Aller au contenu

Nipou

Modérateur
  • Compteur de contenus

    11 175
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    105

Tout ce qui a été posté par Nipou

  1. Nipou

    Conventions TER

    Je ne sais pas, cet article à été repris un peu partout comme s'il était porteur de grandes révélations. Alors je dois être un peu con car je n'y ai rien vu que je ne savais déjà (et pourtant je ne suis pas spécialement informé)
  2. Nipou

    Conventions TER

    Un bel article qui nous apprend ... rien.
  3. J'ai douté, du coup je suis remonté relire le titre et non, y'a pas, ce n'est pas "salaire des dirigeants SNCF" mais "Flixtrain"
  4. Nipou

    Conventions TER

    Une des dernières conventions qui restait à signer "avant la grande bascule" vient de l'être en région Bretagne. sans doute une des seules régions où le domaine politique est heureux de bosser avec la SNCF donc sans doute pas la plus compliqué à signer. Mais convention ne veut pas dire contrat fermé, en effet beaucoup de conventions récemment signées inclues une clause d'ouverture du marché.
  5. Revenons au ferroviaire, Si dans beaucoup de métiers l'avenir se situe à l'EIM (le pôle emploi interne), à la conduite ça recrute et ça va continuer. L'entreprise a fait le choix de faire "comme si" elle conserverait à l'avenir 100% des marchés. En effet, puisqu'il y aura transfert des personnels en cas de perte d'un marché, rien ne sert de se casser la nénette à anticiper une baisse qui sera de ... on ne sait pas combien. Donc on recrute, à mort, on continue. Sauf qu'il se murmure à droite à gauche que 2020 sera du même type que 2018, en pire. C'est à dire des écoles pleines mais en même temps d'énormes difficultés à recruter et donc à remplir ses écoles. Et même à plein régime, en haut lieu on commence à craindre que ça ne suffira pas pour couvrir la charge.
  6. Le référent n'a pas de super pouvoirs ou de logiciel miracle. Il connait quelques manip possibles, rien de plus.
  7. En ce moment il est de bon ton (quand on est pas CRL) de bosser, montrer qu'on est utile et surtout ne pas laisser entendre qu'on pourrait faire autrement. Sinon, on te demande de mettre en place la réorg qui va supprimer ton poste. Résultat : innovation proche de 0, les gens font leur fiche de poste (y compris si elle est complètement conne), et avancent en baissant la tête. Pas certain que l’entreprise y gagne mais l'important n'est pas là : il n'y a plus que la masse salariale qui compte, et encore pas celle du groupe (qui ne baisse pas tellement) mais celle de l'entité. On supprime là, on place au pôle emploi interne et roule raoul, on a fait du moins, le chef brille.
  8. Un des marronniers de décembre : le nombre de suppressions de postes l'année d'après à la SNCF. Pour 2019 ce sera 2100 postes, tous dans la branche mobilités. Depuis 3 ans on tourne à 2000. https://www.europe1.fr/economie/la-sncf-veut-supprimer-pres-de-2100-postes-en-2019-3824360#xtor=CS1-16
  9. J'étais invité. 10 ans après les 70 ans, c'était une occasion de croiser des gens sauf que j'avais que très moyennement envie d'aller faire le beau autour de ceux qui nous imposaient cette réforme qui ne reposait que sur des annonces médiatiques. Du coup, on verra les 90, enfin si j'ai pas changé de boite d'ici là (par choix ou pas).
  10. Ce n'est pas uniforme : chez moi depuis 1 ou 2 ans, réseau n'engage des travaux que s'ils sont financés.
  11. C'est déjà le cas depuis quelques temps (et bien avant cette réforme).
  12. Peut être quelque part. C'est surtout que déjà que tu dois penser "limitation à vitesse des V140" avec ton autom, si en plus tu devais penser "changer de TIV" ça deviendrait compliqué.
  13. Je suis convaincu qu’ils nous veulent pas de mal mais aussi convaincu qu’ils veulent surtout le bien d’une concurrence et donc des compagnies privées. Si au passage ça transforme et ameliore la SNCF alors ils en seront contents. Si ça n’arrange que le privé alors ils en seront heureux aussi car le but (en bien ou en mal) n’est pas la SNCF mais le coût du ferroviaire et son service.
  14. Si je viens ici écrire ça c’est que j’ai pris le temps de vérifier avant. Et TMS aussi car cette note vient justement d’eux. Je répètes : pour ce problème de Regiolis, on respecte la vitesse des V140, on ne devient pas V140. Et puisqu’on ne devient pas V140, on reste autom donc TIV type C. Je sais, ça peut paraître étrange mais c’est comme ça.
  15. C’est bien pour ça que cette mesure est prise dans l’attente de comprendre mieux ce phénomène.
  16. J'adore ces grandes affirmations généralistes qui ne reposent sur rien. On trouve bon nombre d'exemples inverses à tes propos car selon les pays, les métiers, les modalités de concurrence, rien est réellement comparable. Donc généraliser et affirmer c'est soit se tromper (involontaire) soit mentir (volontaire).
