Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Echange entre un conducteur SNCF et Guillaume Pépy


Messages recommandés

SNCF : le cheminot et le président

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/economie/20110722.OBS7503/sncf-le-cheminot-et-le-president.html

SNCF : le cheminot et le président

Un conducteur de train expose sa vision de l'entreprise. Guillaume Pépy lui répond.

Un matériel à bout de souffle

Le cheminot : Depuis vingt ans, tous les efforts ont porté sur le TGV. Rien n'a été fait pour les autres trains. Tous les jours, à Saint-Lazare, on a des problèmes. Des travaux sont engagés, mais on est dans le palliatif. On est arrivé à un niveau de délabrement inimaginable.

Guillaume Pépy : - C'est vrai, un retard considérable a été pris, surtout en Ile-de-France, où certaines lignes supportent difficilement l'explosion du trafic. Ma priorité, ce sont les trains de la vie quotidienne, et non plus le "tout TGV". Aujourd'hui, 85 % des trains régionaux sont neufs ou rénovés. Merci les régions et leurs 8 milliards d'euros d'investissement ! Saint-Lazare, c'est vrai, est la plus ancienne gare parisienne. J'ai quand même deux bonnes nouvelles : la nouvelle gare ouvrira début février 2012. S'agissant des voies, un milliard d'euros a été débloqué par RFF pour les moderniser. Mais les travaux de nuit sont forcément très lents.

Peut-être, mais certaines rames datent des années 1970 ! Vous voulez tourner l'entreprise vers le client. Mais le traite-t-on mieux qu'il y a vingt ans ? Dans la plupart des trains, les toilettes ne fonctionnent pas. C'est lamentable.

- Nos clients, c'est notre raison de vivre ! Je leur dois la vérité. Le rail connaît en France une crise de croissance : de plus en plus d'adeptes mais une modernisation qui a tardé. Résultat : saturation, bouchons ferroviaires et incidents trop nombreux. Mais la rénovation du réseau a démarré, et RFF investit 14 milliards d'euros d'ici à 2015. Quant aux trains modernes, ils sont bourrés d'électronique et d'informatique. Tout cela tombe en panne à qui mieux mieux. En Ile-de-France, j'attends que les nouveaux trains franciliens de Bombardier atteignent leur objectif de fiabilité, ce qui est loin d'être le cas. Autre bonne nouvelle : le contrat de 2 milliards d'euros de modernisation des lignes de RER qui vient d'être signé par Jean-Paul Huchon et le gouvernement, sans attendre le Grand Paris.

Des gares désertes

Vous parlez de "réhumaniser" la SNCF. Mais il y a de moins en moins de vendeurs dans les gares. Or, les clients veulent des interlocuteurs. La signalétique ne suffit pas.

- D'accord ! Il y a de moins en moins de vendeurs au guichet et c'est logique : de plus en plus de billets sont vendus sur internet et, en Ile-de-France, sur les bornes automatiques. En revanche, on remet du personnel dans les gares pour améliorer la qualité de l'information des clients. En même temps, je ne vais pas le nier : nous avons des difficultés à recruter pour ces emplois. Pour attirer les candidats, nous avons décidé de créer une prime à l'embauche afin de réduire les écarts entre le privé et le public. En 2011, la SNCF recrute plus que prévu : 5 500 cheminots, et 9 000 salariés au total. (...)

Stress au travail

Avant, entre deux trains, on pouvait prendre un café. Quand vous avez commencé à 3h30 du matin, s'arrêter dix minutes dans la matinée, ce n'est pas un luxe. Aujourd'hui, c'est impossible. Après, on s'étonne que des conducteurs oublient des arrêts !

- Les cheminots sont aujourd'hui plus productifs qu'hier. Un service public de transport doit être ultracompétitif. La SNCF, c'est aussi de l'argent public. Elle a un devoir absolu d'efficacité. La seule limite, c'est la sécurité.

Vous oubliez que le travail est peut-être moins pénible physiquement mais nerveusement beaucoup plus dur qu'autrefois : le nombre de voyageurs, de trains, d'incidents, d'accidents, de suicides sur les voies ne cesse d'augmenter...

