Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Culture Ferroviaire


Invité Fabr

Messages recommandés

J'ai envie de dire: et alors, quoi de neuf sous le soleil?

Comment celà se fait il que des personnes, qui ne partagent pas la vision libérale dominante, arrivent aux conclusions qu'une forme de culture spécifique puisse nuire au transport Fret ?

Fabrice

Modifié par Fabr
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité JLChauvin

Comment celà se fait il que des personnes, qui ne partagent pas la vision libérale dominante, arrivent aux conclusions qu'une forme de culture spécifique puisse nuire au transport Fret ?

Fabrice

La culture de qui, des dirigeants ou des exécutants? Ce sont toujours les mêmes lieux communs éculés sur la soit-disant gréviculture cause de tous les maux, et je ne vois pas en quoi ce genre d'article fait avancer le smilblik. C'est quoi la solution, casser la SNCF? Désolé, c'est déjà fait... il va falloir trouver d'autres bouc-émissaires. Les politiques se sont toujours servis de la SNCF pour leur prestige mais ont très souvent oublié de payer la facture, et aujourd'hui que nous sommes au fond de l'impasse ces mêmes grands philosophes continuent à foncer dans le mur. On nous aurait menti?

Parce qu'on nous bassine avec le courage de la classe politique, des syndicats et des dirigeants de se donner les moyens de faire cette révolution, mais on oublie encore une fois les sacrifices énormes déjà supportés par les cheminots. Et puis quelle révolution, celle du dumping social surement? Qu'ils se rassurent, elle va finir par rattraper toutes les couches de la société!

Maintenant, si tu veux te lancer dans la culture ferroviaire, je suis prêt... mais tu en auras vite marre, si je me branche, on ne peut plus m'arrêter! controleursncf

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Comment celà se fait il que des personnes, qui ne partagent pas la vision libérale dominante, arrivent aux conclusions qu'une forme de culture spécifique puisse nuire au transport Fret ?

Fabrice

Blabla, bla, blabla bla méchant SNCF, affreux cheminots !

Sinon je suis heureux que le débat bouge enfin: la sncf a été trop en avance.

Pour preuve cette publicité de 1993 ( controleursncf que de temps perdu):

http://www.culturepub.fr/videos/sncf-fret-les-camions.html

C'était il y a +15 ans et à l'époque nos cheminots ne posaient pas tant de problèmes ?

Tant de temps perdu, cela ne laisse réveur et m'inquiété sur la facilité de manipuler l'opinion contre une catégorie de français.

NB: les investissements pour mettre les remorques des camions sur trains marchandises ont été faits il y a +15 ans, sans succès: ce serait bien d'enquéter pourquoi.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

La culture de qui, des dirigeants ou des exécutants? Ce sont toujours les mêmes lieux communs éculés sur la soit-disant gréviculture cause de tous les maux, et je ne vois pas en quoi ce genre d'article fait avancer le smilblik. C'est quoi la solution, casser la SNCF? Désolé, c'est déjà fait... il va falloir trouver d'autres bouc-émissaires. Les politiques se sont toujours servis de la SNCF pour leur prestige mais ont très souvent oublié de payer la facture, et aujourd'hui que nous sommes au fond de l'impasse ces mêmes grands philosophes continuent à foncer dans le mur. On nous aurait menti?

Parce qu'on nous bassine avec le courage de la classe politique, des syndicats et des dirigeants de se donner les moyens de faire cette révolution, mais on oublie encore une fois les sacrifices énormes déjà supportés par les cheminots. Et puis quelle révolution, celle du dumping social surement? Qu'ils se rassurent, elle va finir par rattraper toutes les couches de la société!

Maintenant, si tu veux te lancer dans la culture ferroviaire, je suis prêt... mais tu en auras vite marre, si je me branche, on ne peut plus m'arrêter! controleursncf

Aucune chance pour moi avec un tel connaisseur de LA culture Ferroviaire :blush: ..

Par contre permets moi d'être un tantinet plus optimiste, ou plus nuancé, que toi sur la vision générale des choses...mais tu commences à me cerner, hein, toujours un peu comme ça !!

Fabrice

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Blabla, bla, blabla bla méchant SNCF, affreux cheminots !

Sinon je suis heureux que le débat bouge enfin: la sncf a été trop en avance.

