Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Prise d'otage, grève,...


Gom

Messages recommandés

[...]Pour la prise d'otage, on ne va peut être pas faire un cours de français, mais si ce n'en est pas une je ne demande qu'à apprendre le terme qui désigne le procédé.

Bonne soirée.

@++

On appelle ça une grève. Toute grève, quelque soit l'entreprise, a pour but de faire pression pour influer sur une décision de la direction. Quel est le moyen le plus fort pour des salariés de se faire entendre : cesser le travail, ce qu'on appelle une grève. Evidemment, tout arrêt de travail implique un arrêt de production implique des clients non satisfaits en temps et en heure.

Quand je dis que c'est le moyen le plus fort, ça signifie qu'il y en a d'autres, à commencer par le dialogue. La grève intervient quand le dialogue est rompu.

Gom

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pour la prise d'otage, on ne va peut être pas faire un cours de français, mais si ce n'en est pas une je ne demande qu'à apprendre le terme qui désigne le procédé.

Bonne soirée.

@++

OTAGE

Un otage est une personne retenue prisonnière par un preneur d'otage, et dont la vie sauve et la libération dépendent d'une exigence à remplir par une tierce partie.

J'ai pas eu connaissance d'avoir retenu une personne, ni de l'avoir enchainé,attaché à un poteau, bref l'empêcher de partir

Va parler de cela à de vrai otage tel que Marcel Carton ou Marcel Fontaine, ils vont bien te rigoler au nez

Modifié par fabrice
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

On appelle ça une grève. Toute grève, quelque soit l'entreprise, a pour but de faire pression pour influer sur une décision de la direction. Quel est le moyen le plus fort pour des salariés de se faire entendre : cesser le travail, ce qu'on appelle une grève. Evidemment, tout arrêt de travail implique un arrêt de production implique des clients non satisfaits en temps et en heure.

Quand je dis que c'est le moyen le plus fort, ça signifie qu'il y en a d'autres, à commencer par le dialogue. La grève intervient quand le dialogue est rompu.

Gom

Bonsoir,

je parlais de prise d'otage (mais je n'ai rien inventé), car à l'heure actuelle, il n'y a que le client qui en pâtit.

Nous, personnel de terrain, perdons de l'argent, l'entreprise aussi à cause des pénalités imposées par les Régions. Au final, le client qui arrive en retard au boulot régulièrement car son train se retrouve supprimé, change de moyen de transport pour ne pas perdre son travail.

Deuxième chose, le contexte actuel est tel, que dès que l'on fait une grève, nous ne sommes ni soutenu par le personnel de l'entreprise (jalousie, différence de salaire : c'est bien connu, plus qu'ailleurs à la traction nous sommes des nantis), ni par l'opinion public qui s'est bien fait bourré le mou par le "nain".

Il ne faut pas se méprendre dans ce que je disais dans l'autre post, où je me suis fait l'avocat du diable, car il serait bien pour nous de se protéger (déjà que l'on s'est fait bouffer notre régime de retraite : je ne parlerai pas là de ceux qui font du rab...), d'essayer de changer de méthode d'action afin de se faire entendre de nos dirigeant et surtout de nos clients qui sont et seront nos meilleurs alliés.

Ps : otage : personne que l'on utilise comme moyen de pression contre quelqu'un pour l'amener à céder à ses exigences (déf du larousse). A aucun moment on ne parle de retenir, d'enchaîner ou quoique ce soit d'autre.

J'espère en tout cas m'être mieux fait comprendre.

@++

Modifié par Romano25
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir,

je parlais de prise d'otage (mais je n'ai rien inventé), car à l'heure actuelle, il n'y a que le client qui en pâtit.

Nous, personnel de terrain, perdons de l'argent, l'entreprise aussi à cause des pénalités imposées par les Régions. Au final, le client qui arrive en retard au boulot régulièrement car son train se retrouve supprimé, change de moyen de transport pour ne pas perdre son travail.

Deuxième chose, le contexte actuel est tel, que dès que l'on fait une grève, nous ne sommes ni soutenu par le personnel de l'entreprise (jalousie, différence de salaire : c'est bien connu, plus qu'ailleurs à la traction nous sommes des nantis), ni par l'opinion public qui s'est bien fait bourré le mou par le "nain".

