Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Colo CCE SNCF - Argol - Presqu'île de Crozon - Finistère


Dom Le Trappeur

Messages recommandés

Le Télégramme de Brest

Argol. Deux catamarans chavirent avec onze ados à bord

28 août 2009 à 19h18

On a frôlé le drame ce midi, dans la baie de Douarnenez. Lors d'une virée à la voile, douze adolescents de 11 et 15 ans et trois accompagnateurs du centre de vacances SNCF d'Argol, se sont retrouvés à l'eau après que leurs embarcations se soient retournées. La préfecture maritime n'hésitait pas hier, à parler d'inconscience.

Sur une mer agitée, avec un vent de 40 km/h, les adolescents évoluaient dans la baie à bord de deux mini-catamarans, depuis le milieu de la matinée. Mais à 12 h 20, le vent a semble-t-il bien forci, et c'est alors qu'ils se trouvaient à 100 mètres environ de la crique de Caméros (Argol), où était installé le camp, qu'un coup de vent soudain a provoqué le dessalage des deux mini-catamarans. Les autres embarcations sécurité qui les suivaient, ont également chaviré en tentant de leur porter assistance.

D'importants moyens à proximité

C'est une autre monitrice qui surveillait la flotte de la côte, qui a déclenché l'alerte. Sous la coordination du centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) d'importants moyens de secours sont arrivés rapidement sur les lieux. "On a eu la chance que beaucoup de bateaux de secours étaient disponibles à proximité", commentait cet officier de la Préfecture maritime en listant les moyens déployés : hélicopères Dragon de la sécurité civile et Dauphin de la marine nationale, quatre bateaux pneumatiques des pompiers de Douarnenez, Crozon, Camaret et Le Faou, le bateau SNSM de Douarnenez, sans compter le remorqueur Altaï qui était en mission de vigilance pas très loin.

Des jeunes sans gilet de sauvetage

Arrivé sur zone, le pilote de l'hélico de la Marine constate que plusieurs jeunes ont regagné la côte à la nage. Les autres sont aggripés sur les embarcations renversées. Il croit voir que plusieurs enfants n'ont pas de gilet de sauvetage (lire ci-dessous). Tous seront pris en charge par les pompiers en état d'hypothermie, sauf deux, hélitreuillés par les hélicoptères. A l'arrivée, aucune blessure importante à déplorer, seulement des égratignures pour deux jeunes. Une jeune fille, du camp, qui n'avait pas pris part à la sortie en mer, a été transporté à l'hôpital : choquée par l'accident de ses compagnons, elle avait perdu connaissance et avait chuté sur la tête. Les secours suspectaient un traumatisme cranien.

Une enquête ouverte

Etait-il raisonnable d'effectuer cette sortie, alors que la mer était bien montée ? Les accompagnateurs étaient-ils habilités à diriger cette sortie ? Pour l'heure, aucune réponse du service de communication du comité central d'entreprise de la SNCF. De son côté, la brigade nautique de Crozon a ouvert une enquête. Et la préfecture maritime de rappeler : "On est passé pas loin d'un drame de l'inconscience".

* Jean Luc Padellec

Sauvetage d'Argol. Les adolescents portaient bien des gilets

Rebondissement dans l'affaire des douze jeunes et trois accompagnateurs qui ont été secourus ce midi en baie de Douarnenez alors qu'ils venaient de chavirer de leurs embarcations. La brigade nautique de Crozon, en charge de l'enquête, dément formellement l'information selon laquelle certains jeunes ne portaient pas de gilet de sauvetage. Cette information avait pourtant été écrite dans un communiqué de la Préfecture maritime, sur la foi du témoignage du pilote d'hélicoptère de la Marine nationale, qui participait aux manoeuvres de sauvetage.

