Aller au contenu
Le Web des Cheminots

[X 4300 / 4500 / 4630 / 4750 / 4900] Photographies


IGS4

Messages recommandés

Je vous évoquais hier la XR8589 rescapée de la catastrophe de Vierzy, tout en vous indiquant qu'elle fut victime vingt ans plus tard d'un incendie criminel.

La voici revenue au dépôt de Rennes. Irréparable cette fois, elle sera découpée où on la voit sur ces photos d'août 1992. Sa motrice X4570 n'ayant pas souffert a été expédiée aux Ateliers du Mans grâce à la "traverse postiche", traverse permettant d'incorporer dans n'importe quel train moyennant leur placement en queue les caisses d'E.A.D. ou E.T.G. par leur extrémité "borgne" afin de les convoyer isolément (vous verrez cette traverse dans une prochaine publication).

La X4570 sera immédiatement remariée à la XR8350, récupérée sur la X4374 en Réparation Accidentelle après elle aussi une collision sur un passage à niveau. Notre élément nouvellement formé X4570-XR8350 sera envoyé à Rennes aussitôt pour reprendre du service. Pour remplacer la XR8589 par décalage, Le Mans procèdera à la reconstruction de la remorque XR8346, radiée avec sa motrice X4508 après...une collision sur un passage à niveau (décidément!) et dont les caisses avaient heureusement été conservées. Compte-tenu des travaux à réaliser pour remettre cette remorque en état et quitte à la réparer, les Ateliers du Mans procéderont à sa modernisation avec ré immatriculation en 8406 et remariage avec la 4606, en cours de modernisation Bretagne. Pour boucler la boucle, la 8406 originelle provenant de la X4606 est devenue une nouvelle 8589 toujours rouge et crème, accouplée avec la X4374 et présentant cependant l'anomalie alors que son cloisonnement intérieur n'a pas été modifié et qu'elle est donc toujours aménagée en 8300 avec douze places de première classe d'être numérotée dans la série 8500. Un second cas identique se produira trois ans plus tard par le biais de recompositions du même tonneau afin de remplacer la remorque détruite dans l'accident de Saint-Leu-d'Esserent.

Boris.Deshayes.3324-04-384.jpg

Boris.Deshayes.3325-05-384.jpg

Boris.Deshayes.3326-06-384.jpg

Boris.Deshayes.3327-07-384.jpg

  • J'aime 4
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Les X4324 et 4436 nous gratifient de départs fumants, en gare de Laon (02) en août 1995.

Boris.Deshayes.5855-15-547.jpg

Boris.Deshayes.5857-17-547.jpg

  • J'aime 4
  • J'adore 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

L'élément automoteur X4535-XR8307 (ou X4625-XR8623) vient de rentrer au dépôt de Fives (59), en mai 1997.

Boris.Deshayes.9364-04-635.jpg

  • J'aime 5
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

4, 3, 2, 1, partie!
La motrice d'E.A.D. X4321 est en effet partie, elle a quitté les effectifs engins de la S.N.C.F. pour un usage inhabituel.
Elle va en effet participer au tournage du film "La voie est libre" (Mandarin Production), et nous la voyons justement en mai 1997 garée à L'Arbresle (69) pour cet usage.
L'élément X4321-XR8521 sera dans le cadre de la transformation de motrices postales en motrices voyageurs + modernisation pour la Lorraine convoyé aux Ateliers du Mans puis radié à échéance de révision, en 1997.
La remorque sera modernisée sous le numéro 8717, remariée avec la X4720 avec laquelle elle poursuivra sa carrière sous la bannière du T.E.R. Picardie.
La motrice sera quant à elle mise à profit pour le tournage du film, en complément le l'élément X4502-XR8365, "acteur principal" du film, ferroviairement parlant, préparé pour sa part dans les ex Ateliers d'Oullins-Voitures par les équipes de tournage et dont vous verrez des publications ultérieures.
En ce qui concerne notre X4321, son séjour au Mans consistera à récupérer dessus tout ce qui pourra l'être pour la maintenance des X4300 toujours en service (organes sous caisse, armoires pneumatique et électrique, compartiments aspiration, refroidissement, batteries, etc.) ainsi qu'à des pièces utiles pour le ré habillage des motrices postales (portes de fourgon et leurs glissières, etc.). On remarquera que même les robinets et les demis-accouplements de la conduite principale ont disparu! Elle devra cependant demeurer en état de ressemblance avec la X4502, aussi, la caisse conservera pour cela la plupart de ses équipements extérieurs, les portes de fourgon étant remplacées par des panneaux peints en trompe l'oeil. Une fois vidée de ses aménagements intérieurs (banquettes, rideaux, portes-bagages), elle sera lestée avec des rails et des roues afin de la convoyer à L'Arbresle, en véhicule isolé. Vous apercevez d'ailleurs la traverse amovible qui lui a été installée côté extrémité 2 afin d'être incorporée par ce bout dans n'importe quel train, néanmoins placée en queue.
Son rôle dans le film ne consistera qu'à se faire exploser intérieurement. Après le tournage du film, elle sera convoyée en juin 1998 aux Ateliers d'Oullins-Voitures où elle sera démolie en même temps notamment que les BB9302, CC6541 et ZR intermédiaires de l'élément Z7102. Vous en verrez là aussi des publications ultérieures.

