Aller au contenu
Le Web des Cheminots

La SNCF va se faire voir chez les grecs


Messages recommandés

Un article de Reuters France du 01.07.2010

La SNCF pourrait aider à restructurer les chemins de fer grecs

ATHENES 1er juillet (Reuters) - La SNCF est en négociation pour participer à la restructuration de la société nationale des chemins de fer grecs, l'OSE, ont annoncé jeudi des responsables, Athènes cherchant à faire des économies et à juguler les pertes de la société.

"La France, via la SNCF, est très intéressée par la modernisation des chemins de fer grecs", a déclaré le secrétaire d'Etat aux Transports Dominique Bussereau après une rencontre avec son homologue grec Dimitris Reppas à Athènes.

L'intérêt de la France se porte sur les projets d'infrastructure et la gestion des trains grecs, a indiqué Dominique Bussereau, sans donner davantage de détails, selon un communiqué diffusé par le ministère des Infrastructures grec.

La restructuration d'OSE, endettée à hauteur de dix milliards d'euros, est l'une des premières conditions que la Grèce doit remplir en contrepartie d'une aide de 110 milliards d'euros accordée par l'Union Européenne et le Fonds monétaire international (FMI).

Le gouvernement socialiste envisage d'abandonner les liaisons déficitaires et de vendre 49% de la filiale d'exploitation d'OSE, Trainose.

Les cheminots s'opposent aux réductions d'effectifs et craignent qu'environ la moitié des postes de la société ne soient supprimés ou transférés dans d'autres secteurs de la fonction publique, moins bien rémunérés.

Le déficit d'OSE s'est élevé à plus de 830 millions d'euros en 2008, ce qui représente près de la moitié des pertes totales des 52 sociétés publiques du pays, lesquelles s'élèvent à 1,7 milliard d'euros.

OSE emprunte actuellement d'importants montants pour payer ses salariés et réhabiliter son réseau ferroviaire de 2.600 kilomètres, qui, pour le moment n'est pas adapté au fret de grande ampleur.

http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRLDE6601YA20100701

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

bonjour

les chinois sont eux aussi très intéresses par les chemins de fer grecs

l'année derniére en juin et septembre deux groupes de cheminots grec (chef de dépot , de départements...) sont venus une semaine pour s'informer sur les pratiques de la SNCF

actuellement la ligne athénes thessalonique répond a peut prés aux normes actuelles de circulation, DV,signalisation électrique ,traction 25000v.

L'étoile au alentour de thessalonique est elle aussi electrifieé et les grecs ont mis en place des déssertes cadencées sur cette étoile d'une centaine de Km de rayon

A athénes les travaux de la nouvelle gare qui remplace les deux anciennes se termine.

L'antenne Le pirée (port) athénes est très mal adaptée pour le fret et les conteneurs, pas de terminal au Pirée(les chinois reprennent d'ailleurs l'exploitation du port du pirée)

aéroport / athenes/ corinthe ( une centaine de KM) se fait en déserte cadencée mais la partie banlieue d'athénes, cotinthe bien que moderne,et maintenant a voie normale n'est pas électrifiée (en cours) ce qui oblige un changement (l'aéroport étant désservi en traction électrique par le métro et les chemins de fer OZE)

le reste des lignes du Péloponnèse est en déshérence et en voie métrique

Modifié par jackv
  • J'adore 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 1 année plus tard...

Déterrage du sujet because actualité du jour .

Un article de Vie Rail et Transport : Les chemins de fer grecs sont à vendre, la SNCF soutient n’être pas intéressée

Les chemins de fer grecs sont à vendre, la SNCF soutient n’être pas intéressée

Alors que la situation économique grecque préoccupe toujours les institutions financières, le plan de privatisation de larges pans de l’économie hellénique se précise (télécoms, énergie, transport, loterie nationale, etc.). Parmi ceux-ci, la privatisation du secteur ferroviaire, lourdement endetté, semble de plus en plus d’actualité.

Alors que la situation économique grecque préoccupe toujours les institutions financières, le plan de privatisation de larges pans de l’économie hellénique se précise (télécoms, énergie, transport, loterie nationale, etc.). Parmi ceux-ci, la privatisation du secteur ferroviaire, lourdement endetté, semble de plus en plus d’actualité. Déjà, en mai 2010, le groupe géant chinois Cosco avait approché le gouvernement grec pour l’acquisition d’un réseau qui occupe une position centrale entre l’Europe du Sud, les Balkans et la Turquie. Le groupe chinois a déjà investi dans le port du Pirée, le plus grand port du pays. Mais la donne a aujourd’hui changé devant l’insistance des bailleurs de fonds, qui conditionnent le plan d’aide de 130 milliards d’euros adopté en mars à une privatisation rapide de certains grands groupes publics grecs.

