Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Expulsion de la CSP75 de la bourse du travail


Bandaa Bono

Messages recommandés

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=4592

http://www.liberation.fr/societe/06011055-...gt-sans-papiers

http://www.rue89.com/2009/06/24/bourse-du-...es-sans-papiers

http://www.millebabords.org/spip.php?article11716

http://www.bakchich.info/Lutte-de-casse-a-...e-du,08129.html

les photos ici :

http://www.flickr.com/photos/laura_genz/

Cela à lancé un nouveau débat à l'intérieur de la CGT à lire les commentaires.

Personnellement je pense que sur le fond l'occupation semblait sans issue. Après il y a toujours eu des tensions entre la CGT et la CSP 75 dès le début, différence de perception des choses et de tactique. je vais pas vous refaire l'histoire, si vous cherchez vous trouverez les deux positions et les différents avis des supporters des deux bords. Il y a aussi la version analyse "lutte des classes" et objectif d'un syndicat dit de transformation sociale.

Sur la forme prise par la solution c'est véritablement pas la bonne : des défenseurs des salariés expulsant manu militari d'autres salariés précaires sans papier qui sont nos esclaves modernes, ça la fout mal !

MediapartCGT_CSP75_Bourse_Trav.pdf

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=4592

http://www.liberation.fr/societe/06011055-...gt-sans-papiers

http://www.rue89.com/2009/06/24/bourse-du-...es-sans-papiers

http://www.millebabords.org/spip.php?article11716

http://www.bakchich.info/Lutte-de-casse-a-...e-du,08129.html

les photos ici :

http://www.flickr.com/photos/laura_genz/

Cela à lancé un nouveau débat à l'intérieur de la CGT à lire les commentaires.

Personnellement je pense que sur le fond l'occupation semblait sans issue. Après il y a toujours eu des tensions entre la CGT et la CSP 75 dès le début, différence de perception des choses et de tactique. je vais pas vous refaire l'histoire, si vous cherchez vous trouverez les deux positions et les différents avis des supporters des deux bords. Il y a aussi la version analyse "lutte des classes" et objectif d'un syndicat dit de transformation sociale.

Sur la forme prise par la solution c'est véritablement pas la bonne : des défenseurs des salariés expulsant manu militari d'autres salariés précaires sans papier qui sont nos esclaves modernes, ça la fout mal !

Malheuresement il y a des cons partout. Perso je connais des militants de la CGT qui font du bon boulot pour les sans papiers notamment dans le RESF (réseau d'éducation sans frontière). Ne faisons pas de l'anti cégétisme primaire, même si moi aussi je condamne ces méthodes.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Malheuresement il y a des cons partout. Perso je connais des militants de la CGT qui font du bon boulot pour les sans papiers notamment dans le RESF (réseau d'éducation sans frontière). Ne faisons pas de l'anti cégétisme primaire, même si moi aussi je condamne ces méthodes.

ok sur le principe que tu expose mais quand même......il fut un temps où on excluait pour moins que cela !

Mais une fois qu'on a condamné , on fait quoi ? On retourne au turbin , la fleur au bec ......et sous prétexte qu'il y a des bons éléments à la cgt , plaisanterie , j'espère ?

Ce n'est pas parce qu'il y a des bons qu'on doit tolérer les salopards ...!

Par exemple , que vont faire les syndicats de base ? Motion ? etc....dire à Montreuil ...:

"pendant 3 mois , les cotises , tu te les mets sur le front ?"

Non , qlq "gus " vont écrire , vont gueuler et puis ...on va oublier .

Comme bien d'autres choses.................. ! Comme Pierre .... :blink:

Modifié par MarcM
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

ok sur le principe que tu expose mais quand même......il fut un temps où on excluait pour moins que cela !

Mais une fois qu'on a condamné , on fait quoi ? On retourne au turbin , la fleur au bec ......et sous prétexte qu'il y a des bons éléments à la cgt , plaisanterie , j'espère ?

Ce n'est pas parce qu'il y a des bons qu'on doit tolérer les salopards ...!

Par exemple , que vont faire les syndicats de base ? Motion ? etc....dire à Montreuil ...:

"pendant 3 mois , les cotises , tu te les mets sur le front ?"

Non , qlq "gus " vont écrire , vont gueuler et puis ...on va oublier .

Comme bien d'autres choses.................. ! Comme Pierre .... :blink:

Il y a trois ans, il y avait eu une "action" du meme type.

La réponse sera la meme....

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a trois ans, il y avait eu une "action" du meme type.

La réponse sera la meme....

!

Visiblement , peu ont un avis ...et re !

Modifié par MarcM
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 3 semaines plus tard...

Les sans-papiers parisiens ont trouvé un nouveau toit

Reuters

Expulsés fin juin par la CGT de la Bourse du travail à Paris, plusieurs centaines de sans-papiers ont trouvé refuge durant le week-end dans un nouveau local parisien d'où ils veulent populariser leur mouvement.

Ils bénéficient désormais du soutien de nombreuses organisations, dont le NPA d'Olivier Besancenot, Attac, Solidaires et les Verts, à condition d'élargir leur demande de régularisation à tous les sans-papiers.