Boris.Deshayes.9475-35-637.jpg

Boris.Deshayes.9481-01-638.jpg

Boris.Deshayes.9479-39-637.jpg

Boris.Deshayes.9478-38-637.jpg

Boris.Deshayes.9474-34-637.jpg

Modifié par E.T.G.
  • J'aime 4
  • J'adore 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Hasard des rencontres en gare de Laon (02) avec la présence simultanée en mai 1997 de trois des E.A.D. qui seront préservés ultérieurement par dhemins de Fer touristiques:
_le X4519-XR8528, qui sera récupéré par Quercyrail (puis démoli à Culoz à sa cessation);
_le X4567-XR8380 qui rejoindra lui l'Association du Train Touristique du Centre Var;
_le X4719-XR8716 qui sera pour sa part préservé chez le Chemin de Fer Touristique du Sud des Ardennes.
Et dans la rubrique "on prend les mêmes et on recommence", un vieux souvenir d'une de mes rencontres avec le X4519, avec lequel j'ai notamment parcouru l'antenne de Rolleville. Nous voici en gare du Havre (76) en novembre 1993, mais je l'ai aussi photographié garé à Lens, ou encore prêt au départ des Ateliers du Mans pour rejoindre Quercyrail.

Boris.Deshayes.9310-30-633.jpg

Boris.Deshayes.9316-36-633.jpg

Boris.Deshayes.9335-15-634.jpg

Boris.Deshayes.1577-17-440.jpg

  • J'aime 3
  • J'adore 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Septembre 1996, je retrouve débouchant du tunnel de Loyasse et en gare de Lyon-Saint-Paul (69) l'élément X738-XR8735 qui m'avait emmené quelques semaines plus tôt de Lyon-Perrache à Sathonay-Rillieux pour mon incorporation au service national.
Pour l'anecdote, je me rappelle que dans ce train peu chargé, le contrôleur allant de la tête à la queue du train me dit en tant que dernier contrôlé "et de sept à y aller!".
De mon côté, ne perdant aucune occasion, même pas ce premier trajet domicile garnison, je suis parti du Mans la veille et ai mis mon trajet à profit pour m'arrêter voir mes correspondants au dépôt de Nevers et sur ce dernier train du parcours j'enregistre le bruit de l'engin, l'occasion pour moi de voir comment un X4630 "se démerde" dans la longue rampe située après Lyon-Saint-Clair.
Durant mes 24 mois sous les drapeaux, je ferai modifier mes trajets de carte Service Militaire Actif, me permettant de continuer à parcourir tout le réseau autre que domicile - garnison. Pour cela, j'avais au préalable fait modifier l'itinéraire de référence Lyon - Le Mans par Paris plutôt que par Saincaize, permettant de disposer de plus de km de crédit (723 au lieu de 556). Ensuite, armé de ma carte des distances tarifaires, document à l'usage des contrôleurs que mon père m'avait donné, il ne me restait plus qu'à organiser les trajets des permissions pendant lesquelles voyager. Ceci en fonction des utilisations et conditions possibles de la carte sur d'autres trajets que les domicile-garnison, ce dernier étant pour sa part payé à 25 % sans débiter la carte. A force de lire cette carte, je l'ai en grande partie apprise par coeur, même si j'en connaissais déjà beaucoup de distances.
Je dois préciser que j'ai pu facilement débuter des voyages en creux de nuit ou rentrer tard le soir puisque j'avais par chance à l'issue de mes classes été muté dans une caserne située à quelques centaines de mètres de la gare de Lyon-Perrache, qui à l'époque était encore abondamment desservie par les trains de nuit...

