Aller au contenu

likorn

Membre
  • Compteur de contenus

    1 924
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    2

likorn a gagné pour la dernière fois le 19 juillet 2016

likorn a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

2 828 Explosif

5 abonnés

À propos de likorn

  • Rang
    Chat noir à 80%

Infos Métier

  • Entreprise
    CFF
  • Service
    Conduite des Trains
  • Métier & Lieu
    Mécanicien de ligne Voyageurs/Cargo

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. likorn

    Trains autonomes

    Si la disparition du métier ne t'appelle pas un peu à questionner le sens de celui-ci et partant celui de ta vie, et bien j'avoue ne pas comprendre à quoi peut bien servir un forum dédié au dit métier.
  2. likorn

    Trains autonomes

    Mon message n'a rien de paradoxal car il ne se limite pas qu'au ferroviaire. Un jour on automatisera la conduite, et un autre jour d'autres choses, c'est l'évolution technique. Mais reste la question de la sacro-sainte valeur travail. Quand on automatise, on réduit les places de travail (si l'automatisation crée des postes, elle en détruit encore plus : d'où les gains de productivité), alors que fait-on de ce surplus d'hommes. On le coule dans la meditérannée? C'est une question philosophique et économique, pas une question du petit monde ferroviaire.
  3. likorn

    Trains autonomes

    On a marché sur la lune y a 50 ans. Bon depuis on a juste vu que c'était mieux d'y retourner sans l'homme. C'est très révelateur d'un léger problème de société. On automatise, mais on fait quoi de l'homme? On lui fait faire du service? Le truc qui au fond disparait lui aussi grâce à l'automatisation? Eh, aller voir les employés de banque, les vendeurs, les caissiers, les conseillers ou les assureurs en suisse. Y en a bientôt plus, on fait tout sans eux. Faudra quand même y songer, à libérer l'homme du travail.
  4. Contrairement à ce que certains ici prétendent, l'imprévisible le reste assez souvent et il est assez délicat de tout imaginer en amont. Aux CFF, les cas les plus graves et connus sont "conceptualisés". Des schémas sont affichés, tenus à jours, enrichi de l'expérience commune. Il y a ainsi un "concept" entre Lausanne et Genève qui permet d'avoir une méthode commune. On sait à priori ce que l'on bloque, ce que l'on refoule et où, et ce qui roule. On sait quelle compagnie de bus sont capables d'intervenir. Cela n'empêche pas que tous ces schémas prévoient une phase dites "chaos", qui durera en général de 30mn à une heure. Meme avec tout l'entrainement du monde, il est difficile de faire plus vite quant à la mise en place du concept. Paralèllement, la Loi nous oblige à avoir un train de secours (c'est à dire d'extinction, un train de pompiers) capable d'atteindre chaque point du réseau en une heure, et chaque tunnel important en 15mn. Ça aide aussi car ces trains évacuent soit les voyageurs, soit le train en lui même. Mais du coups , avec tout ce luxe de précautions, nos tarifs s'en ressentent... Cela n'empêche pas que les situations imprévues le reste et sont ingérables. La mise en place de concept devient alors impossible, ne reste que l'interruption et l'attente. Mais au moins on évacue le train naufragé en maximum 2h.
  5. likorn