Aujourd’hui, selon une dépêche publiée par Reuters le 13 avril, trois compagnies européennes montrent leur intérêt. Les chemins de fer russes seraient intéressés par l’achat de l’ensemble du réseau géré par OSE et par l’opérateur Trainose. Egalement sur les rangs, la première compagnie ferroviaire privée roumaine, GFR (Grup Feroviar Român), lorgne sur les activités de fret. Enfin, la SNCF, qui conseille le groupe grec en vue de sa restructuration depuis 2010, serait intéressée par le service voyageurs et par les activités de fret, toujours selon Reuters. Contactée, la SNCF a pourtant démenti être intéressée par un rachat total ou partiel des chemins de fer grecs. Un officiel grec a déclaré que des discussions sur une éventuelle acquisition avaient eu lieu en septembre 2011. Des discussions ont bien eu lieu à Paris et à Athènes en 2010 et à la fin de 2011. Mais la SNCF affirme que ces rencontres n’étaient motivées que par son rôle de conseil et d’expertise dans la restructuration du groupe public grec.

Selon l’agenda imposé par l’UE, l’appel d’offres pour Trainose devrait s’ouvrir au quatrième trimestre 2012. Le processus de vente devrait s’achever au printemps 2013.

Au total, le réseau grec affiche 2 550 km de lignes. Depuis le plan de restructuration lancé par le gouvernement grec, la masse salariale a été divisée par deux et de nombreuses lignes jugées non rentables ont été fermées. Dans ce dossier, le gouvernement grec marche sur des œufs tant la situation sociale du pays est tendue. Les syndicats ont déjà promis de faire la guerre à tous ces projets de privatisations, arguant que le gouvernement grec était en train de brader « les bijoux de famille ». Privatisations qui devraient tout de même rapporter au pays près de 50 milliards d’euros d’ici à 2015.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité Gnafron 1er

Déterrage du sujet because actualité du jour .

Un article de Vie Rail et Transport : Les chemins de fer grecs sont à vendre, la SNCF soutient n’être pas intéressée

Ils détachent des retraités ?

En complète , à l'international , ça doit pouvoir s'arranger ? Non ? :Smiley_43:

J'ai déjà qlq atouts car j'aime :

- la féta

- l'ouzo

- le retzina

- très tard , j'arrive à danser le sirtaki (voir le bouzouki , les jours de grande forme)

hi hi :Smiley_40:

Modifié par Gnafron 1er
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Vu ce qu'on a fait du fret chez nous, mieux vaut pour les grecs qu'on aille pas les aider.

ils ont déjà pris des cours chez nous ..résultat il n'y a plus de chemin de fer grec au delà d'un rayon de 80km d’Athènes et de Thessalonique..

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Salut. J’espère de tous mon coeur que la SNCF ne reprenne la branche fret des OSE, c’est déjà assez dur pour eux comme cela, ne rajoutons pas d’autres malheurs. :unsure:

A part les TGV, nous ne sommes bon a rien.

  • J'adore 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Salut. J’espère de tous mon coeur que la SNCF ne reprenne la branche fret des OSE, c’est déjà assez dur pour eux comme cela, ne rajoutons pas d’autres malheurs. :unsure:

A part les TGV, nous ne sommes bon a rien.

ERREUR

nous sommes très bon pour repousser le fret.

  • J'adore 2
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

bonjour larissa volos existe encore

12 trains jour trajet entre 1h et 48 mn prix 4,3€ ou 3,1€ (1ere 2emme) et par web 3,9 ou 2,8€ 1 par heure environ de 5h37 à 22h30

Modifié par jackv
  • J'adore 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Salut !

De toute façon, au train où ça va, c'est les Grecs, les Turkoslovaques ou les Tinois qui vont finir par nous racheter, alors ce qui se passe avant... :sleep:

/mode désabusé mais quand même...

  • J'adore 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

(...)

A part les TGV, nous ne sommes bon a rien.

Faut peut être sortir des idées reçues : la première activité en chiffre d'affaires de la Sncf c'est... le service public !!!!

(Transilien et TER)

Ca marche pas forcément super bien en production (même si tout n'est pas de notre faute surtout depuis le SA 2012) mais c'est là qu'est la croissance en voyageurs et en fric.

Modifié par assouan
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Faut peut être sortir des idées reçues : la première activité en chiffre d'affaires de la Sncf c'est... le service public !!!!