Par ailleurs, le procureur de la république de Quimper lève le doute sur la qualification des trois adultes qui accompagnaient les adolescents. "L'un était diplômé d'Etat et les deux autres moniteurs". Une enquête est en cours nénamoins. "S'il y a infraction, mais encore faiut-il l'établir, elle ne peut être que pour blessures involontaires, synonyme d'une contravention", précise le parquet. De son côté, la cellule communication du comité central d'entreprise de la SNCF, qui organisait ce camp d'été à Argol, refuse toujours tout commentaire.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

J'ai été animateur et directeur de Centre de Vacances pendant des années... ce genre de nouvelle me secoue ... Pourvu que tout le monde aille bien, en particulier la petite qui s'est fait mal... et que les parents soient vite rassurés. Solidarité avec l'équipe d'animation.

Très étonné cependant que la Préfecture Maritime fasse des déclarations graves qu'elle soit ensuite amenée à démentir... il est vrai qu'un pilote d'hélico est censé voir clair ...

Modifié par michael02
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Très étonné cependant que la Préfecture Maritime fasse des déclarations graves qu'elle soit ensuite amenée à démentir...

Ben oui... lapleunicheuse Comme quoi, il n'y a pas que sur les forums que la retenue doit être de rigueur : dans la vraie vie aussi...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le Télégramme 29 août 2009

mise à jour de l'article

Argol. La grosse frayeur de douze ados

29 août 2009 -

On a frôlé le drame hier midi, dans la baie de Douarnenez où, lors d'une sortie à la voile, douze adolescents de 11à 15 ans et trois adultes du centre de vacances SNCF d'Argol se sont retrouvés à l'eau après que leurs embarcations se sont retournées. Tout le monde est sain et sauf.

Sur une mer bien formée, avec un vent de 40km/h, les adolescents évoluaient dans la baie de Douarnenez à bord de deux mini-catamarans, depuis le milieu de la matinée. Mais à 12h20, le vent avait semble-t-il bien forci, et la responsable du groupe, diplômée d'État, a alors ordonné le retour à la base. C'est alors que la flotte se trouvait à une centaine de mètres de la crique de Caméros (Argol), où sont installés les locaux du camp d'été du comité d'entreprise de la SNCF, qu'une houle soudaine a provoqué le dessalage des deux mini-catamarans.

D'importants moyens à proximité

Les embarcations sécurité, qui les suivaient, ont également chaviré en tentant de leur porter assistance. Un naufrage qui n'a pas échappé à l'oeil d'une autre monitrice qui surveillait leurs évolutions de la côte, et qui a déclenché l'alerte. Sous la coordination du centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage(Cross), d'importants moyens de secours ont été aussitôt déployés, arrivant rapidement sur la zone. «On a eu la chance que beaucoup de bateaux de secours étaient disponibles à proximité», commentait cet officier de la préfecture maritime.

Outre les deux hélicoptères Dragon de la Sécurité civile et Dauphin de la Marine nationale, sont intervenus quatre bateaux pneumatiques des pompiers de Douarnenez, Crozon, Camaret et Le Faou, le bateau SNSM de Douarnenez, et aussi le remorqueur Altaï qui était en mission de vigilance pas très loin.

Les jeunes en état d'hypothermie

En survolant la zone, le pilote de l'hélicoptère de la Marine a constaté que plusieurs jeunes avaient regagné la côte à la nage. Les autres étaient, pour la plupart, agrippés aux embarcations renversées. L'un des catamarans ainsi qu'un bateau d'assistance ont d'ailleurs été drossés sur les rochers, une fois ses occupants sauvés. C'est en état d'hypothermie qu'ils ont été pris en charge par les pompiers ou hélitreuillés, pour deux d'entre eux. «Il y a eu un léger vent de panique mais, finalement, tout s'est bien organisé», témoignait un pompier. À l'arrivée, aucune blessure importante n'est à déplorer, seulement des égratignures pour plusieurs jeunes qui ont été soignés sur place. Choquée par la mésaventure de ses compagnons, une autre jeune fille du camp, qui n'avait pas pris part à la sortie en mer, a perdu connaissance, et s'est cognée la tête en tombant. Elle a été transportée à l'hôpital, les secours suspectant un traumatisme crânien.

