Aller au contenu
Le Web des Cheminots

service hors service


DOUBLET

Messages recommandés

Un policier est tenu d'intervenir, en dehors de son service, s'il tombe sur une urgence (accident, délit, crime). Un médecin aussi, tenu par son serment d'Hippocrate (certains pratiquent même parfois des accouchements dans le TGV). Et un cheminot ? A-t-il (ou a-t-elle) le devoir d'intervenir en cas d'urgence lorsqu'il (elle) est "en civil" dans un train, pour prêter main forte à l'ADC ou a l'ASCT ? Le fait-il (elle) systématiquement, allant jusqu'à remplacer au pied levé l'agent en difficulté ? J'aimerais avoir des témoignages à ce sujet.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le fait de prêter main forte en cas de coup dur, on doit le faire. De l'aide au dépannage à la couverture d'obstacle en cas de gros coup dur, mais toujours en suivant les instructions du titulaire. De là à le remplacer au pied levé, ça dépend déjà de ses propres compétences (habilitations...). Et même si les habilitations correspondent, je ne sais pas ce qu'il en est règlementairement.

Ça m'amène à une autre question : au niveau responsabilité/couverture, comment cela se passe en cas d'accident si on prête un coup de main ?

Gom

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pour ce qui est des crimes ou des délits passibles d'une peine de prison, n'importe quel citoyen peut intervenir, donc également les cheminots :

Article 73 du code de procédure pénale

Dans les cas de crime flagrant ou de délit flagrant puni d'une peine d'emprisonnement, toute personne a qualité pour en appréhender l'auteur et le conduire devant l'officier de police judiciaire le plus proche.

De plus, rappelons que :

Article 223-6 du code pénal

Quiconque pouvant empêcher par son action immédiate, sans risque pour lui ou pour les tiers, soit un crime, soit un délit contre l'intégrité corporelle de la personne s'abstient volontairement de le faire est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 75000 euros d'amende.

Sera puni des mêmes peines quiconque s'abstient volontairement de porter à une personne en péril l'assistance que, sans risque pour lui ou pour les tiers, il pouvait lui prêter soit par son action personnelle, soit en provoquant un secours.

En dehors de ces cas, je ne crois pas qu'il y ait d'obligation de par la loi.

Pour ce qui nous concerne, au niveau de l'entreprise, le code de déontologie précise :

En cas d'incidents en cours de voyage

À bord des trains, la responsabilité du traitement des incidents incombe à l'équipage du train : le contrôleur pour les aspects commerciaux, le contrôleur ou le conducteur pour les aspects « sécurité », (tant qu'aucun dirigeant responsable ne prend en charge cette responsabilité).

Mais nous devons :

  • nous mettre spontanément à la disposition des responsables identifiés, en particulier si l'incident risque de se prolonger ;
  • apporter notre aide pour l'information verbale des voyageurs ;
  • et en cas d'incident plus sérieux, porter assistance en fonction de nos compétences propres.

Bien entendu le code de déontologie est ce qu'il est, mais selon cette formulation, si on constate une altercation ou un incident de ce genre (conflit entre l'ASCT et un voyageur) la préconisation est de laisser la responsabilité à l'agent mais en se mettant à sa disposition si nécessaire, tout en pouvant intervenir si l'incident devient « plus sérieux ».

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Reste le plus convivial salut à l'équipe commerciale avant d'embarquer...qui rempli parfaitement cette fonction de reconnaissance, ou pour le personnel conduite "en voyageur" le petit bonjour au titulaire.

Comme beaucoup de mouvements se font en intra regional, la plupart des agents se connaissent déjà..

Mais qu'en serait il pour un "privé" présent à bord, alors qu'un événement sécurité telle une protection puisse survenir ?

Qui l'emporterait dans le choix de faire appel à quelqu'un d'une autre EF ? la rumeur ou le bon sens ?

Car il n'y a là plus place à une quelconque notion de "concurrence" mais bien celle, universelle pour les EF, de sécurité....

Fabrice

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Mais qu'en serait il pour un "privé" présent à bord, alors qu'un événement sécurité telle une protection puisse survenir ?

Qui l'emporterait dans le choix de faire appel à quelqu'un d'une autre EF ? la rumeur ou le bon sens ?

Car il n'y a là plus place à une quelconque notion de "concurrence" mais bien celle, universelle pour les EF, de sécurité....

Fabrice

Ne pourrait-on pas, alors, adapter au monde ferroviaire la légendaire solidarité qui existe entre les marins ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ne pourrait-on pas, alors, adapter au monde ferroviaire la légendaire solidarité qui existe entre les marins ?

Ca, c'était avant les pavillons de complaisance, demande aux marins pêcheurs percutés la nuit par des cargos non identifiés.

Quant aux médecins dont je suis, c'est simple, assistance à personne en danger, simplement mais avec le petit plus de notre compétence pour les accidents et maladie.

Je dis "petit" plus parce que sans matériel médical, c'est parfois bien long d'attendre les renforts.

La trousse de secours dans les TGV, ça va pour une crise d'asthme, pour un accouchement, c'est un peu plus acrobatique. Ceci dit, comme ambulance, un TGV, c'est assez rapide.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...