Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Dix-huit ans de réclusion pour le cheminot


Roukmoute

Messages recommandés

Jean-Philippe Koessler, 43 ans, a été condamné hier à 18 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises du Bas-Rhin pour le meurtre de son épouse Michèle en février 2007.

L'accusé a-t-il, comme il n'a cessé de le clamer tout au long des trois jours de procès, cédé à un coup de colère lorsqu'il a saisi son épouse au cou ? « J'étais irrité, j'ai commencé à bouillir », avait-il indiqué lundi, lors de son premier face à face avec le président Jérôme Bensussan. Hier, son avocat a comparé « l'explosion momentanée » de Jean-Philippe Koessler à « un barrage qui contient une certaine quantité d'eau » et qui finit par lâcher.

Pour Me Dominique Bergmann, si rien ne saurait justifier le crime de son client, des éléments doivent néanmoins être pris en considération.

« Chronique d'une mort annoncée »

A l'époque du drame, Jean-Philippe Koessler subissait un important stress professionnel lié à sa formation de conducteur TGV et ICE (l'équivalent allemand des TGV). Et la séparation d'avec son épouse se passait mal, notamment au sujet de la garde de leurs deux enfants.

L'avocate générale Annyvonne Balança démonte cette thèse du « geste de colère impulsif » qui aurait poussé l'accusé à étrangler son épouse dans le sous-sol de la maison de Wilwisheim, au soir du 25 février 2007, puis de projeter son corps sous un train, à Dettwiller. Pour la représentante du ministère public, il était « déterminé » à supprimer son épouse « depuis longtemps ».

Me Francis Metzger parle même de la « chronique d'une mort annoncée ». « Jean-Philippe Koessler est entré dans la vie de Michèle et de ses enfants avec l'oeil du prédateur, tonne l'avocat de la famille de la victime. Ce qui va l'intéresser, c'est la fille de celle qui croyait en lui. La robe de mariée est à peine commandée qu'il va utiliser le lit conjugal pour imposer des relations sexuelles à la fille de Michèle. C'est le comble de l'abjection comportementale. »

Deux familles

déchirées

Quant au mobile du meurtre, il est à chercher, selon la partie civile et l'accusation, dans le refus d'un divorce où il aurait eu à assumer l'image du beau-père incestueux. Un élément qui aurait à coup sûr mis à mal la garde alternée qu'il dictait à Michèle depuis la séparation de septembre 2006.

Après trois heures de délibéré, les jurés ont reconnu Jean-Philippe coupable du meurtre de sa conjointe et lui ont infligé une peine de 18 années de réclusion criminelle.

DNA d'aujourd'hui.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pas trop d'accord avec ton titre Rouk'...

C'est un fait divers dont l'auteur est un cheminot, certes, mais cela n'a rien à voir avec son métier...

Je précise ma pensée : le stress que tu peux connaître dans ta vie professionnelle ne peut pas être mis en parallèle avec le fait de tuer quelqu'un (ou alors un chef ??? oups pardon). Je ne parle pas de l'inceste parce que je ne connais pas l'histoire...

Modifié par assouan
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pas trop d'accord avec ton titre Rouk'...

C'est un fait divers dont l'auteur est un cheminot, certes, mais cela n'a rien à voir avec son métier...

Je précise ma pensée : le stress que tu peux connaître dans ta vie professionnelle ne peut pas être mis en parallèle avec le fait de tuer quelqu'un (ou alors un chef ??? oups pardon). Je ne parle pas de l'inceste parce que je ne connais pas l'histoire...

Des exams, tout le monde en passe, que ce soit un exam TGViste, du permis de conduire, du BAC ou de ce qu'on veut, le stress est là et pour autant tout le monde ne se met pas à violer sa fille et étrangler sa femme pour évacuer le stress.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pas trop d'accord avec ton titre Rouk'...

C'est un fait divers dont l'auteur est un cheminot, certes, mais cela n'a rien à voir avec son métier...

C'était le titre du journal. Rien n'est de moi dans ce topic. :blush:

Et pour sa défense, ce fait divers avait un peu fait "halluciner" à l'époque : le cheminot qui pose le cadavre de sa femme sur les voies pour faire croire à un suicide. Et là, on voit mieux la corrélation accident de personne ferroviaire et cheminot à mon sens.

Modifié par Roukmoute
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

C'était le titre du journal. Rien n'est de moi dans ce topic. :blush:

Et pour sa défense, ce fait divers avait un peu fait "halluciner" à l'époque : le cheminot qui pose le cadavre de sa femme sur les voies pour faire croire à un suicide. Et là, on voit mieux la corrélation accident de personne ferroviaire et cheminot à mon sens.