    Trains autonomes

    C'est rigolo ce train drone qui ne vole pas mais "demonstrate" que la SNCF peut faire un mieux en matière de communication. J'imagine bien la conduite en mode dégradé, par exemple quand le type appuiera sur l'écran pour déclencher un disjoncteur quelconque ou quand il ira fermer la porte voyageur récalcitrante. Ouaip. Ce sera rigolo. Mis a part ça, en 1956 ils n'avaient pas conduit un train par radio depuis un autre train lui aussi en mouvement? Là encore, une révolution qui révolutionna l'art de faire révolutionner la terre autour du soleil, à moins que cela ne soit l'inverse.
  6. Moui, mais on a des transporteurs efficaces et protégés qui savent rappeller qu'ils transportent les deux tiers des marchandises du pays. Ce qu'on met sur le rail, ce sont les passagers et les marchandises en transit alpin. Le reste passe par la route. Or derrière chaque camion, il y a un client qui veut un tarif acceptable, et qui n'a aucun intérêt à voir le prix du routier augmenter. Et au delà il y a un consomateur qui lui non plus ne veut pas forcément voir ses fraises doubler de prix. https://www.bfs.admin.ch/bfs/fr/home/statistiques/mobilite-transports/transport-marchandises.html Mettre le voyageur dans le train, ça fonctionne avec les investissements qui vont avec. Les marchandises, c'est vraiment plus difficile. Si l'on y arrive avec le trafic de transit, c'est parce que le client final n'est pas suisse.
  7. Oui bon alors là y a du mythe. L'ASTAG, le lobby routier, est autant puissant que celui de la chimie et des assurances. Un vrai poid-lourd. D'ailleurs, les investissements sont paritaires : la Confédération investira aussi près de 20 milliards dans les routes nationales (les autoroutes notamment). Il est même visible que le parlement, pour pouvoir investir beaucoup dans le routier, a augmenté les investissements dans le rail, par crainte du référdum (devant le peuple, le rail sort gagnant depuis 30 ans). Après, c'est tout un système qui doit s'imbriquer. Il n'y a qu'à voir Delle-Belfort. Il n'y a personne dans les trains, car à Belfort on retombe dans le désert du transport public français.
  8. Y a pas de miracle hein, pour nos lignes - y a 3000km chez nous - les investissements entre aujourd'hui et 2035 sont de plus de 18 milliards de CHF. Je parle bien des investissements, pas de l'entretien courant. Mais nous n'aurons pas d'armée de l'espace du futur.
  9. Euh les routes du 19ème, pardon, mais en terme de revêtement c'était autre chose. Je veux bien que l'on fasse des paralèlle mais là, non. Les routes n'ont plus rien à voir avec le 19, la moindre route départementale supporte largement plus de poid et de vitesse qu'une route d'empire, du second j'entends. Pour le chemin de fer, c'est plus relatif au moins en terme de débit, mais c'est une question d'investissement, et évidement qu'un état qui investit en réflechissant comme une entreprise ne va plus investir dans grand chose. Parce que bon, quand on investit dans l'infrastructure d'un quartier, on ne vise pas forcément une rentabilité dans l'opération... d'ailleurs, la notion même d'Etat rentable ne signifie rien.
  10. Je ne crois pas que cela soit uniquement lié à la forme de l'Etat, mais aussi et surtout à l'idéologie. Et il faut bien laisser à l'Etat français la marque de la pensée des Lumières, ce paternalisme étatique. Dans cet idéal, le philosophe au sens de l'homme de science, de l'homme qui sait, est sensé éclairer (instruire et gouverner) par la raison (et non la tyrannie) ses concitoyens. Donc, des gens persuadés de leur qualité se retrouvent à imposer leur vision du bien est du mal, ceci se retrouve aussi fortement aux U.S et principalement dans le parti Democrate. Cette vision est aussi à l'origine de la Suisse moderne, au sens de la Suisse constitutionnelle. Mais l'arrivée des outils de démocratie directe, bien plus que la forme de fédération, a permis le maintient fort d'un lien entre le gouvernant et les gouvernés, puisque chaque acte du premier est révocable. L'intention d'éclairer reste donc une constante, la simple explication n'étant pas fondamentalement de nature à convaincre le citoyen-votant. Notons quand même que le parc automobile suisse est très polluant. Les véhicules sont récents, mais très gros. Pour en revenir à la vignette, je précise quand même en citant que non la vignette n'est pas obligatoire sur l'ensemble du territoire. "Le certificat est obligatoire seulement dans certaines zones. Il peut également permettre de bénéficier de certains avantages instaurés par les collectivités. " C'est indiqué sur https://www.certificat-air.gouv.fr/ Par ailleurs, ce qui me casse les pieds n'est pas ledit certificat mais son mode d'émission soit le fait qu'il ne soit possible de l'obtenir qu'en ligne. Dans le monde entier (Allemagne, Autriche, Hongrie, Roumanie, pour ne citer que ces exemples), quand tu dois obtenir une vignette, tu peux passer physiquement auprès d'un office de police, d'une poste, d'une station service, d'un bureau de douane, peu importe. Pas en France. En France, il faut la commander par internet pour la recevoir par courrier. C'est ça que je ne comprends pas. Pas l'idée, pas même la norme, mais ses modalités d'application. Par ailleurs je rejoins bibloc sur la partialité des normes Euro. Mais comme le dirait un bon copain suisse-allemand "c'est comme ça", ce qui est bien dommage. (Vous en faites pas, ma solution serait d'interdire les véhicules automobiles, c'est simple, efficace, liberticide certes).
  11. Non mais la vignette crit'Air, c'est un peu comme votre 80 en fait. C'est hyper compliqué, et tout ça pour au final arriver a quelques applications locales (Paris, Lyon, Grenoble) que même mon pays décentralisé à outrance ne s'autorise pas. C'est vraiment un pays qui devient kafkaïen la France. Entre les gilets, les éthylomètres, les limitations, les vignettes, vous cumulez quand même sacrément les pires solutions existantes. Ce qui est bien, c'est que tout le monde s'en fout. Je comprends de mieux en mieux le réflexe "comment frauder" de mes amis français.
  12. Il faut encore assouplir les règles de sécurité, c'est vraiment indispensable.
  13. Pratique lorsque l'on est déjà parti J'aime bien ces normes locales je dois dire, je trouve ça super. Bon, voilà Paris rayé de la liste et mon voyage raccourci de trois jours. Merci tous de votre aide.
  14. Donc, comme touriste de passage, je choppe où ma vignette?
  15. Je m'excuse, je n'ai rien compris.
×
×
  • Créer...