Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Passerelles entre SNCF Réseau et SNCF Mobilités


Messages recommandés

Bonjour à tout le monde,

Etant un agent du service électrique qui souhaite rejoindre la Traction, j'imagine qu'à partir du 1er juillet et la séparation en deux entreprises différentes il sera encore plus difficile voir impossible de changer de métier. Surtout quand la hiérarchie n'y est pas favorable...

Je me pose donc une question : Si Réseau ne veut pas me laisser partir alors que Mobilités est demandeur, pensez vous que je pourrais démissioner de Réseau pour rejoindre Mobilités sachant que ces deux entreprises seront indépendantes?

Merci

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour à tout le monde,

Etant un agent du service électrique qui souhaite rejoindre la Traction, j'imagine qu'à partir du 1er juillet et la séparation en deux entreprises différentes il sera encore plus difficile voir impossible de changer de métier. Surtout quand la hiérarchie n'y est pas favorable...

Je me pose donc une question : Si Réseau ne veut pas me laisser partir alors que Mobilités est demandeur, pensez vous que je pourrais démissioner de Réseau pour rejoindre Mobilités sachant que ces deux entreprises seront indépendantes?

Merci

​Je crois que c'est un peu plus compliqué que cela, car avant tout tu fais partie de la SNCF qui chapeaute ces 2 structures que tu dis indépendantes mais qui dépendent toutes les 2 de la maison mère et si tu démissionnes, il y a un gros risque, un  très gros risque que tu ne puisse réintégrer l'entreprise.

Modifié par ADC01
  • J'adore 4
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

oui je pense aussi que ce sera plus compliqué que cela. Je suis tellement désespéré que l'on refuse mes demandes de mutation que j'envisage un peu toutes les possibilitées...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je vois ça de l'extérieur, mais il n'y a normalement aucune raison que ce soit plus compliqué après ou à cause de la réforme qu'avant. Il me semble bien d'ailleurs que le fait que la SNCF soit l'employeur commun de tout le monde a été gravé dans le marbre pour que justement il n'y ait pas ce genre d'inquiétude ou de discussion.

Il n'y a donc pas lieu de démissionner d'un EPIC pour être recruté dans l'autre. Cela n'aurait pas de sens. C'est le même contrat de travail qui est appelé à se poursuivre.

La question, la seule, la vraie, est de savoir s'il est aisé pour un agent du service électrique (SNCF Réseau) de rejoindre la Traction, domaine au sein de SNCF Mobilités ?

Dans ce genre de mouvement de personnel, il y a toujours un cédant et un prenant. Par quel bout commencer ? Plutôt par le prenant. Est-ce que le prenant est ouvert à cette passerelle ? C'est à dire, est ce que dans cette candidature interne à la SNCF (une et indivisible, c'est  aussi la loi sur la réforme qui le dit), la Traction accède à un meilleur potentiel que ce qu'elle peut trouver sur le marché du travail ? Si la réponse est oui, elle n'a aucune raison de ne pas valider.

Reste la problématique du cédant. S'il s'agit de lui dire du jour au lendemain, tchao je m'en vais à la Traction, sans qu'il ait le temps de se retourner, évidemment ça va coincer (on considère qu'il faut au moins 6 mois pour se retourner, idéalement un peu plus même). Parfois des services prenants sont très ouverts et de manière urgente à des passerelles, parce que le candidat leur convient certes mais aussi parce qu'ils ont épuisé pour un temps leurs autorisations d'embauche. Ils vont donc faire leur marché partout pour inviter des candidats à venir chez eux. Sauf que le cédant, lui, ça ne fait pas forcément son affaire  si on ne lui compense pas par un autre mouvement de personnel ou une autorisation d'embauche supplémentaire (sauf bien sûr s'il est déjà en sureffectifs ou en en train de réduire sa voilure, auquel cas c'est aussi une bonne aubaine pour lui).

Voilà les limites du sujet et de la question qui se pose. D'expérience, on se fait toujours chier sur ce genre de question avec le premier contact (hiérarchique souvent) qui dit non dans l'instant parce que ça ne l'arrange pas, parce que ça lui pose des questions d'organisation, d'anticipation. Or ces questions de mobilité relèvent de la fonction RH (transverse par nature). Et c'est à ce niveau qu'il faut se manifester. Si SNCF Mobilités est demandeur il n'y a a priori vraiment aucune raison que ça ne se fasse pas sous réserve que les caractéristiques de la candidature soient dans les clous et qu'un peu de temps soit laissé au temps.

Si difficulté il y a, ce n'est pas dans la réforme et la création de trois EPIC qu'il faut la chercher. Il n'y a aujourd'hui, ni plus, ni moins de cloisonnement.

