Aller au contenu
jackv

moi mon colon celle que je prefere c'est celle de 14/18

Messages recommandés

Bientot le 11 novembre et nous commençons l'année du centenaire puisqu'en aout 2014 il y aura 100ans qu'était déclenchée la première guerre mondiale

zoreblube a amorcé le sujet

'?do=embed' frameborder='0' data-embedContent>>

les prémisses de la guerre

1882

20 mai

constitution de la Triple-Alliance, composée de l'Allemagne, de l'Autriche-Hongrie et de l'Italie, qui s'en retirera en 1915. Cette alliance défensive prévoit un soutien militaire en cas d'attaque de l'un des pays membres.

1892

17 août

Signature de la convention militaire secrète entre la France et la Russie, initiant l'alliance franco-russe destinée à encercler l'Allemagne.

1904

8 avril

La France et le Royaume-Uni signent l'accord établissant l'Entente cordiale, élargie en 1907 à la Russie (Triple-Entente), sans que les Britanniques aient pris d'engagement formel quant à une intervention militaire en cas d'agression.

1908

Annexion formelle par l'Autriche-Hongrie de la Bosnie-Herzégovine, qu'elle administrait depuis 1878, provoquant une grave crise diplomatique avec la Russie.

1912-1913

Guerres balkaniques opposant d'abord la " ligue balkanique " (Serbie, Bulgarie, Grèce et Monténégro) à l'Empire ottoman - qui perd ses derniers territoires européens, à l'exception de la région d'Istanbul -, puis les vainqueurs entre eux. La Serbie sort renforcée de ces conflits en août 1913.

1914

28 juin

François-Ferdinand de Habsbourg, archiduc héritier d'Autriche-Hongrie, et son épouse, Sophie, sont assassinés à Sarajevo par un étudiant nationaliste serbe, Gavrilo Princip.

23 juillet

L'Autriche-Hongrie adresse un ultimatum à la Serbie en vue de se voir attribuer le droit d'enquêter dans le pays. La Serbie refuse ce qu'elle considère comme une ingérence autrichienne. Le 28 juillet, l'Autriche-Hongrie déclare la guerre à la Serbie.

30 juillet

La Russie, alliée de la Serbie, réplique par la mobilisation générale. L'Allemagne adresse des ultimatums à la France et à la Russie. Dans la nuit du 30 au 31, l'Autriche-Hongrie décrète à son tour la mobilisation générale.

31 juillet

A Paris, au café du Croissant, le dirigeant socialiste et fondateur de L'Humanité, Jean Jaurès, est assassiné par Raoul Villain, sympathisant de l'extrême droite nationaliste. Le lendemain, 1er août, la mobilisation générale est décrétée en Allemagne et en France. L'Allemagne déclare la guerre à la Russie.

(pourquoi ont ils tués Jaurés?)

3 août

L'Allemagne déclare la guerre à la France ; l'Italie reste neutre. Le 4 août, le Royaume-Uni, en réponse à la violation de la neutralité belge, déclare la guerre à l'Allemagne, suivie le 6 août par la Serbie.

une image, un symbole

Le tableau du peintre américain Albert Herter (1871-1950), Le Départ des poilus, août 1914, doit à son emplacement d'être devenu un enjeu de mémoire. Suspendu dans la gare de l'Est depuis le don de l'artiste en 1926 à la " France victorieuse ", il a connu de multiples accrochages et décrochages au gré des transformations de l'édifice.

Il a été retiré en 1948, selon la SNCF, à cause des dégradations causées par les fumées des locomotives. Il sera exposé de nouveau pour le cinquantenaire du conflit (1964), puis encore décroché. Ces disparitions suscitèrent des protestations, notamment des anciens combattants : " Il a été enlevé et remplacé par une affiche publicitaire vantant la qualité d'une marque de cigarette... certainement d'un revenu plus certain que la toile. Ainsi vont les choses et disparaissent les souvenirs d'une période qui vous a marqués ", lit-on dans l'Almanach du combattant 1963.

