Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Les effets dévastateurs de la représentativité


Messages recommandés

Depuis les élections professionnelles seuls 4 syndicats sont considérés comme représentatif par la SNCF car ils ont satisfait aux critères de la loi ( plus de 10% ) initié par deux des 4 OS. Les choses auraient pu en rester là, et les relations entre les OS représentatives et celles qui ne le sont pas, continuer comme avant en interfédérales.

Mais non, 3 des 4 OS représentatives décident d'élargir une règle de représentativité au bureau du CCE à tous les bureau des CER : pour pouvoir être dans un bureau de CER il ne faut pas simplement avoir des élus mais aussi passer la barre des 20% si l'on n'est pas reconnu représentatif nationalement. La quatrième OS non présente lors de cette négociation signe quand même cet accord de fonctionnement CE/CCE/CHSCT pour ne pas être écarté des responsabilité dans ces trois instances.

Cela créé de la tension avec les OS évincés des responsabilités, alors qu'elles ont des élus, et aurait pu s'apaiser dans les actions unitaires à venir. Mais non, ce n'est pas assez pour ceux qui ne veulent maintenant travailler qu'avec les OS représentatives.

Une OS représentative invite TOUTES les fédérations à une interfédérale ASCT: dès le début de la réunion 2 OS représentatives demandent pourquoi 2 OS non représentatives sont présentes et refusent de décider quoi que ce soit avec elles. Une altercation suit cette prise de position, puis une des deux OS non représentatives accuse l'OS représentative invitante de double langage à cause de sa signature sur l'accord CE/CCE/CHSCT. Après cette nouvelle altercation les deux OS non représentatives s'en vont pour sortir un tract dénonçant les 4 autres.

Maintenant les eux OS représentatives à l'origine de la première altercation s'en prennent à l'OS invitante parce qu'elle a invité des non représentatifs, et la réunion se barre en couille, rien n'est décidé.

Conclusion l'unité est une dure lutte surtout quand certains défendent leur pré carré syndical qui leur assure une rente de situation.

Pour consulter le tract de dénonciation : http://www.cheminots.net/forum/index.php?showtopic=19305

Pour suivre l'étrange revirement d'une des OS représentative, un article d'un militant d'une des OS non représentative passé à une des autres OS représentative ( à lire dans l'ordre ) :

http://www.miroirsocial.com/actualite/cftc...rise-de-la-sncf

et aussi là :

http://www.miroirsocial.com/actualite/sncf...roche-de-la-cgt

Et pour finir le bordel annoncé issu des recours en justice : http://www.miroirsocial.com/actualite/sncf...cftc-et-fo-cftc

Moi je dis : trop fort Sarkozy ! en validant par la loi la position commune CGT/CFDT/MEDEF il à réussi à semer la zizanie entre les OS et à briser les vrais processus unitaire de manière durable avec ce poison de la représentativité.

Question : comme il ne faut rien attendre des structures qui vivent de la manne syndicale et défende leur intérêt de boutique, le sursaut salvateur ne peux venir que la base adhérente qui doit les obliger à arrêter leurs conneries contraires aux intérêts des salariés. On leur secoue le cul ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 80
  • Création
  • Dernière réponse

Les plus actifs dans ce sujet

Les plus actifs dans ce sujet

Comment peut on sérieusement envisager une unité efficace lorsque, alliées aux MEDEF ( + CGPME mais sans les artisans de l'UPA) et au gouvernement, deux OS ont décidé d'éliminer CFE-CGC, CFTC, FO, plus les organisations autonomes et/ou corporatistes, du terrain de l'action en entreprises ? Espèrent-elles récupérer les adhérents ?

Faut pas rêver...

Dans un contexte de faible implication politique et syndicale, les partis politiques sont pris en compte au seuil de 5% et c'est bien le contribuable qui leur rembourse alors leurs frais de campagne. Les seuils de représentativité auxquels sont astreints les syndicats depuis la Loi dite de "modernisation" sociale ont été tirés du chapeau pour commencer le travail de sape du droit syndical... et la suprématie de certains...

Dans les commentaires de l'article de "miroir social", un bloggeur s'interroge sur l'état d'esprit de la CFTC (de FO, de la CGC...) défilant le 1er mai dans l'unité avec ceux qui veulent sa (leur) peau.

La réponse est simple : ce n'est pas pour soutenir les destructeurs du dialogue social que les militants ont marché, mais pour soutenir les salariés qui en bavent... Et pour cela, il n'existe pas de seuil.

Modifié par michael02
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

ou ils fusionnent tous ensemble ?

Peut être pourrais-tu nommer chaque OS directement

ça faciliterait la lecture et éviterait des interrogations ?

Je pourrais, mais tu te doute bien que si je ne l'ai pas fait c'est que je pense que cela permet d'éviter, autant que faire se peux, la lecture partisane. Le but étant avant tout d'analyser les comportements.

ces comportements sont-ils admissibles ? là est la question.

Tu relance encore l'idée de tous dans la même OS, en supposant que ce soit possible de faire cohabiter dans une même OS révolutionnaires et réformistes, comment ferais tu pour éliminer les doublons dans les structures syndicales et ceux qui en vivent ? Crois tu que le pouvoir de décision serait rendu aux adhérents ? Quelle position par rapport à l'argent des financements publics ? Quelle autonomie par rapport au pouvoir politique ? le droit de tendance

serait -il autorisé ?

C'est mission impossible !

Les structures confédérales sont devenues des organismes vivant indépendant de ceux qui les ont créés et comme tout organisme vivant ils luttent pour leur survie. Or la survie ce n'est pas la fusion mais l'élimination de la concurrence. La loi va dans le sens des plus fort et les plus fort en rajoutent. Penser que les structures plus faible dans un sursaut d'altruisme chercher la fusion la plus intelligente est une erreur, elle vont lutter jusqu'au bout, voire jusqu'à leur auto destruction quand elle ne verront pas de sortie appropriées pour elles.

