Aller au contenu
CRL COOL

[Rames Standard Z 1300-1400-1500] Sujet officiel

Recommended Posts

Une photo reçue ce jour par mail de la gare St Lazare au temps de ces automotrices.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité 5121

le gende de photos qui ne devrait pas rester au fond d"un tiroir. Merci à l"auteur !

les automotrices "Standard" étaient réparties en 5 sous-séries, portant des numéros compris entre 1301 et 1575. Difficile de savoir sur une photo comme ça si c"était bien une 1500. A comparer avec les photos de Defrance-Redoutey, il semble que celles-ci, avec leur batteries d"aérateurs permettant la ventilation du rhéostat placé sous le toit devaient être des 1300

pour rappel (ça fait très loin tout ça !)

1301 à 1340 : 3° série

1401 à 1408 : 3° série modifiée : le rhéostat a été déplacé sous la caisse

1411 à 1498 : 4° série

1501 à 1507 : 4° série modifiée pour s"aligner sur la 5°. J"ai su quelles modifs. Ne me souviens plus

1511 à 1575 : 5° série

(les séries 1 et 2 étaient d"un genre très différent et sont devenues respectivement les 3600 et 1200 )

PS : si vous voulez garder la photo pour votre collection je vous recommande une petite correction automatique Photoshop, elle mérite.

Modifié par 5121

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité technicentre

<Pour info, regardez bien toutes les mains montoires de ces automotrices quelque soit la série... Elles sont toutes en bronze plein de toute beauté une fois nettoyé... La défense passive de la dernière guerre est passée par là et avait fait salir toutes ces pièces, y compris celles sur les banquettes, pour éviter qu'elles soient récupérées pour faire des canons... Personne ne les a nettoyées ensuite et tout ça est parti au prix de la ferraille... Tu parles que les ferrailleurs ne se faisaient pas prier pour venir les découper... Il y avait aussi des contacts électriques en argent (1 à 2 kg par élément ) et deux ou trois en or (5 à 600g par cabine)... Bizarre, les gars devaient connaître car ils commençaient par là...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité TRAM21

les Z 1300 ont été très rapidement cantonnées sur Invalides - Versailles, alors que les Z 1200 faisaient du Puteaux - Issy-Plaine

dans le tome 1 de l'histoire de la traction électrique, il est dit que les "Standards" avaient été étudiés pour pouvoir être transformés facilement pour le 1500 V, ce qui n'a pas été fait, sauf pour les Z dites "1ere série", modifiées en 1500 V et renumérotées Z 3600.

une des Z 1300 est devenue célèbre en devenant la première automotrice française en 20 KV 50 Hz, avec des ignitrons, d'abord d'origine US, puis avec des made in France ! elle était la plus fiable de tous les prototypes "Savoie"

Modifié par TRAM21

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité technicentre

Oui et cette Z9055 issue de la modification de Z1320 et qui finit sa vie sousle numéro Z 6004 fut le théatre d'une découverte relatée dans l'histoire de la traction électrique Tome II... Vous prenez un moteur à courant continu, vous alimentez l'induit en courant alternatif fabriqué par le collecteur en partant du continu et la carcasse en continu... Si vous inversez le tout, en alimentant le rotor en continu et le stator en triphasé donc alternatif, vous obtenez un moteur triphasé synchrone, certe... Mais en tenant compte de ce que vous pouvez récupérer dans les bobines non alimentées successivement, vous obtenez un signal que vous pouvez utiliser pour venir bloquer les semis conducteurs au bon moment... Du coup, vous pouvez obtenir un moteur synchrone auto piloté... Seul problème pour cette automotrice, on ne savait pas faire ni hacheur de tension, ni onduleur multifréquence à l'époque... Du coup, ça marchait sur le papier mais on ne savait pas ni monter en vitesse ni réduire ensuite cette vitesse de rotation par modification de la fréquence... Mais l'idée était créée et trouvée par hasard lors des freinages de l'automotrice et jamais mis en expèrimentation faute d'électronique de puissance moderne...