En 2006, le tableau disparaît une fois de plus du hall de la gare à l'occasion des travaux pour le TGV Est. A nouveau, le vide suscite l'émotion. L'écrivain Jean des Cars dénonce " une occultation de la mémoire ", et l'affaire est évoquée au Parlement. La SNCF rapatrie l'oeuvre en bonne place, où l'on peut encore la voir aujourd'hui.

Albert Herter donne une place centrale à l'idée courante d'un enthousiasme manifesté par " la fleur au fusil ", qui ne correspond pas au sentiment résigné de beaucoup. Mais, à bien regarder la toile, les attitudes graves, l'inquiétude et la tristesse semblent l'emporter parmi les familles ou les proches des soldats. Au-delà de son caractère illustratif, l'oeuvre participe aussi des deuils polymorphes de la Grande Guerre. Le peintre s'y est représenté tenant un bouquet de fleurs en bas à droite. Le tableau fut exécuté à la mémoire de son fils, Everit Albert Herter, artiste lui-même, mort des suites de ses blessures en 1918. Engagé volontaire, il appartenait à une section de camouflage de l'armée américaine

à suivre.....

Modifié par jackv

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les différents fronts et batailles pendant ces 4 années, généralités

En EUROPE

Belligérants A l’ouest, au nord

Belgique, Luxembourg, hollande, nord de l’Europe, France, Royaume uni, Allemagne :Troupes de ces pays et de leurs colonies. Puis troupes étatsuniennes (1917).

Batailles de la marne, Ypres, Somme, Verdun, Chemin des dames 2eme bataille de la Marne.

Belligérants Au sud

Italie, Serbie, Bulgarie, Roumanie, Grèce, France, Royaume uni, Troupes de ces pays et de leurs colonies Autiche Hongrie, royaume ottoman. Batailles de Caporetto, Dardanelles

Belligérants A l’Est

Pologne, Russie, Finlande, pays baltes, Allemagne, Autriche Hongrie, front de la mer du nord a la mer noire .Batailles : Tannenberg, Lemberg ,Görlitz

Belligérants Au moyen orient

Royaume uni et ses colonies, tribus arabes, royaume ottoman .Bataille de Kut et Bassora (Laurence d’Arabie)

En AFRIQUE

Belligérants en Afrique

France, royaume unie et leurs colonies, Allemagne, lieux des batailles, Togo, Cameroun, Sud-ouest africain, Afrique orientale allemande. Tous ces colonies allemandes étaient entourées par des colonie françaises ou britanniques.

En ASIE

Belligérants

France, chine, allemands : Batailles aux iles Mariannes, Nouvelle guinée, possessions allemandes du pacifique, Shandong

BATAILLES NAVALES

Pacifique,

Papeete : France/ Allemagne

Coronel (face au Chili) : Britanniques /allemands

Atlantique

Falkland : Britanniques /allemands

Funchal (face au Maroc) : Français, portugais, Britanniques /allemands

Cotes anglaises, torpillage du Lusitania

Cotes hollandaises Jutland : Britanniques /Allemands

Océan indien

Penang :Français , russes ,Allemands

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

l'avancée maximum des allemands vers Paris RN 16 avant luzarches a 22 KM de paris le 3 septembre 1914 1 mois après la déclaration.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le nombre des victimes humaines de la Première Guerre mondiale militaires et civiles s'élève à près de 40 millions de personnes : 19 millions de morts et 21 millions de blessés.

Ce nombre inclut 9,7 millions de morts pour les militaires et 8,8 millions pour les civils.

Les Alliés de la Première Guerre mondiale perdent plus de 5 millions de soldats

Les Empires centraux près de 4 millions.

La France est victorieuse mais meurtrie avec 1 315 000 soldats français décomptés morts soit 27 % des 18-27 ans, le deuxième taux le plus élevé après la Serbie

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

la chair a canon des empires coloniaux

Empire français

Au total, le nombre de tués est estimé à plus de 70 000 dont environ 36 000 Maghrébinset 30 000 « Sénégalais ».

