Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Trafic très perturbé entre Paris et Nevers hier soir


Messages recommandés

Cette fois, pas de communiqué d'un quelconque média en copié-collé, mais juste une info que je donne puisque je l'ai vécu de l'intérieur (presque par hasard).

Je peux d'ores et déjà préciser que le titre est un doux euphémisme puisque je ne suis pas sûr que le trafic ait repris normalement avant ce matin...

Alors que je voyageais tranquillement entre Paris et Nevers hier soir dans le train 5911, le contrôleur m'ayant fort aimablement octroyé une place en 1ère classe, nous fûmes informés que nous allions avoir un retard indéterminé au départ de Gien suite à un accident de personne.

Et effectivement, à notre arrivée à Gien, nous sommes garés voie A, la voie 1 étant occupée par le « Volcan », train sans arrêt (normalement) en Paris et Clermont-Ferrand.

Après quelques dizaines de minutes d'attente, le contrôleur sus-cité vient me voir en s'assurant de ma qualité de conducteur et me dit « le régulateur aurait besoin de toi ».

Je me rends donc en cabine de conduite et entre en relation avec le régul' qui a besoin de moi comme aide-conducteur sur le train qui a tapé. Je lui réponds qu'il n'y a pas de problème pour moi...

Je me dirige alors vers le bureau du chef de service pour avoir des infos ; il me dit que le cadre d'astreinte INFRA, chef d'incident local pour l'occasion est en route et qu'on fera le point ensemble.

Après un rapide briefing où j'apprends entre autre que l'accident a eu lieu à 18h15 (càd quelques minutes avant notre passage), que le train est un train ECR et que le conducteur « n'a jamais voulu descendre de sa machine », nous nous rendons sur les lieux (à à peine 800m en amont de la gare).

Nous nous présentons aux gendarmes et, dans la discussion, nous apprenons que le conducteur est bien choqué et que le médecin a dû lui filer « des cachetons » ; puis nous rendons au niveau de la machine. le conducteur est en train de se faire auditionner, donc nous attendons, et là, le cadre décide de se rendre sur les lieux exacts de l'accident pour se présenter aux pompiers et à l'OPJ.

A la fin de l'audition, je monte en cabine et me présente au conducteur. J'ai alors ressenti le fait que de pouvoir discuter avec quelqu'un qui comprend son problème et surtout avec qui il peut s'exprimer clairement avec les termes techniques le soulage grandement...

A partir de là, nous attendons la fin de la procédure judiciaire pour pouvoir repartir jusqu'en gare de Gien. Et, au moment venu, le conducteur desserre les freins et s'apprête redémarrer, et là c'est le drame...

A savoir, le heurt avec la personne a « attaqué » le robinet d'arrêt CG et a créé une fuite ! Je me force donc d'aller examiner la traverse avant (SUPER-cartonrouge) pour essayer de remédier au problème. Après examen rapide, a priori, impossible...

Entretemps, le conducteur avait eu des nouvelles d'un de ses collègues qui était parti de Paris en voiture pour le relever à Gien et qui lui disait qu'il se trouvait à une centaine de km.

Alors que la circulation avait repris dans le sens Paris-Nevers (et donc que mon train [le 5911] précédé par le Volcan était parti...Sob), et que nous nous acheminions vers une DDS avec secours par l'arrière obligatoire, c'est là que le conducteur ECR m'a libéré en disant que son collègue n'allait pas tarder (et de toute façon arriverait avant la réception du secours).

Je suis donc retourné ne gare où j'ai pu constater la lente reprise du trafic et ai pu m'acheminer su Nevers.

Quelques questions, donc :

-est-ce que quelqu'un a le fin mot de l'histoire concernant le train lui-même ?

-les conséquences pour les trains Clermont-Paris (des paniers repas avaient été distribués dans le 5982 en gare de Nevers-départ théorique 18h58, à 22h00, il était encore là et ne s'acheminait pas vers un départ proche...).