Pour preuve cette publicité de 1993 ( controleursncf que de temps perdu):

http://www.culturepub.fr/videos/sncf-fret-les-camions.html

C'était il y a +15 ans et à l'époque nos cheminots ne posaient pas tant de problèmes ?

Tant de temps perdu, cela ne laisse réveur et m'inquiété sur la facilité de manipuler l'opinion contre une catégorie de français.

NB: les investissements pour mettre les remorques des camions sur trains marchandises ont été faits il y a +15 ans, sans succès: ce serait bien d'enquéter pourquoi.

l'Article dénonce pour partie la greviculture, (et non les cheminots, le raccourci étant facile..)et occulte ( par meconnaissance ?) une grande part du POURQUOI de la situation, de la responsabilité, ou plutôt de "l'irresponsabilité" du haut encadrement ( comment faire bouger les choses d'une structure aussi lourde, aux négociations aussi laborieuses que multiples...).

Malheureusement, il reflete l'etat de l'opinion générale, et non les seules visées revanchardes (?) de la branche droite de la société. C'est qui lui permet de donner plus de crédit au propos tenus, à mon avis.

Devez vous alors crier à l'opinion "salauds de Français..." ?

Le souci vient aussi, entre autres, de l'accélération des mutations demandées au secteur de la Logistique. Les routiers ont saisi à l'époque leur interêt, avec des coûts bas issus de la dereglementation. Ils ont subit ou devront de nouveaux subir des hausses de charges sur le gas oil. Celà, ils l'ont particulièrement intégré...

Donc regain d'interêt pour le rail, mais avec leur organisation, qui s'impregnera de la "culture" ferroviaire. Et non l'inverse...

Fabrice

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

l'Article dénonce pour partie la greviculture, (et non les cheminots, le raccourci étant facile..)et occulte ( par meconnaissance ?) une grande part du POURQUOI de la situation, de la responsabilité, ou plutôt de "l'irresponsabilité" du haut encadrement ( comment faire bouger les choses d'une structure aussi lourde, aux négociations aussi laborieuses que multiples...).

il ne dénonce rien, il ne fait que ressasser toujours les mêmes antiennes qui, à force d'être répétées finissent pour certains par avoir valeur de vérité.

Dans les années 97-98, combien de trains calés par manque de personnel ou de machine, pas par les grèves ? rien à f... on répète en boucle gnagnagna les grèves ... ça me fatigue !

et puis je me demande, si seulement le haut encadrement n'avait rien fait bouger, peut-être qu'on aurait encore une SNCF aussi efficace qu'avant, parce qu'elle s'est bien mieux défendue avant que les Véron et consorts prennent le pouvoir pour justement y casser la culture ferroviaire !

Malheureusement, il reflete l'etat de l'opinion générale, et non les seules visées revanchardes (?) de la branche droite de la société. C'est qui lui permet de donner plus de crédit au propos tenus, à mon avis.

ou du moins ce qu'on veut faire croire que l'opinion pense. Avec la complicité de journalistes qui ont depuis longtemps oublié le reste de leur "objectivité" contre de bons salaires. Grève à la radio ? oui ça arrive ... des techniciens ou secrétaires, pas des journaleux !

Le souci vient aussi, entre autres, de l'accélération des mutations demandées au secteur de la Logistique. Les routiers ont saisi à l'époque leur interêt, avec des coûts bas issus de la dereglementation.

bas coûts obtenus pratiquement de la seule compression des salaires et l'aggravation des conditions de travail. Pas de quoi se vanter, d'autant que la compression des salaires qui accompagne l'augmentation des profits est à l'origine du grandiose succès actuel de l'économie libérale !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

il ne dénonce rien, il ne fait que ressasser toujours les mêmes antiennes qui, à force d'être répétées finissent pour certains par avoir valeur de vérité.

cela s'appelle de la propagande

Dans les années 97-98, combien de trains calés par manque de personnel ou de machine, pas par les grèves ? rien à f... on répète en boucle gnagnagna les grèves ... ça me fatigue !

Hélas, hélas, tu as mille fois raison; dans ces années, on misait un max pour l'activité...TER qui renaissait d'une mort annoncée et qui finalement assurait les traffic au TGV.

