Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Daniel Leroy Est Décédé


fabrice

Messages recommandés

Vous ne vous en souvenez peut-etre pas, certains étaient trop jeune, mais c'est du à la réduction du cout du travail , faire vite en se passant des consignes de sécurité ou de la formation

Républicain Lorrain du dimanche 25 mars 2007

Daniel Leroy est mort

Daniel Leroy est décédé chez lui hier, à Behren-lès-Forbach, au bout de quinze longues années de souffrances. Il avait 42 ans. Gravement irradié le 12 août 1991 alors qu'il travaillait comme intérimaire au sein de la société EBS à Forbach, il vivait depuis un véritable calvaire.

Cela faisait plus de quinze ans que Daniel Leroy souffrait le martyr. Hier, celui que tout le monde surnommait « l'irradié de Forbach » s'est éteint chez lui, à Behren-lès-Forbach. Il avait 42 ans. Sa femme Ernestine, qui partageait sa vie et le soutenait depuis leur rencontre en 1996, était à ses côtés. « Daniel était encore à l'hôpital à Montpellier en février pour une greffe. Son médecin m'avait dit de ne pas faire de projets à long terme. Mardi, il était à Paris, les docteurs ne l'avaient pas trouvé bien du tout », confiait Ernestine Leroy quelques heures après le décès. Cela faisait des années qu'elle le savait promis à une mort certaine, des mois qu'elle craignait le moment fatal.La vie de Daniel Leroy bascule le 12 août 1991 : intérimaire à la société Electro Bean Service (EBS) à Forbach, il pénètre dans un accélérateur de particules pour réparer une panne, sans savoir que la manœuvre est dangereuse. Il en sort gravement irradié, ainsi qu'un autre intérimaire et le contremaître de l'entreprise. A l'époque, Daniel ne sait pas ce qui lui arrive. « Je pensais que c'était un petit truc de rien du tout, que j'allais rester dix jours à l'hôpital puis que je rentrerais à la maison guéri », racontait-il. Plongé dans un coma artificiel durant six semaines, cantonné six mois dans une chambre stérile, il reste un an à Clamart sans pouvoir rentrer chez lui. Et l'enfer ne fait que commencer... Daniel se rend rapidement compte que l'accident industriel dont il est la victime la plus touchée est bien plus grave qu'il ne l'imagine. Depuis ce drame, Daniel Leroy luttait sans répit contre les radiations qui rongeaient son corps. jour après jour. Plus de quinze ans de souffrances, des mois d'hospitalisation loin des siens, des opérations à répétition, des greffes et des amputations... Le Forbachois ne comptait même plus ses interventions chirurgicales, las de voir son corps se détériorer. Sans aucune guérison possible.

« On m'a volé ma vie », répétait-il souvent, en rage contre le P. D.-G. d'EBS, qui bénéficiera de la grâce présidentielle en 1994 et échappera ainsi à la prison. La rage contre une justice lente et trop peu sensible à ses souffrances : Daniel Leroy avait dû se battre durement et longtemps afin d'obtenir une rente à vie pour accident du travail, puis des dommages et intérêts. Procès, appels, recours... Le sentiment d'injustice devant le sort réservé aux responsables de son accident ne l'a jamais quitté.

Et comme si les souffrances ne suffisaient pas, Daniel Leroy a dû faire face toutes ces années aux regards des autres, à la bêtise parfois, aux tracas administratifs... Rien ne lui a été épargné. « Les gens devraient se mettre dans la peau de Daniel pour le comprendre, vivre son calvaire. Parfois, j'ai peur qu'il prenne des médicaments pour en finir », disait sa femme. Longtemps, il a essayé de lutter contre ces impitoyables radiations qui le détruisaient. La morphine calmait à peine ses douleurs, les gestes quotidiens étaient devenus insurmontables... Hier, Daniel est mort.

Les obsèques de Daniel Leroy seront célébrées le mercredi 28 mars

à 14 h 30 en l'église Saint-Jean Bosco

de Behren Cité 2.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir

Les lois ne sont pas pour les patrons .

La justice prononcent très peu de peine aux patrons voyous ,alors que les inspecteurs du travail dressent des PV.Ceux ci sont memes désavoués par leur ministre de tutelle.

Il suffit de lire les livres de Gérard Filoche pour s'en rendre compte

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Décès de "l'irradié de Forbach"x.gifx.gif2288741_224.jpgx.gifx.gif

x.gifx.gifDaniel Leroy, irradié en 1991x.gifx.gifx.gif2209841.gifDaniel Leroy avait été gravement irradié en 1991, alors qu'il effectuait un intérim dans une société lorraine. Il avait du subir de nombreuses greffes.

