Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Ouverture à La Concurrence Du Fret "domestique"


Nils25

L'ouverture du FRET à la concurrence va-t-elle doper la part de marché du ferroviaire par rapport à la route?  

69 membres ont voté

  1. 1.

    • OUI
      20
    • NON
      27
    • FAIS CHIER L'EUROPE
      20
  2. 2.

    • OUI
      26
    • NON
      26
    • SAIS PAS
      15
    • M'EN FOUT DE TON SONDAGE A LA C..
      0
  3. 3.

    • OUI
      38
    • NON
      14
    • CA NE PEUT PAS ETRE PIRE QUE MAINTENANT!!!
      15


Messages recommandés

  • Réponses 58
  • Création
  • Dernière réponse

Les plus actifs dans ce sujet

Les plus actifs dans ce sujet

Ben y a longtemps que le monopole du transport des marchandises n'existe plus et as t'il un jour existé.....

La concurrence: la route et ses prix bas, mais aussi sa souplesse. Il y abeaucoup de transports que la SNCF se refuse d'effectuer, alors que les clients sont embranchés. Dans certains cas, c'est un choix économique justifié, dans d'autres, c'est beaucoup plus nebuleux....

Y a du boulot, et si ça peu servir le train et éviter trop de camions, je suis franchement pour. ça pourra même sauver des lignes.

Mais pour la SNCF, ne surtout pas baisser les bras, car il y a encore beaucoup de travail. lapleunicheuse

Fabrice

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

D'un autre côté il y a des monopoles privés

qui se construisent à coup de millions d'Euro

sur le dos de la déreglementation des réseaux de transport (traité de maastricht 1992 déjà):

c'est le cas pour les cablo-opérateurs (câble télé, réseau internet...)

avec les rachats succéssifs par CIVEn un fond de pension britanniques de tous les câbles opérateurs :

Noos, Numéricable, France Télécom câble (ex-filaile de France télécom) etc...

Le tout sur le dos

des "clients": Il vous suffira d'aller sur le forum de "miséricable" le forum des abonnés numéricable mécontents...

et des salariés : réorganisations et suppressions d'emplois.

Comme dans l'aviation, les télécommunications etc...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

D'un autre côté il y a des monopoles privés

qui se construisent à coup de millions d'Euro

sur le dos de la déreglementation des réseaux de transport (traité de maastricht 1992 déjà):

c'est le cas pour les cablo-opérateurs (câble télé, réseau internet...)

avec les rachats succéssifs par CIVEn un fond de pension britanniques de tous les câbles opérateurs :

Noos, Numéricable, France Télécom câble (ex-filaile de France télécom) etc...

Le tout sur le dos

des "clients": Il vous suffira d'aller sur le forum de "miséricable" le forum des abonnés numéricable mécontents...

et des salariés : réorganisations et suppressions d'emplois.

Comme dans l'aviation, les télécommunications etc...

Pour le Fret ferroviaire, c'est simple, les chargeurs mécontents, ils partent à la route, c'est pas réellement un problème, sauf pour la société... bigbisous

A priori pas de monopole privé ferroviaire puisque prévus C lapleunicheuse onnex , EWS , Europorte 2 , Rail4 chem, et Colas. j'en oublie surement.

En plus de Fret SNCF

Fabrice

Modifié par Fabr
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Salut,

Je trouve qu'il y a eu de la lâcheté de la part des gouvernements successifs dans le traitement qu'ils ont fait et continu à faire de la gestion du transport de marchandise. Lorsqu'on voit ce qu'ils sont parfois capables de faire en terme d'équipement (je pense particulièrement aux nouvelles installations portuaires du Havre) je me dis vraiment que sans volonté politique on ne peut pas arriver à résorber ou plutôt endiguer la montée en puissance de la route (pour le coup ce n'est pas un scoop); concernant le rail c'est le sentiment de gâchi qui prédomine...et la facture on la paye et plus encore on la paiera plus tard, les climatologues (la majorité en tout cas) n'étant pas politisés leurs travaux n'en sont que plus objectifs et d'autant plus inquiétants.

En fait d'une question économique celà devient une question de bon sens...