Et peu importe l'impact que cela aura sur le salariat puisque elles auront leur boucs émissaires.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

SNCF : les "gros" syndicats étouffent les "petits"

LE MONDE | 18.05.09 | 13h44 • Mis à jour le 18.05.09 | 18h26

Pendant une fraction de seconde, Guillaume Pepy s'est demandé s'il n'allait pas devoir séparer les belligérants. L'altercation a eu lieu début mai, alors que le président de la SNCF rencontrait des représentants des cheminots. Avant même que la réunion ne commence, les élus de la CGT et de SUD-Rail se sont copieusement invectivés devant leur patron, un peu effaré. "Je ne comprends pas. D'habitude, c'est à moi que vous vous en prenez", leur a, en substance, fait remarquer M. Pepy.

Depuis quelques semaines, les accrochages entre syndicalistes de la SNCF se multiplient. Ces tensions sont la conséquence directe des élections professionnelles du 26 mars, qui ont divisé le paysage en deux camps.

D'un côté, il y a la CGT, l'UNSA, SUD-Rail et la CFDT - alliée à la FGAAC (agents de conduite, autonomes) - qui ont recueilli au moins 10 % des voix sur le plan national et qui sont donc considérées comme représentatives, en vertu de la loi du 20 août 2008 "portant rénovation de la démocratie sociale".

De l'autre, il y a FO et la CFTC, sous la barre des 10 %. Ces deux organisations n'étant plus représentatives, elles ne peuvent désormais ni négocier ni signer d'accord - ce qui est conforme à la nouvelle législation. Ce qui l'est moins en revanche, selon elles, c'est l'application de nouvelles règles dans les régions ou dans les établissements où elles ont obtenu plus de 10 % des suffrages : même à ces échelons-là, elles sont chassées des postes-clés à cause des pratiques anti-démocratiques du "gang des quatre", selon la formule d'Eric Falempin, secrétaire général de FO-cheminots.

Comme après chaque élection à la SNCF, les syndicats se sont rencontrés en avril pour rédiger un "accord de gestion" sur la répartition des responsabilités dans diverses instances de l'entreprise. Mais cette fois-ci, seules les quatre organisations "représentatives" ont participé à ce "Yalta". Première décision : désigner des représentants au comité central d'entreprise (CCE). La CFDT, la CGT, SUD et l'UNSA se sont partagé les sièges dévolus aux personnels. Deuxième décision - qui indigne FO et la CFTC : désormais, pour décrocher les postes-clés dans les 27 comités d'établissement (CE) et dans les comités d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT), les syndicats devront glaner 20 % des voix, contre 10 % jusqu'alors.

Cette nouvelle disposition "vise très clairement à évincer FO et la CFTC", dénonce Bernard Aubin, de la CFTC-Transports. Dans le comité d'établissement de Lorraine, par exemple, le syndicat chrétien est exclu des fonctions décisionnelles, bien que 15 % des cheminots aient voté pour lui. L'inspection du travail de Metz, qui a été saisie, a indiqué par écrit que cette situation pourrait être assimilée à une "inégalité de traitement".

D'autres incidents sont venus troubler l'atmosphère. Bien qu'elle soit arrivée en tête à Strasbourg, la CFTC n'assurera pas le secrétariat du comité d'établissement. "Il nous paraissait délicat de confier cette responsabilité à une personne issue d'un syndicat ne siégeant pas au CCE, explique Xavier Ulrich, responsable régional de l'UNSA-cheminots. Comme les dossiers examinés au niveau régional découlent d'orientations nationales, il est important d'être au courant de ce qui se décide à Paris."

"C'est tout de même raide d'apprendre que dans des régions où la CTFC a obtenu plus de 10 % et est donc représentative, des syndicalistes de l'UNSA disent à nos militants : "Qu'est-ce que vous foutez à cette réunion ?"", tempête M. Aubin. Pour de simples rencontres relatives - par exemple - à la sécurité des cheminots, "nous ne sommes plus invités", note M. Falempin. Cette mise à l'écart s'effectue "avec la complicité de la direction".

"JE RESPECTE TOUT LE MONDE"

Même s'il fait partie du "club des quatre", SUD-Rail désapprouve certaines pratiques. "Nous avons récemment organisé une réunion interfédérale à propos des contrôleurs, raconte l'un de ses responsables, Christian Mahieux. La CGT et l'UNSA ont demandé à la CFTC et à FO de quitter la salle en leur expliquant qu'il était hors de question pour elles de signer une expression commune avec les autres fédérations." Pour M. Mahieux, tous les syndicats de la SNCF ont vocation à participer à ce type de rencontres.

"Je respecte tout le monde", rétorque le secrétaire général de la CGT-cheminots, Didier Le Reste. "L'accord de gestion" correspond à des usages établis depuis les années 1980, souligne-t-il, en ajoutant : "Les quatre organisations dites représentatives ont élaboré un texte conforme à la législation. Après discussion, elles ont estimé que pour les comités d'établissement et les CHSCT, le seuil de 20 % s'imposait au regard de la situation créée par la loi de 2008." A charge pour les syndicats "qui ne se sont pas qualifiés" à l'issue des élections du 26 mars de le faire au prochain scrutin, dit M. Le Reste.

La tâche se révèle difficile pour FO et pour la CFTC dont la visibilité va aller en s'amoindrissant. Elles conserveront leurs locaux syndicaux jusqu'en mars 2010, la direction leur ayant donné un an pour déménager. Mais après cette date, il faudra trouver d'autres solutions. Bon nombre de leurs permanents ne pourront plus consacrer tout leur temps au syndicalisme puisqu'ils vont être remis à disposition de l'entreprise. Le crédit d'heures de délégation syndicale alloué à ces deux syndicats va aussi fondre.

Autrement dit, leur capacité à peser dans le rapport de force est en jeu. "Si une organisation n'est plus capable de nuire, elle n'est plus écoutée, rappelle Bruno Duchemin, responsable de la FGGAC. C'est la culture du dialogue social à la SNCF. Peut-être faudra-t-il la changer."

