Aller au contenu
Le Web des Cheminots

nouvelles actions les 28/10 et 06/11


Messages recommandés

bonsoir

L'intersyndicale appelle à deux nouvelles journées de mobilisation contre la réforme des retraites

Réunie jeudi 21 octobre à Paris, l'intersyndicale a annoncé deux nouvelles journées d'action contre la réforme des retraites. Les salariés sont appelés à la grève jeudi 28 octobre et à la mobilisation samedi 6 novembre. (AFP)

Plus d'informations sur Le Monde.fr . - http://www.lemonde.fr

Modifié par jackv
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 93
  • Création
  • Dernière réponse

Les plus actifs dans ce sujet

Les plus actifs dans ce sujet

Images publiées

bonsoir

  

L'intersyndicale  appelle à deux nouvelles journées de mobilisation contre la réforme des  retraites

Réunie jeudi  21 octobre à Paris, l'intersyndicale a annoncé deux nouvelles journées d'action  contre la réforme des retraites. Les salariés sont appelés à la grève jeudi 28  octobre et à la mobilisation samedi 6 novembre. (AFP)

        

  

Plus  d'informations sur Le Monde.fr . - http://www.lemonde.fr

  

Et hop sur le calendrier...

Demain je vais à Ouessant... avec un peu de chance y'aura une petite manifestation locale...

Au fait y'a pas de pin's ou gadgets ...un signe distinctif à arborer ...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Intersyndicale du 21 octobre

Communiqué CFDT, CFE/CGC, CFTC, CGT, FSU, UNSA

jeudi 21 octobre 2010 Les journées du samedi 16 et du mardi 19 octobre 2010 confirment que la mobilisation est ancrée dans la durée à un haut niveau. Ce sont des millions de salariés qui dans le cadre de ces 6 journées d’action depuis début septembre affirment vouloir une autre réforme des retraites juste et efficace et l’ouverture de négociations avec les syndicats.

L’ampleur des mobilisations confirme qu’au-delà de la réforme des retraites, l’emploi, les salaires, les conditions de travail mais aussi l’avenir des jeunes sont restés sans réponses efficaces notamment depuis l’aggravation des situations liée à la crise financière de 2008. Les organisations syndicales conviennent de travailler ensemble sur ces questions dans les semaines à venir afin d’interpeller le gouvernement et le patronat.

Différents sondages réalisés ces derniers jours confirment que le mouvement recueille un très large appui de la population confirmant que c’est par un large débat public et une véritable concertation en amont qu’il faut aborder une réforme importante comme celle des retraites.

Les organisations syndicales appellent leurs organisations à poursuivre leurs mobilisations afin de rassembler le plus grand nombre et d’amplifier le soutien de l’opinion publique. Elles appellent leurs organisations dans les territoires, les entreprises, les administrations à poursuivre les initiatives unitaires. Elles veilleront au respect des biens et des personnes.

Le gouvernement porte la responsabilité pleine et entière de la poursuite de la mobilisation compte tenu de son attitude intransigeante, de son absence d’écoute et de ses provocations à répétition. Il ne peut pas répondre à la situation actuelle par le déni et la répression.

Les organisations syndicales appellent solennellement le gouvernement et les parlementaires à ne pas adopter cette réforme en l’état.

Les organisations syndicales confirment que c’est par un large débat public et une véritable concertation en amont qu’il faut aborder une réforme importante comme celle des retraites.

Fortes du soutien des salariés, des jeunes et d’une majorité de la population et face à une attitude intransigeante du gouvernement et du chef de l’Etat, les organisations syndicales décident de continuer et d’élargir la mobilisation.

Elles décident de deux nouvelles journées de mobilisation :

 le jeudi 28 octobre : une journée nationale de grèves et de manifestations dans la semaine du vote au Parlement.

 le samedi 6 novembre : une journée de mobilisations et de manifestations avant la promulgation de la loi par le chef de l’Etat.

Les organisations syndicales se retrouveront le 4 novembre.

Le 21 octobre 2010

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Après la réunion des Fédérations, Unions départementales et de la direction confédérale de la Cgt

Déclaration de la Cgt

mercredi 20 octobre 2010 Les fédérations, les unions départementales et la direction confédérale de la CGT se sont réunies ce 20 octobre à Montreuil pour examiner la situation revendicative et débattre des suites.

La teneur des débats a démontré une grande détermination et un accord unanime sur la démarche mise en œuvre par la CGT depuis plusieurs mois.

Les salariés actifs et retraités, les jeunes, ne veulent pas d’une réforme des retraites injuste et inefficace.

