Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Journée d'action syndicale pour les retraites


Dom Le Trappeur

Messages recommandés

Nouvelle journée d'action syndicale

pour les retraites le 07 Septembre 2010

  

   Les principaux syndicats français ont confirmé leur intention d'organiser une nouvelle journée de grèves et de manifestations le 7 septembre contre la réforme des retraites, pendant le débat parlementaire. 

    Fait nouveau, Force ouvrière a rejoint l'intersyndicale (CGT, CFDT, CFTC, UNSA, FSU et Solidaires) qui s'est réunie mardi.

Seule la CFE-CGC n'est toujours pas mobilisée contre le projet du gouvernement.

Les sept organisations syndicales ont également décidé de maintenir la pression durant l'été contre un texte qu'elles jugent "injuste" et "inacceptable".

Elles "vont poursuivre leur action tout au long du processus législatif de la réforme des retraites", peut-on lire dans un communiqué commun.

Elles décident "d'une nouvelle journée nationale de grèves et de manifestations le 7 septembre 2010, au moment où s'ouvrira le débat parlementaire".

La CGT avait déjà appelé à un rassemblement devant le ministère du Travail à Paris, le 13 juillet,

date à laquelle le projet du gouvernement doit être examiné en Conseil des ministres.

Cette initiative sera suivie au niveau national et local par les autres syndicats.

Après un début de mobilisation assez timide, les syndicats ont réussi à faire descendre 800.000 à deux millions de personnes, selon les sources, dans la rue le 24 juin dernier.

Le gouvernement a néanmoins réaffirmé qu'il ne céderait pas sur le coeur de la réforme, notamment le recul de 60 à 62 ans de l'âge légal du départ à la retraite.

Il propose en revanche des ajustements sur la pénibilité, les polypensionnés et les carrières longues, sujets qualifiés de "miettes" par le secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly.

"L'âge légal (repoussé à 62 ans), on n'y touchera pas", a répété dimanche le ministre du Travail Eric Woerth lors du "Grand Jury" RTL-LCI-Le Figaro.

Gérard Bon, édité par Pierre Sérisier

Modifié par Dom Le Trappeur
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

CGT, CFDT, CFTC, FO, FSU, Solidaires, UNSA

Communiqué de l’intersyndicale du 29 juin

mardi 29 juin 2010    Ces dernières semaines, les salariés du public et du privé, les demandeurs d’emploi, les jeunes et les retraités se sont mobilisés de plus en plus massivement sur les retraites, notamment le 24 juin 2010.

Ils ont réaffirmé leur opposition au projet de réforme injuste et inacceptable du gouvernement, notamment au report brutal des âges légaux à 62 et 67 ans qui pénalise particulièrement les salariés ayant commencé à travailler jeunes et ceux ayant eu des carrières chaotiques et incomplètes.  

Cette réforme n’apporte, par ailleurs, pas de réponse sur le plan de la pénibilité.

Elle aggrave les inégalités entre les hommes et les femmes.

Les organisations syndicales dénoncent la campagne médiatique précipitée du gouvernement qui travestit la réalité du projet.  

Cette réforme, une des plus dures d’Europe, arrive dans une situation économique dégradée où le chômage est en hausse continue et touche plus fortement les jeunes et les seniors.

Les politiques de rigueur se généralisent dans toute l’Europe en aggravant les inégalités et hypothèquent fortement toute reprise. 

Des initiatives intersyndicales viseront à interpeller le gouvernement et ses représentants, aux niveaux national et local, le 13 juillet, jour du Conseil des ministres qui adoptera le projet de loi.

Durant l’été, les organisations syndicales interpelleront les parlementaires. 

Les organisations syndicales CFDT, CFTC, CGT, FO, FSU, Solidaires, UNSA vont poursuivre leur action tout au long du processus législatif de la réforme des retraites.

Elles décident d’une nouvelle journée nationale de grèves et de manifestations le 7 septembre 2010, au moment où s’ouvrira le débat parlementaire.

Elles appellent tous les salariés du privé et du public, les demandeurs d’emploi, les jeunes et les retraités à construire ce jour une mobilisation d’ampleur.

