Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Soupeaulait

Membre SNCF
  • Compteur de contenus

    384
  • Inscription

  • Dernière visite

Tout ce qui a été posté par Soupeaulait

  1. En tant que DPX, j'ai interdit la circulation sur une voie suite à un problème de géométrie. Le Directeur Délégué Fret a aussitot appelé le DET pour lui faire part de son mécontentement et lui dire qu'il était inadmissible qu'un défaut de maintenance entraine de telles conséquences (blocage de l'entrée et de la sortie d'un port au pétrole en attendant la remise en état). Réaction du DET ? J'ai été convoqué pour m'expliquer. Il m'a doctement écouté et m'a demandé de rétablir la circulation à V=15 km/h, pas de bol, c'était la vitesse normale sur cette portion de voie. Il a insisté en me demandant d'autoriser le V=5 km/h. J'ai répondu en lui tendant mon carnet de dépeches et en lui disant qu'il n'avait qu'à passer la dépêche idoine. Sa réponse ? "On peut rétablir en combien de temps ?". J'ai tenu bon, et on ne me l'a jamais reproché. C'est vrai qu'il faut du caractère, mais si on met en face les conséquences d'un accident, ça vient tout seul.
  2. Bon, je vais me faire engueuler, mais j'assume. Bien évidemment que la catastrophe de Bretigny ne repose pas que sur le petit jeune de 25 ans, car ça voudrait dire que plus rien ne fonctionne dans la boite. Bien sûr qu'il y a des responsabilités individuelles, et des responsabilités collectives ou structurelles. Mais quand on est agent de maitrise ou cadre on n'a pas le droit de ne pas tirer la sonnette d'alarme si les circonstances l'exigent. Si l'appareil de Bretigny était "delabré" il y a forcément une ou plusieurs personnes qui étaient au courant et n'ont soi rien dit, soit rien fait. La responsabiité d'un encadrant, c'est aussi de prendre des des décisions et de garantir la sécurité de son personnel et des circulations. Pour cela il y a des moyens (peu populaires je l'admet). Et si ces moyens permettent d'éviter ce qui s'est passé le 12/07/2013, perso je dis que ça vaut le coup de les mettre en oeuvre. Et merde pour la carrière ou la GIR. Donc le petit jeune de 25 ans, ou un autre de 35 ou de 40 ou de 50 ont été frileux et n'ont pas pris ou oser prendre les mesures qui s'imposaient. A un moment ou un autre on doit faire des choix, si on choisit son confort au détriment des fondamentaux, on en assume l'entièreté des conséquences.
  3. L'ESCI, tout comme l'ENGRH débouche sur un statut Jeune Cadre (diplôme type Master 3 ou cursus Ingénieur).
  4. Attention à ne pas oublier de doter le gars d'un 7.65. Eh oui, à cause des attaques d'escargots. C'est vif ces bestioles là. De Bourgogne ou pas.
  5. Pffff. Comme si les règles étaient en cause..... Appliquons déjà les règles existantes plutôt que d'en remettre une couche. "Produire en sécurité" le retour. Affligeant.
  6. Les entretiens tu les as passés avec les recruteurs locaux ? Si oui tu auras sans doute à repasser un entretien avec un recruteur de l'établissement susceptible de t'accueillir. C'est un poste de surveillant de travaux dans quel domaine ?
  7. Dans un domaine aussi sensible que la sécurité des circulations, et donc des voyageurs, est-il possible de dissocier le quantitatif du qualitatif ? Pour moi non. Ou les opérations de maintenance sont faites et bien faites ou on a rien fait, du moins pour tout ce qui ne concerne pas le confort.
  8. Juste pour compléter le propos de Pousse Cailloux. Quelle crédibilité, vis à vis du central ou de RFF, peut-on avoir lorsque l'on se plaint à longueur d'année de ne pas avoir les moyens de réaliser la maintenance et qu'en fin d'exercice on annonce un taux de réalisation de 97% ?
  9. C'était bien IRIS. Validé ? Pas partout. La vitesse de circulation n'étant pas suffisante. Mais quant on suit les PK de passage sans se soucier de la validation, ça coince.....