La participation des salariés aux journées nationales d’action interprofessionnelles unitaires des samedi 16 et mardi 19 octobre, la multiplication des actions dans les entreprises des secteurs privés et publics témoignent d’une dynamique des mobilisations sans équivalent depuis de très nombreuses années.

Chaque jour, ce sont maintenant des centaines d’initiatives dans les entreprises et les localités qui sont organisées.

Le gouvernement ne peut rester sourd à cette mobilisation exceptionnelle.

Les réponses du président de la République et du patronat ne peuvent se limiter aux atteintes au droit de grève, aux réquisitions abusives et au mépris. Tout cela ne fera qu’attiser les risques de désordre et les expressions de colère. Ce n’est jamais en restreignant les libertés qu’on assure l’autorité publique. Ce n’est pas de répression que les salariés et les jeunes ont besoin.

La seule réponse possible, c’est bien l’ouverture d’une véritable négociation sur les retraites.

L’intervention des salariés, des retraités et des jeunes, dans l’unité, par sa puissance et sa détermination, confère à l’ensemble du syndicalisme des responsabilités inédites. La confiance des salariés dans les organisations syndicales pour défendre leurs intérêts et combattre les reculs sociaux est renforcée. Cela se traduit pour la CGT par l’adhésion de 6 400 salariés depuis le 1er septembre et la création de nouvelles sections syndicales dans les entreprises.

Pour répondre aux gestes de solidarité qui s’expriment déjà, la CGT ouvre un compte spécifique « CGT – SOLIDARITE – LUTTES – RETRAITE »

L’emploi, les salaires, les conditions de travail, le développement des services publics sont aussi au rendez-vous des grèves et des manifestations. Ce qui est à l’ordre du jour, ce sont les revendications qui ont conduit aux grandes mobilisations du premier semestre 2009 pour lesquelles ni le gouvernement, ni le patronat n’ont apporté de réponses satisfaisantes. L’aspiration à plus de justice sociale appelle à une autre répartition des richesses dans les choix de politique économique et sociale.

La CGT est convaincue que l’unité des salariés et des organisations syndicales est le gage du succès.

La CGT agira pour que :

 soient confirmées et renforcées la détermination et l’unité syndicale afin d’exiger que le gouvernement ajourne la loi sur les retraites et ouvre une réelle négociation,

 se multiplient dans les entreprises les consultations des salariés sur les actions à engager pour faire aboutir leurs revendications sociales et accentuer la pression sur le gouvernement et le patronat sur la réforme des retraites, l’emploi, les salaires et les conditions de travail,

 se développent des initiatives unitaires renforçant l’assise interprofessionnelle solidaire et plus large encore de la mobilisation.

La CGT va proposer à l’intersyndicale du 21 octobre 2010 l’organisation de nouvelles mobilisations comportant grèves et manifestations interprofessionnelles, unitaires, le plus rapidement possible.

Montreuil, le 20 octobre 2010

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Un amendement nocturne au Sénat ouvre la voie à la retraite par points

Adopté en pleine nuit par la majorité de droite du Sénat, l'amendement, véritable bâton de dynamite au coeur de la réforme des retraites, prévoit  la mise en place d'uneretraite par points, individualisée,  après l'élection présidentielle de 2012.

Cet amendement, présenté par le rapporteur de la commission des Affaires sociales, Dominique Leclerc (UMP), par le groupe de l'Union centriste (UC) et Gérard Longuet, président du groupe UMP, a été approuvé par 198 voix contre 140.

Il prévoit, à compter du premier semestre 2013, l'organisation d'une "réflexion nationale" sur "les objectifs et les caractéristiques d'une réforme systèmique de la prise en charge collective du risque vieillesse", selon ses termes officiels. Lesquels ne recouvrent pas la réalité . Le débat pourrait aussi porter sur "les moyens de faciliter le libre choix par les assurés du moment et des conditions de leur cessation d'activité". Le Sénat a en revanche rejeté, par un vote à main levée, un amendement du centriste Jean Arthuis, président de la commission des Finances, qui proposait notamment d'introduire dans la réforme un article détaillant les modalités "d'un régime de retraite universel par répartition, transparent, équitable et lisible pour l'ensemble des Français".

http://humanite.fr/21_10_2010-un-amendement-nocturne-au-sénat-ouvre-la-voie-à-la-retraite-par-points-456179

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

De nombreuses initiatives locales sont annoncées pour aujopurd'hui et demain...

Le Front commun les six centrales syndicales (CFDT, CGT, CFE/CGC, Unsa, CFTC, FSU), demeurent 

auxquelles se joignent Solidaires, Force Ouvrière et les syndicats lycéens et étudiants.