29 juin 2010

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Information CGT...

Un mensonge et quatre omissions !

Propagande du gouvernement

mercredi 30 juin 2010 Finalement pas aussi sûr de lui, le gouvernement utilise 22 millions de deniers publics pour une campagne de communication, dont quatre pages dans la presse, pour convaincre du bien-fondé de sa réforme.

La fin justifiant, selon lui, les moyens, il n’hésite pas à manier le mensonge et l’omission dans ces 4 pages de propagande.

Florilège :

• Tous les salariés qui ont commencé leur vie professionnelle avant 18 ans continueront de partir à la retraite à 60 ans.

Il s’agit là d’un pur mensonge : seuls les salariés qui auront totalisé un nombre de trimestres cotisés très élevé, sans période de chômage et d’inactivité, seraient concernés. Exemple, un salarié ayant commencé à travailler à 17 ans, totalisant 160 trimestres cotisés et 10 trimestres assimilés (par exemple chômage), ne bénéficierait pas de ces dispositions.

• L’âge de la retraite à taux plein en Allemagne est de 67 ans.

Première omission : il sera de 67 ans en …2029. De plus, il n’est pas comparable avec l’âge d’ouverture des droits en France.

• Pour les femmes : avec la réforme, la période de maternité sera désormais intégrée dans le calcul des droits à la retraite. 

Seconde omission : seuls les congés maternité qui débuteront après le 1er janvier 2012 seront pris en compte. Autrement dit, cette mesure ne sera opérationnelle que pour les retraites qui seront prises à partir de … 2040.

• Une réforme efficace (…) Apport de l’Etat : 15,6 Mrds €.

Troisième omission : L’Etat prétend mettre 15,6 Mrds € de ressources nouvelles pour financer les retraites. Il ne s’agit pas de ressources nouvelles, mais d’une somme que l’Etat employeur verse depuis 10 ans pour financer la retraite de ses fonctionnaires.

• Si vous avez démarré votre activité à 17 ans ou avant et que vous avez toutes les années de cotisations nécessaires, vous pourrez continuer à prendre votre retraite à 60 ans.

Quatrième omission : combien de trimestres correspondent aux cotisations nécessaires ? Vraisemblablement un minimum de 164 trimestres cotisés. Les trimestres assimilés (chômage, maladie…) ne sont pas considérés comme cotisés.

La Cgt dénonce de telles pratiques.

Dès le 2 juillet, et tout au long des congés d’été, elle va mettre à disposition des salariés un 4 pages exposant son analyse de la réforme et ses propositions.

Le 13 juillet, avec les autres organisations syndicales, elle interpellera le gouvernement sur le caractère injuste et inacceptable de sa réforme.

Dans ce même cadre intersyndical, elle appelle à faire du 7 septembre une très grande journée de grèves et de manifestations.

Montreuil, le 30 juin 2010

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Déja c'est bien qu'il y ait enfin unité syndicale (sauf la CFE-CGC) mais si c'est encore une grévounette carrée de 24h, ça ne risque pas de faire peur au gouvernement, même si le nombre de manifestants est encore plus important que dans les manifs avant l'été...

Pour faire reculer Sarkozy, seul un mouvement large et reconductible serait peut-être efficace, en se doutant que rien ne bougera avant le 15ème jour de grève...

Modifié par NEMO94
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité JLChauvin

Il ne sera pas légèrement trop tard le 7 septembre ?

Peut tu préciser ta pensée, légèrement trop tard pour quoi?

Il serait fort intéressant que tu nous suggère une autre solution, puisque que tu trouve celle-ci trop tardive... ce qui est ton droit le plus absolu. Quelles sont donc tes propositions?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Déja c'est bien qu'il y ait enfin unité syndicale (sauf la CFE-CGC) mais si c'est encore une grévounette carrée de 24h, ça ne risque pas de faire peur au gouvernement, même si le nombre de manifestants est encore plus important que dans les manifs avant l'été...