Le "marchandise" était dénigré en interne et surtout par tous les politiques qui préféraient la route.

et puis je me demande, si seulement le haut encadrement n'avait rien fait bouger, peut-être qu'on aurait encore une SNCF aussi efficace qu'avant, parce qu'elle s'est bien mieux défendue avant que les Véron et consorts prennent le pouvoir pour justement y casser la culture ferroviaire !

Oui si le haut encadrement en était resté au plan Toubol, sans détruire les strucutures locales, on pourrait encore espérer.

Maintenant c'est aux EF privées de prendre la relève là où on a abandonné bétement le terrain.

Mais attention, il faut se retrousser les manches pour chercher le client "route" et surtout, sortir des capitaux pour comme sur la pub SNCF de 1993, investir dans des chantiers couteux pour recréer le triage de l'avenir et mettre les remorques des camions sur des trains privés ECR, Veolia, etc...

Tiens, j'ai l'impression qu' aucune EF privée ne relèvera le défi ?

Pourtant elle est là la "croissance verte"

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

(...) Maintenant c'est aux EF privées de prendre la relève là où on a abandonné bétement le terrain.

C'est faux.... la SNCF n'a pas abandonné le terrain.... c'est les clients qui sont partis voir ailleurs!! La SNCF a juste multiplié par trois ses tarifs, mais elle était toujours prête à assurer le trafic...... Franchement, les clients abusent....

Tout délire mis à part, c'est vrai que le plan Véron a achevé les derniers espoirs du Fret... Entre assurer du trafic à n'importe quel prix (avant Toubol, vers 95/96), et larguer tout ce qui n'était pas un brin rentable, il y a une marge qu'il ne fallait pas franchir.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Les EF privées n'ont pas tout piqué , et ne peuvent tout traiter...

Elles n'ont que moins de 10 % du trafic .

Le fret ferroviaire est plus victime de son inorganisation, la pub citee plus haut revendique :

Fluide : c'est tellement vrai que les client ne savent pas quand ils vont etre livré ( ca arrive a

la SNCF et aux autres EF egalement ) Les trafics sont encore trop cahotiques

Rapide : la vitesse moyenne d'un train est toujours inferieure a celle du camion

Finalement ca fait 15 ans que les problemes sont connus , et que les avancées sont bien minces

La route a compris tres tot que tout axer sur le service est la bonne strategie

Le ferroviaire a encore ses chances , mais faut pas la laisser passer ce coup ci

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Les EF privées n'ont pas tout piqué , et ne peuvent tout traiter...

Elles n'ont que moins de 10 % du trafic .

Le fret ferroviaire est plus victime de son inorganisation, la pub citee plus haut revendique :

Fluide : c'est tellement vrai que les client ne savent pas quand ils vont etre livré ( ca arrive a

la SNCF et aux autres EF egalement ) Les trafics sont encore trop cahotiques

Rapide : la vitesse moyenne d'un train est toujours inferieure a celle du camion

Finalement ca fait 15 ans que les problemes sont connus , et que les avancées sont bien minces

La route a compris tres tot que tout axer sur le service est la bonne strategie

Le ferroviaire a encore ses chances , mais faut pas la laisser passer ce coup ci

Cà se tient, KM..... tu oublies juste de mentionner les sillons RFF qui sont sans cesse dégradés par l'infra, et çà s'en ressent sur l'acheminement des trains!! Cà conduit à des JS locs et conducteurs supplémentaires également, d'ou une dégradation financière des prix proposés aux clients. Comme RFF est seul maitre à bord pour ces fameux sillons, çà n'est pas près de changer.....

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le probleme des sillons n'est pas forcement lié a RFF.

Les EF ont pris ( SNCF comprise ) de mauvaises habitudes , plutot que de réserver les sillons annuellement

et de les rendrent si ils ne sont pas utilisés , tout le monde a pris l'habitude de rouler en Sillon de Derniere Minute ( SDM)

L'avantage : un coup de fil , et hop , le sillon est attribué .

Sauf que les travaux sont planifiés sur le graphique theorique des sillons vendus a l'année , puisque par principe

le SDM est rare et non planifiable .

Bilan : ca fait des trains qui partent a l'heure voulue , qui sont garé en attente de fin de travaux sur un garage en pleine brousse

ou qui attend a 500m du triage 2H et qui finalement n'arrivent pas a l'heure prévue .

