Aller au contenu
Le Web des Cheminots

CGO

Membre
  • Compteur de contenus

    1 311
  • Inscription

  • Dernière visite

Tout ce qui a été posté par CGO

  1. Effectivement, c'est ce que j'ai constaté sur les navettes en test à La Défense et à Lyon (Confluence) En revanche, ça ne se produit pas sur la navette de Rotterdam, peut être qu'au bout de 20 ans le jeu "on passe à coté de la navette pour l'arrêter" ne fait plus rigoler personne ?
  2. Oui, mais ça se verra à l'usage ! Il y aura sans doute des réglages à effectuer et certaines zones à clôturer
  3. Comment elle a fait pour contourner puisqu'il y a 4 demis barrières ? Si elle contourne par la droite alors que les barrières de gauche ne sont pas encore baissées, il lui reste quelques secondes en défonçant la barrière en face pour se sauver, sauf si elle n'ose pas défoncer la barrière et freine...
  4. Oui, mais les détecteurs Lidars et autres arrivent à voir ce qu'un conducteur humain ne peut voir, par exemple gros animaux ou gros véhicules faisant route de collision vers le train, et ils peuvent déclencher une réaction : avertisseurs ou freinage beaucoup plus tôt qu'avec un conducteur humain, avec, il est vrai, le risque de freinages intempestifs pour de fausses alertes...
  5. Effectivement je confirme ! Dans ce cas ce n'est plus un problème d'ingénieur, mais de juriste ! Bétonner le système juridiquement (*) de manière à ce qu'il ne soit pas arrêté suite à "l'émotion" provoquée par le décès de la première personne qui se sera trouvée au mauvais endroit au mauvais moment ! (*)une argumentation en faveur du train autonome pourrait être que le risque zéro n'existe pas, mais que par exemple le train autonome soit plus performant que le train avec conducteur du fait d'une meilleure détection des obstacles en mouvement grâce aux détecteurs...
  6. En passant la ligne de tramway autonome de Rotterdam métro Kralingse Zoom à Rivium Business center est exploitée depuis plus de 25 ans ! Certes, c'est un tramway sur pneus qui suit un rail immatériel (pour une raison de coûts), mais il aurait tout à fait pu être sur rails classiques ,ça n'aurait rien changé ! Donc, évidemment, que c'est possible, puisque ça fonctionne depuis 25 ans ! . Maintenant ,le problème c'est que ce tram est limité à 35 Km h, pour une raison simple : si quelqu'un surgit sur la voie il est capable de s'arrêter. Le problème que les ingénieurs ont à résoudre est le suivant : - concevoir un véhicule capable d'assurer le même service que le tramway autonome de Rotterdam métro Kralingse Zoom à Rivium Business center , mais qui serait capable de rouler à au moins 80Km/h, tout en restant capable de s'arrêter devant un obstacle inopiné.
  7. Je me permets de vous proposer ça : Pancarte "Arrêt"
  8. Le mot clé c'est "majorité" et on est d'accord que la majorité se moque du ferroviaire, le problème en politique c'est que 5 ou 6 % de voix en plus ou en moins ça change tout, c'est le pouvoir des minorités !
  9. Donc, on résume deux manœuvres de barrières à Clamecy pour l'unique AR train de voyageurs vers Corbigny. A Corbigny , manœuvre de barrières de temps en temps pour la loco HLP ayant assuré des trains de cailloux entre Epiry et Cercy...
  10. A gauche les écologistes et une partie du PS sont préoccupés par les questions sur le transport ferroviaire et une partie des électeurs de droite également (sur le thème abandon de la province par le pouvoir central) Quand au rond point et ralentisseurs, c'est plutôt de la politique municipale ?
  11. Bon dimanche Ermeline En même temps, il y a combien de trains qui franchissent ce PN ? Deux, trois ? Quand à celui de Corbigny, ça doit être encore bien moins...