La Z 9055 resta à l'effectif des ateliers de La Folie jusqu'à sa fin... Au fait pourquoi une standard en Savoie? Et comment s'appelait le tout jeune patron de ces ateliers en 1939 pour son premier poste? Fernand Nouvion...

Modifié par technicentre

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité TRAM21

il faut aussi citer le savoyard Louis Armand...

les essais en monophasé à fréquence industrielle ont bien failli se faire sur Perpignan - Villefranche, déjà électrifiée en monophasé, mais en 12 KV 16 2/3 Hz

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité technicentre

Oui, mais la proximité avec la Suisse a permis de passer par ce pays le matos démonté sur la ligne du Hollenthal fourni par la firme Siemmens au titre de l'effort de reconstruction et de compensation vis à vis de la SNCF auquel fut condamné cette firme...

De plus il y avait fort peu de liaisons entre les 2 systèmes et la possibilité de reprendre rapidement était, une exploitation en vapeur... Les usines hydroélectriques ont fini de faire pencher la balance.

Modifié par technicentre

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité TRAM21

Oui, mais la proximité avec la Suisse a permis de passer par ce pays le matos déponté sur la ligne du Hollenthal fourni par la firme Siemmens

dont le disjoncteur DBTF !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité technicentre

Ente autres choses...

Pour ce qui a fait pencher la balance en direction de la Savoie, il ne faut pas oublier que L.Armand était savoyard aussi...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Techniquement, à part que c'est des rames alimentées par 750V, je n'y connais rien.......

Est ce que quelq'un pourrait publier le détail de chaque sous série avec sa numérotation, complétant le message n° 2 de ce sujet SVP? Cà permettrait de rectifier le titre du sujet en même temps....

D'avance merci!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité technicentre

J'essayerais de vous retrouver ça pour ce soir dans mes docs... Pas maintenant car même si vacances, j'en profite pour essayer de faire ce que je ne fais pas ce que je ne fais pas pendant l'année comme tailler la haie du jardin: 60m de long en cumulé, sur 2.30 à 3 m de haut sur 1 à 2 m d'épaisseur... Déjà une dizaine de m3 de branchage emmenés à la déchetterie... Taille haie électrique, taille branche manuels et fourches... Hum, n eme bloquez pas devant l'ordi, j'ai envie d'y retourner....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité 5121

alors voici un petit résumé :

avant tout, les 1300 se distinguent des autres séries par deux points :

- le rhéostat se trouve en toiture et justifie donc ces batteries d aérateurs bien visibles sur la photo de CRL

- l'élément a la répartition devenue classique ensuite : la 1° classe est dans la remorque (ZS)

caractéristiques communes :

- éléments à deux caisses courtes (20 m) mais larges (2,95), à trois portes doubles et quais hauts, attelage à vis entre caisses, automatique Boirault aux extrémités

- puissance modeste (500 kW) sous 750 V

3° série :

50 éléments livrés à partir de 1923, numérotation d'origine : ZB 23061 à 110 et 1/2ZAB 23401 à 23450. 8 éléments sont réaménagés sur le diagramme des 4° série, 1° classe dans la Z. Ils forment la 3° série modifiée.

Deux engins détruits par bombardement, il reste donc 40 engins, renumérotés 1301 à 1340 et 11301 à 11340. Début d'amortissement en 72 avec l'ouverture du RER-A. Roulent encore sur Argenteuil jusqu'en 1975. Fin d'amortissement fin 77 par les 6400

4° série :

la confiance ne régnant pas tout à fait, l'Etat se fait livrer 90 motrices et 50 remorques, numérotation ZAB 23111 à 23200 et 1/2ZB 23481 à 530. L'appareillage a migré sous caisse, les toitures sont modifiées en conséquence

5 éléments supplémentaires sont livrés pour Auteuil , les ZAB 23201 à 23205 et 1/2ZB 23531 à 535, suivies du fait de l'amélioration de la situation des motrices par 10 1/2ZB 23536 à 545. 7 éléments sont alignés sur les 5° série formant la 4° série modifiée.

