Aller au contenu
Le Web des Cheminots

La première fois !


mimi

Messages recommandés

vous vous rappellez de votre 1er train.

mon train c'était un marchandise sur la petite ceinture (pc) ,la ligne est désaffectée depuis un moment.

une 63500, h7a non modifié ,on alimente la cg à la pression du rp, j'avais tellement la pétoche du 1er train , je suis resté longtemps sur la 1ère position que j'ai mis tout le train à la pression du rp.

heurusement , l'aicr c'était un vieux routard,il m'avait donné un sacré coup de main pour s'en sortir.

a la fin de la journée , tee shirt trempée et pas fier du tout de sa prestation. :coquine:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

1er train: Nîmes => Lyon

De nuit, relève au Poste E du triage de Nîmes qui s'est transformé en une remise en service... j'ai vérifié 10 fois que tout allait bien ! Heureusement j'avais une BB7200 (j'étais autorisé BB8100). Autorisation de départ dans les règles de l'art, mise en marche du train... et passé le 1er signal à voie libre, j'ai eu une grosse montée de pression ! qui a durée sur 800 mètres, ensuite je me suis dit que ça ne servait à rien de baliser....

J'ai passé tout le trajet à vérifier que tout mes repères d'études de lignes étaient bons... on ne sais jamais que je me serais perdu... Arrivé à Sibelin, content et heureux de l'avoir fait sans soucis. Dés le lendemain rebelotte, mais avec la pression en moins....

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Mon premier train etait un messagerie au départ de Paris tolbiac avec comme machine la 2D2 5525.

J'avais fait une préparation courante comme il faut qui aurait épaté mon chef.

J'etais pas peu fier malgré la trouille de conduire cet engin.

Gabin avec sa Louison c'etait moi!

L'aicr riait dans son coin de voir ma fébrilité et malgré le froid je transpirais à grosses gouttes.

Mais le trajet fut court seulement jusqu'à Rungis et retour au dépot d'Ivry.

Comme début cela suffisait mais j'etais un peu frustré.

2D2-5525.jpg

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Hello,

Notre estimé webmaster (que les soixante dix mille grâces soient sur lui !) a suggéré de créer un sujet sur nos... premières fois :laurent:

La première fois que j'ai "pris le manche" (expression venant de la vapeur, où l'on prenait le manche, d'abors de la pelle, puis de la commande du régulateur commandant l'admission de la vapeur dans les cylindres).

Bin, c'est pas tout jeune :(

Nous sommes en février 1977, j'ai un mois de chemin de fer au dépôt de Trappes, et je suis commandé en "fac", comme AICR sur une tournée de train de desserte : Trappes-Juvisy / Juvisy-Wissous(EP ciments Lafarge) / Wissous-Valenton / HLP Valenton-Massy Palaiseau ; coupure de (je saipu) à (pareil !) + Massy-Trappes.

Mon mécano, un vieux sanglier pas très loin de la retraite, et pas très causant, s'en va. je reste sur la BB 900 à bosser mes premiers plans de travail pour l'examen d'élève conducteur.

Au bout d'un certain (long) temps, le chef de service vient taper à la porte de la bécane : "ton train est supprimé, tu rentres HLP Trappes".

Bin , je veux bien, mais où est mon chef ?

Je décris mon chef au gars de la gare (non, pas hagard !), et il en déduit : "Oh, je vois, il doit être en face !" En face ????? :)

En face de la gare, il y avait.... le café de la gare !

Mon mécano est complétement beurré, que faire ?

Le chef de service me demande si je me sens de le ramener à Trappes, avec la machine HLP, afin d'éviter un 7P1 au mécano un peu "fatigué", qu'il connaît bien, par ailleurs !

Nous chargeons péniblement mon mécano dans la cabine, et c'est parti !

Le trajet n'est pas long, j'avais déja bien assimilé quelques aspect essentiels : vitesse de ligne, signaux à avoir pour rentrer au dépôt de Trappes, etc.