Bref ce que tout le monde dénomme de " mauvais sillons " , alors qu'a la base c'est d'une mauvaise organisation dans les EF

y compris a la SNCF .

Modifié par km315
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Cà se tient, KM..... tu oublies juste de mentionner les sillons RFF qui sont sans cesse dégradés par l'infra, et çà s'en ressent sur l'acheminement des trains!! Cà conduit à des JS locs et conducteurs supplémentaires également, d'ou une dégradation financière des prix proposés aux clients. Comme RFF est seul maitre à bord pour ces fameux sillons, çà n'est pas près de changer.....

on a plus bossé sur les voies et les caténaires à l'époque où il y avait 50 % de trafic en plus. Les blancs travaux n'empêchaient pas de respecter des horaires prévus en conséquence. Et ces horaires étaient fixés à l'avance. Il était prévu suffisamment de FAC pour assurer la réserve en cas de besoin.

Comme quoi la culture ferroviaire avait du bon !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité JLChauvin

on a plus bossé sur les voies et les caténaires à l'époque où il y avait 50 % de trafic en plus. Les blancs travaux n'empêchaient pas de respecter des horaires prévus en conséquence. Et ces horaires étaient fixés à l'avance. Il était prévu suffisamment de FAC pour assurer la réserve en cas de besoin.

Comme quoi la culture ferroviaire avait du bon !

Je confirme, cette culture ferroviaire s'est perdue: il y avait plus de trains réguliers, plus de trains facultatifs, il y avait même des marches indéterminées, mais les travaux se faisaient quand même (et plutôt bien!). Et les installations étaient nettement moins pratiques qu'aujourd'hui: très peu d'IPCS, pas mal de lignes équipées de block manuel, des procédures de VUT assez lourdes....

Mais il y avait du monde sur le terrain, et surtout des agents circulations et des régulateurs très bien formés, disposant d'une grande expérience. Il y avait des réserves de conducteur quasi-polyvalents prêts à palier aux incidents, il y avait des machines de réserve. Il y avait des brigades de voies pour assurer l'entretien courant...

Bien sûr tout çà coutait trop cher, nos technocrates et leur zélotes sont passés par là, taillant dans le vif pour gratter trois francs/six sous, détruisant l'outil de production, sabrant vaillamment dans les formations, vidant les gares, vidant les triages, vidant les postes d'aiguillage, vidant les dépôts... tout çà sacrifié sur l'autel de "la rentabilité"!

Et maintenant, on voit le résultat: çà marche beaucoup moins bien! Mais bon, les vieux jetons comme nous radotent, c'est bien connu: il faut ÉVOLUER! Belle évolution, en effet...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

C'est l'eternelle course, JL, celle de diminuer les coûts humains pour les remplacer par des machines et sytémes.... Elle peut porter ( et porte par endroits ) une sévère atteinte à l'homme, et son mode organisationnel ( qui en l'occurence devrait aussi évoluer ?..)

Mais il faut observer aussi, parmi "l'intelligencia", une vision moins categorique de tout ceci et qu'il importe à chacun de concevoir la vision sociétale, de la faire sienne, à son niveau. Certains dirigeants de PME ne partagent absoluement pas "l'engouement" de tailler dans les effectifs....

On observe vraiment que les luttes concernent les gros groupes dematerialisés, les medias suivent, car 200 à 600 personnes "dehors", ça vend comme un crash Aérien.....

C'est oublier les petites structures, qui vivent en partenariat avec les grosses et qui subissent en silence...

Tout celà nous eloigne du chemin de fer, de sa culture... Je te crois sans problèmes pour le fonctionnement que tu decris, mais ce schéma était celui en adéquation avec la société de l'époque, et ses normes. Celles de maintenant imposent de nouvelles régles, car la SNCF ne peut se couper de la société, et faire son propre modèle...cependant il est trés important de se rappeller l'histoire, la culture, pour savoir ce qui a été le passé, et ce d'où l'on vient, car il y a toujours matière à reflexion, analyse et corrections...

Fabrice

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité necroshine

Je confirme, cette culture ferroviaire s'est perdue: il y avait plus de trains réguliers, plus de trains facultatifs, il y avait même des marches indéterminées, mais les travaux se faisaient quand même (et plutôt bien!). Et les installations étaient nettement moins pratiques qu'aujourd'hui: très peu d'IPCS, pas mal de lignes équipées de block manuel, des procédures de VUT assez lourdes....

