Aller au contenu

PN407

Membre
  • Compteur de contenus

    2 144
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    3

PN407 a gagné pour la dernière fois le 26 mai

PN407 a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

1 431 Explosif

À propos de PN407

  • Rang
    Turbotrain

Infos Métier

  • Entreprise
    -
  • Service
    non

Visiteurs récents du profil

10 023 visualisations du profil
  1. 16 juillet 2019 : candidature de Mme von der Leyden à la présidence de la Commission européenne approuvée par le Parlement européen Pas à une forte majorité, mais majorité obtenue quand même. Dans un vote à bulletin secret, on n'est jamais sûr du choix final de chacun par rapport à la position "officielle" définie par son groupe parlementaire. Surtout "par les temps qui courent" : je suis d'accord avec la position de mon parti quand elle est d'accord avec la mienne :-)
  2. A titre de repère, la desserte de l'été 1965 comprenait en semaine (sens Epinal St Dié) : 5 dessertes toutes gares (15 intermédiaires) en 1h30 environ, plus les deux (Paris) Epinal Bruyères Gérardmer d'été, plus 1 à 2 Epinal Bruyères St Dié (Strasbourg) avec 1 ou 3 autres arrêts
  3. En version totalement écologique ..et bonne pour le coeur (j'adore la belle sacoche de l'équivalent local du chef de district :-) Visible à Museum zur Geschichte der Eisenbahnstrecke Leipzig - Großkorbetha Am Bahnhof 27 06237 Leuna / OT Kötzschau
  4. A part Charles Michel, ils ont proposé des candidats, c'est ce que disent les traités. Comme déjà dit, j'attends la suite. Je ne connais évidemment pas le résultat final, mais je sais déjà qu'il y en a qui disent que les choses pourraient être difficiles pour Mmes van der Leyden et Lagarde (pas pour les mêmes raisons à ce que j'ai pu lire ce soir) Bon, il fait jour et il fait beau, je vais aller me promener. A+ :-)
  5. (1) Le Conseil européen n'a le dernier mot qu'en ce qui concerne le choix du Président du CE : Charles Michel. Pour les autres, j'attends la suite. Ce n'est pas Macron et ses 27 collègues qui ont désigné le nouveau président du Parlement européen, sinon, y aurait pas eu besoin de 2 tours. (2) D'accord avec toi, je sais qu'aucune procédure d'empêchement par le peuple n'est prévue dans les traités. (3) En France, le citoyen de base influe sur les institutions européennes (a) en choisissant (ou en laissant choisir par d'autres) le président de la République (toi, moi : chacun 1 voix sur 47 millions), (b) en votant pour une des listes susceptibles de recueillir 5% des exprimés aux Européennes (toi, moi : chacun une voix sur 400 millions). C'est pas beaucoup , mais beaucoup de nos "petits poids" pesant dans le même sens changent parfois les choses. Sinon, çà s'appelle être minoritaire. Tant que çà ne me force pas à quitter précipitamment le pays, je peux vivre avec
  6. Je ne partage pas ton opinion. Perso, je préfère être 1 électeur sur 400 millions que zéro (après, on compte les "petits bonshommes" comme moi, et le résultat me plaît ou non), et citoyen d'un pays où la fraude électorale est limitée, merci aux institutions, aux scrutateurs bénévoles et aux surveillants divers. Que les chefs d'Etat et de gouvernement (Conseil européen, CE) commencent à réfléchir et à se parler avant les élections européennes n'a pour moi rien de choquant. En ce qui concerne la présidence de la Commission (la personne proposée par le CE devra être approuvée par le Parlement européen), on "sait" depuis longtemps qu'il n'y aurait plus de majorité absolue PPE + S&D au Parlement européen. On sait (depuis moins longtemps) que Manfred Weber (PPE) n'aurait pu atteindre la majorité absolue des eurodéputés. Et on sait (depuis encore moins longtemps) que "c'est pas gagné" au ¨Parlement Européen pour Madame Ursula van der Leyden. Les principes de fonctionnement de L'UE ont été approuvés par des traités, qui sont des actes juridiques internationaux conclus entre pays souverains. La mise en vigueur d'un traité nécessite toujours une phase préalable de ratification dans chaque pays, selon des modalités propres à ce pays. Un pays n'est pas lié par un traité s'il ne l'a pas ratifié.
  7. Je ne le parierai pas. Même parmi les chefs d'Etat et de gouvernement, y en a sûrement qui préfèrent se coucher tôt :-) Qu'il y ait de nombreux coups de fils et discussions (non publics) entre plein de gens, c'est le fonctionnement normal. Cà s'appelle tester des hypothèses pour voir si elles sont acceptables, surtout si on préfère, le jour de la décision "officielle", le consensus au vote explicite