2209841.gifIl s'était vu attribuer en février 1995, 1,3 million de francs de dommages et intérêts par le tribunal des affaires sociales de Metz.

- le 25/03/2007 - 19h55

x.gifx.gifx.gifOn l'appelait symboliquement "l'irradié de Forbach". Daniel Leroy, gravement irradié en 1991 alors qu'il effectuait un intérim dans une société lorraine et qui a du subir depuis de nombreuses greffes, est décédé samedi à 42 ans à Behren-lès-Forbach (Moselle), a-t-on appris dimanche auprès de ses proches.

Daniel Leroy ainsi qu'un autre intérimaire et un contremaître avaient été brûlés en intervenant le 12 août 1991 dans le générateur électrique de rayonnements ionisants d'Electron Beam Service (EBS), une usine de transformation de métaux installée à Forbach. Ils étaient appelés à intervenir sans formation ni prévention dans un appareil livré à de fréquentes pannes. Ils pénétraient dans la machine, non par l'accès prévu, mais par l'orifice de sortie d'un convoyeur ce qui laissait le générateur sous tension.

1,3 million de francs de dommages et intérêts

Daniel Leroy avait été le plus atteint, brûlé aux deuxième et troisième degrés sur 60 % du corps. Il a depuis passé de longs séjours en chambre stérile et subi de nombreuses greffes. "En février, il était encore dans un hôpital à Montpellier", a confié dimanche son épouse au Républicain Lorrain qui annonce le décès en première page. En juin 1993, à l'issue du premier procès du genre en France, le tribunal correctionnel de Sarreguemines avait reconnu le PDG, le directeur et un conseiller technique d'EBS coupables de coups et blessures involontaires sur leurs employés.

Il avait infligé douze mois de prison, dont six ferme, au directeur, Patrick Muller, un an avec sursis au PDG, Philippe Magnen et six mois avec sursis a Michel Roche, administrateur et conseiller technique. En février 1994, la Cour d'appel de Metz avait réformé ce jugement condamnant le PDG et le directeur à douze mois de prison dont 11 avec sursis et relaxant Michel Roche. Daniel Leroy s'était vu attribuer en février 1995, 1,3 million de francs (200.000 euros) de dommages et intérêts par le tribunal des affaires sociales de Metz.

http://neufportail.lci.fr/infos/sciences/s...e-forbach-.html ://http://neufportail.lci.fr/infos/sci...-forbach-.html ://http://neufportail.lci.fr/infos/sci...-forbach-.html ://http://neufportail.lci.fr/infos/sci...-forbach-.html ://http://neufportail.lci.fr/infos/sci...-forbach-.html

On se demande vraiment s'il y a une justice dans ce monde :Smiley_14:

Modifié par ____
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir

Les lois ne sont pas pour les patrons .

La justice prononcent très peu de peine aux patrons voyous ,alors que les inspecteurs du travail dressent des PV.Ceux ci sont memes désavoués par leur ministre de tutelle.

Il suffit de lire les livres de Gérard Filoche pour s'en rendre compte

On a beau pointer du doigt certaines personnes ou certaines parties de la population commes des assisités et des irresponsables, Le cas de cet homme est un exemple parmis tant d'autres qui demontrent que les pires assisités et irresponsables dans ce pays sont bel est bien le patronnat et ses amis actionnaires, qui profitent d'un enorme vide judiciaire et d'une quasi totale complaisance de la part du pouvoir en place.

paix a son ame...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Encore une fois je ne vais pas me faire des amis...

Le cas de cet homme, sa souffrance, sa mort me semblent un tantinet au dessus des discours sur le patronat qui peuvent même à certains yeux sensibles (les miens) sembler déplacés !!!!

Une pensée pour lui et les autres irradiés....

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Encore une fois je ne vais pas me faire des amis...

Le cas de cet homme, sa souffrance, sa mort me semblent un tantinet au dessus des discours sur le patronat qui peuvent même à certains yeux sensibles (les miens) sembler déplacés !!!!

Une pensée pour lui et les autres irradiés....

