Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Bruxelles et les femmes ....


Invité Gnafron 1er

Messages recommandés

Invité MarcM

Encore une directive qui se mêle de ce qui ne la regarde pas et qui organise la régression sociale. On se souvient de la directive qui au nom de l'égalité homme-femme libéralisait le travail de nuit des femmes, encore interdit en France dans l'industrie, donnant de fait une liberté nouvelle non aux femmes mais à leurs employeurs. Cette fois, la proposition de directive de la Commission (COM (2008) 637 final) fixe de nouvelles règles relatives à "la sécurité et la santé des travailleuses enceintes, accouchées ou allaitantes au travail". La durée du congé de maternité sera de dix-huit semaines dans toute l'Union et les législations nationales ne pourront plus contraindre les femmes à prendre une partie de ce congé pendant la durée prénatale. Autrement dit, c'est la fin du congé prénatal obligatoire. Au Sénat, où l'on a pourtant dit "oui" la bouche en coeur à tous les traités qui transfèrent toujours plus de pouvoirs à Bruxelles, le rapporteur de la commission pour les affaires européennes s'étrangle à juste titre : "On peut s'interroger sur la nécessité d'imposer, dans l'ensemble de l'Union européenne, dix-huit semaines plutôt que seize ou vingt. Selon le principe de proportionnalité, la Commission devrait faire une relation précise entre la durée retenue et les conditions de sécurité et de santé des intéressées ; or, cette relation n'apparaît pas. Mais surtout, on peut s'interroger sur l'interdiction faite aux États membres d'imposer qu'une partie du congé de maternité soit prise pendant la période prénatale. Un congé prénatal semble pleinement justifié au regard des considérations de santé publique. On peut craindre en effet que le fait de permettre aux femmes de travailler le plus tard possible pendant leur grossesse fasse peser un certain nombre de risques sur leur santé et celle du foetus. Mais, au-delà de l'appréciation sur le fond, en quoi l'Union européenne est-elle fondée à interdire aux États membres d'imposer qu'une partie du congé de maternité soit prise pendant la période prénatale ? C'est bien là une question relative à l'application du principe de subsidiarité." Protestation bien justifié mais bien inutile, puisque le Sénat, comme l'Assemblée nationale ou le Gouvernement qui en émane n'auront quasiment rien d'autre à faire qu'à transposer servilement la nouvelle règle.

Modifié par Gnafron 1er
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Encore une directive qui se mêle de ce qui ne la regarde pas et qui organise la régression sociale. On se souvient de la directive qui au nom de l'égalité homme-femme libéralisait le travail de nuit des femmes, encore interdit en France dans l'industrie, donnant de fait une liberté nouvelle non aux femmes mais à leurs employeurs. Cette fois, la proposition de directive de la Commission (COM (2008) 637 final) fixe de nouvelles règles relatives à "la sécurité et la santé des travailleuses enceintes, accouchées ou allaitantes au travail". La durée du congé de maternité sera de dix-huit semaines dans toute l'Union et les législations nationales ne pourront plus contraindre les femmes à prendre une partie de ce congé pendant la durée prénatale. Autrement dit, c'est la fin du congé prénatal obligatoire. Au Sénat, où l'on a pourtant dit "oui" la bouche en coeur à tous les traités qui transfèrent toujours plus de pouvoirs à Bruxelles, le rapporteur de la commission pour les affaires européennes s'étrangle à juste titre : "On peut s'interroger sur la nécessité d'imposer, dans l'ensemble de l'Union européenne, dix-huit semaines plutôt que seize ou vingt. Selon le principe de proportionnalité, la Commission devrait faire une relation précise entre la durée retenue et les conditions de sécurité et de santé des intéressées ; or, cette relation n'apparaît pas. Mais surtout, on peut s'interroger sur l'interdiction faite aux États membres d'imposer qu'une partie du congé de maternité soit prise pendant la période prénatale. Un congé prénatal semble pleinement justifié au regard des considérations de santé publique. On peut craindre en effet que le fait de permettre aux femmes de travailler le plus tard possible pendant leur grossesse fasse peser un certain nombre de risques sur leur santé et celle du foetus. Mais, au-delà de l'appréciation sur le fond, en quoi l'Union européenne est-elle fondée à interdire aux États membres d'imposer qu'une partie du congé de maternité soit prise pendant la période prénatale ? C'est bien là une question relative à l'application du principe de subsidiarité." Protestation bien justifié mais bien inutile, puisque le Sénat, comme l'Assemblée nationale ou le Gouvernement qui en émane n'auront quasiment rien d'autre à faire qu'à transposer servilement la nouvelle règle.

tout ça a cause que sarko y veut pas payer la pension alimentaire du gamin et ben la rachida elle a donné le mauvais exemple.bon ok je déconne sérieusement dans les hôpitaux vont les faire bosser aussi c'est n importe quoi ces cons

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

ouai

et même au boulot ... pendant votre arrêt médical

parce que comme tout le monde le sait

votre maladie ... elle est seulement diplomatique...

