Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Innotrans 2010


Rigolo

Messages recommandés

Bonsoitr;

Moi; j'y serai le 24/09 pendant la dernière journée professionnelle. (prix d'entrée environ 40 euros pour la journée sur présentation d'une carte professionnelle)

Attention, les 25 et 26 septembre, pour le grand public, seuls les matériels exposés à l'extérieur seront visitables, tous les halls d'exposition étant fermés le week-end. Donc, le prix d'entrée passe à 2 euros pour les personnes âgées de 14 ans ou plus, gratuité pour les moins de 14 ans.

Sinon, concernant le déplacement, tout dépend de nos centres d'intérêts.

Très bien pour voir les dernières nouveautés en matière de matériels roulants tant chemin de fer (CF) que réseaux urbains (en plus cette année, un hall complet dédié aux autobus, guidés ou non).

Petite mise en bouche côté CF: vélaro D (successeur ICE 3), loc Vectron de chez Siemens, Prima II Alstom, visiblement 37027 Akiem (voir post de CRL Cool), BB Eurolight Vossloh, locomotive bi-mode Diesel + 25 kV type ALP 45 et rame prototype OMNEO (Régio 2N pour la SNCF) de Bombardier,...

Dans les halls d'exposition: un hall transports urbains, un hall voie + tunnel, un hall signalisation sol + bord, un hall équipements embarqués (moteurs, clim, convertisseurs, accumulateurs d'énergie, pantographes, etc ...).

Il faut être réaliste, pour tout faire, une journée ne suffit pas.

Bertrand

Modifié par bertrand
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 2 semaines plus tard...

http://www.lalsace.fr/fr/sorties/aujourdhui/article/3759032/Alstom-Transport-presente-ses-dernieres-innovations-a-Berlin.html

À l’occasion du salon ferroviaire Innotrans qui se tiendra à Berlin du 21 au 24 septembre, Alstom Transport présentera ses dernières innovations dans les domaines du matériel roulant, des services, de la signalisation et des infrastructures.

Le stand Alstom s’articulera autour de son offre de produits et services d’une part, de son partenariat avec TMH d’autre part. Les visiteurs auront ainsi l’opportunité de mieux connaître Alstom sur les différents corners dédiés au matériel fret (locomotive Prima II fabriquée à Belfort), urbain et suburbain (tramways Citadis, tram-trains Citadis Dualis, système APS, supercondensateurs), régional (train Coradia polyvalent), grande et très grande vitesse. C’est sur ce dernier corner que seront présentés l’AGV.Italo de NTV, le New Pendolino et également la nouvelle plate-forme très grande vitesse. Entièrement interopérable, un niveau et de grande capacité, cette dernière s’appuie selon ses concepteurs « sur le meilleur de la technologie Alstom, avérée par 30 ans d’expérience sur les plates-formes articulées très grande vitesse (TGV, TGV Duplex et AGV) et les plates-formes grande vitesse non articulées (Pendolino) ».

Les solutions de signalisation (Atlas et Urbalis), les services, infrastructures et projets clés en main (TrainTracer, Appitrack, Hesop) feront l’objet d’un autre corner spécifique.

Philippe Mellier, président d’Alstom Transport, tiendra une conférence sur le thème Bilan, perspectives et évolution de l’offre d’Alstom Transport. Deux ateliers thématiques animés par François Lacôte, conseiller technique du président, auront lieu à l’issue de cette conférence. Ils seront l’occasion d’exposer aux médias le savoir-faire Alstom et ses solutions en matière de train à deux niveaux et de « tropicalisation/winterisation ».

Les responsables de la marque précisent : « Promoteur de la mobilité durable, Alstom Transport développe et propose la gamme de systèmes, d’équipements et de services la plus complète du secteur ferroviaire. Alstom Transport gère l’intégralité des systèmes de transport, dont le matériel roulant, la signalisation et les infrastructures, et propose à ses clients des solutions clés en main ».