  8. C'est l'application des traités. Par définition, ce sont les membres du Conseil européen (les 28 chefs d'Etat et de gouvernement, pas seulement Macron et Merkel), et personne d'autre, qui décident en commun (s'il y avait eu un chef d'Etat "nationaliste", il aurait participé) sur les sujets sur lesquels les traités européens leur donnent compétence : dans notre cas, la nomination du président du Conseil européen et 3 propositions de candidature à d'autres "hauts postes" qui supposent l'accord ou l'avis d'autres instances de l'Union européenne (vote du Parlement européen en ce qui concerne la présidence de la Commission). Dans cet exercice, certains chefs d'Etat ou chefs de gouvernement ont plus de latitude personnelle que d'autres. Ainsi, Angela Merkel s'est abstenue lors du vote sur Ursula van der Leyden, pourtant CDU comme A Merkel, ministre de la Défense dans son gouvernement, et assurément "européenne" et expérimentée (elle a dirigé 3 ministères différents en Allemagne). En effet, sa coalition gouvernementale en Allemagne comprend des Socialistes, opposés à toute candidature autre celle que Manfred Weber, parce qu'il avait été élu candidat par le PPE, premier groupe européen en nombre de voix (respect par les Socialistes allemands du principe du "Spitzenkandidat", candidat désigné par le parti arrivé en tête des élections européennes). Trouver un accord acceptable par 28 personnes (et par d'autres instances) prend du temps : avec 2 parents et deux grand ados, çà prend déjà du temps pour décider ce qu'on fait "le dimanche qu'on a décidé de passer ensemble, une fois par mois" :-)
  9. Pas forcément à mon avis : voir l'ATOC au Royaume Uni qui a maintenant une "longue" histoire. Et il y a des équivalents de TER assurés par certaines compagnies https://www.raildeliverygroup.com/rst.html Je n'ai pas aisément sous la main (et ma mémoire flanche :-) le régime à l'époque des Grandes Compagnies : AL, Est, Nord, Etat, PO, MIDI, PLM, Ceintures
  10. Les jours où il fait soif, c'est peut-être l'avenir du fret ferroviaire :-) En plus, si on manque de carburant, y a le secours à gauche. Ou encore, on n'a le droit de conduire avec l'engin de droite qu'en rampe supérieure à 30p mille ! Réutilisation d'une draisine de chef de district Alsace Lorraine ?
  11. 2 juillet 2019 Résultats du Conseil européen (les 28 chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE) relatif aux nominations de hauts dirigeants d'institutions de l'Union européenne --- Election du belge Charles Michel comme président du Conseil européen, remplaçant Donald Tusk (çà ne dépend "que" des membres du Conseil européen, mais… ils sont 28 !) --- Accord sur 3 propositions de noms (ce ne sont que des propositions, car leur nomination effective suppose selon le cas un vote, ou une décision, ou un avis favorable, d'autres instances de l'Union européenne) ------- pour la présidence de la Commission européenne : Ursula von der Leyen (Allemagne) ------- pour le poste de Haut représentant de l'union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité : Josep Borrell Fontelles (Espagne) ------- pour la présidence de la Banque Centrale Européenne : Christine Lagarde (France)
  12. Bien d'accord avec toi s'agissant des trains (responsabilité GI). S'agissant des voyageurs (responsabilité commerciale EF), y a un moment et des cas où à mon avis, il vaut mieux les sortir des trains et laisser les techniciens du GI à leurs misères. Surtout s'il n'ont aucune visibilité d'abord sur la nature de l'incident, puis sur la fin de l'incident. Je ne leur reproche rien...mais l'heure tourne :-) Comme déjà dit, en zone urbaine, il y a souvent des rues de part et d'autre. En zone rurale, il y a beaucoup de cas où c'est pas la "jungle" (je reprend l'expression du voyageur du train de Clermont cité dans l'article que nous a mis Arlanda express). Sur son exemple du secteur de Montargis, il y a des routes proches du rail, des fermes, des villages, des gens qui n'habitent pas loin etc. Si il y a beaucoup de gens dans tel ou tel train, il y a une préfecture du Loiret, une sous-préfecture à Montargis, des mairies avec gymnases à quelques kilomètres l'une de l'autre, des gendarmeries, des centres de secours, etc. D'expérience, pas mal de voyageurs ont des téléphones portables, organisent eux mêmes leur propre plan B et s'entraident. La foule à traiter par le personnel commercial de l'EF se dégonfle progressivement. Bien d'accord avec toi. Je me suis souvent étonné, dans un train, d'avoir le sentiment que çà n'agit pas selon un plan préparé à l'avance. Encore une fois, je ne parle que de l'info et du plan d'action voyageurs de l'EF lorsque les gens du GI ne sont pas clairs, ce que je ne leur reproche pas en attente du diagnostic de l'incident et de l'évaluation du temps de "réparation". Bon, en général je me "tire de là" assez vite quand je trouve que çà commence à "sentir mauvais" (je ne parle pas des toilettes, mais... :-) Sauf si je décide de rester un certain temps par intérêt professionnel, pour compléter ma "bibliothèque" de temps de traitement commercial des incidents !