Les taux de pertes, calculés par rapport aux nombres de combattants réellement engagés soit 450 000, sont de 16 % au total, 19 % pour les Maghrébins et 23 % pour les « Sénégalais »

Empire britannique

L'Empire britannique mobilise environ 1 300 000 hommes dans les Dominions, qui serviront en priorité sur le front français,(canada Australie....) et un peu plus de 1 400 000 aux Indes (dont environ 870 000 soldats). La grande différence est que les soldats coloniaux français servirent sur les fronts européens, en France et dans les Balkans,

Lles indiens servirent en très grande majorité au Moyen-Orient. Seul 12 % vinrent en France Les pertes indiennes sont estimées à 64 000 tués

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

LES ÉMIGRÉS et autres indigènes.

La guerre terminée, pour les décorations et les citations, les Tirailleurs nord-africains viennent, avec les Zouaves, juste après les deux régiments les plus décorés de l'armée française (le Régiment d'infanterie coloniale du Maroc et le Régiment de marche de la Légion étrangère)

Les tirailleurs nord-africains obtiennent plus de 20 % des plus hautes distinctions décernées (Drapeaux décorés de la Légion d'honneur ou de la Médaille militaire et fourragères rouges à la couleur de la Légion d'Honneur) alors que leurs effectifs au combat ne représentent à la fin de la guerre que 2 % du total des combattants

Les tirailleurs "sénégalais" aussi obtiennent des citations; parmi les tirailleurs d'Afrique noire, 11 bataillons, sur un total de 91 bataillons combattants constitués au cours de la guerre, ont obtenu la fourragère : le 43e bataillon de tirailleurs sénégalais obtient la fourragère aux couleurs de la médaille militaire pour ses 4 citations à l’ordre de l’armée, dont une citation pour la prise du Fort de Douaumont au sein du RICM; 8 bataillons de tirailleurs sénégalais, 1 bataillon de tirailleurs malgaches et le bataillon de tirailleurs somalis obtiennent la fourragère aux couleurs de la croix de guerre.

Modifié par jackv

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

la carte postale au dessus d’Amiens m'a fait penser à cette borne à la sortie de longueau vers Amiens qui marque l'avancée maximum des allemands lors de la bataille de la somme , ils ne penetrérent jamais dans Amiens qui fut cependant bombardé et canonné et qui devint un des plus grand hôpital militaire de la région .

(derrière c'est l'entrée de l'équipement et avant l'entrée du parc a combustible vapeur du 4 eme arrondissement MT)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

l'avancée maximum des allemands vers Paris RN 16 avant luzarches a 22 KM de paris le 3 septembre 1914 1 mois après la déclaration.

attachicon.gif22km.jpg

les allemands sont allés en forêt de Montmorency, au pied du fort de Montlignon qui avait les portes grandes ouvertes et moins de 20 gusgus quasi désarmés.

Les allemands ont cru à une ruse et se sont retirés prudemment alors qu'ils étaient aux portes de Paris.

La guerre aurait pu s'arrêter en octobre 1914 avec moins de 1000 morts.

Les allemands ont compris la leçon et en 1939, ils ne se sont pas fait avoir par de soit-disant ruses et connaissant la connerie de l'armée française, ont foncé vers l'Ouest, s'arrêtant à peine à Paris.

Modifié par 2D2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

les allemands sont allés en forêt de Montmorency, au pied du fort de Montlignon qui avait les portes grandes ouvertes et moins de 20 gusgus quasi désarmés.

Les allemands ont cru à une ruse et se sont retirés prudemment alors qu'ils étaient aux portes de Paris.

La guerre aurait pu s'arrêter en octobre 1914 avec moins de 1000 morts.

Les allemands ont compris la leçon et en 1939, ils ne se sont pas fait avoir par de soit-disant ruses et connaissant la connerie de l'armée française, ont foncé vers l'Ouest, s'arrêtant à peine à Paris.

je ne connaissais pas cette épisode , à vol d'oiseau il y a tout de même 12km 400 du fort de Domont à la borne sur la N16..les allemands n'avaient peut etre pas l’ordre de prendre le fort..discipline germanique

Modifié par jackv

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

31 juillet

A Paris, au café du Croissant, le dirigeant socialiste et fondateur de L'Humanité, Jean Jaurès, est assassiné par Raoul Villain, sympathisant de l'extrême droite nationaliste. Le lendemain, 1er août, la mobilisation générale est décrétée en Allemagne et en France. L'Allemagne déclare la guerre à la Russie.