-les règles applicables chez ECR dans ces circonstances (les cadres appelés par le conducteur aux abonnés absents ; apparemment, seuls les personnels d'exécution font des astreinte ; or dans ce cas, accident de personne + avarie technique + DDS, ça justifierait l'intervention d'un cadre Traction, d'autant plus que le CIL aurait aimé avoir un interlocuteur autre que le conducteur qui, lui, n'était plus franchement en état...).

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

(...)

Quelques questions, donc :

-est-ce que quelqu'un a le fin mot de l'histoire concernant le train lui-même ?

-les conséquences pour les trains Clermont-Paris (des paniers repas avaient été distribués dans le 5982 en gare de Nevers-départ théorique 18h58, à 22h00, il était encore là et ne s'acheminait pas vers un départ proche...).

-les règles applicables chez ECR dans ces circonstances (les cadres appelés par le conducteur aux abonnés absents ; apparemment, seuls les personnels d'exécution font des astreinte ; or dans ce cas, accident de personne + avarie technique + DDS, ça justifierait l'intervention d'un cadre Traction, d'autant plus que le CIL aurait aimé avoir un interlocuteur autre que le conducteur qui, lui, n'était plus franchement en état...).

Ben si j'avais su que tu étais dans le coup...

- pour le train (j'imagine que tu parles de celui d'Ecr) : il a bien été poussé par l'arrière jusqu'à Gien (avec les délices des contraintes locales, 6 km de Bapr etc...)

- pour les conséquences "voyageurs" (disons ça comme cela) : 4h30 pour le 5878 qui a récupéré les voyageurs du 5916 (parce que sa loc allait porter le fameux secours) ; 3h30 pour le 5982 ; 1h40 pour le 5990 ; x heures pour les voyageurs du pauvre 5916 donc, arrivés à Paris Gare de Lyon au lieu de Bercy (j'ignore si quelqu'un a eu le courage de calculer... oups)

- prise en charge voyageurs : distribution de coffrets collation à Nevers pour le 5982 ; à Cosne et Montargis pour les 5978/5916. Nombreux hôtels à l'arrivée à Paris Gare de Lyon car beaucoup de clients en rupture de correspondance.

- ECR : il m'a semblé comprendre qu'il y avait bien une astreinte Ecr qui se rendait sur place mais sans précisions sur son grade.

Pas de dédommagement (enveloppe régularité) puisque "accident de personne" mais dans les trains bloqués il a ausi été question d'un accident avec une voiture à un PN (cela n'aurait rien changé : toujours pas de dédommagement, mais confusion des clients sur les causes réelles de leur "petit" retard).

Sale soirée.

(non je ne travaille pas forcément dans le coin : j'ai pu tout suivre sur Excalibur et Infolignes cartonrouge

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

... qui a récupéré les voyageurs du 5916 (parce que sa loc allait porter le fameux secours)

Ce qui explique pourquoi il était en rade à Cosne (ça m'a inquiété sur le coup aussi)...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

À propos des dédommagements, les voies du chemin de fer sont impénétrables : pas de taxi pour les correspondances du 5911 non assurées à Gien, mais taxi pour les correspondances du 5915 à Nevers...

En tout cas bravo Thomas d'avoir pu porter secours à ce collègue !

@+ Marc

Au final, à part louper mon train et discuter avec le gars, je n'ai pas fait grand-chose... cartonrouge

Ben si j'avais su que tu étais dans le coup...

- pour le train (j'imagine que tu parles de celui d'Ecr) : il a bien été poussé par l'arrière jusqu'à Gien (avec les délices des contraintes locales, 6 km de Bapr etc...)

- pour les conséquences "voyageurs" (disons ça comme cela) : 4h30 pour le 5878 qui a récupéré les voyageurs du 5916 (parce que sa loc allait porter le fameux secours) ; 3h30 pour le 5982 ; 1h40 pour le 5990 ; x heures pour les voyageurs du pauvre 5916 donc, arrivés à Paris Gare de Lyon au lieu de Bercy (j'ignore si quelqu'un a eu le courage de calculer... oups)

- prise en charge voyageurs : distribution de coffrets collation à Nevers pour le 5982 ; à Cosne et Montargis pour les 5978/5916. Nombreux hôtels à l'arrivée à Paris Gare de Lyon car beaucoup de clients en rupture de correspondance.

