Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Comment Sarkozy et le gouvernement font les affaires de Sud Rail


Messages recommandés

Bonjour

Une contre expertise pour le moins intéressante.

Comment Sarkozy et le gouvernement font les affaires de Sud Rail

DESINTOX libération 06/02/2009 à 14h12

Contre-expertise au quotidien des déclarations et des chiffres du débat public

CEDRIC MATHIOT

Interrogé le 4 février sur LCI sur la «responsabilité» des grandes confédérations syndicales à propos de la grève du 29, Xavier Bertrand, secrétaire général de l’UMP, évacuait le sujet : «Le syndicat irresponsable, c’est SUD, avec ce qu’ils essaient de faire sur le service minimum.»

Depuis la grève de la gare Saint Lazare, Xavier Bertrand est le énième responsable de la majorité à dézinguer Sud Rail, accusé d'avoir mené une grève illégale, d'avoir voulu contourner voire torpiller le service minimum.

C'est Nicolas Sarkozy, dès le 15 janvier qui avait ouvert le feu lors de ses voeux aux forces économiques du pays, à Vesoul. Le Président avait qualifié le syndicat d'"irresponsable", suggérant même que les pratiques de Sud étaient hors la loi : "la loi s'applique à tout le monde, même à ceux qui appartiennent à Sud", avait-il tonné.

Frédéric Lefebvre, porte-parole de l'UMP, marchant dans le sillage du Président, avait été plus catégorique encore, affirmant que quand des syndicats comme Sud ne respectent pas la loi, il faut les envoyer devant la justice pour les priver de leur mandat syndical:

LES FAITS

Pourtant, si l’on regarde la séquence de la grève de Saint Lazare - un long conflit d’un mois, puis une grève massive le 13 janvier après l’agression d’un cheminot la veille - rien ne justifie de sortir SUD rail du lot.

Regardons d’abord les désormais fameuses grèves de 59 minutes qui ont perturbé la gare pendant un mois. SUD a été accusé, y compris dans les médias, d’être le promoteur de ce «nouveau genre de grève» à la limite de la légalité.

Au-delà du fait que ces grèves n’étaient pas du tout illégales, le fait est que SUD n’était pas seul dans le conflit. Les quatre préavis de grève qui ont été signés (deux le 14 décembre et deux le 21 décembre) l’ont été par quatre organisations syndicales : la CGT - qui s’est retirée fin décembre - FO et la Fédération générale autonome des agents de conduite (Fgaac). Le conflit a été géré par une intersyndicale classique. On voit mal sur quelles bases Sarkozy, Bertrand ou Lefebvre exonèrent les autres syndicats des maux qu'ils prêtent à Sud Rail...

Et s’il est vrai que les militants de SUD sont très dynamiques à Saint-Lazare, il convient aussi de noter que le syndicat n’y est pas majoritaire. Il est loin derrière la CGT sur l’ensemble des agents. Et avec 25 %, il arrive en troisième position chez les agents de conduite, derrière la Fgaac et la CGT.

La responsabilité n’échoit guère plus à SUD concernant le dénouement du conflit et la grève massive du 13 janvier consécutive à l’agression d’un agent la veille, mouvement qui a conduit la SNCF à fermer la gare. Alors que l'agression a suscité une vive émotion chez les agents, les trois syndicats qui étaient encore dans le conflit ont tous compris le parti qu'il pourrait tirer d’un pic de mobilisation pour trouver une issue à un conflit qui pourrissait. Interrogé par Libération, un délégué de la Fgaac revendique ainsi d’avoir été aux premières heures dans la gare le 13 janvier, «avant les gars de SUD», pour lancer le mot d’ordre de grève. Rien ne permet donc à Sarkozy de décréter comme il le fait dans un raccourci grossier que «SUD rail a fermé la deuxième gare de France».