"L'intersyndicale ne se fissure pas", a déclaré Jean Grosset (Unsa) tandis qu'Anne Couver (CFE-CGC) ajoutait : "Nous ne cèderons pas aux sirènes de la division, ce sujet est trop important".

reuters

http://fr.news.yahoo.com/4/20101021/tts-france-retraites-intersyndicale-ca02f96.html

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

que l'inter-syndical inter pro ne fasse une nouvelle journée d'action que le 28 octobre, est une mauvaise nouvelle pour tous ceux en grève reconductible.

Je crains que le mouvement ne s' essouffle encore plus à la SNCF.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

La majorité de droite au Sénat vote la réforme des retraites

Le Sénat français a adopté vendredi par 177 voix contre 153 le projet de loi

qui porte de 60 à 62 ans l'âge légal de départ à la retraite et de 65 à 67 l'âge permettant de toucher une retraite sans décote.

Le groupe UMP qui, contrairement à l'Assemblée, ne détient pas la majorité absolue au Sénat, et une grande partie du groupe de l'Union centriste (UC) ont voté la réforme.

Les groupes de l'opposition de gauche, qui ont mené une longue bataille contre le projet de loi, ont voté contre.

Le Sénat a adopté plusieurs amendements, dont deux du gouvernement, qui maintiennent à 65 ans l'âge pour obtenir une retraite à taux plein pour certains parents.

L'un d'entre eux permet cette possibilité pour les parents de trois enfants nés avant 1955 ayant interrompu ou réduit leur activité professionnelle pour se consacrer à l'éducation de leurs enfants, l'autre pour les parents d'enfants handicapés.

Un troisième amendement présenté par les groupes de la majorité a été voté qui propose que le Comité d'orientation des retraites (Cor) organise en 2013 une "réflexion nationale" sur "les objectifs et les caractéristiques d'une réforme systémique de la prise en charge collective du risque vieillesse".

Une commission mixte paritaire Assemblée-Sénat va être convoquée lundi pour établir un texte commun aux deux assemblées. Ce texte sera ensuite soumis aux députés et sénateurs pour son adoption définitive, mercredi au plus tard.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Retraites : "Ce mouvement est une sorte de guérilla sociale, durable et pacifique"

LEMONDE.FR | 23.10.10 Le mouvement contre la réforme des retraites peut-il durer ? Alors que commencent des vacances de la Toussaint perturbées par les blocages de raffineries et de dépôts de carburants, les syndicats appellent à des mobilisations les 28 octobre et 6 novembre. Et des blocages pourraient continuer pendant les vacances.

Une "grève par procuration", comme en 1995 ? Organisé par des groupes de militants qui rassemblent des syndicalistes de divers secteurs, les blocages se poursuivent même si le taux de grévistes reste faible. Cette persistance depuis début septembre fait penser au mouvement de l'hiver 1995, analyse le sociologue Philippe Corcuff "Un secteur minoritaire de la population est en grève, il y a une mobilisation massive dans les manifestations et un soutien très large dans la population." Et de rappeler ce que le politologueStéphane Rozès avait qualifié en 1995 de "grève par procuration". Ceux qui sont mobilisés aujourd'hui le font "pour" les salariés qui ne peuvent pas faire grève pour des raisons financières ou parce que leur secteur n'est pas mobilisé. 

Président de la société de conseil Cap et enseignant à Sciences Po, Stéphane Rozès explique aujourd'hui que le même phénomène est à l'œuvre, mais que sa nature est différente."En 1995, au travers du mouvement social, les Français envoyaient un message à [Jacques]Chirac. Aujourd'hui, ils disent qu'ils souhaitent une réforme des retraites mais jugent le contenu de celle du gouvernement injuste et inefficace. Ils se servent des sondages pour exprimer leur soutien au mouvement social."Vendredi 22 octobre, un sondage BVA rapportait que 69 % des Français étaient solidaires du mouvement et 46 % soutenaient le blocage des raffineries.

Le parallèle avec 1995 s'arrête pourtant assez vite, estime Guy Groux, directeur de recherche du CNRS au Centre de recherches politiques de Sciences Po et spécialiste du syndicalisme. "En 1995, la totalité de la SNCF et de la RATP était en grève, on avait le sentiment d'une économie à l'arrêt, et surtout les taux de grévistes étaient beaucoup plus élevés", analyse-t-il, soulignant que "la situation politique était également différente : l'hiver 1995 arrivait six mois après l'élection de Chirac, alors qu'en 2010, nous sommes déjà dans la préparation de la présidentielle de 2012 pourNicolas Sarkozy".