Il ne faut pas se méprendre dans ce que je disais dans l'autre post, où je me suis fait l'avocat du diable, car il serait bien pour nous de se protéger (déjà que l'on s'est fait bouffer notre régime de retraite : je ne parlerai pas là de ceux qui font du rab...), d'essayer de changer de méthode d'action afin de se faire entendre de nos dirigeant et surtout de nos clients qui sont et seront nos meilleurs alliés.

J'espère en tout cas m'être mieux fait comprendre.

@++

Ben vas-y propose,

Légales les actions

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir,

je parlais de prise d'otage (mais je n'ai rien inventé), car à l'heure actuelle, il n'y a que le client qui en pâtit.

Nous, personnel de terrain, perdons de l'argent, l'entreprise aussi à cause des pénalités imposées par les Régions. Au final, le client qui arrive en retard au boulot régulièrement car son train se retrouve supprimé, change de moyen de transport pour ne pas perdre son travail.

Deuxième chose, le contexte actuel est tel, que dès que l'on fait une grève, nous ne sommes ni soutenu par le personnel de l'entreprise (jalousie, différence de salaire : c'est bien connu, plus qu'ailleurs à la traction nous sommes des nantis), ni par l'opinion public qui s'est bien fait bourré le mou par le "nain".

Il ne faut pas se méprendre dans ce que je disais dans l'autre post, où je me suis fait l'avocat du diable, car il serait bien pour nous de se protéger (déjà que l'on s'est fait bouffer notre régime de retraite : je ne parlerai pas là de ceux qui font du rab...), d'essayer de changer de méthode d'action afin de se faire entendre de nos dirigeant et surtout de nos clients qui sont et seront nos meilleurs alliés.

Ps : otage : personne que l'on utilise comme moyen de pression contre quelqu'un pour l'amener à céder à ses exigences (déf du larousse). A aucun moment on ne parle de retenir, d'enchaîner ou quoique ce soit d'autre.

J'espère en tout cas m'être mieux fait comprendre.

@++

Alors quelles sont tes propositions concrètes ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ben vas-y propose,

Légales les actions

L'utilisation des médias (presse, internet...) pour favoriser les contacts entre les différentes catégories socio-professionnelles et ainsi utiliser en masse le levier de l'opinion public. Aujourd'hui nos grèves ne marchent pas car nous ne sommes pas soutenu par celui-ci et maintenant nous sommes de plus en plus seul contre tous.

Concrètement, il faut expliquer aux clients (tract/blog,annonce dans les trains...), mais pas seulement, il faut aussi aller ailleurs : mais ça demande du temps et de l'organisation (de l'argent aussi, mais quand on veut on peut) et un investissement de chacun (et en dehors du boulot, on n'en trouverait pas forcément beaucoup).

Sinon, j'aime bien la manière de se faire tomber dessus du moment que l'on n'est pas d'accord et l'agressivité qui ressort. Il y a des choses qui avec le recul ne m'étonne plus.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

L'utilisation des médias (presse, internet...) pour favoriser les contacts entre les différentes catégories socio-professionnelles et ainsi utiliser en masse le levier de l'opinion public. Aujourd'hui nos grèves ne marchent pas car nous ne sommes pas soutenu par celui-ci et maintenant nous sommes de plus en plus seul contre tous.

Concrètement, il faut expliquer aux clients (tract/blog,annonce dans les trains...), mais pas seulement, il faut aussi aller ailleurs : mais ça demande du temps et de l'organisation (de l'argent aussi, mais quand on veut on peut) et un investissement de chacun (et en dehors du boulot, on n'en trouverait pas forcément beaucoup).

Sinon, j'aime bien la manière de se faire tomber dessus du moment que l'on n'est pas d'accord et l'agressivité qui ressort. Il y a des choses qui avec le recul ne m'étonne plus.

Quelle agressivité ?

Sinon ton explication est intéressante, seulement déjà testée et cela n'a servi à rien

Des AG ont été même faites en pleine gare devant les gens, qui avaient le droit d'y participer sans succès

Sans compter la distribution de tract

Une préavis de grève envoyé 1 mois avant la date à la presse a été publié la veille

De même que nous avions conviés la presse qui n'est jamais venu

Autre chose ?