  10. Oui. Mais a quoi sert ce relève ? A gonfler un tableau de suivi ou à s'assurer que le dépassement des délais de surveillance ne va pas entraîner une absence de détection d'une évolution de défaut qui ainsi va tendre vers une valeur pour laquelle la norme impose un ralentissement ? Le boulot d'un DPX Infra n'est pas de remplir des tableaux mais de faire en sorte que les conditions de circulation des trains restent optimales. Et si ces conditions évoluent il doit être en mesure de le détecter AVANT que la situation n'entraîne un risque. Là on y est pas vraiment. Exemple : un DPX n'a pas la possibilité de réaliser les tournées de surveillance. Il attend donc la prochaine tournée prévue 5 semaines plus tard. Pour lui, pas de souci puisqu'entre temps une voiture de surveillance passe et contrôle la géométrie. Il s'assure donc que la voiture passe. Au bout de 5 semaines il ne peut toujours pas faire ses tournées. Mais comme la voiture de contrôle de la géométrie passe toutes les deux semaines tout va bien. A ceci près que personne ne s'assure de l'efficacité de la mesure de cette fameuse voiture. Du DPX au pôle OTP. Chacun pense que l'autre a fait son boulot. La veille technique ne détecte rien, les tableaux de suivi du passage de l'engin sont remplis. Deux auditeurs passent et détectent ce dysfonctionnement. Tout le monde rigole, puis hurle à la mort face à ces deux prétentieux qui passent leur vie à ennuyer les autres. 3 mois après l'audit une déformation apparaît et c'est un train qui la signale. Le train a failli dérailler et passer au dessus d'un viaduc. L'enquête montrera que des désordres détectables existaient. Pour la petite histoire, c'était sur LGV en 2011...........
  11. L'ASNO ne dit pas que les principes de maintenance sont mal rédigés. Il dit qu'ils sont mal appliqués (par ignorance parfois, par déni des règles souvent). Ce n'est pas la même chose. Et si l'organisation ne permet plus d'appliquer les règles il existe des mesures conservatoires. Tu n'as plus les moyens de garantir le respect des normes ? Tu ralentis ou arrête les trains ou les installations afin de revenir à une situation maîtrisée. Et avant cela tu tires la sonnettes d'alarme. Mais tu ne fais pas comme ci.
  12. Pourquoi effectuer des changements ailleurs ? Il ne faut pas jeter le bébé avec l'eau du bain. Ce n'est pas parce qu'un dysfonctionnement existe à un endroit que cela se passe partout ainsi.
  13. Mouais. Ça fonctionnait en 2003 en 2006 et plus en 2013 ? Il est vrai qu'entre temps les imprimés ont changés, on y a ajouté de la couleur....
  14. C'est tout de même très surprenant. Ne devraient-ils pas être classés dans le dossier de l'appareil ? Ou à proximité immédiate. 2011 c'était hier. Selon les périodicités de maintenance il ne doit pas y avoir eu 50 opérations de Famille B sur cet AdV.
  15. Ok sur le fait que l'on ne porte pas toute son attention sur les éclisses lors d'une tournée. Mais ne pas porter toute son attention ne veut pas dire ne rien faire. Les assemblages font partie des choses à vérifier pendant la tournée. Un moyen simple, un grand coup de pied dans les éclisses et les boulons. Si c'est desserré ça bouge et ça tinte. Donc ce n'est pas normal. Cela ne permet pas de détecter la fissure interne du rail nous sommes d'accord, mais ça permet de provoquer une opération de maintenance sur l'éclisse. Et il y a de forte chance que lors de l'opération on dépose l'éclisse et on observe la fissure. Des sources internes expliquent de façon factuelle qu'il y a une dérive dans la qualité de réalisation des tournées et ce depuis des années. Faut arrêter de croire qu'on tombe du cocotier en 2014. A moins que ces avis internes ne servent qu'à l'affichage des bonnes pratiques. Auquel cas c'est à désespérer.
