Aller au contenu
Le Web des Cheminots

SNCF : les embauches durailles de Wauquiez


Messages recommandés

Libération 1er Août 2009

SNCF : les embauches durailles de Wauquiez

«. On avait des salariés qui avaient perdu leur emploi dans la sous-traitance automobile,

on s’est battu pour faire en sorte que la SNCF les réembauche,

que 1 500 salariés soient réembauchés.»

Laurent Wauquiez, secrétaire d’Etat chargé de l’Emploi, le 16 juillet sur LCI.

Alors que le climat social vire à l’explosif, comment faire pour dissuader les salariés victimes de licenciements ou de fermetures d’entreprises de recourir à la menace pour gonfler leur prime de départ ? Laurent Wauquiez, secrétaire d’Etat chargé de l’Emploi, a la solution : redonner confiance dans l’avenir, expliquer que la reconversion, mieux qu’une prime, est encore le meilleur moyen, et que l’Etat y travaille. Le 16 juillet, sur LCI, il affirmait : «Moi, en tant que ministre de l’Emploi, ma charge, ce n’est pas la prime, c’est d’essayer d’accompagner les salariés pour qu’ils rebondissent. Je vous donne un exemple précis. On avait des salariés qui avaient perdu leur emploi dans la sous-traitance automobile, on s’est battu pour faire en sorte que la SNCF les réembauche, que 1 500 salariés soient réembauchés, ceux notamment qui étaient autour du Havre. Ça, c’est mon travail.»

Désintox

La SNCF aurait recruté 1 500 salariés issus de la sous-traitance automobile ? Voilà un «exemple précis» à même de redonner de l’espoir aux salariés victimes de la crise. Hélas, cet «exemple précis» manque singulièrement de précision. Le chiffre de 1 500 salariés correspond à la fourchette haute d’un objectif affiché en début d’année : le 2 janvier, lors de la présentation du volet SNCF du plan de relance, François Fillon et Guillaume Pepy, patron de l’entreprise publique, avaient annoncé que sur 4 500 embauches en 2009, la SNCF recruterait «entre 1 000 et 1 500 salariés issus d’industrie en crise, dont l’ automobile» .

Sept mois plus tard, Laurent Wauquiez semble suggérer que l’objectif est atteint. En réalité, on en est loin. Selon les derniers chiffres de la SNCF, l’entreprise ferroviaire a jusqu’à présent embauché… quinze salariés issus de la sous-traitance automobile. «Neuf sont à Rennes, les six autres dans le reste de la France», fait-on savoir dans l’entreprise.

Conformément aux engagements pris en début d’année, la SNCF et Pôle Emploi avaient organisé en avril des réunions d’échange à l’attention de 900 salariés de la filière automobile. Mais l’objectif avait déjà été singulièrement revu à la baisse, puisqu’il n’était plus question que de pourvoir 160 postes dans la maintenance ou la conduite des trains.

Après les réunions d’information, 228 salariés issus de la sous-traitance automobile se sont présentés début mai pour des entretiens individuels avec des recruteurs de la SNCF. Sur le lot, une bonne moitié n’a pas fait l’affaire ou n’a pas goûté les propositions de l’entreprise ferroviaire. Outre les quinze d’ores et déjà embauchés, une centaine de recrutements supplémentaires sont dans les tuyaux, dit-on à la SNCF, et «devraient être finalisés dans les prochains mois» . Au total, la SNCF pourrait donc permettre à une grosse centaine de salariés de rebondir. En temps de crise, c’est loin d’être négligeable. Même si c’est inférieur à l’objectif de 160, et bien éloigné du chiffre fantaisiste de 1 500 reclassements que claironne Laurent Wauquiez.

La SNCF remettra-t-elle un coup de collier avant la fin de l’année pour améliorer ce chiffre ? L’entreprise ne s’avance pas sur le sujet. Ce qui est sûr, c’est que les 4 500 embauches globales prévues en début d’année par la SNCF ne seront pas au rendez-vous : l’entreprise a été surprise par le nombre de ses agents en âge de partir à la retraite qui ont finalement fait le choix de rester (à peu près un millier de cheminots). A quoi s’ajoutent les effets de la crise, qui touche aussi l’entreprise publique.

sans parler des 2.500 suppressions d'emplois à la SNCF en 2009...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité JLChauvin

...

l'entreprise a été surprise par le nombre de ses agents en âge de partir à la retraite qui ont finalement fait le choix de rester (à peu près un millier de cheminots).