Pour faire reculer Sarkozy, seul un mouvement large et reconductible serait peut-être efficace, en se doutant que rien ne bougera avant le 15ème jour de grève...

Tu crois que les cheminots (sans parler des autres salariés...) sont prêts à se lancer dans une grève générale reconductible illimitée ? Il me semble qu'on a eu une récente expérience en avril 2010...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Déja c'est bien qu'il y ait enfin unité syndicale (sauf la CFE-CGC) mais si c'est encore une grévounette carrée de 24h, ça ne risque pas de faire peur au gouvernement, même si le nombre de manifestants est encore plus important que dans les manifs avant l'été...

Pour faire reculer Sarkozy, seul un mouvement large et reconductible serait peut-être efficace, en se doutant que rien ne bougera avant le 15ème jour de grève...

bonjour

contrairement à ce que l'on peut penser ,ce n'est pas toujours la durée d'une grève qui fait emporter la décision, une gréve qui "dure" est souvent le fait qu'elle n'est pas décisive pour aucun des deux camps et qu'il faudra faire des concessions de part et d'autres en fonction du rapport de forceet que les militants les plus actifs ne seront pas satisfaits

Ce qui est examiné dans une gréve(par la direction), c'est la participation et surtout quel type de participation.Les etablissements ou les militants qui font gréve habituellement, ne sont guère pris en compte dans le rapport de force.La direction s'inquiète beaucoup plus lorsqu'il y a une montée importante , même sur une action d'une journée, de gréviste dans un établissement calme, ou dans des catégories de personnel peu enclin a faire gréve, ou une montée globale des gréviste dans tous les établissements.

A titre d'exemple très frappant fin des années 70 il y a eu un mouvement très unitaire d'une journée rassemblant 70% des cheminots(niveau national) contre un projet de reforme des retraites , ce mouvement a d'ailleurs était suivi par pas mal de cadres (même mon CDM de l'époque qui était sympathisant CFTC) et le projet de réforme a été enterré jusque dans les années 90.

Il me semble que depuis quelque temps la gréve illimitée est employée sans discernement avec un manque de préparation et sans l'adhésion à ce type de mouvement d'une grande partie des cheminots,autres que les militants habituels.

Si comme tu l'indiques que rien ne bougera avant le 15 ème jour ,(et même après, voir dernier mouvement) c'est parce que une majorité de cheminots ne se sentent pas concerné pas le mouvement...c'est que ce mouvement ne trouve pas sa place dans le contexte, contexte qui est mal préparé par les militants... et donc que l'action (gréve illimité) ne convient pas.

Une action ce n'est pas :

"j'ai l'impression que les gens sont mécontents, je (avec quelques autres, derrière un bureau) décrète la gréve reconductible.."

Commençons par l'unité, et surtout rallier les indécis(c'est un travail de fond nettement moins glorieux que l'image de la gréve illimité) avant d'aller plus loin et voyons le résultat début septembre

Modifié par jackv
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Si l'on en croit la direction, les dernier mouvement de grève reconductible en avril 2010 n'aurait concerné que 5% des 150.000 cheminots. L'action du 24 juin aurait rassemblé environ 40% des cheminots. Je me souviens également d'une très forte journée de mobilisation des cheminots contre le Plan Guillaumat (fin des années 70, début des années 80 ?) Quasiment 100% des cheminots en grève, quasiment pas un train pendant 24h, des manifestations massives, et comme ditr Jack ...l'unité syndicale -toutes les OS de l'époque) ET l'unité des CHEMINOTS !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Peut tu préciser ta pensée, légèrement trop tard pour quoi?

Il serait fort intéressant que tu nous suggère une autre solution, puisque que tu trouve celle-ci trop tardive... ce qui est ton droit le plus absolu. Quelles sont donc tes propositions?

Grève en mai, grève en juin...........plus rien jusqu'en septembre, comme souvent, ça risque fort de laisser à penser à ceux qui s'occupent de nos retraites que "pendant que ces cons sont partis se faire cramer la tronche sur une plage, on a les mains libres pour avancer".

