Aller au contenu

Actualités Politiques


Messages recommandés

Pourquoi donc ? de nombreuses personnalités politiques a travers l'Europe et le monde ont pourtant saluer le dynamisme et les résultats obtenus par N.S lors de sa présidence de l'union européenne notement sur la crise financiere. j'estime qu'il a fait sur ce point du tres bon travail.

De plus la France est en retard sur beaucoup de pays européens a cause de reformes qui n'ont pas été engagées plus tot, ce retard pèse aujourd'hui sur la compétitivité de notre pays, là aussi ça avance.

T'as pris ta carte à l'UMP ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pourquoi donc ? de nombreuses personnalités politiques a travers l'Europe et le monde ont pourtant saluer le dynamisme et les résultats obtenus par N.S lors de sa présidence de l'union européenne notement sur la crise financiere. j'estime qu'il a fait sur ce point du tres bon travail.

De plus la France est en retard sur beaucoup de pays européens a cause de reformes qui n'ont pas été engagées plus tot, ce retard pèse aujourd'hui sur la compétitivité de notre pays, là aussi ça avance.

C'est normal, les loups ne se mangent pas entre eux

Par contre

Les 20 ou 21 nouvelles taxes

Ses augmentations vertigineuses de salaire et de Budget de l'Elysée

Sa langue de bois ( GDF, Arcelor,........... )

Le nom respect de la démocratie avec le référendum

Trouver jusqu'à 400 milliards pour donner au le grand capital alors que les hôpitaux crient au secours depuis 5 ans au minimum, alors qu'il n'arrive pas à trouver 1,4 milliard pour le RSA qu'il doit taper dans l'épargne ,

Qu'il commence déjà à nous montrer l'exemple en baissant les trains de vie de personnalité public, à savoir lui même , ces ministres ( tiens donc , la limitations du nombre promises pendant la campagne a été oubliée) , des députés ( Une réforme de leur régime de retraite minable) , enfin de tous cela

Avant nous besoin d'un "Air Force One" ?

La C6 haut de gamme remplacée par une Vel Satis à 200000 euro

Etc etc

Il avait annoncé la rupture, sans préciser le sens de celle-ci

Pour taper sur les ouvriers , là , c'est tout bon, et maintenant, il s'attaque au livret A qui est le petit épargne des tout petits qui , en ce moment, ont plus tendance à essayer de mettre de coté qu'autre chose

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité necroshine

La question que je vais poser peut paraitre debile mais :

Qu'auraient fais les autres s'ils avaient été elus ?

- Bayrou.

- Royal.

Aurait ce été mieux ? ou pire ???

De toute facon s'ils se battent autant, c'est que la place est bonne. Tres bonne meme.

Ils agissent avant tout pour leur propre personne, pas pour nous.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La question que je vais poser peut paraitre debile mais :

Qu'auraient fais les autres s'ils avaient été elus ?

- Bayrou.

- Royal.

Aurait ce été mieux ? ou pire ???

De toute facon s'ils se battent autant, c'est que la place est bonne. Tres bonne meme.

Ils agissent avant tout pour leur propre personne, pas pour nous.

okok

Ils auraient pris aussi plein de critiques,

La gauche n'est pas exempt , on l'a vu avec le problème de l'URSSAF en 2001 ( quoi que là, ca faisait plus de 10 ans que l'on était au courant , on en parlait dejà dans les réunions syndicales en 1991/1992), la fin des réductions d'impôts sur les complémentaires retraites , etc etc,

Le pire est que ca fait 30 ans que ce sont les mêmes, ça fait 30 ans que le français moyen râle, et ca fait 30 ans qu'il revote les mêmes

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Allez un peu de pub pour Carlat (dans le Cantal)

Jumelage Carlat-Bruni: "Je serais contente pour le village même si je n'apprécie pas l'épouse Sarkozy"

Le Post

Dans le Cantal, la commune de Carlat souhaite se jumeler avec la petite ville italienne nommée Bruni.

Les deux villages comptent tous deux environ 300 habitants.

C'est le maire communiste de la ville, Alain Cousin, qui a eu cette idée il y a peu.

Le but: "faire de la pub pour le village!", s'enthousiasme un des élus de la commune.

Sur Le Post, Valérie Chassagne, qui travaille à la charcuterie "Maison Benech" de Carlat, pense que "c'est une bonne idée" pour "l'ouverture vers l'Italie", comme pour "le tourisme".

