Aller au contenu
Le Web des Cheminots

RETRAITES (Plan gouvernemental) : l’agression sociale franche et directe!


rauf

Messages recommandés

Le 16 juin 2010, le gouvernement a communiqué sa « réforme des retraites ». Peu de surprise car la philosophie générale de ce plan avait été annoncée par un des oracles favoris du Président de la République et (il va de soi) du patronat (MEDEF et CGPME) : Alain MINC, Conseiller du locataire de l’Elysée.

« Nos déficits sont aussi sociaux et concernent les retraites et la santé. Dans le deuxième cas, on ne connaît pas la solution. Dans le premier, si : il faut jouer sur le niveau des pensions, sur leur indexation et sur la durée de cotisation. L'équation est simple, même si elle est politiquement difficile. Je pense qu'il est temps d'envoyer un signal très fort, et d'allonger la durée de cotisation, le cas échéant en prenant mieux en compte le facteur pénibilité. La réforme des retraites sera aussi un signe de sérieux adressé au monde entier. »(Le Figaro, 4 janvier 2010)

« La politique économique française est accrochée à un principe : ne pas perdre le triple A que nous donnent les agences de notation et, de ce point de vue, la réforme des retraites est clé, plus clé encore que les affaires budgétaires », «elle est plus lourde que le problème du déficit de l'État" car "c'est un signe envoyé aux marchés financiers » a encore indiqué A.MINC (avril 2010).<BR style="mso-special-character: line-break">

Le premier signe fort est de repousser l’âge légal de la retraite à 62 ans. C’est d’abord une annonce d’une portée symbolique considérable car cela signifie que l’on clôt la marche du progrès consistant à permettre aux salariés de vivre plus vieux, en meilleure santé en retraite (car partant à un âge permettant de vivre environ une décennie sans grave problème de santé).

Si cette mesure régressive était confirmée par la représentation nationale à l’automne, la durée du temps travail se verrait augmenté et/ou les pensions réduites (souvent les deux simultanément). Tout cela, en le justifiant par le déséquilibre grandissant dans le rapport entre actifs et retraités (1,5 actif pour 1 retraité aujourd’hui et d’ici 10/15 ans selon des projections aléatoires 1,2 pour 1).

L’argumentaire gouvernemental et patronal est une insulte à l’intelligence analytique et au progrès humain.

Parce que la part des salaires au sein du P.I.B. national s’est inversée entre la fin des années 60 et le début du millénaire (60 % contre 40% aujourd’hui). Simultanément, la productivité horaire du salarié travaillant en France est reconnue pour être l’une des plus élevée (définition du B.I.T. de 2006 : 25,68 euros pour un français et 26,07 euros pour un américain) même si ce point fait l’objet d’un débat entre économistes.

Il est à noter que l’instauration des 35 heures n’a pas provoqué, à moyen terme, une baisse de la production mais logiquement provoqué une augmentation de la productivité.

Ensuite, parce que la France demeure un pays attractif pour les investisseurs étrangers, n’en déplaise aux déclinistes de tout bord.

Enfin, la natalité n’est pas un problème majeur dans la mesure où notre pays est l’un des premiers (pays de l’O.C.D.E.).

Par contre, il y a plusieurs explications bien concrètes à la dégradation des comptes sociaux dont ceux des retraites.

En premier lieu, l’existence de plus de 7,5 millions de personnes chômeurs et salariés précaires dont l’absence de cotisations sociales représente un « manque à gagner » phénoménal pour les caisses de retraites. Réduire de moitié le taux de chômage (de 10 à 5%) permettrait de trouver près de 40% des ressources nécessaires ! D’où la nécessité de refonder à la fois une vraie politique industrielle nationale et européenne et une action déterminée sur l’emploi.

Il conviendrait aussi d’élargir le financement bien au-delà des revenus salariaux et de la C.S.G. actuelle. Nos pensions de retraites ne peuvent plus être financées sous le seul principe du « salaire différé » (cotisations patronales et salariales).

Avec un chômage à 10% et les difficultés économiques liées aux mutations technologiques et à la funeste financiarisation de l’économie, d’autres revenus doivent être mis à contribution, et ce, de façon significative.

La C.S.G. avait ouvert la voie à d’autres sources de financement. Mais cela est resté modeste puisqu’elle est payée à près de 90% par les salariés et les retraités. C’est une injustice qu’il convient de réparer en faisant participer les revenus du capital.

Quand à la pénibilité, elle aurait pu être un élément de négociation positive (et de contractualisation sociale) si le gouvernement l’avait traité avec sérieux. Il n’en a rien été.