Je n'ai rien de spécial à suggérer, mais quand les OS nous disent qu'en mai et en juin on a envoyé un signal fort au gouvernement, je trouve cela à la limite du comique, deux fois 24h de grève pour un sujet si important, là-haut y en a qui peuvent se targuer de dire après que "les français ont compris l'importance de notre réforme et nous approuvent"..

Enfin bon, ça ne m'étonne pas trop, il est aujourd'hui plus facile de mobiliser les foules quand 22 idiots tapent dans une baballe que pour les retraites.

En 2007 je m'étais juré que plus jamais je ne ferais grève pour les retraites en voyant le niveau d'intérêt de mes collègues pour le sujet, finalement j'ai cédé, tout le monde étant concerné cette fois mais sans grande conviction et je suis encore plus désabusé qu'en 2007 ; en mai on était dans mon service 6 grévistes sur une soixantaine de personnes.

Faut dire que chez les qualifs E la plupart sont trop obnubilés par leur éventuelle mise au vivier pour la qualif F, faut surtout pas froisser les hiérarchie, et en juin, grand moment de rigolade, les services de jour ont fait 59 minutes de grève "par solidarité". Quand on est de jour dans un bureau, c'est vachement utile.

Disons qu'on aura ce qu'on mérite sur cette réforme et qu'on récoltera les fruits des moyens mis en oeuvre.

Perso vu le résultat des actions et de la mobilisation en cours, je ne fait pas grève pour MA retraite mais pour celle de mon père qui a 53 ans et qui se crève le cul 8h par jour dans une usine bruyante et surchauffée pour à peine 1300euros par mois alors qu'il bosse depuis l'âge de 18 ans.

Modifié par krisamv
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

bonjour

comme je l'ai déjà écrit "faire gréve c'est bien, mais faire faire gréve aux autres, aux indécis, à ceux qui se sentent pas ou peu concerné c'est mieux" a condition que l'action soit adaptée aux circonstances et adoptée par les autres..

comme je l'ai déjà dit , c'est parfois un signal plus important pour la direction, 59mn de gréve d'administratifs qui ne font jamais gréve que 1 journée pour 50 militants qui n'attendent que cela comme à chaque fois.La gréve ne se mesure pas seulement à la gène occasionnée pour l'usager.

Quant au couplet sur les chefs non grévistes ...des fois on arrive a faire des miracles...crois moi et je parle en connaissance de cause mais c'est sur qu'en faisant de l'anti chef le résultat risque d'être plutôt mince.

@ dom je crois qu'on a vécu les mêmes victoires et galères

Modifié par jackv
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je ne suis pas cheminot, mais je travaille dans le public, et des tracts commencent à circuler avec des exemples concrets des effets de la réforme pour les gens qui partiront dans 5 ans et dans 10 ans, avec une baisse des pensions pouvant atteindre 30 % même si il faut se méfier de certains calculs les gens discutent et se mettent à réfléchir. La prochaine journée d'action du 7 septembre sera un vrai test, et en cas d'échec les carottes seront cuites.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

celle de mon père qui a 53 ans et qui se crève le cul 8h par jour dans une usine bruyante et surchauffée pour à peine 1300euros par mois alors qu'il bosse depuis l'âge de 18 ans.

Ça me met les larmes aux yeux, le mien était un peu dans la même situation, son grand espoir était la retraite. Il ne l'a jamais vue: mort du cancer à 60 ans. J'espère que le tien ne connaîtra pas ce sort funeste. C'est pour eux que je défile aussi... Hélas pour ceux d'en haut ces gens n'existent pas! Mais pourquoi se gêneraient-ils, puisqu'ils se font quand même ré-élire à chaque fois?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

13 Juillet 2010 

Rassemblements devant les Préfectures (et sous-préfectures selon départements)

Pour le Finistère

"Mardi 13 juillet la loi sur la réforme des retraites sera présentée au conseil des ministres.

Pour continuer à montrer leur opposition à cette réforme

les syndicats CGT - CFDT - FSU - SOLIDAIRES - CFTC organisent dans le Finistère, deux rassemblements unitaires .

le mardi 13 juillet

 devant la sous préfecture de Brest ( 11 h 30)

 devant la préfecture de Quimper (11 h 30)

 avec dépôt d’une motion, conférence de presse, et pique nique revendicatif.""