Une autre affaire permet de mettre en lumière l’indignation sélective de la droite. Jusqu’à la semaine dernière, la SNCF a été le théâtre d’un autre conflit, au moins aussi dur que celui de Saint-Lazare. Pendant deux mois, à l’appel de la CGT, la CFDT et la Fgaac, les agents de conduite de Nice se sont relayés pour débrayer - également pour des effectifs supplémentaires. Comme à Saint-Lazare, les syndicats ont «profité» de la possibilité offerte en 2007 par le Conseil constitutionnel d’entrer et de sortir d’un conflit. La SNCF a attaqué les syndicats en justice - ce qu’elle n’avait pas fait à Saint-Lazare - pour «exercice abusif du droit de grève». Nul n’a pourtant entendu Bertrand ou Sarkozy dénoncer l’irresponsabilité de ce conflit. Parce que SUD n’était pas de la partie ?

Interrogée sur la focalisation sur SUD, un cadre de la SNCF en dit ceci : «Il y a eu un emballement médiatique et politique assez irrationnel et ça leur a fait une publicité d’enfer.» Etait-ce le but ?La CGT et la CFDT semblent le soupçonner.

Sur BFM TV, Bernard Thibault a déploré le 23 janvier : "Je remarque que ces derniers jours, il y a une formidable promotion d'une organisation qui a obtenu 4% aux élections prud'homales".

François Chérèque, secrétaire général de la CFDT, a été plus explicite. Sur Europe 1, le 1er février, Chérèque a dénoncé une tactique élyséenne : «Le président de la République a fait le choix de survaloriser ce syndicat. On se crée un ennemi qui n’existe pas, qui fait moins de 4 % aux élections prud’homales. C’est la même tactique que celle qui est employée avec Olivier Besancenot.»

Dans tous les cas, SUD, qui excelle par ailleurs dans la communication (le syndicat a envoyé aux rédactions une foultitude de communiqués de presse au sujet du conflit des agents de conduite de Nice... où SUD n'était pas) a tiré un bénéfice médiatique évident des attaques dont le syndicat a été l'objet. Christian Mahieux, représentant du syndicat, est devenu depuis un mois un invité de choix des plateaux de radio et de télévision.

http://www.liberation.fr/politiques/010131...res-de-sud-rail

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

On verra bien dans 40 jours, qu'elle est la progression de SUD.

Dans quel but le gouvernement fait il cela?

Se sert il de SUD pour radicaliser l'opinion publique, et faire passer des lois anti greve?

Permettre à la CGT de ne plus passer pour le syndicat anti tout?

Afaiblir la CGT à la SNCF?

Si c'est cette derniere hypothese, le gouvernement devrait méditer l'exemple du Hamas et d'Israel

Modifié par luxemburg
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

On verra bien dans 40 jours, qu'elle est la progression de SUD.

Dans quel but le gouvernement fait il cela?

Se sert il de SUD pour radicaliser l'opinion publique, et faire passer des lois anti greve?

Permettre à la CGT de ne plus passer pour le syndicat anti tout?

Afaiblir la CGT à la SNCF?

Si c'est cette derniere hypothese, le gouvernement devarit méditer l'exemple du Hamas et d'Israel

la réponse sera en effet interressante, J'ai du mal a comprendre le gouvernement qui joue a pousser les plus radicaux au premier plan d'abord avec la loi sur la représentativité puis maintenant avec ces déclarations

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

C'est drôle mais j'aurais tendance à penser exactement l'inverse.

Théorie sans jugement de valeur, juste un sentiment :

Pepy ou sarko et bien d'autres ont peur du possible de sud aux élections prochaines. Ce syndicat dit non à tout et est clairement un syndicat d'opposition permanente. En pleine crise mondiale et alors que les réformes ont lieu partout, les gens ont besoin d'une soupape (on l'a vu avec la grève passée).

SUD n'est pas vu comme un partenaire social mais comme un organe de blocage (pepy ne cache pas le fait qu'il serait malade de devoir faire avec un sud plus puissant).

Aussi que faire ? Renforcer un syndicat avec qui on peut au moins discuter. Le jeu des vases communicant fera le reste.

La CGT ? bof, encore un peu trop radicale.

Les autres ne représentent pas grand chose, sauf la CFDT&Fgaac.

Je prends une revendication de cette alliance et je l'accepte. Prenons par exemple une histoire de dividende ponctuel.

Ca sera pas un drame car c'est juste un gros chèque global qui n'engage à rien après.

Le syndicat fera le boulot pour faire savoir qu'il a arraché de haute lutte un chèque pour chacun.

A la fin ça donne quoi ?

