Aller au contenu

BB4100

Membre SNCF
  • Compteur de contenus

    6 102
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

450 Volcanique

À propos de BB4100

  • Rang
    Mallard
  • Date de naissance 04/08/1985

Infos Personnelles

  • Ville
    Toulouse / Saint Gaudens
  • Hobbies
    Les trains, la montagne, la musique, les copains...

Infos Métier

  • Entreprise
    sncf
  • Service
    matériel
  • Métier & Lieu
    CRLO Toulouse Matabiau

Me Contacter

Visiteurs récents du profil

23 048 visualisations du profil
  1. Faire payer un juste prix aux transports permettra d'abord d'éviter les inepties telles que les célèbres yaourts qui parcourent plus de 3000 km avant de finir dans notre assiette. Tout comme le bois français qui part en Chine et revient sous forme de produits transformés. A-t-on vraiment besoin de faire ça ? Pour payer moins cher parce qu'il y a trop de gens pauvres en France ? Mais si ce bois était transformé en France, ça créerait des emplois et donc des gens qui ont les moyens d'acheter des produits locaux. Les gagnants sont les créanciers de toutes les boites qui agissent de même pour maximiser les profits. Mais ce n'est pas du tout soutenable à long terme. Quant aux accidents de la route, il y a les assurances qui en supportent le coût, mais aussi la Sécu. Et tout cela coûte en cotisations. Et qui paye les cotisations ? Je le laisse deviner
  2. Whaou, ça c'est du déterrage !! Heureusement qu'une partie des rénovations ferroviaires est payée par les impôts. Mais c'est peanuts comparé au réseau routier, notamment pour le transport des marchandises. Le péage routier et le péage ferroviaire n'ont aucune commune mesure. Et il n'y a pas que l'usure de l'infrastructure qui est à prendre en compte, mais aussi toutes les nuisances (pollution, bruit...) et les frais annexes (contrôles routiers, hôpitaux...). Si tous les frais étaient comptabilisés, le ferroviaire serait bien plus utilisé. Le transport de marchandises ne se fait pas non plus sans but lucratif. Il serait ainsi normal que les frais de transport impactent plus le prix des produits transportés. On en reviendrait ainsi à arrêter de faire traverser la moitié de la planète à millions de tonnes de produits qu'on pourrait produire localement. Outre la pollution engendrée par ces transports au long cours, ça aurait un impact très positif sur l'emploi. Enfin, c'est un autre problème, mais qui est directement lié au premier.
  3. A la fin, la Palombe desservait Tarbes avant de continuer vers Hendaye. Les horaires n'étaient plus du tout adaptés et ça roulait au petit bonheur la chance. Et puis c'est vrai que les compartiments couchettes ainsi que les services à bord ne sont plus adaptés aux demandes actuelles. Le train de nuit n'a pas du tout évolué en France. Pourtant la demande est là, il suffit de voir le remplissage de ceux qui restent, comme entre Paris et Toulouse où il est quasiment plein chaque soir.
  4. D'après les dernières photos que j'ai vues, c'est un petit locotracteur diesel qui officie. Il y a des chances que je retourne photographier des Brizitta cette année. J'essaierai de faire un saut !
  5. Pour rester dans le sujet d'au dessus, voilà la place Esquirol, à Toulouse, au croisement des rues de Metz et d'Alsace-Lorraine, en 1929 lors de la réfection des voies du tramway. Pour les locaux, le bâtiment à l'arrière plan est désormais occupé par Midica Visible sur cette page
  6. Les chemins de fer industriel ont développé beaucoup d'idées ingénieuses. Le ferrailleur Mirouze à Toulouse était embranché sur le réseau des magasins généraux à l'époque où celui-ci passait sur les berges du canal du Midi. Il avait adapté un locotracteur Moyse "bête à cornes" au fonctionnement sur batteries, recarrossé façon boite à sel. Il est préservé à l'écomusée de Lherm (31) avec d'autres véhicules ferroviaires du même acabit.
  7. Salut! je cherche un document qui reprend exactement les typo utilisées sur les pancartes et tableaux "Arrêt", TIV... J'ai eu beau fouiller intranet, je n'ai rien trouvé. Est-ce que quelqu'un aurait ça en sa possession ? Merci
  8. Bonsoir, Après un franc succès en 2014 et 2016 à Rabastens, l'association Exporail en Midi-Toulousain est heureuse de vous convier à sa troisième exposition bi-annuelle EXPORAIL CASTELGINEST qui se tiendra cette année à la salle polyvalente de Castelginest (banlieue Nord toulousaine) les: 17 et 18 novembre 2018 Plusieurs réseaux seront présentés, à diverses échelles et divers écartements: Gare de Marles Montcornet, par Jean-Pierre BOUT, échelle O La laiterie St-Loup, par Rémi BERTHELIN, échelle Oe Réseau "Tin-Plate", par la section toulousaine du Cercle Ferroviphile Européen, échelle O La gare de La Praz, par le CFFC (Club Ferroviaire de Franche Comté), échelle HO Quelque part dans les Pyrénées, par Michel Serrurier, échelle HO Sainte Anastasie, gare du Massif Central, par Jean-Pierre