Ils veulent donc faire de leur nouveau toit, un local désaffecté de 4.800 mètres carrés situé rue Baudelique, dans le XVIIIe arrondissement, un "ministère de la régularisation de tous les sans-papiers".

Leur avenir dans ce bâtiment reste toutefois incertain.

"Nous avons appris que le propriétaire, la Caisse primaire d'assurance maladie, voulait faire un référé pour demander notre expulsion", a dit lundi à Reuters Sissoko Anzoumane, porte-parole de la Coordination des sans-papiers 75 (CSP 75).

Les sans-papiers réclament désormais 1.200 régularisations, alors que les autorités s'étaient engagées à examiner "avec bienveillance" 300 dossiers s'ils quittaient le trottoir où ils campaient depuis leur expulsion le 24 juin.

"On a libéré le trottoir comme ils le demandaient mais nous n'avons pas promis d'arrêter le mouvement. Depuis l'occupation de l'église Saint-Bernard, en 1996, la lutte du CSP 75 n'a jamais cessé", a précisé Sissoko Anzoumane.

"De toute façon, l'examen de 300 dossiers 'avec bienveillance', ça ne veut rien dire", a-t-il ajouté.

INTERVENTION DE LA MAIRIE ?

L'intervention manu militari, le 24 juin, du service d'ordre de la CGT pour libérer son bâtiment de la Bourse du travail, dans le IIIe arrondissement, avait suscité la réprobation d'associations humanitaires.

Le syndicat a fait valoir que l'occupation de son local s'éternisait depuis 14 mois et qu'elle était d'autant plus incompréhensible que la CGT s'était fortement mobilisée à l'époque en faveur des travailleurs sans-papiers.

Depuis l'intervention du syndicat, près de 400 personnes, dont des femmes et enfants, campaient sur le trottoir du boulevard du Temple, non loin de la Bourse du travail, dans des conditions jugées "inhumaines" par les organisations de soutien.

La section CGT du nettoiement soutient désormais le mouvement des sans-papiers, dont l'action dans de nouveaux locaux ne cause plus de préjudice à la centrale syndicale.

Décision a donc été prise de soutenir pendant le week-end l'occupation de locaux de la rue Baudelique.

Aussitôt après l'opération, un vaste dispositif policier - aujourd'hui levé - avait été déployé autour du bâtiment et un sans-papier arrêté et placé en garde à vue pour son rôle lors de l'occupation, qui s'est heurtée à la résistance de vigiles.

"Il a été libéré dimanche soir mais sera jugé en septembre", a précisé Sissoko Anzoumane.

Sur place, les sans-papiers ont trouvé de meilleures conditions qu'à la Bourse du travail avec des points d'eau et des sanitaires.

La municipalité parisienne ayant préempté les locaux occupés, les associations de soutien voudraient qu'elle confirme son achat et intervienne pour qu'il n'y ait pas d'expulsion par les forces de l'ordre.

Gérard Bon, édité par Yves Clarisse

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

"Nous avons appris que le propriétaire, la Caisse primaire d'assurance maladie, voulait faire un référé pour demander notre expulsion", a dit lundi à Reuters Sissoko Anzoumane, porte-parole de la Coordination des sans-papiers 75 (CSP 75).

La CPAM n'a qu'à appeler les miliciens rouges à la rescousse.

Quelques photos nous montrant lors de l'intervention des chemises rouges que ses membres ne sont pas qu'experts dans le maniement du gourdin, mais aussi dans l'art de jouer des pieds, des poings, et d'arracher les appareils photos gênants :

http://img165.imageshack.us/i/doc53681ug4.jpg/

http://img242.imageshack.us/i/doc53683ie7.jpg/

http://img257.imageshack.us/i/doc53685bj4.jpg/

http://www.flickr.com/photos/laura_genz/3670465665/

http://www.flickr.com/photos/laura_genz/3670463417/

Modifié par krisamv
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

J'ai lu quelque part (Libération je crois) que le responsable du service d'ordre de la CGT aurait été remercié.

Par contre impossible de trouver sur les sites de la CGT ou sa presse des infos sur le sujet...

Un manque de transparence regrettable.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

J'ai lu quelque part (Libération je crois) que le responsable du service d'ordre de la CGT aurait été remercié.

Au moins , ils ont appris la politesse .Il était seul ?????

Par contre impossible de trouver sur les sites de la CGT ou sa presse des infos sur le sujet...

Un manque de transparence regrettable.

Tu n'avais pas remarqué que les vitres de Montreuil étaient translucides et non transparentes ... !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité BRESTALPES

Sympa, merci.

Par contre il est moche le gars en photo sur ton avatar. :blush: mais en fait c'est pas moi, je suis un gros blaireau moi... un peu concon aussi ?

dommage que ma vie se résume à enculer des mouches...

__________________________________________________

C'est qui l'encul* de modo qui modifie mes messages ?

Modifié par BRESTALPES
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Au moins , ils ont appris la politesse .Il était seul ?????

Tu n'avais pas remarqué que les vitres de Montreuil étaient translucides et non transparentes ... !

seul : sûrement pas...mais on ne vire pas les gros bras juste le cerveau (enfin le p'tit pois)... cartonrouge

Translucides...transparentes...

Des vrais miroirs... J'ai pas dit mouroirs...bien que...