...

L'entreprise surprise?

Ils nous prennent vraiment pour des c*ns: l'entreprise a tout fait pour çà, pratiquement toute le hiérarchie s'est mobilisée avec un zèle sans limites pour faire passer en force cette contre-réforme revancharde, des syndicats se sont compromis dans cette grande trahison, d'autres syndicats l'ont carrément favorisée de fait... et maintenant ils viennent nous pleurer qu'ils sont surpris que beaucoup fassent le choix de rester?

Mais il fallait y penser avant d'ouvrir cette boite de Pandore! Mais non, tous ceux qui les ont avertis de la m*rd* que cette réforme allait provoquer n'étaient que des arriérés rétrogrades...

Nos dirigeants et nos politiques perdent sérieusement les pédales...

Modifié par JLChauvin
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité chalut

Sur mon ECT nous en sommes à la moitié des retraitables qui font du "rab" (je ne compte pas ceux qui font quelques mois pour valider une position)

Conséquence aussi : des mutations bloquées car les places ne se sont pas libérées.

Autre conséquence redoutée : les notations des prochaines années

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

L'entreprise surprise?

Ils nous prennent vraiment pour des c*ns: l'entreprise a tout fait pour çà, pratiquement toute le hiérarchie s'est mobilisée avec un zèle sans limites pour faire passer en force cette contre-réforme revancharde, des syndicats se sont compromis dans cette grande trahison, d'autres syndicats l'ont carrément favorisée de fait... et maintenant ils viennent nous pleurer qu'ils sont surpris que beaucoup fassent le choix de rester?

Mais il fallait y penser avant d'ouvrir cette boite de Pandore! Mais non, tous ceux qui les ont avertis de la m*rd* que cette réforme allait provoquer n'étaient que des arriérés rétrogrades...

Nos dirigeants et nos politiques perdent sérieusement les pédales...

+1

Sur mon ECT nous en sommes à la moitié des retraitables qui font du "rab" (je ne compte pas ceux qui font quelques mois pour valider une position)

Conséquence aussi : des mutations bloquées car les places ne se sont pas libérées.

Autre conséquence redoutée : les notations des prochaines années

D'apres c e que j'ai capté à l'ECT de BDX , c'est 80 % des retraitable qui resteraient

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

L'entreprise surprise?

Ils nous prennent vraiment pour des c*ns: l'entreprise a tout fait pour çà, pratiquement toute le hiérarchie s'est mobilisée avec un zèle sans limites pour faire passer en force cette contre-réforme revancharde, des syndicats se sont compromis dans cette grande trahison, d'autres syndicats l'ont carrément favorisée de fait... et maintenant ils viennent nous pleurer qu'ils sont surpris que beaucoup fassent le choix de rester?

Mais il fallait y penser avant d'ouvrir cette boite de Pandore! Mais non, tous ceux qui les ont avertis de la m*rd* que cette réforme allait provoquer n'étaient que des arriérés rétrogrades...

Nos dirigeants et nos politiques perdent sérieusement les pédales...

Comme souvent... pas d'accord.

D'abord on mélange tout : on parlait ici des embauches de personnes venant de l'industrie automobile (sous-traitance comprise) et je suis bien désolée de le dire mais ce n'est pas parce que l'on est un excellent ouvrier dans l'industrie automobile que l'on a forcément - et parce que le gouvernement l'a décidé - toutes les qualités pour être un bon cheminot...