Un mouvement multiforme. Comparer le mouvement avec mai 1968 n'est pas non plus pertinent, prévient Lilian Mathieu, sociologue et auteur de Comment lutter ? (Textuel). "En 1968, on a une grève générale de longue durée, ce qui n'est pas le cas en 2010 : certains secteurs sont partiellement en grève, d'autres connaissent des grèves de basse intensité, uniquement pour les journées d'action. D'autres salariés se relaient pour assurer la continuité du mouvement, tout en limitant les pertes de salaire."

C'est certainement une des spécificités du mouvement, estime Philippe Corcuff. "On est dans un mouvement polyphonique, composite, les gens vont parfois aux manifestations, parfois non, ils peuvent participer une fois à une action, une autre fois non. On peut entrer et sortir du mouvement à sa guise. C'est une sorte de guérilla sociale, durable et pacifique, dans la majeure partie des cas", explique-t-il.

Les modes d'action ne sont pas nouveau, mais ils puisent dans les expériences des mouvements altermondialistes, comme le démontage du McDonald's de Millau en 1999 ou les Faucheurs volontaires d'OGM. Jeudi, un groupe de syndicalistes à ainsi tenté d'aller murer les locaux du siège de l'UMP à Paris.

Dans les manifestations, certains militants plaident pour un blocage total de l'économie. Une référence indirecte à l'ouvrage L'Insurrection qui vient (La Fabrique), que la police a attribué àJulien Coupat, mis en cause dans l'affaire de Tarnac ? L'idée fait sourire Eric Hazan, éditeur de La Fabrique, mais il y voit un "écho certain".

Pour Guy Groux, la raison d'être de ces modes d'action est plutôt à chercher du côté de la faiblesse du mouvement syndical. "Les syndicats maîtrisent de moins en moins leur base, beaucoup de choses leur échappent, estime-t-il. Les syndicats sont pris dans une contradiction : d'un côté ils appellent à des manifestations répétées et d'un autre côté ils n'arrivent pas à enclencher des grèves reconductibles suivies." "On aurait tort de penser que tout est contrôlé par les directions syndicales", acquiesce Lilian Mathieu.

Comment continuer ? Dans ces conditions, le mouvement peut-il se poursuivre après le vote de la loi, voire après les vacances scolaires ? "Oui, sous la forme d'une mobilisation semi-permanente", assure Philippe Corcuff, qui y voit une comparaison avec le "mai rampant" italien des années 1968-1969, qui s'était étendu sur plusieurs mois, bien au-delà des revendications d'origines.

Depuis les premières journées de mobilisation, les slogans et les affiches ont évolué : aux côtés des mots d'ordre contre la réforme des retraites, les revendications catégorielles et, globalement, le rejet de Nicolas Sarkozy, s'expriment de plus en plus. "Pour beaucoup de gens, ce n'est plus seulement la question des retraites, mais aussi un désir d'en finir avec le cynisme, l'arrogance, l'injustice", s'enthousiasme l'éditeur Eric Hazan.

Au contraire, le chercheur Guy Groux y voit un danger pour les syndicats : "Après les vacances, on va changer de cap. Quand la loi sera entérinée et promulguée, on va entrer dans un autre jeu, celui de contester la démocratie parlementaire par la démocratie sociale." Il pointe également un risque de déception chez les militants syndicaux, si le pouvoir ne cède pas d'un pouce.

"Pour l'heure, l'opinion s'est cristallisé derrière le mouvement", prévient Stéphane Rozès. Mais un retournement de l'opinion pourrait être fatal au mouvement. "Les gens sont solidaires mais ils sont aussi des consommateurs, des vacanciers, des automobilistes", énumère Guy Groux, qui pense que les blocages économiques vont provoquer une cassure avec la population. "Le sentiment d'être soutenu par l'opinion est très important pour les syndicalistes. Dans les assemblées générales, on discute de la manière de maintenir cette sympathie", raconte Philippe Corcuff.

Pour l'instant, cette cassure n'a pas encore eu lieu. Stéphane Rozès, comme d'autres, souligne que d'"éventuels débordements provoqueraient une telle rupture avec l'opinion""Cela pourrait relégitimiser le discours de Sarkozy sur la sécurité", prévient Philippe Corcuff, qui estime que l'enjeu, pour la suite du mouvement, est plutôt d'arriver à assurer une coordination entre les syndicats de salariés et la jeunesse, en misant sur des modes d'actions "ludiques" et sur l'"inventivité" des militants.

Nabil Wakim

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Retraites: les principaux points du projet de loi

REPÈRES

Déjà adoptée par la majorité de droite des députés le 15 septembre, la réforme a été votée par la majorité de droite des sénateurs vendredi 22octobre 2010

AGE LEGAL Le recul à 62 ans, à l'horizon 2018, de l'âge légal de départ à la retraite est la mesure phare. L'âge légal de départ augmentera progressivement de quatre mois par an, à compter du 1er juillet 2011. La première génération concernée par ce relèvement est celle née après le 1er juillet 1951. L'âge du taux plein (auquel est annulée la décote même si la durée de cotisation nécessaire n'est pas atteinte) sera relevé progressivement de 65 à 67 ans de 2016 à 2023.

