Aller au contenu
Le Web des Cheminots

les cumulards retraités cheminots vont trinquer !


Invité

Messages recommandés

Conséquence de la réforme des retraites publiée au (JO du 21 janvier 2014) ces conditions s’appliqueront à partir du 1er janvier 2015.

- Cumul partiel : plafond de revenus

Le montant cumulé de vos revenus et celui de la pension du régime général doit être, soit inférieur au dernier salaire d'activité perçu où inférieur à 160% du SMIC (2 312,61 euros) s’il dépasse ce niveau.

Au-delà de ce plafond, votre pension sera réduite à due proportion afin que l’ensemble de vos revenus ne la dépasse pas.

Pour plus de détails, renseignez-vous auprès de votre Caisse de retraite. Dans certains cas, un délai de carence peut être demandé dans le cas du cumul partiel.

http://www.planet.fr/emploi-retraite-cumul-emploi-retraite-la-nouvelle-regle-du-jeu.716918.1401.html?xtor=ES-1-708298[Planet-a-la-Une]-20141027

les nantis privilégiés cheminots à la retraite à 50 ans ou 55 ans, retrouvant comme par hasard un travail dans une EF privée (et prenant la place d'un jeune chômeur) vont devoir réfléchir ou finalement bosser pour la gloire de leur nouvel employeur !

Finalement je trouve cette mesure juste car depuis la réforme Sarkozy le cheminot qui veut continuer à travailler au delà de 50 ans ou 55 ans en a la possibilité à la SNCF;

alors pourquoi partir en retraite pour bosser dans une autre EF?

C'est le fric ?

Et bien Pan sur le bec !

:Smiley_05:

Modifié par 2D2
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ça va dans le bon sens... Mais les cumulards parmi nos hommes politiques feraient bien de s'en inspirer pour leurs propres revenus.....

Qui vient de dire que je rêvais?

Modifié par CRL COOL
  • J'adore 6
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ça va dans le bon sens... Mais les cumulards parmi nos hommes politiques feraient bien de s'en inspirer pour leurs propres revenus.....

Qui viens du dire que je rêvais?

Saufs, que se ne sont pas des revenus mais des indemnités, nuance, mais cela ne change rien à leurs cumuls.
  • J'adore 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je crois que 2D2 conclut un peu vite !

Le texte qu'il vise concerne les pensions du régime général. Or, un cheminot en retraite de la SNCF ne perçoit pas une pension du régime général.

Sur le site de la caisse de retraite du personnel de la SNCF (et non pas de la SNCF) , les règles de cumul avec le régime spécial sont ici : http://www.cprpsncf.fr/vous-etes-pensionne/informations-pensions-du-regime-special/votre-pension-au-quotidien/vous-repren-0

Cela dit, il est fort possible que ce ne soit pas exactement à jour s'il y a eu des modifications récentes dans la période ou à venir très prochainement.

Toujours est-il qu'on retrouve déjà cette limitation du cumul à 160 % du SMIC.

Mais, il y a un "mais"... cela ne concerne (ou concernait ?) que les retraites du régime spécial liquidées à partir de l'âge de 55 ans.

Or, nos agents de conduite, objet du courroux de 2D2, liquident le plus souvent leur retraite avant 55 ans, par définition ou par principe ai-je presque envie de dire. Je ne suis donc pas du tout sûr que cet effet d'aubaine de pouvoir cumuler la pension SNCF et un revenu d'activité cesse. En l'état actuel, c'est un droit. On peut en discuter, s'en étonner, s'en offusquer, mais c'est un droit.

Par contre, ce qui est nouveau et à mon humble avis il n'y a que ça de vraiment nouveau, c'est que la reprise d'activité ne produira aucun droit nouveau à pension de retraite d'où quelle vienne, ce qui n'était pas le cas auparavant (salarié et employeur cotisant néanmoins normalement).

Sous toutes réserves.

  • J'adore 2
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Saufs, que se ne sont pas des revenus mais des indemnités, nuance, mais cela ne change rien à leurs cumuls.

Bonjour

Si ce dont il est question ici venait á s'appliquer á nos retraités, il y a fort á parier que le salaire de leur nouveau travail se trouverait de la même façon réduit au strict minimum augmenté d'allocation de déplacement (par exemple)

Modifié par Fred
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

J'étais en entrain de relire le sujet quand je me suis aperçu que 2D2 parlait du régime général.