Modifié par Dom-trappeur
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Question à deux balles : y a du chômage en France, ça on est d'accord.

Donc, vouloir régulariser des sans-papiers sous prétexte qu'ils ont un boulot, c'est indirectement dire aux français sans travail qu'il y a plus prioritaire qu'eux ?

Modifié par krisamv
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Question à deux balles : y a du chômage en France, ça on est d'accord.

Donc, vouloir régulariser des sans-papiers sous prétexte qu'ils ont un boulot, c'est indirectement dire aux français sans travail qu'il y a plus prioritaire qu'eux ?

Non ! Kris, tout de même, tu ne peux pas citer Goethe en signature, avoir une photo de Nietzsche comme avatar et nous sortir le poncif le plus simpliste de la rhétorique frontiste ! Qui plus est en faisant le "benêt", genre j'ai une question... C'est faire preuve du plus mauvais gout pour avancer les idées les plus puantes...

Modifié par Jay17
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Non ! Kris, tout de même, tu ne peux pas citer Goethe en signature, avoir une photo de Nietzsche comme avatar et nous sortir le poncif le plus simpliste de la rhétorique frontiste ! Qui plus est en faisant le "benêt", genre j'ai une question... C'est faire preuve du plus mauvais gout pour avancer les idées les plus puantes...

Ce que je trouve du plus mauvais goût, ce sont ces patrons qui donnent du boulot aux sans-papiers dans le genre "on leur vient en aide", qui osent même défiler en leur faveur, alors qu'en réalité en embauchant ces sans-papiers, tout ce qui les intéressent c'est d'avoir des moutons qui la ferment et qui triment comme des malades.

Cette idée que tu appelles puante, et que le FN appelle préférence nationale, on la retrouve à plus petite échelle sans que ça ne choque personne ; les municipalités embauchent en priorité leurs administrés, ça semble logique pour tout le monde. Un "Front Municipal" appellerait ça la préférence municipale, non ?

D'ailleurs, peu après les élections de 2002, je me trouvais en Suisse, et les suisses avec qui je discutais trouvaient choquant ce qu'il venait de se passer en France.

Pourtant, l'ami chez qui je logeais, s'était vu perdre son futur logement à quelques jours de la remise des clefs, motif : un Suisse cherchait un logement, le Suisse d'abord. Et ces mêmes Suisses n'appelaient pas ça xénophobie, alors qu'en France ça aurait choqué. Autre pays, autre moeurs.

Libre à toi de considérer ce que je dis comme du racisme, mais il fut un temps où du boulot y en avait tellement qu'on pouvait "donner la chance" aux étrangers de venir bosser chez nous ; mon arrière-grand-père a un temps travaillé dans les mines de Belgique, ma grand-mère et sa famille sont venues de Pologne pour travailler en France à la mine.

Ce n'est malheureusement plus le cas aujourd'hui.

Modifié par krisamv
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

En tout cas, ça rappelle la politique d'immigration voulue par l'actuel gouvernement : puisque les patrons ne trouvent pas d'ouvriers pour certains boulots pénibles et mal payés, on veut faire venir des étrangers qui, eux, accepteraient le travail sans condition.

Alors que moi, naïvement, je croyais que l'emploi était un marché comme les autres qui répondait à la loi de l'offre et de la demande, et que quand un patron n'arrivait pas à recruter, il changeait ses conditions d'embauche (vers le haut) pour attirer des candidats.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

En tout cas, ça rappelle la politique d'immigration voulue par l'actuel gouvernement : puisque les patrons ne trouvent pas d'ouvriers pour certains boulots pénibles et mal payés, on veut faire venir des étrangers qui, eux, accepteraient le travail sans condition.

Alors que moi, naïvement, je croyais que l'emploi était un marché comme les autres qui répondait à la loi de l'offre et de la demande, et que quand un patron n'arrivait pas à recruter, il changeait ses conditions d'embauche (vers le haut) pour attirer des candidats.

Attends, dans ma ville, une très grande entreprise de BTP a été obligée de faire une campagne de recrutement à coup d'affiches, de spots radios, etc car elle n'arrivait pas à embaucher...... quand on connait le taux de chômage, y a de quoi se poser des questions. Le BTP c'est dur, c'est pas le mieux payé, mais à un moment, entre galérer au RMI et avoir un boulot, faut choisir.

FIN DU HS.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ce que je trouve du plus mauvais goût, ce sont ces patrons qui donnent du boulot aux sans-papiers dans le genre "on leur vient en aide", qui osent même défiler en leur faveur, alors qu'en réalité en embauchant ces sans-papiers, tout ce qui les intéressent c'est d'avoir des moutons qui la ferment et qui triment comme des malades.

Ce fut le cas des polonais , des italiens , des portugais etc.....On ne les faisaient venir seulement parce qu'il y avait du boulot !Ils étaient embauchés aussi car ils bossaient pour moins chers et d'une manière générale , se taisaient ...du moins au début !