Soutenez-vous l'initiative du maire de Carlat?

"Oui, je pense que que c'est une bonne idée, notamment pour le tourisme, car cela peut permettre de faire connaître davantage la commune. Carlat est un très joli village, avec une vue magnifique."

Le village n'est donc pas très touristique...

"Si un peu, mais les seuls touristes que nous accueillons viennent pour la plupart dans leurs résidences secondaires. Ils sont le plus souvent de passage car dans le coin, on peut faire des randonnées et la gastronomie est très réputée ici."

"Au lieu de renvoyer des gens à l'étranger, on ferait bien de les faire venir ici. On serait heureux d'accueillir des forces vives..."

À part un bon coup de pub, qu'est-ce que ce jumelage pourrait vous apporter?

"Une ouverture vers l'Italie qui serait la bienvenue au niveau du climat!"

Espérez-vous que la première dame de France vienne à Carlat?

"Oui, je serais contente pour le village même si je n'apprécie pas forcément l'épouse de Nicolas Sarkozy... En tout cas, cela ferait plaisir à beaucoup de gens ici..."

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

okok

Ils auraient pris aussi plein de critiques,

La gauche n'est pas exempt , on l'a vu avec le problème de l'URSSAF en 2001 ( quoi que là, ca faisait plus de 10 ans que l'on était au courant , on en parlait dejà dans les réunions syndicales en 1991/1992), la fin des réductions d'impôts sur les complémentaires retraites , etc etc,

Le pire est que ca fait 30 ans que ce sont les mêmes, ça fait 30 ans que le français moyen râle, et ca fait 30 ans qu'il revote les mêmes

Tu peux doubler : 60 ans ...

1948/2008...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

T'as pris ta carte à l'UMP ?

Je devrais peut-etre y penser....

La question que je vais poser peut paraitre debile mais :

Qu'auraient fais les autres s'ils avaient été elus ?

- Bayrou.

- Royal.

Aurait ce été mieux ? ou pire ???

De toute facon s'ils se battent autant, c'est que la place est bonne. Tres bonne meme.

Ils agissent avant tout pour leur propre personne, pas pour nous.

Royale est le pendant de Sarkozy a Gauche, elle aime le pouvoir ..... Bayrou ? peut-etre ça avait été mon choix au premier tour, mais je n'ai jamais compris qu'ensuite il appelle a voter a gauche, tres grosse erreur a mes yeux qui m'a fait voter Sarkozy sans hesitation au second tour.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pourquoi donc ? de nombreuses personnalités politiques a travers l'Europe et le monde ont pourtant saluer le dynamisme et les résultats obtenus par N.S lors de sa présidence de l'union européenne notement sur la crise financiere. j'estime qu'il a fait sur ce point du tres bon travail.

De plus la France est en retard sur beaucoup de pays européens a cause de reformes qui n'ont pas été engagées plus tot, ce retard pèse aujourd'hui sur la compétitivité de notre pays, là aussi ça avance.

C'est sur que les 6 mois de présidence française vont rester dans les annales: il suffit de surfer sur les sites allemands ou gb pour apprendre le peu de considérations de notre président actuel. Il y a même un homme politique étranger qui pour amuser l'assistance a fait une imitation de NS avec ses tics; assez pitoyable d'en arriver là pour un grand pays comme le notre.

Le must qui restera est la tentative avortée de garder la présidence européenne (à vie?).

J'ai la nette impression que l'on a misé sur le mauvais cheval pour cette course européenne.

Modifié par 2D2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Junker remet à sa place Sarko

Après le rugueux tacle allemand sur son activisme jugé désordonné pendant la crise, voilà que c'est Juncker qui (re)monte au créneau contre Sarkozy. Et question réparties cinglantes, le Premier ministre Luxembourgeois a de la réserve.

On parle de 30 niches fiscales que les riches ne paient pas d'impot en france c'est aussi une forme de paradis fiscal.

Même en période de crise, le président n’oublie pas ses amis milliardaires. Ainsi, dans la nuit du 21 au 22 octobre, il a fait passer un amendement de son fidèle député des Hauts-de-Seine, Frédéric Lefebvre, pour faire bénéficier son ami milliardaire Bolloré d’un avantage fiscal considérable supplémentaire.