- ECR : il m'a semblé comprendre qu'il y avait bien une astreinte Ecr qui se rendait sur place mais sans précisions sur son grade.

Pas de dédommagement (enveloppe régularité) puisque "accident de personne" mais dans les trains bloqués il a ausi été question d'un accident avec une voiture à un PN (cela n'aurait rien changé : toujours pas de dédommagement, mais confusion des clients sur les causes réelles de leur "petit" retard).

Sale soirée.

(non je ne travaille pas forcément dans le coin : j'ai pu tout suivre sur Excalibur et Infolignes cartonrouge

Et on peut évoquer juste pour la fine bouche les voyageurs vers Paris à qui les agents de la gare de Gien ont conseillé de reporter leur voyage au lendemain, ce qu'ils ont fait...

Modifié par Roukmoute
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

À propos des dédommagements, les voies du chemin de fer sont impénétrables : pas de taxi pour les correspondances du 5911 non assurées à Gien, mais taxi pour les correspondances du 5915 à Nevers...

(...)

On trouve peut-être plus facilement des taxis à Nevers qu'à Gien ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ben si j'avais su que tu �tais dans le coup...

- pour le train (j'imagine que tu parles de celui d'Ecr) : il a bien �t� pouss� par l'arri�re jusqu'� Gien (avec les d�lices des contraintes locales, 6 km de Bapr etc...)

- pour les cons�quences "voyageurs" (disons �a comme cela) : 4h30 pour le 5878 qui a r�cup�r� les voyageurs du 5916 (parce que sa loc allait porter le fameux secours) ; 3h30 pour le 5982 ; 1h40 pour le 5990 ; x heures pour les voyageurs du pauvre 5916 donc, arriv�s � Paris Gare de Lyon au lieu de Bercy (j'ignore si quelqu'un a eu le courage de calculer... oups)

- prise en charge voyageurs : distribution de coffrets collation � Nevers pour le 5982 ; � Cosne et Montargis pour les 5978/5916. Nombreux h�tels � l'arriv�e � Paris Gare de Lyon car beaucoup de clients en rupture de correspondance.

- ECR : il m'a sembl� comprendre qu'il y avait bien une astreinte Ecr qui se rendait sur place mais sans pr�cisions sur son grade.

Pas de d�dommagement (enveloppe r�gularit�) puisque "accident de personne" mais dans les trains bloqu�s il a ausi �t� question d'un accident avec une voiture � un PN (cela n'aurait rien chang� : toujours pas de d�dommagement, mais confusion des clients sur les causes r�elles de leur "petit" retard).

Sale soir�e.

(non je ne travaille pas forc�ment dans le coin : j'ai pu tout suivre sur Excalibur et Infolignes mdrmdr

Petite pensée amicale aux collègues qui ont géré cette situation, en particulier à certains qui se reconnaitront !!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 4 mois plus tard...

Épilogue : j'ai voulu jouer au gentil soldat à la demande de l'entreprise, j'ai fait remonter et l'entreprise n'a pas daigné faire un geste ; j'ai quand même pourri ma soirée (plus que si j'étais resté à ronfler) dans cette affaire. La prochaine fois, c'est moi qui ferai un bras d'honneur geste...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

(...) La prochaine fois, c'est moi qui ferai un bras d'honneur geste...

Même pas vrai : la prochaine fois tu feras pareil, j'en suis sûre, parce que... les collègues, pis les clients, pis un vieux reste pourri de judéo-chrétien à la noix qui fait qu'on s'y colle (comment ça je me fais avoir tout le temps ??? meuh nan meuh nan) lapleunicheuse

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Même pas vrai : la prochaine fois tu feras pareil, j'en suis sûre, parce que... les collègues, pis les clients, pis un vieux reste pourri de judéo-chrétien à la noix qui fait qu'on s'y colle (comment ça je me fais avoir tout le temps ??? meuh nan meuh nan) ;)

Le pire, c'est que tu as raison... :blush:

...Sauf si je me bourre la gue*le avant de monter dans le train ! mdrmdr

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...