 

 

  • J'adore 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

J'aurai tendance à rejoindre Planonyme (c'est dire :Smiley_04:) : il me semble que la difficulté, aujourd'hui comme après le 1er juillet, est plutôt de faire une reconversion aussi radicale ?

Avant de se poser la question de démissionner de ton Infrapôle, il faudrait déjà voir si tu peux être pris dans une formation Traction ? Et peut être aussi se demander si tu veux aller à la Traction ou si tu as surtout un problème de mutation ? Qui peut - peut être.... sans doute lentement - se résoudre autrement ?

Une vieille histoire de charrue avant les boeufs, d'ours et de sa peau, etc...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité RAFALE

Bonjour Victor,

Ne fais surtout pas cette erreur. Je ne sais pas où tu en es dans tes démarches mais voilà ce qui est préconisé concernant un souhait de mobilité d'un agent.

Il y a désormais une forme de contractualisation dans la démarche.

Tout d'abord tu dois informer ton dirigeant de ton souhait et le faire mentionner dans ton entretien annuel. Il y sera indiqué également la position de la hiérarchie et la disponibilité éventuelle.

Si tu as déjà passer ton entretien, demande à le faire ajouter car cela est possible.

Ensuite tu passe par viseo et tu candidate directement en ligne (intranet ou extranet) sur les offres mentionnant des ouvertures d'écoles TB, TA ou CRTT (à toi de voir) sur les différents établissements.

Tu dois avoir un cv à jour et enregistré dans ta session et il te sera demandé les éléments que je t'ai indiqué (manager avisé et disponibilité). Tout cela suit un protocole. L'avantage est que tu as une traçabilité de ta demande.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Cela fait plusieurs années que je demande ma mutation à la traction car c'est un métier qui m'attire, j'en ai informé mon dpx lors de mes deux derniers entretiens individuels, mon chef d'up par courrier ainsi que mon pôle RH.

En ce début d'année j'ai répondu à une offre (VISEO) de la traction sur Bordeaux, mon chef d'up a refusé de me laisser partir. J'ai alors sollicité mon RH pour une rencontre, il m'a alors signifié qu'il refusait de me laisser partir (même si la traction est demandeur) car sur l'infrapôle les effectifs d'agents SE ne sont pas exedentaires.

Le soucis c'est qu'il n'y a pas d'embauche de prévu, du coup si je suis son raisonnement il ne me laissera jamais partir !

  • J'adore 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité JLChauvin

Est-ce que tu as essayé de prendre contact avec un délégué, du syndicat de ton choix, il pourrait de renseigner plus précisément sur les démarches à suivre?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je vois ça de l'extérieur, mais il n'y a normalement aucune raison que ce soit plus compliqué après ou à cause de la réforme qu'avant. Il me semble bien d'ailleurs que le fait que la SNCF soit l'employeur commun de tout le monde a été gravé dans le marbre pour que justement il n'y ait pas ce genre d'inquiétude ou de discussion.

Il n'y a donc pas lieu de démissionner d'un EPIC pour être recruté dans l'autre. Cela n'aurait pas de sens. C'est le même contrat de travail qui est appelé à se poursuivre.

La question, la seule, la vraie, est de savoir s'il est aisé pour un agent du service électrique (SNCF Réseau) de rejoindre la Traction, domaine au sein de SNCF Mobilités ?

Dans ce genre de mouvement de personnel, il y a toujours un cédant et un prenant. Par quel bout commencer ? Plutôt par le prenant. Est-ce que le prenant est ouvert à cette passerelle ? C'est à dire, est ce que dans cette candidature interne à la SNCF (une et indivisible, c'est  aussi la loi sur la réforme qui le dit), la Traction accède à un meilleur potentiel que ce qu'elle peut trouver sur le marché du travail ? Si la réponse est oui, elle n'a aucune raison de ne pas valider.

Reste la problématique du cédant. S'il s'agit de lui dire du jour au lendemain, tchao je m'en vais à la Traction, sans qu'il ait le temps de se retourner, évidemment ça va coincer (on considère qu'il faut au moins 6 mois pour se retourner, idéalement un peu plus même). Parfois des services prenants sont très ouverts et de manière urgente à des passerelles, parce que le candidat leur convient certes mais aussi parce qu'ils ont épuisé pour un temps leurs autorisations d'embauche. Ils vont donc faire leur marché partout pour inviter des candidats à venir chez eux. Sauf que le cédant, lui, ça ne fait pas forcément son affaire  si on ne lui compense pas par un autre mouvement de personnel ou une autorisation d'embauche supplémentaire (sauf bien sûr s'il est déjà en sureffectifs ou en en train de réduire sa voilure, auquel cas c'est aussi une bonne aubaine pour lui).