L’emballage est parfait et l’on ne devinerait pas, à lire l’exposé des motifs du texte, qu’il s’agit de favoritisme : "participer au développement et à la création d’emplois dans les pays en voie de développement et plus particulièrement en Afrique". L’amendement voté concerne les 255 sociétés françaises implantées en Afrique. On pourrait donc objecter qu’y voir un vice caché serait de la pure malveillance. Seulement voilà, l’amendement aura un effet rétroactif. Or, "lorsqu’on crée une niche fiscale, c’est d’habitude pour attirer les investisseurs. Là, on va défiscaliser l’ensemble des investissements réalisés depuis l’année dernière, c’est on ne peut plus étrange", fait justement remarquer le député socialiste Jérôme Cahuzac. Etrange ? Vous avez dit étrange ? Etrange en effet !

Bizarre même quand on pense que tous les députés s’attendaient plutôt à des suppressions d’avantages fiscaux. La Commission des finances de l’Assemblée nationale n’a-t-elle pas adopté, le 17 septembre, un amendement instaurant un plafonnement global des niches fiscales pour le financement du RSA ? On semblait donc s’orienter vers des remises à plat de ces privilèges. Mais voici que l’on crée une nouvelle niche fiscale

En mai, Juncker regrettait que Sarkozy n'ait pas encore demandé un siège unique pour les pays de la zone euro au FMI, un des objectifs du Luxembourgeois. La pique était joliment et amèrement tournée: «Le président Sarkozy, pendant sa campagne électorale, avait dit qu'il faudrait une représentation unique au FMI. Il a encore quatre années […] pour revenir sur ce point. Je l'encourage vivement à le faire rapidement».

John Thys AFP ¦ Nicolas Sarkozy © avec le président de l'Eurogroup et Premier ministre du Luxembourg, Jean-Claude Juncker, le 9 juillet 2007, à Bruxelles

Nicolas Sarkozy agace ses partenaires

par RFI

Article publié le 15/09/2007 Dernière mise à jour le 15/09/2007 à 16:00 TU

Dans une interview au quotidien Le Monde, le président français s'en prend vivement, ce samedi, à la stratégie de la Banque centrale européenne (BCE) et critique ouvertement l'inertie du président de l'Eurogroupe, une instance qui rassemble les ministres des Finances de la zone euro. Ses déclarations ont suscité un tollé de protestations à Porto, au Portugal, où se tient depuis vendredi une réunion de l'Eurogroupe.

Accusé de venir au secours des spéculateurs pour le premier, accusé de ne rien faire pour le second, les critiques de Nicolas Sarkozy à l'égard Jean-Claude Trichet et de Jean-Claude Juncker n'ont pas du tout été apprécié à Porto.

La plupart des ministres des Finances de l'Eurogroupe – à l'exception de Christine Lagarde, la ministre française, qui se trouve décidément dans une position bien peu enviable – ont effet tenu à saluer la Banque centrale européenne (BCE) pour sa gestion de la crise financière qui a secoué les marchés au mois d'août.

Trichet excédé

« La politique suivie par la BCE est la bonne » et les tentatives de remises en cause de son indépendance « ne mènent nulle part », a notamment asséné le ministre allemand des Finances dont les relations avec Nicolas Sarkozy sont réputées tendues.

Visiblement excédé, Jean-Claude Trichet a quant à lui tenu à rappeler que la mission de la BCE était de protéger les citoyens de la zone euro, « particulièrement les plus vulnérables et les plus pauvres » en évitant une hausse de l'inflation grâce à sa politique de taux d'intérêts si critiqué par le président français.

Quant à Jean-Claude Juncker, le président de l'Eurogroupe accusé d'inertie par Nicolas Sarkozy, il n'a pas jugé bon réagir.

CHANGES - Gouvernement économique de la zone euro: Juncker s'en prend à Sarkozy

STRASBOURG (Parlement européen), 17 nov 2008 (AFP)

Le président de l'Eurogroupe Jean-Claude Juncker a sévèrement critiqué lundi le chef de l'Etat français Nicolas Sarkozy pour ses propositions de gouvernement de la zone euro, et raillé ses appels à une plus grande coordination économique.

Le président français a récemment proposé de réunir plus souvent les chefs d'Etat et de gouvernement des pays de la zone euro, après une première rencontre inédite de ce type en octobre pour mettre au point un plan de sauvetage des banques.