Bertrand Bissuel et François Bostnavaron

http://www.lemonde.fr/economie/article/200...94643_3234.html

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pendant une fraction de seconde, Guillaume Pepy s'est demandé s'il n'allait pas devoir séparer les belligérants. L'altercation a eu lieu début mai, alors que le président de la SNCF rencontrait des représentants des cheminots. Avant même que la réunion ne commence, les élus de la CGT et de SUD-Rail se sont copieusement invectivés devant leur patron, un peu effaré. "Je ne comprends pas. D'habitude, c'est à moi que vous vous en prenez", leur a, en substance, fait remarquer M. Pepy

helpsosokoiquesse;)

Désolé koiquesse , pas pu résister...

controleursncf

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Salut, représentativité ou pas, quand c'est le merdier sur le terrain il y a besoin de toutes les forces pour lutter, cette interprétation de la représentativité à outrance me débecte au plus haut poin. lapleunicheusecontroleursncf

Py dans quelques temps, ces mêmes écarteurs joueront la carte amicale de l'unité syndicale recollant les morceaux car il y aura un gros conflit à assurer.

Le syndicalisme est en train de mourir, sarko a bien réussis son coup! lapleunicheuse

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Salut, représentativité ou pas, quand c'est le merdier sur le terrain il y a besoin de toutes les forces pour lutter, cette interprétation de la représentativité à outrance me débecte au plus haut poin. pascontentcestachier

Py dans quelques temps, ces mêmes écarteurs joueront la carte amicale de l'unité syndicale recollant les morceaux car il y aura un gros conflit à assurer.

Le syndicalisme est en train de mourir, sarko a bien réussis son coup! helpsoso

De toute façon, nous sommes depuis environ 20 ans

en pleine recomposition de la société française sur tous les plans

donc le syndicalisme ne peut y échapper...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

C'est officiel la FGACC valide son adhésion à la CFDT : http://www.fgaac.org/principal.php

Résolution du 60 ième congrès

Les militants et responsables de la Fédération Générale Autonome des Agents de Conduite,

Faisant Fonctions et Assimilés des chemins de fer, des Personnels roulants et des travailleurs mobiles des entreprises ferroviaires se sont réunis en congrès à Paris les 25, 26 et 27 mai 2009.

Avec passion, les participants, dûment mandatés par les assemblées générales des syndicats des sections et des unions de retraités, ont analysé et discuté des objectifs poursuivis par la Fédération durant les deux années écoulées, ont approuvé le rapport d’activité et ont tracé les orientations de la nouvelle mandature.

Les congressistes ont réaffirmé leur cohésion au sein de leur Fédération.

Au terme de trois jours de débats, les congressistes mandatent le Comité Exécutif Fédéral, et les Bureaux des Unions de Syndicats d’Entreprise Ferroviaire de LA FEDERATION GENERALE AUTONOME DES AGENTS DE CONDUITE FAISANT FONCTIONS ET ASSIMILES DES CHEMINS DE FER pour faire aboutir les revendications exprimées en pratiquant un dialogue social constructif.

Les Unions de Syndicats d’Entreprise Ferroviaire présentes au congrès appellent à la mobilisation de toute la structure de la F.G.A.A.C. afin de mettre tout en oeuvre pour asseoir sa reconnaissance et sa légitimité, marquée par sa force et son identité, pragmatique et constructive, aidée en cela par la structure de la Fédération Générale des Transports et de l’Equipement de la CFDT à laquelle elle est membre de droit de par son affiliation à la Confédération CFDT

Elles se donnent comme objectif : être la première organisation syndicale chez les conducteurs de train, les Personnels roulants et les travailleurs mobiles des entreprises ferroviaires lors des prochaines élections professionnelles dans toutes les entreprises ferroviaires.

Les Unions de Syndicats d’Entreprise Ferroviaire présentes au congrès dénoncent unanimement le dumping social mis en place dans les entreprises Ferroviaires qui remet en cause le haut niveau de sécurité des circulations.

Les Unions de Syndicats d’Entreprise Ferroviaire présentes au congrès réclament le maintien et l’amélioration des parcours professionnels au sein des diverses entreprises ferroviaires, notamment autour de son projet de l’Autonomisation de la Traction, garantissant non seulement des conditions de travail dignes mais respectueuses des Hommes et des Femmes qui les

composent. Elles expriment leurs vives inquiétudes sur les répercussions que la crise économique provoquera sur le travail des cheminots et des conducteurs de trains en particulier.

Soucieuse du respect de l’environnement, pour le bien de notre planète et des générations futures, la FGAAC prône une augmentation de la part du ferroviaire qui doit être au centre du développement durable, pour les transports des personnes et des marchandises.

Les congressistes mandatent le Comité Exécutif Fédéral, en renforçant la formation des militants, afin de développer ses structures au sein des diverses entreprises ferroviaires et faire de la F.G.A.A.C. « LE syndicat professionnel des conducteurs de trains, des Personnels roulants et des travailleurs mobiles des entreprises ferroviaires».

Les militants F.G.A.A.C. mandatent le Comité Exécutif Fédéral pour qu’il intervienne auprès des plus hauts responsables de l’Etat ainsi que des parlementaires afin qu’ils modifient la loi, pour promouvoir et restaurer un vrai dialogue social notamment au sein de la SNCF.

Soucieuse de l’Egalité des Hommes et Femmes au sein de la société, la F.G.A.A.C. souhaite que l’entreprise encourage la féminisation de la profession et appelle les femmes conducteurs de train à la rejoindre afin qu’elles portent avec elle leurs justes revendications.

Les militants F.G.A.A.C. ont fortement exprimé l’exigence d’un retour à une véritable politique contractuelle garantissant le pouvoir d’achat en masse et en niveau pour les cheminots actifs et retraités.