Alors je corrige : pas trop d'accord avec le titre du journal :)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pas trop d'accord avec ton titre Rouk'...

C'est un fait divers dont l'auteur est un cheminot, certes, mais cela n'a rien à voir avec son métier...

Je précise ma pensée : le stress que tu peux connaître dans ta vie professionnelle ne peut pas être mis en parallèle avec le fait de tuer quelqu'un (ou alors un chef ??? oups pardon). Je ne parle pas de l'inceste parce que je ne connais pas l'histoire...

Ou avec certains formateurs

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

D'ailleurs je connaissais très bien Jean Philippe, nous avions fait des formations ensemble !

De bons souvenirs.

Et son épouse travaillait à l'agence famille !

@+ Marc

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

D'ailleurs je connaissais très bien Jean Philippe, nous avions fait des formations ensemble !

De bons souvenirs.

Et son épouse travaillait à l'agence famille !

@+ Marc

Combien de vies détruites ... Qu'il est difficile de juger :blush:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Salut à tous

Surtout ne pas juger, ce n'est pas notre rôle, faire des commentaires peut être, mais nous ne sommes en rien apte à juger.

Je parlais de ceux qui ont condamné ... et notamment des jurés qui ne sont pas a priori différents de nous ...

Modifié par michael02
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je parlais de ceux qui ont condamné ... et notamment des jurés qui ne sont pas a priori différents de nous ...

Je n'avais pas compris la chose comme cela ( mais à l'coule pas okok )

Les jurés ne sont pas très différents de nous, mais eux ont été choisis justement pour juger lotrela

C'est un peu comme un de nos collègue ( un bon ) qui a mis fin à sa vie il y quelques jours, ces jours ci beaucoups trop de monde jugent son acte. Perso, ça me fou les boule, plutôt que de juger, on aurait mieux fait de s'en occuper avant et de l'entourer dans ses difficultés. ( "on" = moi y compris )

okok

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je n'avais pas compris la chose comme cela ( mais à l'coule pas okok )

Les jurés ne sont pas très différents de nous, mais eux ont été choisis justement pour juger lotrela

C'est un peu comme un de nos collègue ( un bon ) qui a mis fin à sa vie il y quelques jours, ces jours ci beaucoups trop de monde jugent son acte. Perso, ça me fou les boule, plutôt que de juger, on aurait mieux fait de s'en occuper avant et de l'entourer dans ses difficultés. ( "on" = moi y compris )

okok

Avant, on ne sait pas... après il arrive qu'on regrette de n'avoir rien vu venir ...

C'était peut être aussi la volonté de celui qui à qui c'est arrivé de ne pas alerter .

Mais de là à juger il y a un monde

Modifié par michael02
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Avant, on ne sait pas... après il arrive qu'on regrette de n'avoir rien vu venir ...

C'était peut être aussi la volonté de celui qui à qui c'est arrivé de ne pas alerter .

Certainement okok

Comme quoi l'être humain est et restera imprevisible, surtout quand il est pousé dans ses derniers retranchements. okok

Et quand je vois actuellement la mode de mettre la pression sur les gens pour un oui ou pour un non, il y a vraiment des inconcients.

Certains trouvent ces actes sans excuses, mais au départ, il n'y a pas de fumée sans feu.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Et quand je vois actuellement la mode de mettre la pression sur les gens pour un oui ou pour un non, il y a vraiment des inconcients.

Certains trouvent ces actes sans excuses, mais au départ, il n'y a pas de fumée sans feu.

C'est ce qui me choque particulièrement, et, de plus, je hais cet article du Code de Procédure Pénale qui érige les jurés en juges suprêmes sans qu'ils aient à s'appuyer sur des preuves...

Article 353

Avant que la cour d'assises se retire, le président donne lecture de l'instruction suivante, qui est, en outre, affichée en gros caractères, dans le lieu le plus apparent de la chambre des délibérations :

" La loi ne demande pas compte aux juges des moyens par lesquels ils se sont convaincus, elle ne leur prescrit pas de règles desquelles ils doivent faire particulièrement dépendre la plénitude et la suffisance d'une preuve ; elle leur prescrit de s'interroger eux-mêmes dans le silence et le recueillement et de chercher, dans la sincérité de leur conscience, quelle impression ont faite, sur leur raison, les preuves rapportées contre l'accusé, et les moyens de sa défense. La loi ne leur fait que cette seule question, qui renferme toute la mesure de leurs devoirs : " Avez-vous une intime conviction ? ""

Modifié par michael02
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ce que l'on appelle preuves ne sont en fait que des pièces à conviction.