Un syndicat réformateur qui obtient et un syndicat de blocage qui n'obtient rien. (la mémoire des gens est très courte aussi seuls les acquis récents comptent). La CFDT Fgaac est sans doute honnête sur ce coup : ils ont revendiqués, ils ont eu. L'acquis est là.

Mais j'ai comme dans l'idée que le fait pour la direction de lâcher ça maintenant est tout sauf un hasard.

Tout ceci est qu'une théorie et bien entendu, ça ne peut être que totalement faux.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

On verra bien dans 40 jours, qu'elle est la progression de SUD.

Dans quel but le gouvernement fait il cela?

Se sert il de SUD pour radicaliser l'opinion publique, et faire passer des lois anti greve?

Permettre à la CGT de ne plus passer pour le syndicat anti tout?

Afaiblir la CGT à la SNCF?

Si c'est cette derniere hypothese, le gouvernement devrait méditer l'exemple du Hamas et d'Israel

Pourrais-tu nous donner un "éclairage" sur la méditation proposée concernant Hamas/Israël?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pourrais-tu nous donner un "éclairage" sur la méditation proposée concernant Hamas/Israël?

Il s'est avéré qu'à une époque, Israël a soutenu le Hamas pour affaiblir L'OLP/Fatah... Et paie les pots cassés de cette politique aujourd'hui.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il s'est avéré qu'à une époque, Israël a soutenu le Hamas pour affaiblir L'OLP/Fatah... Et paie les pots cassés de cette politique aujourd'hui.

Un peu à la manière des USA qui installent des dictateurs à droite et à gauche puis finissent par leur faire la guerre 20 ans après...

On appelle ça jouer avec le feu et se brûler.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Une réflexion comme une autre, et si la volonté du gouvernement était bel et bien de faire une telle pub à une OS dans l'espoir de la voir cartonner lors des élections professionnelles à venir, pour pouvoir jeter encore plus par la suite le discrédit sur l'ensemble des cheminots les présentant tous, comme des Sudistes, contre tout et prêt à faire grève tout le temps, histoire d'avoir vraiment toute la population française avec eux pour faire exploser la SNCF quitte à nous taper sur la gueule pour faire passer tout çà durant l'année, je sais la mèche est allumée depuis un moment!

Modifié par jazanova
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Une réflexion comme une autre, et si la volonté du gouvernement était bel et bien de faire une telle pub à une OS dans l'espoir de la voir cartonner lors des élections professionnelles à venir, pour pouvoir jeter encore plus par la suite le discrédit sur l'ensemble des cheminots les présentant tous, comme des Sudistes, contre tout et prêt à faire grève tout le temps, histoire d'avoir vraiment toute la population française avec eux pour faire exploser la SNCF quitte à nous taper sur la gueule pour faire passer tout çà durant l'année, je sais la mèche est allumée depuis un moment!

Je me suis fait exactement la même réflexion que toi.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je me suis fait exactement la même réflexion que toi.

calcul à la Sarko.

75 % des Français ont approuvé la journée d'action du 29 janvier.

Il se pourrait bien que les hurlements d'une ultra-minorité d'usagers soi-disant excédés appuyés par des directions qui cherchent la provoc n'aient eu finalement que peu d'effet sur une population elle-même excédée par ce qui se passe. Parce qu'il n'y a plus seulement que les cheminots à en prendre plein la gueule. C'est de partout.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

C'est drôle mais j'aurais tendance à penser exactement l'inverse.

Théorie sans jugement de valeur, juste un sentiment :

Pepy ou sarko et bien d'autres ont peur du possible de sud aux élections prochaines. Ce syndicat dit non à tout et est clairement un syndicat d'opposition permanente. En pleine crise mondiale et alors que les réformes ont lieu partout, les gens ont besoin d'une soupape (on l'a vu avec la grève passée).

SUD n'est pas vu comme un partenaire social mais comme un organe de blocage (pepy ne cache pas le fait qu'il serait malade de devoir faire avec un sud plus puissant).

Aussi que faire ? Renforcer un syndicat avec qui on peut au moins discuter. Le jeu des vases communicant fera le reste.

La CGT ? bof, encore un peu trop radicale.

Les autres ne représentent pas grand chose, sauf la CFDT&Fgaac.