Maintenant , je vais te raconter une anecdote :

je suis né dans des baraquements en bois où il n'y avait pas d'eau .Il fallait allé dans la rue pomper .....Pas de salle de bain,juste de l'électricité . Le bain se prenait le samedi dans une grande bassine en alu .....ce type de construction existait encore chez moi en 1965= reconstruction vite fait après la guerre .Or , on construisait des logements HLM avec tout ce qu'il faut .....et même une salle de bain .50 % étaient attribués aux immigrants (It, Esp,P, et Pol) et 50 % aux français.......Ma grand mère a quitté son baraquement en 1968 ......Maintenat :

- je suis marié avec une française d'origine italienne

- ma fille est franco-italienne

- les petits enfants sont franco-italos- marocains ....

Donc , on mange du coucous aux sapghettis agémenté de choucroute ... !

Et je n'ai jamais eu de rancoeur , ni ma grand mère par rapport à ce que je te raconte .....au contraire , je pouvais joué à Davy Crocket avec les souris ...et re !

Cette idée que tu appelles puante, et que le FN appelle préférence nationale, on la retrouve à plus petite échelle sans que ça ne choque personne ; les municipalités embauchent en priorité leurs administrés, ça semble logique pour tout le monde. Un "Front Municipal" appellerait ça la préférence municipale, non ?

Sauf qu'une fois embauché , les gens déménagent ... ! Donc , cette préférence tombe à l'eau !

Et cette préférence est plus une préférence électorale qu'autre chose .En espérant ainsi qu'une partie de la famille vote pour le maire qui a fait rentrer le fiston , le neveu , la nièce etc... !

D'ailleurs, peu après les élections de 2002, je me trouvais en Suisse, et les suisses avec qui je discutais trouvaient choquant ce qu'il venait de se passer en France.

Pourtant, l'ami chez qui je logeais, s'était vu perdre son futur logement à quelques jours de la remise des clefs, motif : un Suisse cherchait un logement, le Suisse d'abord. Et ces mêmes Suisses n'appelaient pas ça xénophobie, alors qu'en France ça aurait choqué. Autre pays, autre moeurs.

Sauf si tu as de la tune ...Jaunit , ils ne l'ont pas viré ... !

Libre à toi de considérer ce que je dis comme du racisme, mais il fut un temps où du boulot y en avait tellement qu'on pouvait "donner la chance" aux étrangers de venir bosser chez nous ;

Sauf qu'il serait souhaitable (pour être équitable ) que tu abordes le problème de ceux qui font "tourner " les filières d'immigration clandestine...Au péril des immigrants ! Le problème , comme tout problème sociétal , doit être traité en globalité ....

Car , je ne crois pas que ceux qui mettent en péril leurs vies (et celles des siens : enfants , épouses etc...) le font par gout du jeu , ou par plaisir .Non , ils ont simplement envie d'améliorer leurs vies .....

mon arrière-grand-père a un temps travaillé dans les mines de Belgique, ma grand-mère et sa famille sont venues de Pologne pour travailler en France à la mine.

Pour quelles raisons ?

Il n'y avait pas de boulot ?

Quand ils ont la décision de venir , ont -ils pris en considération la situation économique du moment , j'en doute .Et je ne le croirait pas.Ils n'aspiraient qu'à une chose :

" être mieux dans leur nouvelle vie ...pour eux , leurs proches , enfants épouses etc..."

Ce n'est malheureusement plus le cas aujourd'hui.

Tes aieux avaient -ils pris cette notion en compte .Non , car quand tu es loin du , tu te réfères à ce qu'on te dis :

"là bas , c'est mieux....J'en connais qui y sont allés et maintenant , ils mangent à leur faim, ils ont un toit , leurs enfants vont à l'école , peuvent se soigner etc..... !"

Même si ils avaient eu l'idée de la prendre en considération , étaient-ils sûrs que cela allaient durer ????Et combien de temps ?

Quand ta peau est en jeu .....Tu ne penses qu'à ta survie .Quitte à partir de ton pays......Le reste n'est que prose !

Et parler de ce genre de problème sans parler du rôle ,depuis des décénnies, des pays occidentaux et des multinationales (avec certaines complicités intérieures certe ) qui pillent et appauvrissent les pays du tiers monde est un peu pisser contre le vent .....ça mouille les godasses ! !

Modifié par MarcM
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité JLChauvin

Ce fut le cas des polonais , des italiens , des portugais etc.....On ne les faisaient venir seulement parce qu'il y avait du boulot !Ils étaient embauchés aussi car ils bossaient pour moins chers et d'une manière générale , se taisaient ...du moins au début !

Maintenant , je vais te raconter une anecdote :

je suis né dans des baraquements en bois où il n'y avait pas d'eau .Il fallait allé dans la rue pomper .....Pas de salle de bain,juste de l'électricité . Le bain se prenait le samedi dans une grande bassine en alu .....ce type de construction existait encore chez moi en 1965= reconstruction vite fait après la guerre .Or , on construisait des logements HLM avec tout ce qu'il faut .....et même une salle de bain .50 % étaient attribués aux immigrants (It, Esp,P, et Pol) et 50 % aux français.......Ma grand mère a quitté son baraquement en 1968 ......Maintenat :

- je suis marié avec une française d'origine italienne

- ma fille est franco-italienne

- les petits enfants sont franco-italos- marocains ....

Donc , on mange du coucous aux sapghettis agémenté de choucroute ... !