Le trajet se passe sans encombre : circulation de jour, pas de chef ni d'inspecteurs de traction (le redouté "binôme" de sécurité) en ligne. Tout baigne ! Ouf.

A l'époque (époque IV, pour les connaisseurs !) nous devions "vigiler" les signaux à distance : avertissement, ralent, jaune cli, disque et TIV sur pointe. Vigiler, c'est à dire appuyer à bonne distance sur l'actuel BPSF, ce qui faisait un petit trait sur la bande avant la répétition signel fermé.

Tout alla bien, jusqu'au dernier signal avant l'entrée dans le faisceau de Trappes : le panneau NF me donne un feu blanc. J'avais déla remarqué que ces feux blancs répétaient "fermé" sur les cros.

Zut !! REZUT !!!! Ca se vigile ou pas cette saloperie ?????

Dans le doute, j'ai "pointé" le blanc, et zyva !

Une fois dans le dépôt (relais, en fait), j'appelle un des SUD, et lui expose le problème : mon mécano ronflait à poings fermés, comment le réveiller, le ramener chez lui, le remiser, etc

"Boh, laisse faire, la bécane est pas commandée avant demain matin, il aura bien le temps de se réveiller ! De toutes façons, il est plus repos.

J'imagine la tête de mon mécano en train de se réveiller dans la BB 900, la tête comme un compteur à gaz, se demandant comment il a bien pu arriver à Trappes ?? :laurent:

Je ne l'ai jamais revu, je crois qu'il a été descendu de machine peu de temps après et envoyé en retraite ? Ou en en cure de désintox ??

Après, j'ai appris que les feux blancs ne se vigilent pas, pas plus que les sémpaphores !

Puis vint l'examen (ce sera une autre histoire !) et mon premier train à mon compte, avec la BB 25213. :D

@ +

TRAM21

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour à tous,

mon premier train à mon compte était un MA100 de Perrigny à Sibelin par la Bresse. J'avais la BB 7329. Le train était long mais pas trop lourd. Je me souviens d'avoir eu les signaux peu avant Bourg En Bresse, et je me suis trainé à 10Km/h sur un sacré bout de temps ( c'est vrai que 1 bar de dépression, çà fait mouche ), et le plus rigolo fut le passage à un PN. La tête des automobilistes quand ils te voient approcher à vitesse réduite et surtout quand ils voient la longueur du train... Puis ce fut le passage à Ambérieu et fait notable, je n'ai même pas été tôlé au poste 5,2 et 1. Mais le plus stressant était à venir : la traversée de Lyon. Il y avait tellement d'itinéraires et zigzaguer entre les voies bis et autres... Le soulagement fut quand j'ai passé le poste 4 de Lyon Guillotière. Puis ce fut l'arrivée tranquille sur Sibelin avec camionnette à la clef. Ce train fut pour moi inoubliable d'autant que mon CTT de l'époque m'avait relevé la bande et me l'a montré l'air satisfait...

Maintenant je suis à la banlieue de PNO et il est vrai que c'est un autre monde...

Amicalement

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

mon premier train c'etait il y a pas si lontemps que ca!

commande ev chalon pour faire un CSS- GEV

le ev ca ete pas trop stessant,arriver a la gare de chalon je me suis demandé a qui j'allais demander ou etait ma machine

bon la je vois un gars qui a l'air de la boite je m'approche et lui demande !il me dit de prendre la 26000 qui se trouve a quai!

bon une becanne que j'ai pas souvent eu l'occassion de touché!

je monte dessus et je cherche le carnet de bord RAS ,je met la batterie et l'eclairage tout va bien!

je met mes petite clef (PT,BL)

et ..... attend la tension ligne et la RIEN

ca y est j'ai fait quoi comme connerie!!!

j'ai chercher un petit moment avant de trouver

elle etait en CV!

je peux vous dire que sur le coup j'etait pas rassurer mais bon ca c'est bien passer c'est le principale!!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

mon premier train ......

ahhh....... :help:

13 juillet 2001

MA100 Nimes-Sibelin

terrible, ayant fait tous mes stages sur Narbonne je ne connaissait pas au-dela d'Avignon. Le temps alloué pour l'etude de ligne..... je n'ai jamais su ce jour la ou j'etais, et surtout comment ca marchait. Imaginé ma surprise quand j'ai decouvert qu'il etait possible d'avoir 4 voies principales, 2 gares voyageurs et 3 triages...