(Transilien et TER)

Ca marche pas forcément super bien en production (même si tout n'est pas de notre faute surtout depuis le SA 2012) mais c'est là qu'est la croissance en voyageurs et en fric.

à condition qu'il reste suffisament d'usagers à vouloir voyager en train.....ou pouvant se l'offrir....!

Parcequ'entre crise récurente, chômage récurent et baisse de pouvoir d'achat récurent....dificile de faire des projections optimistes....

Pour autant même si ta remarque est juste, le développement à l'étranger s'il est bien mené, peut rapidement conduire à des profits non négligeables....auquels il serait absurde pour un "groupe" de renoncer.

Bien des entreprises françaises l'ont compris depuis des lustres.....

Ce qui est gênant intellectuellement, c'est lorsque le développement d'une boite dans ce cas, se fait "à la place de"

et non concomitament....là encore les exemple ne manquent pas...!

Holding et filiales (s) sont en partie faites pour cela .....dans les grands groupes : aller chercher la croissance, les marchés là où ils se trouvent....surtout s'il y a intérêts et potentiels.

Le tout étant de ne pas se vautrer....comme ce fût également le cas pour certaines filiales de grands groupes français à l'étranger...pour tout un tas de raisons diverses et variées et pas strictement économiques... :Smiley_16:

Modifié par capelanbrest
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Faut peut être sortir des idées reçues : la première activité en chiffre d'affaires de la Sncf c'est... le service public !!!!

(Transilien et TER)

Ca marche pas forcément super bien en production (même si tout n'est pas de notre faute surtout depuis le SA 2012) mais c'est là qu'est la croissance en voyageurs et en fric.

Le TER et le Transilen sont rentables ? Euh... Les régions et les Autorités Organisatrices financent tout ou partie. La majorité des voyageurs sont munis d'abonnements (dont les ressources sont versées aux régions) donc peu d'argent qui rentre.

Les trains sont pleins à craquer du lundi au vendredi de 6h à 9h et de 16h à 19h. En journée et le we, il n'y a pratiquement personne (surtout sur les TER). Il y a une forte proportion de fraudeurs depuis l'arrivée de l'EAS.

Donc oui il y a beaucoup de monde et c'est croissant mais je ne pense pas que financièrement, ce soit un exemple de rentabilité.

  • J'adore 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Les trains sont pleins à craquer du lundi au vendredi de 6h à 9h et de 16h à 19h. En journée et le we, il n'y a pratiquement personne (surtout sur les TER). Il y a une forte proportion de fraudeurs depuis l'arrivée de l'EAS.

On est HS (et c'est ma faute hihi) donc on peut ouvrir un sujet car ce que tu dis (notamment la phrase au-dessus) dépend totalement des lignes TER, des trains pleins à craquer le week-end ou à 12h30.... j'en connais plein :(

Plus généralement je réagissais à "à part le Tgv nous sommes bons à rien" ^^

Modifié par assouan
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

, des trains pleins à craquer le week-end ou à 12h30.... j'en connais plein :(

Pas dans ma Beauce natale ! :Smiley_40:

Mais tu as raison, revenons au sujet !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le TER et le Transilen sont rentables ? Euh... Les régions et les Autorités Organisatrices financent tout ou partie. ....

je ne pense pas que financièrement, ce soit un exemple de rentabilité.

absolument ! l'exemple grec est là pour montrer à quoi mène la politique imposée par la CE. L'abandon de tout ce qui ressemble à un service public sous prétexte de concurrence libre et non faussée ....

les OSE appartiendront un jour ou l'autre à un magnat de la finance, et les Grecs regarderont passer les trains, faute de pouvoir payer leur billet

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

et la ligne à crémaillère de Diakopto à Kalavrita ??

ligne refaite matériel tout neuf depuis 2 ans (siemens ) qui peut fonctionner en UM

les anciens billard et decauville sont retirés du service..

  • J'adore 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le TER et le Transilen sont rentables ? Euh... Les régions et les Autorités Organisatrices financent tout ou partie. La majorité des voyageurs sont munis d'abonnements (dont les ressources sont versées aux régions) donc peu d'argent qui rentre.

Les trains sont pleins à craquer du lundi au vendredi de 6h à 9h et de 16h à 19h. En journée et le we, il n'y a pratiquement personne (surtout sur les TER). Il y a une forte proportion de fraudeurs depuis l'arrivée de l'EAS.

Donc oui il y a beaucoup de monde et c'est croissant mais je ne pense pas que financièrement, ce soit un exemple de rentabilité.

oui c'est rentable puisque l'on prend en compte "l’intérêt général" et la collectivité paie ..pour le service que ter et transilien rend a la collectivité..

