Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Eclairez ma lanterne ...


BB22210

Messages recommandés

Il me semble que l'allumage des fanaux de jour comme de nuit est devenu obligatoire en 1989.

En dehors des 3 lignes qu'on doit trouver dans le référentiel, il doit surement exister un texte officiel. Lequel ? Mystère.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il me semble que l'allumage des fanaux de jour comme de nuit est devenu obligatoire en 1989.

En dehors des 3 lignes qu'on doit trouver dans le référentiel, il doit surement exister un texte officiel. Lequel ? Mystère.

Référentiel TT 0510 :

Signalisation d'avant :

La circulation des trains ou des engins moteurs seuls présente un danger pour les agents appelés à se déplacer à proximité des voies, dans les gares, dans les triages, etc.

Il est donc important de rendre ces circulations bien visibles des agents ainsi que des voyageurs. Pour cela, il est nécessaire de placer à l'avant de toute circulation une signalisation qui permette de repérer son extrémité avant ainsi que son sens de marche. Cette signalisation, située dans la partie inférieure de l'engin moteur, doit permettre de plus de mieux percevoir les signaux mécaniques non éclairés, réflectorisés ou non, implantés le long de la voie.

Certains engins moteurs comportent en plus un feu situé dans la partie supérieure. C'est notamment les cas d'engins moteurs susceptibles de circuler sur les lignes :

- de certains réseaux étrangers;

- à signalisation de cabine.

L'allumage et l'extinction de la signalisation d'avant incombent au conducteur. Lorsque les signaux fonctionnent sous plusieurs régimes d'éclairage, le conducteur doit utiliser celui qui est le mieux adapté à la situation tout en tenant compte des risques d'éblouissement (traversée des gares, franchissement de chantiers de travaux, croisement de trains, manoeuvres, ...).

Signalisation d'arrière :

Les agents des gares et des postes responsables de la circulation doivent avoir l'assurance que chaque train en mouvement est complet. Cette assurance peut également être nécessaire au conducteur arrêté à la suite de certains incidents (rupture d'attelage...). En cas de pénétration en canton occupé, il est important de repérer le dernier véhicule du train précédent.

Il est donc nécessaire de placer à l'arrière de tout train une signalisation qui permette aux agents intéressés :

- de repérer son extrémité arrière ainsi que son sens de marche;

- de vérifier que le train est complet.

La signalisation d'arrière des trains dépend de la catégorie du train et de l'équipement des véhicules; elle est normalement réalisée par les agents des gares et des triages. Les engins moteurs et les voitures à cabine de conduite des trains réversibles sont équipés pour réaliser leur propre signalisation d'arrière. L'allumage et l'extinction de cette signalisation incombent normalement au conducteur.

Les signaux portés par les manoeuvres et par les évolutions font l'objet de règles particulières reprises aux sous-chapitres A3 et A4.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il me semble que l'allumage des fanaux de jour comme de nuit est devenu obligatoire en 1989.

En dehors des 3 lignes qu'on doit trouver dans le référentiel, il doit surement exister un texte officiel. Lequel ? Mystère.

Tout à fait c ' était fin 1989 , je commençais ma formation quand on a eu le rectif auPGM( ancètre du mémento )

Et bonne année à tous du web du cheminot

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité technicentre

Référentiel TT 0510 :

Signalisation d'avant :

La circulation des trains ou des engins moteurs seuls présente un danger pour les agents appelés à se déplacer à proximité des voies, dans les gares, dans les triages, etc.

Il est donc important de rendre ces circulations bien visibles des agents ainsi que des voyageurs. Pour cela, il est nécessaire de placer à l'avant de toute circulation une signalisation qui permette de repérer son extrémité avant ainsi que son sens de marche. Cette signalisation, située dans la partie inférieure de l'engin moteur, doit permettre de plus de mieux percevoir les signaux mécaniques non éclairés, réflectorisés ou non, implantés le long de la voie.

Certains engins moteurs comportent en plus un feu situé dans la partie supérieure. C'est notamment les cas d'engins moteurs susceptibles de circuler sur les lignes :

- de certains réseaux étrangers;

- à signalisation de cabine.

L'allumage et l'extinction de la signalisation d'avant incombent au conducteur. Lorsque les signaux fonctionnent sous plusieurs régimes d'éclairage, le conducteur doit utiliser celui qui est le mieux adapté à la situation tout en tenant compte des risques d'éblouissement (traversée des gares, franchissement de chantiers de travaux, croisement de trains, manoeuvres, ...).

Signalisation d'arrière :

Les agents des gares et des postes responsables de la circulation doivent avoir l'assurance que chaque train en mouvement est complet. Cette assurance peut également être nécessaire au conducteur arrêté à la suite de certains incidents (rupture d'attelage...). En cas de pénétration en canton occupé, il est important de repérer le dernier véhicule du train précédent.

Il est donc nécessaire de placer à l'arrière de tout train une signalisation qui permette aux agents intéressés :

- de repérer son extrémité arrière ainsi que son sens de marche;

- de vérifier que le train est complet.

La signalisation d'arrière des trains dépend de la catégorie du train et de l'équipement des véhicules; elle est normalement réalisée par les agents des gares et des triages. Les engins moteurs et les voitures à cabine de conduite des trains réversibles sont équipés pour réaliser leur propre signalisation d'arrière. L'allumage et l'extinction de cette signalisation incombent normalement au conducteur.

Les signaux portés par les manoeuvres et par les évolutions font l'objet de règles particulières reprises aux sous-chapitres A3 et A4.

Sauf erreur de ma part,il me semble bien que la Reine Victoria (1819-1901 mais a reigné de 1837 à 1901) avait rendu obligatoire que tout train routier ou ferroviaire devait être précédé d'un homme marchant au pas et portant de jour un drapeau et de nuit une lanterne. Cette obligation a été rapidement transformée en obligation, pour le premier véhicule du convoi, de porter un fanal ou lanterne. Par contre, je n'ai pas put retrouver de date plus précise, désolé. Pour la France, comme les premières exploitations réelles furent faites ou tout du moins copiées sur le modèle anglo-saxon, les règles furent juste transposées. Par exemple, sauf en Alsace Lorraine, les trains français roulent à gauche pour aussi cette raison.
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...