Boris.Deshayes.8637-37-616.jpg

Boris.Deshayes.8638-38-616.jpg

Boris.Deshayes.8639-39-616.jpg

  • J'aime 4
  • J'adore 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Cet X4630 vient de déposer ses voyageurs en gare de Lyon-Perrache (69), son terminus, et va rentrer au dépôt de Vaise, en avril 1997.

Boris.Deshayes.9008-08-626.jpg

  • J'aime 6
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Une "U.M. parfaite", formée des éléments X4542-XR8333 et X4543-XR8562 attend le départ et démarre de Rennes (35) pour Châteaubriant en mai 1996.
Dernière photo, nous rentrons au dépôt de Rennes à bord d'un autre X4500, et il va falloir fermer la baie pour ne pas se faire arroser en passant la machine à laver.

Boris.Deshayes.7269-29-582.jpg

Boris.Deshayes.7271-31-582.jpg

Boris.Deshayes.7267-27-582.jpg

Boris.Deshayes.7268-28-582.jpg

Boris.Deshayes.7275-35-582.jpg

  • J'aime 5
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

L'élément X4549-XR8353 est rutilant, quelques mois après sa sortie de Révision Générale aux Ateliers du Mans. Il est sur la photo garé au dépôt de Marseille-Saint-Charles (13) en septembre 1996.

Boris.Deshayes.9244-04-632.jpg

Boris.Deshayes.9245-05-632.jpg

  • J'aime 6
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Les X4386-XR8539, X4316-XR8312, X4639-XR8651 et X4644-XR8656 sont en attente de sortie de dépôt de Nevers (58) pour assurer leurs prochains trains en juin 1997.
 
Continuons l'étude de l'affectation des E.A.D. dans ce dépôt, que nous avions arrêtée à début 1992.
C'est en ce début d'année 1992 que les éléments modernisés apparaissent en propre ici, en concrétisation de la signature d'une convention S.N.C.F./Région Bourgogne incluant la modernisation de sept éléments X4630. Toutefois, ces livraisons se feront à un train de sénateur puisque cette opération ne se terminera qu'en 1994.
Alors que l'effectif se maintenait dans une fourchette de 54-56 éléments en ce début d'année 1992, Nevers va céder trois X4630 à Lyon-Vaise et quatre X4300 à Metz au début du service d'hiver.
Par ailleurs, ce dépôt fait toujours face à un renouvellement constant de son parc puisque comme mentionné précédemment, il alimente significativement les chaînes de modernisation des Ateliers du Mans, les dépôts prenant ces engins modernisés reversant à Nevers des éléments non modernisés de même série.
Signalons justement le départ au début du service d'hiver 1994 de l'élément pourtant modernisé Bourgogne X4655-XR8445 à Lyon-Vaise, où il sera bien placé pour assurer du lundi au vendredi un aller-retour journalier Paray-le Monial - Lyon-Perrache. Cette desserte au titre du désenclavement de Paray-le-Monial (qui est bien située en Bourgogne puisqu'en Saône-et-Loire) par la ligne de l'Azergues (ce qui n'empêchera pas cette ligne d'être mise à voie unique deux ans plus tard. Pour rationaliser, diront certains.
La ventilation de plusieurs éléments en 1995 fera descendre l'effectif à une quarantaine seulement, avec une répartition d'environ un tiers X4300-deux tiers X4630.
L'effectif va continuer à fluctuer selon un ballet incessant dont Nevers est incontestablement la pierre angulaire depuis le début des modernisations en 1987. On enregistrera en effet et principalement et s'entremêlant chronologiquement:
_l'arrivée à partir de 1997 de plusieurs X4300 libérés à Tours-Saint-Pierre par les tout nouveaux X72500;
_ces X4300 permettent l'envoi de X4630 à Lyon-Vaise qui fait face à des radiations de X2800;
_la réception de trois éléments rénovés Ambulance fournis par Nantes où ils ont aussi été dégagés par des X72500, ce qui permet à l'effectif de remonter à 44 éléments;
_l'envoi de X4300 à Metz, touché par des radiations pas toutes couvertes par les nouveaux X4750 obtenus à partir de motrices ex E.A.D. Postal associées à d'anciennes remorques voyageurs;
_les trois Ambulances arrivées précédemment de Nantes s'en vont à Lyon-Vaise;
_quelques radiations pour le moment éparses;
_le retour de X4500, qui ont principalement été libérés à Longueau par l'introduction en Nord-Pas-de-Calais de Z23500, éliminant de nombreuses courses qu'ils effectuaient sous caténaires. Cette série est de retour après 26 ans d'absence. Ils ne seront toutefois pas autant nombreux qu'ils l'avaient été par le passé (premier arrivé cette fois: X4554 le 09 février 1999).
Mentionnons également l'échange de X4630 avec Lyon-Vaise afin de ménager et gérer au mieux les parcours kilométriques, les potentiels restants et la fin de carrière des différents engins non modernisés, en recourant par ailleurs massivement à des A.T.P.-PR.
Le Mans clôturera les Opérations Périodiques sur la série avec le traitement de trois éléments en Révision Générale en 1998/1999. On en profitera pour les rénover, mais cette rénovation ne s'inscrit pas dans un quelconque conventionnement, et elle est financée par la S.N.C.F. Ce qu'il faut souligner, car jusqu'à la modernisation à ses frais également de plusieurs X4750 à partir de 1997, elle avait eu recours aux financements des collectivités publiques pour de telles améliorations. Il n'était en effet plus possible, en regard de la nouvelle génération de matériel T.E.R. dont des représentants étaient déjà en service, de sortir de révision des matériels non rénovés afin d'éviter les contrastes! Ces trois X4630 ne bénéficieront toutefois que d'une seule amélioration, puisqu'ils seront équipés de sièges individuels déposés des Ambulance traitées en modernisation intégrale tandis que les cloisons et porte-bagages sont inchangés! Ils seront cependant revêtus de la livrée T.E.R. 1997 selon la découpe habituelle des E.A.D.
Après ces mouvements, l'effectif est descendu toute fin 1999-début 2000 à un plus bas de 39-40 éléments, toujours mouvant!
Au 31 décembre 1999, il est composé de quarante éléments:
_13 X4300: 4303, 10, 14, 16, 29, 34, 37, 75, 86, 96, 4413, 15 et 31;
_6 X4500: 4509, 43, 54, 4604, 13 et 14;
_21 X4630: 4634, 38, 50, 52, 53, 58, 60, 61, 63, 83, 94, 702, 15, 21, 24, 25, 28, 31, 34, 35 et 42.
 
