Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Un perdreau de l'année...juste sortie de la couveuse


Invité Gnafron 1er

Messages recommandés

L'étudiant en droit (surdoué d'après ses proches)a déjà 4 ans d'études de droit dérrière lui mais il est seulement en 2 émé année de droit .Cherchez l'erreur .Coluche disait que la politique , c'est 5 ans de droit mais le reste de travers.Pour le petit Jeannot , c'est seulement 4 ans .....Ce qui m'a le plus amusé , ce sont les propos d'un journaleux qui expliquait que même le Grand Charles avait aidé l'un des sien à devenir député........Effectivement , le poulain De Gaulle était déjà Amiral lorsque qu'il a été élu député .On peut constater effectivement qu'il devait s'agir d'un perdreau de l'année ... !

Jean Sarkozy, une ascension hors normes mais critiquée

(AFP) –

NANTERRE — Depuis moins de deux ans, Jean Sarkozy, fils cadet du chef de l'Etat, poursuit une ascension fulgurante dans le département de son père, les Hauts-de-Seine, mais il peine à se défaire d'une image d'"héritier".

Agé aujourd'hui de 23 ans, le jeune homme a fait ses premiers pas en politique lors des municipales de mars 2008, à Neuilly-sur-Seine, cette banlieue riche de Paris où il est né et que Nicolas Sarkozy a administrée de 1983 à 2002.

Très à l'aise sur les marchés, où tout le monde reconnaît sa crinière blonde et ses intonations de voix rappelant son père, ce passionné de théâtre le sera tout autant pour participer à son premier "coup" politique.

Après avoir soutenu le candidat officiel de l'UMP, David Martinon, porte-parole de la présidence, il est en première ligne pour l'évincer. Et à la faveur de cette tragi-comédie locale, il se porte candidat sur l'un des deux cantons de Neuilly, ultra favorable à la droite et où il fait figure d'"enfant du pays".

A seulement 21 ans, il remporte une élection facile, avec 51,91% des voix dès le premier tour, et entre au conseil général des Hauts-de-Seine, où il retrouve l'une de ses marraines en politique, l'élue de Levallois-Perret Isabelle Balkany.

Sans complexe, l'étudiant en droit se pose alors en rassembleur de la majorité locale, et lorsqu'il prétend dès juin 2008 au poste de président du groupe UMP/Nouveau Centre au conseil général, personne ne tente de lui résister.

Problème pour lui, chaque étape de son ascension s'accompagne d'une flopée de critiques sur "l'héritier" qui doit tout à son père. Caricaturé aux "Guignols de l'Info", il se voit remettre devant les caméras un "diplôme de fils à papa", des mains de militants du collectif "Sauvons les riches", en plein Rotary Club à Paris, dans le XVIe arrondissement.

Au conseil général des Hauts-de-Seine, si les élus de la majorité, bluffés, louent à l'unanimité sa "maturité", son "sens politique précoce" ou encore "sa capacité à rassembler" ou "à bosser", les conseillers de gauche se montrent sceptiques.

"Je ne l'ai jamais vu en capacité de mener un débat sur les questions d'avenir des Hauts-de-Seine, pour un président de groupe c'est un peu étrange", explique Pascal Buchet (PS).

"Il n'est pas pire qu'un autre, mais jusqu'à présent il s'est souvent montré effacé lors des séances", commente le communiste Patrice Leclerc.

Face aux critiques, Jean Sarkozy répète depuis le début qu'il veut être jugé sur ses "actes" et pas sur son état civil. Dans ses interviews, il s'efforce même de faire de son nom un handicap plutôt qu'un avantage.

"Le fait de m'appeler Sarkozy rend les choses plus difficiles, comme le prouvent les violentes attaques personnelles dont je fais l?objet depuis le début", a-t-il déclaré lundi au quotidien gratuit Metro.

Candidat déclaré à la présidence de l'Etablissement public d'aménagement de La Défense (Epad), où il aurait alors la main sur le premier quartier d'affaires d'Europe, on lui prête également l'ambition de prendre la tête du conseil général des Hauts-de-Seine en 2011, d'être élu député dans le département ou maire de Neuilly-sur-Seine en 2014.

Pour l'instant, le jeune élu, marié depuis septembre 2008 à la fille du fondateur des magasins Darty, Jessica Sebaoun, n'a confirmé aucun de ces projets électoraux.