Et je n'ai jamais eu de rancoeur , ni ma grand mère par rapport à ce que je te raconte .....au contraire , je pouvais joué à Davy Crocket avec les souris ...et re !

Sauf qu'une fois embauché , les gens déménagent ... ! Donc , cette préférence tombe à l'eau !

Et cette préférence est plus une préférence électorale qu'autre chose .En espérant ainsi qu'une partie de la famille vote pour le maire qui a fait rentrer le fiston , le neveu , la nièce etc... !

Sauf si tu as de la tune ...Jaunit , ils ne l'ont pas viré ... !

Sauf qu'il serait souhaitable (pour être équitable ) que tu abordes le problème de ceux qui font "tourner " les filières d'immigration clandestine...Au péril des immigrants ! Le problème , comme tout problème sociétal , doit être traité en globalité ....

Car , je ne crois pas que ceux qui mettent en péril leurs vies (et celles des siens : enfants , épouses etc...) le font par gout du jeu , ou par plaisir .Non , ils ont simplement envie d'améliorer leurs vies .....

Pour quelles raisons ?

Il n'y avait pas de boulot ?

Quand ils ont la décision de venir , ont -ils pris en considération la situation économique du moment , j'en doute .Et je ne le croirait pas.Ils n'aspiraient qu'à une chose :

" être mieux dans leur nouvelle vie ...pour eux , leurs proches , enfants épouses etc..."

Tes aieux avaient -ils pris cette notion en compte .Non , car quand tu es loin du , tu te réfères à ce qu'on te dis :

"là bas , c'est mieux....J'en connais qui y sont allés et maintenant , ils mangent à leur faim, ils ont un toit , leurs enfants vont à l'école , peuvent se soigner etc..... !"

Même si ils avaient eu l'idée de la prendre en considération , étaient-ils sûrs que cela allaient durer ????Et combien de temps ?

Quand ta peau est en jeu .....Tu ne penses qu'à ta survie .Quitte à partir de ton pays......Le reste n'est que prose !

Et parler de ce genre de problème sans parler du rôle ,depuis des décénnies, des pays occidentaux et des multinationales (avec certaines complicités intérieures certe ) qui pillent et appauvrissent les pays du tiers monde est un peu pisser contre le vent .....ça mouille les godasses ! !

Colonies, vous avez dit colonies? Oups, pardon il ne faut pas parler des choses qui fâchent!

Mon père et mon oncle (son frère) sont passés à travers une certaine mission de "maintien de l'ordre" dans une des "provinces" de l'Empire, par contre tous ceux que je connais y compris mon beau-père (aujourd'hui décédé) qui sont allés "là bas" en tant que simples appelés ne parlent que très rarement des ces "évènements". Et quand ils en parlent, ils racontent que les "colons" leur faisait par exemple payer l'eau alors qu'ils venaient défendre leur intérêts...

On a froidement abandonné ceux qui à tord ou a raison on aidé l'Empire, tout simplement, en Extrême-Orient, au nord de l'Afrique et partout ailleurs... Mais ne culpabilisez pas, l'Amérique du Sud à été civilisée par les "missionnaires" Espagnols, l'Amérique du Nord a été quasiment vidée de ses habitants "historiques" par les émigrés Européens, l'Afrique découpée en tranches par les "Puissances" Européennes, sans oublier la grande époque du Portugal...

Et si Roukmoute avait raison, si le systéme était vraiment vérolé? Mais non, çà n'est pas possible, les "élites" qui dirigent le monde ne pensent qu'à notre bien! Et nous, pauvres ingrats qui n'avont même pas réussi à nous foutre sur la gueule pour de bon entre européens depuis presque 65 ans! Ne vous inquiétez pas, çà vient gentiement... nos "élites" s'occupent depuis longtemps à nous jeter les un contre les autres pour faire tourner leur pompe à fric, surtout qu'elle est un peu gripée en ce moment... va faloir trouver un moyen de la dégripper! Devinez lequel...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Colonies, vous avez dit colonies? Oups, pardon il ne faut pas parler des choses qui fâchent!

Mon père et mon oncle (son frère) sont passés à travers une certaine mission de "maintien de l'ordre" dans une des "provinces" de l'Empire, par contre tous ceux que je connais y compris mon beau-père (aujourd'hui décédé) qui sont allés "là bas" en tant que simples appelés ne parlent que très rarement des ces "évènements". Et quand ils en parlent, ils racontent que les "colons" leur faisait par exemple payer l'eau alors qu'ils venaient défendre leur intérêts...

l'eau et les citrons qui poussaient à foison ......

On a froidement abandonné ceux qui à tord ou a raison on aidé l'Empire, tout simplement, en Extrême-Orient, au nord de l'Afrique et partout ailleurs... Mais ne culpabilisez pas, l'Amérique du Sud à été civilisée par les "missionnaires" Espagnols, l'Amérique du Nord a été quasiment vidée de ses habitants "historiques" par les émigrés Européens, l'Afrique découpée en tranches par les "Puissances" Européennes, sans oublier la grande époque du Portugal...

Heu De Gaulle a organisé le gvt de la France libre en partant du continent africain....Non , j'ai bon ? !

