Aller au contenu

Correspondance non proposée


Messages recommandés

Sujet souvent abordé ici que le cas des billets à plus de 2 segments et des expéditions au long cours.

Il faut bien se rendre à l'évidence, ce type de client averti et ferroviphile c'est maintenant une niche, pour acheter ce type de billets en ligne, il faudrait débrayer tous les algorithmes de recherche et laisser le voyageur construire son routing manuellement pour reprendre une expression en vigueur dans l'aérien...

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 5 heures, NEMO94 a dit :

Sujet souvent abordé ici que le cas des billets à plus de 2 segments et des expéditions au long cours.

Il faut bien se rendre à l'évidence, ce type de client averti et ferroviphile c'est maintenant une niche, pour acheter ce type de billets en ligne, il faudrait débrayer tous les algorithmes de recherche et laisser le voyageur construire son routing manuellement pour reprendre une expression en vigueur dans l'aérien...

 

jusque dernièrement SNCF était un EPIC avec un C pour commercial.

elle a donc pratiqué comme toute boite commerciale : ajuster l'offre à la demande(et vice versa)...comme se doit de le faire toute entreprise à vocation marchande...

qu'on le veuille ou non, que ça plaise ou pas ...c 'est ainsi. ;)

En décidant de ne plus commercialiser tel ou tel produit qui avait vos faveurs(mais pas forcément celle de la grande majorité des clients) SNCF s'adapte tout en créant d'autres besoins (Prem's ou comment voyager  à pas cher sous conditions etc...).

il suffit alors de faire un mixte entre l'offre et la demande pour limiter l'offre sur certains produits et "faire mourir les produits"  avant de le retirer définitivement des propositions.

on ne met plus en avant le produit... on le rend invisible... puis on le déréférence...ou le met en "sur commande" avec délais tels que ça dissuade le client de persister dans sa recherche.

Exactement comme le pratique l'hypermarché du coin...mais pas que...les compagnies aériennes les fabricants de bagnoles votre banque qu'il s'agisse de biens matériels ou de services.etc....

Dans la vente de bien et services le client peut, en principe, changer de fournisseur....

Mais pour ce qui concerne le ferroviaire sur le territoire c 'est pas possible vu que quelque soit l'exploitant actuel ou futur on est pas dans une logique d'"open access"...

au final le client/usager devra donc faire avec ce qu'on lui propose et non à sa guise.

c'est bien pourquoi cette histoire de billet à multiples segments (au delà de 2) avec tous les "avantages" d'autrefois pour ce qui était des remises de dégressivité etc.....est un non sujet puisque plus proposé.

Un peu comme le produit "Tartempion" de votre super marché auquel vous étiez fidèle depuis 40 ans et qui a fini par disparaitre des rayons pour x raisons.... (plus ou moins valables aux yeux du consommateur).

on en a tous en tête des comme ça ...et on n'en n'est pas mort... :)

Regarder dans le rétroviseur n'apportera que de la déception pour ceux qui étaient les "clients" de ses niches....et comme je le disais précédemment il faut lorsque l'on se déplace raisonner  désormais complémentarité des modes en fonction de ses besoins, de ses exigences et de ses moyens....

 

Modifié par capelanbrest
  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il y a quand meme une différence de taille entre ce qui se passe dans le ferroviaire et ce qui se passe dans un hypermarché. Si la politique commerciale de l'hyper ne me convient pas, je peux aller voir chez la concurrence. Ce qui n'est pas le cas dans le ferroviaire, les solutions de transport alternatives mises en avant comme les cars Macron ou l'avion sont incomparables en terme de desserte fine du territoire sans meme parler de leur cout environnemental.

Je pense donc qu'il s'agit d'une question de politique d'aménagement du territoire et de transition énergétique, dont le législateur devrait s'emparer (en profitant par exemple de l'ouverture à la concurrence) pour imposer la possibilité d'obtenir un billet unique avec plusieurs segments éventuellement chez plusieurs transporteurs, et sans possibilité pour un transporteur de mettre des limitations artificielles (il est bien évident que proposer plus que 3 segments ne coute rien en termes techniques, on pourrait s'inspirer de ce qui se passe en Suisse). S'il est confirmé qu'il n'est plus possible d'obtenir un trajet TER+TER+TGV+TER à un guichet, cela me semble assimilable à un refus de vente.

Malheureusement, les législateurs prennent rarement les TER...

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 11 heures, parisse a dit :

Si il est confirmé qu'il n'est plus possible d'obtenir un trajet TER+TER+TGV+TER à un guichet, cela me semble assimilable à un refus de vente.

Malheureusement, les législateurs prennent rarement les TER...