Je prends une revendication de cette alliance et je l'accepte. Prenons par exemple une histoire de dividende ponctuel.

Ca sera pas un drame car c'est juste un gros chèque global qui n'engage à rien après.

Le syndicat fera le boulot pour faire savoir qu'il a arraché de haute lutte un chèque pour chacun.

A la fin ça donne quoi ?

Un syndicat réformateur qui obtient et un syndicat de blocage qui n'obtient rien. (la mémoire des gens est très courte aussi seuls les acquis récents comptent). La CFDT Fgaac est sans doute honnête sur ce coup : ils ont revendiqués, ils ont eu. L'acquis est là.

Mais j'ai comme dans l'idée que le fait pour la direction de lâcher ça maintenant est tout sauf un hasard.

Tout ceci est qu'une théorie et bien entendu, ça ne peut être que totalement faux.

Je partage ta réflexion.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

J'aime ce fil, les idées sont nombreuses...tant, que je ne suis certain si, même les calculateurs de la strategie aient pensé aussi loin que vous tous....( en fait ils s'adaptent à l'évolution au jour le jour..)

La tactique de favorisation d'un extreme, pour destabiliser un vieil ennemi, c'est vieux comme Israel Hamas Hezbollah OLP ( déjà dit mais j'abonde ), ou encore plus proche et moins sanglant: Mitterand et le FN...

Celà fait partie de la manipulation de l'opinion: diaboliser l'autre le met en "lumière", pour mieux masquer ses propres excès. Un jeu gagnant gagnant.

Mais avant tout, c'est de la manipulation...

Fabrice

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Allez l'avis d'un Sudiste pour compléter.

Nous sommes les premiers étonnés de cet engouement médiatique et de cette stigmatisation. selon les copains cela avait été déjà un peu pareil lors du conflit des retraites de 2007. Les journaleux aiment le sensationnel, l'instantané, le scoop mais peu approfondissent le sujet. Bien souvent ils ont déjà une idée toute faite de ce que nous devons dire et faire et posent les questions en conséquence pour avoir les réponses qu'ils souhaitent. Chez les cheminots, pour eux, il y a dans le rôle des gentils : les réformistes, principalement la "responsable CFDT", dans le rôle de l'OS majoritaire : la CGT dont il supputent, la permanence de conflit interne entre les tendances réformistes confédérales et basistes, la défense du terrain contre les méchants qui leur contestent leur majorité, et bien sur dans le rôle des méchants les gars de SUD, que l'on montre comme jusqu'au boutiste ne cherchant qu'a déstabiliser tout le monde !

C'était flagrant en 2007 ils ne posaient pas les mêmes questions aux militants de la CGT qu'aux copains de SUD. Ils cherchent les opppositions, les petites phrases qui dénigrent ou dénoncent, le fond il s'en foutent un peu : "pas vendeur ça coco" ! D'ailleurs c'était encore évident dans les interview à St Lazare sur france 2 le jour de la fermeture. Il n'ont retenu de l'entretien avec le responsable CGT que la partie ou il se plaint des sudistes qui auraient instrumentaliser l'agression de l'adc et ensuite un bout du gars de SUD bien content de montrer que la lutte avait payé. Il y a manipulation manifeste des entretiens pour au montage et par coupage ne prendre que ce qui colle aux préjugés qu'ils ont et aux rôles qu'ils donnent à chacun.

C'est certainement une manipulation du même ordre pour le gouvernement, la désignation d'un bouc émissaire et la survalorisation de celui-ci permettra la cas échéant de continuer a augmenter le control social de l'ensemble de la population. C'est dans la continuité de l'ultra gauche de tarnac, agiter un chiffon rouge, allumer un contre feu qui permet d'occuper la sphère médiatique et éviter ainsi que les salariés se posent la question de la jutesse du système dans lequel nous vivons et la responsabilité qu'ils portent dans les crises que nous subissons.