Ensuite , il avait cru bon de promettre à l'élite de ces pays (ceux ci étaient souvent très francophone et militaire au sein de l'armée française ) que leurs peuple aurait automatiquement la nationalité française dès la libération faite .Or, il ne l'ont jamais vu venir et se sont organisé d'où les 1ére constestations aussitôt la guerre , au sein de l'empire français et sa déliquésence .....!Le même jour que la libération du sol français , l'armée française exécutait des manifestabts algériens ....par dizaine ......ils ne parlaient encore d'indépendance .....Plus facile de tirer sur des paysans simple en djellaba que sur de SS équipés et entrainés comme des vrais guerriers !

Et si Roukmoute avait raison, si le systéme était vraiment vérolé? Mais non, çà n'est pas possible, les "élites" qui dirigent le monde ne pensent qu'à notre bien! Et nous, pauvres ingrats qui n'avont même pas réussi à nous foutre sur la gueule pour de bon entre européens depuis presque 65 ans! Ne vous inquiétez pas, çà vient gentiement... nos "élites" s'occupent depuis longtemps à nous jeter les un contre les autres pour faire tourner leur pompe à fric, surtout qu'elle est un peu gripée en ce moment... va faloir trouver un moyen de la dégripper! Devinez lequel...

:Smiley_20: ha bon , !

Début du Hs

France libre

La France libre est le nom donné à l'organisation de résistance extérieure fondée à Londres par le général de Gaulle à la suite de son appel le 18 juin 1940. Les forces armées ralliées à la France libre furent appelées Forces françaises libres (FFL). À partir du 13 juillet 1942, la « France libre » fut renommée « France combattante » par le Comité national français pour marquer l'adhésion de la France libre et « des groupements qui à l'intérieur du pays participaient activement à la résistance ».

La France libre et son armée cessent officiellement d'exister le 1er août 1943, mais leur action continue avec le CFLN et l'armée de la Libération.

Histoire de la France libre

La formation de volontaires français

La France libre est issue du ralliement au général de Gaulle des Français qui veulent poursuivre la lutte contre l'Allemagne aux côtés des alliés britanniques. Dès le 18 juin, et dans la foulée de son appel à poursuivre la lutte, les ralliements sont d'abord individuels. Officiers, soldats, ou simples citoyens rallient ainsi Londres et de Gaulle. Dès le 28 juin 1940, Winston Churchill, Premier ministre britannique reconnaît le général de Gaulle comme le « chef des Français qui continuent la guerre ».

De nombreux militaires français se trouvent en Grande-Bretagne au début de l'été 1940, évacués de Dunkerque ou membres du corps expéditionnaire de Norvège, mais seulement une faible partie de ces forces ralliera la France libre, les autres rentrant en France ou en Afrique du Nord.

Par la suite, par l'accord des Chequers (damier/échiquier) du 7 août 1940, entre le Royaume-Uni et le général de Gaulle, le Royaume-Uni s'engagea à sauvegarder l'intégrité de toutes les possessions françaises et à restaurer intégralement l'indépendance et la grandeur de la France. Le gouvernement britannique s'engagea de plus à financer toutes les dépenses de la France libre, mais de Gaulle insista pour que ces sommes soient des avances remboursables et non des dons qui auraient jeté une ombre, aussi ténue soit-elle, sur l'indépendance de son organisation. Les sommes dites furent effectivement remboursées, et bien avant la fin de la guerre. Sur ces questions de principes, de Gaulle était intraitable.

Les ralliements de territoires

En juillet 1940, la France libre peut compter sur quelque 7 000 hommes. Ses effectifs croissent notablement, en août-septembre 1940, à la suite du ralliement de plusieurs colonies africaines, océaniennes et asiatiques : Nouvelles-Hébrides (22 juillet), Tchad (26 août), Oubangui-Chari (31 août), Congo (28 août) et Cameroun français (27 août), Établissements français de l'Inde dits « Comptoirs de l'Inde » (7 septembre), Établissements français de l'Océanie (9 septembre) et Nouvelle-Calédonie (24 septembre[2]). Ces ralliements confèrent, de plus, à la France libre une assise territoriale et donc une dimension étatique et non plus seulement militaire. En décembre 1940, les Forces françaises libres comptent 27 000 hommes, 24 navires et une centaine d'appareils de différents types[3].

Le Gabon (9 novembre 1940) est conquis par la force des seuls FFL puis la Syrie et le Liban avec les Britanniques (juillet 1941). Ces derniers, après leur conquête de Madagascar, la rétrocéderont à la France libre (14 décembre 1942). De même, deux bataillons français - les futurs bataillons de marche n° 21 et 24 - rallient Djibouti à la France libre le 27 novembre 1942.

Les îles Saint-Pierre et Miquelon (24 décembre 1941), ainsi que Wallis-et-Futuna (2 mai 1942) et l'île de La Réunion (28 novembre 1942), seront ralliés par les FNFL.

Les combats

Les forces de la France libre sont désormais présentes sur plusieurs théâtres d'opérations aux côtés de leurs alliés britanniques : elles participent à la bataille aérienne d'Angleterre, lancent une expédition à Koufra, concourent à la conquête de l'Érythrée italienne, tandis que des marsouins du Bataillon d'Infanterie de Marine interviennent en Libye ainsi que leurs premiers parachutistes, sur les arrières des forces de l'Axe. Enfin les marins français libres prêtent la main à la Royal Navy.