  12. Pas sûr des entreprises de droit privé comme TRANSDEV assurent des dessertes bus aussi bien que RATP. Par ailleurs, le fait qu'il y ait un actionnariat permet de diminuer, ou d'éviter le risque, qu'une entreprise de droit public soit dirigée par un copain politique, incompétent...
  13. Il y a une nuance quand même ,même si effectivement Railcoop est bien de droit privé son but n'est pas lucratif (enrichir les actionnaires), mais philanthropique : re permettre à des usagers délaissés par l'état et la SNCF un "droit" au transport. Donc ce que tu dis "qu'elle paie pour les faire rouler, à elle de devenir rentable en adaptant le prix de ses billets" est parfaitement valable pour une entreprise à but lucratif : Ok, pour CDG express, mais pas un sou d'argent public, même si le billet doit être à 200 € ! Par contre Railcoop se propose de rétablir le service public sur certaines liaisons, qu'elle estime, à tort ou à raison, pouvoir réaliser à moindres frais que SNCF. En ce sens Railcoop est légitime à obtenir une subvention et si SNCF estime qu'avec cette subvention elle pourrait elle aussi assurer le service pourquoi pas ?
  14. Jacquv parlait des conversions de tension SNCF à une époque qu'on a connu. Sinon, on pourrait parler de Paris Juvisy en 3 ° rail PO § Et la problématique Lannemezan-Arreau-Caudéac est différente, on teste sur la même ligne plusieurs systèmes dans un temps court, c'était à l'époque où on se demandait quel système on adopterait en France.
  15. Effectivement, les notices de voitures électriques recommandent d'éviter à tout prix les chaussées inondées...
  16. Mais la nature se moque des petits problèmes des hommes ! S'il n'y a plus de pétrole, y en a plus point barre ! Dans ce cas on doit utiliser soit un tracteur à 50 € le litre, soit des chevaux et les prix montent, mais pas les salaires (l'argent magique ça existe pas) "et la majorité du pays vie dans la pauvreté" eh bien oui, ça s'appelle un effondrement de civilisation et c'est pas très beau à voir (et encore moins à vivre !)
  17. Tu réponds à coté de la plaque : oui, "le cout de l'énergie pour produire sera toujours répercutée sur le produit fini et ce sera le consommateur qui paiera, donc les prix monteront" et oui on aura, aussi, un retour du travail manuel. Si le gazole est à 50 € le litre le tracteur reste dans la grange et on ressort les canassons, et effectivement comme tu le soulignes les patates passent de 2 € le kilo à 50 €
  18. Je ne dis pas le contraire ! Je dis simplement que si pour une raison ou une autre l'énergie devient très chère, on aura un retour du travail manuel.... ... et de la pauvreté ! (*) Je ne plaide nullement pour une telle situation, mais c'est une situation, désagréable, qu'il faut envisager ! (*) Ca sera pas forcément un retour au bon vieux temps, respectueux de la nature, utopique
  19. Ben oui, un tracteur, ça remplace 200 bonshommes. S'il n'y a plus de pétrole, ou s'il devient hors de prix, il faut que tu réembauche tes 200 bonshommes, mais comme la récolte est toujours la même, il faut que tu divises le produit de la vente par 200, autant te dire que la paye sera maigre !
  20. Cette situation découle directement de l'énergie pas chère et abondante. Lorsque l'énergie redeviendra très chère, ce qui est peut être en train de se produire, il y aura un retour du travail manuel pour le plus grand nombre, avec des salaires minables...
  21. Sauf erreur de ma part, ce n'est pas la DDE qui installe ces portiques , mais SNCF-R.
  22. C'est la loi de l'offre et la demande ! S'ils trouvent personne ils n'ont qu'à proposer de meilleurs salaires et ils trouveront ! On peut pas avoir le beurre (l'employé qualifié) et l'argent du beurre (le gars qui bosse pour trois fois rien) !
×
×
  • Créer...