Modifié par MarcM
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pour l'instant, le jeune élu, marié depuis septembre 2008 à la fille du fondateur des magasins Darty, Jessica Sebaoun, n'a confirmé aucun de ces projets électoraux.

En tout cas il assume l'EPAD

JS

Modifié par michael02
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pour une fois que s'annonce un renouvellement politique okok

avec un jeune de 23 ans... cartonrouge

Bon d'accord c'est un jeune... loup aux dents longues... okoknonmais

Ha là là jamais content... lotrela nonmais

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pour une fois que s'annonce un renouvellement politique helpsoso

avec un jeune de 23 ans... koiquesse

Bon d'accord c'est un jeune... loup aux dents longues... ;)helpsoso

Ha là là jamais content... lotrelanonmais

Salut DOM, manque plus qu'il déjoue une prise d'otage dans une école maternelle, et il sera porté aux nus des années plus tard. ( Même si le geste est louable ).

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pas suffisant, je le verrai bien en sauveur du monde face à une attaque terroriste à la bombe atomique contre l'Elysée ...

Tu as sans doutes raison. Le " Human bomb " c'est mondialisé. Après l'amerloque abruti ( celui qui prend des pompes dans la gueule ), il faudra un sauveur européen voir français.

Heu! les présidents " juniors " de leur papa, on sais ce que cela donne. revoltages :blink:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Les études du Prince. Une enquête de rue89 :

http://www.rue89.com/2009/10/20/jean-sarko...e-france-122599

Jean Sarkozy à la fac ? Le secret le mieux gardé de France

« Vous pouvez vérifier », a lancé le fils du Président à propos de ses études universitaires. Rue89 l'a pris au mot.

Tout commence avec cette confidence de Jean Sarkozy, jeudi dernier au Point :

« J'ai validé trois matières de ma deuxième année présentée. Et je peux même vous donner les notes : 11 en histoire des idées politiques, 14 en finances publiques et 19 en droit immobilier et en droit civil. Vous pouvez vérifier. »

Il ne fallait pas nous le dire deux fois. Venant de quelqu'un qui, pour sa première campagne électorale, a assuré « soutenir à mort » le candidat qu'il allait pourtant lâcher quelques semaines plus tard, il y a de quoi se poser de légitimes questions.

Au début de cette enquête, je commence quand même par me dire qu'il y a quelque chose d'étrange à s'interroger sur le parcours universitaire d'un jeune homme qui, à 23 ans, n'a toujours qu'un bac en poche et devrait pourtant diriger le conseil d'administration de l'Epad (Etablissement public d'aménagement de La Défense). L'Epad qui, comme le souligne Libération ce mardi, est « chargé d'aménager un quartier où l'on compte 2 500 entreprises (dont des multinationales) et 150 000 emplois »…

Mais puisque ça se passe comme ça en Sarkozie et qu'un responsable politique en vient à parler de son actualité en donnant ses notes de deuxième année de fac, il faut bien s'y résoudre. D'autant que nombre de riverains de Rue89 m'ont également réclamé de vérifier ses dires, sous ma récente enquête sur les difficultés financières de l'Epad.

Le droit immobilier, c'est pour les plus grands

Alors, commençons par les trois notes sus-citées. Petit coup de téléphone au service de la scolarité de la Licence 2 à la faculté de droit de l'université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, où Jean Sarkozy est réputé étudier :

« Nous ne sommes pas autorisés à communiquer sur les notes ou les années des étudiants, de tous les étudiants, même aux parents. »

Il fallait s'y attendre. C'est même plutôt rassurant de voir qu'on ne refile pas les notes d'untel ou d'unetelle au premier venu. N'empêche, au passage, je repense au « vous pouvez vérifier » de Jean Sarkozy et me dis que ça ne l'engageait pas trop…

Direction alors le règlement de la Licence 2. On ne connaîtra pas les notes, mais on apprendra autre chose. La série des trois matières indiquées figurent bien au programme du premier semestre de la Licence 2, mais deux précisions s'imposent :

Il ne s'agit pas de « droit immobilier et droit civil », mais de « droit des biens », qui est bien une matière de droit civil, mais qui n'est pas du droit immobilier. Le droit immobilier, c'est pour les plus grands. On peut cependant le comprendre : un 19 en droit immobilier, ça peut remplir un CV vide quand on veut présider l'Epad.

Il s'agit de matières dites non fondamentales. Et pour avoir moi-même fait des études de droit, je peux témoigner qu'il s'agit d'oraux ou d'écrits d'une heure qui se révisent et s'obtiennent en bachotant deux jours maximum par matière. Pas de quoi pavoiser.