Modifié par fabrice
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

On ne peut pas parler d'exemples isolés d'actions différentes de la grève qui n'ont pas abouti pour en tirer des conséquences générales. Il y a beaucoup à faire pour faire bouger le dialogue social... A la RATP, par exemple ça se passe mieux qu'auparavant pour les conflits "ordinaires".

Il y a aussi, il faut en convenir, des grèves qui ne débouchent sur rien : les mouvements sociaux aux assédic et à l'anpe contre la fusion n'ont rien empêché du tout ... Et en plus on a trouvé une faille pour jeter en pature à l'opinion le seul représentant du medef qui s'était clairement exprimé contre cette fusion ...

A la sncf je vous laisse en juger ...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Quelle agressivité ?

Sinon ton explication est intéressante, seulement déjà testée et cela n'a servi à rien

Des AG ont été même faites en pleine gare devant les gens, qui avaient le droit d'y participer sans succès

Sans compter la distribution de tract

Une préavis de grève envoyé 1 mois avant la date à la presse a été publié la veille

De même que nous avions conviés la presse qui n'est jamais venu

Autre chose ?

L'agressivité moins dans ce post, mais bon : on fait avec.

Sinon ce sont des moyens utilisables sur le long terme, et surtout pour créer un soutient massif.

_ Informer sur nos conditions de travail (Infra, conduite, contrôle...), d'ailleurs les journées "j'aime le train" ouvrent déjà la voie.

_ Rétablir la vérité sur nos salaires (il y a des gens qui croient à la prime de charbon/d'huile....), nos avantages.....Car par rapport à d'autres catégories socio-professionnelles nous sommes à la ramasse (un médecin a ses médoc gratos, un banquier a des taux avantageux sur ses prêts et des tarifications spéciales, les enseignants ont droit à des réductions sur les livres, sans compter les congés. Et on peut passer en revue tous les corps de métiers, mais bizarrement le cheminot est encore mieux traité dans l'esprit de l'opinion) et c'est cela qui fait que nos revendications ont moins de poids (j'entends encore les gens qui disent : "que demandent-ils encore, avec ce qu'ils ont....")

_ Expliquer nos revendications, en parlant de l'acquis social que l'on a et ce qu'il pourrait devenir. Faire preuve de pédagogie.

Des choses comme ça sont longues à mettre en place, mais derrière c'est plus facile de négocier quand il y a du monde en soutient. D'ailleurs en 1789/1968, les évènements ont lieu grâce à un phénomène de masse.

Sinon je cherche autre chose Fabr, mais je ne suis qu'un pauvre attaché suppôt de la direction qui n'a rien compris au chemin de fer. Plus sérieusement, je ne vois pas autre chose à part changer les représentations des gens et prendre à contre pied la direction.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

L'agressivité moins dans ce post, mais bon : on fait avec.

Sinon ce sont des moyens utilisables sur le long terme, et surtout pour créer un soutient massif.

_ Informer sur nos conditions de travail (Infra, conduite, contrôle...), d'ailleurs les journées "j'aime le train" ouvrent déjà la voie.

_ Rétablir la vérité sur nos salaires (il y a des gens qui croient à la prime de charbon/d'huile....), nos avantages.....Car par rapport à d'autres catégories socio-professionnelles nous sommes à la ramasse (un médecin a ses médoc gratos, un banquier a des taux avantageux sur ses prêts et des tarifications spéciales, les enseignants ont droit à des réductions sur les livres, sans compter les congés. Et on peut passer en revue tous les corps de métiers, mais bizarrement le cheminot est encore mieux traité dans l'esprit de l'opinion) et c'est cela qui fait que nos revendications ont moins de poids (j'entends encore les gens qui disent : "que demandent-ils encore, avec ce qu'ils ont....")

_ Expliquer nos revendications, en parlant de l'acquis social que l'on a et ce qu'il pourrait devenir. Faire preuve de pédagogie.

Des choses comme ça sont longues à mettre en place, mais derrière c'est plus facile de négocier quand il y a du monde en soutient. D'ailleurs en 1789/1968, les évènements ont lieu grâce à un phénomène de masse.

Sinon je cherche autre chose Fabr, mais je ne suis qu'un pauvre attaché suppôt de la direction qui n'a rien compris au chemin de fer. Plus sérieusement, je ne vois pas autre chose à part changer les représentations des gens et prendre à contre pied la direction.

