Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Langage des cheminots


Jean Claude

Messages recommandés

Comment s'appelle le feu rouge dans le jargon des cheminots ? (appellation qui date de l'époque des signaux mécaniques)

Je suis Belge, et j'aimerais qu'une aimable personne, me donne la réponse à ma question ( c'est pour une thèse) merci d'avance.. lapleunicheuse

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Un feu rouge: un semaphore

Deux feux rouges, un carré

pour une thèse, ça m'étonnerait que ça suffise. Petit complément :

un rouge : sémaphore, signal d'espacement, franchissable sans condition particulière après avoir marqué l'arrêt, puis marche à vue sans dépasser 30 km/h jusqu'à la queue de train ou l'obstacle annoncé

doit son nom à l'ancien signal mécanique présentant une aile qu'on mettait à l'horizontale pour arrêter les trains, inclinée vers le bas ou vers le haut selon les endroits si la voie était libre. Le terme sémaphore ne concerne pas que le chemin de fer, mais aussi la navigation

deux rouges : carré, signal de protection, non franchissable sauf procédure particulière, sert à interdire aux trains le franchissement d'un point dangereux où un autre train pourrait entrer en collision : aiguillages, gares etc ...

doit son nom à l'ancien signal mécanique, damier rouge et blanc de forme carrée

tu as en France un aspect que tu vois en Belgique mais qui est très différent : un rouge clignotant. C'est une variante du sémaphore qui permet au train de franchir ce signal à 15 km/h sans marquer l'arrêt. Utile en banlieue pour éviter un arrêt intempestif, ou en rampe pour éviter des redémarrages difficiles.

les aspects clignotants en France ne sont pas utilisés comme chez vous pour les contre-sens, dans ce cas, les signaux présentés sont les mêmes qu'en sens normal. Le clignotement des feux donne chez nous d'autres indications.

Modifié par 5121
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

pour une thèse, ça m'étonnerait que ça suffise. Petit complément :

un rouge : sémaphore, signal d'espacement, franchissable sans condition particulière après avoir marqué l'arrêt, puis marche à vue sans dépasser 30 km/h jusqu'à la queue de train ou l'obstacle annoncé

doit son nom à l'ancien signal mécanique présentant une aile qu'on mettait à l'horizontale pour arrêter les trains, inclinée vers le bas ou vers le haut selon les endroits si la voie était libre. Le terme sémaphore ne concerne pas que le chemin de fer, mais aussi la navigation

deux rouges : carré, signal de protection, non franchissable sauf procédure particulière, sert à interdire aux trains le franchissement d'un point dangereux où un autre train pourrait entrer en collision : aiguillages, gares etc ...

doit son nom à l'ancien signal mécanique, damier rouge et blanc de forme carrée

tu as en France un aspect que tu vois en Belgique mais qui est très différent : un rouge clignotant. C'est une variante du sémaphore qui permet au train de franchir ce signal à 15 km/h sans marquer l'arrêt. Utile en banlieue pour éviter un arrêt intempestif, ou en rampe pour éviter des redémarrages difficiles.

les aspects clignotants en France ne sont pas utilisés comme chez vous pour les contre-sens, dans ce cas, les signaux présentés sont les mêmes qu'en sens normal. Le clignotement des feux donne chez nous d'autres indications.

Pour le sémaphore c'est un peu plus compliqué que cela puisque le cantonnement entre en compte quant à l'atitude à tenir face à un tel signal (BAL et BAPR signalisation permissive, BM signalisation non permissive)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pour le sémaphore c'est un peu plus compliqué que cela puisque le cantonnement entre en compte quant à l'atitude à tenir face à un tel signal (BAL et BAPR signalisation permissive, BM signalisation non permissive)

Des réponses assez précises sont disponibles sur ce site qui traite de la signalisation ferroviaire :

http://pagesperso-orange.fr/geillon/trains/signaux/

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pour le sémaphore c'est un peu plus compliqué que cela puisque le cantonnement entre en compte quant à l'atitude à tenir face à un tel signal (BAL et BAPR signalisation permissive, BM signalisation non permissive)

exact, on en a déjà parlé il y a un certain temps, je suis un incurable BAListe, vu que j'ai têté le BAL au biberon (avec le préavertissement ...)

Modifié par 5121
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Un feu rouge: un semaphore

Deux feux rouges, un carré

non, tu as aussi le carré à un seul feu rouge.

exemple le signal d'entrée de la gare de Carhaix, caré mécanique ordianire avec en lumineux un seul feu rouge. Il faut dire que ce n'est pas une ligne du réseau ferré national, mais des ex-CFTA en Bretagne

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

non, tu as aussi le carré à un seul feu rouge.

exemple le signal d'entrée de la gare de Carhaix, caré mécanique ordianire avec en lumineux un seul feu rouge. Il faut dire que ce n'est pas une ligne du réseau ferré national, mais des ex-CFTA en Bretagne

ne lui complique pas trop la vie ... à ce compte-là il y a aussi la signalisation des métros

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour ,

Il reste à préciser la différence entre le même feux en position carré , ou en position

sémaphore en BAL .