(pourquoi ont ils tués Jaurés?)

Sur un autre forum http://1940lafrancecontinue.org/forum/viewtopic.php?t=1399, d'une façon générale, la "non-mort" de Jaurès n'aurait rien changé.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La première guerre mondiale dans la savoie tout juste Française. Les deux savoies sont rattachées à la zone de neutralité de l'ancien genevois. Ils est même stipulé dans certains traités que l'armée suisse peut intervenir en cas de violation de ce territoire.

Les savoyards participent pour autant à la guerre, les hommes garnissent principalement les régiments d'infanterie implantés sur le territoire des deux savoies ainsi qu'en servant dans les nombreux bataillons de chasseurs alpins des demies brigades de montagne.

Si ces territoires ne sont pas touchés par les dégâts de guerre, de nombreux hommes ( comme partout ailleurs ) perdrons la vie en participant aux plus grandes batailles. Les enfant et les femmes restées au pays fourniront un gros travail en participant à l'effort de guerre. Agriculture, et principalement l'industrie de l'armement ( ex: les aciéries d'Ugines ).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité 232S003

Merci Jackv d'avoir lancé ce post.

Effectivement, une association locale organise depuis l'année dernière ce genre de recherches ce qui permet de tirer des cartons ces bouts de papiers que l'on garde jalousement.

Petit hommage à tous les poilus de 14/18 de ceux de ma commune, dont une photo du GP sortie de l'oubli.

Gamin, ses souvenirs étaient évoqués, Verdun, les boches, ... & son livre du 140 RI qu'il lisait & relisait sans cesse.

LVDR avait consacré en son temps un n° spécial.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

les 2 premiers mois aout et début septembre..

Front d'Europe de l’Ouest

Liège (8-1914)Frontières (8-1914)Anvers (9-1914)

La bataille des Frontières désigne la toute première phase des combats de la Première Guerre mondiale sur le front Ouest en août 1914, juste après la mobilisation des différents belligérants. Comme il s'agit d'une expression française, le terme désigne la série d'affrontements entre les troupes allemandes et franco-britanniques le long des frontières franco-belge et franco-allemande, sur une période allant du 7 au 23 août 1914.

Elle comprend plusieurs zones de combats : d'une part en Haute-Alsace (batailles de Mulhouse et de Dornach), dans les Vosges (bataille du Donon, etc.) et sur le plateau lorrain (batailles de Morhange et de Sarrebourg) où les Allemands repoussent les offensives françaises, d'autre part dans l'Ardenne belge (bataille des Ardennes) et le sillon Sambre-et-Meuse (batailles de Charleroi et de Mons) où les Français, les Belges et les Britanniques sont enfoncés par l'offensive allemande.

« Dans l'ensemble, la manœuvre stratégique est terminée. Elle a eu pour objet et pour résultat de mettre le gros de nos forces au point qui pouvait être pour l'ennemi le plus sensible et de nous assurer en ce point la supériorité numérique. La parole est maintenant aux exécutants, qui ont à tirer parti de cette supériorité. La question est donc une question de valeur, valeur de commandement et valeur de troupe, et surtout une question de persévérance dans l'exécution. »