DURÉE DE COTISATION: L'article sur la durée de cotisation a été supprimé par une erreur de vote des sénateurs centristes mais devrait être rétabli lors de la CMP (Commission mixte paritaire). Il prévoit que la durée de cotisation pour une retraite à taux plein, actuellement de 40,5 ans, soit fixée en fonction de l'allongement de l'espérance de vie. La durée de cotisation passera à 41 ans en 2012.

PÉNIBILITÉ: Les salariés qui, du fait d'une situation d'usure professionnelle constatée, ont un taux d'incapacité physique supérieur ou égal à 20% pourront continuer à partir à la retraite à 60 ans. L'assuré devra prouver son exposition à des facteurs de risques professionnels et recevoir l'aval d'une commission. Devraient être concernées 30.000 personnes (sur les 700.000 partant en retraite chaque année). Les salariés occupant des postes de travail pénibles pourront bénéficier d'allègement de charge du travail ou de compensation de la charge dans le cadre d'accords collectifs de branche.

MESURES EN FAVEUR DES PARENTS ET HANDICAPÉS: Les parents d'enfants lourdement handicapés soignés à domicile pourront continuer à partir à 65 ans sans décote ainsi que les mères de trois enfants, nées entre 1951 et 1955, ayant arrêté de travailler pour les élever. Même chose pour les aidants familiaux et les travailleurs handicapés.

CARRIÈRES LONGUES: Le dispositif, créé en 2003, permettant un départ anticipé à la retraite avant l'âge légal sous réserve d'avoir une durée de cotisation de deux ans supérieure à celle requise pour le taux plein est reconduit. Il est élargi à ceux qui ont commencé à travailler à 17 ans. L'âge minimal de départ autorisé passe de 56 à 58 ans pour ceux qui ont commencé à travailler à 14 ans mais la transition vers ces nouvelles règles a été atténuée pendant l'examen de la réforme.

FONCTION PUBLIQUE: Un alignement du taux de cotisation retraite des fonctionnaires sur celui du privé (passage de 7,85 à 10,55%), étalé sur 10 ans, est prévu. La réforme prévoit la fin en 2012 du dispositif qui permet aux fonctionnaires parents de trois enfants avec 15 ans d'activité de partir à la retraite à l'âge de leur choix.

NOUVELLES RECETTES: Le gouvernement compte apporter environ 4 milliards d'euros par an de recettes nouvelles au système de retraite. Il prévoit notamment un nouveau prélèvement sur la dernière tranche de l'impôt sur le revenu et les plus-values de cessions, une hausse des prélèvements sur les stock-options et les retraites-chapeaux.

ÉGALITÉ HOMMES/FEMMES: les entreprises d'au moins 50 salariés pourront être sanctionnées financièrement (1% de la masse salariale) si elles n'ont pas signé d'accord ou plan destiné à résorber les écarts salariaux hommes-femmes.

ÉPARGNE RETRAITE: la moitié des sommes perçues par un salarié au titre de la participation aux résultats de l'entreprise est, sauf avis contraire dudit salarié, obligatoirement versée sur le Plan d'Epargne pour la Retraite collectif (Perco). Possibilité pour un salarié d'alimenter de façon individuelle les fonds d'épargne retraite en entreprise.

RETRAITE A POINTS: dès 2013, sera lancée une étude pour une retraite par points.

(Source AFP)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le Sénat a voté, ce vendredi, peu après 20 heures, le projet de loi réformant les retraites.

Sous haute pression du pouvoir qui pressait d’accélérer les débats, comme du mouvement social, qui a, à plusieurs reprises, protesté devant le Palais du Luxembourg.

Et à l’issue d’un long marathon - quelque 150 heures d’échanges -,

raccourci, jeudi, par une procédure de «vote unique» sur une partie des articles additionnels, demandée par le gouvernement.

Le texte a été adopté par 177 voix contre 153.

La majorité UMP et Union Centriste a voté pour sauf les centristes du Modem qui se sont abstenus.

La gauche PS, CRC-SPG (communistes et parti de gauche), Verts et RDSE (Radicaux, à majorité radicaux de gauche) ont voté contre.

On devrait pouvoir trouver quelque part sur le net le vote nominatif des sénateurs...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pas  perdu de temps

Sondage en ligne Le Figaro - Opinionway via internet

(la rigueur des sondages via internet ne fait pas l'unanimité parmi les sondeurs actuellement...)