- Il ne faut pas exagérer. La SNCF, ce n'est pas « Germinal ». Les conducteurs ont d'ailleurs plus de repos que les autres agents, pour assurer la sécurité. Cela dit, c'est vrai, comme dans tous les services publics, le stress au travail augmente. J'y suis très attentif. Le travail mené avec les syndicats sur ce sujet est productif. Nous avons engagé un programme de 11 actions spécifiques sur la qualité de vie au travail. (...)

La réforme ferroviaire reste à quai

L'ouverture à la concurrence ne va-t-elle pas permettre aux opérateurs privés de s'installer sur les lignes les plus rentables, tout en laissant les lignes les moins rentables à la SNCF ?

- Les lignes pas ou peu rentables, y compris les Corail, bénéficient désormais d'un contrat de service public. Elles ne seront donc pas sacrifiées.

Je ne doute pas de votre attachement à la SNCF et de votre envie de moderniser l'entreprise et de la sortir de l'impasse... Mais quelle est, au fond, votre marge de manœuvre ? On a l'impression que vous êtes coincé entre la feuille de route de Sarkozy et la Commission européenne...

- A chacun son métier. J'ai un projet : développer la SNCF dans la révolution des transports qui s'annonce avec la concurrence. J'ai pris mes responsabilités sur le service minimum, le cadre social harmonisé, la réorganisation du fret. L'Etat a devant lui des choix difficiles. Financement du ferroviaire, poursuite ou non de la grande vitesse, modernisation du réseau existant, libéralisation du TER... Tout cela sera mis sur la table aux Assises du Rail.

Modifié par kerguel
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Mouais, réhumaniser...

Entre Toulouse et Tarbes, les agents exploitation n'assurent plus que le block manuel et l'embarquement occasionnel de personnes handicapées. Le départ est donné par le contrôleur depuis plus de 6 mois dans toutes les gares. Des écrans d'affichage ont remplacé les vieux afficheurs d'horaires à LED et une voix automatique a remplacé le micro. Mais l'écran ne passe que la moitié du temps à annoncer les trains, le reste du temps, on peut lire plein d'annonces. Il faut attendre que l'affichage revienne aux infos intéressantes. Aussi, quand un train est en retard, il n'est affiché que jusqu'à l'heure théorique...

Quant à la voix (qui n'est plus celle de Simone), elle est très rapide, mange les mots et surtout prononce extrêmement mal les noms des gares

Que se passera-t-il quand le BAPR sera en place dans peu de temps?

Sera-t-il utile de garder des bâtiments immenses pour n'abriter qu'un guichet? En cas d'incident, quels seront les agents sédentaires à proximité qui pourront intervenir? Qui permettra aux handicapés de prendre le train dans toutes les gares? Qui renseignera les voyageurs aux heures de fermeture des guichets? Qui veillera à la sécurité des emprises?

Les gares et les trains vont devenir des espaces de non droit s'il n'y a personne pour rappeler que ce sont des lieux règlementés.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Stupéfiant... cet article !

ça c'est du journalisme...enfin une certaine forme de journalisme...

En effet on donne l'impression d'un échange mais ce n'est pas du tout le cas

Il ne s'agit pas d'un dialogue...

Je suppose que le journaliste a repris des propos d'un ou plusieurs "cheminots" rencontré(s) auparavant...

Nous avons donc droit par exemple à la photo de Pépy et son CV...

Par contre rien sur "le conducteur" (pas de photo, pas de nom, pas de CV sauf qu'il serait de St-Lazare au vu d'une "question"...)

qui manifestement semble d'ailleurs à mon avis être un "dirigeant syndicaliste"

-je pencherai pour sud au vu des arguments pointus, intéressants et plus que réalistes

voir un composé sud-unsa...

Mais encore une fois, le journaliste donne le beau rôle à Pépy qui "répond" et apporte (diffuse) la bonne parole...

décortiquez le vocabulaire utilisé...

Et si le journaliste faisait l'inverse,

prenait les arguments d'un discours de Pépy

et demandait à un syndicaliste (sud par exemple) de les décortiquer...