A l'heure actuelle, seuls les ministres des Finances des pays utilisant la monnaie unique se réunissent, chaque mois et sous la présidence de M. Juncker, qui est ministre des Finances et Premier ministre du Luxembourg.

Mais M. Sarkozy a jugé que ces ministres n'avaient pas l'autorité suffisante pour prendre de grandes décisions. La presse lui a même prêté l'intention de vouloir lui-même diriger ce futur "gouvernement", ce que l'intéressé a nié.

S'exprimant devant le Parlement européen à Strasbourg, M. Juncker a relevé qu'il essayait "modestement d'animer les travaux des ministres des Finances, dont M. Sarkozy a relevé qu'il ne sont pas à la hauteur".

"Moi je ne recherche pas la présidence de l'Eurogroupe au niveau des ministres des Finances pour le plaisir et pour ma gloire personnelle qui n'est guère extensible", a-t-il lancé ironiquement.

"Je le fais par devoir. Si d'autres pensent qu'ils pourront mieux assumer ces tâches", qu'ils le fassent, "mais qu'ils y appliquent la même intensité pour les années à venir que celle qu'ils donnent l'impression de vouloir appliquer au moment où nous sommes", a ajouté M. Juncker.

Il a par ailleurs reproché implicitement à la France d'appeler à une meilleure concertation en Europe face à la crise, sans montrer elle-même l'exemple, en prenant des mesures sans en parler avec ses partenaires.

"J'observe avec attendrissement les rappels et les appels renouvelés à la coordination des politiques économiques qui s'expriment surtout dans la langue de Voltaire", a-t-il dit.

"Je voudrais que ceux qui nous appellent à la coordination donnent d'abord l'exemple de la sincérité de leurs propos", a-t-il ajouté.

M. Juncker n'a pas dit clairement quelle mesure il visait. Mais selon son entourage, il n'a pas apprécié en particulier que Paris ait mis ses partenaires devant le fait accompli à propos du creusement de ses déficits depuis déjà plusieurs mois.

Sur le fond, il s'est dit tout à fait d'accord avec la nécessité pour l'Europe d'agir de concert "face à une crise de la taille que nous connaissons".

"Une réaction de politique économique forte et coordonnée au niveau européen est nécessaire et nous devons réfléchir au meilleur moyen de l'organiser", a-t-il dit.

"Nous devons mettre à profit les trois semaines qui nous séparent du conseil" des dirigeants européens mi-décembre "pour affiner avec habileté notre stratégie européenne", et éviter des "réactions disparates" qui nous guettent.

© 2008 AFP

Eurogroupe: Juncker rappelle les fondamentaux à Sarkozy

UNION EUROPEENNE - Le Premier ministre Luxembourgeois, qui préside l'Eurogroupe, voit, à la rigueur, quelqu'un à la tête de la zone euro: lui-même...

En ce moment, les Français l'agacent au plus haut point. Après sa prise de bec avec David Pujadas sur la question des paradis fiscaux, Juncker vient cette fois de recadrer Nicolas Sarkozy, ce qu'il n'avait plus fait depuis le printemps. Il a rejeté les prétentions supposées du chef de l'Etat à la présidence de la zone euro.

Au cas où l'Eurogroupe deviendrait un sommet régulier des chefs d'Etat et de gouvernement, Juncker a clairement fait savoir qu'il était lui-même le candidat «naturel» pour ce poste. Vu qu'il préside déjà cette réunion au niveau des grands argentiers. Logique.

Et ironique en plus, ce bon Premier ministre luxembourgeois: à un journaliste qui lui demandait si le Sarkozy deviendrait le «chef» de la zone euro, il a rétorqué qu'«un Premier ministre n'a pas de chef, ni chez lui, ni à l'étranger. Il a simplement besoin d'un bon ministre des Finances, et en ce qui me concerne, c'est le cas». Rappelons que Juncker est aussi ministre des Finances de son pays... Et il convient aisèment qu'il possède «tout le savoir nécessaire» pour présider l'Eurogroupe, quel qu'en soit le format.

«Pas de structure permanente»

En parlant du format, il a justement réfuté l'idée même de convoquer régulièrement des sommets de l'Eurogroupe, et ainsi un possible gouvernement économique européen qui est la dernière marotte de Sarkozy. «Il n'y aura pas de structure permanente», a séchement clamé Juncker, pour qui de tels sommets ne sont nécessaires qu'en de circonstances exceptionnelles.