Retraites : 56 % pour l'arrêt du mouvement après le vote de la loi (sondage)

Socialvendredi 22 octobre 2010Plus d'un Français sur deux (56 %) considère que les syndicats devront respecter le vote des parlementaires et arrêter le mouvement, si la réforme des retraites est adoptée définitivement, selon un sondage Opinionway à paraître ce samedi dans Le Figaro. 43% pensent au contraire qu'ils devront poursuivre le mouvement et 1% se déclare sans opinion.

Face au blocage de raffineries et de dépôts de carburants, 63% des personnes interrogées donnent raison au gouvernement d'intervenir, 36% sont d'un avis contraire (1% sans opinion). 59% d'entre elles désapprouvent le blocage des raffineries et dépôts (à l'inverse, 41% les approuvent).

Six Français sur dix (61%) disent «comprendre» les manifestations et mouvements de grèves (40% tout à fait, 21% plutôt). 39% sont d'un avis contraire (22% pas vraiment, 17% pas du tout). 51% les «soutiennent» contre 48% (1% ne se prononce pas).

Sur l'engagement des lycéens dans la contestation de la réforme des retraites, 44% disent les «approuver» contre 55%.

Sondage réalisé les 20 et 21 octobre auprès d'un échantillon de 1001 personnes âgées de 18 ans et plus (méthode des quotas), interrogées en ligne d'après le système Cawi.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

tu peux remballer ! Il est apparu les semaines dernières que les sondages du Figaro venaient constamment en opposition à tous les autres instituts. Entre autres, hier soir, cétait sur France-Info exactement le contraire, une majotité de gens soutenant la poursuite de l'action même après le vote.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

tu peux remballer ! Il est apparu les semaines dernières que les sondages du Figaro venaient constamment en opposition à tous les autres instituts. Entre autres, hier soir, cétait sur France-Info exactement le contraire, une majotité de gens soutenant la poursuite de l'action même après le vote.

NON MÔSSIEU! Les sondages du FIGARO parmi les ADHERENTS UMP SONT PARFAITEMENT OBJECTIFS!

NON MAIS! :Smiley_40:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Socialvendredi 22 octobre 2010Plus d'un Français sur deux (56 %) considère que les syndicats devront respecter le vote des parlementaires et arrêter le mouvement, si la réforme des retraites est adoptée définitivement, selon un sondage Opinionway à paraître ce samedi dans Le Figaro. 43% pensent au contraire qu'ils devront poursuivre le mouvement et 1% se déclare sans opinion.

On pourrait penser - au contraire - qu' en démocratie les parlementaires sont les porte-paroles des citoyens et de leur représentants ... mais est-on en démocratie ? beurk

Modifié par michael02
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

J'aimerais rappeler qu'il y a en France 27 millions de travailleurs et 3 millions de chômeurs et RMIstes, soit un potentiel de 30 millions , mais que dans les manif on arrive à compter entre 1 et 3,5 millions de manifestants. Autant dire que l'autre là haut n'est certainement pas près de céder tant que nous ne seront pas 10 millions dans les rues ce qui , théoriquement, devrait être possible . Pourtant la population a eu déjà 12 jours pour adhérer, mais en toute objectivité, et j'en suis vraiment désolé, la mayonnaise ne prend pas. Le mouvement ne peut pas reposer que sur les cheminots, les raffineurs et les dépots de carburants . Enfin je continuerai quand même à manifester et je serais dans la rue le 06/11, mais j'ai un doute sur ma participation le 28/10.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Allez prenons de la hauteur...

Cynthia Fleury : " La démocratie, ce n'est pas la réciprocité des mépris "

Le Monde 

Philosophe, professeur à l'Université américaine de Paris et à l'Institut d'études politiques de Paris et à l'Ecole Polytechnique, Cynthia Fleury, 35 ans, travaille sur les outils de régulation de la démocratie.

Le conflit autour de la réforme des retraites paraît dans l'impasse. Le gouvernement ne veut plus rien céder, arguant de sa légitimité, sortie des urnes. Le mouvement social est-il moins légitime qu'un pouvoir élu ?

Cynthia Fleury : On est dans l'erreur si l'on pense que la démocratie, c'est d'un côté un pouvoir représentatif, seul légitime, et de l'autre côté une foule. Même si le gouvernement affirme qu'il a orchestré la négociation, il ne l'a pas orchestrée jusqu'au bout, c'est-à-dire qu'il a refusé de reconnaître la valeur, la nécessité, la légitimité des acteurs publics que sont les syndicats, les partis politiques, les associations.

