Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Lignes déficitaires : l'état va signer


Messages recommandés

Pour faire suite au topic initié par Marcarrick http://www.cheminots...-fin-septembre/ et qui est un peu sorti de ses rails ces temps ci, quelques précisions tirées de la Vie du Rail n°3285 du 17 novembre 2010 :

Le 4 novembre, le Président de la République a annoncé que l'Etat allait verser 210 millions d'euros à la SNCF pour maintenir le fonctionnement de 38 lignes classiques Corail et Teoz d'Equilibre du Territoire et 10 lignes de trains de nuit (représentant 310 trains de jour et 30 trains de nuit).

C'est à cette convention qu'est rattachée la clause de bonus/malus qui a fait l'objet d'un autre topic.

La Convention portera sur 3 ans à partir du 1 janvier 2011, et les dessertes n'évolueront pas pendant cette période, sauf celles impactées par l'arrivée du TGV Rhin-Rhône.

Financement : 35 millions d'euros d'une taxe sur les autoroutes et 175 millions ... sur le Chiffre d'Affaires de la SNCF. en contrepartie, la SNCF disposera d'une plus large liberté tarifaire, portant essentiellement sur la 1ère classe, avec "davantage de petits prix attractifs".

300 millions seront investis pour rénover le matériel sur la période de 3 ans (338 locos, 2014 voitures et 25 automoteurs). Pas d'achat de matériel neuf en revanche.

Un schéma directeur du matériel sera mis au point pour résoudre ensuite la question du renouvellement du matériel roulant qui nécessitera un investissement supérieur à 2 milliards d'euros d'ici 2020...

Modifié par michael02
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

10 lignes de train de nuit seulement? A part les Rhône-Océan et Océan-Riviera, lesquels passent à la trappe? Ou la SNCF garde sous son aile ceux qui sont rentables?

Seuls les trains de nuit nationaux réguliers sont concernés (les rares internationaux qui roulent encore, le plus souvent grâce à du matériel remorqué étranger, ne relèvent pas de cette disposition - idem pour les quelques trains de pointe saisonnière encore subsistants). Et vu le dégraissage opéré au fil des années, cet ordre de grandeur paraît réaliste.

Modifié par Thor Navigator
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Un article du post du 23 11 2010 sur le choix entre construction d'une LGV et conservation des dessertes par ligne classique avec notamment des questions sur le coût des billets des TGV circulant sur LGV.

http://www.lepost.fr/article/2010/11/23/2314613_tgv-vs-corail-qui-remportera-le-duel.html

TGV vs Corail : qui remportera le duel ?

La SNCF privilégie la grande vitesse. Mais les usagers et l'Etat préféreraient conserver des dessertes moins chères.

Les passagers du Bordeaux-Toulouse sont inquiets.

La ligne de TGV qui relie les deux capitales régionales pourrait faire disparaître les dessertes Corail sur le trajet et notamment les arrêts de Marmande et Agen.

Les passagers du Paris-Bâle s'inquiètent également.

Avec l'installation de la ligne de TGV Est, quel avenir pour leur ligne Corail qui dessert Mulhouse, Belfort, Vesoul, Chaumont et Troyes ? Et quel avenir pour ces gares ?

Tout ça pour gagner du temps...

Un TGV roule en règle générale à plus haute vitesse et dessert moins de gares qu'un train Corail. Résultat :

- 1 heure de moins sur un trajet Paris-Toulouse.

- 1h30 de moins sur un trajet Paris-Mulhouse.

Mais pour quels tarifs ?

"45% plus cher", estime le vice-président de l'Association pour la modernisation de la ligne Paris-Bâle, interrogé dans Le Pays.

Entre +11 et +66% selon nos propres observations sur un trajet Paris-Mulhouse sur le site Voyages-sncf.com. Avec une exception : un billet de TGV moins cher que le Corail Intercités sur un trajet le samedi soir.

Une différence de prix que déplorent également les habitués de la ligne Paris-Strasbourg qui, avec le TGV Est, ont gagné en vitesse... mais pas en réduction de prix sur leurs billets de train. La Fnaut (fédération nationale des usagers des transports) estime que les prix ont bondi "de 30 à 60% selon les relations, la classe et la période horaire".

La SNCF a voulu se débarrasser de certaines d'entre elles parce qu'elles sont déficitaires. "Elles font perdre plus de 200 millions d'euros par an à la SNCF, selon ses calculs", explique LeMonde.fr.

La compagnie ferroviaire estime que 4 seulement sont rentables : Paris-Clermont, Paris-Limoges-Toulouse, Paris-Rouen-Le Havre et Paris-Caen-Cherbourg.

Mais l'Etat lui demande de conserver toutes les dessertes, estimant que les lignes Corail sont structurantes pour l'aménagement du territoire. Il promet des subventions pour maintenir en service des dessertes régulières.

Et pour apporter les 210 millions d'euros dont ont besoin les lignes Corail, il collecte des taxes. Sur le prix des péages d'autoroutes et sur les billets de TGV. De quoi faire enrager la SNCF qui explique que cette taxation met à mal la "rentabilité du TGV", selon Les Echos.

Du coup, le gouvernement propose que ces taxes soient également supportées par les trains hors-SNCF qui circuleront sur les voies ferrées françaises. Ce sera le cas notamment des trains Veolia-Trenitalia qui devraient débarquer l'été prochain.

Pour autant les lignes Corail sont-elles sauvées ?

Pas sûr. Deux sont déjà condamnées cette année : le Lyon-Quimper et le Nantes-Nice ne circuleront plus d'ici le 12 décembre.

Et pour celles concurrencées par le TGV, c'est le sursis. Des trains sont déjà supprimés sur certaines lignes.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...