Mais ça, ça a déjà été fait tout cela , même par la direction

Ça fait des années qu'on le fait

J'ai même montré une fiche de paye, tout ce que j'ai eu en retour est, c'est une fausse faite avec un ordinateur

Et dans l'urgence tu fais quoi ?

Et on a pas dit que tu n'a rien compris, juste que tu es tres certainement un peu jeune dans la boite pour avoir une vue d'ensemble

Modifié par fabrice
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Mais ça, ça a déjà été fait tout cela , même par la direction

Ça fait des années qu'on le fait

J'ai même montré une fiche de paye, tout ce que j'ai eu en retour est, c'est une fausse faite avec un ordinateur

Et dans l'urgence tu fais quoi ?

Et on a pas dit que tu n'a rien compris, juste que tu es très certainement un peu jeune dans la boite pour avoir une vue d'ensemble

Je sais bien que malgré la communication, les clichés sont profondément ancrés : chaque jour j'en subit aussi les foudres, mais pourquoi ne pas continuer.

Dans l'urgence, je ne sais pas, je proposais surtout un travail de fond. Dans l'immédiat, il n'y a des fois que ce moyen, mais en faisant cet effort de com', peut être qu'à long terme... (je rêve peut-être).

Pour ce qui est de ma jeunesse dans la boîte, c'est vrai, pour la vue d'ensemble limité, cela l'est également, mais je fais beaucoup de démarche pour essayer de comprendre le système (auprès des GM, CDF, ADC, CTT, Chef de service, Chef Régul....) et quelque soit le côté duquel j'aborde les choses il y a un décalage entre le dire et le faire et c'est aussi un problème.

Mais bon, je comprend aussi les frustrations que "vous" (les plus anciens) pouvez avoir, mais en essayant d'être constructif c'est peut-être possible d'avancer.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

L'utilisation des médias (presse, internet...)

qui dirige ou possède ces fameux médias ?

répondre à cette question, c'est se montrer immédiatement que l'issue n'est sûrement pas de ce côté là ......

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

qui dirige ou possède ces fameux médias ?

répondre à cette question, c'est se montrer immédiatement que l'issue n'est sûrement pas de ce côté là ......

+1, dans la mesure où la presse écrite appartient (en grande partie) à des amis du petit aux semelles orthopédiques.

Mais internet via des blog où des forums, le papier via des tracts, des messages d'infos dans les trains via la sono. ("Avec Hassan Cehef c'est possible"). J'ai un peu l'impression que quoiqu'on fasse ou propose (on est sur un forum, comme autour d'un table lorsque l'on refait le monde après un repas) c'est infaisable....Je sens du dépit et de la résignation non?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Sinon je cherche autre chose Fabr, mais je ne suis qu'un pauvre attaché suppôt de la direction qui n'a rien compris au chemin de fer. Plus sérieusement, je ne vois pas autre chose à part changer les représentations des gens et prendre à contre pied la direction.

Ah mais je ne t'ai rien dit Romano, mais si tu insistes...

La piste "Impossible" de la gratuité, aussi appelée dans le milieu "grêve de la Pince".

Comme retombée médiatique, celà serait immédiat et tellement incongru, puisque tout le monde et beaucoup ici vont demontrer, une énième fois, que c'est impossible...

Au fait," chercher à comprendre, c'est commencer à désobeir", non ??? lotrela

Fabrice

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ah mais je ne t'ai rien dit Romano, mais si tu insistes...

La piste "Impossible" de la gratuité, aussi appelée dans le milieu "grêve de la Pince".

Comme retombée médiatique, celà serait immédiat et tellement incongru, puisque tout le monde et beaucoup ici vont demontrer, une énième fois, que c'est impossible...

Au fait," chercher à comprendre, c'est commencer à désobeir", non ??? lotrela

Fabrice

J'en ai déjà parlé autour de moi, on m'a dit que c'était impossible de faire des journées train gratos pour des problèmes d'assurance (Je croyais que la Sncf était son propre assureur). Mensonge ou vérité?

Bien sûr, chercher à comprendre c'est commencer à désobéir, mais c'est surtout se donner les moyens d'agir. Dommage que l'on me prenne pour ce que je ne suis pas.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

J'en ai déjà parlé autour de moi, on m'a dit que c'était impossible de faire des journées train gratos pour des problèmes d'assurance (Je croyais que la Sncf était son propre assureur). Mensonge ou vérité?