Dans les démocraties modernes, il y a d'un côté des citoyens éclairés, des citoyens responsables, et de l'autre des élites éclairées, des élites responsables. On peut estimer que les citoyens ou que les élites ne sont pas assez éclairés et jouer à se dénigrer perpétuellement mais cette attitude ne conduit nulle part. La démocratie, ce n'est pas la réciprocité des mépris.

La rue a-t-elle un rôle dans un processus de négociation ?

Qui est dans la rue ? Les syndicats, les partis de l'opposition, les étudiants, les grands corps, les services publics, ce n'est pas une " plèbe ", c'est fini ça, ce n'est pas une "foule", ce n'est pas une"masse", ce sont des individus éduqués, organisés, une force de proposition. Comme l'explique très bien Pierre Rosanvallon, à la suite de Montesquieu, il y a une asymétrie de la souveraineté : une souveraineté positive, qui renvoie au Parlement et au gouvernement, et une souveraineté que certains disent négative, c'est-à-dire la rue, qui gouverne par son pouvoir de veto, son pouvoir de sanction.

Les démocraties adultes s'organisent différemment, surtout avec l'irruption des nouvelles technologies et la part croissante de la démocratie participative. On essaie aujourd'hui de positiver cette souveraineté dite négative, c'est le grand challenge des démocraties modernes. Elles doivent structurer, organiser, ossifier la démocratie participative, travail qui a déjà commencé. Un nouvel acte s'est ouvert dans l'histoire de la démocratie.

La jeunesse, entrée dans la protestation plus récemment, a-t-elle sa part dans ce nouvel acte ?

L'intervention de la jeunesse dans le débat public signe toujours un nouvel acte. Elle bénéficié d'emblée d'une prime dans l'opinion par son charisme, d'un surcroît de représentativité et même d'un surcroît de légitimité parce qu'elle incarne l'avenir autant que notre questionnement sur la pérennité de notre modèle. Il faut se souvenir du discours prononcé par Jean Jaurès à Albi qui s'est adressé à la jeunesse en ces termes : "La vie a extrêmement resserré l'espace du rêve devant vous". Partant de cette constatation, il lui rappelle que le grand défi est de "défendre la puissance de l'âme", c'est-à-dire l'impératif d'inventer en refusant tout mimétisme avec les générations précédentes ou de s'engouffrer dans ce qui a été.

Comment surmonter l'absence de dialogue entre le pouvoir et le mouvement social ? Si l'on veut en sortir, il faut admettre cette exigence de pluralité et de complémentarité des légitimités. Non seulement on discute mais on négocie, on recherche ce qu'on appelle le"compromis démocratique". Il ne s'agit pas d'une décision "amoindrie" par tous, ni du plus petit dénominateur commun. C'est une décision co-construite qui assume l'impératif d'invention démocratique. Le gouvernement actuel méconnaît ce temps de la souveraineté partagée, une valeur pourtant devenue importante. Il fait exactement l'inverse de la tâche d'un gouvernement : nous diriger, c'est-à-dire nous emmener vers un endroit.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

J'aimerais rappeler qu'il y a en France 27 millions de travailleurs et 3 millions de chômeurs et RMIstes, soit un potentiel de 30 millions , mais que dans les manif on arrive à compter entre 1 et 3,5 millions de manifestants. Autant dire que l'autre là haut n'est certainement pas près de céder tant que nous ne seront pas 10 millions dans les rues ce qui , théoriquement, devrait être possible . Pourtant la population a eu déjà 12 jours pour adhérer, mais en toute objectivité, et j'en suis vraiment désolé, la mayonnaise ne prend pas. Le mouvement ne peut pas reposer que sur les cheminots, les raffineurs et les dépots de carburants . Enfin je continuerai quand même à manifester et je serais dans la rue le 06/11, mais j'ai un doute sur ma participation le 28/10.

Et il y a aussi les retraités (quelques millions aussi...) ... qui sont concernés par cette réforme ne serait-ce que dans le cadre du montant de leur pension et de leur pouvoir d'achat...

les jeunes lycéens, étudiants...

Le mouvement est multiforme tant au niveau des grèves (grève reconductible, grève illimitée, grève de 59 minutes, grève sporadique, temps fort...) que dans les manifs (en semaine, samedi), mais aussi dans les innombrables initiatives locales et décentralisées (rassemblement, distribution de tracts, blocages, opérations escargot etc etc...)...

Des initiatives se prennent à tous les niveaux : national, départemental, localités, entreprises et au niveau d'un tas de "structures organisées" plus ou moins définies ...

En fait comme je l'ai déjà exprimé sur le forum, chacun choisit sa ou ses formes d'action...