Les ados portaient bien des gilets

Au cours de la journée, dans un communiqué, la préfecture maritime indiquait que certains jeunes ne portaient pas de gilet de sauvetage. Cette information, divulguée sur la foi du témoignage du pilote d'hélicoptère de la Marine nationale, a été formellement démentie ensuite par la brigade nautique de Crozon, en charge de l'enquête.

Par ailleurs, le procureur de la République de Quimper lève le doute sur la qualification des trois adultes qui accompagnaient les adolescents. «L'un était diplômé d'État et les deux autres moniteurs. Ils étaient dans les clous. On peut même estimer que la responsable du groupe a eu un bon réflexe, en décidant le retour prématuré de la flotte, alors que les conditions météorologiques avaient changé». Pour le parquet, donc, «s'il y a infraction, mais encore faut-il l'établir, elle ne peut être que pour blessures involontaires, synonyme d'une contravention».

Visiblement choqué par cette mésaventure qui aurait pu avoir des conséquences dramatiques, le jeune directeur du centre de vacances a refusé tout commentaire. Un mutisme respecté également par M.Clerget, pourtant chargé de communication au comité central d'entreprise de la SNCF.

* Jean-Luc Padellec

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le Télégramme effectivement a corrigé son article ouaib, mais l'article papier court toujours ...

Le pilote d'hélico qui a "cru voir" bénéficiera sasn doûte d'un passage chez l'ophtalmo ...

Quant à la Préfecture Maritime qui a déclenché des moyens énormes, et c'est tant mieux, pour cet évènement, mais communiqué sur une fausse accusation de négligence vis à vis de la sécurité, ce n'est pas très joli ...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ne faut-il pas y voir un souci d'en rajouter une couche par des sous-entendus scabreux, bien dans l'air du temps ?

"Les cheminots laissent leurs propres gosses faire du bateau sans gilets de sauvetage, comment voulez-vous qu'ils s'occupent convenablement de leurs clients ?".

Dans un autre registre : "L'argent économisé sur les gilets de sauvetage a surement servi à financer les futures prises d'otages (grèves) téléguidées par la CGT".

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ne faut-il pas y voir un souci d'en rajouter une couche par des sous-entendus scabreux, bien dans l'air du temps ?

"Les cheminots laissent leurs propres gosses faire du bateau sans gilets de sauvetage, comment voulez-vous qu'ils s'occupent convenablement de leurs clients ?".

Dans un autre registre : "L'argent économisé sur les gilets de sauvetage a surement servi à financer les futures prises d'otages (grèves) téléguidées par la CGT".

Ca s'est vraiment senti ce que je pensais un peu fort ... ? controleursncf

En fait, ayant animé ou dirigé pas mal de séjours de Vacances d'enfants et d'adolescents, je sais ce que l'équipe porte sur les épaules dans ces moments là. Tous ceux qui en rajoutent dans ces circonstances sont mal venus ... et on va rester poli ...

Modifié par michael02
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ne faut-il pas y voir un souci d'en rajouter une couche par des sous-entendus scabreux, bien dans l'air du temps ?

"Les cheminots laissent leurs propres gosses faire du bateau sans gilets de sauvetage, comment voulez-vous qu'ils s'occupent convenablement de leurs clients ?".

Dans un autre registre : [b]"L'argent économisé sur les gilets de sauvetage a surement servi à financer les futures prises d'otages (grèves) téléguidées par la CGT".[/b]

Au jeu des 7 familles tu as dû tiré la famille " gros naze " ... !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Mode Humour ON

Et c'est grâce à Sarko :Smiley_19:

Mode Humour OFF

Ok je sors

@+ Marc

Carla est un vrai rayon de soleil dans notre triste et morose existence... :Smiley_28:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Grand soleil sur le Finistère

c'est la faute à Thibault...