Modifié par Cheminant
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Salut,

Je trouve qu'il y a eu de la lâcheté de la part des gouvernements successifs dans le traitement qu'ils ont fait et continu à faire de la gestion du transport de marchandise. Lorsqu'on voit ce qu'ils sont parfois capables de faire en terme d'équipement (je pense particulièrement aux nouvelles installations portuaires du Havre) je me dis vraiment que sans volonté politique on ne peut pas arriver à résorber ou plutôt endiguer la montée en puissance de la route (pour le coup ce n'est pas un scoop); concernant le rail c'est le sentiment de gâchi qui prédomine...et la facture on la paye et plus encore on la paiera plus tard, les climatologues (la majorité en tout cas) n'étant pas politisés leurs travaux n'en sont que plus objectifs et d'autant plus inquiétants.

En fait d'une question économique celà devient une question de bon sens...

Tout à fait d'accord.

Fabrice

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Salut,

Je trouve qu'il y a eu de la lâcheté de la part des gouvernements successifs dans le traitement qu'ils ont fait et continu à faire de la gestion du transport de marchandise. Lorsqu'on voit ce qu'ils sont parfois capables de faire en terme d'équipement (je pense particulièrement aux nouvelles installations portuaires du Havre) je me dis vraiment que sans volonté politique on ne peut pas arriver à résorber ou plutôt endiguer la montée en puissance de la route (pour le coup ce n'est pas un scoop); concernant le rail c'est le sentiment de gâchi qui prédomine...et la facture on la paye et plus encore on la paiera plus tard, les climatologues (la majorité en tout cas) n'étant pas politisés leurs travaux n'en sont que plus objectifs et d'autant plus inquiétants.

En fait d'une question économique celà devient une question de bon sens...

Oui OK

Mais quel est l'objectif de la déreglementation ? Sinon de préparer l'avenir. La pénurie de pétrole et de nombreuses matières premières est annoncée dans les 50 ans à venir.

Après un siècle de développement routier, les capitaux pour sortir de la crise qu'ils connaissent depuis le début de années 70 (baisse du taux de profit) se repositionnent et vont réinvestir les secteurs publics jusqu'à présent moins rentables financièrement.

On va donc assister à une arrivée de nouveaux opérateurs puis à une concentration, le tout certainement sur un niveau jamais atteint d'investissements publics.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Oui OK

Mais quel est l'objectif de la déreglementation ? Sinon de préparer l'avenir. La pénurie de pétrole et de nombreuses matières premières est annoncée dans les 50 ans à venir.

Après un siècle de développement routier, les capitaux pour sortir de la crise qu'ils connaissent depuis le début de années 70 (baisse du taux de profit) se repositionnent et vont réinvestir les secteurs publics jusqu'à présent moins rentables financièrement.

On va donc assister à une arrivée de nouveaux opérateurs puis à une concentration, le tout certainement sur un niveau jamais atteint d'investissements publics.

Je suis complètement d'accord et j'ai d'ailleurs déjà exprimer ici se point de vue. La question que l'on peut se poser est la suivante: fallait-il attendre la dernière limite pour investir dans des transports moins polluants?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Désolé de reveiller mon corbeau, mais quid d'investissements publics pour le ferroviaire ?

Le scénario gouvernemental retenu suite à l'audit des infrastructures, n'est même pas celui minimal ( à budget constant ). Alors, va falloir se bouger le c.. pour trouver des solutions, ou tout laisser crever...

Y a plus de fric dans les caisses de l'Etat, et ceux en place se contrefoutent du ferroviaire hors TGV.

Fabrice

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je suis complètement d'accord et j'ai d'ailleurs déjà exprimer ici se point de vue. La question que l'on peut se poser est la suivante: fallait-il attendre la dernière limite pour investir dans des transports moins polluants?

Pour moi la réponse est bien entendu "non"

Mais pour les investisseurs publics ou privés, les choix et objectifs prioritaires étaient ailleurs.

N'oublions pas qu'à la fin du 19ème siècle et début du 20ème, les compagnies de chemins de fer étaient privées et que l'état à l'épôque a fortement investit dans la construction du réseau.

A la fin des années 1930, les compagnies privées étaient déficitaires ce qui a conduit à leur nationalisation par rachat de l'Etat et à la création de la SNCF...