5° série :

commandée en 1929 pour 60 motrices et 50 remorques, ZAB 23211 à 23170 et 1/2ZB 23551 à 600

6° série :

on en parle peu parce que cette commande est composée uniquement de 12 1/2Z 23541 à 23652 pour compléter le parc d'automotrices enfin devenu fiable. On a alors 205 motrices pour 202 remorques.

Particularité : 4 Z de 4° série sont équipées d'un 2° attelage Boirault pour pouvoir circuler seules en soirée. (20 étaient prévues)

pour parler poliment maintenant, voici le parc sous numérotation SNCF :

208 motrices :

3° série : ZBD 1301 à 1340

3° série modifiée : ZABD 1401 à 1408

4° série : ZABD 1411 à 1498

4° série modifiée : ZABD 1501 à 1507

5° série : ZABD 1511 à 1575

205 remorques :

3° série : ZRABx 11301 à 11345

3° série modifiée : ZRBx 11401 à 11430

4° série : ZRBx 11431 à 11490

4° série modifiée : ZRBx 11501 à 11510

5° série : ZRBx 11521 à 11570

6° série : ZRBx 11601 à 11612

si les totaux sont corrects, ne me demandez pas comment 50 remorques de 3° série peuvent donner 45 3° série + 30 3° série modifiée !

j'ai mis un peu de temps pour écrire ce texte, parce que les documents en ma possession sont quelque peu contradictoires. Si quelqu'un peut apporter des précisions, j'en serais ravi !

deux photos (photos VdR) illustrant les particularités des 3° série :

Versailles-RD. Une 1300 est en tête (et en queue) de la rame de gauche

Issy-les-Moulineaux : une rame avec une 1400 ou 1500 en tête et deux 1300 en queue. Voir l'emplacement des 1° classes. Au milieu des Z ou dans la ZRx côté Z :

Modifié par 5121

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité technicentre

Rassure toi, plus personne ne savait trop comment elles fonctionnaient à La Folie atelier directeur aux débuts 80 tellement il y avait de modifs sauvages, d'accouplements sauvages...

Question modification les Z 1301 à 1340(3e série) et Z 1401 à 1408 dites de 3e série modifiée furent équipées du système Cougnard qui permettait de conserver la traction sans coupure au passage de plusieurs motrices au passage d'un blanc de 3e rail (origine le bouquin de Jacques Defrance). En lisant le descriptif des remorques, je pense que ce système consistait en la présence de frotteurs sur les remorques, couplés avec celui de la motrice. L'empattement ainsi réalisé couvrant largement les blancs 3e rail...

Ah, si dernière anecdote à propos des standards et le seul bogie que j'ai vu personnellement à La Folie... En 87, il y a eu besoin de refaire un bogie moteur provenant d'une motrice coupée aux ateliers de la Garenne... Il partait pour un fort de la ligne Maginot pour remplacer celui qui servait avant guerre pour les trains de munitions dans la forteresse... Impressionnant le rodage des moteurs calés sur l'essieu montés sur un chariot spécial devant un mur si jamais le bordel partait en couille... Expèdié par wagon vers je ne sais où ensuite...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

en passant, c'est standard, et non standart...