Du coup j'ai fait tres court, avec un collegue, en tête d'un marchandise à l'aller, étude très..... très sommaire de l'entrée au dépot de la mouche et du triage de sibelin et retour en TGV.

le 13 juillet 2001 PS 20h00

sortie du dépot de Nîmes, avec une BB7200 CR et mise en tête au triage de Nîmes.

Vitesse moyenne tracée 60/65 km/h j'ai donc voulu respecté l'horraire :fool: (en plus :tenten: j'ai passe bcp de temps au telephone avec ma compagne qui me calmait :carton: ). En plus c'etait l13 juillet donc j'ai vu quelque feux d'artifices :nyam: .

Résultat des courses des collègues tres.....très très mecontent derrière car je me trainais du coup je me suis fais garé a la Voulte( de puis ce jour la il n'y a qu'une vitesse qui compte : la Vitesse limite :tgv: )

enfin a 40km de l'arrivée c'etait 2hrs du matin complètement perdu j'ai fait de la marche a vue au grand regret de certains aiguilleurs :cece:

et voila, arrive au foyer je n'ai pas dormi tellement j'etais exité.:dance:

:ciao:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

:buba: SALUT

Le premier train(me100,750m,porte auto,BB6500 entre Amberieu et st Jean de Maurienne) ne m'a pas trop traumatisé sauf qu'en regardant que sur le siege de droite il n'y avait personne.

Vue quand attendant ma nomination(aux oscarts...)j'ai passé 13 mois en double sur toutes les lignes frequentées par mon ancien depot

Mais enfin je ne pense pas qu'aucun d'entre nous n'ait pris cette unique experience a la légère. :valoche:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Hello

L'examen d'élève arrive (octobre 1978 : écrit ; novembre 78 : oral ; train d'essai décembre 78).

L'écrit se passe sans encombres, sauf au moment de remplir un 2P9 (notre ancien graphiqie de service), avec une bonne suée à la clé. :blush2:

Mais écrit obtenu quand même. :good:

Vient l'oral. Avec le recul, une nette impression de prendre mon cerveau pour une serpillère, et de la tordre pour "faire sortir le jus", alors que plus rien (ou presque !) ne sort depuis un moment.

Notre inspecteur de traction, le "père Tuloup", était un fana du disque. Le sachant nous avions tous bossé comme des malades tous les cas de figures existants du disque : double voie, voie unique, gare, établissment PL, etc.

Le CTRA, Lenoir, trace au tableau toute une série de lignes au tableau, avec des panneaux à plaque D, et des cas de figures variés : DV ; VU ; PL ; aiguilles avant et après le poste, etc.

je m'en sors bien : "je vigile, je freine, je réarme, marche à vue, dès que possible, arrêt avant la première aiguille etc.

Je règle tous les cas du tableau, Le CTRA est satisfait.

Puis, le père Tuloup, en train de discuter avec le délégué syndical au fond de la salle, se lève et hurle "C'est faux !!!" :carton:

Où ça ?????? :fool:

Sur le panneau lumineux à plaque D, j'avais mis le feu rouge à... gauche, au lieu de le mettre à droite !!! :houhou:

J'ai retenu depuis que le signal le plus impératif est toujours le plus proche du mécanicien : regardez les carrés violets, le feu violet est toujours le plus proche de la voie, donc du mécanicien.