Dans le même temps, le développement des réseaux routiers, aériens s'est accéléré.

On pourrait également regarder comment a évolué le transport maritime également.

Nous sommes à un nouveau moment charnière de l'évolution historique des sociétés. Ce n'est pas pour rien que les économistes parlent aujourd'hui dans le cycle des crises du capitalisme de "crise informationnelle" ou de "mondialisation-globalisation".

Désolé de reveiller mon corbeau, mais quid d'investissements publics pour le ferroviaire ?

Le scénario gouvernemental retenu suite à l'audit des infrastructures, n'est même pas celui minimal ( à budget constant ). Alors, va falloir se bouger le c.. pour trouver des solutions, ou tout laisser crever...

Y a plus de fric dans les caisses de l'Etat, et ceux en place se contrefoutent du ferroviaire hors TGV.

Fabrice

J'ai parlé d'investissements "publics".

Si il y a désengagement de l'Etat d'un côté, il y a "européanisation" à coup de subvention de Bruxelles et "régionalisation".

L'accent ces dernières années a été mis sur le ferroviaire voyageurs et on constate une évolution des crédits vers le transport ferroviaire de marchandises.

Ceci dit les crédits d'Etat (via les grands organismes de financement)en matière d'investissement restent à un niveau important dans le domaine des transports (route, fer, aérien, portuaire, fluvial...)

A noter également la volonté politique et patronale de développer les investissements mixtes publics-privés (TGV, Fret...)

Modifié par Dom-trappeur
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Salut Dom,

En ce qui concerne les investissements, l'augmentation inexorable du cours du brut que tu rappelle en évoquant l'épuisement des ressources (en fait plutôt l'augmentation des coût d'extraction et la baisse de la production) entraîne par mécanisme une recherche d'alternative au "tout" pétrole, le soucis c'est le coût de ces alternatives. Hors, concernant le rail il redevient attractif par ce qui a fait sa perte le coût du pétrole. Les investisseurs vont là où la rentabilité demeurre la plus élèvée, rien d'étonnant donc à voir pousser des éoliennes en pagaille aujour'hui ou de voir de nombreux opérateurs privées déclarer leur intérêt pour le réseau ferroviaire français (ou d'observer le renouveau de la batellerie).

Tu nous rappel l'essor du chemin de fer en France (et partout en Europe) durant la révolution industrielle, c'est un bon exemple, cette extension à une explication de rentabilité économique ou les Etats appuyaient les investisseurs à fond pour augmenter la capacité industrielle du pays, la géographie du réseau "primitif" est assez éloquent à ce sujet. Tant qu'au réseau qui passe du privée au public je crois plus largement à une explication idéologique (Smith/Keynes) qui trouve sont pendant dans la conception de l'Etat (gendarme/providence). Et d'ailleurs c'est ce que l'on vit aujourd'hui, un retournement de tendance ou du moins à la naissance d'une nouvelle idéologie (rien que l'idée de maîtrise brutale des déficits prouve déjà un changement idéologique). Ce qui est voulu aujourd'hui par l'Etat et par Bruxelles c'est une coopération public/privé dans l'élaboration de nouvelles infrastructures et la libéralisation du transport ferroviaire dans sa globalité, une sorte de mixte smith/keynes en quelques sorte voir comme tu y fais référence au "retour" à la situation ultra-libéral de la révolution industrielle. D'ailleurs c'est une réflexion de fond, l'Etat "providence" à vécu c'est sûr...Mais aujourd'hui le concept d'aménagement du territoire semble à l'arrêt car soumis aux seuils de rentabilités et aux études de marchés, c'est une conséquence direct de ce changement idéologique et d'un monde forcément plus libéral puisqu'il n'y a plus que ce système partout. Et cette libéralisation n'est d'ailleurs pas spécifique au chemin de fer, elle touche toutes les formes d'infrastructures de transport, c'est le concept d'aménagement utile et rentable du territoire.

Modifié par Cheminant
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le Figaro 30 mars 2006

TRANSPORTS Le 1er avril, la SNCF perd son monopole. Six concurrents sont déjà prêts.

