Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Les anciens nazis......................


Invité Gnafron 1er

Messages recommandés

pendant cette période, la deuxième guerre mondiale, il y avait dans la population laborieuse la volonté de combattre le fascisme d'hitler.

d'autant que la population laborieuse comportait des allemands ayant dû quitter le territoire suite à la victoire d'hitler, amené au pouvoir après un progrès électorale et surtout le chancelier de l'époque laissant la place au plus grand profit des groupes industrielle de l'Allemagne.

idem parmi les émigrés italiens le sentiment anti fasciste était fort alors que dire des population issu de/des esclavages voulant combattre le racisme !

certain d'ailleurs y voyait une étape vaincre le racisme en europe et ensuite aux états unis.

de partout dans le pays le mouvement ouvrier et socialiste, communiste rapportait des velléités d'en découdre, des volontaires pour combattre par les armes étaient partout nombreux, d'ailleurs des dirigeants du mouvement ouvrier préconisait l'organisation de régiment "ouvrier" pour aller combattre sur le front contre le fascisme (à ce propos un livre est réédité en ce moment "les croisés")

les généraux de l'armée us eux étaient sur une autre longueur d'ondes.

pour mémoire mac artur (front pacifique), patton (front en afrique et europe) étaient à la tète des armées utilisées contre le puissant mouvement des ouvriers et pauvres dans les années 34/35 aux états unis même. c'est l'armée qui avait été utilisé contre les chômeurs, les travailleurs qui s'organisaient et combattaient contre les restrictions menées contre les populations laborieuses après la crise de 1929 ...

et chez ce type de généraux 'dirigeant de fait l'armée us) ce n'est pas le fascisme de mussolini ou d'hitler qui les gênaient.

et oui ils ont favorisés la protection de fascistes dirigeants du régime allemand de cette triste période.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

tu parles des USA ?

Bizarre mais le lobby juif se sentait effroyablement seul pour faire avancer l'idée de combattre Hitler, le chef d'Etat élu démocratiquement en Allemagne.

Les USA ne se sentaient pas trop concernés par ce qui se passaient en Europe car leur ennemi étaient les japonais qui pouvaient débarquer sur la côte Est.

Quant à l'article du New-York Times, cela prouve que les USA oublient rapidement leur histoire récente (comme le massacre de indiens) et qu' àprès guerre, au début de la guerre froide, toutes les compétences étaient bonnes contre les communistes. Y compris chez les anciens nazis.

Dans tous les domaines comme par exemple Von Braun responsables par ses inventions de milliers de morts.

http://www.lepoint.f...o/1387/0/362883

Modifié par 2D2
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

ci dessous des extraits; hitler n'a pas eu de majorité pour devenir chancelier.

le parti fasciste est passé de 37 % à 33 %.

des intrigues du parti fasciste et la complicité de la droite allemande font qu'on appel hitler comme chancelier.

quand aux sentiments anti raciste, anti fasciste d'une masse laborieuse ce sont des faits. bien sûre cela ne se trouve pas raconté par les programmes de cours pro américain version mac artur/patton..

mais voilà les témoignages sont nombreux...

la population laborieuse aux états unis comme ailleurs a souvent du mal à se faire entendre...

Histoire-Géographie et Education Civique au collège

Hitler est arrivé légalement au pouvoir. En janvier 1933, Hitler, chef du NSDAP, est nommé chancelier (chef du gouvernement) de la république de Weimar par le président Hindenburg

wilkipédia

Fin 1932, le mouvement nazi traverse une phase difficile. Sa crise financière devient aiguë. Les militants et les électeurs se lassent de l’absence de perspectives, des discours à géométrie variable de Hitler et des contradictions internes du programme nazi[27]. Bien des SA parlent de déclencher tout de suite un soulèvement suicidaire dont Hitler ne veut à aucun prix, et Gregor Strasser menace de faire scission avec l’appui du chancelier Kurt von Schleicher. Enfin, les élections législatives de novembre 1932 ont consacré une baisse de popularité du NSDAP qui perd 2 millions de voix et 40 sièges.

Le 30 janvier 1933 vers midi, Adolf Hitler atteint son but, il est nommé Chancelier de la République de Weimar, suite à un mois d’intrigues au sommet organisées par l’ancien chancelier Franz von Papen, et grâce au soutien de la droite et à l’implication du Parti national du peuple allemand (DNVP).