Ce qui surprend également est la précision apportée par Jean Sarkozy, toujours au Point : « Je présenterai les quatre matières restantes lors du prochain contrôle. » Sauf qu'il lui reste au minimum huit matières à passer. Quatre matières fondamentales (deux au premier semestre et deux au second, les plus difficiles à obtenir) et quatre non fondamentales (au second semestre).

Allez, on pourrait presque lui pardonner cette absence, tant il est difficile de s'y retrouver même pour un étudiant assidu.

« Un étudiant qui n'est même pas chez nous »

Muet, le même service de la scolarité allait toutefois m'apporter, sans le vouloir, une précision loin d'être anodine. Affable, mais agacée par les coups de téléphone à répétition des journalistes, la responsable me glisse avant de raccrocher :

- « Je n'aime pas trop passer tout mon temps au téléphone pour un étudiant qui n'est même pas chez nous.

- Pas chez vous ? Comment ça ?

- Ben… Euh… On ne s'occupe que de la filière normale. Au revoir. »

S'il est donc toujours apparemment inscrit à Paris I, il a opté pour l'une des voix alternatives : la formation continue ou la formation à distance, plus facilement conciliables avec son activité de conseiller général des Hauts-de-Seine.

Une indication qui vient s'ajouter à celles, nombreuses, fournies par étudiants et professeurs de la même faculté, qui témoignent qu'on ne le voit plus depuis au moins un an. Ainsi que par quelques portraits de l'intéressé parus dans la presse. Autant d'éléments qui permettent de retracer un semblant de parcours :

Juin 2004 : bac L au lycée Pasteur de Neuilly (obtenu).

Septembre 2004 : hypokhâgne au lycée Henri-IV à Paris (abandon).

Septembre 2005 : cours de théâtre.

Septembre 2006 : première année de droit à Nanterre puis à Paris I (obtenue).

Septembre 2007 : première deuxième année de droit (rate les exams).

Septembre 2008 : deuxième deuxième année de droit (ne passe pas les exams).

Septembre 2009 : troisième deuxième année de droit (en cours).

Dérogation, autorisation et communication de crise

Là encore, on peut faire deux observations. Il est semble-t-il passé par la fac de Nanterre (celle du secteur de Neuilly-sur-Seine), avant de bénéficier d'une dérogation pour venir étudier à Paris I. Et le président de l'université a dû l'autoriser à tripler sa deuxième année, car il est impossible sinon de faire plus d'un redoublement durant les deux premières années d'études en droit.

J'aurais évidemment souhaité pouvoir confronter ces déductions aux déclarations de Jean Sarkozy. Mais ce dernier n'a pas répondu aux demandes d'interview de Rue89. J'ai seulement appris au passage qu'il s'était entouré, depuis peu, d'une nouvelle conseillère en com, spécialiste des relations publiques… et de la communication de crise.

Si vous me lisez, Madame, Mademoiselle, je veux bien que vous écoutiez votre répondeur et me rappeliez. Par avance, merci.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Effectivement .Je n'approuve pas plus . Mais j'y mettrais quand même des nuances :

- il va s'agir là d'une vrai élection au suffrage universel (et non dans un secteur où le candidat est sûr d'être élu...pour sarko junior)

- et il ne s'agit pas de gérer le plus grand centre économique d'Europe !

D&éjà , ça grince des dents chez les écolos .Certains rient "vert" !

!

Modifié par MarcM
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ouai ben moi aussi je suis le fils de mon père et de ma mère ...

et ma soeur est leur fille aussi ...

et je vous parle pas de mes deux grand-pères blessés au combat en 14/18 ...

et de mes deux grand-mères , fortes femmes de tête et de coeur...

Ceci dit le vrai problème n'est pas d'être fils ou fille de...

mais le ... piston (et le renom...)

donc les passe-droits ...

Pour ce qui est de Marie Bové

elle peut être fier de son père qui a passé quelques nuits en prison

pour un combat juste et humain ...

Cela étant ce n'est pas son père qui la présente

mais Noël Mamère connu aussi pour ses coups fourrés...

Modifié par Dom-trappeur
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Salut ,

Elu démocratiquement ?

Le système de défense des Sarkozy se base sur la démoncratie tout en mettant en valeur

l'ascension du Fils sur la base de son mérite .

