Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Un incendie au poste de Sèvres Ville d'Avray perturbe les lignes L et U


Messages recommandés

L'incendie survenu vers 4h dans la nuit de samedi à dimanche a interrompu l'ensemble des circulations entre St Cloud - Versailles Rives Droite et Saint Cloud - Versailles Chantiers (ligne U)

La ligne L a repris partiellement à 15h mais reste perturbée la U sera coupée pendant 2 à 3 semaines.

Plus de détails dans cet article :

http://www.metrofran...x!5mSGLd3jPD8c/

Et dans le communiqué de la SNCF :

http://www.transilie...201324-SUPP.pdf

C'est une série noir en ce moment dans le coin :

Hier après-midi, des câbles endommagés par un incendie ont provoqué l'interruption des circulations dans le secteur de Porchefontaine.

De plus, d'après des témoignages d'usagers, une Z6400 aurait été victime d'un incendie la semaine dernière ainsi qu'une autre rame hier aux environs de Saint Cloud !!! :ohmy:

Bon courage à ceux qui travaillent depuis ce matin et qui vont devoir bosser là dessus par ce temps !

Modifié par Alexis60
  • J'adore 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pour l'instant, des modifications de circulation sont mises en place pendant 2 à 3 semaines avec notamment:

  • 1 train par 1/4h entre St Cloud et Versailles RD
  • interruption du trafic sur la ligne U (La Verrière-La Défense)

Grosse pagaille ce matin le temps de réorganiser tout cela avec des attentes suppérieures à 1/2h en pointe et des rames surchargées. Par effet de bord, certains trains des autres dessertes de la ligne L sont impactés.

A suivre sur: http://www.transilie...afic#ancre11774 et http://malignel.transilien.com/2013/02/25/perturbations-suite-a-la-destruction-par-incendie-dun-poste-de-signalisation/

C'est une vraie série noire sur cette ligne depuis plusieurs mois. Entre les suppressions pour régulation de trafic et les incidents, il n'y a pas beaucoup de jours calmes.

Bon courage également à tous les cheminots de cette ligne.

Modifié par eric_p
  • J'adore 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

C'est un peu récurrent en ce moment sur le blog de la ligne L. Face aux nombreux problèmes, il y a quelques personnes qui font dans la surenchère revendicative en essayant de fédérer les autres voyeageurs et en soutenant ce genre de demande. Concernant l'incident d'hier et ses répercutions, il est peut-être légitime que les voyageurs aient une compensation de la part du STIF car le service n'est pas rendu. Charge au STIF de se retourner ensuite vers les responsables (SNCF, pyromanes,...).

De toute façon, si aujourd'hui le trafic est très aléatoire, je fais confiance aux responsables de cette ligne pour améliorer les choses dans les jours à venir. Par contre, si les restrictions circulations sont maintenues pendant plusieurs jours, ça va vraiment être une belle galère pour les personnes n'ayant pas de solution alternative.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Donc que l'incendie soit d'origine accidentelle, d'un acte de malveillance, ou à l'origine d'une défaillance de la SNCF, la SNCF ou plutot le STIF devrait rembourser les voyageurs, qui se retournera ensuite vers la SNCF pour que celle-ci la rembourse donc qu'au final la SNCF paie?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

C'est le STIF qui décide. Il faudrait analyser les conditions de vente des titres de transport pour savoir s'il y a quelque chose de prévu d'office sur ce sujet.

Par contre, si un remboursement était envisagé, le STIF serait en droit de demander à l'auteur des troubles (pas forcément la SNCF notamment en cas d'acte de malveillance) une indemnisation.

Par ailleurs, le propriétaire (SNCF ou RFF ?) des installations sinistrées est couvert par une asssurance. Que prévoit-elle ? Seulement une remise en état ou une indemnisation pour la perte d'exploitation ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Les dégâts sont considérables et les réparations provisoires commencées dès dimanche 24 février 2013, ne permettront pas un retour des circulations sur la ligne U avant plusieurs semaines ...

à lire ici (info du site web TER) en version PDF :

http://telechargement.ter-sncf.com/Images/Centre/Tridion/Flyer_Sevres_Ligne_U_tcm-17-85651.pdf

Modifié par Pascal 45
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

J'ai la confirmation que le poste et tout ce qu'il abritait sont irrécupérables. Un petit PRCI type changement de voie, ça va pas être simple de remettre en service un tel type de poste vu l'ancienneté des constituants.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je ne comprends pas la notion d'ancienneté. Comme tout est à refaire, tout le poste sera remis à neuf. Est-ce que la nature du poste a un lien avec les équipements de voies commandé ?