Pfff... ça ne rime même pas... alors que fonctionne :

Finistère tout dans l'eau ... c'est la faute à Thibaut / à Sarko (*) (**)

(*) rayer la mention inutile

(**) plusieurs réponses admises

Ca détend ...

Modifié par michael02
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pfff... ça ne rime même pas... alors que fonctionne :

Finistère tout dans l'eau ... c'est la faute à Thibaut / à Sarko (*) (**)

(*) rayer la mention inutile

(**) plusieurs réponses admises

Ca détend ...

C'est arrivé à l'heure de la sièste, c'est la faute à lereste.................... je sort aussi. Vive la parano

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ne faut-il pas y voir un souci d'en rajouter une couche par des sous-entendus scabreux, bien dans l'air du temps ?

"Les cheminots laissent leurs propres gosses faire du bateau sans gilets de sauvetage, comment voulez-vous qu'ils s'occupent convenablement de leurs clients ?".

Dans un autre registre : "L'argent économisé sur les gilets de sauvetage a surement servi à financer les futures prises d'otages (grèves) téléguidées par la CGT".

Il est pas là pour se défendre..je commence: Thierry et Marc, restez calmes !!! n'avez vous pas vu la première phrase de Ae 8/14. Les propos qui suivent sont entre " ", donc ce sont des propos qu'il attribue à d'autres, et surement pas le fond de sa pensée....

La mienne me dit que, d'une: un pilote helico qui ne voit pas parfaitement n'exerce plus cette fonction, deux, tout CCE CGT qu'il soit, des erreurs peuvent arriver partout, en quoi d'être de la CGT permet d'être aussi affirmatif sur le niveau de sécurité, je ne vois le rapport.... des gamins ont pu echapper à l'attention des surveillants, ou alors il faudrait un surveillant derrière chaque enfant..

Au contraire, le démenti me semble avoir l'effet exactement inverse, à savoir occulter une part de vérité pour menager un "négociateur social", ce qui je trouve, est du plus mauvais effet....

Fabrice

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il est pas là pour se défendre..je commence: Thierry et Marc, restez calmes !!! n'avez vous pas vu la première phrase de Ae 8/14. Les propos qui suivent sont entre " ", donc ce sont des propos qu'il attribue à d'autres, et surement pas le fond de sa pensée....

c'est loin de sauter aux yeux ......

La mienne me dit que, d'une: un pilote helico qui ne voit pas parfaitement n'exerce plus cette fonction, deux, tout CCE CGT qu'il soit, des erreurs peuvent arriver partout, en quoi d'être de la CGT permet d'être aussi affirmatif sur le niveau de sécurité, je ne vois le rapport.... des gamins ont pu echapper à l'attention des surveillants, ou alors il faudrait un surveillant derrière chaque enfant..

Au contraire, le démenti me semble avoir l'effet exactement inverse, à savoir occulter une part de vérité pour menager un "négociateur social", ce qui je trouve, est du plus mauvais effet....

Fabrice

Petite précision , le CCE est SNCF et non CGT ! !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

La mienne me dit que, d'une: un pilote helico qui ne voit pas parfaitement n'exerce plus cette fonction, deux, tout CCE CGT qu'il soit, des erreurs peuvent arriver partout, en quoi d'être de la CGT permet d'être aussi affirmatif sur le niveau de sécurité, je ne vois le rapport.... des gamins ont pu echapper à l'attention des surveillants, ou alors il faudrait un surveillant derrière chaque enfant..

11 gamins ce n'est pas une foule, d'autant que les normes d'encadrement des activités sportives sont drastiques... Je n'imagine pas un seul instant qu'un jeune ait pu être non équipé.

