité sur mesure pour des quantités limitées), il indiqué que la SNCF ne comptait pas "arrêter cette activité de façon brutale", mais la "transformer". "Nous voulons (...) massifier progressivement nos trafics et mutualiser les services auprès des clients. Des trafics qui ne peuvent pas être massifiés, comme par exemple le transport de matières dangereuses, seront maintenus", explique-t-il.

Cette réforme sera assortie de hausses de "30 à 80%" des tarifs pour le transport de marchandises car la SNCF "n'a pas vocation à financer la moitié des coûts logistiques de grands groupes cotés", commente M. Blayau.

La direction a indiqué vouloir dès 2010 regrouper les activités en quatre "entités autonomes": transport combiné et autoroutes ferroviaires, produits agricoles, charbon et acier, et enfin hydrocarbures, automobile et chimie, ont déclaré les syndicats à l'issue d'un comité transport et logistique, formation restreinte du conseil d'administration.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Après les 7 milliards d'euros au développement des infrastructures du fret, annoncé par le ministre de l'Ecologie Jean-Louis Borloo, afin de favoriser le report de la route vers le rail, voici un commentaire de Pierre Blayau, patron de la branche transports:

<H4 class=itemSTitle2>La SNCF compte réorganiser son trafic fret autour d'"entités spécialisées" mais il n'y aura "pas de privatisation"</H4>Alors que la réorganisation du fret se profile, Pierre Blayau le patron de la branche transports et logistique énonce les grands lignes du projet samedi dans une interview au Figaro.

Des cheminots volontaires seraient "détachés" avec "des contreparties sérieuses" dans ces entités, "tout en maintenant leurs droits" et statut fait-il valoir.

"Les cheminots qui le souhaitent pourraient travailler, le temps d'une mission, dans des conditions qui les rapprochent de celles des autres entreprises ferroviaires avec lesquelles nous avons été mis en concurrence", ajoute-t-il.

Pas si simple car si M. Blayau affirme que la SNCF est et restera une entreprise publique, il reconnait que celle-ci envisage de créer, "par étapes et si cela est indispensable", "trois à cinq filiales qui seront des opérateurs portuaires ou des sociétés spécialisées".

Quant à l'activité du wagon isolé (activité sur mesure pour des quantités limitées), il indiqué que la SNCF ne comptait pas "arrêter cette activité de façon brutale", mais la "transformer". "Nous voulons (...) massifier progressivement nos trafics et mutualiser les services auprès des clients. Des trafics qui ne peuvent pas être massifiés, comme par exemple le transport de matières dangereuses, seront maintenus", explique-t-il.

Cette réforme sera assortie de hausses de "30 à 80%" des tarifs pour le transport de marchandises car la SNCF "n'a pas vocation à financer la moitié des coûts logistiques de grands groupes cotés", commente M. Blayau.

La direction a indiqué vouloir dès 2010 regrouper les activités en quatre "entités autonomes": transport combiné et autoroutes ferroviaires, produits agricoles, charbon et acier, et enfin hydrocarbures, automobile et chimie, ont déclaré les syndicats à l'issue d'un comité transport et logistique, formation restreinte du conseil d'administration.

j'aimerais bien que ce Monsieur nous informe sur les contreparties sérieuses !! mdrmdr mdrmdr

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...