C'est aussi la déferlante de contres vérités visant à faire peur à l'électorat de droite et du centre, nous ne serions que des trotskistes et des anarchistes ultra politisé et ultra organisé réinitialisant, horreur suprême "la lutte des classes" ! Comme si celle-ci avait cessé d'exister parce que la sphère politico médiatique l'avait décrété. Il n'y a qu'a se rappeller les paroles de Laurence Parisot : " la liberté s'arrête là ou commence le code du travail " pour comprendre qu'au moins la lutte des classes "employés - employeurs" ne s'est jamais arrêté dans la tête du grand patronat.

Alors oui à SUD il ya des trotskistes et des anarchistes, mais aussi des communistes, des socialistes, des écologistes, des altermondialistes et surtout majoritairement des gens du peuple de gauche non encarté politiquement, non sectaires, qui se reconnaissent dans tout ou parties des tendances politiques et des textes d'orientation. Le principal c'est qu'il se reconnaissent, dans un syndicalisme de terrain proche d'eux, dans un syndicalisme de lutte, qui dans un contexte de régression social, refuse d'entériner ces régressions proposés au titre du moindre mal.

A la question : le but est-il de booster SUD en vue des élections professionnelles au détriment de la CGT pour ensuite imposer plus facilement un éclatement de l'entreprise ? j'aurais plutôt tendance à dire que ce n'est pas ce que souhaite Pépy, qui au contraire veux avoir un pôle réformiste pesant 30% pour pour voir signer des accords ( preuve la direction cherche à favoriser systématiquement les OS réformistes avant les élections intéressement et participation ), et une CGT pas trop bousculé sur sa gauche, obligé qu'elle serait dans ce cas de revenir sur le terrain de l'affrontement pour conserver ses postitions. Ce qui ne l'arrangerait pas du tout dans son projet de modernisation de la SNCF et de dévelloppement européen.

Peut être que le gouvernement y a pensé, mais je ne crois pas à l'action machiavélique concerté avec un plan à long terme, il y a trop de paramètre qui ne sont pas contrôlables pour que ce soit sur et intéressant. Mais faire des coups médiatiques alors là oui ils n'hésitent pas même s'il ne mesurent pas les conséquences à long terme.

Pour finir, les implications que cela a avec les autres syndicats. La CGT n'a pas besoin de cet emballement médiatique pour être déstabilisée, elle y arrive très bien toute seule, le conflit des retraites de 2007 et sa négociation de carnaval étalée sur 4 mois pour ne pas avoir à reprendre l'action suspendue, le non conflit du RH0077 et de son article 49 qui ne devait pas être appliqué mais qui finalement l'est parlent d'eux même.

L'objectif médiatique serait-il de forcer la recomposition syndicale lié à la position commune CGT/CFDT/MEDEF/CGPME en faveur du couple CFDT/CGT ? A la SNCF cela ne sera certainement pas aussi simple, la disparition de la FGAAC, de la CFTC, de la CGC et de FO renforcera les futures OS représentatives d'une manière ou d'une autre. Après l'election, les adhérents des OS non représentatives vont pour partie aller voir ailleur, voire suivre les équipes qui changeront de camp. Et dès les élections de 2011 cela aura un impact fort sur les % des urnes.

la CFDT est quand même sur le fil du rasoir et il ne lui faudra pas perdre trop de monde pour se retrouver sous la barre des 10% et son potentiel électoral est plutôt chez les maitrise et cadres ou elle est fortement barré par l'UNSA qui elle n'a pas à supporter le poids d'une Conf et de l'image du chef qui la commande. Surtout que le mariage avec le catégoriel FGAAC n'est pas sur au final de rapporter et peu avoir un effet repoussoir pour son électorat traditionnel.

Pour la CGT, elle risque de perdre des voix et il est fort peu probable que les troupes de FO qui voudront continuer à agir choisissent de passer à la CGT, la majorité ira plus probablement à SUD ou du moins votera pour. Si les gars du POI,avec tout ce qu'il leur mettent sur le nez, passent faire de l'entrisme à la CGT ce sera une grande nouvelle. Pas sur qu'elle soit appréciée d'ailleurs.

Donc, je pense que si SUD confirme les chiffres des élections CA ou elle à fait 18% et progressé de 3pt par rapport aux élections CE/DP de 2006 ce sera déjà bien. Si on fait mieux en passant la barre des 20% : une grande victoire ! mais c'est pas gagné et ce ne sera pas du aux gesticulations médiatiques du moment :blush:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

N'oublions pas que Sud ne représente pas grand chose, toutes professions confondues (moins de 4% aux dernières élections prud'hommales).