En pleine crise financière, Nicolas Sarkozy avait convoqué à Paris, le 12 octobre dernier, le premier sommet de l'Eurogroupe. Les chefs d'Etat et de gouvernement de la zone euro avaient alors coordonné le soutien du secteur bancaire, avec un plan de sauvetage de près de 2.000 milliards d'euros.

Mais cette première doit en rester une, ou être répétée seulement de manière exceptionnelle pour le chef de file des ministres de la zone euro: Juncker a jugé «peu utile» d'«institutionnaliser» ce type de sommet de crise.

Chaque année?

Jusqu'ici, seuls les ministres des Finances de la zone se réunissent de manière régulière, chaque mois.

Nicolas Sarkozy, lui, espère renouvelé l'expérience. «On ne pourra pas passer les huit prochaines années sans se réunir à nouveau» au plus haut niveau, avait-il dit, estimant que l'idée d'organiser une telle rencontre pourquoi pas chaque année, devait être examinée.

Réparties cinglantes

Après le rugueux tacle allemand sur son activisme jugé désordonné pendant la crise, voilà que c'est Juncker qui (re)monte au créneau contre Sarkozy. Et question réparties cinglantes, le Premier ministre Luxembourgeois a de la réserve.

En mai, Juncker regrettait que Sarkozy n'ait pas encore demandé un siège unique pour les pays de la zone euro au FMI, un des objectifs du Luxembourgeois. La pique était joliment et amèrement tournée: «Le président Sarkozy, pendant sa campagne électorale, avait dit qu'il faudrait une représentation unique au FMI. Il a encore quatre années […] pour revenir sur ce point. Je l'encourage vivement à le faire rapidement».

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et hop

une louche sur la politique de la peur...

Dépêche Reuters

35.000 policiers mobilisés en France pour la Saint-Sylvestre

La France va mobiliser 35.000 policiers, soit 7.000 de plus qu'en 2007,

ainsi que 50.000 pompiers

pour faire face à d'éventuels dégradations et incidents lors du réveillon de la Saint-Sylvestre,

annonce la ministre de l'Intérieur, Michèle Alliot-Marie.

Quelque 7.000 policiers seront déployés à Paris.

En province, Strasbourg, Toulouse ou Nantes seront particulièrement surveillées.

Une réunion s'est tenue à Matignon sous la présidence du Premier ministre, François Fillon, pour faire le point du dispositif de sécurité.

Outre Michèle Alliot-Marie, la ministre de la Justice, Rachida Dati, sa collègue de la Santé,

Roselyne Bachelot, et le Haut commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté, Martin Hirsch, y participaient.

"Il y a malheureusement toujours des événements au cours du 31 décembre depuis plusieurs années

et, par conséquent, nous surveillons tout particulièrement un certain nombre de lieux, en région parisienne, mais aussi en province",

a dit la ministre de l'Intérieur aux journalistes.

"Les choses sont faites pour veiller à ce qu'il n'y ait aucune provocation,

mais pour qu'il y ait en revanche une capacité d'intervention

contre ceux qui voudraient commettre des débordements et des violences", a-t-elle ajouté.

Seize hélicoptères seront utilisés à cette fin pour "surveiller les toits des immeubles".

Le réveillon du nouvel an est régulièrement marqué en France par des incendies de voitures et divers débordements dans des lieux publics.

Michèle Alliot-Marie a expliqué que le gouvernement prenait en compte le "contexte international",

une allusion au conflit dans la bande de Gaza, qui est propice selon les spécialistes à des attaques terroristes.

"Notre pays est effectivement sous une menace constante,

qui n'est pas plus importante que dans d'autres pays,

mais qui existe et qui implique par conséquent que nous soyons vigilants", a-t-elle dit.

Thierry Lévêque, édité par Gilles Trequesser

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

fabrice, Jean-Clande Junker, premier ministre du Luxembourg, est-il credible lorsqu'il critique le presidence europeenne Française alors que son pays est le seul paradis fiscal membre de l'Europe ???

http://www.fsa.ulaval.ca/personnel/vernag/...adis_fiscal.htm

L'interet financier de son pays et de l'Europe ne sont donc pas forcement les même d'où cette critique.