C'est la 1re Brigade des Forces françaises libres (FFL) du général Kœnig qui, en retardant 14 jours Rommel à Bir Hakeim, a donné à la huitième armée britannique le temps de se replier et de se reformer sur la ligne fortifiée d'El Alamein, où l'Afrika Korps a été stoppée sur la route de Suez.

L'établissement d'une autorité gouvernementale

Le général de Gaulle est le chef de la France libre et son autorité est rarement mise en cause. Toutefois il met rapidement en place des institutions montrant que la France libre n'est pas uniquement dirigée par un pouvoir personnel. Avec René Cassin, il établit des bases juridiques qui sont concrétisées par la publication d'un Bulletin officiel des Forces françaises libres qui paraît le 15 août 1940. C'est ensuite dans un Journal officiel de la France libre que chaque mois à partir de janvier 1941, sont publiés les lois et décrets organisant la France libre.

Après l'expédition manquée de Dakar, de Gaulle se rend, avec une partie de ses troupes, en Afrique équatoriale française (AEF).

Par ordonnance du 27 octobre 1940 est créé un Conseil de défense de l'Empire dont les premiers membres sont le général Catroux, le vice-amiral Muselier, le général de Larminat, le gouverneur Éboué, le gouverneur Sautot, le médecin général Cisé, le professeur Cassin, le capitaine de vaisseau d'Argenlieu[4] et le colonel Leclerc.

Ce conseil sera consulté régulièrement malgré les difficultés dues à l'éloignement, notamment avant les affrontements franco-français en Syrie.

Le 30 octobre (jour où le maréchal Pétain appelle ouvertement à la collaboration, à la radio de Vichy), de Gaulle institue par ordonnance le « Conseil de défense de l'Empire », composé des différents chefs de territoires ralliés à la France libre.

Le Gabon est alors occupé par les Forces française libres (FFL), du 9 au 11 novembre 1941, de sorte que le bloc AEF-Cameroun est réunifié au sein de la France libre.

Le 16 novembre, de Gaulle publie dans le Journal Officiel de la France libre, à Brazzaville (qui en est devenue la capitale officielle), une « Déclaration organique » officielle, contestant la constitutionnalité et la légitimité du Régime de Vichy, suivie de plusieurs ordonnances et décrets invalidant les lois d'exclusion de Pétain. Ce faisant, il irrita Churchill, qui, ne perdant pas complètement l'espoir de s'entendre avec Pétain, vit d'un mauvais œil s'ériger un nouveau pouvoir français dépassant largement le cadre de la Légion de volontaires initiale.

À la suite de la Charte de l'Atlantique, adoptée le 14 août 1941 par Churchill et Roosevelt et proclamant le principe d'autodétermination des peuples, de Gaulle les prit au mot et créa enfin à Londres un véritable gouvernement de la France libre, sous le nom de Comité national français le 24 septembre 1941.

fin du HS

Modifié par MarcM
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pas de prison pour celle qui avait hébergé un clandestin

Elle

Claudine Louis était poursuivie pour avoir hébergé pendant plusieurs mois un jeune Afghan en situation irrégulière.

Le verdict est tombé hier et la justice a triomphé. Accueillie par un tonnerre d'applaudissement en sortant du palais de justice de Foix, elle a tenté d'expliquer sa démarche.

"C'est mon cœur qui a parlé. Ce n'est pas un acte militant" s'est-elle défendue, selon Ladepeche.fr.

Le procureur de la République du tribunal de Foix a tranché : une condamnation avec dispense de peine. Ni amende, ni prison.

Claudine Louis avait les larmes aux yeux en sortant du tribunal. Soulagement et émotion en réaction à l'accueil chaleureux de la presse nationale venue louer son acte de générosité.

Son procès soulève un problème : peut-on poursuivre une personne qui héberge à sans-papiers ?

Abriter un mineur sans-papiers peut-il être considéré comme un délit ?

Le "coup de force" de Claudine Louis va entrainer le vote d'une loi qui sera délibérée en septembre. J.DLR. 22/07/2009

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ce que je trouve du plus mauvais goût, ce sont ces patrons qui donnent du boulot aux sans-papiers dans le genre "on leur vient en aide", qui osent même défiler en leur faveur, alors qu'en réalité en embauchant ces sans-papiers, tout ce qui les intéressent c'est d'avoir des moutons qui la ferment et qui triment comme des malades.

Ne me dis pas que l'exploitation du plus faible est une découverte pour toi ? Et donc la solution naturelle c'est d'éliminer le plus faible alors selon ta doctrine ? Mais, ce n'est pas une catégorie de personnes tout aussi faible qui viendront les remplacer, et puis si elles ne le sont pas assez, il suffira de réduire les droits pour qu'elles se couchent enfin...

Comme le dit Marc, ce n'est pas vraiment une nouveauté... Et les réactions nationalistes et xénophobes non plus dès que la tension se fait sentir (ou sans d'ailleurs pour le noyau dur...), comme le disait Brecht : "Le ventre est encore fécond d'où a surgit la bête immonde".

S'indigner de cela (l'exploitation...) n'oblige pas à admirer et reprendre les idées stupides de Neunoeil...