Augmentation des commandes

Alstom Transport a enregistré un chiffre d’affaires de 5,8 milliards d’euros pour l’exercice 2009-2010 et une hausse des commandes de 9 % par rapport à l’année précédente. Alstom Transport est présent dans plus d’une soixantaine de pays et emploie quelque 26 000 personnes.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

La grande vitesse allemande à l'honneur:

http://www.lefigaro.fr/societes/2010/09/22/04015-20100922ARTFIG00678-la-bataille-mondiale-de-la-tres-grande-vitesse.php

Au salon ferroviaire de Berlin, les constructeurs historiques, comme Alstom, Siemens et Bombardier, rivalisent pour conquérir les marchés des pays émergents, désormais aussi convoités par les Chinois.

Il trône en vedette, exposé en plein air et accueillant une foule de curieux prêts à beaucoup patienter pour le visiter… Le Zefiro 380, dernier-né de la gamme des trains à grande vitesse du constructeur canadien Bombardier, est une star du salon du transport ferroviaire Innotrans, qui s'est ouvert mercredi à Berlin.

L'édition précédente avait eu lieu en pleine crise financière, il y a deux ans. Deux ans pour rien ou presque, tant a été brutal le coup d'arrêt mis aux investissements ferroviaires. Aujourd'hui, la reprise est en vue, même si son horizon n'est pas encore certain. Du fait du décalage entre les décisions d'investissement et les prises de commande, le marché du ferroviaire sera stable dans les trois ans à venir par rapport aux 99 milliards d'euros enregistrés sur la période 2008-2010, selon les chiffres de l'association professionnelle Unife. «Des milliards d'investissements dans les chemins de fer ont été annoncés. Depuis le dernier salon en 2008, il y a eu la crise mondiale. Ces milliards ont parfois été reportés, mais ils n'ont pas été supprimés !», affirmait mercredi le directeur du salon, Raimund Hosch.

C'est donc pour l'avenir que l'on discute depuis mercredi à Berlin, pour le rebond attendu sur la période 2015-2017.

La mise en scène par Bombardier de son nouveau Zefiro 380 - pour 380 km/h - illustre combien la bataille s'annonce rude sur le segment emblématique de la grande vitesse (plus de 270 km/h). Mardi, c'est Alstom, numéro un de très loin avec 40 % des rames actuellement en circulation, qui a levé le voile sur son nouveau produit, Speedelia (lire encadré). Et Siemens a présenté mercredi son premier train à grande vitesse entièrement conçu et fabriqué par lui, le Velaro D. À domicile, le constructeur allemand revendiquait mercredi le titre de «point culminant» du salon. Il peut atteindre une vitesse de 320 km/h et il est compatible avec les infrastructures en Allemagne, en France, en Belgique et en Suisse. La Deutsche Bahn en a déjà commandé quinze, qui circuleront à partir de décembre 2011.

Transferts de technologie

Les acteurs «historiques» du marché, comme Alstom et Siemens, sont confrontés au ralentissement de leurs marchés domestiques, sur lesquels plus rien ne leur est acquis. Exemple en France, où le réseau TGV de la SNCF, trentenaire l'an prochain, a toujours été dévolu à Alstom. Il y a deux ans, l'entreprise ferroviaire tricolore était à deux doigts de lancer l'appel d'offres qui aurait ouvert un boulevard à l'AGV d'Alstom, son TGV de dernière génération, déjà commandé par l'italien NTV. Le marché n'a jamais été ouvert. Et, explique Alain Bullot, directeur du matériel à la SNCF, le plan de flotte de l'entreprise ne prévoit aucun appel d'offres, ni cette année, ni en 2011, ni en 2012… Si la SNCF achète l'AGV, ce ne serait donc pas avant 2014. Sa filiale Eurostar, en revanche, pourrait prochainement se lancer. Mais déjà il se dit que ce contrat-là pourrait revenir à l'allemand Siemens, qui clamait mercredi son intention de faire de son Velaro D un «succès “made in Germany” à l'export».