Mais il y avait du monde sur le terrain, et surtout des agents circulations et des régulateurs très bien formés, disposant d'une grande expérience. Il y avait des réserves de conducteur quasi-polyvalents prêts à palier aux incidents, il y avait des machines de réserve. Il y avait des brigades de voies pour assurer l'entretien courant...

Bien sûr tout çà coutait trop cher, nos technocrates et leur zélotes sont passés par là, taillant dans le vif pour gratter trois francs/six sous, détruisant l'outil de production, sabrant vaillamment dans les formations, vidant les gares, vidant les triages, vidant les postes d'aiguillage, vidant les dépôts... tout çà sacrifié sur l'autel de "la rentabilité"!

Et maintenant, on voit le résultat: çà marche beaucoup moins bien! Mais bon, les vieux jetons comme nous radotent, c'est bien connu: il faut ÉVOLUER! Belle évolution, en effet...

J'aime ton discours JL lotrela

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité JLChauvin

C'est l'eternelle course, JL, celle de diminuer les coûts humains pour les remplacer par des machines et sytémes.... Elle peut porter ( et porte par endroits ) une sévère atteinte à l'homme, et son mode organisationnel ( qui en l'occurence devrait aussi évoluer ?..)

Mais il faut observer aussi, parmi "l'intelligencia", une vision moins categorique de tout ceci et qu'il importe à chacun de concevoir la vision sociétale, de la faire sienne, à son niveau. Certains dirigeants de PME ne partagent absoluement pas "l'engouement" de tailler dans les effectifs....

On observe vraiment que les luttes concernent les gros groupes dematerialisés, les medias suivent, car 200 à 600 personnes "dehors", ça vend comme un crash Aérien.....

C'est oublier les petites structures, qui vivent en partenariat avec les grosses et qui subissent en silence...

Tout celà nous eloigne du chemin de fer, de sa culture... Je te crois sans problèmes pour le fonctionnement que tu decris, mais ce schéma était celui en adéquation avec la société de l'époque, et ses normes. Celles de maintenant imposent de nouvelles régles, car la SNCF ne peut se couper de la société, et faire son propre modèle...cependant il est trés important de se rappeller l'histoire, la culture, pour savoir ce qui a été le passé, et ce d'où l'on vient, car il y a toujours matière à reflexion, analyse et corrections...

Fabrice

Mais Fabrice, le problème n'est plus celui de la "SNCF": il va falloir finir par intégrer le fait que la SNCF historique n'existe plus, elle à été démantelée, éclatée, sabordée par ses derniers Capitaines... elle est morte, il est de toutes façons trop tard pour elle.

Ceux qui voulaient sa mort on réussi leur coup au delà de toutes leurs espérances, mais ils n'ont pas compris et continuent à shooter dans sa dépouille! Il va falloir qu'ils se trouvent une autre victime, fini le bon temps ou l'on pouvait cracher sur ses salauds de nantis de "cheminots"... bientôt il n'y en aura plus, de "cheminots" SNCF, que des cheminots privés....

Le problème concerne, et vas de plus en plus concerner, le personnel des EF qui va hériter de cette situation pourrie.

Et puis la culture ferroviaire, franchement, les dirigeants des EF ( privées ou pas ) s'en contre-balancent tellement ils sont obnubilées par leur camemberts!

Il y a un tas de savoir, de savoir faire, de compétences et d'expérience inemployée qui tombent aux oubliettes de l'indifférence générale... et pas qu'au chemin de fer!

La culture ferroviaire existe pourtant, bien vivante, mais elle est rejetée par tout ces petits malins qui nous réinventent le fil à couper le beurre tout les jours! lotrela

Modifié par JLChauvin
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je confirme, cette culture ferroviaire s'est perdue: il y avait plus de trains réguliers, plus de trains facultatifs, il y avait même des marches indéterminées, mais les travaux se faisaient quand même (et plutôt bien!). Et les installations étaient nettement moins pratiques qu'aujourd'hui: très peu d'IPCS, pas mal de lignes équipées de block manuel, des procédures de VUT assez lourdes....