Maintenant de dire que plus de 20% de voix pour Sud rail serait une victoire... je n'en serais pas si sûr. L'avenir nous le dira. :blush:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il s'avère que les copains de Sud-Rail récoltent les fruits de ce qu'ils ont semés sur Saint-Lazare. Ils progressent en influence, c'est indéniable, souvent au détriment de la CGT. C'est vrai également sur mon site, Paris-Austerlitz. Leurs militants les plus déterminés ont su être à l'écoute des préoccupations cheminotes et ont joués carte sur table, en misant sur une stratégie offensive, qui va de l'avant, sans compromission avec les tôliers. Cela plait, d'autant plus que les autres OS mettent un point d'honneur à négocier des reculs pour ensuite les présenter comme des "victoires", sans trop s'en cacher.

Cela inquiète Sarkozy d'autant plus que des militants de Sud-Rail ont pu être les artisans d'une victoire qui a en plus, foutu le hachum à Sarko qui pavanait avec le "on voit plus les grèves".

La tentative de faire émerger un pôle "réformiste crédible" avec la complicité de la direction de la SNCF s'est mangé un sérieux pain. Pépy tablait sur un "on lâche du lest avant la grève pendant les pseudo-négotiations, on résiste dur comme fer pendant la grève" pour ancrer l'idée ridicule comme quoi on pouvait "gagner plus par la négociation que par la grève". Il a beau avoir mis un point d'honneur à ne pas lâcher à Saint-Lazare et à Nice, il a bien été obligé de le faire, malgré les concessions faites avant le début du conflit, notamment à Nice. Idem pour le RH077. Bref, une défaite pour la direction de la SNCF sur toute la ligne (elle a du laché sur presque tout malgré ses manoeuvres) qui sort honteusement défaite de ces batailles.

La fermeture de Paris-Saint Lazare a souvent été présenté comme le fait de Sud-Rail parce que l'autre OS de taille, la CGT, s'était retiré du conflit bien avant la victoire. C'est pourtant bien injuste car des militants de FO, FGAAC, CGT, CFDT était dans le conflit jusqu'au bout et l'animait même. Ce qu'on retiendra pourtant de ces autres OS pourtant, c'est un représentant de la CGT qui passe à la télé pour dénoncer Sud-Rail, Chérèque qui répète Sarkozy presque mot pour mot vis-à-vis des cheminots de Saint-Lazare. FO, pas trop visible donc on retient pas grand chose.

Au niveau national, seul Solidaires/Sud-Rail s'est clairement fait le porte-parole de ce mouvement sans ambiguité.

Ca s'arrête la, il faut pas aller voir plus loin.

Le conflit de Nice n'a pas autant interpellé au niveau national de part la moindre "importance" en terme de trafic du TER des Alpes-Maritime que du trafic banlieue et normandie de Paris-Saint Lazare. Les pontifs locaux de l'UMP n'ont pas hésités non plus à user des mêmes crasses que Sarkozy au niveau national. L'UMP de Nice faisait de la branlette politique en réclamant la réquisition des grévistes, en soutenant la poursuite de la direction pour "exercice abusif de droit de grève", en se fendant de communiqué de presse dégueulasse sur une supposé "prise en otage" des usagers etc.

A titre personnel, je ne me mêle pas des gué guerres syndicales. Sud-Rail a son lot de bureaucrates et de mafieux, tout comme la CGT, comme n'importe quelle autre organisation syndicale. J'accorde peu d'importance à l'étiquette syndicale et je défend mes intérêts de travailleur en toute indépendance par rapport à l'étiquette syndicale que j'ai sur moi pendant les manifs. D'autant plus qu'il existe des très bonnes équipes combatives tant au sein de la CGT que de SUD-Rail qui travaillent ensemble et pour qui cette gué guerre (moi j'ai la plus grosse) est à des années-lumières de ce qu'ils vivent sur le terrain, où ils bossent ensemble, avec leurs divergences.