Bien sûr, chercher à comprendre c'est commencer à désobéir, mais c'est surtout se donner les moyens d'agir. Dommage que l'on me prenne pour ce que je ne suis pas.

La grève de la pince est aujourd'hui impossible. Le billet composté concrétisant le contrat de transport dans la règlementation, l'absence de billet entraine de facto un défaut de couverture d'assurance, que cette assurance soit externe ou que le transporteur soit son propre assureur comme c'est le cas de la sncf adossée à l'Etat. Si le voyageur n'a pas de ticket parce qu'il fraude, il assume ; mais si c'est la sncf qui le transporte sans contrat, elle se trouve en défaut... et ce sont les agents qui ont autorisé le transport sans titre qui vont être désignés comme fautifs. Un billet délivré gratuitement ou à une somme forfaitaire (1 centime ...) pourrait évidemment faire l'affaire mais je suppose que ce serait interprété comme faute professionnelle.

Bruxelles a sur ce sujet des idées un peu différentes, mais n'a pas légiféré pour l'ensemble des états membres dans le sens de ce qui est admis dans d'autres pays dans un cadre juridique précis.

Modifié par michael02
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

J'avais un doute de l'utilité de faire un sujet là dessus, mais finalement ça semble utile :Smiley_33:

Dans le sujet d'origine, Romano25, tu paraissais très anti-grève sans rien proposer, un peu comme ce qu'on entend tous tous les jours autour de nous, et tu fais finalement ici des propositions. Du coup, je te rejoins : le plus gros défaut de notre boite, c'est la communication. Les syndicats, en cas de conflits, n'y échappent pas. Il me semble qu'il y a eu une tentative de la CGT en Rhône-Alpes, avec des tracts distribués aux voyageurs pour tenter d'expliquer certains disfonctionnements du TER. Cette initiative faisait suite à la mise en place plus ou moins chaotique selon les lignes, du cadencement. Il me semblait que ça avait été plutôt bien accueilli ? Qu'en est-il ?

Ca demande du temps, des moyens, mais je pense que c'est avec ce genre de démarches qu'on pourra changer quelques mentalités.

D'ailleurs, on parle d'investissement en temps dans les médias... N'est-ce pas ce qu'on fait ici ? lotrela

Gom

Modifié par gomen
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

J'avais un doute de l'utilité de faire un sujet là dessus, mais finalement ça semble utile :Smiley_33:

Dans le sujet d'origine, Romano25, tu paraissais très anti-grève sans rien proposer, un peu comme ce qu'on entend tous tous les jours autour de nous, et tu fais finalement ici des propositions. Du coup, je te rejoins : le plus gros défaut de notre boite, c'est la communication. Les syndicats, en cas de conflits, n'y échappent pas. Il me semble qu'il y a eu une tentative de la CGT en Rhône-Alpes, avec des tracts distribués aux voyageurs pour tenter d'expliquer certains disfonctionnements du TER. Cette initiative faisait suite à la mise en place plus ou moins chaotique selon les lignes, du cadencement. Il me semblait que ça avait été plutôt bien accueilli ? Qu'en est-il ?

Ca demande du temps, des moyens, mais je pense que c'est avec ce genre de démarches qu'on pourra changer quelques mentalités.

D'ailleurs, on parle d'investissement en temps dans les médias... N'est-ce pas ce qu'on fait ici ? lotrela

Gom

Tout débat est utile quand il est constructif et c'est bien que tu le soulignes, je paraissais anti-grève (je ne le suis pas, j'aimerai juste que l'on ajoute d'autres moyens pour obtenir ce que l'on est en droit d'attendre) et j'ai certainement fait l'erreur dans mon coup de gueule d'employer des termes forts (qui néanmoins, d'un point de vue purement sémantique, sont juste) et de ne rien proposer (gueulante primaire quoi!). Mais bon ça a eu au moins le mérite d'ouvrir le débat.