Mais il y avait du monde sur le terrain, et surtout des agents circulations et des régulateurs très bien formés, disposant d'une grande expérience. Il y avait des réserves de conducteur quasi-polyvalents prêts à palier aux incidents, il y avait des machines de réserve. Il y avait des brigades de voies pour assurer l'entretien courant...

Bien sûr tout çà coutait trop cher, nos technocrates et leur zélotes sont passés par là, taillant dans le vif pour gratter trois francs/six sous, détruisant l'outil de production, sabrant vaillamment dans les formations, vidant les gares, vidant les triages, vidant les postes d'aiguillage, vidant les dépôts... tout çà sacrifié sur l'autel de "la rentabilité"!

Et maintenant, on voit le résultat: çà marche beaucoup moins bien! Mais bon, les vieux jetons comme nous radotent, c'est bien connu: il faut ÉVOLUER! Belle évolution, en effet...

Le problème de la "rentabilité" est épidermique : on est pour ou contre.

Cela dit on peut se poser la question de ce que deviendrait une boîte qui, peut être, "marcherait" bien en ce qui concerne les circulations, travaux, polyvalence, etc... et perdrait des milliards et celle d'une boîte qui marche "moins bien" sur ces points de vue là mais gagne de l'argent... ???

Peut-on imaginer que si le résultat (trains à l'heure et circulant en sécurité) était nul, l'argent rentrerait quand même ??? Moi je ne le crois pas.

Certes, les choses sont plus compliquées qu'hier mais... les trains sont pleins ! Et ça, je regrette de devoir le dire, mais cela n'a pas toujours été le cas...

Alors quelle est la finalité ??? Faire rouler parfaitement avec du personnel parfait dans des conditions parfaites des trains vides ??? Ou, comme aujourd'hui, transporter un maximum de personnes ? Dans des conditions discutables pour les trains subventionnés on est bien d'accord : c'est là qu'il faudrait y aller mais bizarrement c'est là qu'il n'y a pas assez d'argent... lotrela

Je n'ai pas connu la Sncf d'il y a 20 ans. Je suis là depuis 11 ans seulement et ce que je vois c'est ce que je décris plus haut : des trains "commerciaux" qui marchent du feu de Dieu (que penser alors des décisions des "petits malins" ?) ; des trains "quotidiens" qui s'améliorent pour ce qui concerne Ter (et il reste du boulot...) et restent à améliorer pour Transilien. Un problème de fric quoi... donc de rentabilité...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Certes, les choses sont plus compliquées qu'hier mais... les trains sont pleins ! Et ça, je regrette de devoir le dire, mais cela n'a pas toujours été le cas...

Alors quelle est la finalité ??? Faire rouler parfaitement avec du personnel parfait dans des conditions parfaites des trains vides ??? Ou, comme aujourd'hui, transporter un maximum de personnes ? Dans des conditions discutables pour les trains subventionnés on est bien d'accord : c'est là qu'il faudrait y aller mais bizarrement c'est là qu'il n'y a pas assez d'argent... lotrela

. Un problème de fric quoi... donc de rentabilité...

J'ai connu le train 54 (Lyon Paris) quadruplé en période de pointe ! Seul le 12054 était à moitié plein, les 54, 10054 et 11054 circulaient avec des voyageurs debout. J'ai eu droit plus qu'à mon tour au 51 Paris-Valence sans une place assise avant Dijon. Même l'autorail Dijon-Le Creusot relevant le 15 à Dijon avec 5 mn de correspondance était plein. Et on avait un Le Creusot-Chalon avec 5 mn de correspondance à Chagny. Du grand art !

Qu'on ne vienne pas raconter qu'avant que les "commerciaux" apprennent aux cheminots comment il fallait faire, ces abrutis s'amusaient à faire circuler au graphique des trains vides parce qu'inutiles !

De l'électrification à la définition des superbes Jacquemin, en passant pas les DEV, les UIC et les Corail, les Capitole, Aquitaine, Etendart, Kléber, les Paris-Lille avec téléphone à bord, l'accélération systématique des marches de rames de 15 caisses, les RGP, les EAD, il y en a eu des choses de faites dans un contexte où tout n'était pas soumis à la loi d'un marché dont le but est uniquement l'enrichissement de quelques-uns.