  16. Page 9 : " lensemble des opérations prévues (enregistrements de la géométrie, opérations dites «famille A» ou «famille B», tournées, ...) a été reconstitué; leur planification est conforme aux référentiels" Bizarre que l'on évoque la planification et non la réalisation..... La lecture de ce document soulève beaucoup de questions. L'annexe D2 est intéressante.
  17. Le col de la Faucille....Mhhhhh Et sur le GEX je n'ai pas l'habitude de maltraiter les SDS..... Sauf si elles insistent. :)
  18. Allez pan, on va encore se faire engueuler. SDS : Sac De Sable, ou Second De Selle. Quelques hypocrites disent Sirène De Selle. Je préfère le premier terme car il résume bien la situation. Rajouter du poids, même infime, à l'arrière de la moto permet d'en assumer la stabilité notamment en virage. Et sinon, Ben c'est encore loin, mais à voir. Et il reste une place à l'arrière du GEX. ;)
  19. Le lampiste ne sera peut être pas celui qui a regardé et n'a rien vu. Ce sera peut être celui qui n'a pas pris de mesures conservatoires alors que les tournées programmées n'étaient peut être pas réalisées. D'expérience on est plus souvent à ce niveau de manquement qu'à un réel problème de compétences de ceux qui doivent réaliser les tournées. "La tournée n'a pas été réalisée ? Pas grave, on fera la suivante. Et si on ne la fait pas, on attendra la prochaine". Et je ne suis pas dans la fiction ou la supposition. C'est du vu et revu.
  20. Il y a quand même quelques relents nauséabonds dans ce texte. La référence à Céline concerne-t-elle ces passages ?
  21. Oui, enfin pour qu'il y ait droit d'alerte il faut quand même un danger grave et imminent. Faut pas non plus prendre les mecs de l'Infra pour des fois furieux qui ne respectent rien. À ma connaissance les signalements donnés par les ADC sont toujours suivis a minima d'une visite sur place pour "lever le doute", même sur des zones connues et archi-connues. Une mesure et hop on caractérise le défaut par rapport aux normes. Si d'en mesures sont à prendre elles sont prises, soit immédiatement soit programmées, toujours dans le respect des normes. Maintenant, je reconnais que parfois entre l'ADC et le DPX Infra il existe un certain nombre de "filtres" qui font parfois que l'information passe mal ou pas du tout. N'oublions pas qu'il existe aussi des tournées "Mauzin" et accelerographe qui détectent très bien là où ça tape. J'ai le souvenir d'un appareil de voie à l'entrée de Chalons en Champagne qui "tapait" bien. Ça arrivait même à me réveiller à mon retour après une semaine de labeur. Renseignements pris, tout était aux "normes", donc pas de soucis. Après il reste l'effet conjugué des "défauts" Infra et des mouvements de caisse. Souvent plus inquiétant que réellement dangereux, du moins d'un point de vue "sécurité des circulations". Évidemment les conséquences sur l'intégrité physique des agents de conduite ne sont pas prises en compte dans nos normes. Ceci dit, pour cela il y a MasterCard (cf l'affaire des 16500, quelques euros et elles devenaient nettement plus confortables). Ok je pousse...... Et je sors :)
  22. Le REX ? Ailleurs je ne sais pas mais à l'Infra c'est du pipeau. On se limite à dire qu'une règle ou plusieurs ont pas été respectées. On propose des solutions plus ou moins vaseuses. Et qui va vérifier que ces actions sont mises en uvre et efficaces ? Personne. Un exemple récent : 4 morts en 6 mois sur des chantiers équipements. On en ressort toute une série de mesures tape à l'il inapplicables. Alors qu'un rappel des règles et une volonté de les faire appliquer aurait été tout aussi efficace. Autre exemple : les briefings chantier. Alors que la réglementation est précise sur le sujet. Au lieu de revenir aux fondamentaux on en remet une couche. A la SNCF comme ailleurs quand une loi n'est pas appliquée on en invente une autre. C'est tellement difficile de dire à quelqu'un ou à une entité qu'il a fauté. Ahhhh le courage managérial. C comme le yéti. Tout le monde en a entendu parler. Personne ne l'a jamais vu.
×
×
  • Créer...