En tout cas, après Saint-Lazare et maintenant la victoire à Nice, les cheminots ont amplement prouvés qu'on peut gagner contre n'importe quel patron pour peut qu'on mène une lutte déterminée, qu'on ne se laisse pas impressionner et qu'on reste unis dans un conflit qu'on mène jusqu'au bout de ses possibilités.

C'est de ça dont Sarkozy a peur. C'est de ce discours que se réclame Sud-Rail et plus généralement Solidaires et il n'est absolument pas dans l'intérêt du gouvernement que ce type de radicalité se propage, d'autant plus qu'elle paye!

Mais il est dans l'intérêt de tous les travailleurs, pour paraphraser un gus, de créer 1,2,3 ... 1000 Saint-Lazare et Nice partout sur tout le territoire.

Modifié par DavidKorner
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Concernant la cas de St Lazare, tu parles d'une victoire... mais à quel prix?

La fermeture de la gare est dû à un autre mouvement de grève en solidarité suite à une agression, et non aux revendications de la 1ère grève qui était en cours.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Concernant la cas de St Lazare, tu parles d'une victoire... mais à quel prix?

La fermeture de la gare est dû à un autre mouvement de grève en solidarité suite à une agression, et non aux revendications de la 1ère grève qui était en cours.

Oui, aux yeux de la population je ne suis pas sur du tout que nous ayons marqué des points avec cette histoire

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

A la question : le but est-il de booster SUD en vue des élections professionnelles au détriment de la CGT pour ensuite imposer plus facilement un éclatement de l'entreprise ? j'aurais plutôt tendance à dire que ce n'est pas ce que souhaite Pépy, qui au contraire veux avoir un pôle réformiste pesant 30% pour pour voir signer des accords ( preuve la direction cherche à favoriser systématiquement les OS réformistes avant les élections intéressement et participation ), et une CGT pas trop bousculé sur sa gauche, obligé qu'elle serait dans ce cas de revenir sur le terrain de l'affrontement pour conserver ses postitions. Ce qui ne l'arrangerait pas du tout dans son projet de modernisation de la SNCF et de dévelloppement européen.

Peut être que le gouvernement y a pensé, mais je ne crois pas à l'action machiavélique concerté avec un plan à long terme, il y a trop de paramètre qui ne sont pas contrôlables pour que ce soit sur et intéressant. Mais faire des coups médiatiques alors là oui ils n'hésitent pas même s'il ne mesurent pas les conséquences à long terme.

Qu'est ce qui te dit que notre direction et le gouvernement n'ont pas une vue divergente sur la chose?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Qu'est ce qui te dit que notre direction et le gouvernement n'ont pas une vue divergente sur la chose?

il ne me semble pas avoir dis qu'elles avaient une vue convergente ?

Mais au cas ou, non je ne pense pas que la direction SNCF et le gouvernement ont la même vue et position sur le sujet. Mais la SNCF se projette plus facilement dans le long terme et dans un contexte qu'elle connait bien alors que le gouvernement ne cherche que les coups à court terme sur un contexte beaucoup plus vaste que le champ SNCF et tant pis pour les dégats collatéraux.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Moi ce que je retiens sur l'action de St Lazare c'est

chereque a la Télé qui condamne l'action sans savoir que dans l'action il y a la FGAAC

Que les collegues militants ou élus de base de la CGT n'ont pas été soutenus par le national de la CGT qui avait signé

un accord avec la direction en dessous de ce que demanadais les AG

que la SNCF a joué avec le feu en fermant la gare

et que pepy a du faire ses excuse comme un petit garçon le soir devant ds millions de personnes

et enfin que notre Président a reconu qu'il n'aurait pas du die la fameuse phrase " maintenant qd il y a greve ...."

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Et je ne vois absoluement pas en quoi venir présenter des excuses devant les telespectateurs est signe d'une attitude infantile.

Bien au contraire, c'est digne d'un grand Responsable, il rend des comptes aux voyageurs devant ce fait exceptionnel qui est la conséquence d'une conjonction malheureuse.

Qu'il y ait critique sur le pourquoi de cette fermeture, OK, mais surement pas celle du premier des cheminots qui demontre l'utilité d'expliquer aux voyageurs ce qui merdé dans tout ceci. Faut sortir de cette logique d'enfermement et d'isolement vis à vis des voyageurs, qui ne peut que gangrener un peu plus l'ambiance.....