Nous reprendrons l'étude à ce moment-là, le parc allant reprendre des couleurs (dans tous les sens du terme!) dans les années qui vont suivre.

Boris.Deshayes.9675-35-642.jpg

  • J'aime 4
  • J'adore 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Les éléments automoteurs X4310-XR8331 et X4440-XR8420 en U.M. vont démarrer en mai 1996 du Mans (72) pour Château-du-Loir. On distingue sur les flancs de caisse de la motrice modernisée les coulures noires descendant de l'échappement, que Tours-Saint-Pierre avait d'une manière générale du mal à nettoyer convenablement, par comparaison avec Metz et Nevers, eux aussi titulaires d'engins de la série...
 
C'est l'occasion de terminer l'histoire de l'affectation de ce matériel au dépôt de Tours-Saint-Pierre (T.S.P.), pour lequel nous en étions arrêtés en 1986. L'effectif y était alors en fin d'année de 34 engins, qui allait désormais rester stable pendant dix ans, à quelques variations près dues à des mutations pour échanges.
 
A partir de 1987, des mutations vont en effet avoir lieu afin d'affecter à Metz des éléments de Tours justiciables d'une R.L. ou R.G. dont on profitera pour les moderniser pour Champagne-Ardenne, ou inversement pour la Région Centre, qui a signé quatre conventions pour moderniser à chaque fois trois éléments, qui seront traités de 1988 à 1991. Dans la pratique, afin d'éviter de scinder le parc en deux roulements distincts (ce qui n'empêchera pas sur certaines journées des mentions disant en substance "sur le train XXXXX, utiliser un élément modernisé"), ces douze éléments rouleront en pool avec les rouges et crème, dans le même esprit que sont utilisées les Z2 de Rennes conventionnées par plusieurs Régions. Par voie de conséquence, ils rouleront abondamment sur des relations pures Pays-de-la-Loire (Le Mans - Alençon, Le Mans - Château-du-Loir), ainsi que dans une moindre mesure Le Mans - Chartres, afin d'alimenter ce dernier dépôt en engins et les lui échanger pour la desserte de la ligne de Courtalain-Saint-Pellerin.
 