Un petit rappel Transcilien est l'activité qui transporte le plus de passagers..devant l' ex" Grande ligne"..c'est pas TGV qui transporte le + (fin du HS)

  • J'adore 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 1 mois plus tard...

Un article des Echos sur la situation du chemin de fer en Grèce :

Le train-train grec

Le train-train grec

La Grèce n'est pas un modèle d'efficacité économique, son chemin de fer non plus. Possédé et géré par une société publique, OSE, le réseau n'est pas très important : environ 2.500 kilomètres, dont une bonne partie à voie étroite. Il assure une part dérisoire du transport terrestre en Grèce : 0,5 % pour les passagers, 2,5 % pour les marchandises. Mais il contribue vaillamment à la déconfiture économique et financière du pays.

Dans le passé récent, les recettes commerciales du système s'élèvent à quelque 100 millions d'euros par an, provenant à 70 % des passagers et à 30 % du fret. Les dépenses d'OSE sont d'environ 1 milliard d'euros par an. Cela fait un taux de couverture du coût du chemin de fer par le paiement des clients d'environ 10 %. C'est un taux très faible par rapport aux taux de 50 % à 60 % que l'on trouve dans beaucoup de pays, y compris la France, et qui ne constituent pourtant pas un horizon indépassable.

On peut rapporter ces sommes au nombre des passagers par an, qui est de 15 millions. Toutes les fois qu'un voyageur prend le train en Grèce, il paie environ 5 euros, et reçoit un cadeau de 45 euros.

La différence entre recettes et coûts - pas loin de 1 milliard chaque année -est bien entendu comblée par des subventions de l'Etat grec ou, ce qui revient au même, par une augmentation de l'endettement d'OSE, l'entreprise publique. Le rapport financier d'OSE pour 2009 fait apparaître une dette de plus de 10 milliards d'euros. La SNCF, comme d'autres opérateurs européens, est d'ailleurs garante d'une partie de cette dette.

Ce déficit extravagant a deux causes principales. La première provient des salaires, qui s'élèvent à près de 300 millions d'euros - trois fois ce que paient les clients. Les salariés des chemins de fer grecs sont à la fois très nombreux et très bien payés. Leur salaire moyen (charges sociales non comprises) s'élève à 47.000 euros par an, bien au-dessus du salaire moyen dans les universités françaises. La seconde cause est évidemment, pour plus de 400 millions par an, les intérêts payés sur une dette de 10 milliards.

On retrouve donc là en réduction tous les ingrédients de la crise grecque : le soutien public à une activité inefficace, l'embauche politique en masse de salariés grassement payés, la fuite en avant dans un endettement qui fait boule de neige.

On y retrouve aussi l'inexplicable incurie bruxelloise. En matière de transport, la Commission européenne avait, et a toujours, deux obsessions : favoriser le chemin de fer à n'importe quel prix ; y introduire de la concurrence. Elle suit depuis vingt ans l'évolution des chemins de fer grecs. Mais au lieu de tirer la sonnette d'alarme, elle a systématiquement encouragé leur suicide. Elle a par exemple cherché à imposer deux investissements ferroviaires majeurs : la liaison Athènes-Sofia, et le corridor Kalamata-Igoumenitsa (à l'est du pays), qui font partie des trente « projets de transport prioritaires » de l'Union. En 2010 encore, l'Europe apportait son soutien financier à un autre projet ferroviaire de 3 milliards d'euros sur la ligne Patras-Athènes-Thessalonique. C'est plus que de la non-assistance à entreprise en danger, c'est de la complicité active. La seule exigence de Bruxelles, en l'espèce totalement surréaliste, a porté sur la nécessité de séparer infrastructures et opérations afin de rendre possible la sacro-sainte concurrence sur le réseau !

Le plus beau, ou le plus triste, est qu'en 2011 les organisations internationales, y compris l'Union européenne, ont invité la Grèce à privatiser ses chemins de fer pour payer les dettes du pays - comme si le rail grec pouvait réduire une dette qu'il a de son mieux contribué à creuser

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

MDR... c'est un gag ton truc...47 000 € de salaire moyen

Mefiez vous que cet article ne soit pas placardé par erreur à l'entrée du domicile de Pepy...

Sacré farceur, ce Kerguel.....