Libre de ta pensée, je tiens juste à préciser

C'était une installation "nucléaire" ( canon à IONS ) non déclaré , donc illégal

Il a été utilisé pour la maintenance un interimaire non formé , quand il est entré dans l'appareil celui-ci était en fonctionnement

Modifié par fabrice
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Respect devant le courage et la volonté de cet homme, le chagrin de sa compagne, de sa famille, de ses amis.

Ne pas oublier ses souffrances, ses douleurs.

Ne pas oublier les causes et les responsabilités.

Agir pour imposer l'amélioration et le respect des normes de sécurité au travail.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Encore une fois je ne vais pas me faire des amis...

Le cas de cet homme, sa souffrance, sa mort me semblent un tantinet au dessus des discours sur le patronat qui peuvent même à certains yeux sensibles (les miens) sembler déplacés !!!!

Une pensée pour lui et les autres irradiés....

Chacun a son opinion et doit respecter celle des autres ... Ceci dit tu m 'expliqueras ce que faisait ce pauvre homme dans un appareil d'irradiation en fonctionnement et pour quelle raison personne n'a été inquiété suite a cela... qui protege qui?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Condoléances a la famille.

Je ne conaissais pas le cas de cet homme, mais je n'ai qu'une envie: vomir. Je suis vraiement ecoueré de savoir que le salopard de patron a été gracié. J'espére que ce sale voyou terminera en tole pour autre chose et qu'il payera.

On est gouverné pas des voyous, on est employé par des voyous et on nous prends nous même pour des voyous...

Que ce brave Daniel Leroy repose en paix, loin de ce monde ou les plus riches ont tous les droits.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Salut

attention, un canon à ions n'est pas une installation nucléaire, c'est une installation à radiations électromagnétiques (par les mêmes risques notament, les déchets et le fait qu'une fois hors tension, l'installation est très rapidement non irradiante...). Si on veut symboliser, le canon à ions, c'est aussi dangereux qu'un four à micro ondes, mais une fois arrêté, ça ne met plus en danger les personnes...

Maintenant, quand je vois le jugement, 1 an dont 6 mois fermes pour la vie d'un homme, ça fait vraiment peur... La vie humaine a-t-elle si peu de valeur ?

Yaya

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Terrible histoire, je ne comprends même pas que la grâce soit accordée dans ces cas là, de toute façon les graces présidentielles ne signifient plus rien du tout, plus un geste symbolique pour le 14 juillet...

En tout cas Daniel Leroy n'a pas été "gracié" de ses douleurs physiques et psychologiques, lui, on se demande parfois ce que veut vraiment dire le mot "justice"...

Condoléances à ses proches et à sa famille...

Que cet homme courageux repose en paix...

Modifié par jb2
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour

Cela me rappelle une émission de Jean Marie Cavada sur les sous traités du nucléaire.

A l'époque le représentant d'EDF en avait pris plein la figure.

Il faut savoir que dans les centrales nucléaires francaises les travaux de maintenance sont sous traités.

C'est une décission qui a été prise en 1988.

Entre 15000 et 25000 personnes sont concernées ,pour environ 1200 entreprises sous traitantes.

Les risques auquels sont confrontés cette population :rayonnements ionnisants,poussières,contacts avec des produits cancérigènes (amiante,solvants,etc ...) sans compter les risques de chute ,le bruit et la chaleur.

Ils interviennent souvent lors des arrets des réacteurs .La direction d'EDF lance un appel d'offres ,les anciens constructeurs (Alstom et Framatome y répondent) qui font également appel à des sous traitants pour les travaux les plus exposés et les moins qualifiés.Il n'est pas rare d'arriver à cinq niveaux voir plus de sous traitant.Au bout de la chaine on trouve de nombreux intérimaires (Ils font les travaux les plus ingrats) mais comme ils dépassent rapidement les doses de radiations ,ils sont remplacés par d'autres intérimaires.

Ces "intermittents" sont très mal payés ,supportent la flexibilité de l'emploi du temps ,et lorsqu'ils arretent le travail conjointement avec avec des salariés d'EDF pour dénoncer les conditions de travail ,la répression du patron ne se fait pas attendre .

Pour en revenir à la radioactivité ,la direction d'EDF fragmente la dose entre les milliers d'intervenants extérieurs ce qui serait impossible avec les salariés de l'entreprise semi publique.

Et lorsque les inspecteurs l'autorité de surveillance des centrales nucléaires font une visite programmée et demandent à rencontrer les intervenants extérieurs ,ceux ci sont absent puisque il n'y a pas de travaux lors de ces inspections.

Toutes mes condoléances à la famille de Daniel Leroy.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...