Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Lorsqu'un ministre est poursuivi par son passé d'extrêne droite


Invité Gnafron 1er

Messages recommandés

Novelli attaque France 3 pour avoir évoqué son passé politique

Le ministre des PME poursuit France 3 Centre, qui a consacré un long reportage à sa jeunesse de militant d'extrême droite.

Cinquante ans est-il l'âge des regrets ? En tout cas, comme le révèle le blog LibéOrléans, Hervé Novelli a lâché son avocat contre France3 Centre, attaquant la chaîne en diffamation suite à un reportage où était évoqué la jeunesse militante du secrétaire d'Etat chargé du Commerce. Il a même obtenu de la chaîne qu'elle retire le JT du 18 mars de son site Internet. Une charge étonnante, car le militantisme passé de Novelli est bien connu...

On n'est jamais si bien poignardé que par les siens... En l'occurence, par Serge Lepeltier, maire UMP de Bourges, et candidat à l'investiture de son parti pour les régionales de 2010 dans le Centre. Face à lui : Hervé Novelli, qui a refusé de tenir un débat devant chaque fédération départementale pour savoir qui serait investi. Dans les premières images d'un long sujet (8 minutes) diffusé mercredi 18 mars sur France 3 Centre, Serge Lepeltier ouvre les hostilités :

« S'il refuse les débats, dans les départements, est-ce qu'il refuse justement ce positionnement ? Est-ce qu'il a peur que l'on parle de cet ultra-libéralisme ? Est-ce qu'il a peur que l'on parle de son histoire politique ? Je pose simplement la question.

- Quand vous parlez de son histoire politique, vous faites référence à quoi ?

- A son histoire politique, à chacun de regarder ce qu'elle est. »

L'attaque est (un peu) hypocrite, mais elle est limpide pour le premier assistant parlementaire venu. Né le 6 mars 1949, d'après sa bio officielle, Hervé Novelli a versé dans l'activisme politique dès l'adolescence. En balayant tout le spectre de ce que l'extrême-droite compte alors de mouvements : Fédération des étudiants nationalistes, Ordre nouveau, Parti des forces nouvelles... et surtout Occident, creuset de radicaux, où il milite de 1964 à 1968. Le mouvement sera dissout en novembre 68, après des heurts avec les groupuscules gauchistes.

De ce passé, Hervé Novelli ne regrettait rien en 2005, à l'image de ses anciens camarades, Alain Madelin, Patrick Devedjian ou Claude Goasguen. Il disait alors au Monde :

« J'étais plus jeune que les autres, mais j'étais spontanément du côté de l'ordre. A l'époque, il n'y avait rien entre l'extrême droite et l'extrême gauche. Je n'ai pas un regret, Occident, c'était un engagement anticommuniste dans lequel je me reconnais toujours.

« C'est une époque révolue, il en reste une sorte d'amitié liée à l'adolescence. Ne tombons pas dans le piège de la béatification de l'extrême gauche et de la diabolisation de l'extrême droite. »

Chargé de mission des « métallos » de l'UIMM

Moins connu est le parcours professionnel du secrétaire d'Etat chargé du Commerce, de l'Artisanat, des Petites et moyennes entreprises, du Tourisme et des Services. Comme le rappelle dans le reportage de France 3 Centre Guillaume Delacroix, journaliste aux Echos et auteur d'une riche histoire de l'UIMM, Novelli a frayé très tôt avec les caciques de la métallurgie.

Encore étudiant à Dauphine, il se voit confier la gestion de la bibliothèque de l'Institut supérieur du travail (IST), fondé par Guy Lemonnier en 1969. Guy Lemonnier, alias Claude Harmel, a été pendant la guerre membre du Rassemblement national populaire de Marcel Déat, un parti collaborationniste. Par anti-communisme farouche, il devient ensuite l'un des meilleurs spécialistes du monde syndical, notamment de la CGT. Journaliste, Claude Harmel met son savoir au service des officines de l'UIMM.

Dans l'après-68, il est un des premiers à engager une vaste offensive visant à promouvoir les idées libérales contre le raz-de-marée gauchiste de l'époque. C'est comme cela qu'il a aussi l'idée de récupérer les brebis égarées de l'extrême-droite... Alain Madelin, Hervé Novelli, Gérard Longuet ou encore Anne Méaux, ancienne d'Occident qui devient en 1976 attachée de presse de Giscard à l'Elysée.

Le premier travail d'Hervé Novelli est donc un poste de chargé de mission à la Chambre syndicale de la sidérurgie française. Il y reste dix ans, de 1977 à 1986, en étant conseiller du président de cette instance de lobbying patronal. Pour quoi faire ? En dehors du classique travail d'influence de ce genre d'organisation, l'enquête de France 3 Centre pose la question du financement politique.

L'UIMM et le financement des politiques

C'est un secret de Polichinelle, mais visiblement, il embarrasse aujourd'hui Hervé Novelli. Sans doute parce que la « marque UIMM » est désormais entâchée d'une peu flatteuse réputation. Pourtant, c'est un fait : l'UIMM a toujours financé les politiques favorables à ses idées. Yves Bertrand, l'ancien patron des RG, le rappelle dans sa biographie à propos de la présidentielle de 1974, où la métallurgie soutient ouvertement Giscard, le candidat des Républicains indépendants :

« La logistique, le service d'ordre, ce sont les 'petits gars' d'Ordre nouveau (...) qui les ont assurés, grâce aux enveloppes en liquide de l'Union des industries métallurgiques et minières, la fameuse UIMM, dont la gauche ne s'est jamais privée de rappeler qu'elle descendait de l'ancien Comité des forges, le bastion des 200 familles. »

Evidemment, les « enveloppes » ne laissent pas de traces. Contrairement aux nombreux journaux éphémères de l'époque qui, fleurissant à chaque élection, viennent appuyer les campagnes de la droite contre les candidats de gauche. En 1974, France Matin, tiré à 2 millions d'exemplaires, annonce la mise en place du « rationnement » si François Mitterrand est élu.