DEMAIN soir, la SNCF affrontera la concurrence à l'intérieur de l'Hexagone. Bruxelles a choisi le 1er avril comme date butoir pour l'ouverture à la concurrence du transport ferroviaire de marchandises. Cette échéance intervient neuf mois avant la date fixée pour le reste de l'Europe. C'est une condition posée par la Commission européenne lorsqu'elle a donné son accord au plan de redressement de la branche fret de la SNCF. Les nouveaux arrivants sont dans les starting-blocks.

La libéralisation du transport transfrontalier est effective depuis mars 2003. Seul Veolia Transport s'est glissé dans la brèche. Hier, lors d'une table ronde autour de Dominique Perben, le ministre des Transports, les nouveaux entrants ont manifesté leur appétit pour le fret intérieur.

Six d'entre eux ont déjà obtenu un certificat de sécurité, sésame indispensable pour exercer en France. Il s'agit de Veolia Transport, qui exploite déjà des lignes internationales depuis l'été 2005, du belge B Cargo, du britannique Euro Cargo Rail (filiale d'EWS), de l'allemand Rail4 Chem, du luxembourgeois CFL Cargo et du français Europorte 2, filiale d'Eurotunnel. La demande de Colas (filiale de Bouygues) est en cours d'instruction.

Le transport routier : le véritable concurrent

D'ores et déjà, les industriels – les opérateurs évoquent Stora Enso, Volkswagen ou Evian – lancent leurs appels d'offres. Au total, une dizaine sont en cours, portant sur 5 millions de tonnes sur 107 millions transportés en 2005. Par ailleurs, alors que le nouveau Port du Havre est inauguré ce matin, les nouveaux entrants insistent sur la manne que constitue le transport du fret débarqué dans les ports.

De son côté, Eurotunnel cherche à dynamiser le trafic de marchandises dans le tunnel sous la Manche. «1 à 2% du fret transmanche est ferroviaire, a noté Jacques Gounon, son président. Eurotunnel peut donc avoir une action de niche, complémentaire et cohérente avec les autres opérateurs.»

Le coup risque d'être dur pour la SNCF, qui peine à redresser sa division fret. «C'est un test redoutable», a reconnu hier Marc Véron, directeur général fret de l'entreprise publique. Nous sommes remis en question, mais c'est une formidable opportunité pour nous.»

Depuis trois ans, la SNCF a engagé un plan de restructuration drastique financé en partie par 800 millions d'euros de fonds publics, un plan approuvé par Bruxelles. En 2005, le fret de la SNCF était encore déficitaire de 220 millions d'euros. Ce qui marque malgré tout une amélioration par rapport aux 400 millions de pertes de 2003.

En fait, le véritable concurrent, c'est le transport routier. Le rail n'achemine plus que 12% des marchandises en France, contre 80% pour la route. C'est donc aux camions que les nouveaux venus, comme EWS ou la SNCB, veulent reprendre des parts de marché.

Dominique Perben a d'ail leurs souligné hier «l'importance de l'ouverture à la concurrence pour redynamiser le fret ferroviaire».

----------------------

je copie ci-dessous le message que j'avais mis en ouvrant une autre discussion

Fret Ferroviaire : Les Grandes Manoeuvres Commencent., Libéralisation et concurrence...

SNCF,

Veolia Transports (ex-Connex)

Le belge B Cargo,

le britannique Euro Cargo Rail (EWSI),

l'allemand Rail4Chem,

le luxembourgeois CFL Cargo,

le français Europorte 2 (Eurotunnel)

se concurrenceront à partir du 1er avril 2006

le fret ferroviaire.

les cheminots seront-ils acteurs ou spectateurs ?

*******************************************************

Fin du monopole sur le fret: la SNCF et ses concurrents sur les rails

Agence France-Presse

PARIS

La SNCF et ses futurs concurrents, reçus mercredi par le ministre des Transports Dominique Perben, se préparent à l'ouverture totale vendredi du fret à la concurrence, qui signe la fin du monopole de la compagnie publique française.

Le transport ferroviaire de marchandises sur les lignes domestiques sera ouvert à partir du 31 mars aux compagnies privées ou publiques, françaises ou étrangères concurrentes de la SNCF, conformément à une directive européenne. Les lignes entre la France et l'international le sont déjà depuis mars 2003.