  13. Donc, 1 UM de la "Compagnie des TGV" immobilisé, tête au poteau caténaire N° bezef. On a du personnel commercial à bord, qui sait vite que tu ne peux repartir, et qui peut donc lancer, en autonome, son message d'attente local, en attendant les instructions du "chef de quart commercial" de votre "compagnie" au "centre opérationnel". Tu peux également renseigner tes collègues commerciaux du train sur l'autonomie électrique dont le train dispose (clim, info, éclairage), et il peuvent commencer à repérer les voyageurs problématiques potentiels (bébés, malades, fauteuils roulants, énervassés signalés par Greg 4546, etc.) et informer le "chef de quart commercial". Ce chef de quart commercial de chaque "compagnie" (TGV, IC, TER) reçoit très vite (je maintiens "en quelques secondes") du régu "circulation et électricité" l'info qu'il y a une disjonction inexpliquée sans réalimentation automatique possible. Je réponds à Renaud : pas besoin de chercher à évaluer plus précisément la situation, il y a potentiellement un problème majeur ("mortel" pour les trains sur une ligne à traction électrique), dont la durée peut être longue (le catalogue de l'histoire locale a l'historique des durées de ce type d'incident : jusqu'à 12h, 24h, 48h, et on n'a jamais vu moins de Xh...) Comme proposé précédemment, chaque chef de quart commercial demande au régu "circulation" de garer à quai les trains approchant du tronçon dans les Grandes gares pivot encadrant ce tronçon (rien à voir avec le découpage électrique, il s'agit des gares pouvant faire face commercialement), et fait avec lui l'inventaire des trains de sa "compagnie" pris dans le tronçon. Il peut alors commencer à appliquer le plan d'information, qui fait partie du plan d'actions commerciales prévu en cas de problème potentiel majeur de ce type. Ce plan d'actions commerciales peut comporter, après la première alerte de problème potentiel majeur ("mise en garde"), une phase d'attente de confirmation de la nature et de la gravité du problème par les techniciens, mais cette phase d'attente doit à mon avis comporter une durée limite : "si tu ne me donne pas ton truc "bon de façon fiable" dans les 30 minutes, je déclenche ma procédure commerciale "problème majeur", dont sa partie info. C'est ma responsabilité de responsable commercial. Ne le prends pas mal, je sais que toi et tes collègues du Gestionnaire d'Infrastructure faites au mieux côté technique, mais tu ne me donnes aucune garantie, donc j'agis". Surtout s'il commence à se faire tard. De nombreuses expériences montrent que la croyance non justifiée que çà va bientôt s'arranger est une maladie de l'espèce humaine, qui fait perdre beaucoup de temps, dans plein de domaines. En plus, des gens très actifs en cas d'incident "ne voient pas le temps passer". Pour le rail français, à mon avis, l'intérêt de la séparation GI-EF est qu'il y a déconnexion des responsabilités et possibilité d'actions en parallèle, avec bien sûr des points périodiques (aux 15 minutes laisse à chacun le temps de contacts d'info montante et descendante dans son domaine). L'info des voyageurs n'est évidemment pas le seul domaine à traiter dans le plan d'action commerciale de chaque EF touchée, mais c'est le seul dont je parle ici.
  14. OK, je retire le mot "évident" :-) Sur ton exemple, remontons d'un cran (pas au manipulateur, vu la nature de l'incident :-) Suis-je exact en disant que le top zéro du chrono "incident" du régu, et à quelques secondes plus tard le top zéro du chrono des informateurs voyageurs (notre sous-sujet est l'info voyageurs), c'est l'avis de ta part que tu es arrêté par manque de tension au PK bezef (numéro poteau caténaire le plus proche) ? Personne n'en sait plus à ce moment, sauf le gérant électrique qui confirme une disjonction sans possibilité de réenclenchement automatique "dans le coin" (c'est volontairement que je n'emploie pas de termes techniques précis). Ton train était-il un train de voyageurs (çà fait un lieu particulier d'information à servir) ?
  15. OK :-) "Y a plus de caténaires" est un diagnostic facile pour le conducteur subissant l'incident (je le suppose vivant et non gravement blessé). Incident sûrement pas soluble en 10minutes Donc : info immédiate : "CKC entre A et B (Grandes gares pivot permettant de monter des terminus provisoires de chaque côté), donc, si vous n'êtes pas entre A et B, à demain, et peut-être à plus tard" Inventaire des trains prisonniers entre A et B : sur 10 à 20km, y en a pas des centaines si on ferme vite le robinet d'accès au tronçon Comme tu le dis, le diagnostic précis peut prendre du temps, donc, ...en zone urbaine, on va tout droit à l'évacuation, pilotée ou non (non pilotée si les choses pilotées traînent à se mettre en place), en distinguant ce qui peut rouler par ses propres moyens vers un quai et ce qui reste : application du plan 251, le chemin de fer n'est pas né d'hier, les incidents possibles et donc les réponses à y apporter non plus, et j'espère mises en mémoire dans le chapitre "traitement de la clientèle des trains prisonniers entre A et B" du manuel de procédures (support pour le nouvellement nommé qui fait face à sa première gestion d'incident à son compte)
×
×
  • Créer...