— Conclusion du télégramme du GQG au ministre de la Guerre, le 23 août

Pour la troupe, quand les officiers et sous-officiers perdent le contrôle de leurs hommes au cours des combats (fuyards et isolés) ou des marches (traînards et épuisés), c'est aux gendarmes de rétablir l'ordre : chaque armée, corps d'armée et division française dispose d'un détachement de police militaire appelée « prévôté ». Ces prévôtés regroupent environ 4 000 gendarmes en août 1914, qui ont pour mission d'assurer l'ordre aux carrefours et ponts, d'encadrer les colonnes en marche, de patrouiller pour regrouper les isolés et de surveiller les civils (parfois accusés d'espionnage). La menace du révolver du gendarme ou du peloton d'exécution improvisé est claire, donnant aux prévôtés une réputation de sévérité, de violence, voire d'arbitraire

le 2 septembre, Joffre ordonne d'ailleurs « de passer par les armes les fuyards ». La reprise en main après la retraite voit les « conseil de guerre spéciaux » (des cours martiales) procéder à plusieurs condamnations à mort pour « abandon de poste en présence de l'ennemi », mutilation volontaire ou tentative de passage à l'ennemi. La justice militaire a conservé la trace (les exécutions sommaires n'en ont pas laissé) de deux condamnations en août 1914 (tous deux fusillés) et de 76 en septembre (dont 65 sont exécutés)

pertes françaises :206 515 Français (20 253 tués, 78 468 blessés et 107 794 disparus) sur1 046 000 Français,70 000 Britanniques et 117 000 Belges

pertes allemandes:136 417 Allemands (18 662 morts, 89 202 blessés et 28 553 disparus sur 1 690 000 Allemands

http://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_des_Fronti%C3%A8res

Grande Retraite (9-1914) – Marne (9-1914)

La Grande Retraite ou Retraite de la Marne est le nom donné à la lente retraite, menée par les forces Alliées jusqu'à la Marne, suite à leur défaite contre les troupes de l'Empire allemand lors de la bataille de Mons le 23 août 1914. Les Alliés sont poursuivis par les Allemands, qui appliquent le plan Schlieffen

Après avoir retenu les Allemands par la ceinture fortifiée construite en avant de Liège, l'armée belge fait retraite vers l'importante place forte d'Anvers. Ils distraient 150 000 hommes de troupes allemandes en remportant sur eux une victoire tactique à Halen (bataille de la Gette)

Pendant ce temps, Les Alliés se retirent de Mons, dépassent Maubeuge (qui tombe le 7 septembre après le siège de la ville), et arrivent au Cateau.

Le 25 août, le commandant du IIe Corps britannique, ordonne à ses hommes de s'arrêter et de combattre au Cateau . Les Alliés établissent des positions défensives autour de la ville

Dans la matinée du 26 août, les Allemands lancent un assaut massif sur les positions britanniques. Les lignes Alliés ne sont conservées que par l'arrivée de la cavalerie française.

Sur les 40 000 Alliés ayant combattu au Cateau, 7 812 furent tués, capturés ou blessés.. Environ 2 600 hommes sont faits prisonniers,. Les Alliés perdent également 38 pièces d'artillerie.

Dans la nuit, les Alliés se retirent à Saint-Quentin

Avec cette retraite tout le long de la ligne de front, le commandant-en-chef des armées françaises, essaie de contenir l'avance allemande en contre-attaquant. Cette contre attaque est réalisée par la Ve Armée à la bataille de Guise.

Le 29 août, la Ve Armée française s'embusque sur la rive sud-est de l'Oise devant Guise avec la totalité de ses hommes.

La IIe armée allemande avec sa direction de marche vers le sud-ouest doit alors défiler devant lui sur une route parallèle à l'Oise.

Les allemands déjà au courant de la contre-attaque, grâce aux ordres retrouvés sur un officier capturé,

Sur l'aile gauche, l'attaque du 18e Corps français a pour résultat de lourdes pertes pour un succès limité.

L'avancée sur le côté droit est plus réussie les 10e et 3e Corps rejoints par le 1er Corps sur la profondeur du dispositif allemand vers Saint-Quentin

Le jour suivant, les Français décrochent durant la nuit et quittent les rives de l'Oise.

Guise est prise mais ses troupes allemandes perdent une journée.

la Ve armée française change définitivement sa route vers le sud-est. Les Français continuent à se retirer vers le Marne, les Allemands les suivant à distance.

Les Alliés arrivent finalement sur la Marne où ils prennent position pour défendre Paris, la première bataille de la Marne, qui a lieu du 5 au 10 septembre 1914. Cette bataille est un tournant majeur, elle prive les Allemands d'une victoire rapide.