Voilà les limites du sujet et de la question qui se pose. D'expérience, on se fait toujours chier sur ce genre de question avec le premier contact (hiérarchique souvent) qui dit non dans l'instant parce que ça ne l'arrange pas, parce que ça lui pose des questions d'organisation, d'anticipation. Or ces questions de mobilité relèvent de la fonction RH (transverse par nature). Et c'est à ce niveau qu'il faut se manifester. Si SNCF Mobilités est demandeur il n'y a a priori vraiment aucune raison que ça ne se fasse pas sous réserve que les caractéristiques de la candidature soient dans les clous et qu'un peu de temps soit laissé au temps.

Si difficulté il y a, ce n'est pas dans la réforme et la création de trois EPIC qu'il faut la chercher. Il n'y a aujourd'hui, ni plus, ni moins de cloisonnement.

 

 

​Il y a deux possibilités que tu n'as pas évoquées et qui bien souvent bloquent également le mouvement.

Si Victor est SE, je suppose qu'il est habilité HMI et qu'il a terminé sa formation de base.

Si tel est le cas , l'infrapôle ne laissera jamais partir un agent qui vient de terminer sa formation (qui a durée environ deux ans). Il voudra, et c'est normal, un "retour sur investissement". Il ne sera donc pas enclin à laisser partir l'agent rapidement.

De plus, si on autorise à l'infrapôle une embauche contre cette mutation, l'infrapôle le verra d'un mauvais œil car il "échange" un agent habilité et apte à monter l'astreinte contre un agent totalement inapte puisque non formé, non habilité, ne pouvant travailler seul , etc

 

  • J'adore 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 3 semaines plus tard...

Est-ce que tu as essayé de prendre contact avec un délégué, du syndicat de ton choix, il pourrait de renseigner plus précisément sur les démarches à suivre?

Je suis élu DP, j'en ai parlé aux personnes du syndicat, ils ne m'ont pas caché que cela serait compliqué au vu des effectifs SE, ils vont essayer dans un premier temps de convaincre mon RH de me laisser passer un BMI (bilan de mobilité interne) afin de voir si j'ai le profil pour devenir conducteur.

Je suis sur un parcours où nous avons perdu en charge de travail ces derniers temps et il y a une ligne Fret dont l'avenir est incertain, mon poste en maintenance est donc "un peu menacé". Mais vu que je monte l'astreinte, ma hiérarchie ferme les yeux sur le fait que nous manquons de boulot au quotidien.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...

L'extension "AdBlock" anti-pub... on en parle ?

Vous avez installé un outil pour bloquer la publicité sur internet...hors c'est la publicité qui permet à cheminots.net d'exister et de vous permettre d'avoir la meilleure expérience utilisateur possible.

Alors pourquoi ne pas désactiver votre bloqueur de pub pour ce site et ainsi participer à sa pérennité ?

Si vous ne souhaitez pas désactiver Adblock, vous pouvez quand même accéder au site,
et on vous souhaite une bonne visite !

 

Comment désactiver Adblock pour cheminots.net ?

Repérez l'icône Adblock sur votre navigateur internet (Mozilla Firefox, Google Chrome etc.). 
Généralement elle se situe à droite de la barre d'adresse, ou tout en bas à droite de la fenêtre.
adblock.png.b5362a440eebda16ea382664cb9b629f.png

Cliquez sur l'icône puis.. (en fonction du navigateur) :

Mozilla Firefox 
Cliquez sur « Désactiver partout ».

Google Chrome et autres 
Cliquez sur « Ne rien bloquer sur les pages de ce domaine » ou décochez « Activé pour ce site ».

 

Si je n'arrive pas à désactiver Adblock...

Si vous ne trouvez pas le bouton Adblock ou si vous n'arrivez pas à désactiver Adblock, vous pouvez essayer de désinstaller complètement le logiciel dans les options de votre navigateur web:

Mozilla Firefox 
Cliquez sur Firefox, puis Modules complémentaires. Dans Extensions, désactivez/désinstallez Adblock.

Google Chrome 
Cliquez sur la clé à outil en haut à droite, puis Outils et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

Apple Safari 
Cliquez Safari, puis Préférences et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

 

FREEBOX
Se connecter à l’interface de gestion mafreebox.freebox.fr puis « Connexion Internet > Configuration > Blocage de la publicité »
Désactiver l’option et cliquer sur Modifier.

Antivirus
Certains antivirus bloquent les bannières, essayez en le désactivant. Si c'est lui qui bloque les pubs, vous pouvez désactiver cette fonctionnalité, ou mettre le site cheminots.net en liste blanche.