Je pense plus qu'il faut d'abord remettre le local en état avant d'y mettre les nouveaux équipements. Il faut déjà qu'un expert se prononce sur les nature des travaux de gros oeuvre à réaliser. Cela peut aller jusqu'à la démolition/Reconstruction ! Est-il possible en attendant, d'avoir un poste temporaire ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Est-ce que la nature du poste a un lien avec les équipements de voies commandé ?

Je ne crois pas, mais le poste qui "pilote" cette armoire (Viroflay Rive-Droite) n'est peut-être pas compatible avec des constituants modernes sans adaptations importantes....et couteuses.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je pense que le poste correspond à des plans et schémas de câblage qui existent. Il n'en va pas de même d'un poste utilisant une technologie différente, dont la réalisation demanderait donc une part importante d'étude qui reporterait d'autant la remise en service (sauf à ce que l'évolution ait déjà été programmée).

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

L'incendie/destruction d'un poste d'aiguillage est le cauchemar d'un chef de circonscription (avec "le contraire sécurité" bien entendu...).

Plus particulièrement d'astreinte, même si dans un cas pareil quand tu es d'astreinte tu ne peux que constater et appeler la cavalerie...

En gros imagine que tu dois reconstruire le plus vite possible et sans erreur un ordinateur et le logiciel qui va dedans avec des câbles et des relais à partir de l'ancien qui est détruit sans savoir précisément jusque où s'étendent les dégâts sur la partie "campagne" (le terrain...)

Les plans nécessaires à la reconstruction ont certainement brulés avec le reste, les autres collections de schémas (au bureau de l'UP SES, au pôle ingénierie de la région...) ne sont peut-être pas exactement à jour suite à des travaux (petits ou gros) récents...

Il va falloir sortir les cadors des "essayeurs" (agents de signalisation chargés des essais, spécialistes des principes de signalisation et des procédures de vérifications et essais des installations) pour remettre en route la signalisation dans ce coin.

Bon courage aux collègues!

  • J'adore 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je ne comprends pas la notion d'ancienneté. Comme tout est à refaire, tout le poste sera remis à neuf. Est-ce que la nature du poste a un lien avec les équipements de voies commandé ?

Je pense plus qu'il faut d'abord remettre le local en état avant d'y mettre les nouveaux équipements. Il faut déjà qu'un expert se prononce sur les nature des travaux de gros oeuvre à réaliser. Cela peut aller jusqu'à la démolition/Reconstruction ! Est-il possible en attendant, d'avoir un poste temporaire ?

Lors de travaux prévus, la remise à neuf d'un poste peut prendre plusieurs années. Dans ce cas là on gagne le temps des études car j'imagine que le poste sera reconstruit le plus possible à l'identique. Il faut déjà trouver une place pour construire le nouveau poste, où raser l'ancien si il n'y a pas de place. Gros travaux de génie civil en perspective pour le bâtiment, le passage des nouveaux câbles etc...

Ensuite comme je l'ai dit plus haut, il faut câbler à la main l'équivalent d'un ordinateur. Travail plus ou moins long et complexe suivant la dimension et la génération du poste...

Puis viennent les "vérifications techniques et essais" qui consistent pour la première partie à vérifier que tout a été réalisé dans les règles de l'art et conformément à la règlementation en vigueur. Pour la 2° partie un "essayeur" (pareil, voir plus haut) va faire fonctionner l'installation dans tous les sens possibles et imaginables pour s'assurer que, quelque soit les circonstances, l'installation ne fonctionne qu'en sécurité. Deux fils inversés, un contact de relais oublié et c'est le signal qui s'ouvre alors qu'il ne devrait pas, c'est l'aiguille qui n'est pas dans la position voulue au passage du train...

On a vu plus haut que c'était un PRCI. PRCI télécommandé ou avec l'AC sur place? Il gère beaucoup d'itinéraires?

Modifié par Bloupeur
  • J'adore 2
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

On a vu plus haut que c'était un PRCI. PRCI télécommandé ou avec l'AC sur place? Il gère beaucoup d'itinéraires?

Tout d'abord merci pour toutes ces précisions. C'est un PRCI télécommandé. Il gère au minumum la partie d'IPCS entre Sèvres-Ville d'Avray et Chaville RD. A confirmer, mais il doit gérer la bif. de Viroflay qui permet de rejoindre Versailles Chantiers.

Ce soir, j'ai constaté que la carré voie 1 protégeant l'IPCS était éteint et neutralisé avec une croix. Ca doit être la même chose avec les autres signaux du secteur. A noter que l'avertissement (prévenant la sortie d'IPCS) sur la voie 2 avant le tunnel de Ville d'Avray fonctionne.