Les militants F.G.A.A.C. actifs et retraités refusent toute remise en cause des droits sociaux et familiaux.

Les membres de l’Union des Syndicats de l’Entreprise Ferroviaire ECR mandatent le bureau exécutif de l’USEF ECR ainsi que le Comité Exécutif Fédéral pour faire aboutir leurs revendications exprimées en pratiquant un dialogue social constructif.

Face aux attaques des directions des entreprises ferroviaires, associées au dogmatisme ultra libéral et antisocial de la Commission Européenne, les Agents de Conduite réunis ce jourà Paris réaffirment leur attachement à leur organisation syndicale professionnelle indépendante de toute idéologie politique et religieuse : la F.G.A.A.C.

Ils invitent tous les Conducteurs de Trains,

les Personnels roulants et les travailleurs mobiles des entreprises ferroviaires à les rejoindre, convaincus que seul un syndicat professionnel offensif, fort et uni, est en mesure de faire évoluer leurs conditions sociales.

Pour le droit et la justice.

Fait à Paris, le 27 mai 2009.

Un deuxième congrès pour valider l'intégration dans la CFDT, comme quoi les choses ne doivent pas être si simple que cela. La preuve en est le couplet contre la loi sur la représentativité qui oublie les initiateurs de l'affaire. Tout comme la réaffirmation d'attachement à la FGAAC et à ses valeurs, qui est totalement hors de propos puisque l'intégration ayant été voté ce sont les valeurs de la CFDT qu'ils doivent défendre. Idem pour l'appel incongru à les rejoindre dans "un syndicalisme professionnel fort" totalement en décalage avec le syndicalisme interprofessionnel CFDT. Bref c'est pas gagné l'esprit interpro CFDT !

Bon maintenant j'aimerais avoir votre avis sur un cas d'école : la CFDT n'a pas signé l'accord formation, la FGAAC l'a signé.

Compte tenu de l'intégration de la FGAAC dans la CFDT la signature FGAAC n'a plus aucune valeur, sa signature doit donc être retiré de tous les accords qu'elle a signé ? si oui, elle ne peut donc être invité à aucune réunion de suivit de l'accord à quelque niveau que ce soit.

On va voir quelle option va choisir la direction et quelles vont être les analyses des OS sur le sujet.

Cela me fait penser aussi que du coup la FGAAC n'a plus le droit d'avoir des locaux régionaux en son nom propre. Les locaux régionaux sont attribués aux OS représentatives, pour celles qui ne le sont pas elles peuvent encore en jouir jusqu'en mars 2010 avant de les rendres. Avec l'intégration dans la CFDT la surface des locaux FGAAC doit être additionné avec celle des locaux CFDT et comparée à la surface des autres OS pour vérifier si la règle d'attribution des surfaces au prorata des résultats électoraux est respectée.

Dans le cas ou cela ne le serait pas, les OS mieux classés régionalement pourraient demander des surfaces complémentaires à la SNCF ou la CFDT/FGAAC serait obligé de rendre immédiatement de la surface. Ca va être amusant de voir comment ça va évoluer dans les régions ! bigbisous

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité MarcM

Un deuxième congrès pour valider l'intégration dans la CFDT, comme quoi les choses ne doivent pas être si simple que cela. La preuve en est le couplet contre la loi sur la représentativité qui oublie les initiateurs de l'affaire. Tout comme la réaffirmation d'attachement à la FGAAC et à ses valeurs, qui est totalement hors de propos puisque l'intégration ayant été voté ce sont les valeurs de la CFDT qu'ils doivent défendre. Idem pour l'appel incongru à les rejoindre dans "un syndicalisme professionnel fort" totalement en décalage avec le syndicalisme interprofessionnel CFDT. Bref c'est pas gagné l'esprit interpro CFDT !

Alors là , rassures toi , ils vont bien s'accomoder de tout cela .C'est une manière de dire :

" cette loi nous emmerde mais on va bien arriver à s'arranger ! !

Bon maintenant j'aimerais avoir votre avis sur un cas d'école : la CFDT n'a pas signé l'accord formation, la FGAAC l'a signé.

Compte tenu de l'intégration de la FGAAC dans la CFDT la signature FGAAC n'a plus aucune valeur, sa signature doit donc être retiré de tous les accords qu'elle a signé ? si oui, elle ne peut donc être invité à aucune réunion de suivit de l'accord à quelque niveau que ce soit.

On va voir quelle option va choisir la direction et quelles vont être les analyses des OS sur le sujet.

Ils vont y arriver , je radote mais pour eux (cfdt- fgacc) ça va faire !

Si la sncf s'en mêle , la fgaac sortira un tract pour dénoncer cette loi .Les cheminots penseront que cette loi est exclusivement due à la cgt ! Et puis si la cgt répond ...Les cheminots diront = ils s'engueulent tout le temps .Donc , une sorte de statu quo

Cela me fait penser aussi que du coup la FGAAC n'a plus le droit d'avoir des locaux régionaux en son nom propre. Les locaux régionaux sont attribués aux OS représentatives, pour celles qui ne le sont pas elles peuvent encore en jouir jusqu'en mars 2010 avant de les rendres. Avec l'intégration dans la CFDT la surface des locaux FGAAC doit être additionné avec celle des locaux CFDT et comparée à la surface des autres OS pour vérifier si la règle d'attribution des surfaces au prorata des résultats électoraux est respectée.

T'inquiète , ça fartera ...!

Dans le cas ou cela ne le serait pas, les OS mieux classés régionalement pourraient demander des surfaces complémentaires à la SNCF ou la CFDT/FGAAC serait obligé de rendre immédiatement de la surface. Ca va être amusant de voir comment ça va évoluer dans les régions ! :Smiley_74:

Hé bien si personne ne la ramène = bigbisous pour tout le monde .Sinon ,cela leur fera une occasion de se tirer dans les pattes et voiloù

Bref , l merdier habituel , malheureusement !