L'oral technique se passe "fingers in the nose" avec la meilleure note de toute l'école 16,5 devant l'attaché VI ! :haha:

Le train d'essai fut un autre poème : un messagerie Trappes-le mans, avec une 25200. Tout se passe bien, une PC dans "les règles de l'art", une mise en tête, impecc.

Le train prêt au départ, largement avant l'heure, l'agent sédentaire me fait le signal de départ.

J'ai beau faire des signes discrets au gars du triage que j'ai des chefs en cabine, il fait l'âne quand je lui demande un bulletin de marche en avance : il empoigne sa radio, et transmet au PCT : "refus de départ sur la thérèse (voie 13)", lance la butte !"

Les chefs présents ont enregistré la scène : encore une pièce de plus à verser au contentieux opposant le dépôt au triage de Trappes. :dance:

Avec 10 mn de retard, départ (enfin !).

Le trajet se passe sans embrouilles jusqu'au Mans, avec une belle marche, les 10 mn sont rattrappées, avec les félicitations du chef !

Relève en gare, puis casse-croute copieux en gare du Mans (la cantine du Mans en gare, en 1978 : **** ).

Relève du 3713 (je crois, je saipu !), Trajet Le Mans Rennes, avec une 25200 juste mutée de la Blancarde, avec un H7A (25220 à 25235), dans un état pitoyable ! :valoche:

J'explique au Chef que je n'ai jamais pu faire d'express au manche d'une 25200, même pendant le stage ligne prévu au 3635 / 6502. "Bon c'est pas grave, on te donnera les repères de freinages, on te comptera juste la manip du changement de tension après Le Mans", dis le chef. Ouf ! Je m'en sors pas trop mal, à jongler avec les 1050 V Maxi par moteur et les 800 A au dessus de 140 (1200 A de 40 à 140 sous 25 KV, 1000 A au dessus de 140 pour les 25247 à 251).

VAR à rennes, modèles du genre, avec mise hors tension de la caténaire, mise à la terre, visite toiture, visite en fosse : une trappe de visite du collecteur sur un moteur ouverte. je marque des points !!! ;)

le lendemain, EV Le mans, semi direct 6502 Le mans Chartres, même topo que la veille, grâce à la compréhension du chef (aucun stage ligne sur des express), tout baigne. relève à Chartres.

Puis le dernier bout : un RO Chartres Trappes avec une 25600 (mes préférées, à cause du freinage rhéostatique puissant et très maniable).

Trajet impecc, avec aucun coup de frein sur tout le parcours : tout au rhéostatique, y compris le ralent 30 de l'entrée à Trappes.

Une autre VAR sur la 25600, et un peu dépannage sur la loc.

Et là, un truc énorme :

le CTRA, Lenoir, va "bidouiler" derrière pendant que j'attends en cabine.

"Bon, tu fais une PC, et au premier problème détecté, tu appliques le guide".

Zyva !

Tout se passe bien jusqu'à l'essai de traction : sur AV, OK, mais sur AR : rien !

Bon j'applique le guide, tout en jetant un coup d'oeil sur ma montre : nous sommes en secteur banlieue, donc, demande de secours au bout de 5 mn au lieu de 15 mn. :fool:

je relève mes indices : "inverseur M 1 en mauvaise position".

je vois Lenoir lever le sourcil, mais je continue : "la clé d'isolement pneumatique est en bonne position, tourner manuellement l'inversion en bonne position".

Lenoir lève encore un peu plus haut les sourcils ! :beee:

Mise à le terre, manoeuvre du HOM, retrait d'une clé Fichet, manoeuvre de l'nverseur sur "2", et remise sous tension.

Et rien !!!! Demande de secours !!!!!!!!