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Retraites : les visages de la contestation

diaporama

http://www.lemonde.fr/politique/portfolio/2010/06/25/retraites-les-visages-de-la-contestation_1378421_823448.html#xtor=AL-32280184

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a de l'eau dans le gaz à l'UMP

comme quoi rien n'est totalement perdu 

si les salariés et retraités continuent de se mobiliser

Retraite à taux plein pour les mères: gouvernement et UMP mis en minorité en commission

    Gouvernement et UMP ont été mis en minorité mardi sur la réforme des retraites avec l'adoption par la commission des Finances, saisie seulement pour avis, d'un amendement maintenant à 65 ans l'âge pour une retraite à taux plein pour les mères d'au moins deux enfants. 

    Un amendement en ce sens de Chantal Brunel (UMP), responsable de l'Observatoire de la parité hommes-femmes, a été adopté, contre l'avis du rapporteur UMP, avec les voix du PS, du Nouveau Centre et des députés UMP villepinistes.

    Alors que le projet de loi sur la réforme des retraites prévoit le passage de l'âge légal de départ à la retraite de 60 à 62 ans et de 65 à 67 ans pour une retraite sans décote, cet amendement maintient à 65 ans l'âge permettant de bénéficier d'une pension à taux plein pour les femmes ayant deux enfants ou plus.

    A gauche comme à droite, nombre de voix s'élèvent pour estimer que la réforme du gouvernement va creuser les inégalités hommes-femmes, les femmes étant pénalisées par des interruptions de carrière liées à leur maternité.

    Selon une source UMP, cet amendement ne devrait toutefois pas être adopté par la commission des Affaires sociales, qui est elle saisie sur le fond.

    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    • 1 mois plus tard...

    Lettre du Bureau Confédéral de la CGT :

    Adresse aux syndicats

     

    Cher(e)s camarades,

    Pour nombre d’entre vous, les congés annuels sont terminés et la rentrée sociale 2010

    fait déjà partie de vos préoccupations, de vos priorités.

    Par ce qu’elle symbolise une question de société, une question de justice sociale, la

    retraite fait l’actualité depuis de nombreux mois. Elle tient le haut du pavé des

    débats, des sondages, des mobilisations.

    Et pourtant le gouvernement reste sourd. Après la très forte journée du 24 juin

    rassemblant des millions de salariés dans la rue à l’appel des organisations syndicales

    CGT/CFDT/CFTC/FSU/SOLIDAIRES/UNSA, le gouvernement a décidé de présenter son

    projet de loi le 13 juillet en ne tenant aucun compte de la forte mobilisation, de

    l’opposition de toutes les organisations syndicales. Cette réforme est injuste. Elle ne

    répond ni aux enjeux actuels et à venir, ni sur les questions d’emploi et des

    inégalités, ni sur la reconnaissance de la pénibilité. Elle renvoie aux futures

    générations l’incertitude de la pérennité des régimes de retraites solidaires par

    répartition.

    La détermination des salariés, de la CGT, de l’intersyndicale se renforce, s’élargit.

    Durant tout l’été, de très nombreuses initiatives se sont déroulées tant sur les

    territoires qu’au niveau des professions (Remise cartes pétitions le 13 juillet avec

    rassemblements, Tour de France, diffusion à l’occasion des départs en vacances,

    affichages en nombre, débat dans des entreprises diffusion du 4 pages, ….) Beaucoup

    de syndicats sont demeurés disponibles, actifs durant cette période estivale pour

    continuer à débattre, informer, mobiliser.

    Bien au-delà de la CGT, des syndicats, de très nombreuses voix se font entendre pour

    exprimer le caractère injuste de cette réforme expédiée au pas de charge.

    Autant d’éléments, de points d’appui à l’actif du processus de mobilisation pour

    travailler à la réussite du 7 septembre 2010 et envisager les suites tous

    ensemble.