Ensuite, dériver sur cette phrase précise de la "surprise" de la Sncf face aux agents qui ne prennent pas leur retraite "dans les temps" et enchaîner pour, une fois encore, taper sur la "hiérarchie" ben... c'est juste dévier le débat et ne pas dire la vérité - pour moi. En aucun, je dis bien aucun cas, je n'ai vu les "hiérarchiques" pousser dans le sens de cette réforme. La "direction" peut être. Et encore... Bien consciente que ça allait coûter bien plus cher à la boîte que le statuquo, je crois avoir ressenti quelques réticences. Mais la "hiérarchie" ??????? Dans le sens : les Dpx, les Duo bref les managers que l'on s'entend à appeler "au plus près du terrain" : non je n'en ai pas le souvenir, désolée...

Mais partageons nos souvenirs de cette période JL : tes dirigeants de proximité (Ctt, Cup and co) se sont "mobilisés avec un zèle sans limite" pour la réforme des retraites ? Si oui, nous ne vivons pas dans la même entreprise ou plutôt, et comme nos échanges ici le montrent souvent, il y a plusieurs entreprises dans l'entreprise....

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité necroshine

Mais partageons nos souvenirs de cette période JL : tes dirigeants de proximité (Ctt, Cup and co) se sont "mobilisés avec un zèle sans limite" pour la réforme des retraites ? Si oui, nous ne vivons pas dans la même entreprise ou plutôt, et comme nos échanges ici le montrent souvent, il y a plusieurs entreprises dans l'entreprise....

Mon chef de l'époque, a fait greve avec nous lors de la reforme...

Il etait chef, mais mécano dans l'ame encore, il aimait son metier, et la SNCF qu'il avait connue...

Pas celle d'aujourd'hui, dès qu'il fut retraitable, il s'est retiré non sans plaisir....

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité JLChauvin

Comme souvent... pas d'accord.

D'abord on mélange tout : on parlait ici des embauches de personnes venant de l'industrie automobile (sous-traitance comprise) et je suis bien désolée de le dire mais ce n'est pas parce que l'on est un excellent ouvrier dans l'industrie automobile que l'on a forcément - et parce que le gouvernement l'a décidé - toutes les qualités pour être un bon cheminot...

Ensuite, dériver sur cette phrase précise de la "surprise" de la Sncf face aux agents qui ne prennent pas leur retraite "dans les temps" et enchaîner pour, une fois encore, taper sur la "hiérarchie" ben... c'est juste dévier le débat et ne pas dire la vérité - pour moi. En aucun, je dis bien aucun cas, je n'ai vu les "hiérarchiques" pousser dans le sens de cette réforme. La "direction" peut être. Et encore... Bien consciente que ça allait coûter bien plus cher à la boîte que le statuquo, je crois avoir ressenti quelques réticences. Mais la "hiérarchie" ??????? Dans le sens : les Dpx, les Duo bref les managers que l'on s'entend à appeler "au plus près du terrain" : non je n'en ai pas le souvenir, désolée...

Mais partageons nos souvenirs de cette période JL : tes dirigeants de proximité (Ctt, Cup and co) se sont "mobilisés avec un zèle sans limite" pour la réforme des retraites ? Si oui, nous ne vivons pas dans la même entreprise ou plutôt, et comme nos échanges ici le montrent souvent, il y a plusieurs entreprises dans l'entreprise....

Je ne mélange absolument rien, il faut que M Wauquiez soit gonflé pour dire qu'il va "refourguer" les licenciés de l'automobile à la SNCF qui de son côté se décompose de plus en plus vite, sous les ordres des amis politiques de M Wauquiez! Si les retraitables restent, c'est bien grâce à ces mêmes amis politiques de M Wauquiez, c'est bien ce qu'ils voulaient, non? Les cheminots étaient des salauds de privilégiés qui partaient en retraite avant les autres, et maintenant on va les traiter de salauds parce qu'ils restent et empêchent des embauches?

On sent bien d'après tes écrits que la solidarité avec les salariés de l'industrie à ses limites.

Effectivement, il semble bien nous ne vivions pas dans la même entreprise, puisque pour moi c'est du passé maintenant.

A moins que tu ne refuse d'ouvrir les yeux. Je comprends bien que les choses soient dures à avaler, mais dire que la direction et une grande majorité de l'encadrement n'a pas poussé dans le sens de la contre-réforme alors que les cicatrices de ce qui s'est passé sont encore béantes, révèle pour le moins d'une certaine forme d'autisme. Je suis désolé de paraitre aussi dur, mais il faut quand même arrêter de faire l'autruche, çà ne protège de rien.