Modifié par MarcM
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bernard Aubin à un petit avis la dessus : http://aubin.blogs.nouvelobs.com/

Outre l’avenir de fret SNCF, qui préfigure les évolutions des autres branches de l’entreprise, c’est aussi le destin du dialogue social au regard de la nouvelle loi qui est en jeu. Depuis les dernières élections professionnelles, seuls 4 syndicats restent « représentatifs » à la SNCF.

4 syndicats ou un seul ? La question mérite d’être posée au regard de certains événements ou comportements. Depuis fin mars, ces quatre syndicats mènent une politique d’exclusion acharnée contre FO et la CFTC.

Mais cette convergence de vue qui ne s’arrête pas là. Pour exemple, la dernière grève à l'appel des quatre. L'action fut un réel fiasco avec moins de 20 % de participants. Un échec prévisible, au regard d'une érosion de mobilisation logique après la multiplication des initiatives début 2009.

Un mot d’ordre commun à faire pâlir le catalogue de la Redoute, destiné à ratisser large pour récolter peu. Rien en l’occurrence. Pire, cette initiative intersyndicale malheureuse a transformé la démonstration de force en démonstration de faiblesse, au détriment des intérêts des salariés.

Mais ce qui me choque le plus dans cette affaire, c’est que cette démarche suicidaire a fait l’objet d’un soutien sans réserve des quatre syndicats. Rien d’étonnant pour la CGT ou SUD. Mais que sont venus faire la CFDT et l’UNSA dans cette galère ?

Il est loin, le pôle syndical réformiste appelé de ses vœux par une de nombreux présidents de la SNCF. Et ce malgré le soutien démesuré apporté par la direction de la SNCF à l’UNSA, pendant la période électorale. Première grande gagnante de la loi sur la représentativité : la pensée unique.

Il n’est pas rare de voir, lors de séances plénières de Comités d’Etablissement, des dirigeants de l’UNSA emboiter le pas à leurs collègues de la CGT. Quand cela ne devient pas systématique ! Un retour aux sources peut-être ?

Comment expliquer cette complaisance d’un grand dirigeant de l’UNSA, interrogé il y a quelques mois par une radio nationale, à l’égard de ses homologues du syndicat majoritaire. De quoi surprendre et interpeler à la fois les auditeurs et des journalistes qui n’en croyaient pas à leurs oreilles !

J’ai longtemps pensé que la loi sur la représentativité syndicale devait mener à une bipolarisation du paysage social français. A la SNCF, c’est pire, il n’existe désormais plus qu’un seul syndicat : la CGTCFDTSUDUNSA. C’est un peu long, et pas très bon.

Je le trouve bien réducteur sur ce coup là, il est meilleur d'habitude ! comme quoi le ressentiment empêche d'avoir le recul utile à l'analyse et la lucidité

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité MarcM

Bernard Aubin à un petit avis la dessus : http://aubin.blogs.nouvelobs.com/

Je le trouve bien réducteur sur ce coup là, il est meilleur d'habitude ! comme quoi le ressentiment empêche d'avoir le recul utile à l'analyse et la lucidité

Ressentiment par rapport à quoi ?je ne pige pas....

Il y ades choses justes (unsa ) il y a des "prévisions " que 'l'on ne pourra juger que dans qlq temps

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ressentiment par rapport à quoi ?je ne pige pas....

Il y ades choses justes (unsa ) il y a des "prévisions " que 'l'on ne pourra juger que dans qlq temps

Des ressentiments par rapport à l'accord CCE/CE/CHSCT, par rapport aux initiateurs de la loi.

Du coup, il oubli un peu que son OS à aussi une autocritique à faire sur les anciens positionnements et sur leur stratégie face à la représentativité, tout comme sur leur recours aux tribunaux. il fait des erreurs dans son analyse les 4 OS représentatives n'ont pas le même positionnement sur le sujet. il oubli que tous ne s'acharnent pas sur FO et la CFTC la preuve SUD les invite à une interfédérale trains.

j'ai retrouvé une note SUD sur l'accord CCE/CE/CHSCT qui éclaire un peu mieux les choses

Des militant-e-s d’autres organisations syndicales racontent actuellement tout et son contraire au sujet de l’accord CE/CCE/CHSCT signé notamment par SUD-Rail. Afin de clarifier le contenu de cet accord et de ne pas laisser libre court à la désinformation, voilà ce qu’il faut savoir :

1. SUD-Rail a demandé que l'accord soit reconduit avec l'ensemble des organisations syndicales. CGT, UNSA, CFDT étaient contre. Le Conseil Fédéral SUD-Rail avait donné mandat pour signer un accord, même réduit aux "représentatifs" s'il reprenait les termes des précédents.

2. L'accord signé reprend les termes des précédents. Il écarte donc toujours les organisations syndicales dites « non représentatives » comme ce fut le cas de SUD-Rail en 1996 : tout en ayant des élus CE nous n'étions pas "représentatifs" au sens de la loi. La différence c'est que les conditions légales pour être déclarés "représentatifs ou pas" ont changé.

3. Par rapport à avant, il est introduit un élément nouveau dans l’accord pour les organisations non représentatives : elles peuvent être au bureau d'un CE et dans les commissions si elles font au moins 20%. Avant, "non représentatifs" on n'existait pas dans l'accord CE/CCE/CHSCT.

4. Pour information, ce seuil de 20% est celui qui existait déjà dans l'accord, dans la partie CCE, pour être au bureau du CCE.

5. FO est vraiment très, très, très mal placé pour donner des leçons alors qu'ils interviennent systématiquement pour que les syndicats SUD/Solidaires soient écartés de tout lorsqu'ils ne sont pas représentatifs et cela depuis notre création. Nous avons quelques militant-e-s qui ont ainsi perdu, non pas un siège dans une commission de CE mais … leur boulot « grâce » aux recours devant les tribunaux de FO !