Non, je crois que 2D2 fait bien part de ses préoccupations à propos des agents de conduite qui, à la retraite de la SNCF, poursuivent leur activité dans une autre entreprise ferroviaire en cumulant pension de retraite et revenu d'activité. Par contre, il fonde sa contribution sur des dispositions ne concernant a priori que les retraites versées par le régime général.

Bonjour

Si ce dont il est question ici venait á s'appliquer á nos retraités, il y a fort á parier que le salaire de leur nouveau travail se trouverait de la même façon réduit au strict minimum augmenté d'allocation de déplacement (par exemple)

L'URSSAF n'accepterait certainement pas ! Les allocations de déplacement doivent rester en rapport avec les frais de déplacement. L'URSSAF fixe d'ailleurs des plafonds (pour les petits déplacements et les grands). La part "suggestion" d'un déplacement doit être rémunérée comme un salaire et soumise à contributions sociales et fiscalité comme tel.

Par contre , - je fais de la politique fiction peut-être - dans l'absolu, rien n'interdirait à un agent de conduite de se déclarer dans une activité de free-lance non salariée. Et de se mettre à disposition d'une entreprise ferroviaire au cas par cas et en fonction des commandes de cette dernière avec paiement sur facture ! Dans le transport routier et fluvial, ça se passe déjà en partie comme ça. Un retraité d'où qu'il soit peut se mettre à exercer comme artisan, commerçant, mandataire, entreprise individuelle... et facturer ses services sans que son régime de retraite (général ou spécial) ne puisse rien lui reprocher ni réduire en quoi que ce soit le montant de sa pension.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité JLChauvin
...

Par contre , - je fais de la politique fiction peut-être - dans l'absolu, rien n'interdirait à un agent de conduite de se déclarer dans une activité de free-lance non salariée. Et de se mettre à disposition d'une entreprise ferroviaire au cas par cas et en fonction des commandes de cette dernière avec paiement sur facture ! Dans le transport routier et fluvial, ça se passe déjà en partie comme ça. Un retraité d'où qu'il soit peut se mettre à exercer comme artisan, commerçant, mandataire, entreprise individuelle... et facturer ses services sans que son régime de retraite (général ou spécial) ne puisse rien lui reprocher ni réduire en quoi que ce soit le montant de sa pension.

C'est déjà fait, depuis longtemps... et pas que dans le chemin de fer.

Eh, faut revenir sur terre, de temps en temps. Nous sommes en plein dans le bal des faux culs et des tricheurs. Le conducteur de Maillé, c'est quoi exactement son parcours?

Toi aussi tu nous réinvente le fil à couper le beurre? Faut suivre, un peu...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Non, je crois que 2D2 fait bien part de ses préoccupations à propos des agents de conduite qui, à la retraite de la SNCF, poursuivent leur activité dans une autre entreprise ferroviaire en cumulant pension de retraite et revenu d'activité. Par contre, il fonde sa contribution sur des dispositions ne concernant a priori que les retraites versées par le régime général.

L'URSSAF n'accepterait certainement pas ! Les allocations de déplacement doivent rester en rapport avec les frais de déplacement. L'URSSAF fixe d'ailleurs des plafonds (pour les petits déplacements et les grands). La part "suggestion" d'un déplacement doit être rémunérée comme un salaire et soumise à contributions sociales et fiscalité comme tel.

Par contre , - je fais de la politique fiction peut-être - dans l'absolu, rien n'interdirait à un agent de conduite de se déclarer dans une activité de free-lance non salariée. Et de se mettre à disposition d'une entreprise ferroviaire au cas par cas et en fonction des commandes de cette dernière avec paiement sur facture ! Dans le transport routier et fluvial, ça se passe déjà en partie comme ça. Un retraité d'où qu'il soit peut se mettre à exercer comme artisan, commerçant, mandataire, entreprise individuelle... et facturer ses services sans que son régime de retraite (général ou spécial) ne puisse rien lui reprocher ni réduire en quoi que ce soit le montant de sa pension.

Mouais, pourquoi pas

Mais qui va le contrôler, assurer le suivi médical, s'assurer de ses connaissances engins moteurs et lignes ??

bref toutes les contraintes que l'on

  • J'adore 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

C'est déjà fait, depuis longtemps... et pas que dans le chemin de fer.