LESCURE, échelle HO Stand "TTX" (trains de travaux): - réseau HO de Bruno PERES représentant le CREM de St-Jory (maintenance du matériel infra) et une portion de voie en renouvellement; - Engins de travaux et de contrôles ferroviaire en HO par Christian Vallée - Atelier de construction en carte plastique par Laurent ELEAUME Ets Alphonse "Le Chas Percé", par Sylvain COSTES, échelle HOe Le viaduc du Viaur, par Jean-Yves PAGE, échelle N Sunset Valley, réseau Ouest américain, par Jean-Claude CARUELLE, échelle N Possum Valley, de Jean-Louis SIMONNET et présenté par l'ABCM (Association Bigourdane des Cheminots Modélistes), échelle N Tarifs d'entrée: Adultes : 4€ Enfants de - 12 ans : 2€ Enfants de - 4 ans : gratuit Plus d'informations sur le site => http://exporail-midi-toulousain.eklablog.com/ Excepté le réseau Tin-Plate, les autres réseaux n'ont jamais été présentés lors des précédentes éditions d'Exporail et beaucoup n'ont jamais été présentés dans le Sud-Ouest. Nous espérons vous voir nombreux ! PS: si un modo pouvait mettre ce message en haut et supprimer le mien juste au dessus. Merci
  9. Merci pour la pub. Voilà le lien direct vers le site: http://exporail-midi-toulousain.eklablog.com/ L'affiche n'est pas définitive, mais la liste des exposants quasiment. On devrait y voir notamment la ligne de la Maurienne du CFFC...
  10. C'est vieux comme le monde le train à batteries. Il y a des réseaux secondaires qui utilisaient des automotrices à accumulateurs depuis les années 30, voire plus tôt, comme les compagnies des Charentes ou du Sud Ouest. Dans l'article, c'est visiblement une V 200 TSO qui a été modifiée
  11. C'était plus simple à une époque où les mécanos prenaient leur service au dépôt. Maintenant les Feuilles sont partout sauf près des locs... Pour reprendre l'exemple de l'Ourcq, ils sont même envoyés en métro depuis la gare de l'Est.
  12. C'est un peu ce que je craignais. La prochaine étape sera l'explosion de la traction et les conducteurs rejoindront les contrôleurs et agents d'escale dans les ESV au niveau du voyageur. Ainsi les ESV se débarrasseront des CRML qui ont une fonction un peu plus transverse (ils bossent pour plusieurs activités à la fois) et ce sont les CRLO+ du Matériel qui assureront leur boulot, le Matériel facturant la prestation aux ESV.
  13. Le CRLO conduit des locotracteurs, c'est à dire des engins diesel d'une puissance inférieure ou égale à 300 CV. Il n'est pas seulement cantonné à des manœuvres ou des Evo mais il peut partir en ligne avec un train (au sens règlementaire du terme). Les CRLO sont généralement affectés au Fret ou à l'Escale, mais parfois au matériel (comme à Toulouse). Il y a depuis quelques années une extension du métier appelée CRLO + dont je ne sais pas grand chose (ni même mon Speloc) qui ne figure pas au dictionnaire des filières et dont Digidoc ne dit finalement pas grand chose non plus mais qui , dans les faits, se rapproche énormément du travail de CRML. Pour les remontes faites par les CRL, j'ai entendu dire que c'était pour optimiser les journées de services et occuper les mécanos par des petites tâches de manière à se rapprocher des taquets règlementaires. Je pense que c'est une ânerie, mais bon... si au moindre retard le mécano se retrouve en dérogation pour faire sa remonte, ça va vite coincer ! Quant au grade CRLO +, si c'est pour faire du boulot de CRML, il faudrait que la paye soit en conséquence. A travail égal, salaire égal ! En y pensant bien, je remarque que ce que je fais aujourd'hui était fait il y a 20 ans par des CRMP (les CRML d'alors) avec d'antiques BB Midi ou des BB 63500... Les APLG, ou remiseurs, font effectivement des manœuvres et des évolutions avec différents engins moteurs, sans limite de puissance, mais avec des parcours limités. Il y a ceux qui conduisent dans les dépôts hors RFN, ceux qui conduisent sur RFN mais uniquement sur voies de service et ceux qui roulent sur RFN voies de services, mais aussi principales sur des parcours délimités entre deux chantiers et sans accès à des voies à quai. Chaque niveau nécessite une formation supplémentaire. Un référentiel encadrant les APLG et unifiant pratiques des différents sites doit paraitre en octobre suite à un groupe de travail qui a eu lieu durant ces 18 derniers mois. Mais les APLG ne pourront pas se substituer à des CRLO ou des CRML.
  14. Bonsoir, effectivement, il y a des clubs avec des réseaux sympas comme le CCAC de Conflans Ste Honorine ou le réseau du club de Maisons Alfort. Sinon, visiblement, pour la fiction, ça serait le réseau personnel d'un passionné, donc un réseau de club serai un peu trop grand. Je n'ai pas idée exactement de la place dont disposerait ce personnage, mais j'ai des copains qui des réseaux différents, j'en ai aussi un tout petit qui tient en appartement. Je ne veux pas échanger d'adresse ici, mais en MP c'est tout à fait possible.
×
×
  • Créer...