En 1987 donc, on note l'envoi à Metz du X4376 après avoir transité par les Ateliers du Mans où il sera traité en tant que premier élément modernisé intégralement. Metz envoie en échange le X4372 qui sera le premier traité pour Tours dès l'année suivante.
Le parc oscillera entre 34 et 36 éléments jusqu'en 1995.
Les éléments modernisés Centre auront une suite dans ce dépôt avec le traitement de quatre éléments pour les Pays-de-la-Loire cette fois, dans le cadre de l'amélioration du confort des trains sur Le Mans - Château-du-Loir. Ces éléments seront en fait et pour suivre ce qui se faisait jusque là utilisés en pool avec ceux conventionnés par la Région Centre.
En 1996, on note l'envoi à Metz du X4387 mais c'est à partir de 1997 que l'effectif va commencer à fondre à cause de l'introduction de X72500 en Région Centre, suivis peu après par une nouvelle attaque plus frontale encore de la part des X73500.
T.S.P. se dessaisira d'engins ayant encore un potentiel intéressant, qui feront le bonheur de Metz et surtout Nevers, ou par radiations.
Nos éléments modernisés arrivés à échéance de parcours à partir de la fin des années 90 feront l'objet d'A.T.P. leur octroyant 800000 km + 15 % possibles pour les premiers, ou d'une A.T.P.-PR leur donnant 400000 km + 15 %, pour les derniers, comte-tenu de l'espérance de vie jugée limitée à ce moment-là. Ces opérations seront accompagnées d'une remise en peinture limitée aux zones qui en ont besoin. De ce fait, les engins donneront l'impression qu'on a fait dessus un rafistolage plutôt qu'un travail propre à offrir un meilleur aspect aux caisses. Intérieurement, un rehoussage des sièges est réalisé, ceux de seconde classe adoptant à leur tour le tissu bleu moucheté avec une couleur différente selon la classe. Autre nouveauté, les engins ne sont plus dans leur décoration (bandeaux T.E.R. et panneaux sur lesquels sont apposés les logos régionaux, situés sous les baies au droit des bandeaux) conventionnés par Centre ou Pays-de-la-Loire mais par les deux à la fois, à raison d'un panneau sur deux. Ceci pour tenir compte que les engins roulent maintenant autant dans une région que dans l'autre.
En 2003, le dernier élément rouge et crème quitte Tours pour Metz. Il était dernier du genre depuis deux ans (à Tours). Il ne reste alors plus que la dotation des seize éléments modernisés (X4360, 70, 72, 91, 93, 4400, 02, 03, 07, 35, 37, 38, 40 à 42 et 44).
Pour peu de temps, car dès 2005 les A.G.C. remplacent les X72500 de Nantes qui sont mutés à Tours afin d'y remplacer les X4300 sur les prérogatives qui leurs restaient. La baisse du parc reprend, cette fois par des radiations, qui vont s'accélérer en 2008, année qui marquera la disparition totale de la série en décembre alors qu'ils n'assuraient plus depuis quelques mois qu'une réserve sans roulement pré établi. Le dernier élément retiré du service commercial est le X4441, qui a d'ailleurs fait toute sa carrière à Tours. Il jettera l'éponge le 16 décembre.
Sur la fin, nos engins auront une piètre allure et plusieurs d'entre eux auront les portes de fourgon qui ne sont plus fonctionnelles. Elles ne sont pas seulement verrouillées, auquel cas elles restent déverrouillables à la clef de Berne: afin d'interdire leur ouverture et d'éviter le risque qui en découle de déraillement sur leur glissière inférieure, leur main montoir est attachée à celle proche de caisse par plusieurs tours de...fil de fer! Ceci créant des problèmes de sécurité dénoncés par les syndicats et le C.H.S.C.T. On verra même des contrôleurs monter dans le fourgon par la porte à contrevoie quand celle située côté quai est impraticable! Sans parler de l'accès des vélos au fourgon et surtout leur descente quai opposé au terminus, les cyclistes refusant de traverser la salle voyageurs avec leur vélo pour le descendre tandis qu'on leur refusait de descendre à contrevoie pour motif de sécurité! Bref...
Seul l'élément X4391, qui était entre temps devenu engin d'essais pour la radio G.S.M.-R. avait de ce fait été muté à Nevers d'où il est revenu avant le retrait de la série, pour y repartir définitivement en 2009.
 