Eh, faut revenir sur terre, de temps en temps. Nous sommes en plein dans le bal des faux culs et des tricheurs. Le conducteur de Maillé, c'est quoi exactement son parcours?

Toi aussi tu nous réinvente le fil à couper le beurre? Faut suivre, un peu...

Qu'est ce qui est déjà fait depuis longtemps ? Des conducteurs indépendants, exerçant à leur compte ? Je ne crois pas. Pas encore.

Pas contre, dans le transport routier et fluvial, oui depuis longtemps. C'est ce que j'ai écrit.

C'est qui le conducteur de Maillé ? Désolé si je ne suis pas tout.

Quel rapport avec le fil à couper le beurre ?

Modifié par PLANONYME
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité JLChauvin

Qu'est ce qui est déjà fait depuis longtemps ? Des conducteurs indépendants, exerçant à leur compte ? Je ne crois pas. Pas encore.

Pas contre, dans le transport routier et fluvial, oui depuis longtemps. C'est ce que j'ai écrit.

C'est qui le conducteur de Maillé ? Désolé si je ne suis pas tout.

Quel rapport avec le fil à couper le beurre ?

Des retraités conducteurs mercenaires qui changent de boite comme de chemise, çà n'existe pas? On m'aurait menti?

Et le transport aérien, tu l'oublie? C'est même "mieux", dans certaines compagnie il faut payer pour avoir le privilège de travailler...

Maillé: Rattrapage de deux trains , voir le pedigree du conducteur responsable de l'accident...

Le fil à couper le beurre.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

apparté du "sac de sable à droite.."

Payer pour travailler, concerne essentiellement les petits nouveaux qui cherchent à "monter les heures", c'est une des "joyeuseté" de la Mondialisation, où les pires des crapules sont vues comme de nouveaux gourous, car "ils palpent" ( et pas que des €.....).

Mais je t'accorde bien volontiers que tous ces excès sont bien issus de la même doctrine: empapaouter son prochain....et le plus profond possible.

Les anciens auront echappé à ceci, mais devraient alors faire oeuvre d'un peu plus de comprehension vis à vis des situations de leurs copilotes...

Fabrice

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...

L'extension "AdBlock" anti-pub... on en parle ?

Vous avez installé un outil pour bloquer la publicité sur internet...hors c'est la publicité qui permet à cheminots.net d'exister et de vous permettre d'avoir la meilleure expérience utilisateur possible.

Alors pourquoi ne pas désactiver votre bloqueur de pub pour ce site et ainsi participer à sa pérennité ?

Si vous ne souhaitez pas désactiver Adblock, vous pouvez quand même accéder au site,
et on vous souhaite une bonne visite !

 

Comment désactiver Adblock pour cheminots.net ?

Repérez l'icône Adblock sur votre navigateur internet (Mozilla Firefox, Google Chrome etc.). 
Généralement elle se situe à droite de la barre d'adresse, ou tout en bas à droite de la fenêtre.
adblock.png.b5362a440eebda16ea382664cb9b629f.png

Cliquez sur l'icône puis.. (en fonction du navigateur) :

Mozilla Firefox 
Cliquez sur « Désactiver partout ».

Google Chrome et autres 
Cliquez sur « Ne rien bloquer sur les pages de ce domaine » ou décochez « Activé pour ce site ».

 

Si je n'arrive pas à désactiver Adblock...

Si vous ne trouvez pas le bouton Adblock ou si vous n'arrivez pas à désactiver Adblock, vous pouvez essayer de désinstaller complètement le logiciel dans les options de votre navigateur web:

Mozilla Firefox 
Cliquez sur Firefox, puis Modules complémentaires. Dans Extensions, désactivez/désinstallez Adblock.

Google Chrome 
Cliquez sur la clé à outil en haut à droite, puis Outils et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

Apple Safari 
Cliquez Safari, puis Préférences et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

 

FREEBOX
Se connecter à l’interface de gestion mafreebox.freebox.fr puis « Connexion Internet > Configuration > Blocage de la publicité »
Désactiver l’option et cliquer sur Modifier.

Antivirus
Certains antivirus bloquent les bannières, essayez en le désactivant. Si c'est lui qui bloque les pubs, vous pouvez désactiver cette fonctionnalité, ou mettre le site cheminots.net en liste blanche.