Le gouvernement a proposé d’autres mesurettes (1% sur la dernière tranche de l'impôt sur le revenu; augmentation d'un point des prélèvements sur les plus-values de cessions immobilières, augmentation des prélèvements sur les stock-options, augmentation des prélèvements sur les retraites chapeaux, suppression de deux niches fiscales, taxation au premier euro des plus-values de cessions mobilières).

Mais celles-ci seront quantitativement négligeables.

Les ressources des retraites sont aussi directement impactés par les exonérations de cotisations sociales et de subventions pour les entreprises au titre du soutien à l’emploi et dont on connaît les médiocres résultats depuis 1978 (30 milliards d’exonérations de subventions, taxe professionnelle, allègements divers…).

La réalité de la situation suppose que l’on trouve de nouveaux financements pour nos retraites. Sauf a réduire le montant des pensions et repousser l’âge légal de la retraite, ce qui est aujourd’hui proposé.

Or les ressources existent. Mais elles ne peuvent être utilisées que si l’on ose (enfin) une réforme fiscale juste et que l’on dynamise la politique salariale permettant à la « valeur travail » de retrouver toute sa place.

Il faut envisager les grands travaux d’investissements que la France et l’Europe a besoin dans la dynamique du développement durable comme l’avenir des générations en marche.

Pour cela, il faut du courage politique.

Celui qui n’obéit pas aux « marchés » car ils produisent des richesses trop souvent spéculatives sur le dos de la misère humaine (par du dumping social entre salariés et l’affaiblissement du droit du travail comme de son respect).

Il faut aussi du courage pour s’engager dans une refondation de la construction européenne qui ne laisse de place aujourd’hui qu’au « marché » et à l’idéologie de la « concurrence libre et non faussée » dont on commence à mesurer les effets mortifères à tout niveau.

Il faut oser combattre les réflexes primaires et les dogmes rassis consistant à nous dire « qu’un régime de retraite…ça s’adapte à la situation économique ».

Il faut être aussi conscient sur le déclin économique et social qui est écrit dans le plan gouvernemental.

Car avec de telles propositions, comme par les « plans d’ajustement structurels » chers au F.M.I., avec les calculs simplistes et les dogmes d’un conservatisme qui se veut « moderne », les salariés vont pouvoir « mourir guéris » … au travail !

Monsieur MINC, Conseiller du Président, « essayiste et économiste classé à gauche » (selon Le Figaro…) nous as déjà ouvert le cercueil.

Les « marchés » seront sans doute satisfaits…

Rémi AUFRERE

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Rémi Aufrère Sur son blog (voir lien) * Rémi Aufrere * TRANSPORTS * Responsable International (Rail) * CFDT * Direction des ressources humaines * Journaliste http://www.miroirsocial.com/membre/raufrere/blog/1

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

bonjour

et aujourd'hui dans le monde 4 pages de publicité ( propagande) pour justifier cette injustifiable reforme des retraites et....avec nos sous...ils nous prennent pour des cons... et ça marche pour certain ,ils auraient tord de se gêner..

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 2 années plus tard...

Cette réforme du droit du travail venant à peine de se terminer , que Hollande annonce déjà une 2e conférence sociale : sur la retraite ! (pas vu ça dans son programme à 60 engagements)

Et devinez quand elle aura lieu ?! (ayez la réflexion "politique")

En Juillet !

  • J'adore 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité necroshine

J'ai lu cela également, le problème est :

Que la crise a été sous estimée par tous, les plans sociaux a droite et a gauche, PSA, Renault, SNCF, Mittal, Petroplus, LyondeBasell et j'en passe, se sont donc des rentrées d'argent en moins pour les organismes publics et sociaux, mais surtout des dépenses supplémentaires...

Que faire ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité necroshine

http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/01/17/hollande-annonce-une-nouvelle-conference-sociale-en-juillet_1818835_823448.html#xtor=RSS-3208

Hollande annonce une nouvelle conférence sociale en juillet

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité Gnafron 1er

http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/actu/0202510578157-retraites-des-nouvelles-pistes-pour-corriger-les-inegalites-530173.php

Le Conseil d'orientation des retraites, dans un nouveau rapport, esquisse des propositions pour améliorer l'équité d'un système qui présente aujourd'hui de nombreuses imperfections, au-delà de son déficit chronique.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

J'ai lu cela également, le problème est :

Que la crise a été sous estimée par tous, les plans sociaux a droite et a gauche, PSA, Renault, SNCF, Mittal, Petroplus, LyondeBasell et j'en passe, se sont donc des rentrées d'argent en moins pour les organismes publics et sociaux, mais surtout des dépenses supplémentaires...

Que faire ?