Qui finance ? L'UIMM. Qui est le directeur de publication ? Claude Harmel, que Madelin et Novelli décrivent comme leur « père spirituel » lors des 40 ans de l'Association pour la liberté économique et le progrès social (ALEPS).

L'entrisme politique de la « génération Occident »

Prochaine étape ? L'entrisme de cette « génération Occident » en politique. En 1986, Novelli devient chef de cabinet du jeune ministre de l'Industrie, des PTT et du Tourisme, un certain Alain Madelin. Sous l'étiquette désormais très convenable de l'UDF... il est élu député de l'Indre-et-Loire en 1993. Et là encore, sa bio officielle est limpide :

« Son mandat parlementaire sera particulièrement remarqué pour son action auprès des entreprises. Il fondera ainsi le groupe “Audace pour l'emploi”, réunissant une cinquantaine de députés issus de la branche entrepreneuriale. »

On ne saurait mieux dire. Dans l'enquête menée par la brigade financière sur les versements en liquide de l'UIMM, l'ancien responsable des relations extérieures, Jacques Gagliardi, est formel :

L'argent allait « en direction de toutes organisations qui pouvaient faire l'opinion : bureaux d'études, journalistes, sociologues. (...) Cela consistait en de la distribution d'argent en espèces à des hommes politiques de tout bord, hormis le parti communiste ».

Les policiers ont dressé un constat accablant : juste avant les échéances électorales (présidentielle et législatives) de 2002 et 2007, les retraits d'espèces se multiplient sur les comptes de l'UIMM. Comme par enchantement.

Diffamation, estime aujourd'hui le secrétaire d'Etat aux PME. Etre ultra-libéral à l'heure de la crise n'est pas le meilleur positionnement politique. Compte tenu de son statut, sa plainte va être relayée par la ministre de la Justice, Rachida Dati. Le procès sera certainement instructif.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Oui... et Chevenement était dirigeant au Ceres "aile gauche du parti socialiste" dans les années 70. Et je ne sais plus qui (Jospin ?) a pu être trotskiste... Et François Mitterrand recevoir la Francisque, et et et ...

:cool:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Hum... Si ce sont des faits, sa vraie histoire, reconnue... En quoi y a-t-il diffamation ?

Toujours dans l'hypothèse où le reportage dit vrai, ce "ministre" (ou secrétaire d'état ?) risque très gros. Un simple reportage sur une chaine régionale n'a pas le même impact pour le public qu'un procès pour diffamation, j'imagine, surtout quand il est perdu.

Gom

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Oui... et Chevenement était dirigeant au Ceres "aile gauche du parti socialiste" dans les années 70.

:cool: et ????? Le Ceres était dangereux en quoi ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...

L'extension "AdBlock" anti-pub... on en parle ?

Vous avez installé un outil pour bloquer la publicité sur internet...hors c'est la publicité qui permet à cheminots.net d'exister et de vous permettre d'avoir la meilleure expérience utilisateur possible.

Alors pourquoi ne pas désactiver votre bloqueur de pub pour ce site et ainsi participer à sa pérennité ?

Si vous ne souhaitez pas désactiver Adblock, vous pouvez quand même accéder au site,
et on vous souhaite une bonne visite !

 

Comment désactiver Adblock pour cheminots.net ?

Repérez l'icône Adblock sur votre navigateur internet (Mozilla Firefox, Google Chrome etc.). 
Généralement elle se situe à droite de la barre d'adresse, ou tout en bas à droite de la fenêtre.
adblock.png.b5362a440eebda16ea382664cb9b629f.png

Cliquez sur l'icône puis.. (en fonction du navigateur) :

Mozilla Firefox 
Cliquez sur « Désactiver partout ».

Google Chrome et autres 
Cliquez sur « Ne rien bloquer sur les pages de ce domaine » ou décochez « Activé pour ce site ».

 

Si je n'arrive pas à désactiver Adblock...

Si vous ne trouvez pas le bouton Adblock ou si vous n'arrivez pas à désactiver Adblock, vous pouvez essayer de désinstaller complètement le logiciel dans les options de votre navigateur web:

Mozilla Firefox 
Cliquez sur Firefox, puis Modules complémentaires. Dans Extensions, désactivez/désinstallez Adblock.

Google Chrome 
Cliquez sur la clé à outil en haut à droite, puis Outils et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

Apple Safari 
Cliquez Safari, puis Préférences et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

 

FREEBOX
Se connecter à l’interface de gestion mafreebox.freebox.fr puis « Connexion Internet > Configuration > Blocage de la publicité »
Désactiver l’option et cliquer sur Modifier.

Antivirus
Certains antivirus bloquent les bannières, essayez en le désactivant. Si c'est lui qui bloque les pubs, vous pouvez désactiver cette fonctionnalité, ou mettre le site cheminots.net en liste blanche.