Un petit feux blanc en dehors de la cible du signal est allumé en position

sémaphore ( un feux rouge ) , et éteint en position carré ( double rouge) .

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour ,

Il reste à préciser la différence entre le même feux en position carré , ou en position

sémaphore en BAL .

Un petit feux blanc en dehors de la cible du signal est allumé en position

sémaphore ( un feux rouge ) , et éteint en position carré ( double rouge) .

en effet, pour compléter ces descriptions, certains signaux peuvent donner les deux indications : carré ( 2 rouges) ou sémaphore (un seul rouge). Dans le deuxième cas, c'est que l'itinéraire qu'il protège est ouvert, il donne donc seulement une indication d'espacement. Dans le 1° cas, il le protège.

Or, contrairement à la philosophie générale de sécurité, l'extinction d'un feu donnerait une indication plus permissive qu'il ne faudrait, et dans ce cas, particulièrement dangereuse.

Un tel signal pouvant présenter l'indication carré est muni d'un petit feu blanc appelé oeilleton qui n'est allumé que si l'itinéraire derrière lui est ouvert. Cet oeilleton au contraire, s'éteint si le carré et l'itinéraire sont fermés. De ce fait, il rétablit la sécurité, son extinction revenant à donner l'indication la plus restrictive. De tels signaux sont munis d'une plaque NF (non franchissable) au lieu de F pour les autres. L'oeilleton qui était précédemment généralisé à tous les signaux, a été maintenu sur certains sémaphores bien que n'ayant plus de fonctions de sécurité, pour des questions de visibilité.

S'arrêtant à un signal au rouge, le conducteur doit s'assurer de quel type de signal il s'agit. Dans le cas d'un NF, il ne peut reprendre sa route que si l'oeilleton est allumé. Sinon, il doit considérer qu'il s'agit d'un carré en dérangement et ne pas le franchir.

que nos amis conducteurs et à juste titre puristes m'excusent, cette description est valable dans le cas du BAL ....

Modifié par 5121
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Sémaphore est-il le terme technique pour le feu rouge, existe t-il une autre appelation qui serait plus " populaire" utilisée par les cheminots , par exemple certains d'entre eux appelent le signal vert : la pastille Valda.

Merci encore pour votre aide...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Avec, dans le cas du métro de Paris, des "carrés" qui sont... rectangulaires au lieu d'être ronds!

Notre ami thésard appréciera j'espère la notion de carré rond :-)

Sur le métro parisien, le feu rectangulaire rouge est à ma connaissance un "signal de manoeuvre fermé", "carré" est une expression dont l'origine remonte aux grands réseaux antérieurs à la création de la SNCF.

Si la thèse remonte loin dans le temps (premier tiers du 20ème siècle pour faire simple), un feu rouge était en signalisation de nuit un "disque fermé".

Voir autre post sur ce que l'aspect "disque fermé" commande au conducteur de faire (c'est probablement la procédure la plus compliquée sur le réseau ferré national français).

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Sémaphore est-il le terme technique pour le feu rouge, existe t-il une autre appelation qui serait plus " populaire" utilisée par les cheminots , par exemple certains d'entre eux appelent le signal vert : la pastille Valda.

Merci encore pour votre aide...

Sans vouloir jouer les rabat-joie, sur les sujets intéressant ce qu'en ferroviaire français on appelle la sécurité (ce qui contribue à faire rouler les trains en sécurité), on n'aime pas beaucoup l'à peu près et les termes "populaires" : l'imprécision peut très vite mettre des vies en danger.

Modifié par PN407
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Sémaphore est-il le terme technique pour le feu rouge, existe t-il une autre appelation qui serait plus " populaire" utilisée par les cheminots , par exemple certains d'entre eux appelent le signal vert : la pastille Valda.

Merci encore pour votre aide...

je n'ai entendu ça que de la part d'un chauffeur de taxi, il y a très longtemps : alors, tu la craches ta Valda à l'adresse du feu rouge sous lequel on était arrêté.

sinon, sur les locos, avant que les conducteurs soient seuls, d'autres expressions avaient cours dans les équipes de conduite :

on a la tôle voulait dire que le signal était ouvert, se faire tôler, qu'on arrivait sur un carré fermé

le ralent désignait soit le ralentissement 30 ( ou 60), (signal à deux jaunes sur une verticalehorizontale ;)), soit une limitation de vitesse par panneau, dans ce cas plutôt pour des limitations temporaires

le rappel désignait le rappel de ralentissement (deux feux jaunes sur une horizontaleverticale :))

vert, jaune et rouge ou un rouge pour les différents aspects du sémaphore, mais carré était sacré !