J'ai entendu récemment , que pour les plus riches ( qui possèdent des fortunes dépassant allègrement les 100 MILLIARDS d'€ ) que leurs revenus avaient augmenté en 2012 de + de 5% .

Grâce à quoi ?

La bourse !

Il n'y aurait pas besoin de leur en prendre beaucoup pour équilibrer le budget retraite....

PS : le journaliste qui a "osé" traiter ce sujet doit être viré à leur qu'il est .

Modifié par dav1077
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité Gnafron 1er

J'ai entendu récemment , que pour les plus riches ( qui possèdent des fortunes dépassant allègrement les 100 MILLIARDS d'€ ) que leurs revenus avaient augmenté en 1012 de + de 5%

+5% sur l'armure en côte de maille ....pourquoi pas ?

.

Grâce à quoi ?

La bourse !

Il n'y aurait pas besoin de leur en prendre beaucoup pour équilibrer le budget retraite....

PS : le journaliste qui a "osé" traiter ce sujet doit être viré à leur qu'il est .

Lybie = 400 000 euros par jour !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Hmmm quand on parle d'équité ça pue l'alignement par le bas de ce qui reste des régimes spéciaux et du régime de la FP sur le régime général. Maintenant il est difficile d'augmenter à nouveau l'âge d'ouverture des droits ou la durée de cotisation.

Modifié par NEMO94
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité necroshine

Hmmm quand on parle d'équité ça pue l'alignement par le bas de ce qui reste des régimes spéciaux et du régime de la FP sur le régime général. Maintenant il est difficile d'augmenter à nouveau l'âge d'ouverture des droits ou la durée de cotisation.

65 ans sera la prochaine étape, et 45 ans de cotisation...

  • J'adore 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

65 ans sera la prochaine étape, et 45 ans de cotisation...

J'aurais bien mis un "j'aime" mais en fait je n'aime pas cette idée qui malheureusement sortira forcément un jour ou l'autre des cartons

  • J'adore 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pas besoin de déambulateurs, le but rechercher est de faire baisser le montants des pensions par le fait qu'il y aura de moins en moins de salariés qui pourra prétendre à une pension à taux plein, car avec l'age et le nombreuse faramineux de trimestres requis, la majorité des salariées seront obligés de partir bien avant d'avoir les 2 conditions remplies, car usés par le travail

  • J'adore 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité Gnafron 1er

Pas besoin de déambulateurs, le but rechercher est de faire baisser le montants des pensions par le fait qu'il y aura de moins en moins de salariés qui pourra prétendre à une pension à taux plein, car avec l'age et le nombreuse faramineux de trimestres requis, la majorité des salariées seront obligés de partir bien avant d'avoir les 2 conditions remplies, car usés par le travail

okok

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

65 ans sera la prochaine étape, et 45 ans de cotisation...

Je n'aime pas l'idée, j'aime ta réaction !

L'autre jour, Parisot a mit en avant 5 pistes de réflexion pour le MEDEF :

1) Alignement de tous les régimes de retraite au même niveau, y compris ceux dit spéciaux, hors régaliens (Sénat, AN)

2) Augmentation de la durée de cotisation, selon les métiers exercés majoritairement dans la carrière, jusqu'à 48 annuités

3) Modification du départ à la retraite (ou algnement) entre 67 et 69 ans.

4) Hausse des cotisations salariales de 3 à 6 points (les patrons ne peuvent supporter une nouvelle hausse)

5) Diminution du montant des retraites, pensions.

Que des réjouissances ! :Smiley_13:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Les 65 ans c'est déja fait, puisque l'âge d'annulation de la décote dans le régime général passe progressivement de 65 à 67 ans.

Les belles promessses du candidat Hollande de faire participer les revenus autres que les seuls revenus du travail au financement des retraites semblent oubliées...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pas besoin de déambulateurs, le but rechercher est de faire baisser le montants des pensions par le fait qu'il y aura de moins en moins de salariés qui pourra prétendre à une pension à taux plein, car avec l'age et le nombreuse faramineux de trimestres requis, la majorité des salariées seront obligés de partir bien avant d'avoir les 2 conditions remplies, car usés par le travail

Je suis tout à fait d'accord avec toi, c'était juste un trait d'humour.

Et attendons de voir ce qui va se passer avec les régimes complémentaires ARCO- AGIRC....que du bonheur en perspective !