Boris.Deshayes.7367-07-585.jpg

Boris.Deshayes.7368-08-585.jpg

Boris.Deshayes.7369-09-585.jpg

Boris.Deshayes.7370-10-585.jpg

Modifié par E.T.G.
  • J'aime 5
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Scène d'ambiance en gare de Laon (02) avec l'élément X4560-XR8622 qui s'apprête à regagner Amiens en août 1995.
Cet engin est pimpant puisque, nonobstant qu'il était sorti de sa dernière Révision Générale le 01 octobre 1991 à Bischheim, il est tel que nous le voyons ici sorti le 23 juin des Ateliers du Mans.
Il a en effet dû être pris en main le 23 janvier afin de subir 3940 heures de travail réparties sur 137 jours (+ 65 heures sur huit jours à Longueau afin de le rendre acheminable au Mans) pour le remettre en état après une collision avec un semi-remorque sur un passage à niveau à Salomé (59) le 15 octobre précédent (pour l'anecdote, il y eut le lendemain une autre collision hélas mortelle cette fois, non loin de là, à Phalempin).
Sacrée Réparation Accidentelle sans difficulté particulière cependant compte-tenu des compétences des agents de l'établissement malgré l'importance des dégâts puisque sur cet engin non seulement la cabine fut complètement écrasée, mais l'armoire pneumatique située derrière avait également reculé de 80 cm, en plus d'autres dommages causés à la caisse et aux aménagements intérieurs qu'il a fallu complètement démonter. Le châssis ne fut pas touché, ce qui aida sans doute à une prise de décision favorable pour le réparer: il ne faut pas perdre de vue que les radiations "naturelles" sur la série approchaient, et sa remise en état a tout de même coûté 1 900 000 Francs (immobilisation de l'engin, pièces et main d'oeuvre)... La compagnie d'assurances du poids-lourd, qui contestait ces montants, a finalement perdu ses procès et appels qui se sont soldés en...2011 seulement (l'engin a eu le temps de terminer sa carrière avant)! Alain, un ancien responsable des Ateliers du Mans qui avait suivi le dossier à l'époque puis pris sa retraite entre-temps acceptera d'aller défendre les intérêts de l'entreprise au procès final...
Cet engin aura le privilège d'être avec le X4623 le dernier X4500 non modernisé à circuler en service commercial avec arrêt en 2009.

Boris.Deshayes.5858-18-547.jpg

Boris.Deshayes.5859-19-547.jpg

  • J'aime 3
  • J'adore 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

C'est l'heure des grandes manoeuvres au dépôt d'Amiens (80) où l'on voit les X4580-XR8599, X4586-XR8377 et X4588-XR8617 manoeuvrer successivement pour être garés devant l'atelier en mai 1997.
La motrice X4580 a comme une brûlure au dessus du bloc optique droit, que j'identifie comme possiblement une torche à flemme rouge posée dessus alors qu'elle était en combustion.

Boris.Deshayes.9433-33-636.jpg

Boris.Deshayes.9434-34-636.jpg

Boris.Deshayes.9436-36-636.jpg

Boris.Deshayes.9437-37-636.jpg

Boris.Deshayes.9438-38-636.jpg

  • J'aime 4
  • J'adore 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

L'élément automoteur X4729-XR8726, récemment sorti modernisé des Ateliers du Mans est au départ de Laon (02) pour Paris en août 1995, en U.M. avec un X4500.

C'est le premier élément équipé de chasses-obstacles, après essai initial d'un autre modèle non retenu car il entraînait un alourdissement trop important.

Cette équipement sécuritaire a été ajouté après l'accident de Saint-Leu-d'Esserent, causé par inconscience, où un E.A.D. avait déraillé après avoir heurté une platine de dilatation de rails posée sur sur sa voie "pour voir ce que ça ferait".