Par contre, les trains circulent en marche à vue à partir de la bif. de St Nom. Y a-t-il une signalisation spécifique ou est-ce indiqué au carnet de marche ? Le mien a tellement ralenti qu'il a fini la section de sectionnement à l'arrêt.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Lors de travaux prévus, la remise à neuf d'un poste peut prendre plusieurs années. Dans ce cas là on gagne le temps des études car j'imagine que le poste sera reconstruit le plus possible à l'identique. Il faut déjà trouver une place pour construire le nouveau poste, où raser l'ancien si il n'y a pas de place. Gros travaux de génie civil en perspective pour le bâtiment, le passage des nouveaux câbles etc...

Ensuite comme je l'ai dit plus haut, il faut câbler à la main l'équivalent d'un ordinateur. Travail plus ou moins long et complexe suivant la dimension et la génération du poste...

Puis viennent les "vérifications techniques et essais" qui consistent pour la première partie à vérifier que tout a été réalisé dans les règles de l'art et conformément à la règlementation en vigueur. Pour la 2° partie un "essayeur" (pareil, voir plus haut) va faire fonctionner l'installation dans tous les sens possibles et imaginables pour s'assurer que, quelque soit les circonstances, l'installation ne fonctionne qu'en sécurité. Deux fils inversés, un contact de relais oublié et c'est le signal qui s'ouvre alors qu'il ne devrait pas, c'est l'aiguille qui n'est pas dans la position voulue au passage du train...

On a vu plus haut que c'était un PRCI. PRCI télécommandé ou avec l'AC sur place? Il gère beaucoup d'itinéraires?

Étant un des experts de cette technologie, je vais compléter les éléments donnés par Bloupeur. Pour rappel, dans les PRCI, la couche sécurité se trouve dans le poste, ainsi que les alimentations servant à tous les éléments servant dans le signalisation (signaux, circuit de voie...).

Si l'étage relais (le R dans PRCI) est inutilisable, il faut en effet reconstruire un poste entier (et vu la photo YouaNn...). Or les PRCI MCK comme celui-là sont constitués de platine (support pour les relais précâblés pour faciliter les essais et la mise en oeuvre) dont certaines ne sont plus fournies (aujourd'hui, on fait plutôt dans le PAI).

PRCI MCK signifie que ce poste n'est pas télécommandable et qu'il était donc en commande déportée depuis Viroflay (juste un clavier, un écran et une imprimante). Détail à peine gênant, le MCK, ça ne se fait plus en neuf depuis un bon moment et le matériel est en parti introuvable. Bref, une belle galère car toute autre solution va nécessiter une partie étude importante et donc retarder d'autant la remise en service du poste (en années...) et entraîner des surcoûts dus au essais, travaux... comme l'a bien indiqué Bloupeur

Reste à savoir si l'exploitation tient à conserver un poste à cet endroit là (poste de changement de voie avec IPCS) mais ça ne va pas être simple, c'est certain.

Tout d'abord merci pour toutes ces précisions. C'est un PRCI télécommandé. Il gère au minumum la partie d'IPCS entre Sèvres-Ville d'Avray et Chaville RD. A confirmer, mais il doit gérer la bif. de Viroflay qui permet de rejoindre Versailles Chantiers.

[...]

Arf, la délicate notion de la télécommande dans la signalisation. Elle n'existe que si un système intelligent pilote à distance le poste. Quand le système est dans le poste et que c'est l'interface homme machine que l'on met à distance, on parle de commande déportée.

Sinon, ce PRCI ne gérait pas la bif de Viroflay.

Modifié par Gensac
  • J'adore 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Selon le RT3003, la zone d'action du poste de Viroflay-RD (pk 20.3) gère les liaisons d'IPCS de Ville-d'Avray (pk 16.7 et 17.4), la bif de Viroflay (pk 19.3 v1 et 19.7 v2) et les liaisons d'IPCS du pk 20.8.

Il est probable que, dans l'urgence, un certain nombre de signaux sont annulés et que le cantonnement s'en trouve rallongé d'autant.

C'est ce qui avait été fait après l'accident de Choisy-le-Roi en décembre 2009, où une potence à signaux avait été détruite. On avait fait un seul grand canton de 1000 mètres avec les deux de 500 mètres normalement séparés par cette potence.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Qu'est-ce qui explique alors la marche à vue si le canton est 'seulement' allongé ?

Pour la reconstruction, il faudra trouver rapidement une solution pour rétablir la bif de Viroflay car la ligne U transporte tout de même 50000 voyageurs par jour.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

S'il n'y a plus de circuit de voie sur toute la zone du poste, ça revient à circuler signal éteint... Et comme je l'ai dit, les alimentations sont HS, et la couche circuit de voie du poste probablement aussi (émetteurs, relais...).

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

(...)

Pour la reconstruction, il faudra trouver rapidement une solution pour rétablir la bif de Viroflay car la ligne U transporte tout de même 50000 voyageurs par jour.