Corrigé.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité technicentre

Je viens de vous trouver ça...http://forum.e-train.fr/viewtopic.php?f=5&t=59455

alors voici un petit résumé :

avant tout, les 1300 se distinguent des autres séries par deux points :

- le rhéostat se trouve en toiture et justifie donc ces batteries d aérateurs bien visibles sur la photo de CRL

- l'élément a la répartition devenue classique ensuite : la 1° classe est dans la remorque (ZS)

caractéristiques communes :

- éléments à deux caisses courtes (20 m) mais larges (2,95), à trois portes doubles et quais hauts, attelage à vis entre caisses, automatique Boirault aux extrémités

- puissance modeste (500 kW) sous 750 V

3° série :

50 éléments livrés à partir de 1923, numérotation d'origine : ZB 23061 à 110 et 1/2ZAB 23401 à 23450. 8 éléments sont réaménagés sur le diagramme des 4° série, 1° classe dans la Z. Ils forment la 4° série modifiée.

Deux engins détruits par bombardement, il reste donc 40 engins, renumérotés 1301 à 1340 et 11301 à 11340. Début d'amortissement en 72 avec l'ouverture du RER-A. Roulent encore sur Argenteuil jusqu'en 1975. Fin d'amortissement fin 77 par les 6400

4° série :

la confiance ne régnant pas tout à fait, l'Etat se fait livrer 90 motrices et 50 remorques, numérotation ZAB 23111 à 23200 et 1/2ZB 23481 à 530. L'appareillage a migré sous caisse, les toitures sont modifiées en conséquence

5 éléments supplémentaires sont livrés pour Auteuil , les ZAB 23201 à 23205 et 1/2ZB 23531 à 535, suivies du fait de l'amélioration de la situation des motrices par 10 1/2ZB 23536 à 545. 7 éléments sont alignés sur les 5° série formant la 4° série modifiée.

5° série :

commandée en 1929 pour 60 motrices et 50 remorques, ZAB 23211 à 23170 et 1/2ZB 23551 à 600

6° série :

on en parle peu parce que cette commande est composée uniquement de 12 1/2Z 23541 à 23652 pour compléter le parc d'automotrices enfin devenu fiable. On a alors 205 motrices pour 202 remorques.

Particularité : 4 Z de 4° série sont équipées d'un 2° attelage Boirault pour pouvoir circuler seules en soirée. (20 étaient prévues)

pour parler poliment maintenant, voici le parc sous numérotation SNCF :

208 motrices :

3° série : ZBD 1301 à 1340

3° série modifiée : ZABD 1401 à 1408

4° série : ZABD 1411 à 1498

4° série modifiée : ZABD 1501 à 1507

5° série : ZABD 1511 à 1575

205 remorques :

3° série : ZRABx 11301 à 11345

3° série modifiée : ZRBx 11401 à 11430

4° série : ZRBx 11431 à 11490

4° série modifiée : ZRBx 11501 à 11510

5° série : ZRBx 11521 à 11570

6° série : ZRBx 11601 à 11612

si les totaux sont corrects, ne me demandez pas comment 50 remorques de 3° série peuvent donner 45 3° série + 30 3° série modifiée !

j'ai mis un peu de temps pour écrire ce texte, parce que les documents en ma possession sont quelque peu contradictoires. Si quelqu'un peut apporter des précisions, j'en serais ravi !

deux photos (photos VdR) illustrant les particularités des 3° série :

Versailles-RD. Une 1300 est en tête (et en queue) de la rame de gauche

Issy-les-Moulineaux : une rame avec une 1400 ou 1500 en tête et deux 1300 en queue. Voir l'emplacement des 1° classes. Au milieu des Z ou dans la ZRx côté Z :

Pour les 2 éléments détruits par bombardement, ça s'est passé à Bécon printemps 44... Usines Amiot (matériel d'aviation) si je me rappelle bien... Une caisse complète retrouvée à plusieurs centaines de mètres, sur la place d'un marché, soufflée... Ma mère s'en rappelle encore, tout sautait en l'air, même la maison... Elle était dans la cave du pavillon famillial Rue des Champs Philippe à la Garenne... Mon grand père, par ses contacts avec Londres, avait obtenu que les ateliers de La Folie ne subissent pas le même sort, en même temps... Ils étaient à moins de 100 m des voies. =>Sabotage à l'explosif sans effet au niveau de Charlebourg puis du pont sur la Seine... Paris Le Havre arrêté pendant 8 jours pleins...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité TRAM21

j'ai toujours été étonné que les standards aient gardé jusqu'à leur fin de vie leur système de signalisation d'avant/arrière plutôt archaïque...

une modif comme la Z 1300 partie en Savoie aurait été une bonne chose.

sans doute trop coûteuse, vu le nombre de cabines à modifier ?