Alors là, Lenoir éclate : "T'es un mauvais, ouvre les yeux !!!. :carton:

"Stop, chef !!!, venez voir". :pilot:

"J'avais bien vu la clé d'isolement pneumatique du M 2 sur "isolé", mais il y a une panne réelle : cabine 1, sur AV, les inverseurs doivent être sur 1, or les deux sont inversés, mal repérés, ils sont sur 2 !!!!"

je remets tout en ordre et joint le geste à mon explication, et Lenoir, médusé, constate que j'ai raison : cabine 1, la commande d'inverseur sur AV, les deux moteurs sont sur sens 2 !! :carton:

Alors Lenoir se détend et me sourit : "alors là, chapeau !" :tenten:

Cette belle manip me fit gagner quelques places, et je fus nommé ELCR le 1er juin 1979.

Ouf ! Que c'est loin tout ça !

@ +

TRAM21 :buba:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 2 semaines plus tard...

salut à toutes et tous !

première journée de service = RAD.......

DOUBLE TRACTION de 63000 assurée au pied levé pour une désserte de 1600 t de produits pétroliers dans un EP inconnu.

bref, tout pour bien faire...

je me suis "planqué" en DT2, ce qui n'en a pas fait mon vrai premier train....

premiers trains le lendemain, un dole-perrigny en MA100 suivi dans la foulée d'un HLP chagny pour rapatrier le wagon de secours et quelques machines en véhicule.

la 22200 titulaire était limitée à 100 km/h (fiche rose), le 63000 cv limité à 90 km/h, une CC7100 traînait aussi ses guêtres au sein de ce chapelet inhabituel.

ce fut un peu la panique :help: , mais comme les gars du WSGI étaient encore au resto, j'ai eu le temps de peaufiner mon affaire sereinement (détermination de la Vitesse Limite, art 150 si ma mémoire est bonne ;-), régimes de frein, application de la consigne spéciale du WSGI, etc... ).

tout s'est passé sans encombre, cependant avec une commande aussi pourrie, j'ai eu l'extrème bonheur de gôuter aux douces joies de la dérogation. :lol:

amitiés.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Salut,

Premier de train de jour. A/R Sotteville-Le havre avec un MA100. Beau temps, train moyen, BB25500.

Prise de service très en avance, arrivée sur l'engin très en avance. Vérification détaillée, on ne sait jamais.

Mise en tête et première interrogation. Si j'ai une panne que faire, où puis je être garé, GD du bon côté? Vérification des masses et des vitesses même si je connaissais tout par coeur.

Départ, première sensation étrange il n'y a plus personne à droite. Traversée de Rouen et de ses tunnels avec une signalisation très mal pensée et un coupez-courant entre les tunnels.

J'ai été plus stressé le jour où je suis allé pour la première fois seul sur la ceinture, en plus j'avais une BB25500 de TSP équipé H7a.

@+

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Salut,

Premier de train de jour. A/R Sotteville-Le havre avec un MA100. Beau temps, train moyen, BB25500.

Prise de service très en avance, arrivée sur l'engin très en avance. Vérification détaillée, on ne sait jamais.

Mise en tête et première interrogation. Si j'ai une panne que faire, où puis je être garé, GD du bon côté? Vérification des masses et des vitesses même si je connaissais tout par coeur.

Départ, première sensation étrange il n'y a plus personne à droite. Traversée de Rouen et de ses tunnels avec une signalisation très mal pensée et un coupez-courant entre les tunnels.

J'ai été plus stressé le jour où je suis allé pour la première fois seul sur la ceinture, en plus j'avais une BB25500 de TSP équipé H7a.

@+

je pense que cette sensation est commune :)

moi j'ai eu cet sensation lors de mes 1er tour de roue à Chatillon ou j'était "jokey" ou remiseur/degareur du site de Chatillon

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 3 mois plus tard...

Salut !

Mon premier train , c'était le 2 avril 2003 (nommé le 1er , j'étais inut ce jour là , ça commençait bien.....) , un patachon de 1600 t avec une UM 7200 , 7421 en tête , le tout à 4:00 du mat .

Amberieu-Modane , tout se passe bien , à part que j'ai tout vérifié 4 fois , et que je me suis senti seul (j'ai vu que je n'étais pas un cas isolé !!!)