Pour la gratuité du billet, c'est donc ce problème d'assurance et de possible sanction (si émission d'un titre à 0€) qui freine la chose. Marccarrick pourrait peut-être nous en dire plus?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

J'avais un doute de l'utilité de faire un sujet là dessus, mais finalement ça semble utile koiquesse

Dans le sujet d'origine, Romano25, tu paraissais très anti-grève sans rien proposer, un peu comme ce qu'on entend tous tous les jours autour de nous, et tu fais finalement ici des propositions. Du coup, je te rejoins : le plus gros défaut de notre boite, c'est la communication. Les syndicats, en cas de conflits, n'y échappent pas. Il me semble qu'il y a eu une tentative de la CGT en Rhône-Alpes, avec des tracts distribués aux voyageurs pour tenter d'expliquer certains disfonctionnements du TER. Cette initiative faisait suite à la mise en place plus ou moins chaotique selon les lignes, du cadencement. Il me semblait que ça avait été plutôt bien accueilli ? Qu'en est-il ?

Ca demande du temps, des moyens, mais je pense que c'est avec ce genre de démarches qu'on pourra changer quelques mentalités.

D'ailleurs, on parle d'investissement en temps dans les médias... N'est-ce pas ce qu'on fait ici ? koiquesse

Gom

Je compléte avec la pétition contre l'EAS à l'initiative de SUD-Rail et signée par plusieurs milliers d'usagers de Rhône-Alpes et donnée en main propre au président de région. :Smiley_33:

Cela montre que les syndicats sont toujours actifs dans leurs actions!!! lotrela

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

J'avais un doute de l'utilité de faire un sujet là dessus, mais finalement ça semble utile :Smiley_33:

Dans le sujet d'origine, Romano25, tu paraissais très anti-grève sans rien proposer, un peu comme ce qu'on entend tous tous les jours autour de nous, et tu fais finalement ici des propositions. Du coup, je te rejoins : le plus gros défaut de notre boite, c'est la communication. Les syndicats, en cas de conflits, n'y échappent pas. Il me semble qu'il y a eu une tentative de la CGT en Rhône-Alpes, avec des tracts distribués aux voyageurs pour tenter d'expliquer certains disfonctionnements du TER. Cette initiative faisait suite à la mise en place plus ou moins chaotique selon les lignes, du cadencement. Il me semblait que ça avait été plutôt bien accueilli ? Qu'en est-il ?

Ca demande du temps, des moyens, mais je pense que c'est avec ce genre de démarches qu'on pourra changer quelques mentalités.

D'ailleurs, on parle d'investissement en temps dans les médias... N'est-ce pas ce qu'on fait ici ? lotrela

Gom

Il y a eu un tract aussi en Ile-de-France en pleine remise en cause des régimes spéciaux, mais un peu surprenant : il enguirlandait les banlieusards sur le thème : vos trains rouleront du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 18h. Pas de trains les samedis, dimanches, jours de fete, ni au mois d'aout...

Il fallait peut etre le lire au second degré, mais ça a fait de l'effet de premier ... degré.

Modifié par michael02
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Eh oui, car toute la com est faite contre les Cheminots, et ce depuis des lustres et des lustres.

La partie mediatique est perdue et pour longtemps....la seule piste utile, même si la "fenêtre de tir" est étroite, reste, je n'en demords pas, la gratuité, pour le moment.

Tant que vous n'aurez pas franchi ce tabou, inutile d'espérer avoir l'opinion avec vous.....

Fabrice

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Eh oui, car toute la com est faite contre les Cheminots, et ce depuis des lustres et des lustres.

La partie mediatique est perdue et pour longtemps....la seule piste utile, même si la "fenêtre de tir" est étroite, reste, je n'en demords pas, la gratuité, pour le moment.

Tant que vous n'aurez pas franchi ce tabou, inutile d'espérer avoir l'opinion avec vous.....

Fabrice

La gratuité ne mettra pas l'opinion de notre côté, elle adoucira juste le discours des clients qui seront cette fois bien contents d'avoir une grève sur leur ligne. C'est comme la grève dans les péages, les usagers ne déblatèrent pas mais ne soutiennent pas non plus. Dès qu'une grève ne le gêne pas, le français moyen s'en tape le coquillard.

Et au niveau organisationnel, impossible de définir à l'avance les trains gratuits et les autres, bienheureux le client non muni de son titre qui tombera sur un ASCT non gréviste. Les abonnés eux ne verront même pas la différence et s'indigneront de voir les autres voyager gratos.

Côté cheminot, ça donnerait tout pouvoir aux commerciaux, pour que ça marche dans l'intérêt de tous il faudrait soit des revendications générales soit une solidarité inébranlable (et alors là c'est carrément utopique).