Contrairement à une idée reçue, ce ne sont pas les chômeurs qui ont mis leur espoir en lui (c'est parmi eux que Hitler fait ses moins bons scores), mais les classes moyennes, qui redoutent d'être les prochaines victimes de la crise[

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

présentation d'un livre évoqué :

Les Croisés

Auteur : Stefan HeymCollection : Roman800 pagesEdité en 10/2010Prix public TTC : 29 €

Présentation

L'avance d'une petite unité de l'énorme armée américaine, chargée de la propagande et du renseignement, du bocage normand en juin 1944 à l'Allemagne occupée, un an plus tard, tel est le fil conducteur des Croisés

Les croisés, ce sont les quelques idéalistes, petits rouages de l'énorme armée américaine qui tentent de mettre en pratique ce qu'ils croient être le but de cette guerre : oeuvrer à la mise en place de la démocratie, débarrasser l'Europe du régime nazi, punir ses chefs, écarter ses soutiens, supprimer ses racines.

Cette unité-là regroupe toute une palette de personnalités : arrivistes, combinards, affairistes, idéalistes plus ou moins naïfs, réfugiés allemands antinazi, et bons petits soldats qui ne se posent pas trop de questions.

Les chefs militaires, qu'ils soient dotés d'un ego démesuré, ou qu'ils soient à la recherche d'avantages matériels bien concrets, sont parfaitement adaptés à la tâche qu'on leur a assignée : rétablir et maintenir l'ordre, permettre la reprise normale des affaires. Qu'importe si cela passe par le recyclage des comparses, sinon des chefs, nazis et collaborateurs, par le simple réétiquetage des organes du pouvoir et des structures sociales qui ont permis le nazisme et l'ont servi.

Pourtant, tout au long de ce parcours, il ne manque ni d'hommes et femmes du peuple, intellectuels, militants, qui ont résisté ou qui ont eu le simple mérite de ne pas accepter, de ne pas hurler avec les loups, qui espéraient qu'une autre société pourrait naître au lendemain de la guerre.

La première édition française des Croisés, avec une traduction de Michel Arnaud, date de 1950. Depuis il n'a pas été réédité.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

ET AUSSI beurk beurk

Propos péjoratifs de Nixon sur les Juifs, les Irlandais, les Noirs

LOS ANGELES - Des propos péjoratifs tenus par le président américain Richard Nixon sur les Juifs, les Noirs, les Irlandais et les Italiens figurent dans des enregistrements audio de la Maison Blanche qui viennent d'être rendus publics et dont le New York Times a publié des extraits samedi.

"Les Juifs ont certaines caractéristiques", déclare M. Nixon, qui fut président de 1968 à 1974, au cours d'une conversation avec un conseiller en 1973 qui figure dans les 265 heures d'enregistrements mis en ligne par la Bibliothèque présidentielle Richard Nixon en Californie.

"Les Juifs ont une personnalité très agressive, mordante et odieuse", déclare le chef de l'Etat, tout en faisant une distinction entre les Juifs israéliens - qu'il admirait - et les Juifs américains.

"Les Irlandais ont certaines... Par exemple, les Irlandais ne tiennent pas l'alcool. Ce que vous devez toujours vous rappeler en ce qui concerne les Irlandais, c'est qu'ils deviennent mauvais (quand ils ont bu, ndlr). Pratiquement tous les Irlandais que j'ai connus deviennent mauvais quand ils boivent. Spécialement les vrais Irlandais", déclare Richard Nixon.

"Les Italiens, bien sûr, ces gens n'ont pas la tête bien fixée sur les épaules. Ce sont des gens merveilleux, mais...", poursuit le président sans achever sa phrase.

Sur les Noirs, Nixon se déclare en désaccord avec les vues de son secrétaire d'Etat William Rogers. Selon lui, Rogers "a une sorte d'aveuglement pour ce qui est des Noirs".

"Il dit qu'ils sont en train de progresser et qu'après tout, au bout du compte, ils vont renforcer notre pays, parce qu'ils sont forts physiquement et que certains d'entre eux sont intelligents, et ainsi de suite", rapporte Nixon.

"Mon sentiment, c'est que je crois qu'il a raison si on parle de 500 ans. Mais je crois que c'est faux si on parle de 50 ans", déclare le président.

Et il poursuit par des propos quelque peu confus semblant indiquer qu'il est pour une amélioration génétique de la race noire par croisements. "Il n'y a que ça qui marchera", assure-t-il.

Quant à Henry Kissinger, alors conseiller à la sécurité nationale de Nixon, il rejette lors d'une conversation les appels demandant à Washington de presser les autorités soviétiques de permettre aux Juifs d'émigrer pour échapper aux persécutions.

"L'émigration des Juifs d'Union soviétique n'est pas un objectif de la politique étrangère américaine, affirme-t-il. Et s'ils mettent les Juifs dans des chambres à gaz en Union soviétique, ce n'est pas une affaire américaine. Peut-être une affaire humanitaire".