La preuve : comment le marché fête joyeusement l'annonce d'un plan social en faisant remonter l'action du groupe concerné, ou comment le marché se débarrasse des actions d'une boîte victime d'un accident qui coûtera cher à réparer (Eurotunnel par exemple)

Modifié par 5121
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

J'ai connu le train 54 (Lyon Paris) quadruplé en période de pointe ! Seul le 12054 était à moitié plein, les 54, 10054 et 11054 circulaient avec des voyageurs debout. J'ai eu droit plus qu'à mon tour au 51 Paris-Valence sans une place assise avant Dijon. Même l'autorail Dijon-Le Creusot relevant le 15 à Dijon avec 5 mn de correspondance était plein. Et on avait un Le Creusot-Chalon avec 5 mn de correspondance à Chagny. Du grand art !

Qu'on ne vienne pas raconter qu'avant que les "commerciaux" apprennent aux cheminots comment il fallait faire, ces abrutis s'amusaient à faire circuler au graphique des trains vides parce qu'inutiles !

De l'électrification à la définition des superbes Jacquemin, en passant pas les DEV, les UIC et les Corail, les Capitole, Aquitaine, Etendart, Kléber, les Paris-Lille avec téléphone à bord, l'accélération systématique des marches de rames de 15 caisses, les RGP, les EAD, il y en a eu des choses de faites dans un contexte où tout n'était pas soumis à la loi d'un marché dont le but est uniquement l'enrichissement de quelques-uns.

La preuve : comment le marché fête joyeusement l'annonce d'un plan social en faisant remonter l'action du groupe concerné, ou comment le marché se débarrasse des actions d'une boîte victime d'un accident qui coûtera cher à réparer (Eurotunnel par exemple)

Ce que tu as pu connaître est une chose, certaines périodes de la Sncf en sont une autre : en l'occurence nous n'avons pas toujours fait le choix du "transport de volume". Et des trains chers et vides cela a existé. C'est ainsi, ne t'en déplaise.

Quand à la phrase que j'ai mise en gras : je suis curieuse de connaître quels sont les "quelques-uns" qui se sont enrichis à la Sncf par rapport à ce que tu cites auparavant comme réussites technologiques... de l'époque ! ???

Ce serait bien de ne pas tout mélanger...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Quand à la phrase que j'ai mise en gras : je suis curieuse de connaître quels sont les "quelques-uns" qui se sont enrichis à la Sncf par rapport à ce que tu cites auparavant comme réussites technologiques... de l'époque ! ???

Ce serait bien de ne pas tout mélanger...

ce n'est pas moi qui mélange ... les dites réussites techonologiques ont été faites JUSTEMENT quand la loi du marché n'imposait pas la médiocrité déguisée sous le vocable de rentabilité.

Ceux qui s'enrichissent sont ceux qui MAINTENANT spéculent sur cette financiarisation

et bien sûr qu'il y a aussi eu des trains vides ... quelle question !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 4 mois plus tard...

Le probleme des sillons n'est pas forcement lié a RFF.

Les EF ont pris ( SNCF comprise ) de mauvaises habitudes , plutot que de réserver les sillons annuellement

et de les rendrent si ils ne sont pas utilisés , tout le monde a pris l'habitude de rouler en Sillon de Derniere Minute ( SDM)

L'avantage : un coup de fil , et hop , le sillon est attribué .

Sauf que les travaux sont planifiés sur le graphique theorique des sillons vendus a l'année , puisque par principe

le SDM est rare et non planifiable .

Bilan : ca fait des trains qui partent a l'heure voulue , qui sont garé en attente de fin de travaux sur un garage en pleine brousse

ou qui attend a 500m du triage 2H et qui finalement n'arrivent pas a l'heure prévue .

Bref ce que tout le monde dénomme de " mauvais sillons " , alors qu'a la base c'est d'une mauvaise organisation dans les EF

y compris a la SNCF .

Désolé Km 315, mais je pense que tu te plantes quand même pas mal...

A qui demande-t-on les sillons ? A RFF. Qui nous répond ? RFF. Alors si, le problème des sillons est quand même bien lié à RFF...

Tout le monde n'a pas pris l'habitude de rouler en SDM. Les EF autres, peut être, mais la SNCF, non. Comme toutes les EF ou autres candidats autorisés d'ailleurs, elle doit demander ses sillons fin mars/début avril pour le service suivant. Et elle le fait... Sous peine de tomber dans le résiduel, et le résiduel, par les temps qui courrent, y a plus grand'chose qui reste...