M. Perben a reçu mercredi la SNCF et cinq de ses futurs concurrents, en soulignant "l'importance de l'ouverture à la concurrence pour redynamiser le secteur" du fret ferroviaire qui ne transporte que 12% des marchandises en France contre 80% pour la route.

Outre Veolia Transports (ex-Connex), déjà concurrent de Fret SNCF depuis près d'un an sur les lignes internationales, cinq nouveaux opérateurs pourront théoriquement faire rouler dans deux jours des trains sur les lignes domestiques.

Le belge B Cargo, le britannique Euro Cargo Rail (EWSI), l'allemand Rail4Chem, le luxembourgeois CFL Cargo et le français Europorte 2 (Eurotunnel) ont déjà obtenu le "certificat de sécurité" nécessaire. Le dossier de Colas (Bouygues) est en cours d'instruction.

"C'est un test redoutable pour la SNCF" a expliqué Marc Véron, directeur général fret de l'opérateur historique devant ses futurs concurrents. "Nous sommes remis en question mais c'est une formidable opportunité pour nous", a-t-il ajouté.

Pour Veolia qui fera rouler ses premiers trains sur les lignes intérieures en juillet, "l'ouverture devrait comme en Allemagne se traduire par une revitalisation du secteur" selon le président de sa branche fret Antoine Hurel.

Modifié par Dom-trappeur
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Cheminots de la future défunte SNCF faites-vous embaucher chez Veolia en CPP avant qu'il ne soit trop tard et que vous vous retrouvriez à la rue.

C = contrat

P = précaire

P = permanent

Le CPP c'est le contrat de l'avenir et il sera promulgué par le gouvernement en plein mois d'aout quand les français seront sur les plages.

Pour le patron aucune charges fiscales et possibilité de virer ses salariés à tout moment sans indemnités sans motif et sans preavis.

Pour le salarié a lui toutes les charges fiscales et les cotisations de sécurité sociales et de retraite(facultatives) et aussi le droit de fermer sa gueule.

Le mini Smic à 400 euros sera le salaire maxi à ne pas dépasser !

Possibilité de retraite à 75 ans si vous avez cotisé à un fond de pension et si vous êtes pas morts avant et que le fond de pension n'ait pas fait faillite !

Ce contrat unique et inique concerneras tous les salariés de ce pays.

D'ailleurs le terme salarié sera caduc car il faudra désormais employer le terme esclave !

controleursncf

Modifié par ___
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pour moi la réponse est bien entendu "non"

Mais pour les investisseurs publics ou privés, les choix et objectifs prioritaires étaient ailleurs.

N'oublions pas qu'à la fin du 19ème siècle et début du 20ème, les compagnies de chemins de fer étaient privées et que l'état à l'épôque a fortement investit dans la construction du réseau.

A la fin des années 1930, les compagnies privées étaient déficitaires ce qui a conduit à leur nationalisation par rachat de l'Etat et à la création de la SNCF...

Dans le même temps, le développement des réseaux routiers, aériens s'est accéléré.

On pourrait également regarder comment a évolué le transport maritime également.

Nous sommes à un nouveau moment charnière de l'évolution historique des sociétés. Ce n'est pas pour rien que les économistes parlent aujourd'hui dans le cycle des crises du capitalisme de "crise informationnelle" ou de "mondialisation-globalisation".

J'ai parlé d'investissements "publics".

Si il y a désengagement de l'Etat d'un côté, il y a "européanisation" à coup de subvention de Bruxelles et "régionalisation".

L'accent ces dernières années a été mis sur le ferroviaire voyageurs et on constate une évolution des crédits vers le transport ferroviaire de marchandises.

Ceci dit les crédits d'Etat (via les grands organismes de financement)en matière d'investissement restent à un niveau important dans le domaine des transports (route, fer, aérien, portuaire, fluvial...)

A noter également la volonté politique et patronale de développer les investissements mixtes publics-privés (TGV, Fret...)

Quels sont ces grands organismes de financement que tu cites... à part l' AFTIT, je vois pas... et cette dernière, qui devait financer les infrastructures, recevait ses fonds par le jeu des dividendes des sociétés publiques d'autoroutes..... Tout le monde sait que cette source est désormais tarie, puisque les autoroutes ont été privatisées!!!!