    La force des arrêts de travail, le nombre des manifestants, la détermination des

    salariés et des organisation syndicales peuvent imposer une autre réforme des

    retraites , d’autres solutions pour son financement, mais également des succès

    revendicatifs sur les conditions de travail, les salaires, l’emploi, les Services Publics….

    Dans chaque entreprise, chaque profession, territoire, toutes nos forces militantes

    sont à concentrer sur l’action du 7 septembre.

    Sans tarder,organisons des assemblées de syndiqués, de salariés, pour gagner

    l’implication de chacune, de chacun,des décisions d’actions collectives pour être

    encore plus nombreux que le 24 juin, en grève, dans les manifestations….

    Poursuivons la signature de la pétition CGT dans et en dehors de l'entreprise.

    Abordons avec les salariés leur adhésion à la CGT, le besoin d’une organisation plus

    forte en adhérents, présente partout.

    Dans le même temps, les conditions unitaires s’imposent à tous les niveaux de

    l’entreprise au plan national.

    Prenons, si ce n’est déjà fait, rapidement contact avec les autres organisations

    syndicales, sans exclusive. Débattons et décidons ensemble des conditions de la

    réussite du 7 septembre. Faisons connaître largement les appels unitaires pour donner

    confiance et favoriser la participation du plus grand nombre.

    La dégradation de la situation économique de l’emploi, des conditions de santé au

    travail, du pouvoir d’achat, la guerre déclarée aux pauvres,les discours pour attiser la

    haine de l’étranger, de l’immigré sont autant d’enjeux en cette rentrée qui doivent

    nous permettre de mobiliser très largement.

    La CGT, avec de très nombreuses organisations syndicales, politiques et associations

    s’associe à l’appel de la Ligue des Droits de l’Homme, pour rassembler le

    4 septembre, tous ceux et toutes celles qui sont attaché-e-s à la démocratie et aux

    libertés pour rejeter ces manifestations de xénophobie. Chaque organisation CGT se

    doit, sous des formes diverses, d’être disponible pour réussir ces rassemblements ou

    manifestations.

    Deux échéances sont devant nous :

    -une nouvelle intersyndicale des organisations nationales se tiendra le 23 août. Elle

    sera précédée par une réunion téléphonée CGT avec les Fédérations, les Unions

    départementales, les Régions et la direction confédérale.

    - La réunion de rentrée confédérale du 26 août 2010 sera l’occasion d’examiner les

    suites du 7 septembre, avec l’ensemble des organisations de la CGT.

     

    Bien entendu, les échos des initiatives en cours, appels à la grève, débrayages,

    rassemblements, manifestations pour le 7 septembre viendront nourrir ce débat. Il

    convient donc que chaque syndicat informe, fasse connaître dès maintenant, les

    décisions prises, les plans de travail, les actions prévues, les rencontres

    intersyndicales, les assemblées de personnel, afin que le secteur confédéral « luttes »

    puissent les recenser et les faire connaître au plus grand nombre …

     

    En conclusion, vous l’aurez compris, l’engagement de chacune, chacun sera décisif

    pour gagner un à un la participation des salariés à la grève et aux manifestations du 7

    Septembre, à la détermination nécessaire pour imposer une autre réforme, des succès

    revendicatifs dans les tous prochains rendez vous de lutte à venir.

     

    L’euro manifestation et les initiatives dans les pays d’Europe à l’appel de la

    Confédération européenne des syndicats le 29 septembre, contre la politique de

    rigueur, constitue également pour la CGT un rendez vous important en cette rentrée.

    Nous serons présents à Bruxelles au côté de milliers de manifestants.

    Sachant pouvoir compter sur votre investissement plein et entier dans cette

    mobilisation, recevez, cher(e)s camarades nos fraternelles salutations

    Montreuil le 16 août 2010

    Le Bureau confédéral

    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    • 2 semaines plus tard...

    Créer un compte ou se connecter pour commenter

    Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

    Créer un compte

    Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

    Créer un nouveau compte

    Se connecter

    Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

    Connectez-vous maintenant
    ×
    ×
    • Créer...