(merci au sieur Lefevre député ump)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

http://www.marianne2.fr/Lefebvre-veut-gene...ti_a179946.html

Et aller plus loin, pour le porte-parole de l'UMP, c'est appliquer bêtement le « travailler plus pour gagner plus » aux congés maternités et congés maladies. Le texte de l'amendement (voir ci-dessus notre extrait) le formule de façon transparente : « L'intérêt de la poursuite du contrat de travail est évident pour le salarié à qui elle permettrait, au minimum, de maintenir sa rémunération, à nombre d'heures de travail effectuées équivalent. » Pauvres salariés qui « subissent » les congés maladies, les dimanches chômés et autres oripeaux de traditions sociales antiques ! Mais surtout gentil patron qui peut faire bosser à moins cher son employé malade : comme le précise l'amendement, c'est l'employeur qui s'acquitte du paiement des heures travaillées mais qui pourrait, grâce aux économies réalisées par la caisse d'assurance maladie, se voir offrir des réductions de charges sociales !

zzz

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Quelle avancé sociale............pour les pays de l'Est. Il va falloir attendre la naissance de nourrisson prématuré en entreprise pour s'apercevoir de la betise de cette directive.Maintenant plus rien ne me surprend depuis qu' une directive impose la longueur du rouleau de PQ.....

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité MarcM

Quelle avancé sociale............pour les pays de l'Est. Il va falloir attendre la naissance de nourrisson prématuré en entreprise pour s'apercevoir de la betise de cette directive.Maintenant plus rien ne me surprend depuis qu' une directive impose la longueur du rouleau de PQ.....

Pas si sûr ...fin du HS

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour ,

MODE PROVOQUE :

Bof , cela ne concerne que les femmes ... cartonrouge cartonrouge

plus sérieusement okok okok :Smiley_53: :Smiley_53:

.... d'adopter un texte pareil revoltages revoltages revoltages

Modifié par zoreglube
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité MarcM

Py le gros baroso, c'est quand qui vèle, qu'il se casse en prénatale, il nous fera des " congés payés" ( vacances ). Quelle bande de cons. okok

ça farte ??????

Un petit rappel .....un vrai bal de faux culs car ils votent (très majoritairement les même textes )

Élections européennes : le bal des hypocrites .

Article de Laurent de Boissieu

Journaliste politique

du Jeudi 14 Mai 2009

On a le droit de soutenir l'actuelle Union Européenne. On a le droit de la critiquer et de vouloir une autre Europe. Mais on n'a pas le droit de dire vouloir changer d'Europe lorsqu'on est à l'origine de cette Europe-là ! Sauf à reconaître publiquement ses erreurs. Or, entre le dernier discours de Nicolas Sarkozy sur l'Europe et la polémique PS-MoDem après la diffusion du petit clip du premier sur le second, on assiste à un véritable bal des hypocrites.

Queques rappels :

- la mise en concurrence des systèmes fiscaux et sociaux des États (Acte Unique Européen) a été votée en 1986 par 100% du groupe socialiste, 100% du groupe UDF et 94,3% du groupe RPR. C'était peut-être une bonne chose, mais que les héritiers de ces partis assument leur choix passé !

- l'indépendance de la Banque centrale européenne (traité de Maastricht) a été votée en 1992 par 97% du groupe socialiste, 91,5% des groupes UDF et 54% du groupe RPR. C'était peut-être une bonne chose, mais que les héritiers de ces partis assument leur choix passé !

- le Pacte européen de stabilité a été signé en 1997 par Jacques Chirac (RPR) et Lionel Jospin (PS). C'était peut-être une bonne chose, mais que les héritiers des anciens cohabitants assument leur choix passé !

- les directives européennes de libéralisation des services publics (services d'intérêt économique général : SIEG) et leurs lois de transposition ont été acceptées et votées indifféremment sous les gouvernement PS et RPR-UDF/UMP. C'était peut-être une bonne chose, mais que les héritiers de ces partis assument leurs choix passés !