  17. Je n’en veux même pas a ceux qui n’ont pour ainsi dire pas lutté. Ils ont fait un choix, accepter. Faudra juste assumer ce choix. Ca va secouer et ceux qui aiment la stabilité vont souffrir. Ceux qui pensent aimer le mouvement vont souffrir aussi car là ils vont découvrir ce que veut dire ce mot. On est tous très fort temps qu’on a pas réellement été la tête contre le mur. La loi du plus fort ne laisse pas de place pour les faibles. Le petit problème étant que même les faibles sont pour. Bon courage à eux.
  18. Tu vas traîner à la salle des pas perdus et tu mesures le niveau de connaissance du sujet. Comme bien souvent les gars connaissent deux ou trois lignes d'un tract, pas beaucoup plus. Cette réforme est complexe, son "cheminement" encore plus, son historique dès le début oublié (paquet ferroviaire de 2016). Mais la grève elle est identique dans son déroulé : on change la forme mais pas le fond. Et ce fond ce sont deux OS qui demandent un retrait, 2 autres qui se rallient pour faire front commun mais dont on sait très bien qu'elles ne sont pas sur la même ligne. 2 mois après, 2 OS ont négocié des amendements, la dette va être reprise tant bien que mal. Les 2 OS "réformatrices" vont pouvoir présenter des gains à leurs troupes et sortir du mouvement. Les 2 OS restantes vont continuer dans le mur. Etre contre dans un sondage mais avoir 15% de grévistes, comment dire ... c'est comme signer des pétitions contre tout mais ne surtout rien changer à sa vie. Ca n'a pas de sens et surtout n'a aucun effet réel. Mais ca aussi, on le savait avant le sondage car ça ne fait que se répéter. Alors les cheminots ont fait le choix d'adhérer de fait à cette réforme en ne luttant pas contre (tout en affichant l'inverse). L'affaire est bouclée et on peut même déjà annoncer que les mêmes viendront pleurer demain.
  19. En fait tu es un autom limité à la vitesse des V140. Mais tu n'es pas un V140. Tu n'es pas simplement limité à 140 car on peut imaginer une section de ligne où la vitesse d'un V140 est inférieure à 140 km/h. Et vu que cette histoire vient d'un potentiel de freinage diminué en freinage d'urgence, on adopte la vitesse des V140 (car les distances d'arrêt du V140 et celle des Régiolis avec problème constaté à l'urgence sont proches). Tu ne changes pas de catégorie statistique, tu restes Autom. Du coup tu respectes les TIV de type C. Je précise que c'est applicable dans le cas présenté ici et qu'on ne doit pas en tirer une généralité pour toutes les restrictions comme celle que tu donnes en exemple.
  20. On va préciser un truc important : ils respectent la vitesse des V140 mais ne deviennent pas V140. Ils restent Autom. Ainsi les TIV type C sont toujours applicables pour eux (sauf si taux supérieur à vitesse des V140).
  21. Et chez les cheminots, combien connaissent réellement le contenu de la réforme ? Parfois c'est peut être mieux de ne pas trop chercher car on risque de trouver.
  22. C'est vrai que c'est la question importante dans cette affaire : On sabote histoire de bloquer le train donc faudrait voir à contrôler s'il s'est bien arrêter ! Non mais en fait c'était pas du sabotage, fallait le voir comme un contrôle de procédure ... En creusant toujours plus profond on devrait finir par trouver le fond.
  23. Ca je le sais mais quand l'électeur débat sur la reprise ou non de le dette il a tout faux car quelque soit le livre de compte où on la met, elle est de fait sa dette. Et donc il faudra bien un jour qu'il l'a rembourse. Le seul débat utile est de savoir combien on laisse sur le dos de le SNCF avec comme conséquence, la vie ou la mort de l'entreprise. Si on lui laisse 1,5 milliard ou 15 milliards, l'entreprise n'aura pas du tout les mêmes chances de survie. Car à ce niveau, ce n'est pas un gain de performance qui peut combler ça. Alors la question est : veut on oui ou non la mort de la SNCF ? Les autres questions ne font que découler de celle là et n'ont pas raison d'être si on a pas tranché celle là.
  24. On va juste rappeler une base : SNCF (réseau, mobilité et tout ce qui est du groupe) appartient à 100% à l'état. La dette SNCF est donc de fait une dette d'état. On a juste mis les comptes dans le tiroir de la commode. Et l'état c'est qui ? Nous, cheminots et non cheminots. Donc si certains se battent contre la reprise de la dette c'est qu'ils n'ont rien compris : cette dette est déjà et depuis le début celle de tous. On parle de 50 milliards alors il faut bien bien revenir sur terre : à moins d'étalier ça sur 3 millions d'années, SNCF ne peut pas supporter cette dette, même avec une très bonne santé financière. (qu'elle n'a que moyennement). La "reprise" d'une partie de cette dette dans les comptes directs de l'Etat ne fera qu'officialiser une situation.
×
×
  • Créer...