Les budgets Européens visent les grands corridors, et non les lignes secondaires ou la plupart des transversales que nous connaissons et qui meurent doucement.

Les budgets régionnaux visent exclusivement le service TER, et quelques modifications mineures d'infrastructure ( suppression de PN ).

Je ne partage pas ton optimisme........sur le plan infrastructure.

Fabrice

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Cheminots de la future défunte SNCF faites-vous embaucher chez Veolia en CPP avant qu'il ne soit trop tard et que vous vous retrouvriez à la rue.

C = contrat

P = précaire

P = permanent

Le CPP c'est le contrat de l'avenir et il sera promulgué par le gouvernement en plein mois d'aout quand les français seront sur les plages.

Pour le patron aucune charges fiscales et possibilité de virer ses salariés à tout moment sans indemnités sans motif et sans preavis.

Pour le salarié a lui toutes les charges fiscales et les cotisations de sécurité sociales et de retraite(facultatives) et aussi le droit de fermer sa gueule.

Le mini Smic à 400 euros sera le salaire maxi à ne pas dépasser !

Possibilité de retraite à 75 ans si vous avez cotisé à un fond de pension et si vous êtes pas morts avant et que le fond de pension n'ait pas fait faillite !

Ce contrat unique et inique concerneras tous les salariés de ce pays.

D'ailleurs le terme salarié sera caduc car il faudra désormais employer le terme esclave !

beurk

Arrête un peu pèpère...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

D'ailleurs le terme salarié sera caduc car il faudra désormais employer le terme esclave !

mdrmdr

lapleunicheuse beurk

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Arrête un peu pèpère...

Pepère ?

C'est l'hopital qui se moque de la charité !

On verra qui seront les pèpéres quand vous serez privatisés.

Et c'est pas sûr qu'on vous reprenne chez Veolia même au quart de votre salaire vu que vous serez déja trop vieux.

Et vous l'aurez dans le baba car vous n'aurez même pas droit au chomage.

Alors quand on est pas capable de défendre ses accquis on attaque pas les anciens et on la met en sourdine.

beurk

Modifié par ___
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pepère ?

C'est l'hopital qui se moque de la charité !

On verra qui seront les pèpéres vous serez privatisés.

Et c'est pas sûr qu'on vous reprenne chez Veolia même au quart de votre salaire vu que vous serez déja trop vieux.

Et vous l'aurez dans le baba car vous n'aurez même pas droit au chomage.

Alors quand on est pas capable de défendre ses accquis on attaque pas les anciens et on la met en sourdine.

beurk

J'ai comme l'impression que ça te ferait plaisir qu'on en arrive là.

J'espère que les autres retraités ne pensent pas comme toi.

C'est consternant... lapleunicheuse

Modifié par Typiac
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

J'aime comme l'impression que ça te ferait plaisir qu'on en arrive là.

J'espère que les autres retraités ne pensent pas comme toi.

C'est consternant... beurk

Ya que la vérité qui blesse moi j'ai rien contre les cheminots ce qui me désole c'est votre passivité .

Vous dites Amen à tous les mauvais coups alors qu'on pirivatise à tout va et vous restez la comme des boeufs à attendre la reaction d'un délégué ou d'un syndicat.

Si vous attendez le salut des syndicats et bien vous êtes foutus..

On fera une petite grevette de 24 heures (ce qui fait bien rire les patrons) car c'est qu'on a les credits à payer et qu'on peut pas se permettre de faire des grèves longues comme dans le temps.

Alors on baisse l'échine , on ferme sa geule et on retoune au boulot .

Triste époque.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ya que la vérité qui blesse moi j'ai rien contre les cheminots ce qui me désole c'est votre passivité .

Vous dites Amen à tous les mauvais coups alors qu'on pirivatise à tout va et vous restez la comme des boeufs à attendre la reaction d'un délégué ou d'un syndicat.

Si vous attendez le salut des syndicats et bien vous êtes foutus..

On fera une petite grevette de 24 heures (ce qui fait bien rire les patrons) car c'est qu'on a les credits à payer et qu'on peut pas se permettre de faire des grèves longues comme dans le temps.

Alors on baisse l'échine , on ferme sa geule et on retoune au boulot .