Or il s'avère que cette situation n'est pas si miraculeuse car bien des gens ont été priés de

s'écarter de la route du prince Jean , afin de lui laisser place nette , n'est- ce pas monsieur

M ...

De plus il a bénéficié de la formation le l'élite politique du 9-2 ( zi va ) , ce qui contitue

connaissant leurs agissements , une sacrée carte de visite $$$$$$$$$$$ ...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ouai ben moi aussi je suis le fils de mon père et de ma mère ...

et ma soeur est leur fille aussi ...

et je vous parle pas de mes deux grand-pères blessés au combat en 14/18 ...

et de mes deux grand-mères , fortes femmes de tête et de coeur...

Ceci dit le vrai problème n'est pas d'être fils ou fille de...

mais le ... piston (et le renom...)

donc les passe-droits ...

Pour ce qui est de Marie Bové

elle peut être fier de son père qui a passé quelques nuits en prison

pour un combat juste et humain ...

Cela étant ce n'est pas son père qui la présente

mais Noël Mamère connu aussi pour ses coups fourrés...

En gras "rouge " = j'adhère

En plus "souligné" = j'avoue que je n'y avais pas pensé ....et qu'effectivement , il a de la ressource " le garçon formé au JT télévisé ... !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

okok + lotrela + lotrela +

Etre con de nos jours est une marque ( M ) de différence d'esprit. Le revendiquer est une fierté pour certains ( dont moi ), et en plus c'est une façon d'emm..... d'autres c.. qui eux le méritent bien. Bon c'est un peu " aware " mon annalyse, mais bon, avoir un état d'esprit à la " Vandame " n'est pas donné à tout le monde. nonmaisnonmaisnonmais:cool: mdrmdr

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Etre con de nos jours est une marque ( M ) de différence d'esprit. Le revendiquer est une fierté pour certains ( dont moi ), et en plus c'est une façon d'emm..... d'autres c.. qui eux le méritent bien. Bon c'est un peu " aware " mon annalyse, mais bon, avoir un état d'esprit à la " Vandame " n'est pas donné à tout le monde. lotrelaokoklotrelanonmaisnonmais

On peut rire de tout mais pas avec tout le monde... !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

En effet, dans ce domaine, y a t'il du piston? bigbisous

C'est pour ça que je ne rigolai jamais avec les chéfaillons...

parce que eux le piston, il savent souffler dedans...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...

L'extension "AdBlock" anti-pub... on en parle ?

Vous avez installé un outil pour bloquer la publicité sur internet...hors c'est la publicité qui permet à cheminots.net d'exister et de vous permettre d'avoir la meilleure expérience utilisateur possible.

Alors pourquoi ne pas désactiver votre bloqueur de pub pour ce site et ainsi participer à sa pérennité ?

Si vous ne souhaitez pas désactiver Adblock, vous pouvez quand même accéder au site,
et on vous souhaite une bonne visite !

 

Comment désactiver Adblock pour cheminots.net ?

Repérez l'icône Adblock sur votre navigateur internet (Mozilla Firefox, Google Chrome etc.). 
Généralement elle se situe à droite de la barre d'adresse, ou tout en bas à droite de la fenêtre.
adblock.png.b5362a440eebda16ea382664cb9b629f.png

Cliquez sur l'icône puis.. (en fonction du navigateur) :

Mozilla Firefox 
Cliquez sur « Désactiver partout ».

Google Chrome et autres 
Cliquez sur « Ne rien bloquer sur les pages de ce domaine » ou décochez « Activé pour ce site ».

 

Si je n'arrive pas à désactiver Adblock...

Si vous ne trouvez pas le bouton Adblock ou si vous n'arrivez pas à désactiver Adblock, vous pouvez essayer de désinstaller complètement le logiciel dans les options de votre navigateur web:

Mozilla Firefox 
Cliquez sur Firefox, puis Modules complémentaires. Dans Extensions, désactivez/désinstallez Adblock.

Google Chrome 
Cliquez sur la clé à outil en haut à droite, puis Outils et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

Apple Safari 
Cliquez Safari, puis Préférences et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

 

FREEBOX
Se connecter à l’interface de gestion mafreebox.freebox.fr puis « Connexion Internet > Configuration > Blocage de la publicité »
Désactiver l’option et cliquer sur Modifier.

Antivirus
Certains antivirus bloquent les bannières, essayez en le désactivant. Si c'est lui qui bloque les pubs, vous pouvez désactiver cette fonctionnalité, ou mettre le site cheminots.net en liste blanche.