Fabrice

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Et je ne vois absoluement pas en quoi venir présenter des excuses devant les telespectateurs est signe d'une attitude infantile.

Bien au contraire, c'est digne d'un grand Responsable, il rend des comptes aux voyageurs devant ce fait exceptionnel qui est la conséquence d'une conjonction malheureuse.

Qu'il y ait critique sur le pourquoi de cette fermeture, OK, mais surement pas celle du premier des cheminots qui demontre l'utilité d'expliquer aux voyageurs ce qui merdé dans tout ceci. Faut sortir de cette logique d'enfermement et d'isolement vis à vis des voyageurs, qui ne peut que gangrener un peu plus l'ambiance.....

Fabrice

que Pépy présente ses excuses aux voyageurs pour une gestion calamiteuse du conflit depuis son début et pour la fermeture de la gare par la direction ne me paraît pas en effet anormale.

Encore que je peux excuser celui qui me marche sur les pieds par inattention, pas celui qui le fait en connaissance de cause ...

Par contre, quand l'injonction arrive d'en haut de la part de quelqu'un qui se soucie comme d'une guigne de ce qui se passe d'habitude dans les TC alors là, oui, ça fait un peu le petit garçon qui s'excuse d'avoir cassé une vitre avec son ballon parce que le maître le lui demande ...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Si Pepy était à la com', peut être pourrait t'il s'epancher sur les pourquoi et les comments de toute cette affaire, mais pour ne pas paraitre simpliste, la moindre des choses serait de decortiquer le fonctionnement ferroviaire et sa mutation...

Ca représenterait des plombes...et le commun des voyageurs n'en a rien, mais vraiment rien à battre, le systeme doit fonctionner, et point barre...Telle est la société, et Pepy fait avec...

Ce n'est donc pas un exercice de grand guignol qu'il est venu faire à la télé, c'est seulement assumer les responsabilités qui sont les siennes( alors que pour des faits plus graves, il y a beaucoup d'abonnés absents...), et en celà on peut distinguer un adulte d'un enfant....

Fabrice

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...

L'extension "AdBlock" anti-pub... on en parle ?

Vous avez installé un outil pour bloquer la publicité sur internet...hors c'est la publicité qui permet à cheminots.net d'exister et de vous permettre d'avoir la meilleure expérience utilisateur possible.

Alors pourquoi ne pas désactiver votre bloqueur de pub pour ce site et ainsi participer à sa pérennité ?

Si vous ne souhaitez pas désactiver Adblock, vous pouvez quand même accéder au site,
et on vous souhaite une bonne visite !

 

Comment désactiver Adblock pour cheminots.net ?

Repérez l'icône Adblock sur votre navigateur internet (Mozilla Firefox, Google Chrome etc.). 
Généralement elle se situe à droite de la barre d'adresse, ou tout en bas à droite de la fenêtre.
adblock.png.b5362a440eebda16ea382664cb9b629f.png

Cliquez sur l'icône puis.. (en fonction du navigateur) :

Mozilla Firefox 
Cliquez sur « Désactiver partout ».

Google Chrome et autres 
Cliquez sur « Ne rien bloquer sur les pages de ce domaine » ou décochez « Activé pour ce site ».

 

Si je n'arrive pas à désactiver Adblock...

Si vous ne trouvez pas le bouton Adblock ou si vous n'arrivez pas à désactiver Adblock, vous pouvez essayer de désinstaller complètement le logiciel dans les options de votre navigateur web:

Mozilla Firefox 
Cliquez sur Firefox, puis Modules complémentaires. Dans Extensions, désactivez/désinstallez Adblock.

Google Chrome 
Cliquez sur la clé à outil en haut à droite, puis Outils et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

Apple Safari 
Cliquez Safari, puis Préférences et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

 

FREEBOX
Se connecter à l’interface de gestion mafreebox.freebox.fr puis « Connexion Internet > Configuration > Blocage de la publicité »
Désactiver l’option et cliquer sur Modifier.

Antivirus
Certains antivirus bloquent les bannières, essayez en le désactivant. Si c'est lui qui bloque les pubs, vous pouvez désactiver cette fonctionnalité, ou mettre le site cheminots.net en liste blanche.