C'est une réalité et il faut le prendre en compte et donc s'organiser en conséquence.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

«Ciblage des coupures d’électricité »

La porte-parole de la CGT énergie, Marie-Claire Cailletaud, assure que les salariés du secteur sont déterminés à poursuivre l’action.

Comment se déroule la mobilisation dans le secteur de l’énergie ?

Marie-Claire Cailletaud. Ce gouvernement, qui cherche à passer en force pour imposer sa réforme minoritaire et pour laquelle il n’a pas été élu, suscite la colère. Les salariés des mines et de l’énergie sont impliqués dans les actions interprofessionnelles (blocages ponctuels, péages gratuits…). Ils ont également décidé de mettre leur outil de travail au service de la mobilisation. Concrètement, les salariés procèdent à des coupures d’électricité ou de gaz qui ciblent des préfectures, des permanences de parlementaires UMP ou encore des sièges locaux du patronat. En accord, avec les salariés et les syndicats concernés, ces coupures visent aussi des entreprises qui licencient pour augmenter leur profit.

Ce matin, l’alimentation électrique du siège de l’entreprise de transport Fauvel, qui appartient au président du Medef de Dordogne, a été coupée.

La caserne de CRS de Bergerac a également été privée d’électricité en solidarité avec les salariés de la raffinerie de Grand-Puits après leur évacuation par les forces de l’ordre.

Les salariés organisent aussi des baisses de production d’électricité et agissent sur l’approvisionnement en gaz. Les industriels vont ainsi subir des coupures.

 

Le gouvernement mise sur les vacances pour éteindre la mobilisation…

Marie-Claire Cailletaud. Le gouvernement a d’ores et déjà perdu la bataille idéologique. L’idée qu’une autre réforme des retraites est possible s’ancre dans la population. En même temps, les salariés, y compris les jeunes, posent des questions plus larges, comme celle de la finalité du travail ou de sa place dans la société. Les salariés ont une volonté très forte de poursuivre le mouvement et s’organisent en conséquence. Ainsi, dans notre secteur, ils pratiquent la grève tournante et maintiennent un taux de grévistes qui varie entre 20 et 40 %.

Entretien réalisé 
par Pierre-Henri Lab

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Un p'Tit tour du net... instructif...

medef : http://www.medef.com/

ump : http://www.lemouvementpopulaire.fr/

modem : http://www.mouvementdemocrate.fr/

ps : http://www.parti-socialiste.fr/

pcf : http://www.pcf.fr/

parti de Gauche : http://www.lepartidegauche.fr/

La Fase : http://lafederation.org/

npa : http://www.npa2009.org/

Lutte Ouvrière : http://www.lutte-ouvriere.org/

A vous...Si vous en avez d'autres... (sauf le F Haine ...Merci)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

J'aimerais rappeler qu'il y a en France 27 millions de travailleurs et 3 millions de chômeurs et RMIstes, soit un potentiel de 30 millions , mais que dans les manif on arrive à compter entre 1 et 3,5 millions de manifestants. Autant dire que l'autre là haut n'est certainement pas près de céder tant que nous ne seront pas 10 millions dans les rues ce qui , théoriquement, devrait être possible . Pourtant la population a eu déjà 12 jours pour adhérer, mais en toute objectivité, et j'en suis vraiment désolé, la mayonnaise ne prend pas. Le mouvement ne peut pas reposer que sur les cheminots, les raffineurs et les dépots de carburants . Enfin je continuerai quand même à manifester et je serais dans la rue le 06/11, mais j'ai un doute sur ma participation le 28/10.

tout est là ! En fait il se passe beaucoup plus de choses. Manifs dans de nombreuses villes en dehors des journées d'action, grèves carrées dans telle ou telle entreprise et autres formes de protestation.

en fait, c'est comme à la Samar : tous les jours il se passe quelquechose !

Modifié par 5121
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le Front de gauche récolte 6.000 euros pour les grévistes

Le Front de gauche a récolté samedi près de 6.000 euros pour les salariés en grève contre la réforme des retraites, annonce le mouvement politique dimanche.

Des militants du Parti communiste, du Parti de Gauche et de Gauche unitaire ont obtenu 5.912 euros "en seulement deux heures de temps" lors d'une collecte devant le centre Georges Pompidou, à Paris, selon un communiqué du Front de gauche.

"Les sommes récoltées seront notamment versées en Ile-de-France aux intersyndicales de la raffinerie de Grandpuits et du centre de traitement et de déchets de la porte d'Ivry", engagées dans une grève reconductible contre la réforme des retraites, précise le mouvement.

Clément Guillou

http://fr.news.yahoo.com/4/20101024/tts-france-retraites-greve-collecte-ca02f96.html

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant



×
×
  • Créer...