Modifié par Vinces
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

fabrice, Jean-Clande Junker, premier ministre du Luxembourg, est-il credible lorsqu'il critique le presidence europeenne Française alors que son pays est le seul paradis fiscal membre de l'Europe ???

http://www.fsa.ulaval.ca/personnel/vernag/...adis_fiscal.htm

L'interet financier de son pays et de l'Europe ne sont donc pas forcement les même d'où cette critique.

C'est marrant cette façon de ne répondre qu'à quelques sujets ?

Paradis fiscal, peut-être , mais à mon avis , ca arrange pas mal de monde , même en France

Ôtes moi un doute et Monaco ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et hop

une louche sur la politique de la peur...

Dépêche Reuters

35.000 policiers mobilisés en France pour la Saint-Sylvestre

La France va mobiliser 35.000 policiers, soit 7.000 de plus qu'en 2007,

ainsi que 50.000 pompiers

pour faire face à d'éventuels dégradations et incidents lors du réveillon de la Saint-Sylvestre,

annonce la ministre de l'Intérieur, Michèle Alliot-Marie.

Quelque 7.000 policiers seront déployés à Paris.

En province, Strasbourg, Toulouse ou Nantes seront particulièrement surveillées.

Une réunion s'est tenue à Matignon sous la présidence du Premier ministre, François Fillon, pour faire le point du dispositif de sécurité.

Outre Michèle Alliot-Marie, la ministre de la Justice, Rachida Dati, sa collègue de la Santé,

Roselyne Bachelot, et le Haut commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté, Martin Hirsch, y participaient.

"Il y a malheureusement toujours des événements au cours du 31 décembre depuis plusieurs années

et, par conséquent, nous surveillons tout particulièrement un certain nombre de lieux, en région parisienne, mais aussi en province",

a dit la ministre de l'Intérieur aux journalistes.

"Les choses sont faites pour veiller à ce qu'il n'y ait aucune provocation,

mais pour qu'il y ait en revanche une capacité d'intervention

contre ceux qui voudraient commettre des débordements et des violences", a-t-elle ajouté.

Seize hélicoptères seront utilisés à cette fin pour "surveiller les toits des immeubles".

Le réveillon du nouvel an est régulièrement marqué en France par des incendies de voitures et divers débordements dans des lieux publics.

Michèle Alliot-Marie a expliqué que le gouvernement prenait en compte le "contexte international",

une allusion au conflit dans la bande de Gaza, qui est propice selon les spécialistes à des attaques terroristes.

"Notre pays est effectivement sous une menace constante,

qui n'est pas plus importante que dans d'autres pays,

mais qui existe et qui implique par conséquent que nous soyons vigilants", a-t-elle dit.

Thierry Lévêque, édité par Gilles Trequesser

Strasbourg va-t-elle garder sa médaille d'or ? bigbisous

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est marrant cette façon de ne répondre qu'à quelques sujets ?

Paradis fiscal, peut-être , mais à mon avis , ca arrange pas mal de monde , même en France

Ôtes moi un doute et Monaco ?

1 - Je ne peut etre partout

2 - Sur certains sujets je n'ai rien a dire.

3 - Il etait question de J.C. Junker pas de S.A.S. le Prince Albert..... De plus le statut d'un etat et d'une principauté comme Monaco sont bien différent.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

1 - Je ne peut etre partout

2 - Sur certains sujets je n'ai rien a dire.

3 - Il etait question de J.C. Junker pas de S.A.S. le Prince Albert..... De plus le statut d'un etat et d'une principauté comme Monaco sont bien différent.

Ces mêmes sujets que tu as pourtant initiés

et franchement, non, je ne fais pas la difference. Du moment que de nombreuses personnalité veulent à tous pris aller à Monaco, c'est qu'il y a quelque chose à gratter

*

Enfin bon, il est vrai que tu ne supporte pas qu'on ose critiquer Sarkozy

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Retraite: les mesures qui s'appliqueront en 2009

AFP Cédric SIMON

Une batterie de mesures adoptées cette année et destinées à repousser l'âge du départ à la retraite s'appliqueront en 2009, dont la plus emblématique, la possibilité de travailler jusqu'à 70 ans, a soulevé de vives polémiques.

C'est aussi l'an prochain que s'enclenchera un nouvel allongement de la durée de cotisation, de 40 à 41 ans, les manifestations des syndicats n'ayant pas fait reculer le gouvernement sur ce principe prévu en 2003 par la loi Fillon sur les retraites.