"Aujourd’hui la discussion se fait autour des propositions du Medef, à savoir :

  • La désindexation des retraites sur l’inflation, moins 1,5 point au niveau de l’inflation en 2013 et moins 1 point de 2014 à 2017. Un baisse du pouvoir d’achat des retraités historique !
  • une baisse du taux de réversion pour les conjoints survivants de 60 à 56%
  • un relèvement de l’âge de la retraite pour l’Arrco de 55 à 60 ans sans décote
  • les pensions feraient l’objet d’un abattement de 10 % à partir du moment qu’elles seraient données avant l’âge de départ à la retraite à taux pleins (porté de 65 ans à 67 ans), ceci jusqu’à ce que le retraité atteigne cet âge."

L'article complet:

http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/arrco-agirc-la-menace-qui-pese-sur-129068

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité JLChauvin

Je suis tout à fait d'accord avec toi, c'était juste un trait d'humour.

Et attendons de voir ce qui va se passer avec les régimes complémentaires ARCO- AGIRC....que du bonheur en perspective !

"Aujourd’hui la discussion se fait autour des propositions du Medef, à savoir :

  • La désindexation des retraites sur l’inflation, moins 1,5 point au niveau de l’inflation en 2013 et moins 1 point de 2014 à 2017. Un baisse du pouvoir d’achat des retraités historique !
  • une baisse du taux de réversion pour les conjoints survivants de 60 à 56%
  • un relèvement de l’âge de la retraite pour l’Arrco de 55 à 60 ans sans décote
  • les pensions feraient l’objet d’un abattement de 10 % à partir du moment qu’elles seraient données avant l’âge de départ à la retraite à taux pleins (porté de 65 ans à 67 ans), ceci jusqu’à ce que le retraité atteigne cet âge."

L'article complet:

http://www.agoravox....pese-sur-129068

Que du bonheur...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité necroshine

http://www.rmc.fr/editorial/341124/vers-un-nouveau-mode-de-calcul-des-retraites/

Vers un nouveau mode de calcul des retraites ?

Le mode de calcul des pensions de retraite désavantage les bas salaires et les femmes : c'est le constat que dresse le Conseil d'Orientation des Retraites (COR) dans un rapport à paraitre mercredi. « Oui, mais ... », explique François Bellanger, président de la Confédération française des retraités.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité Gnafron 1er

http://www.rmc.fr/ed...-des-retraites/

Vers un nouveau mode de calcul des retraites ?

Le mode de calcul des pensions de retraite désavantage les bas salaires et les femmes : c'est le constat que dresse le Conseil d'Orientation des Retraites (COR) dans un rapport à paraitre mercredi. « Oui, mais ... », explique François Bellanger, président de la Confédération française des retraités.

Le constat est très très juste...

Lu au passage :

la nécessité d'avoir réalisé l'équivalent de 200 heures au SMIC pour valider un trimestre

Très très juste aussi .Car honnêtement , c'est compliqué de savoir ce qui va être pris en compte ou pas .

Car , qlq'un qui a un CDD de 40 h pendant 5 semaines aura son trimestre validé .Contrairement à celui qui aura un CDD de 65 h par mois ....car il lui manquera 5h .

Alors que le 1er aura plus de disponibilité pour éventuellement enclencher un autre boulot derrière , contrairement au second qui est coincé avec "son contrat à 65 h " .

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité necroshine

Laurance Parisot invité du grand journal de Canal dans quelques minutes,

elle vient faire ses propositions sur les retraites !!!! aie aie aie !!! :Smiley_41:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité Gnafron 1er

http://www.diploweb....e-allemand.html

Retraites : l’exemple allemand ?

A quel moment a-t-on comparé les vieillissements de ces populations ? Pourquoi les perspectives démographiques établies, publiées et commentées par Eurostat [1], portant jusqu’en 2060, n’ont-elles pas été utilisées ou citées ? Doit-on ignorer qu’en 2060 ces perspectives montrent qu’il existera, au détriment de l’Allemagne, un écart de presque 30% entre le nombre de personnes ayant alors entre 15 et 64 ans pour 1 personne de 65 ans et plus ?

Modifié par Gnafron 1er
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité necroshine

Laurence Parisot prone 67 ans l'age de départ a la retraite a l'horizon 2040....

Mais dit en substance, que, d'ici la, l'esperence de vie aura tellement augmentée que, cela risque de ne pas être suffisant....

Il faut donc interpreter, qu'elle réclame 67 ans au jour d'aujourd'hui....

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité Gnafron 1er

Laurence Parisot prone 67 ans l'age de départ a la retraite a l'horizon 2040....

Mais dit en substance, que, d'ici la, l'esperence de vie aura tellement augmentée que, cela risque de ne pas être suffisant....

Il faut donc interpreter, qu'elle réclame 67 ans au jour d'aujourd'hui....

J'aimerais connaitre la statistique (si elle existe ) du nombre de salarié(e)s encore à 60 ans .

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...