 

On n'a pas les stats des guichets, mais même dans une grande gare ou il y a encore des guichets ouverts avec des horaires à peu près normaux, des billets à 4 segments TER + TER + TGV + TER, ça doit pas vraiment se voir très souvent, et ce genre de client est tout de suite mis dans la catégorie emm... dont il faut se débarrasser au plus vite sans le servir...

Et si la niche était intéressante, ça fait longtemps qu'on aurait un vendeur de billets physique ou en ligne présent sur ce marché !

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 11 heures, parisse a dit :

Il y a quand meme une différence de taille entre ce qui se passe dans le ferroviaire et ce qui se passe dans un hypermarché. Si la politique commerciale de l'hyper ne me convient pas, je peux aller voir chez la concurrence. Ce qui n'est pas le cas dans le ferroviaire, les solutions de transport alternatives mises en avant comme les cars Macron ou l'avion sont incomparables en terme de desserte fine du territoire sans meme parler de leur cout environnemental.

Je pense donc qu'il s'agit d'une question de politique d'aménagement du territoire et de transition énergétique, dont le législateur devrait s'emparer (en profitant par exemple de l'ouverture à la concurrence) pour imposer la possibilité d'obtenir un billet unique avec plusieurs segments éventuellement chez plusieurs transporteurs, et sans possibilité pour un transporteur de mettre des limitations artificielles (il est bien évident que proposer plus que 3 segments ne coute rien en termes techniques, on pourrait s'inspirer de ce qui se passe en Suisse). S'il est confirmé qu'il n'est plus possible d'obtenir un trajet TER+TER+TGV+TER à un guichet, cela me semble assimilable à un refus de vente.

Malheureusement, les législateurs prennent rarement les TER...

et le législateur se fiche éperdument de ceux qui prennent le ter car ça lui coute (à la collectivité) ....en plus vu que le français lambda prend les mêmes législatures après législatures et remets toujours la même typologie de bulletin de votes...aucune raison que ça change...  CQFD

Imaginons 2022 ...on a déjà l'impression que les jeux sont faits par avance ....si on en croit les médias.

il y a 24 minutes, NEMO94 a dit :

 

On n'a pas les stats des guichets, mais même dans une grande gare ou il y a encore des guichets ouverts avec des horaires à peu près normaux, des billets à 4 segments TER + TER + TGV + TER, ça doit pas vraiment se voir très souvent, et ce genre de client est tout de suite mis dans la catégorie emm... dont il faut se débarrasser au plus vite sans le servir...

Et si la niche était intéressante, ça fait longtemps qu'on aurait un vendeur de billets physique ou en ligne présent sur ce marché !

 

bien vu !

donc comme je le disais précédemment ce sujet est clos ...ou plutôt sans solution à court moyen terme sauf révolution de velours.....

(mais vu que Mr  Farandoux va bientôt dévoiler son plan d'économies autant dire que ça n'est pas pour demain ni après demain...) ;)

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 15 heures, NEMO94 a dit :

 

On n'a pas les stats des guichets, mais même dans une grande gare ou il y a encore des guichets ouverts avec des horaires à peu près normaux, des billets à 4 segments TER + TER + TGV + TER, ça doit pas vraiment se voir très souvent, et ce genre de client est tout de suite mis dans la catégorie emm... dont il faut se débarrasser au plus vite sans le servir...

Et si la niche était intéressante, ça fait longtemps qu'on aurait un vendeur de billets physique ou en ligne présent sur ce marché !

 

Il y a quand même un paradoxe délivrer un billet pour un itinéraire compliqué est très difficile, cependant à l'époque des billets carton certains vendeurs y arrivaient, maintenant à l'époque de l'informatique, ça devrait être un jeu d'enfant !

Et oui en GB, le repoussoir pour certains, le gouvernement a imposé aux compagnies privées, les renseignements et la délivrance des billets sur les compagnies concurrentes et il est possible d'avoir un billet avec plusieurs correspondances et opérateurs différents...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il est bien évident que ce n'est pas plus compliqué de vendre un billet en 4 segments qu'en 3 (et l'interface utilisateur de oui a déjà tout ce qu'il faut pour laisser les utilisateurs choisir le nombre maximal de correspondances souhaitées), c'est donc une volonté délibérée des dirigeants de la SNCF d'empecher ce type de billets. On peut imaginer plusieurs raisons: ne pas avoir à assurer la garantie voyage parce que la régularité est mauvaise en est une, faire passer par Paris en est une autre (sans parler de la fixette de certains dirigeants d'imiter à tout prix l'avion), ne vendre que du point à point TGV...