L'allongement va s'appliquer progressivement d'ici 2012, par génération: en 2009, les assurés nés en 1949 en connaîtront la première étape et devront avoir cotisé 40 ans et trois mois pour une pension à taux plein.

Le gouvernement, qui veut redresser le taux d'emploi des seniors (55-64 ans) --légèrement supérieur à 38% en France, contre une moyenne de plus de 44% dans l'Union européenne-- joue la carte de l'incitation et insiste sur la liberté offerte aux salariés de prolonger leur activité pour améliorer leur pension.

Une liberté qualifiée d'illusoire par les syndicats, qui voient dans ces dispositions un moyen d'éluder le débat sur la baisse relative du niveau des pensions depuis les réformes Balladur de 1993 et Fillon de 2003.

Jusqu'ici plafonné, le cumul d'un emploi et d'une pension ne le sera plus à partir du 1er janvier pour les assurés ayant une carrière complète ou plus de 65 ans. Le délai de six mois qui était nécessaire pour un salarié reprenant une activité chez un même employeur est supprimé.

La surcote, cette majoration de la pension des retraités travaillant au-delà de ce qui est nécessaire pour obtenir un taux plein, est augmentée et portée à 5% dès la première année. Le dispositif de la retraite progressive, qui permet de limiter son temps de travail tout en liquidant en partie sa pension, sera prolongé jusqu'au 31 décembre 2009.

Au-delà de ces dispositifs, qui existaient déjà sans rencontrer beaucoup de succès mais qui se voient renforcer, c'est une autre mesure qui a provoqué les plus vifs débats, à l'occasion de l'examen parlementaire du budget de la Sécu (PLFSS) pour 2009.

A l'origine, le gouvernement avait proposé de supprimer purement et simplement la possibilité pour les employeurs de mettre leurs salariés à la retraite d'office à 65 ans. Sans provoquer d'émoi.

Mais parlementaires de l'opposition et syndicalistes sont montés au créneau quand la majorité a nuancé cette mesure par un amendement au PLFSS fixant désormais à 70 ans l'âge de la possible mise à la retraite d'office.

En introduisant ce nouvel horizon, même si elle n'a pas touché à l'âge légal de la retraite à 60 ans, la majorité a été accusée d'introduire une nouvelle frontière psychologique et de préparer les esprits à des réformes plus drastiques.

Le Medef a quant à lui prévenu qu'il reviendrait à la charge en 2009 pour obtenir un relèvement de l'âge légal, qu'il a vainement réclamé en 2008. Toujours pour favoriser l'emploi des seniors, les entreprises vont être contraintes de conclure des accords ou des plans d'actions. Celles qui ne l'auront pas fin d'ici fin 2009 devront verser une pénalité de 1% de leur masse salariale à partir de 2010.

Enfin, pour les retraités les plus modestes, 2009 verra le minimum vieillesse revalorisé de 6,9% en avril 2009, une hausse toutefois réservée aux couples.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

3 - Il etait question de J.C. Junker pas de S.A.S. le Prince Albert..... De plus le statut d'un etat et d'une principauté comme Monaco sont bien différent.

Je ne saisis pas la remarque ? koiquesse .

Au regard de la France , probablement. Notamment en matière d'acquisition de la nationalité monégasque (coup de gueule de De Gaulle dans les années 60 ).Sinon , en matière de realtion entre les différents états , je ne crois pas qu'il y ai de différence .Monaco est reconnu en tant qu'état à part entière , non?

Petite info au passage et de source sûre :

- Pour installer son entreprise au Luxembourg , il faut , au minimum , déposer un dépôt de garantie de 30 000 euros qui doit rester en permanence sur un compte.C'est à dire que le petit artisant , il peut allé se faire frire .... ...!

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne saisis pas la remarque ? bigbisous .

Au regard de la France , probablement. Notamment en matière d'acquisition de la nationalité monégasque (coup de gueule de De Gaulle dans les années 60 ).Sinon , en matière de realtion entre les différents états , je ne crois pas qu'il y ai de différence .Monaco est reconnu en tant qu'état à part entière , non?

Je ne pense pas puisque certains postes sont occupés par des hauts fonctionnaires français.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Nipou locked this sujet
Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.
×
×
  • Créer...