Y'a qu'à, faut qu'on ! ? "Trouver rapidement une solution" !

Sauf que l'on parle justement de transporter ces 50 000 personnes... en sécurité ? Et que ça, ça ne s'improvise pas ?

Donc pour le moment - et à ce que je peux lire ici et ailleurs - non : ça ne va pas être rapide.

Mais ça va se faire sans risque pour les voyageurs. Avec du retard. Mais en sécurité.

Ce qui, finalement, n'est pas si mal ?

  • J'adore 3
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Sauf qu'à l'heure des gens préssés, des arguments comme quoi des années entières sont necessaires à refaire tout un ensemble de securité, celà ne passe pas....

Tout est devenu rapide, la securité "devrait" faire de même... le fossé se creuse donc entre la volonté consciente des voyageurs de garder la securité, mais en un temps qui soit devenu à l'identique du leur..

Or un automate complexe necessite etude, montage, et nombreux essais reglage, et va à l'encontre du besoin de temps des voyageurs...

Existe il, entre la non existence d'un poste detruit et son fonctionnement optimal, un champ "exploitable" en moyens prémontés, et adaptable en fonctionnement "degradé" (entendre la réalisation des quelques enclenchements trés basiques, les plus usités ) ???

Je dois probablement encore dire des conneries, vu que tout automaticien ou specialiste SES a dejà du se poser la question.....

Fabrice

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ne t'inquiète pas Fabr, s'il faudra du temps pour reconstruire un poste, ça sera beaucoup moins long pour permettre aux trains de rouler normalement en mettant en place des moyens provisoires permettant au moins de récupérer les circuits de voies et de transformer les zones du poste en pleine voie. Là, ça devrait l'histoire de quelques semaines au pire, je pense.

Tout dépend du temps nécessaire pour étudier comment recâbler les zones, faire les travaux et les essais minimum. Mais je ne pense pas qu'on ira rogner sur ce temps pour accélérer les procédures, voire les squeezer.

Le vieil adage s'entend encore dans la boutique : Un cheminot qui court est un cheminot qui va faire une connerie.

  • J'adore 2
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité JLChauvin

Il y a quelques années, un abruti avait bien déclenché l'incendie qui avait complètement détruit le poste de Coutras.

Ce fût très long à remettre en ordre... mais une exploitation provisoire à été mise en place, au début très contraignante mais améliorée par phases pour en arriver à un fonctionnement "normal".

Maintenant pour aller "plus vite", on peut aussi annuler tous les signaux et marcher "à la voile"... si l'on ne crains pas la casse!

  • J'adore 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...

L'extension "AdBlock" anti-pub... on en parle ?

Vous avez installé un outil pour bloquer la publicité sur internet...hors c'est la publicité qui permet à cheminots.net d'exister et de vous permettre d'avoir la meilleure expérience utilisateur possible.

Alors pourquoi ne pas désactiver votre bloqueur de pub pour ce site et ainsi participer à sa pérennité ?

Si vous ne souhaitez pas désactiver Adblock, vous pouvez quand même accéder au site,
et on vous souhaite une bonne visite !

 

Comment désactiver Adblock pour cheminots.net ?

Repérez l'icône Adblock sur votre navigateur internet (Mozilla Firefox, Google Chrome etc.). 
Généralement elle se situe à droite de la barre d'adresse, ou tout en bas à droite de la fenêtre.
adblock.png.b5362a440eebda16ea382664cb9b629f.png

Cliquez sur l'icône puis.. (en fonction du navigateur) :

Mozilla Firefox 
Cliquez sur « Désactiver partout ».

Google Chrome et autres 
Cliquez sur « Ne rien bloquer sur les pages de ce domaine » ou décochez « Activé pour ce site ».

 

Si je n'arrive pas à désactiver Adblock...

Si vous ne trouvez pas le bouton Adblock ou si vous n'arrivez pas à désactiver Adblock, vous pouvez essayer de désinstaller complètement le logiciel dans les options de votre navigateur web:

Mozilla Firefox 
Cliquez sur Firefox, puis Modules complémentaires. Dans Extensions, désactivez/désinstallez Adblock.

Google Chrome 
Cliquez sur la clé à outil en haut à droite, puis Outils et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

Apple Safari 
Cliquez Safari, puis Préférences et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

 

FREEBOX
Se connecter à l’interface de gestion mafreebox.freebox.fr puis « Connexion Internet > Configuration > Blocage de la publicité »
Désactiver l’option et cliquer sur Modifier.

Antivirus
Certains antivirus bloquent les bannières, essayez en le désactivant. Si c'est lui qui bloque les pubs, vous pouvez désactiver cette fonctionnalité, ou mettre le site cheminots.net en liste blanche.