On peut aussi s'interroger sur la présentation de ce type de billets comme étant un marché de niche. Est-ce qu'on n'inverse pas les causes et les effets? Obtenir ce genre de billets était compliqué et surtout nécessitait de savoir que c'était possible et de venir au guichet avec les horaires (vu que le moteur de recherche au guichet ne les affiche pas plus que sur Internet, et sauf à tomber sur un employé connaissant bien la géographie ferroviaire), alors rien d'étonnant à ce que peu de clients en achètent. A l'inverse, si les moteurs de recherche de trajets sur oui et trainline pouvaient proposer de choisir "le moins cher" (au lieu du plus court en temps, au prix de 3 correspondances), est-ce que cela resterait un marché de niche? Est-ce que ca ne pourrait pas ramener vers le train des gens qui se déplacent autrement aujourd'hui, soit parce que les trajets en TGV via Paris sont trop chers, soit parce qu'aucune solution ne leur est proposée au départ/arrivée de la gare la plus proche?

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, parisse a dit :

 

On peut aussi s'interroger sur la présentation de ce type de billets comme étant un marché de niche. 

D'accord avec ton message, quand à la "présentation de ce type de billets comme étant un marché de niche." elle est faite par un contributeur de ce forum, qui estime ,à tort ou à raison , que le train doit se recentrer uniquement sur les grands axes.

Pour ma part, j'estime que ce contributeur va dans le sens de la politique préconisée par la France, cependant cette politique de transport franco française est, me semble-t-il, à contre courant de celle préconisée par les autres pays européens...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 8 heures, parisse a dit :

Il est bien évident que ce n'est pas plus compliqué de vendre un billet en 4 segments qu'en 3 (et l'interface utilisateur de oui a déjà tout ce qu'il faut pour laisser les utilisateurs choisir le nombre maximal de correspondances souhaitées), c'est donc une volonté délibérée des dirigeants de la SNCF d'empecher ce type de billets. On peut imaginer plusieurs raisons: ne pas avoir à assurer la garantie voyage parce que la régularité est mauvaise en est une, faire passer par Paris en est une autre (sans parler de la fixette de certains dirigeants d'imiter à tout prix l'avion), ne vendre que du point à point TGV...

On peut aussi s'interroger sur la présentation de ce type de billets comme étant un marché de niche. Est-ce qu'on n'inverse pas les causes et les effets? Obtenir ce genre de billets était compliqué et surtout nécessitait de savoir que c'était possible et de venir au guichet avec les horaires (vu que le moteur de recherche au guichet ne les affiche pas plus que sur Internet, et sauf à tomber sur un employé connaissant bien la géographie ferroviaire), alors rien d'étonnant à ce que peu de clients en achètent. A l'inverse, si les moteurs de recherche de trajets sur oui et trainline pouvaient proposer de choisir "le moins cher" (au lieu du plus court en temps, au prix de 3 correspondances), est-ce que cela resterait un marché de niche? Est-ce que ca ne pourrait pas ramener vers le train des gens qui se déplacent autrement aujourd'hui, soit parce que les trajets en TGV via Paris sont trop chers, soit parce qu'aucune solution ne leur est proposée au départ/arrivée de la gare la plus proche?

Mais bien sûr que les dirigeants de la SNCF (et sans doute encore plus de SNCF SA) ne veulent plus vendre de billets pour des périples ferroviaires avec plus d'une correspondance et que contrairement à l'époque ou avec les documents horaires et une bonne connaissance des itinéraires possibles le voyageur pouvait se débrouiller tout seul, maintenant un algorithme met en avant les solutions que son propriétaire à intérêt à proposer...

Mais les expéditions à 2 ou 3 changements, ça reste un marché de niche, qui ne concerne que les captifs, ou les militants (au sens noble), pour pas mal de monde, les parcours d'approche se feront en bagnole, parce que c'est plus simple, plus souple, plus pratique.

 

 

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 17/01/2020 à 19:32, NEMO94 a dit :

 

Mais les expéditions à 2 ou 3 changements, ça reste un marché de niche, qui ne concerne que les captifs, ou les militants (au sens noble), pour pas mal de monde, les parcours d'approche se feront en bagnole, parce que c'est plus simple, plus souple, plus pratique.

 

 

Je ne vois pas ce qui permet de l'affirmer. Comme indiqué dans mon message précédent, on inverse les causes et les conséquences. C'est d'abord parce que les correspondances sont mal ou pas organisées en France et que les trajets avec correspondances sont peu visibles ou plus vendus qu'il y en a peu. Si les fréquences sont suffisantes et les correspondances correctes, les gens acceptent de faire les parcours d'approche en transport en commun, c'est le cas dans l'aérien, il n'y a pas de raison que ce soit différent dans le ferroviaire, ca devrait plutot etre le contraire en fait, la correspondance TER/TER est en général plus simple, et TER/TGV aussi quand il n'y a pas d'obstacles ajoutés artificillement (embarquement, ou long détour comme à Valence TGV).

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...