6. Evidemment, cet accord n’empêche nullement de discuter avec les syndicats non représentatifs dans le cadre d’intersyndicales locales, régionales ou nationales puisque cela n’a strictement rien à voir. Ainsi lorsque FO demande l’exclusion de SUD/Solidaires des réunions sur la CCN du transport ferroviaire privé, c’est par choix politique. De même, lorsque SUD-Rail décide d’inviter FO et CFTC à une interfédérale à la SNCF, c’est aussi un choix politique.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité MarcM

Des ressentiments par rapport à l'accord CCE/CE/CHSCT, par rapport aux initiateurs de la loi.

Du coup, il oubli un peu que son OS à aussi une autocritique à faire sur les anciens positionnements et sur leur stratégie face à la représentativité, tout comme sur leur recours aux tribunaux. il fait des erreurs dans son analyse les 4 OS représentatives n'ont pas le même positionnement sur le sujet. il oubli que tous ne s'acharnent pas sur FO et la CFTC la preuve SUD les invite à une interfédérale trains.

j'ai retrouvé une note SUD sur l'accord CCE/CE/CHSCT qui éclaire un peu mieux les choses

okok merci

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

okok merci

Sud a un comportement bizarre. Ils signent un accord impulsé par la CGT pour éliminer les non représentatifs et ils les invitent à une rencontre qui n'a pas donné grand chose puisque la CGT a programmé une autre réunion sur le meme thème pour évincer FO et CFTC... D'ailleurs, il y aurait débat entre les nationaux de Sud et leur base qui ne comprend pas comment ils ont pu signer cet accord et ce qui se cache derrière tout ca !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Sud a un comportement bizarre. Ils signent un accord impulsé par la CGT pour éliminer les non représentatifs et ils les invitent à une rencontre qui n'a pas donné grand chose puisque la CGT a programmé une autre réunion sur le meme thème pour évincer FO et CFTC... D'ailleurs, il y aurait débat entre les nationaux de Sud et leur base qui ne comprend pas comment ils ont pu signer cet accord et ce qui se cache derrière tout ca !

Relis les point de la note que j'ai cité et le comportement te paraitra moins bizarre. La loi SUD n'y est pour rien et a lutté contre, l'accord CE/CCE/CHSCT elle souhaitait que dès que l'on ait un élu l'on puisse avoir un représentant au bureau du CE et dans les commissions, cela nous a été refusé. Maintenant aurions nous du sacrifier notre représentation dans les CE, le CCE et les CHSCT en ne signant pas l'accord de répartition pour faire plaisir à des OS qui à l'origine de la création de SUD et dans d'autres secteurs ne nous ont fait aucun cadeaux ? Le Conseil fédéral de SUD Rail ou siègent les représentants de chaque syndicat SUD à dit non, mais il a été aussi décidé de continuer à travailler en interfédérale comme auparavant même si nous savions que la CGT au moins ne l'entendait pas de cette oreille. Comme les "Nationaux" de SUD ne décident rien sans avoir l'aval du Conseil Fédéral c'est un faux débat, la base SUD qui ne comprendrait pas la situation n'a simplement qu'à passer à son syndicat et y lire les différents compte rendu et notes que l'on trouve dans la circulaire hebdomadaire ( s'ils ne les ont pas reçu par mails), et s'adresser pour plus de détail à leur représentant au dernier Conseil fédéral.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité MarcM

Relis les point de la note que j'ai cité et le comportement te paraitra moins bizarre. La loi SUD n'y est pour rien et a lutté contre, l'accord CE/CCE/CHSCT elle souhaitait que dès que l'on ait un élu l'on puisse avoir un représentant au bureau du CE et dans les commissions, cela nous a été refusé. Maintenant aurions nous du sacrifier notre représentation dans les CE, le CCE et les CHSCT en ne signant pas l'accord de répartition pour faire plaisir à des OS qui à l'origine de la création de SUD et dans d'autres secteurs ne nous ont fait aucun cadeaux ? Le Conseil fédéral de SUD Rail ou siègent les représentants de chaque syndicat SUD à dit non, mais il a été aussi décidé de continuer à travailler en interfédérale comme auparavant même si nous savions que la CGT au moins ne l'entendait pas de cette oreille. Comme les "Nationaux" de SUD ne décident rien sans avoir l'aval du Conseil Fédéral c'est un faux débat, la base SUD qui ne comprendrait pas la situation n'a simplement qu'à passer à son syndicat et y lire les différents compte rendu et notes que l'on trouve dans la circulaire hebdomadaire ( s'ils ne les ont pas reçu par mails), et s'adresser pour plus de détail à leur représentant au dernier Conseil fédéral.

Bref , heureusement que le 1er Mai a été unitaire .....

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Relis les point de la note que j'ai cité et le comportement te paraitra moins bizarre. La loi SUD n'y est pour rien et a lutté contre, l'accord CE/CCE/CHSCT elle souhaitait que dès que l'on ait un élu l'on puisse avoir un représentant au bureau du CE et dans les commissions, cela nous a été refusé. Maintenant aurions nous du sacrifier notre représentation dans les CE, le CCE et les CHSCT en ne signant pas l'accord de répartition pour faire plaisir à des OS qui à l'origine de la création de SUD et dans d'autres secteurs ne nous ont fait aucun cadeaux ? Le Conseil fédéral de SUD Rail ou siègent les représentants de chaque syndicat SUD à dit non, mais il a été aussi décidé de continuer à travailler en interfédérale comme auparavant même si nous savions que la CGT au moins ne l'entendait pas de cette oreille. Comme les "Nationaux" de SUD ne décident rien sans avoir l'aval du Conseil Fédéral c'est un faux débat, la base SUD qui ne comprendrait pas la situation n'a simplement qu'à passer à son syndicat et y lire les différents compte rendu et notes que l'on trouve dans la circulaire hebdomadaire ( s'ils ne les ont pas reçu par mails), et s'adresser pour plus de détail à leur représentant au dernier Conseil fédéral.