Les éléments modernisés seront équipés en rétrofit de cet accessoire en chaîne spéciale par trois dépôts en baisse de charge de travail. Toutefois, compte-tenu de leur espérance de vie estimée plus courte que celle des éléments modernisés (ce qui dans bien des cas n'a pas été vrai), les non-modernisés n'ont pas été équipés. On mentionnera cependant que puisque leur service les appelait à parcourir une ligne de montagne, celle reliant la cité phocéenne à Briançon, les X4900 basés à Marseille avaient été équipés d'un éperon chasse-neige, qui peut être considéré comme un chasse-obstacles. Ils ont pour la plupart gardé leur éperon après leur mutation à Sotteville survenue en 1988, jusqu'à leur modernisation, survenue au début des années 2000, où la série reçut le chasse-obstacle qu'avaient déjà reçus les autres éléments modernisés.

Boris.Deshayes.5853-13-547.jpg

Boris.Deshayes.5852-12-547.jpg

  • J'aime 4
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

L'élément X4582-XR8373 vient d'arriver à Nice-Ville (06) en septembre 1996 depuis Breil-sur-Roya.
Nous empruntons un autre élément dans le sens montant sur la ligne, de laquelle nous pouvons voir plusieurs paysages pris avant et après la gare de Crap-Cantaron, puis celle de Peillon-Sainte-Thècle et enfin l'approche du viaduc de la Launa, viaduc neuf construit début des années 90 à la place de l'ancien, qui avait souffert de désordres à cause de mouvements de terrain (plaques tectoniques).
Ce serait aujourd'hui...

Boris.Deshayes.8418-18-611.jpg

Boris.Deshayes.8485-05-613.jpg

Boris.Deshayes.8487-07-613.jpg

Boris.Deshayes.8488-08-613.jpg

Boris.Deshayes.8489-09-613.jpg

Modifié par E.T.G.
  • J'aime 4
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le 19/05/2021 à 03:44, E.T.G. a dit :
C'est l'heure des grandes manoeuvres au dépôt d'Amiens (80)

Boris.Deshayes.9438-38-636.jpg

juste sur au Cv de rebroussement de l'entrée vers la remise 4, sous le centre d'apprentissage.

de l'autre coté de VP ou voit la petite bosse et ses rampes d’éclairages elles servaient a lire les indications les wagons pour le débranchement ..lorsque j'étais APP. c'était un 63000 sulzer qui débranchait a la gravité et que nous regardions pendant la coupure vers 18h..tout cela n'est plus que des souvenirs.

Modifié par jackv
  • J'aime 3
  • Haha 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Août 1995, en villégiature chez mon oncle à Paris, ce qui me sert de base arrière, je circule autour de Paris et je m'aperçois un soir que j'ai oublié mon coupe-vent quelque part, à la réflexion très probablement dans la X4520 avec laquelle je suis rentré de Laon en début de soirée. Ayant observé le roulement des engins les jours précédents il est possible que mon élément soit toujours au dépôt de La Plaine, s'il n' a pas été croisé. Je suis donc quitte pour y aller et lorsque je me présente à la feuille le gars qui la tient me dit "oui, cet engin est chez nous en ce moment, sur telle voie, vas-voir", et c'est ainsi que je retrouve mon coupe-vent accroché à une patère en cabine. Les agents de nettoyage sont passés à côté. Ouf, je l'ai retrouvé et c'est le principal!

Evidemment, je profite de l'occasion pour demander si je peux faire des photos des engins dans le dépôt, autorisation qui m'est aimablement délivrée (ça m'a emmerdé voire énervé de devoir aller rechercher mon vêtement, je ferai plus attention la prochaine fois, mais au moins ça n'a pas été pour rien!), et c'est ainsi que vous pouvez voir dans cette publication le fameux élément X4520-XR8604 auquel je joins le X4614-XR8639, tous deux sagement garés.

On remarque sur la X4614 le logo S.N.C.F. de grande dimension, particularité que sa remorque portait aussi, de même que le X4708 (d'un côté seulement).

Boris.Deshayes.5873-33-547.jpg

Boris.Deshayes.5865-25-547.jpg

Boris.Deshayes.5871-31-547.jpg

  • J'aime 6
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 13 heures, E.T.G. a dit :

Août 1995, en villégiature chez mon oncle à Paris, ce qui me sert de base arrière, je circule autour de Paris et je m'aperçois un soir que j'ai oublié mon coupe-vent quelque part, à la réflexion très probablement dans la X4520 avec laquelle je suis rentré de Laon en début de soirée.