Puisqu'on parle de souvenir, combien de maitrises et de cadre ont fait plus d'un ou deux jours de grève? Si l'encadrement avait été aussi opposé que çà a cette contre-réforme, crois tu vraiment qu'elle serait passée si facilement? Je parles pour ce que j'ai vécu, combien de GM ont repris leur poste ou ne l'on jamais quitté, combien de trains ont-il été tirés par des CTT? Alors tu m'excusera (ou pas) de te dire que je te trouve gonflée de refaire l'histoire comme çà! La ou tu bosse, les trains ne roulaient plus? Aucun cadre ne les a conduits? Les DPX on montré leur opposition à la réforme, quels DPX, tu a surement des exemples concrets à nous donner, ainsi que la forme qu'a pris leur opposition.

Cherchez bien, vous trouverez dans les archives tout ce qu'a pu écrire, dire et faire la direction relayée par une grande partie de l'encadrement pour faire passer cette contre-réforme. Cherchez aussi ce qu'on pu écrire, dire ou faire certaines organisations syndicales qui ont largement contribué à ce recul social pour quelques kopecks...

Qu'on puisse chercher à refaire l'histoire aussi rapidement me laisse quand même un gout amer... Dans pas longtemps vous allez voir que TOUT LE MONDE à tout fait pour empêcher la "réforme" des retraites, TOUT LE MONDE...

Modifié par JLChauvin
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité JLChauvin

Mon chef de l'époque, a fait greve avec nous lors de la reforme...

Il etait chef, mais mécano dans l'ame encore, il aimait son metier, et la SNCF qu'il avait connue...

Pas celle d'aujourd'hui, dès qu'il fut retraitable, il s'est retiré non sans plaisir....

Et oui, mais des comme çà il doit en rester seulement un petit nombre, j'en connais au moins un.

Je n'avais pas le "profil" de chef, j'étais et resterais mécano dans l'âme, j'aimais moi aussi ce métier et cette SNCF qui n'existe plus.

Pourtant, comme lui je me suis retiré "non sans plaisir" dés que j'ai pu! lapleunicheuse

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Comme souvent... pas d'accord.

D'abord on mélange tout : on parlait ici des embauches de personnes venant de l'industrie automobile (sous-traitance comprise) et je suis bien désolée de le dire mais ce n'est pas parce que l'on est un excellent ouvrier dans l'industrie automobile que l'on a forcément - et parce que le gouvernement l'a décidé - toutes les qualités pour être un bon cheminot...

Ensuite, dériver sur cette phrase précise de la "surprise" de la Sncf face aux agents qui ne prennent pas leur retraite "dans les temps" et enchaîner pour, une fois encore, taper sur la "hiérarchie" ben... c'est juste dévier le débat et ne pas dire la vérité - pour moi. En aucun, je dis bien aucun cas, je n'ai vu les "hiérarchiques" pousser dans le sens de cette réforme. La "direction" peut être. Et encore... Bien consciente que ça allait coûter bien plus cher à la boîte que le statuquo, je crois avoir ressenti quelques réticences. Mais la "hiérarchie" ??????? Dans le sens : les Dpx, les Duo bref les managers que l'on s'entend à appeler "au plus près du terrain" : non je n'en ai pas le souvenir, désolée...

Mais partageons nos souvenirs de cette période JL : tes dirigeants de proximité (Ctt, Cup and co) se sont "mobilisés avec un zèle sans limite" pour la réforme des retraites ? Si oui, nous ne vivons pas dans la même entreprise ou plutôt, et comme nos échanges ici le montrent souvent, il y a plusieurs entreprises dans l'entreprise....

Dans ta branche peut-etre, mais pour la traction il a raison ?

Mon chef de l'époque, a fait greve avec nous lors de la reforme...

Il etait chef, mais mécano dans l'ame encore, il aimait son metier, et la SNCF qu'il avait connue...

Pas celle d'aujourd'hui, dès qu'il fut retraitable, il s'est retiré non sans plaisir....