En outre, ce n'est pas annuellement qu'elle souhaiterait demander ses sillons, mais plutôt sur 2 ou 3 ans... Chose qui n'est actuellement pas permis par... RFF...

Le SDM sur un coup de fil, alors là, tu rêves un peu... En théorie, tu dois bien savoir que nous n'avons pas le droit d'appeler RFF. L'inverse non plus d'ailleurs puisque j'ai eu suffisament de remarques pour laisser mon numéro de téléphone sur mes demandes. Ce que je continue à faire et cela rend bien des services. A moi bien sûr, et à l'horairiste qui ne travaillera pas pour rien si il se pose des questions sur ma demande.

Les travaux sont prévus au graphique dis-tu... Certainement. Mais la réponse, elle, n'en tient pas toujours compte. Regardes les réponses pour 2010, elles sont pleines de trous... Et ce n'est pas RFF qui les comblera si on ne le leur demande pas. Et c'est à nous d'identifier les causes de non tracé.

Le SDM n'est pas rare et il est planifiable d'une manière bien plus sûre qu'un sillon demandé à RFF. Pour la bonne raison qu'il est tracé sur un graphique exact et pas bourré de sillon qui ne circuleront pas dans la réalité...

Ceci dit, le SDM ne t'empêchera pas d'attendre 2 heures à 500 mètres de ta destination...

A+

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ce que tu as pu connaître est une chose, certaines périodes de la Sncf en sont une autre : en l'occurence nous n'avons pas toujours fait le choix du "transport de volume". Et des trains chers et vides cela a existé. C'est ainsi, ne t'en déplaise.

Quand à la phrase que j'ai mise en gras : je suis curieuse de connaître quels sont les "quelques-uns" qui se sont enrichis à la Sncf par rapport à ce que tu cites auparavant comme réussites technologiques... de l'époque ! ???

Ce serait bien de ne pas tout mélanger...

Bien dit :Smiley_48:

garcimore

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...

L'extension "AdBlock" anti-pub... on en parle ?

Vous avez installé un outil pour bloquer la publicité sur internet...hors c'est la publicité qui permet à cheminots.net d'exister et de vous permettre d'avoir la meilleure expérience utilisateur possible.

Alors pourquoi ne pas désactiver votre bloqueur de pub pour ce site et ainsi participer à sa pérennité ?

Si vous ne souhaitez pas désactiver Adblock, vous pouvez quand même accéder au site,
et on vous souhaite une bonne visite !

 

Comment désactiver Adblock pour cheminots.net ?

Repérez l'icône Adblock sur votre navigateur internet (Mozilla Firefox, Google Chrome etc.). 
Généralement elle se situe à droite de la barre d'adresse, ou tout en bas à droite de la fenêtre.
adblock.png.b5362a440eebda16ea382664cb9b629f.png

Cliquez sur l'icône puis.. (en fonction du navigateur) :

Mozilla Firefox 
Cliquez sur « Désactiver partout ».

Google Chrome et autres 
Cliquez sur « Ne rien bloquer sur les pages de ce domaine » ou décochez « Activé pour ce site ».

 

Si je n'arrive pas à désactiver Adblock...

Si vous ne trouvez pas le bouton Adblock ou si vous n'arrivez pas à désactiver Adblock, vous pouvez essayer de désinstaller complètement le logiciel dans les options de votre navigateur web:

Mozilla Firefox 
Cliquez sur Firefox, puis Modules complémentaires. Dans Extensions, désactivez/désinstallez Adblock.

Google Chrome 
Cliquez sur la clé à outil en haut à droite, puis Outils et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

Apple Safari 
Cliquez Safari, puis Préférences et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

 

FREEBOX
Se connecter à l’interface de gestion mafreebox.freebox.fr puis « Connexion Internet > Configuration > Blocage de la publicité »
Désactiver l’option et cliquer sur Modifier.

Antivirus
Certains antivirus bloquent les bannières, essayez en le désactivant. Si c'est lui qui bloque les pubs, vous pouvez désactiver cette fonctionnalité, ou mettre le site cheminots.net en liste blanche.