Modifié par michael02
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

11 gamins ce n'est pas une foule, d'autant que les normes d'encadrement des activités sportives sont drastiques... Je n'imagine pas un seul instant qu'un jeune ait pu être non équipé.

Un pilote d'helico de la Marine sait parfaitement ce qu'est un gilet de sauvetage; celà se voit, surtout en stationnaire...

Quand aux enfants, chacun sait que certains n'en font qu'à leur tête...heureusement, c'est là le principal de " l'affaire ", tout le monde est sauf. On pourra toujours s'en remettre à Dame Nature et aux caprices de la "météo" Bretonne. ( simple celle ci, suffit d'annoncer pluie et beau temps.... :Smiley_19: )

Fabrice

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Un pilote d'helico de la Marine sait parfaitement ce qu'est un gilet de sauvetage; celà se voit, surtout en stationnaire...

Quand aux enfants, chacun sait que certains n'en font qu'à leur tête...heureusement, c'est là le principal de " l'affaire ", tout le monde est sauf. ....

Un animateur non équipé, à la rigueur, bien que ce soit un manquement à la sécurité, j'ai encore de la peine à la croire... mais par rapport à un ado, et de haut, un jeune animateur peut être difficile à identifier.

En aucun cas dans un centre de vacances on ne prend de risque avec la sécurité des jeunes.

Dans ton hypothèse, il faudrait que la Préfecture Maritime ait cédé à des pressions... c'est encore pire que s'être précipitée dans un commentaire incertain ...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Un animateur non équipé, à la rigueur, bien que ce soit un manquement à la sécurité, j'ai encore de la peine à la croire... mais par rapport à un ado, et de haut, un jeune animateur peut être difficile à identifier.

En aucun cas dans un centre de vacances on ne prend de risque avec la sécurité des jeunes.

Dans ton hypothèse, il faudrait que la Préfecture Maritime ait cédé à des pressions... c'est encore pire que s'être précipitée dans un commentaire incertain ...

Ayant été en Colonie dans ce centre, la sécurité est toujours de mise, j'ai toujours porté le gilet.

Une autre chose que les médias on omis, la zone de la colonie se situe entre 2 falaise, la marée joue beaucoup dans cette colonie et rythme la vie des activités nautique et de baignade.

Je pense que tout le monde avait son gilet, peut être que certain l'on perdu avec le choc et quand ils se sont retournés en vu des remous que la mer fait à cet endroit de la côte.

En tout cas, j'ai une grande pensée a tout ces colons d'Argol et à l'équipe d'animation et surtout aux enfants qui était en mer avec leur animateurs.

(Si il encadre l'activité nautique c'est qu'il est diplomé, vive les torchons des médias et les mensonges de la préfecture maritime)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

(Si il encadre l'activité nautique c'est qu'il est diplomé, vive les torchons des médias et les mensonges de la préfecture maritime)

Plus que des mensonges, je pense que c'est surtout de la com' trop rapide. Phénomène caractéristique de ce début de XXIe siècle... :Smiley_41:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Plus que des mensonges, je pense que c'est surtout de la com' trop rapide. Phénomène caractéristique de ce début de XXIe siècle... :Smiley_41:

Tu remarqueras que pour certaines informations, on prend et reprend le temps de vérifier, pour d'autres, on balance, et quand le mal est fait, on se rétracte...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il est pas là pour se défendre..je commence: Thierry et Marc, restez calmes !!! n'avez vous pas vu la première phrase de Ae 8/14. Les propos qui suivent sont entre " ", donc ce sont des propos qu'il attribue à d'autres, et surement pas le fond de sa pensée....

Merci Fabrice.

Il s'agissait effectivement pour moi d'imaginer les commentaires des lecteurs du Figaro et du bon peuple français à l'annonce de cette mésaventure.

A l'avenir, je m'y prendrai autrement, peut-être avec des guillemets en gras.

Tout est bien qui finit bien, c'est le principal.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...