Fabrice

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

bonsoir

il y a de grosses erreurs dans ce texte

"Mais au lieu de tirer la sonnette d'alarme, elle a systématiquement encouragé leur suicide. Elle a par exemple cherché à imposer deux investissements ferroviaires majeurs : la liaison Athènes-Sofia, et le corridor Kalamata-Igoumenitsa (à l'est du pays), qui font partie des trente « projets de transport prioritaires » de l'Union. En 2010 encore, l'Europe apportait son soutien financier à un autre projet ferroviaire de 3 milliards d'euros sur la ligne Patras-Athènes-Thessalonique".

Igoumenitsa est totalement a l'ouest (face à corfou) il n'y a et n'y aura jamais de lige ferré à igoumenitsa la 1ere ligne est a 300km derrière une chaine de montagne , kalamata est la ville la plus ausud , elle n'est plus reliée par le rail depuis 4 ans .

Je l'ai déjà écrit les dirigeants grecs ont tué le rail dans le Péloponnèse, la gare de Corinthe qui permettait d'aller à Patras port relié a brindisi (italie) puis de descendre le long de la cote sud ouest vers Kalamata ou directement par une autre ligne ,de corinthe à kalamata est fermée ainsi que les lignes qui y aboutissaient , elle n'est plus reliée à Athènes, la ligne d’Athènes arrive dans une nouvelle gare q(dans les oliviers ) qui n'est reliée a aucunes des anciennes ligne du réseau.. mais du personnel reste dans les gares sans train..

Il y avait 2 gares a athénes reliées par une passerelle celle vers le nord ,une vers le Péloponnèse .Des travaux ont été fait pour regrouper ces 2 gares pendant les travaux, la gare du péloponnése a été fermée pendant pendant 5 à 6 ans , les trains pour le peloponnées partait d'une autre gare en banlieue d'athénes 20 en taxi s'il n'y a pas de bouchons , peu d'indication , pas de bus de substitution, bien sur plus de voyageurs dans les trin pour ces directions tous les gens prenaient les car de ligne.

Actuellement la ligne athénes thessalonique répond a peut prés aux normes actuelles de circulation, DV,signalisation électrique , caténaires 25000v.

L'étoile au alentour de thessalonique est elle aussi electrifieé et les grecs ont mis en place des déssertes cadencées sur cette étoile d'une centaine de Km de rayon.

Des machines électriques 25000v ont été achetées il y a 15 ans (mais n'ont jamais roulé ou peu entre Thessalonique et la frontière yougo) mais maintenant il n'y aplus ni voiture voy ni wagons pour accrocher derriérer

la ligne thessalonisues athénes répond a peut prés aux normes actuelles de circulation, DV,signalisation électrique ,traction 25000v.

L'antenne Le pirée (port) athénes est très mal adaptée pour le fret et les conteneurs, pas de terminal au Pirée(les chinois reprennent d'ailleurs l'exploitation du port du pirée)

aéroport / athenes/ corinthe ( une centaine de KM) se fait en déserte cadencée mais la partie banlieue d'athénes, corinthe bien que moderne,et maintenant a voie normale n'est pas électrifiée (en cours) ce qui oblige un changement (l'aéroport étant désservi en traction électrique par le métro et les chemins de fer OZE)

le reste des lignes du Péloponnèse est en déshérence et en voie métrique

A athénes les travaux de la nouvelle gare qui remplace les deux anciennes se termine.

L'antenne Le pirée (port) athénes est très mal adaptée pour le fret et les conteneurs, pas de terminal au Pirée(les chinois reprennent d'ailleurs l'exploitation du port du pirée)

aéroport / athenes/ corinthe ( une centaine de KM) se fait en déserte cadencée mais la partie banlieue d'athénes, cotinthe bien que moderne,et maintenant a voie normale n'est pas électrifiée (en cours) ce qui oblige un changement (l'aéroport étant désservi en traction électrique par le métro et les chemins de fer OZE)

le reste des lignes du Péloponnèse est en déshérence et en voie métrique mais il n'y a plus ni voiture ni wagons pour accrocher derriere les seules trains sont des autom elec (siemens récents) ou d'ancienne autom diesel ( sur athénes /thessalonique)bien que cela soit maintenant electrifié

L'antenne Le pirée (port) athénes est très mal adaptée pour le fret et les conteneurs, pas de terminal au Pirée(les chinois reprennent d'ailleurs l'exploitation du port du pirée)

aéroport / athenes/ corinthe ( une centaine de KM) se fait en déserte cadencée.

le reste des lignes est en déshérence

et pourtant il y à 20 ans on pouvait partir d'alexendropoli ( presque à la frontière turquedans le nod Est) à Patras 200km d’Athènes dans le Péloponnèse dans la journée avec changement a Athènes..

Modifié par jackv
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant



×
×
  • Créer...