Yannick

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

clairement, le monde du travail en général devrait se créer une prise de parole indépendante. Puisqu'aucune possibilité n'existe au niveau des grands médias qui sont verrouillés, à part quelques radios locales peut-être, il reste le moyen classique : le tract.

Je l'ai proposé ici même à plusieurs reprises. Il faudrait s'adresser aux utilisateurs non pas seulement à l'occasion d'un conflit, mais de manière régulière. Et pas seulement au travers des comités de ligne qui font un bon boulot de cohésion cheminots-usagers, parce que leur audience est trop restreinte.

Le tract diffusé largement et régulièrement. Mais ça demande non seulement des moyens financiers, mais beaucoup de forces vives.

J'ai l'impression que sans ça, l'évolution ne peut être qu'assez négative, du moins jusqu'au moment où les utilisateurs eux-mêmes seront en situation de sentir sur leur propre peau ce que les cheminots ressentent déjà. Alors, là, tout peut basculer ...

Un mot sur Internet : nous passons pas mal de temps à échanger sur ce furum (et d'autres éventuellement) : combien de personnes ça touche ????

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

J'en ai déjà parlé autour de moi, on m'a dit que c'était impossible de faire des journées train gratos pour des problèmes d'assurance (Je croyais que la Sncf était son propre assureur). Mensonge ou vérité?

Bien sûr, chercher à comprendre c'est commencer à désobéir, mais c'est surtout se donner les moyens d'agir. Dommage que l'on me prenne pour ce que je ne suis pas.

Sujet maintes fois abordé :

à la volée, en tapant "pince" dans le moteur de recherche :

http://www.cheminots.net/forum/index.php?s...52&hl=pince

http://www.cheminots.net/forum/index.php?s...75&hl=pince

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

J'ai toujours pensé que ça serait bien de faire grève seulement les dimanches.

Bon d'accord ça serait plus long pour obtenir quelque chose, mais au moins les gens ne pourraient pas nous accuser de les empêcher de bosser, et je vois pas trop comment on pourrait se faire traiter de feignasse et de privilégiés parce qu'on bosse pas le dimanche.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...

L'extension "AdBlock" anti-pub... on en parle ?

Vous avez installé un outil pour bloquer la publicité sur internet...hors c'est la publicité qui permet à cheminots.net d'exister et de vous permettre d'avoir la meilleure expérience utilisateur possible.

Alors pourquoi ne pas désactiver votre bloqueur de pub pour ce site et ainsi participer à sa pérennité ?

Si vous ne souhaitez pas désactiver Adblock, vous pouvez quand même accéder au site,
et on vous souhaite une bonne visite !

 

Comment désactiver Adblock pour cheminots.net ?

Repérez l'icône Adblock sur votre navigateur internet (Mozilla Firefox, Google Chrome etc.). 
Généralement elle se situe à droite de la barre d'adresse, ou tout en bas à droite de la fenêtre.
adblock.png.b5362a440eebda16ea382664cb9b629f.png

Cliquez sur l'icône puis.. (en fonction du navigateur) :

Mozilla Firefox 
Cliquez sur « Désactiver partout ».

Google Chrome et autres 
Cliquez sur « Ne rien bloquer sur les pages de ce domaine » ou décochez « Activé pour ce site ».

 

Si je n'arrive pas à désactiver Adblock...

Si vous ne trouvez pas le bouton Adblock ou si vous n'arrivez pas à désactiver Adblock, vous pouvez essayer de désinstaller complètement le logiciel dans les options de votre navigateur web:

Mozilla Firefox 
Cliquez sur Firefox, puis Modules complémentaires. Dans Extensions, désactivez/désinstallez Adblock.

Google Chrome 
Cliquez sur la clé à outil en haut à droite, puis Outils et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

Apple Safari 
Cliquez Safari, puis Préférences et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

 

FREEBOX
Se connecter à l’interface de gestion mafreebox.freebox.fr puis « Connexion Internet > Configuration > Blocage de la publicité »
Désactiver l’option et cliquer sur Modifier.

Antivirus
Certains antivirus bloquent les bannières, essayez en le désactivant. Si c'est lui qui bloque les pubs, vous pouvez désactiver cette fonctionnalité, ou mettre le site cheminots.net en liste blanche.