N'ayant eu aucune merde en formation , je roulais dans la crainte de l'incident , mais RAS :lol:

Mais étant repos St Jean , j'avais ma première "descente" à faire , et ce qui devait arriver arriva : un serrage :o

Coup de bol ultime , ça m'est arrivé au départ , au faisceau....ouf !

Mais aller isoler un wagon le premier jour , je n'étais pas fier :lol:

Après un lutte acharnée avec le nouveau memento (tout frais de la veille) , j'ai éffectué ma première descente MOD-SJM sans autre soucis.....

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 1 mois plus tard...

Ben les gars, ça fait rêver...je n'ai eu la chance de conduire, seul en cabine, qu'une 25200 sur ....200m et puis des manoeuvres de 68000 sur un EP pardon ITE.Voilà.

en tant qu' AICR, pas mal de trains sympas. j'aimais particulièrement les MA100 en traction diesel sur lignes à profil....c'est hyper interressant, quand on est en forme. Pour les jours "moins", une bonne 22200 et sa VI, ça le fesait...

j'ai beaucoup apprécié les anecdotes que vous avez postés. voici la mienne.

Ecole de conduite mais mon mécano est autorisé Fac, alors il se récupère ce qui traine.. tant les tournées que les engins moteurs.

Nous voici dans une journée du 173 de Nantes et une tournée autorail X 4700 "ambulance"(pour ceux qui connaissaient pas cette version, c'est du à la peinture blanche des caisses de l'élément Pays de la Loire).Bref, autorisation de départ de La Roche sur yon, avec un retard d'environ 15 minutes, et une marche super serrée. c'est au petit matin, avec un reveil style 3h30 du mat, météo comme d'hab. chez nous pour l'hiver: le crachin.poignée dans le coin, SRNSO, ça patine un peu:zou...sablage et moins de gaz.Belleville:+14,L'Herbergement:+13,Montaigu:+12,Clisson:+10. ben ça marche, on rattrape. fini le BM, Bonjour le BAL.Le secret, des freinages au micro poil et à la dernière minute, pas trop de monde sur les quais..passer sous la barre des +5. ça semble jouable pour pas trop emmerder le régul de Nantes, et les cisaillements de l'entrée de la gare de Nantes qui se prépare au rush TER. VL 120, puis réduction à 11O avant Vertou, dernière station avant Nantes. Mon mécano s'étonne" ben tu freines pas?" T'inquiéte, connais la ligne, tu vas voir ce que tu vas voir ( et il a vu)....Grande courbe à gauche, la gare..pfuh, elle est bien plus loin dans la ligne droite. la courbe défile.. sortie de courbe...PUT...MERD... 1,5 bars de dép à la CG; ça enraye mer..de mer...sablage, sablage et encore sablage.Rien n'y fait.fallait voir la tête du chef de service quand on est passé à sa hauteur à plus de 60km/h.Il se demandait bien si on esperait s'arreter. la rame s'est immobilisée à environ 200 métres de la Gare, les clients ont du se colltinner la marche de nuit dans le ballast.....je savais plus où me mettre. Nantes+15.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ben les gars, ça fait rêver...je n'ai eu la chance de conduire, seul en cabine, qu'une 25200 sur ....200m et puis des manoeuvres de 68000 sur un EP pardon ITE.Voilà.

en tant qu' AICR, pas mal de trains sympas. j'aimais particulièrement les MA100 en traction diesel sur lignes à profil....c'est hyper interressant, quand on est en forme. Pour les jours "moins", une bonne 22200 et sa VI, ça le fesait...

j'ai beaucoup apprécié les anecdotes que vous avez postés. voici la mienne.

Ecole de conduite mais mon mécano est autorisé Fac, alors il se récupère ce qui traine.. tant les tournées que les engins moteurs.