Surtout, pour les grands appels d'offres internationaux qui s'annoncent (lire ci-dessous), Alstom Transport, Siemens et Bombardier se retrouvent dans une situation inédite. Face à eux, deux poids lourds chinois, CSR et CNR, ont acquis une véritable crédibilité à l'export. Ils ont su tirer partie des transferts de technologie conclus avec Kawasaki (le constructeur du Shinkansen japonais). En effet, alors que CSR s'était contenté d'assembler les rames, il est passé dès 2009 à l'étape suivante en les construisant intégralement. Avec Siemens, CNR a reproduit le même schéma et se contente depuis 2009 de commander des composants à son partenaire. De son côté, Bombardier a créé une entreprise conjointe avec CSR, le frère jumeau de CNR.

C'est d'ailleurs grâce à ce partenariat que Bombardier fera rouler dès 2012 en Chine les premières rames de son nouveau Zefiro. Bombardier a par ailleurs remporté cet été un appel d'offres avec Trenitalia pour la fourniture de 50 trains du même type à l'opérateur italien, mais les trains ne circuleront pas avant 2013.

Le champion tricolore Alstom capitalise, lui, sur sa réputation de fournisseur de matériels sûrs et fiables ; il a, jusqu'ici, refusé de jouer la carte du partenariat avec ces nouveaux concurrents asiatiques pour éviter les transferts de technologie. Il ne semble pas davantage disposé à répondre à l'appel à la constitution d'un «Airbus du rail» européen, lancé la semaine dernière par le ministre des Transports, Dominique Bussereau, qui regrette la compétition féroce à laquelle se livrent Alstom et Siemens.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Et la grande vitesse Française....

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2010/09/21/97002-20100921FILWWW00537-speedelia-nouveau-tgv-d-alstom.php

AFP

21/09/2010 | Mise à jour : 16:25 Le constructeur ferroviaire français Alstom a présenté mardi à Berlin un nouveau modèle de trains à grande vitesse baptisé Speedelia, avec lequel il veut pouvoir répondre à d'avantage d'appels d'offres.

"C'est un train conventionnel à haute capacité", a résumé Philippe Mellier, le président d'Alstom Transport, en le présentant au salon InnoTrans de l'industrie ferroviaire.

Ce train au nez effilé n'est pas articulé, c'est-à-dire que les différents wagons ne sont pas solidaires les uns des autres comme c'est le cas sur le TGV conventionnel ou le nouvel Automoteur à grande vitesse (AGV), dont Alstom doit livrer le premier exemplaire en octobre en Italie.

Certains clients potentiels, comme récemment la compagnie italienne Trenitalia, refusent le train articulé. Alstom a d'ailleurs perdu ce premier appel d'offres face à une alliance de Bombardier et d'AnsaldoBreda, et a contesté l'attribution du marché en justice.

Speedelia, train à un seul niveau capable de rouler à une vitesse commerciale de 360 km/h, doit être compatible avec toutes les normes ferroviaires et pouvoir rouler sous toutes les tensions et avec tous les systèmes de signalisation en Europe, a précisé Alstom. Il pourra aussi s'adapter aux gabarits spécifiques, par exemple en Russie ou en Chine.

Dans la famille des trains à grande vitesse d'Alstom, il s'ajoute au TGV Duplex classique, à l'AGV et au Pendolino, le train pendulaire (dont les rames se penchent dans les courbes pour aller plus vite) fabriqué en Italie.

"Grâce à ça, on a toutes les configurations possibles de ce qu'on sait faire", a indiqué une porte-parole à l'AFP: "On peut faire un train à un niveau ou deux niveaux, de l'articulé ou du non-articulé, de la motorisation répartie ou pas, ou même du pendulaire..."

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...