Euh, ton chef n'était pas le mien dans le temps ? ( un collectionneur de vieux vélos ?)

lapleunicheuse

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Désolée mais j'abandonne le terrain : d'abord je suis en vacances et ensuite je n'ai pas envie de m'énerver . JL tu décrètes que je refais l'histoire à ma manière alors que tu la présentes toujours sous ton angle personnel aussi, on en sortira pas...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité chalut

Retour donc à l'effet d'annonce : Mr Wauquiez annonce que 1500 salariés du secteur automibile seront reclassés à la SNCF mais sans s'assurer que la SNCF va effectivement les embaucher (postes libres ? sans compter les entretiens, VM et psycho)

Autre constatation ironique, en interne cette fois-ci : en Auvergne, la SNCF pousse pour que l'EAS soit mis en place sur la ligne Moulins - Clermont - Brioude. D'où une chute d'effectif spectaculaire. Le problème est que l'ECT sert depuis 3 ans de bouée à reclassés de toute la région SNCF Auvergne - Nivernais. Sur chaque école, il y a au bas mot 13 reclassés pour 2 embauchés... Où va-t-on mettre ces reclassés si l'EAS se met en place ? Il n'y a plus aucune place ailleurs !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité JLChauvin

Désolée mais j'abandonne le terrain : d'abord je suis en vacances et ensuite je n'ai pas envie de m'énerver . JL tu décrètes que je refais l'histoire à ma manière alors que tu la présentes toujours sous ton angle personnel aussi, on en sortira pas...

Si tu le veux comme çà. Mais j'attends aussi toujours tes réponses et tes argumentations dans un autre sujet, que j'ai ouvert exprès pour toi... lapleunicheuse

Pour ce qui est de le présenter sous mon angle personnel, tu as parfaitement raison. Mais je n'ai pas inventé ce qui s'est passé, que beaucoup sur le terrain on pu constater et dont les traces sont si faciles à trouver. Sur ceux,bonnes vacances! okok

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...

L'extension "AdBlock" anti-pub... on en parle ?

Vous avez installé un outil pour bloquer la publicité sur internet...hors c'est la publicité qui permet à cheminots.net d'exister et de vous permettre d'avoir la meilleure expérience utilisateur possible.

Alors pourquoi ne pas désactiver votre bloqueur de pub pour ce site et ainsi participer à sa pérennité ?

Si vous ne souhaitez pas désactiver Adblock, vous pouvez quand même accéder au site,
et on vous souhaite une bonne visite !

 

Comment désactiver Adblock pour cheminots.net ?

Repérez l'icône Adblock sur votre navigateur internet (Mozilla Firefox, Google Chrome etc.). 
Généralement elle se situe à droite de la barre d'adresse, ou tout en bas à droite de la fenêtre.
adblock.png.b5362a440eebda16ea382664cb9b629f.png

Cliquez sur l'icône puis.. (en fonction du navigateur) :

Mozilla Firefox 
Cliquez sur « Désactiver partout ».

Google Chrome et autres 
Cliquez sur « Ne rien bloquer sur les pages de ce domaine » ou décochez « Activé pour ce site ».

 

Si je n'arrive pas à désactiver Adblock...

Si vous ne trouvez pas le bouton Adblock ou si vous n'arrivez pas à désactiver Adblock, vous pouvez essayer de désinstaller complètement le logiciel dans les options de votre navigateur web:

Mozilla Firefox 
Cliquez sur Firefox, puis Modules complémentaires. Dans Extensions, désactivez/désinstallez Adblock.

Google Chrome 
Cliquez sur la clé à outil en haut à droite, puis Outils et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

Apple Safari 
Cliquez Safari, puis Préférences et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

 

FREEBOX
Se connecter à l’interface de gestion mafreebox.freebox.fr puis « Connexion Internet > Configuration > Blocage de la publicité »
Désactiver l’option et cliquer sur Modifier.

Antivirus
Certains antivirus bloquent les bannières, essayez en le désactivant. Si c'est lui qui bloque les pubs, vous pouvez désactiver cette fonctionnalité, ou mettre le site cheminots.net en liste blanche.