Triste époque.

Ben tire toi ailleurs en repensant au bon vieux temps alors...

On a pas besoin de leçons, et personnellement la concurrence ne me fait pas peur du tout. Tu as vécu dans un monde post 68tard ou tout était dû.

Maintenant y'a plus de fric alors on ronge sur les plus privilégiés, c'est humain.

J'ai jamais connu le chômage parce que j'ai jamais rechigné à bosser....tes idées ne me font pas du tout peur quand à ta caricature du monde du travail elle me fait aussi doucement rire...

T'oublieras pas tes cachets ce soir beurk

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ben tire toi ailleurs en repensant au bon vieux temps alors...

On a pas besoin de leçons, et personnellement la concurrence ne me fait pas peur du tout. Tu as vécu dans un monde post 68tard ou tout était dû.

Maintenant y'a plus de fric alors on ronge sur les plus privilégiés, c'est humain.

J'ai jamais connu le chômage parce que j'ai jamais rechigné à bosser....tes idées ne me font pas du tout peur quand à ta caricature du monde du travail elle me fait aussi doucement rire...

T'oublieras pas tes cachets ce soir okok

Ha bon la concurrence ne te fait pas peur on voit qu'on t'as bien formater le cerveau !

Du fric il y en a il suffit de voir les milliards de bénéfice que vient defaire la SNCF.

Si tu est pret à te faitre enc.. par les patrons libre à toi.

A mon tu devrais arrêter de jouer aux jeux vidéos et de revenir au monde réel .

Il faudrait aussi que tu arretes de croire au père Noel !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ha bon la concurrence ne te fait pas peur on voit qu'on t'as bien formater le cerveau !

Du fric il y en a il suffit de voir les milliards de bénéfice que vient defaire la SNCF.

Si tu est pret à te faitre enc.. par les patrons libre à toi.

A mon tu devrais arrêter de jouer aux jeux vidéos et de revenir au monde réel .

Il faudrait aussi que tu arretes de croire au père Noel !

Mon pauvre mec.....je bosse et à côté de ça je monte aussi une boîte, je prends des cours par correspondance, je fais mon projet alors quels que soient les domaines....j'ai vraiment pas besoin de conseils de ta part.

Je suis mon propre Pere Noel...quand à me faire enc...... c'est une question d'appréciation moi je sais que le chemin de fer et mon statut de salarié est un tramplin pour ma vie, après on verra combien de temps le tremplin me servira.

Et pour ce qui est de mon formatage là aussi tu as déjà pu voir que je suis plutot revendicatif pour l'avenir des ADC

Alzeimher te guette ?

Modifié par Niko
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

en tous cas le sondage prouve que l'on a pas confiance a nous pour en reprendre,.... des parts de marché ! c'est domage quand meme !

Oui, c'est raiment dommage cartonrouge

La SNCF est bien placé avec sa qualité de service malgrè tout ce que l'on peut en dire!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ha mon avis , il y a quand meme une serieuse reforme du Fret SNCF a faire , dans les mentalités,

et dans les habitudes de travail, je ne comprend toujours pas comment la SNCF n'arrive pas a

tirer parti de ses trains de marchandises qui roulent a 140 voir plus , et qui arrive toujours a une

vitesse moyenne inferieure a 90 km/h a cause des " arrets techniques " en triage ou releve de

machine ou de mecanicien... ce qui ramene cette vitesse moyenne en dessous de celle des

camions...

Il faut a mon avis remettre a plat le plan d'acheminement qui fait qu'un wagon va stagner

plusieurs heures sur un triage avant d'etre incorporé dans une rame et repartir...

C'est la que vos concurents du rail vont avoir un coup d'avance, puisque eux, n'ont pas de

vecu historique , il vont faire du sur mesure pour leur client , et donc prendre certains

marchés puisque totalement adapté a la demande de " tout tout de suite " de la vie

d'aujourd'hui.

Mais la SNCF saura etre reactive je pense... grace a ses cheminots et son besoin de resultats

financiers... et d'ici quelques années le Fret SNCF devrait beneficier aussi de l'ouverture

du marché ferroviaire cartonrouge:Smiley_12: revoltages

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant



×
×
  • Créer...