Pourquoi dix lignes alors que la raison qui pousse SUD à signer l'accord est d'avoir le pognon et les moyens temps inhérents au fonctionnement CE ?

Temps en DDV qui rappelons le, sert à faire fonctionner les commissions facultatives dans lesquelles les SUDards n'envoient généralement pas de représentants...

Tu nous as en d'autres temps habitués à des commentaires plus neutres et moins parti pris...c'était dans le temps...

A+

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pourquoi dix lignes alors que la raison qui pousse SUD à signer l'accord est d'avoir le pognon et les moyens temps inhérents au fonctionnement CE ?

Temps en DDV qui rappelons le, sert à faire fonctionner les commissions facultatives dans lesquelles les SUDards n'envoient généralement pas de représentants...

Tu nous as en d'autres temps habitués à des commentaires plus neutres et moins parti pris...c'était dans le temps...

A+

Tiens je n'y avait pas pensé à cela le coup du pognon et des moyens temps ! Faut pas voir le mal partout, surtout que cela n'as pas de lien.

Le droit à la formation est accordé aux élus titulaires, accord signé ou pas les élus restent des élus et gardent donc ce droit ainsi que la formation qui va avec. Idem pour le temps accordé au titre des activités sociales il est donné par les direction régionales en fonction du résultat aux élections, que l'on signe ou pas l'accord cela ne change rien à la dotation.

En terme de temps, cela peut jouer sur les commissions obligatoires ou les participant aux commissions y travaillent sur convocation de la boite, si on y est pas, on n'y est pas invité. Si l'on tient la présidence de ces commissions on doit avoir aussi du temps supplémentaire ( mais là je ne suis pas sur sur ).

Bref pour les CER et le CCE tu tombe à côté.

Par contre cela peut avoir un impact sur les désignations dans les CHSCT et principalement sur la mise au pot régional des postes en balottages ou là le non signataire risque tout simplement de se faire éjecté de l'attribution. Oui le CHSCT est un moyen d'avoir des droits à la formation et la tenue du poste donne du temps mis à profit par l'organisation pour défendre ses axes de travail.

Que l'on ne veuille pas perdre ses moyens là est légitime non ? D'ailleurs je ne dis pas le contraire puisque je précise que nous avons choisi de ne pas sacrifier notre représentation. Je ne voit pas en quoi je fait du parti pris en expliquant notre fonctionnement ?

Pour finir, que des syndicats SUD choisissent d'utiliser leur dotation pour faire autre chose que plante verte dans les commissions facultatives des CER je les comprend, surtout quand la majorité absolue permet à l'OS régnante de décider ce qu'elle veux comme elle veux. A quoi bon perdre du temps pour servir au mieux de faire valoir, on l'utilise plus efficacement ailleurs.

Pas la peine de faire de procès d'intention, nous ne sommes pas des saints mais pas machiavéliques non plus. Nous ressentons l'injustice faite aux autres OS par la loi sur la représentativité, pour autant on va pas se sacrifier pour eux. Si tu pense comme nous que l'accord CE/CCE/CHSCT est injuste pose la question de la raison de l'inéquité aux 3 OS qui l'on construit lors de la première réunion de travail ou nous étions absent.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Salut,

Je suis plus bref que toi dans les réponses.

Si les commissions santé, économie, sports et loisirs etc...j'en passe et des meilleures sont inutiles, les cheminots seront ravis de le savoir. Un CE ne sert qu'à avoir des cantines et des colos alors ?

Pour la répartition du temps ok, c'est pour tous les élus. Mais l'utilisation est détournée par les OS qui ne jouent pas le jeu.

La fin de ton intervention est effectivement vraie, certains veulent bien du temps, mais pas pour les raisons pour lesquelles on leur donne. Ce qui me conforte dans l'idée que certains veulent bien du temps, du pognon, mais surtout pas participer aux activités sociales d'un CER. Et ça me dérange...

Alors après le discours de vierge effarouchée disant que l'accord on l'a signé mais parce qu'on avait pas le choix...je trouve que c'est pas très courageux.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Salut niko

je suis plus long car s'essaye d'être clair

Si les commissions santé, économie, sports et loisirs etc...j'en passe et des meilleures sont inutiles, les cheminots seront ravis de le savoir.

ce qui serait cool, ça serait de ne pas interpréter mes propos, je n'ai pas dis que les commissions étaient inutiles, j'ai juste dis que je comprenais ceux qui n'y participaient pas quand les conditions ne s'y prêtaient pas ( abus de majorité et /ou proposition faites jamais retenues )

Un CE ne sert qu'à avoir des cantines et des colos alors ?

Non, mais ce n'est pas non plus une redistribution commerciale de l'argent ni un moyen clientéliste de s'attacher un électorat, c'est théoriquement autre chose mais là n'est pas le débat.

Pour la répartition du temps ok, c'est pour tous les élus. Mais l'utilisation est détournée par les OS qui ne jouent pas le jeu.

La fin de ton intervention est effectivement vraie, certains veulent bien du temps, mais pas pour les raisons pour lesquelles on leur donne. Ce qui me conforte dans l'idée que certains veulent bien du temps, du pognon, mais surtout pas participer aux activités sociales d'un CE. Et ça me dérange...

Le choix de participer ou non, beaucoup ou peu dépend des sujets et de la politique des OS sur "l'économie sociale et solidaire" ... et aussi des militants qui acceptent de travailler sur ces trucs là. On peux faire un bon résultat aux élections et ne pas trouver de gars pour travailler dans les commissions des CE. Clairement seule une OS bien implanté avec suffisamment de militant formés peu bosser correctement au CE. pour les autres les priorités d'investissement militant sont ailleurs : DP et CHSCT en priorité. Et ça tombe bien, puisqu'en général la CGT qui dirige les CE n'est pas trop partageuse et aime contrôler tout de A jusqu'à Z

Alors après le discours de vierge effarouchée disant que l'accord on l'a signé mais parce qu'on avait pas le choix...je trouve que c'est pas très courageux.

là encore tu interprète, je n'ai pas dis que nous n'avions pas le choix. Puisque nos propositions n'ont pas été retenu nous avions le choix entre signer et appliquer l'accord proposé par les 3 autres OS ou ne pas le signer et nous mettre en marge des responsabilités en CE et CCE et prendre le risque de perdre des CHSCT. Nous avons choisi de signer.