Modifié par Dom Le Trappeur
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

rassurez vous, beaucoup ne le lirons pas: dans les foyers orféa de Lyon et de Nîmes, certains ont demandé via le cahier de reclamations, que le Figaro ne figure plus dans les journaux mis à disposition...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

rassurez vous, beaucoup ne le lirons pas: dans les foyers orféa de Lyon et de Nîmes, certains ont demandé via le cahier de reclamations, que le Figaro ne figure plus dans les journaux mis à disposition...

Mais le Nouvel obs est censé être un journal de gauche.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité necroshine

Je pense que le président Pépy est menotté dans ses missions,

que ses intentions ne sont pas forcémement mauvaises, mais....

Combien d'étages de hiérarchie entre le président et le cheminot de la base.....

Combien de managers qui veulent révolutionner le rail ? Comment de bonnes intentions ont été diluées, déniées de bon sens....

Et inversement,

combien d'idées, d'excellentes idées proposées par la base remontent au sommet de la hierarchie ???

Dans cette tour Montparnasse hiérarchique, rien de réellement intéressant ne peut en sortir,

car obligatoirement, même avec les meilleures intentions du monde, les réalités du terrains sont totalement étrangeres !!!

Modifié par necroshine
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Stupéfiant... cet article !

ça c'est du journalisme...enfin une certaine forme de journalisme...

En effet on donne l'impression d'un échange mais ce n'est pas du tout le cas

Il ne s'agit pas d'un dialogue...

Je suppose que le journaliste a repris des propos d'un ou plusieurs "cheminots" rencontré(s) auparavant...

Nous avons donc droit par exemple à la photo de Pépy et son CV...

Par contre rien sur "le conducteur" (pas de photo, pas de nom, pas de CV sauf qu'il serait de St-Lazare au vu d'une "question"...)

qui manifestement semble d'ailleurs à mon avis être un "dirigeant syndicaliste"

-je pencherai pour sud au vu des arguments pointus, intéressants et plus que réalistes

voir un composé sud-unsa...

Mais encore une fois, le journaliste donne le beau rôle à Pépy qui "répond" et apporte (diffuse) la bonne parole...

décortiquez le vocabulaire utilisé...

Et si le journaliste faisait l'inverse,

prenait les arguments d'un discours de Pépy

et demandait à un syndicaliste (sud par exemple) de les décortiquer...

Je plussoie, Dom!!! bigbisous

On dirait un résumé de "demain la SNCF", pour ceux qui ont eu la "chance" d'y assister.... Cà rappelle un sketsch de Thierry le Luron sur Georges Marchais: "Vous v'nez avec vos questions, moi je viens avec mes réponses"....

La réorganisation du Fret??? Bah, y a plus rien qui roule... Quelques malheureux MA, du combiné.... et encore!!! Est ce la SNCF qui tire le train ou VFLI??? Avec les machines grises "Akiem", bien difficile de savoir....

La priorité est à la banlieue.... Ouais... Y a du taf, là hein??? Parce que les rames roulent avec des BM isolés, la maintenance n'a pas les moyens (matériels et personnels) de suivre.... Bref, on fait souvent avec des bouts de bois.... en espérant que çà ne tombe pas en panne.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je pense que le président Pépy est menotté dans ses missions,

Comme tout dirigeant d'entreprise il est à la botte de ses actionnaires (en l’occurrence ici l'état)....

Pas de chance en plus pour lui, il est à la tête d'une entreprise hyper complexe :

- c'est une entreprise nationalisée dont le personnel a un statut particulier.

- L'Epic à vocation désormais commerciale, conjugue à la fois des objectifs ambitieux à atteindre avec des moyens et surtout des variables d'ajustement pour le moins figées à défaut d’être évolutives ...

-L'entreprise adopte des régles comptables européennes et de droit privé, sans pour autant avoir les moyens d'apurer ses comptes, avec des variables faiblement influençables dans l'actuel contexte.