Modifié par 5121
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

on a la tôle voulait dire que le signal était ouvert, se faire tôler, qu'on arrivait sur un carré fermé

En Poste d'aiguillages, la tôle est une autorisation de poste à poste.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

(...)le ralent désignait soit le ralentissement 30 ( ou 60), (signal à deux jaunes sur une verticale ), (...)le rappel désignait le rappel de ralentissement (deux feux jaunes sur une horizontale)

(...)

Les lecteurs ne manqueront pas de rectifier:

ralentissement: deux jaunes sur une ligne horizontale,

rappel de ralentissement: deux feux jaunes sur une ligne verticale.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Les lecteurs ne manqueront pas de rectifier:

ralentissement: deux jaunes sur une ligne horizontale,

rappel de ralentissement: deux feux jaunes sur une ligne verticale.

M ......... lapleunicheuselapleunicheuse

-> descente de machine ! lapleunicheuse

Modifié par 5121
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pas si grave: on voit le "rappel"(les feux horizontaux): on freine d'urgence jusqu'à 30. On se dit soit "mince, j'ai pas vu le ralentissement, il faudra que je change de lunettes..." soit "Ils charrient quand même: des "rappels" sans "ralentissement" avant!".

On reste à 30 jusqu'à l'aiguille, qui est très loin!

On voit le "ralentissement", puis l'aiguille. On est toujours à 30! on se dit "Tiens, il y a une autre aiguille plus loin, je ne m'en souvenais plus, il faudra que je relise la fiche ligne" ou "Ils charrient quand même: des ralentissements imbriqués les uns dans les autres..."

Et on reste à 30... jusqu'au "rappel" qui ne vient pas et jusqu'à l'aiguille qui ne vient pas non plus...

Avec un peu de chance, le feu suivant sera...vert et il faudra signaler une anomalie !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

dans tous les cas de figure, ça sent la demande d'explications ...... ou le passage chez le fou lotrela

Modifié par 5121
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

bonjour

pour continuer dans les tôles et dans les signalisations disparues, avez vous connu le BAM "blok automatique mécanique"(spécialité EST ) il était tellement fiable qu'il imposait une marche à vue sur 2 cantons idem avec les bulletins C .

La derniére fois que j'ai circulé dessus c'était sur la CG sur la partie noisy , Bif de nogent, il a disparu au moment des travaux de la A 86 au niveau de nogent le perreux et de la construction des gares de rosny et de val de fontenay.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

bonjour

pour continuer dans les tôles et dans les signalisations disparues, avez vous connu le BAM "blok automatique mécanique"(spécialité EST ) il était tellement fiable qu'il imposait une marche à vue sur 2 cantons idem avec les bulletins C .

La derniére fois que j'ai circulé dessus c'était sur la CG sur la partie noisy , Bif de nogent, il a disparu au moment des travaux de la A 86 au niveau de nogent le perreux et de la construction des gares de rosny et de val de fontenay.

je connaissais le BMCV (Block Manuel par Circuit de Voie) à Cambrai-Annexe, en gros un block automatique mais où l'on applique les prescriptions du block manuel (plaque de cantonnement "BM" sur les signaux)

C'est marrant ces mélanges

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité JLChauvin

bonjour

pour continuer dans les tôles et dans les signalisations disparues, avez vous connu le BAM "blok automatique mécanique"(spécialité EST ) il était tellement fiable qu'il imposait une marche à vue sur 2 cantons idem avec les bulletins C .

La derniére fois que j'ai circulé dessus c'était sur la CG sur la partie noisy , Bif de nogent, il a disparu au moment des travaux de la A 86 au niveau de nogent le perreux et de la construction des gares de rosny et de val de fontenay.

En fait, c'est plutot le contraire: la fermeture du sémaphore pouvait résulter d'un raté de fermeture du sémaphore suivant (enclenchement de continuité), même si le canton était libre, ce qui rendait ce type de block très sûr mais imposait en effet de circuler en marche à vue sur deux cantons. Il y avait toujours au moins un sémaphore (mécanique) fermé pour couvrir un train. Son nom était d'ailleurs "sémaphore de couverture" car il remplissait le rôle du sémaphore et protégeait un train arrêté devant le sémaphore suivant remplaçant de ce fait... le disque rouge! Vous savez bien, ce fameux disque rouge!

Par contre, le block Lartigues par circuit de voie de l'EST imposait "le cantonnement téléphonique" derrière les autorails: en effet, un raté de shuntage pouvait provoquer l'ouverture du sémaphore... qui restait alors ouvert...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

merci pour ce complément JL sur le BAM

pour le BM CV il était assez répandu sur le nord , boulogne, le touquet, même la bif de longeuil (les ageux) avec la particularité que le cantonnement était "sur carré" et qu'en plus du bulletin C ,tu pouvais recevoir un ordre de MAV "ordre N° de symbole " (j'ai oublié).

pour le lartigues, vous pourrions même revenir a "l'antiquité " et au carré d'appuie Blok...et au drapeau vert.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...