Si tous les jugements étaient rendus sur des preuves, il n'y aurait jamais d'erreurs judiciaires.

Et les jurés ne condamnent pas, ils délibèrent simplement pour définir si une personne mise en examen est coupable ou non. Ensuite les juges déterminent la peine et prononcent la sentence.

Et pour avoir été témoin de la défense en cours d'assises, je peux vous dire que les jurés n'ont pas une tâche facile, et que tous les débats sont dirigés et orientés par le président du tribunal qui orientent les débats comme bon lui semble. Ca se rapproche parfois de la manipulation.

Pour le cas dont je parle, le Président a prévenu les jurés avant les délibérations :"Vous allez déterminer si l'accusé est coupable ou non. S'il est déclaré non coupable, nous avons perdu 3 jours" (l'accusation avait retenu le chef d'accusation d'homicide volontaire, si l'accusé était déclaré non coupable, il s'agissait d'un homicide involontaire, qui ne peut être jugé en cour d'assises, mais en tribunal correctionnel, et dans ce cas, non seulement le tribunal était incompétent mais en plus les faits étaient prescrits).

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ce que l'on appelle preuves ne sont en fait que des pièces à conviction.

Si tous les jugements étaient rendus sur des preuves, il n'y aurait jamais d'erreurs judiciaires.

Et les jurés ne condamnent pas, ils délibèrent simplement pour définir si une personne mise en examen est coupable ou non. Ensuite les juges déterminent la peine et prononcent la sentence.

Et pour avoir été témoin de la défense en cours d'assises, je peux vous dire que les jurés n'ont pas une tâche facile, et que tous les débats sont dirigés et orientés par le président du tribunal qui orientent les débats comme bon lui semble. Ca se rapproche parfois de la manipulation.

Pour le cas dont je parle, le Président a prévenu les jurés avant les délibérations :"Vous allez déterminer si l'accusé est coupable ou non. S'il est déclaré non coupable, nous avons perdu 3 jours" (l'accusation avait retenu le chef d'accusation d'homicide volontaire, si l'accusé était déclaré non coupable, il s'agissait d'un homicide involontaire, qui ne peut être jugé en cour d'assises, mais en tribunal correctionnel, et dans ce cas, non seulement le tribunal était incompétent mais en plus les faits étaient prescrits).

Pour ceux que le sujet intéresse : justice et affaires criminelles

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...

L'extension "AdBlock" anti-pub... on en parle ?

Vous avez installé un outil pour bloquer la publicité sur internet...hors c'est la publicité qui permet à cheminots.net d'exister et de vous permettre d'avoir la meilleure expérience utilisateur possible.

Alors pourquoi ne pas désactiver votre bloqueur de pub pour ce site et ainsi participer à sa pérennité ?

Si vous ne souhaitez pas désactiver Adblock, vous pouvez quand même accéder au site,
et on vous souhaite une bonne visite !

 

Comment désactiver Adblock pour cheminots.net ?

Repérez l'icône Adblock sur votre navigateur internet (Mozilla Firefox, Google Chrome etc.). 
Généralement elle se situe à droite de la barre d'adresse, ou tout en bas à droite de la fenêtre.
adblock.png.b5362a440eebda16ea382664cb9b629f.png

Cliquez sur l'icône puis.. (en fonction du navigateur) :

Mozilla Firefox 
Cliquez sur « Désactiver partout ».

Google Chrome et autres 
Cliquez sur « Ne rien bloquer sur les pages de ce domaine » ou décochez « Activé pour ce site ».

 

Si je n'arrive pas à désactiver Adblock...

Si vous ne trouvez pas le bouton Adblock ou si vous n'arrivez pas à désactiver Adblock, vous pouvez essayer de désinstaller complètement le logiciel dans les options de votre navigateur web:

Mozilla Firefox 
Cliquez sur Firefox, puis Modules complémentaires. Dans Extensions, désactivez/désinstallez Adblock.

Google Chrome 
Cliquez sur la clé à outil en haut à droite, puis Outils et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

Apple Safari 
Cliquez Safari, puis Préférences et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

 

FREEBOX
Se connecter à l’interface de gestion mafreebox.freebox.fr puis « Connexion Internet > Configuration > Blocage de la publicité »
Désactiver l’option et cliquer sur Modifier.

Antivirus
Certains antivirus bloquent les bannières, essayez en le désactivant. Si c'est lui qui bloque les pubs, vous pouvez désactiver cette fonctionnalité, ou mettre le site cheminots.net en liste blanche.