Nous voici dans une journée du 173 de Nantes et une tournée autorail X 4700 "ambulance"(pour ceux qui connaissaient pas cette version, c'est du à la peinture blanche des caisses de l'élément Pays de la Loire).Bref, autorisation de départ de La Roche sur yon, avec un retard d'environ 15 minutes, et une marche super serrée. c'est au petit matin, avec un reveil style 3h30 du mat, météo comme d'hab. chez nous pour l'hiver: le crachin.poignée dans le coin, SRNSO, ça patine un peu:zou...sablage et moins de gaz.Belleville:+14,L'Herbergement:+13,Montaigu:+12,Clisson:+10.  ben ça marche, on rattrape. fini le BM, Bonjour le BAL.Le secret, des freinages au micro poil et à la dernière minute, pas trop de monde sur les quais..passer sous la barre des +5. ça semble jouable pour pas trop emmerder le régul de Nantes, et les cisaillements de l'entrée de la gare de Nantes qui se prépare au rush TER. VL 120, puis réduction à 11O avant Vertou, dernière station avant Nantes. Mon mécano s'étonne" ben tu freines pas?"  T'inquiéte, connais la ligne, tu vas voir ce que tu vas voir ( et il a vu)....Grande courbe à gauche, la gare..pfuh, elle est bien plus loin dans la ligne droite. la courbe défile.. sortie de courbe...PUT...MERD... 1,5 bars de dép à la CG; ça enraye mer..de mer...sablage, sablage et encore sablage.Rien n'y fait.fallait voir la tête du chef de service quand on est passé à sa hauteur à plus de 60km/h.Il se demandait bien si on esperait s'arreter. la rame s'est immobilisée à environ 200 métres de la Gare, les clients ont du se colltinner la marche de nuit dans le ballast.....je savais plus où me mettre. Nantes+15.

:lol::lol: et oui ç'a arrive.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

:lol:  :lol: et oui ç'a arrive.

Hello,

bah ouais, les caravelles, quand ça enraye, c'est super léger comme matos, alors à récupérer, bonjour... Mais les XTER ne semblent pas mieux lotis (j'ai vu un XTER enrayé sur plus de 2 km sur un Paris Granville... Arrivé à Surdon ( j'ai un doute sur le nom ), R60 sur cible circulaire, le train à 150, à la moindre dépression CG, le train enrayait... au bout d'un moment, BIP BIP du KVB, prise en charge et là, CG à 0, enrayage total.... passage du panneau de RR60 à un 70 km/h et arrêt au dela des quais de la gare... avec une DDS pour plat aux roues (4h de retard à l'arrivée)

Tout le monde n'a pas la chance d'avoir des MI ou des Z2N modifiées RER C :haha:

Yaya

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Salut.

Moi mon premier train ce fut le 22 Juin 2001.

Une journéé Banlieue:

-PC + EJ + EVO por dégarer de SCD (St Cloud) sur un UM Z6400 vers les 6h00 du matin.

-1er train, SCD_PSL : bah sur ce train, qui etait donc mon premier, j'ai eu un TIV completement éteint, impossible de le reconnaitre !!! :fool:

Bref, j'applique corretement les gestes métier , puis la journnée ce déroule bien.

Commme beaucoup d'entre vous, j'etais arriver en avance sur ma PS puis j'ai vérifié 4 fois les même choses pendant la PC.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Moi mon premier train c etait une rame :beee:

Rame tgv pse du parc postal qui freine pas quand y a pas de courrier dedans lol !!

De la voie 45 je crois a la voie 21 du chantier de nettoyage, et oui c etait une manoeuvre, j ai du faire 600 metres lol :lol:

M enfin j me rappele bien du manipulateur de frein, c etait une patogeoire :lol:

Peur peur le Tchoutchou...

Maintenant ca va mieux :marto:

Tchouch'

:coquine:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

La classe a 30km/h lol :lol:

Mais c est dejà pas mal j ai le temps de bien les voirs comme ca  :swoon:

:lol:

ouai, et tu finira mecano avec des magnifique bb8500 toute crade :teddy:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...