Aller au contenu
Le Web des Cheminots

RailPassion: magnifique hommage à P.Séguin et au travail impartial de la Cour des Comptes


Invité

Messages recommandés

RailPassion de Fevrier 2010 publie un magnifique article qui rend hommage au travail impartial de la Cour des Comptes dirigé de main de maître par le si regrétté P.Séguin.

Rien à dire sur le fond et on comprend les regrets et larmes de crocodiles autour du cercueil de P.Séguin.

Qui pourra le remplacer pour servir sur un plateau d'argent des dossiers si faciles à engendrer des réformes salvatrices pour les requins du privé qui aiguisent leurs couteaux?

Certains que sous couleurs non-SNCF, un ménage rapide des lignes TER sera fait d'autant plus facilement qie le nouveau prestataire du service TER possèfent au hasard des flottes d'auocar disponible.

Je salue le courage du maire de Bordeaux Alain Juppé qui n'a pas trouvé le courage de quitter les bords de la Garonne pour reprendre le flambeau laissé vaquant à Paris et les armes de destrucitons massives de tout ce qui ressemble à un service publique.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le fait est que Séguin est bien anti-ferroviaire...

Une anecdote : mon père lui (maire d'Epinal) a écrit à l'époque de la suppression du train direct Epinal - Clermont-Ferrand. La réponse fût en gros : RAB...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

il faut que je pense demain à écrire un message de félicitations et de soutien à D. Paris. Ce n'est pas tous les jours qu'on peut lire un article aussi franc.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité necroshine

Un article 100% defendable contrairement a l'etude de la cours des comptes...

Combien avait elle coutée cette etude ????

On en parlait avec des collegues, nos anciens, qui avaient voulus toutes ces lignes,

etaient plus écolos que la generation actuelle... Et quel aménagement du territoire aussi !!!

Un ligne fermée, un arret supprimé est un facteur aggravant dans la desertification d'une region...

Aujourd'hui réouvrir toutes les lignes serait un investissement pharamineux, et surtout ne serait pas rentable,

du moins dans un 1er temps, mais la présence de services publics sur un territoire fait revenir du monde,

particuliers et entreprises...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

il faut que je pense demain à écrire un message de félicitations et de soutien à D. Paris. Ce n'est pas tous les jours qu'on peut lire un article aussi franc.

Effectivement = bon article ! ça change .

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité necroshine

Le rapport qui commence a accoucher de reflexion, et surement de mesures :

http://www.france24.com/fr/20100206-autoca...rains-r-gionaux

Le rail a beau être à l'honneur depuis le Grenelle de l'environnement, de nombreux trains régionaux peu fréquentés sont menacés d'être remplacés par des bus, pour des raisons économiques et parce que leur bilan carbone est mauvais. L'histoire n'est pas nouvelle: la SNCF a fermé des milliers de kilomètres de lignes secondaires jusque dans les années 1980, quand elle négligeait les trains régionaux.

Mais ces derniers temps, on parlait plutôt de réouvertures. Les régions, désormais responsables des TER, en on même fait une priorité. La plupart d'entre elles se sont mises à cadencer leurs trains: ceux-ci se succèdent régulièrement, toute la journée. Y compris aux heures creuses.

Or, malgré une hausse constante de la fréquentation, certains TER restent désespérément vides. Le taux de remplissage moyen n'est que de 26%, selon la SNCF. Il est donc très bas sur les lignes les plus rurales.

Fin novembre, la Cour des comptes a réclamé dans un rapport la fermeture de nombreuses "petites lignes".

"La pertinence du mode ferroviaire pour des lignes situées en zone rurale supportant un très faible trafic n?est en effet avérée ni sur le plan financier ni sur le plan environnemental", a-t-elle écrit, recommandant "l'étude de solutions routières alternatives".

Dit autrement, il est plus économique et plus écologique de faire circuler un autocar un peu rempli qu'un train diesel vide.

Les lignes concernées représentent selon la Cour le quart du réseau national, 7.800 km. Elles sont à 90% non électrifiées, et donc parcourues par des trains diesel.

"En général, on considère que le transport ferroviaire est plus efficace que par route", constate Alain Morcheoine à l'Agence de l'environnement (Ademe). "Mais on raisonne en moyenne. Si vous prenez une ligne pas très fréquentée avec un TER dans lequel vous transportez trois pèlerins, il vaut mieux utiliser un engin plus léger, sur route."

Le secrétaire d'Etat aux Transports Dominique Bussereau tient exactement ce discours depuis plusieurs mois. A défaut de vouloir carrément fermer des lignes, il veut faire un peu de place aux trains de fret.

"Si je suis encore en fonction après les élections régionales, je dirai aux nouveaux élus qu'il vaut mieux remplacer des TER par des cars pour libérer des sillons à certains moments", disait-il récemment à l'AFP.

Or, non contentes de payer une bonne partie du prix du billet, les régions ont investi plus de 6 milliards d'euros pour acheter des rames modernes... qui sont autant de publicités roulantes pour leur action.

Bien sûr, rien ne se fera avant les élections. Les conseils régionaux ne sont d'ailleurs pas forcément hostiles.

"J'accepte l'idée, et nous l'avons fait en Rhône-Alpes, que sur certaines liaisons et à certaines heures, on fasse circuler des cars à la place des trains", acquiesce Bernard Soulage, qui s'occupe du pôle ferroviaire de l'Association des régions de France.

Les associations d'usagers crient au scandale, réclamant au contraire une politique volontariste visant à mieux remplir ces trains.

A la SNCF, on compte les points. "C'est difficile pour les élus de passer du train au bus", estime Jean-Pierre Farandou, le patron des TER. "Dans la perception de notre clientèle, le train est supérieur au bus. Ce n'est pas totalement faux, car il est plus confortable et plus fiable."

"Cela dit, un bus coûte au moins cinq fois moins cher qu'un train. Quand il y a vingt ou trente personnes, ça se justifie économiquement de passer du train au bus", reconnaît-il. "A fortiori quand le train est diesel."

Et de conclure: "Nous ne sommes pas des ayatollahs du monde ferroviaire!"

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...