Le commandant du Corps expéditionnaire britannique, commence à établir des plans pour une éventuelle retraite totale vers les ports de la Manche suivie par une évacuation immédiate des forces britanniques.

a suivre la 1ere bataille de la marne et les taxis de paris ...

Modifié par jackv

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sur un autre forum http://1940lafrancecontinue.org/forum/viewtopic.php?t=1399, d'une façon générale, la "non-mort" de Jaurès n'aurait rien changé.

surement il y avait des enjeux trop importants...économiques ,politiques et démographiques..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Sur un autre forum http://1940lafrancecontinue.org/forum/viewtopic.php?t=1399, d'une façon générale, la "non-mort" de Jaurès n'aurait rien changé.

Dans le même ordre d'idée, mon prof d'histoire de 2nde avait expliqué que la mort de l'archiduc d'Autriche n'avait pas changé grand-chose non plus.

Je ne me souviens plus de son argumentaire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

le plan Schlieffen tel qu'il était prévu par les allemands a 31 jours ils devaient être sur la somme et 37 jours à l'ouest au de la de l’Oise

il ressemble beaucoup au contournement de paris de la guerre précédente (1870)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

l’animation de la bataille de la marne

http://www.carto1418.fr/target/anim-marne.html

les cartes de la première bataille de la Marne

http://1914ancien.free.fr/mencarte.htm

les inflexions del'avance allemande par rapport au plan d'origine

Modifié par jackv

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

les taxis de la marne , paris/ crepy...(ligne k?)

Les 6 et 7 septembre 1914, sur ordre du général Gallieni, environ 600 taxis parisiens mais aussi quelques cars pouvant transporter 20 à 30 soldats sont réquisitionnés pour servir de moyen de transport aux fantassins de la 7e division d'infanterie.

Rassemblés aux Invalides, ces 600 véhicules partent au cours de la nuit en deux groupes (le premier, de 350 véhicules, part à 22 h et un autre de 250, à 23 h), direction Tremblay-lès-Gonesse (aujourd'hui Tremblay-en-France) puis Le Mesnil-Amelot.

Dans la journée du 7, pour des questions de logistique, ce convoi redescend sur Sevran-Livry tandis qu'un second convoi de 700 véhicules quitte les Invalides pour rejoindre Gagny.

Les taxis sont rassemblés à Gagny et Livry-Gargan pour charger les troupes. Les deux convois partent dans la nuit du 7 au 8 et sont à pied d'œuvre le 8 au matin aux portes de Nanteuil-le-Haudouin et de Silly-le-Long..

Cette opération permit d'acheminer environ 4 000 hommes, mais aucunement de renverser le cours de la Première bataille de la Marne, contrairement à une idée reçue.

En effet, le nombre de soldats transportés paraît dérisoire par rapport aux effectifs mobilisés pour la bataille, 150 000 hommes, la très grande majorité des troupes étant transportée en train .Les troupes transportées (104RI et 103Ri de la 7eme division d’infanterie) étaient des troupes « épuisées » ayant essuyé de lourdes pertes et avec une forte proportion de réservistes.

C'est d'ailleurs précisément pour cette raison qu'elles bénéficieront des taxis. Elles occuperont ensuite des positions défensives en seconde ligne,

Sur le plan militaire, la contribution des taxis est quasiment nulle

En revanche, cette manœuvre inédite dans son ampleur eut une réelle portée psychologique

Ces deux jours d'opérations, la distance parcourue varie entre 120 et 200 kilomètres, la somme au compteur pouvant atteindre 130 francs de l'époque, les chauffeurs touchèrent réglementairement 27 % du montant. L'opération coûta 70 102 francs au Trésor public

Après avoir déposé les soldats, les chauffeurs de taxi rentrent à Paris et sont payés d'après les indications portées au compteur, comme pour n'importe quelle course

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

petite apartée ( il n'y avait pas que des arabes et des noirs mais aussi des indochinois et des chinois qui travaillaient pour les armées)

Le cimetière chinois de Nolette est un cimetière situé le territoire de la commune française de Noyelles-sur-Mer où sont inhumés 849 travailleurs chinois.