Mais ce que j'aimerais comprendre c'est pourquoi nous aurions du nous mettre en difficulté pour des OS qui ne nous ont jamais fait aucun cadeaux ?

et si nous ne sommes pas courageux que dis tu de ceux qui ont élaboré cet accord CE/CCE/CHSCT ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je suis globalement d'accord avec ton dernier message.

Et pour ta dernière phrase : je pense que les signataires de l'accord, tous, l'ont fait dans le seul but de syphonner les voix des "petites OS", sans respect de l'implantation locale parfois conséquente de ces OS.

Mais ils sont 4, et pas 3 comme tu sembles plus ou moins le dire.

SUD fait de l'opposition systématique, si ses mandataires avaient voulu rester dans leur droite ligne, ils n'auraient pas dû le signer, ou au moins proposer de nombreux amendements.

Pour le vivre au quotidien, tout se discute, que ce soit avec un mec de la CGT, CFDT, UNSA ou SUD...et même avec les autres pour ma part.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je suis globalement d'accord avec ton dernier message.

Et pour ta dernière phrase : je pense que les signataires de l'accord, tous, l'ont fait dans le seul but de syphonner les voix des "petites OS", sans respect de l'implantation locale parfois conséquente de ces OS.

Je ne le crois pas, du moins pas pour nous puisque par exemple SUD Metz/Nancy à dénoncé l"accord régionalement parce que justement il le trouvaient injuste par rapport à la CFTC.

Que les autres OS aient eu cette intention possible, mais en fait ce n'est pas nécessaire, la loi sur la représentativité laminera toute équipe syndicale qui ne bossera pas et tout syndicat pas suffisamment implanté géographiquement. il suffit d'attendre qu'ils soient asphyxiés par le manque de moyens, pas besoin d'avoir recours à des expédients.

Mais ils sont 4, et pas 3 comme tu sembles plus ou moins le dire.

non je persiste 3, nous n'avons pas participé à la première réunion qui à vu la proposition de l'extension de la règle de représentation au bureau du CCE étendue à tous les CE. Donc je n'ai aucune info la dessus, je ne sais pas qui l'a proposé, ni pourquoi, ni comment l'acceptation s'est faite.

C'est la seule modification d'importance qui a été faite par rapport aux précédents accords sur le même sujet. D'ailleurs comme niko à l'air dubitatif, si un des lecteurs de ce fil à des infos sur cette première réunion qu'il nous les donne que l'on sache mieux ce qui s'y est passé.

SUD fait de l'opposition systématique, si ses mandataires avaient voulu rester dans leur droite ligne, ils n'auraient pas dû le signer, ou au moins proposer de nombreux amendements.

Nous ne faisons pas de l'opposition systématique, nous nous opposons à ce que nous jugeons injuste. Nous avons fait des propositions elles ont été refusées. Les mandataires n'ont aucun pouvoir dans SUD rail, ils ont été justement mandaté par le conseil fédéral pour signer l'accord après débat.

Pour le vivre au quotidien, tout se discute, que ce soit avec un mec de la CGT, CFDT, UNSA ou SUD...et même avec les autres pour ma part.

oui, bien sur tout se discute, mais selon le niveau ou tu discute, les enjeux ne sont pas les mêmes, ni les processus de décision d'ailleurs.

Je viens de recevoir en mail, le courrier qui à été adressé aux autres fédérations sur le sujet, bonne lecture :

2009___6___3___Relations_interf_d_rales.pdf

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant



×
×
  • Créer...

L'extension "AdBlock" anti-pub... on en parle ?

Vous avez installé un outil pour bloquer la publicité sur internet...hors c'est la publicité qui permet à cheminots.net d'exister et de vous permettre d'avoir la meilleure expérience utilisateur possible.

Alors pourquoi ne pas désactiver votre bloqueur de pub pour ce site et ainsi participer à sa pérennité ?

Si vous ne souhaitez pas désactiver Adblock, vous pouvez quand même accéder au site,
et on vous souhaite une bonne visite !

 

Comment désactiver Adblock pour cheminots.net ?

Repérez l'icône Adblock sur votre navigateur internet (Mozilla Firefox, Google Chrome etc.). 
Généralement elle se situe à droite de la barre d'adresse, ou tout en bas à droite de la fenêtre.
adblock.png.b5362a440eebda16ea382664cb9b629f.png

Cliquez sur l'icône puis.. (en fonction du navigateur) :

Mozilla Firefox 
Cliquez sur « Désactiver partout ».

Google Chrome et autres 
Cliquez sur « Ne rien bloquer sur les pages de ce domaine » ou décochez « Activé pour ce site ».

 

Si je n'arrive pas à désactiver Adblock...

Si vous ne trouvez pas le bouton Adblock ou si vous n'arrivez pas à désactiver Adblock, vous pouvez essayer de désinstaller complètement le logiciel dans les options de votre navigateur web:

Mozilla Firefox 
Cliquez sur Firefox, puis Modules complémentaires. Dans Extensions, désactivez/désinstallez Adblock.

Google Chrome 
Cliquez sur la clé à outil en haut à droite, puis Outils et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

Apple Safari 
Cliquez Safari, puis Préférences et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

 

FREEBOX
Se connecter à l’interface de gestion mafreebox.freebox.fr puis « Connexion Internet > Configuration > Blocage de la publicité »
Désactiver l’option et cliquer sur Modifier.

Antivirus
Certains antivirus bloquent les bannières, essayez en le désactivant. Si c'est lui qui bloque les pubs, vous pouvez désactiver cette fonctionnalité, ou mettre le site cheminots.net en liste blanche.