"Je sais, répond Nixon. Nous ne pouvons pas faire sauter le monde pour cela."

Elu en 1968, puis réélu en 1972, Richard Nixon a été contraint à la démission en 1974 en raison du scandale d'espionnage politique du Watergate. Il mourut en 1994.

(©AFP / 12 décembre 2010 01h01)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 1 année plus tard...
Invité Gnafron 1er

Mort de John Demjanjuk, l'un des derniers criminels nazis

Demjanjuk à 91 ans, lors de son procès dans le sud de l'Allemagne. | AFP/CHRISTOF STACHE

Il avait été condamné il y a moins d'un an pour avoir pris part au meurtre de près de 28 000 personnes, mais laissé en liberté. John Demjanjuk, 91 ans, ancien gardien de camp nazi en 1943, est mort ce samedi dans une maison de retraite de Bad Feilnbach, en Bavière. Les causes de son décès ne sont pas connues, mais le Parquet va maintenant mener une enquête de routine, selon la radio publique bavaroise.

Demjanjuk a toujours nié en bloc

Né en avril 1920 en Ukraine, John Demjanjuk vivait aux Etats-Unis depuis les années 50 avant d'être expulsé en 2009. Au terme d'un procès marathon de 18 mois entamé en novembre 2009 à Munich, la justice avait estimé qu'il avait bien été garde au camp de Sobibor (Pologne), six mois en 1943 pendant lesquels près de 27900 juifs, essentiellement néerlandais, avaient été exterminés.

Demjanjuk, qui s'était présenté sur une civière au premier jour de son procès, niait les faits en bloc et affirmait avoir été capturé en 1942 alors qu'il servait dans l'Armée Rouge. Selon lui, il avait passé le restant de la guerre dans des camps de prisonniers avant d'émigrer aux Etats-Unis où il a travaillé dans des chaînes de montage d'automobiles à Cleveland (Ohio, nord) et élevé trois enfants.

Remis en liberté malgré sa condamnation par un tribunal de Munich (sud), il séjournait depuis dans une maison de retraite. La justice allemande avait estimé qu'il ne représentait plus aucun danger et ne risquait plus de se soustraire à la justice, en raison de son âge et de son statut d'apatride qui l'empêchait de quitter l'Allemagne.

L'un des «plus grands criminels nazis»

Demjanjuk figurait en première place sur la liste des criminels nazis établie par le Centre Wiesenthal, une organisation internationale juive qui «combat l’antisémitisme, le négationnisme, l’extrémisme et les activités néo-nazies». Il avait échappé à la peine capitale en Israël en 1988, à l'issue d'un procès pour des faits comparables. Il était alors accusé d'avoir été «Ivan le Terrible», un garde ukrainien du camp de Treblinka (est de la Pologne) connu pour sa cruauté. Il fut libéré cinq ans plus tard lorsqu'il apparut qu'il n'était pas «Ivan le terrible».

En 2009, un rescapé du camp de Sobibor, Thomas Blatt, avait déclaré dans un entretien avec le magazine Spiegel : «Cela m'est égal qu'il aille en prison ou pas. Ce procès est important pour moi. Je veux la vérité. Le monde doit savoir comment c'était à Sobibor». Selon diverses estimations d'historiens, entre 150 000 et 250 000 personnes ont été exterminées au camp de Sobibor.

Un «petit poisson», selon certains historiens

Six décennies après les procès de Nuremberg qui condamnèrent les chefs nazis survivants, le procès de John Demjanjuk fut l'un des derniers en Allemagne de criminels nazis, vu le grand âge des suspects. Ils ont en outre longtemps suscité peu d'empressement de la part de la justice allemande.

L'Allemagne qui n'a longtemps jugé que «des officiers supérieurs et des dignitaires du régime nazi» a changé de politique «en acceptant depuis un an et demi de juger tous les criminels nazis susceptibles de pouvoir se présenter devant un tribunal», estimait Efraim Zuroff, directeur du Centre Simon Wiesenthal de Jérusalem qui traque les criminels nazis, peu avant l'ouverture du procès de Demjanjuk. Certains historiens avaient toutefois souligné que malgré l'intense déploiement médiatique autour de ce procès, Demjanjuk n'était qu'un «petit poisson» dans la traque des criminels nazis

Modifié par Gnafron 1er
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

OUAH LA MAUVAISE FOI !!

on dirait que vous découvrez :

tout le monde sait que les fusées américaines sont issues des travaux (et des chercheurs) nazis récupérés vite fait en 1945 avant que les russes n'aient l'idée de le faire (les récupérer)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...