La plupart travaillait au camp chinois de l'armée britannique situé sur la commune entre 1917 et 1919. Il s'agit du plus grand cimetière chinois de France et d'Europe.

Modifié par jackv

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dans le même ordre d'idée, mon prof d'histoire de 2nde avait expliqué que la mort de l'archiduc d'Autriche n'avait pas changé grand-chose non plus.

Je ne me souviens plus de son argumentaire.

non bien sur mais il faut souvent une "excuse" visible que le peuple peut comprendre facilement pour qu'il adhère...

autre exemple; le torpillage du " lusitania "pour l'entrée en guerre des états unis.... ils y seraient venus tout de même mais là cela permet d'entrainer les masses..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

1ere bataille de la marne

Le gouverneur militaire de Paris, le général Gallieni, prépare la défense de la ville. Il veut organiser les armées françaises et britanniques pour contrer l'avancée allemande. Gallieni reçoit le commandement du Corps expéditionnaire britannique.

Le plan de Joffre est simple : toutes les unités alliées contre-attaquent les Allemands sur la Marne

À midi, le 5 septembre, la bataille commence lorsque la VIe Armée française, , frappe le flanc de la Ire Armée allemande.

la Ire Armée allemande commet une grave erreur stratégique elle cherche à vaincre la VIe Armée française en orientant ses forces vers l'ouest pour la fixer pendant que des éléments, doivent l'envelopper par le nord.

Alors que la Ve Armée française se retire toujours vers le sud-est pour s'établir sur la Marne,la IIe Armée allemande ordonne à ses forces de la poursuivre et de l'anéantir.

7 septembre :

Ce faisant, il ouvre un espace de 50 km entre les Ire et IIe Armées allemandes sur son flanc droit. Du fait de cette imprudence, la trouée entre les Ire et IIe Armée allemande constitue une faiblesse grave.

Celle-ci est rapidement découverte par l'aviation d'observation alliée. Voyant une telle opportunité, le général Joffre lance à l'attaque la Ve Armée française ainsi que les trois corps d'infanterie et deux divisions de cavalerie du Corps expéditionnaire britannique. Ils s'engouffrent rapidement dans la trouée ouverte entre les armées allemandes pour menacer les flancs des deux armées avec toutes leurs forces.

Le chef d'état-major allemand entrevoit immédiatement les dangers auxquels doivent faire face ses armées. Ses subordonnés prennent le commandement des Ire et IIe Armées allemandes et leur ordonnent de se retirer jusqu'à l'Aisne afin de se regrouper. On raconte que Von Moltke est allé voir le Kaiser et lui a dit: « Votre Majesté, nous avons perdu la guerre. »

8 septembre :

Maubeuge est prise par les troupes allemandes.

9 septembre,

L’ensemble des troupes Britanniques rejoignent la bataille

10 septembre au 13 septembre :

Retraite générale des armées allemandes jusqu’à l’Aisne, la Vesle et la Suippe.

en bas les lignes les 6 et 7 septembre , en haut vers le 15

Les rôles sont à présent inversés et c'est au tour des Alliés de poursuivre la retraite allemande. Le prochain affrontement majeur aura lieu lors de la première bataille de l'Aisne, après quoi chaque camp creusera des tranchées dans lesquelles il s'enterrera pour les quatre années de combats à venir. Cette retraite allemande signifie l'abandon du plan Schlieffen.

La défaite de l'Armée allemande sur la Marne est décisive. Le plan consistant à vaincre rapidement la France avant de consacrer tous les efforts à la Russie n'a pas donnés les résultats escomptés, malgré les énormes moyens déployés. Certains historiens affirment que l'Empire allemand ne pouvait plus remporter la guerre après sa défaite lors de la première bataille de la Marne.

28 septembre :

Siège d'Anvers. Après la chute des deux ceintures fortifiées entourant la ville à distance, les troupes allemandes commencent l'attaque du noyau urbain.

Modifié par jackv

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


×
×
  • Créer...