Je détaille ce dernier point, vu que le PS accuse précisément le MoDem (dont les élus sont majoritairement des anciens UDF, je le rappelle) de voter avec l'UMP au Parlement européen en faveur de la libéralisation des services publics :

- gouvernements PS (Rocard, Cresson, Jospin) : directive européenne 90/387/CEE du 28 juin 1990, directive européenne 90/388/CEE du 28 juin 1990, loi du 2 juillet 1990, directive européenne 98/10/CE du 26 février 1998, loi du 2 juillet 1990, directive européenne 97/67/CE du 15 décembre 1997, loi d'orientation pour l'aménagement et le développement durable du territoire du 25 juin 1999 (article 19), loi du 10 février 2000, directive européenne 98/30/CE du 22 juin 1998, directive européenne 91/440/CEE du 29 juillet 1991, directive européenne 2001/12/CE du 26 février 2001, directive européenne 2001/13/CE du 26 février 2001, directive européenne 2001/14/CE du 26 février 2001.

- gouvernements RPR-UDF (Juppé) : directive européenne 96/19/CE du 13 mars 1996, loi du 26 juillet 1996, directive européenne 96/92/CE du 19 décembre 1996, directive européenne 95/18 CE du 19 juin 1995, loi du 13 février 1997.

- gouvernements UMP (Raffarin) : directive européenne 2002/77/CE du 16 septembre 2002, directive européenne 2002/39/CE du 10 juin 2002, loi du 20 mai 2005, loi du 3 janvier 2003, directive européenne 2003/54/CE du 26 juin 2003, loi du 9 août 2004, loi du 3 janvier 2003, directive européenne 2003/55/CE du 26 juin 2003, loi du 9 août 2004, directive européenne 2004/49/CE du 29 avril 2004, directive européenne 2004/50/CE du 29 avril 2004, directive européenne 2004/51/CE du 29 avril 2004.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

C'est vraiment n'importe quoi...On peut le faire à l'ancienne, tu prends 3 jours pour accoucher et tu reviens bosser. Hop! Le retour de la mortalité maternelle. Ca coûtera moins cher à l'assurance maladie et à la caisse des retraites.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité MarcM

C'est vraiment n'importe quoi...On peut le faire à l'ancienne, tu prends 3 jours pour accoucher et tu reviens bosser. Hop! Le retour de la mortalité maternelle. Ca coûtera moins cher à l'assurance maladie et à la caisse des retraites.

Je vois bien le CMGA amener, aux cheminotes en congés maternité, du boulot administratifs .

Exemple :

- agrafer du courrier

- mettre du courrier dans des envelloppes

- etc....

Bon , pas mais je vois quand même un lien entre cela et la dernière déclaration du GVT sur les arrêts maladies !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je vois bien le CMGA amener, aux cheminotes en congés maternité, du boulot administratifs .

Exemple :

- agrafer du courrier

- mettre du courrier dans des envelloppes

- etc....

Bon , pas mais je vois quand même un lien entre cela et la dernière déclaration du GVT sur les arrêts maladies !

Salut Marc, même six pieds sous terre ils trouveraient le moyen de nous faire bosser mdrmdr

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

mdrmdrrevoltagesrevoltagesrevoltagesrevoltageslotrela

Tu as raison, c'est un revoltages et non un lotrela que j'aurais pu mettre. okok

Donc si je résume, l'europe ( elle a bon dos, c'est aussi des politiques de notre pays qui font les directives ) veulent faire bosser les femmes jusqu'à l'accouchement. Py un jour se sera l'enfant dès qu'il sera en age de se tenir debout? mdrmdr

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 3 années plus tard...
Invité Gnafron 1er

Encore une belle ....que voici :

Mesdames , sortez le porte feuille !

http://www.latribune...les-rails-.html

La Commission européenne a précisé jeudi aux assureurs les lignes directrices qui les aideront à appliquer la règle d'égalité entre homme et femme.

L'égalité à géométrie variable ...

Modifié par Gnafron 1er
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Personnellement je n'ai jamais compris pourquoi les femmes pouvaient payer leur assurance auto moins cher que les hommes. :blink:

.

C'est pourtant trés simple, elles cartonnent moins que les hommes et moins gravement selon les stats

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité Gnafron 1er

Personnellement je n'ai jamais compris pourquoi les femmes pouvaient payer leur assurance auto moins cher que les hommes. :blink:

Cette décision ne me choque a priori pas.