Cette idée que tu appelles puante, et que le FN appelle préférence nationale, on la retrouve à plus petite échelle sans que ça ne choque personne ; les municipalités embauchent en priorité leurs administrés, ça semble logique pour tout le monde. Un "Front Municipal" appellerait ça la préférence municipale, non ?

Elle est puante parce qu'elle est xénophobe et de plus complètement fausse. Comme si le marché du travail et les relations sociales étaient homogènes, comme si tu remplaçais un par un autre, comme si les humains étaient de simples monolithes réductibles à des valeurs binaires... Alors que tu t'interroges toi même sur le décalage qui existe entre offre d'emploi et taux de chômage... Il n'y a pas plus simpliste et réducteur comme assertion, c'est une spéciale cerveau décati par trop d'années de laxisme intellectuel et de tutelle télévisuelle.

L'exemple de la préférence municipale, s'appelle du clientélisme politique et n'a rien d'officiel.

Petit rappel de l'article Ier de la DDHC, humaniste et universaliste : "Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits."

D'ailleurs, peu après les élections de 2002, je me trouvais en Suisse, et les suisses avec qui je discutais trouvaient choquant ce qu'il venait de se passer en France.

Bah, on a pas le même cercle d'amis en Suisse alors, moi j'avais le sentiment inverse... Ce qui ne m'étonne pas plus que ça d'ailleurs, mais qui ramène ta phrase à ce quelle est, une simple opinion...

Pourtant, l'ami chez qui je logeais, s'était vu perdre son futur logement à quelques jours de la remise des clefs, motif : un Suisse cherchait un logement, le Suisse d'abord. Et ces mêmes Suisses n'appelaient pas ça xénophobie, alors qu'en France ça aurait choqué. Autre pays, autre moeurs.

Quel canton ? Loi fédérale ou celle du canton ? Logement privé ou logement équivalent à nos HLM ? Il y a des cantons germanophones ouvertement xénophobes... Comme le dit Marc, c'est marrant mais ils ont pas viré Johny... Et puis c'est pas parce que c'est puant à côté qu'il faut faire pareil...

Libre à toi de considérer ce que je dis comme du racisme, mais il fut un temps où du boulot y en avait tellement qu'on pouvait "donner la chance" aux étrangers de venir bosser chez nous ; mon arrière-grand-père a un temps travaillé dans les mines de Belgique, ma grand-mère et sa famille sont venues de Pologne pour travailler en France à la mine.

Ce n'est malheureusement plus le cas aujourd'hui.

Alors là, c'est le summum, non seulement, oui c'est de la xénophobie et non du relativisme intellectuel comme tu le suggères, mais en plus tu nous refais l'Histoire... Les tensions au niveau du marché de l'emploi étaient les mêmes et les immigrés du début du siècle ou de l'entre deux guerres ont subit la xénophobie... Elle te plait, l'idée que ta grand mère et sa famille ont été accueillis à bras ouverts ? Ben non, ils sont tombés, à l'époque, sur le même genre d'arriérés pithécoïdes que toi !

Modifié par Jay17
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...

L'extension "AdBlock" anti-pub... on en parle ?

Vous avez installé un outil pour bloquer la publicité sur internet...hors c'est la publicité qui permet à cheminots.net d'exister et de vous permettre d'avoir la meilleure expérience utilisateur possible.

Alors pourquoi ne pas désactiver votre bloqueur de pub pour ce site et ainsi participer à sa pérennité ?

Si vous ne souhaitez pas désactiver Adblock, vous pouvez quand même accéder au site,
et on vous souhaite une bonne visite !

 

Comment désactiver Adblock pour cheminots.net ?

Repérez l'icône Adblock sur votre navigateur internet (Mozilla Firefox, Google Chrome etc.). 
Généralement elle se situe à droite de la barre d'adresse, ou tout en bas à droite de la fenêtre.
adblock.png.b5362a440eebda16ea382664cb9b629f.png

Cliquez sur l'icône puis.. (en fonction du navigateur) :

Mozilla Firefox 
Cliquez sur « Désactiver partout ».

Google Chrome et autres 
Cliquez sur « Ne rien bloquer sur les pages de ce domaine » ou décochez « Activé pour ce site ».

 

Si je n'arrive pas à désactiver Adblock...

Si vous ne trouvez pas le bouton Adblock ou si vous n'arrivez pas à désactiver Adblock, vous pouvez essayer de désinstaller complètement le logiciel dans les options de votre navigateur web:

Mozilla Firefox 
Cliquez sur Firefox, puis Modules complémentaires. Dans Extensions, désactivez/désinstallez Adblock.

Google Chrome 
Cliquez sur la clé à outil en haut à droite, puis Outils et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

Apple Safari 
Cliquez Safari, puis Préférences et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

 

FREEBOX
Se connecter à l’interface de gestion mafreebox.freebox.fr puis « Connexion Internet > Configuration > Blocage de la publicité »
Désactiver l’option et cliquer sur Modifier.

Antivirus
Certains antivirus bloquent les bannières, essayez en le désactivant. Si c'est lui qui bloque les pubs, vous pouvez désactiver cette fonctionnalité, ou mettre le site cheminots.net en liste blanche.