- Enfin il dirige une entreprise qui n'est pas une entreprise neutre dans le paysage économique français :

de part le nombre de ses agents,

de ses performances actuelles ou passées sur le plan technique,

dont sa relation avec la population est complexe, et loin d'être neutre....entre je t'aime moi non plus, mais aussi pour les symboles qu'elle représente auxquels quoi qu'on en dise la population de plus de 30 ans reste attachée....

Si SNCF était un consortium privé, on assisterait pas à ce que l'on voit aujourd'hui...la politique bonne ou mauvaise de l'actionnaire serait menée tambour battant et peu importerait les dégâts collatéraux....dés lors que les objectifs de rendements de l'action seraient tenus.....

Donc manager un Epic, ne peut se faire comme pour un consortium privé.....c'est là toute la difficulté de la tâche de Mr Péppy et c 'est sans doute pour de bonnes raisons qu'il est ici.....par la volonté de l'Etat

Souffler le chaud et le froid, jours après jours, tel un coureur de fond.....sans doute jusqu'au sprint final, quoi qu'il en dise ou s'en défende..... quelques déclarations ici où là pour rassurer(mais ça ne trompe personne et n'engage que ceux qui y croient)....beurk

Une dose de langue de bois.....pour parfaire le tout.....en attendant de meilleurs horizons (le résultat de 2012) et sans doute,

(puisse l'avenir me faire mentir) la transformation de l'Epic en SA....

Ce jour venu Péppy s'éclipsera vers d'autres horizons et un homme ou une femme de circonstances sortiront du chapeau pour finaliser la réforme et gérer les mesures accompagnatrices....cartonrouge

Pour moi Mr Peppy n'est qu'un préparateur et non un praticien.....et je pense très sincèrement que son temps est désormais compté.

(sauf revirement politique franc et massif...et encore).

Tout cela n'est qu'une réflexion....mais en cherchant un peu dautres grandes boites autrefois nationalisées sont passées par là, plus rapidement certes mais elles y sont passées...c'est toujours le même processus...!

helpsoso

que ses intentions ne sont pas forcémement mauvaises,

Bien malin qui peut prétendre connaitre ses intentions.....à ce niveau là...!

Quel contrat moral passé avec l’actionnaire ? (voir avec certains syndicats )?

l'histoire des entreprises est remplie de "petits arrangements entre amis" dont on a appris la teneur que des années plus tard....quelques soient les couleurs de l'actionnaire ou des syndicats..... beurk

Pour moi Peppy gère en essayant de donner du temps au temps.....à travers un terrain de jeu extrêmement limité, à la fois par son actionnaire et par ses agents, mais chacun pourra constater que ça ne pourra pas durer ainsi aussi longtemps que les impôts....ni pour les uns ni pour les autres....

Reste ceux qui partirons dans les 1 2 3 4 ou 5 années à venir, qui doivent prier pour que surtout rien ne change... et on peut aisément les comprendre...

mais bon sans doute je divague....nonmais

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

J'aurais bien aimé que l'on pose plus de question au sujet du fret à notre cher president!!savoir ce qu'il pense du fonctionnement actuel de la chose..!!Mais c'est surement des questions qui fachent!

cordialement!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Question con : alors qu'il explique que le trafic ne cesse d'augmenter, comment justifie-t-il la baisse inexorable des effectifs ?

Avec ce papier, on est plus près du communiqué de presse que de la véritable interview...

Modifié par Roukmoute
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le non-dit est qu'il faut faire passer la pillule de la reprise du contrat de travail par l'EF qui aura gagné une région (ou la région elle-même).

En gros, tu restes dans ta ville, avec ton salaire, ton régime de retraite mais bosses autant que ceux de Veolia, DB, Keolis mais sans les chéques déjeuners et autres zavantagakis.

NB: la sécurité de l'emploi est aussi solide que la retraite à 55 ans juré-craché: est-elle indiqué dans votre contrat d'embauche ?

Abracadabra, pshitt et hop c'est emballé avant 2012.

Why not ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

La "sécurité de l'emploi" figure dans le "Statut des Relations Collectives entre la SNCF et son Personnel",

puisque ce dernier dans les cas de "cessation d'activité" ne prévoit pas le cas du "licenciement pour cause économique"

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...