 

 août 95 c'était le début de la fin pour le "dépôt de la plaine" qui était plutot une UP (ou une annexe) du dépôt du Bourget/drancy

Modifié par jackv
  • J'aime 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le X4582-XR8373 croise le X4585-XR8376 (qui porte d'ailleurs une signalisation d'arrière non conforme) en gare de l'Escarène (06) tandis qu'il assure l'aller-retour international Nice - Cunéo, en septembre 1996.
Profitons-en pour poursuivre l'ascension de la ligne à bord d'un élément de la série desservant la gare de Peille, puis franchissant le viaduc du Faquin puis celui de l'Erbossiera.

Boris.Deshayes.8420-20-611.jpg

Boris.Deshayes.8422-22-611.jpg

Boris.Deshayes.8491-11-613.jpg

Boris.Deshayes.8493-13-613.jpg

Boris.Deshayes.8494-14-613.jpg

  • J'aime 3
  • J'adore 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Les X4520-XR8604, X4535-XR8307, X4554-XR8564 ainsi que les X4568-XR8384 et X4649-XR8444 en U.M. relaient au dépôt de La Plaine (93) en août 1995.

Boris.Deshayes.5866-26-547.jpg

Boris.Deshayes.5867-27-547.jpg

Boris.Deshayes.5872-32-547.jpg

Boris.Deshayes.5874-34-547.jpg

  • J'aime 5
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

il y a une heure, E.T.G. a dit :

Les X4520-XR8604, X4535-XR8307, X4554-XR8564 ainsi que les X4568-XR8384 et X4649-XR8444 en U.M. relaient au dépôt de La Plaine (93) en août 1995.

 

E.T.G. tu vas encore te faire " sermonner " par jackv  " l'Ancien des Dépôts du 93 " ...

 

  • J'aime 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 21 heures, BB 15063 a dit :

E.T.G. tu vas encore te faire " sermonner " par jackv  " l'Ancien des Dépôts du 93 " ...

Oui bon, "dépôt", "lieu de garage", si tu préfères. Sinon, dans bien des cas, il faudrait parler d'E.I.M., d'E.I.M.M., d'E.T., d'E.M.T., voire d'E.M.F. "Dépôt" ou "Ateliers" (comprendre les Ateliers du matériels, les grands ateliers), ça fait quand-même moins barbare et c'est plus explicite, non?

  • J'aime 2
  • J'adore 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

On continue la série "on prend les mêmes et on recommence" avec cette publication, où nous retrouvons cette fois en juin 1996 l'élément X4517-XR8389, un élément qui m'a été fidèle puisque je l'ai rencontré une foultitude de fois (en exagérant à peine, il suffisait que j'aille dans le rayon d'action des X4500 de Longueau pour que je puisse le voir! Nous le retrouverons d'ailleurs dans une publication ultérieure).
Bref, nous le voyons aujourd'hui en visite au dépôt de Longueau (80), puis sorti de maintenance je mets mes notes de voyage à jour à son pied avant qu'il soit mis en U.M. avec le X4504-XR8304.
Nous retrouvons notre élément à peine quelques jours plus tard en gare de Laon (02) où j'en profiterai pour faire faire une photo souvenir (les coloris de mon pull s'accordent parfaitement à l'engin, par pur hasard!).
Enfin, nous le voyons s'en aller pour Paris, en tête d'une belle triplette comprenant en queue un élément modernisé Picardie.

Boris.Deshayes.7565-05-590.jpg

Boris.Deshayes.7593-33-590.jpg

Boris.Deshayes.7595-35-590.jpg

Boris.Deshayes.7694-14-593.jpg

Boris.Deshayes.7696-16-593.jpg

  • J'aime 4
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Les X4500 relayent toujours abondamment au dépôt de Fives (59) avec en illustration les X4572-XR8378, X4581-XR8600 et un autre élément, vus en mai 1997.

Boris.Deshayes.9366-06-635.jpg

Boris.Deshayes.9378-18-635.jpg

Boris.Deshayes.9388-28-635.jpg

  • J'aime 5
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Les éléments automoteurs X4645-XR8434 et X4719-XR8716 arrivés en U.M. à Laon (02) en mai 1997 vont manoeuvrer afin d'être dételés et positionnés pour le prochain train qu'ils assureront chacun.

Le X4645 et sa remorque arborent un logo frontal noir, inhabituel sur les engins modernisés et peints autrement qu'en jaune Lithos.

Boris.Deshayes.9329-09-634.jpg

Boris.Deshayes.9330-10-634.jpg

Boris.Deshayes.9331-11-634.jpg

  • J'aime 3
  • J'adore 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...