Et si l'égalité consistait d'aligner au plus favorable ..., non ?Pourquoi tjrs aligner au plus dévaforable ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité Gnafron 1er

Elles font aussi beaucoup moins de déterrage de topic vieux de 3 ans ...

Il me restait la possibilité d'ouvrir un sujet supplémentaire alors que j'avais souvenir d'avoir ouvert qql chose du même genre .

.J'ai préféré changer le titre et l'adapter ...C'est mon choix !En cherchant , je ferai mieux la prochaine fois.

w o u a r f !

Modifié par Gnafron 1er
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Et si l'égalité consistait d'aligner au plus favorable ..., non ?Pourquoi tjrs aligner au plus dévaforable ?

Ca c'est un autre problème.

Quant aux statistiques, on peut aussi leur faire dire que les immigrés peuplent plus nos prisons que les "français de souche" et qu'il faut donc les contrôler plus (désolé pour l'exemple caricatural). Faire payer une femme (ou un homme) moins cher parce que c'est une femme (ou un homme), c'est en effet pour moi de la discrimination.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité Gnafron 1er

Ca c'est un autre problème.

Quant aux statistiques, on peut aussi leur faire dire que les immigrés peuplent plus nos prisons que les "français de souche" et qu'il faut donc les contrôler plus (désolé pour l'exemple caricatural). Faire payer une femme (ou un homme) moins cher parce que c'est une femme (ou un homme), c'est en effet pour moi de la discrimination.

Sauf que jusqu'à maintenant , les assurances fonctionnaient ainsi .Jeunes conducteurs(trices) paient globalement plus chers etc....

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Sauf que jusqu'à maintenant , les assurances fonctionnaient ainsi .Jeunes conducteurs(trices) paient globalement plus chers etc....

Oui mais là on est au cas par cas : tu viens d'avoir ton permis, tu payes plus cher car moins expérimenté. Cet état peut changer puisque au bout d'un certain temps tu n'es plus jeune conducteur et que l'absence d'accident prouve que ton assurance peut baisser.

C'est différent de dire : tu es un homme tu paieras donc plus cher qu'une femme, point à la ligne. Là aucune moyen de montrer que tu conduis bien et aucun moyen de changer ton statut d'homme en femme (enfin pas de moyen simple ^^).

  • J'adore 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...

L'extension "AdBlock" anti-pub... on en parle ?

Vous avez installé un outil pour bloquer la publicité sur internet...hors c'est la publicité qui permet à cheminots.net d'exister et de vous permettre d'avoir la meilleure expérience utilisateur possible.

Alors pourquoi ne pas désactiver votre bloqueur de pub pour ce site et ainsi participer à sa pérennité ?

Si vous ne souhaitez pas désactiver Adblock, vous pouvez quand même accéder au site,
et on vous souhaite une bonne visite !

 

Comment désactiver Adblock pour cheminots.net ?

Repérez l'icône Adblock sur votre navigateur internet (Mozilla Firefox, Google Chrome etc.). 
Généralement elle se situe à droite de la barre d'adresse, ou tout en bas à droite de la fenêtre.
adblock.png.b5362a440eebda16ea382664cb9b629f.png

Cliquez sur l'icône puis.. (en fonction du navigateur) :

Mozilla Firefox 
Cliquez sur « Désactiver partout ».

Google Chrome et autres 
Cliquez sur « Ne rien bloquer sur les pages de ce domaine » ou décochez « Activé pour ce site ».

 

Si je n'arrive pas à désactiver Adblock...

Si vous ne trouvez pas le bouton Adblock ou si vous n'arrivez pas à désactiver Adblock, vous pouvez essayer de désinstaller complètement le logiciel dans les options de votre navigateur web:

Mozilla Firefox 
Cliquez sur Firefox, puis Modules complémentaires. Dans Extensions, désactivez/désinstallez Adblock.

Google Chrome 
Cliquez sur la clé à outil en haut à droite, puis Outils et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

Apple Safari 
Cliquez Safari, puis Préférences et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

 

FREEBOX
Se connecter à l’interface de gestion mafreebox.freebox.fr puis « Connexion Internet > Configuration > Blocage de la publicité »
Désactiver l’option et cliquer sur Modifier.

Antivirus
Certains antivirus bloquent les bannières, essayez en le désactivant. Si c'est lui qui bloque les pubs, vous pouvez désactiver cette fonctionnalité, ou mettre le site cheminots.net en liste blanche.