484_001.jpg

Modifié par TRAM21

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité technicentre

Moi, j'émets juste une possibilité: il aurait été difficile de trouver beaucoup de tôle pour faire une telle modif tellement elles étaient pourries... La peinture tenait la rouille...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité 5121

le plus beau gag ferroviaire que j'aie jamais vu , c'est dans cette gare, à l'époque des travaux TRG.

il y avait un panneau sur le BV annonçant normalement :

EN RAISON DES TRAVAUX DE VOIE,

LES TRAINS CIRCULERONT

SUR LE QUAI 1/2

seulement voilà, la petite plaque 1/2 avait disparu et on lisait donc

EN RAISON DES TRAVAUX DE VOIE,

LES TRAINS CIRCULERONT

SUR LE QUAI

dommage, je n'avais pas mon appareil ce jour là ...

Modifié par 5121

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité TRAM21

Moi, j'émets juste une possibilité: il aurait été difficile de trouver beaucoup de tôle pour faire une telle modif tellement elles étaient pourries... La peinture tenait la rouille...

cette modif aurait pu être faite lors d'une RG...

il me semble que des gros travaux de tôlerie avaient été faits sur les Standards, entre autres au niveau des fenêtres.

seule la Z 6004 ex Z 1320 n'en bénéficia pas

z600410.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité 5121

il me semble que des gros travaux de tôlerie avaient été faits sur les Standards, entre autres au niveau des fenêtres.

je pense que tu parles des remorques de 5° et 6° série sorties d'usine avec la baie gauche de la face avant de plus petite dimension. Les autres remorques n'ayant pas de baie à cet emplacement. Sur la seule photo d'origine que j'aie, la remorque n'a déjà pas cette fenêtre. A confirmer

Modifié par 5121

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité TRAM21

je pense que tu parles des remorques de 5° et 6° série sorties d'usine avec la baie gauche de la face avant de plus petite dimension. Les autres remorques n'ayant pas de baie à cet emplacement. Sur la seule photo d'origine que j'aie, la remorque n'a déjà pas cette fenêtre. A confirmer

non, je parle de travaux sur les baies latérales, suite à problèmes de corrosion.

j'avais vu ça dans de très vieux Vie du Rail (années 50)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir.

Entreprenant la reconstitution d'une cabine de conduite de standard pour le musée du chemin de fer de La Seyne sur Mer, quelqu'un pourrait-il me dire si, à la fin de leur utilisation, elles étaient équipées d'un ampèremètre, les Ateliers de La Folie ne m'en ayant pas fourni à l'époque.

Merci

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

j'ai toujours été étonné que les standards aient gardé jusqu'à leur fin de vie leur système de signalisation d'avant/arrière plutôt archaïque...

une modif comme la Z 1300 partie en Savoie aurait été une bonne chose.

sans doute trop coûteuse, vu le nombre de cabines à modifier ?

Ca n'est pas archaîque: les standards sont munies d'une signalisation de type métro, adaptée à leus missions de transport urbain :pas de projecteurs croisement /longue portée, mais de simples feux de position.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité TRAM21

Bonsoir.

Entreprenant la reconstitution d'une cabine de conduite de standard pour le musée du chemin de fer de La Seyne sur Mer, quelqu'un pourrait-il me dire si, à la fin de leur utilisation, elles étaient équipées d'un ampèremètre, les Ateliers de La Folie ne m'en ayant pas fourni à l'époque.

Merci

de mémoire, il n'y avait qu'un voltmètre ligne

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×